Scritture Migranti / Migrant Writings

La revue italienne Scriture Migranti (Migrant writings) basée à l’université de Bologne lance un appel à texte susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée. Large (puisqu’elle porte sur œuvres ou thèmes ayant trait à l’immigration), cette proposition trouve en effet de nombreux échos dans la production contemporaine. De Malamine. Un Africain à Paris (Les enfants rouges) aux Slimani de Farid Boudjellal (Tartamudo) en passant par La vie de Pahé (Paquet), Droit du sol de Charles Masson (Casterman) ou encore Là où vont nos pères de Shaun Tan (Dargaud), de nombreuses œuvres évoquent un déracinement que l’on ne saurait cantonner à un seul mode de représentation et de narration. Si un ouvrage comme Immigrants tente de prendre la mesure du phénomène, c’est ainsi à travers un projet collectif (rassemblant 13 auteurs se saisissant de 13 témoignages) et une variété graphique qu’il serait intéressant d’explorer plus avant le 20 mars prochain.

 

 

Scritture Migranti / Migrant Writings

The Department of Italian Studies at the University of Bologna (Italy) is now accepting submissions for the following sections of the issue 6/2012 of Scritture migranti, an international journal dedicated to writing on migration :

Letture/Readings : Research articles and essays of substantial length, focused on literature and themes related to migration, and from a wide array of perspectives (max. 70.000 characters, spaces included).
Visioni/Visions: Research articles and essays on themes of migration in theatre, film, dance, music, and other art forms. (max. 70.000 characters, spaces included)
Percorsi/Routes : Overviews or annotated lists of new material in the field, including both primary and secondary texts, and/or information regarding new seminars, conferences, and book presentations in Italy and abroad. (max. 10.000 characters, spaces included)

Interested scholars should send a complete article by March 20, 2013 to the editorial committee : redazione.scritturemigranti@unibo.it . A brief bio and an abstract are also required. The article should be in one of the major languages of international exchange. Our editorial guidelines can be found at www.scritturemigranti.it .

Articles for the journal are selected according to an anonymous peer review process.

Responsable : Fulvio Pezzarossa

Url de référence :
http://www.scritturemigranti.it

Adresse : Dipartimento di Filologia Classica e Italianisticavia Zamboni, 32 – 40126 Bologna,Italia

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Un imaginaire politique : l’apocalypse

Jean-Paul Engélibert (université Bordeaux 3, TELEM) et Raphaëlle Guidée (université de Poitiers, FORELL) lancent un appel à communication pour un colloque intitulé « Un imaginaire politique : l’apocalypse » qui aura lieu les 30 et 31 mai à l’université Bordeaux 3. Fruit d’un partenariat entre deux laboratoires, cette proposition invite les chercheurs à appréhender les « fictions de l’apocalypse » sous un angle politique et idéologique et leur propose de se focaliser notamment sur deux catastrophes bien précises (Tchernobyl et Fukushima). Même s’il serait intéressant d’analyser des œuvres de bandes dessinées ayant directement trait à ces événements (comme Tchernobyl mon amour de Chantal Montellier), on peut légitimement penser que les organisateurs pourraient faire une place à des études portant sur les riches évocations de l’apocalypse nucléaire au sein du neuvième art. Nombre ce celles-ci posent effectivement le problème du pouvoir, que ce soit dans le cadre des comics (comme dans le cas de Judge Dreed crée par John Wagner et Carlos Ezquerra dans lequel l’ordre d’un monde irradié repose sur une justice sommaire incarnée par des juges-policiers) mais surtout à des mangas dans lesquels l’apocalypse nucléaire peut être vue comme fondamentalement structurante. Pensons par exemple à Gen d’Hiroshima de Kenji Nakazawa (où l’holocauste ne concerne pas seulement un territoire mais également l’ensemble des relations humaines et tout désir d’ « être-ensemble »), à Akira (qui narre l’émergence d’une véritable « république nucléaire » dont la légitimité des lois et gouvernements tient à une catastrophe) ou encore Mother Sarah (dans lequel l’holocauste éveille l’instinct presque animal d’une mère de famille recherchant ses enfants égarés), tous deux signés par Katshuhiro Otomo. Nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette liste et de formuler des hypothèses avant le 31 octobre prochain.

 

 

 

Un imaginaire politique : l’apocalypse

Université Bordeaux 3, les 30 et 31 mai 2013

Ce colloque conclura le cycle « Utopie et catastrophe », issu d’un partenariat entre les laboratoires Telem (Bordeaux) et Forell B3 (Poitiers). Réfléchissant à l’articulation de deux notions centrales de l’imaginaire contemporain, tout en les resituant dans l’histoire longue de l’imaginaire utopique, ce programme de recherche a déjà donné lieu à deux journées d’études (« Quelles formes pour l’utopie à l’âge des extrêmes ? », Bordeaux 3, le 1er décembre 2011 et « Après la catastrophe : images et paysages de l’utopie », Poitiers, le 28 mars 2012) ainsi qu’au colloque « Dystopie et perturbations de l’utopie » (Bordeaux 3, le 16 novembre 2012). En fin de programme, il s’agira d’en tirer les conclusions, en élargissant nos perspectives dans deux directions :

– la dimension politique des fictions de l’apocalypse dans les récits de la destruction du monde des origines à nos jours,

– les récits rapportant deux catastrophes récentes, déjà bien documentées, d’autant plus que la seconde est lue au miroir de la première : Tchernobyl et Fukushima.

On s’interrogera sur les fictions de l’apocalypse, des mythes religieux les plus anciens, aujourd’hui réactivés, à la science-fiction contemporaine, dans leur dimension politique. On partira de l’hypothèse d’une confusion actuelle de la critique et de l’idéologie, qui n’est pas étrangère au sentiment apocalyptique contemporain, en ce qu’elle ajoute à la désorientation globale l’idée que la critique n’a plus ni lieu ni effet. On peut penser que cette confusion découle de la « politique de dépolitisation » couramment désignée par le mot de mondialisation depuis 1991, mais à l’oeuvre depuis une décennie de plus au moins[1]. Conséquence dans l’ordre des mots, dont le poids se fait évidemment moins sentir que les conséquences dans l’ordre des choses, mais qui ajoute à celles-ci ses effets propres. On ne peut pas ignorer que l’impasse politique et la violence sociale issues, presque partout sur la planète, de la politique paradoxale du néolibéralisme tendent à transformer les engagements révolutionnaires et les espoirs millénaristes en désir de fin et en nihilisme, ce qui se traduit par le retrait de la théorie critique.

D’où un grand désarroi dont la littérature et les arts témoignent. Parce que la théorie critique se distingue mal de l’idéologie, parce que l’analyse historique du présent paraît mal assurée, la littérature, qui ne prétend pas tenir un discours de vérité, se révèle particulièrement précieuse. En suspendant les évidences du sens commun, en enrayant ou débrayant les automatismes de la représentation, elle défait les idéologies ou permet de les regarder comme telles. En particulier, les fictions de la fin du monde, en représentant l’histoire comme achevée, l’agir humain dépassé, rendu impossible ou inopérant, inventent une forme de tragédie contemporaine qui place l’humanité non sous l’oeil de Dieu, mais sous son propre regard critique et (fictivement) rétrospectif. Elles inventent ainsi la conscience tragique laïque d’une humanité qui juge sa propre histoire enfin parvenue à la totalité, qui s’y reconnaît à la fois prométhéenne et apocalyptique et qui identifie en elle-même les ressorts du destin qu’elle s’est donné. Il s’agira donc d’étudier les apocalypses sans royaume de la littérature et d’autres arts narratifs, des XXe et XXIe siècles en priorité, mais peut-être aussi d’époques antérieures, afin d’y trouver les éléments d’une politique des fictions de la fin du monde. Soit : examiner les conditions auxquelles restaurer une perspective politique dans le climat apocalyptique général serait possible.

Apocalypse sans royaume est une expression que nous reprenons à Günther Anders[2]. Pour le philosophe allemand, le mythe chrétien nous promettait l’apocalypse et le royaume ; les grands récits des Lumières, en deçà de leurs différences, promettaient le royaume sans l’apocalypse. Seule notre époque, depuis Hiroshima, à cause de la menace nucléaire, vit dans l’attente d’une apocalypse sans royaume, c’est-à-dire d’une destruction absolue qu’aucun salut ne viendra racheter. Il s’agit là d’une perspective absolument inédite qui fonde chez Anders une philosophie de l’histoire radicalement athée et pessimiste : nous vivons depuis les premières explosions atomiques dans un temps nouveau, qui n’est plus celui de l’histoire, mais un délai. Ce que Hiroshima a anéanti, pour Anders, c’est l’Histoire elle-même. Dès lors que nous avons conçu des bombes capables de détruire l’humanité sans que rien n’en reste il est devenu impossible de penser, comme Hegel et sa postérité, que l’esprit se réaliserait dans l’histoire. « Le jour de la dégradation de l’Histoire est arrivé […] puisque celle-ci se révèle être elle-même mortelle[3]. » Dès lors, nous ne connaissons et ne connaîtrons plus d’autre temps que le délai qui nous sépare d’une fin réellement absolue, la mort de l’histoire nous condamnant au néant. Comme si l’humanité n’avait jamais existé, puisqu’il ne restera personne pour s’en souvenir.

C’est pourquoi la deuxième partie de ce colloque sera consacrée aux récits et images de deux catastrophes récentes, Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011), dont la nature réactive la notion d’une apocalypse sans royaume telle qu’elle a été théorisée par Anders. Les deux « accidents » nucléaires sont à l’origine d’une très riche production de récits, de fictions, de témoignages et d’images photographiques ou filmiques qui s’attachent autant à documenter la catastrophe qu’à raconter le temps de l’après dans la « zone interdite » rendue invivable par la contamination radioactive. Tout le paradoxe de ces fictions et récits est que, sans jamais nier la force d’annihilation du désastre, ils interrogent de fait les modalités de la survivance de l’humain au sein d’une nature irrémédiablement altérée. En montrant les traces présentes du désastre, les récits de Tchernobyl et Fukushima rendent visibles la temporalité longue d’une catastrophe infiniment à l’oeuvre dans les mémoires, dans les lieux et dans les corps ; mais c’est aussi depuis le coeur de cette catastrophe sans fin que se réinvente, dans certaines représentations, un nouvel imaginaire de l’utopie.

Jean-Paul Engélibert (Telem, Bordeaux 3) et Raphaëlle Guidée (Poitiers, Forell B3)

Les communications, en français ou en anglais, pourront porter sur toutes les formes de représentations de la catastrophe (littérature, cinéma, photographie, essais), les approches théoriques ou comparatistes étant bienvenues.

Les propositions de communication, accompagnées d’une brève notice de présentation de l’intervenant, devront être envoyées aux deux adresses suivantes avant le 31 octobre 2012 :

jean-paul.engelibert@u-bordeaux3.fr

raphaelle.guidee@univ-poitiers.fr

[1] Pierre Bourdieu, Contre-feux 2, Paris, Raisons d’agir, 2001, p. 57.

[2] Günther Anders, La menace nucléaire (1981), traduction française de Christophe David, Paris, Le Serpent à plumes, 2006, p. 294.

[3] Ibid., p. 250.

Responsable : Jean-Paul Engelibert

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Mélancolie et poétiques de l’exil

Stéphane Sawas, directeur du Centre d’Étude et de Recherche sur le Littératures et les Oralités du monde (INALCO), nous fait parvenir un bel appel à communication pour un colloque qu’organisent Piot Bilos et Anne Castaing. Fort bien rédigée et intitulée « Mélancolie et poétiques de l’exil », cette proposition nous invite à penser exil, mélancolie et autres formes de ce que nous pourrions appeler un « désir de territoire » au regard d’une hypothèse : « on peut se demander si ce n’est pas l’homme moderne qui, en raison de la perte de coordonnées ontologiques stables, ne se trouve pas exposé au risque (parfois conjoint) de la mélancolie et de l’exil, des multiples formes d’exil… » L’exil est ainsi présenté comme une condition humaine (et non uniquement comme la condition de certains hommes), et force est de constater que sur ce plan nombre de bandes dessinées pourraient effectivement être évoquées. Nous pourrions citer l’étonnant Là où vont nos pères de Shaun Tan (où l’exil est décrit à travers une bande dessinée muette), Une métamorphose iranienne de Mana Neyestani (explicitant les conditions de l’exil iranien de l’auteur) ou encore le récent Portugal de Cyril Pedrosa (dans lequel se mêlent mélancolie et méconnaissance d’un pays originel mais inconnu). Nous invitons nos lecteurs à compléter cette liste avant le 15 juin prochain.

 

Mélancolie et poétiques de l’exil

Journée d’étude coordonnée par Piotr Biłos et Anne Castaing

 

Centre d’Étude et de Recherche sur les Littératures et les Oralités du Monde (CERLOM)

INALCO, Paris

 

Cette journée d’étude se propose de réunir les contributions de jeunes chercheurs sur les manifestations de l’exil et de la mélancolie dans la littérature et dans les arts d’Orient et d’Occident. Elle a pour ambition d’interroger les modalités de la transfiguration artistique et littéraire de la perte, réelle ou symbolique, et de mettre en lumière la variété de ses écritures.

L’exil, écrit Edward Said, constitue l’un des grands motifs de la modernité, cet « âge de l’anxiété et de l’aliénation ». Le xxe siècle, caractérisé par une « situation de conflit moderne, par une tendance impérialiste et les ambitions quasi théologiques de dirigeants totalitaires, est l’époque des réfugiés, des déplacements de population, de l’immigration massive », qui l’inscrivent dans une relation complexe et douloureuse à l’espace perdu. Drame inséparable de violences politiques et de crises économiques, l’exil s’articule autour de la perte, la rupture, la séparation et la souffrance et révèle ainsi une affinité avec les paysages mentaux de la mélancolie. Plus généralement, on peut se demander si ce n’est pas l’homme moderne qui, en raison de la perte de coordonnées ontologiques stables, ne se trouve pas exposé au risque (parfois conjoint) de la mélancolie et de l’exil, des multiples formes d’exil…(récemment Lázló Földényi) ?

La mélancolie comme symptôme de l’exil physique et incarnation d’un exil aussi bien artistique que philosophique situe en effet la perte au cœur de sa problématique : condamné au deuil impossible d’une séparation originelle, le mélancolique rejoue incessamment le drame de la séparation et du retour illusoire, par l’anamnèse et par la métaphore. La création joue là un rôle fondamental : si elle permet un réinvestissement de la perte dans le langage (Kristeva), elle autorise la « formulation » d’un espace imaginaire, symbolique et utopique qui compense ou sublime le manque ; elle permet d’investir la racine autrement. La patrie de l’artiste (du créateur de l’exil) représente tout autant un thème qu’un instrument ; elle est à la fois perdue et recherchée, située en amont, mais aussi réiventée, par une poétique de la rupture (Mahmoud Darwich), de l’errance et de l’indicible (Samuel Beckett, Imre Kertész), du divers et de la pluralité (Edouard Glissant, Elias Canetti) ; elle autorise « une quête effrénée de la réalité » (Czesław Miłosz) qui aboutit à une reformulation des cadres généraux de la perception du monde et de l’expérience individuelle (Witold Gombrowicz chez qui la patrie originelle se trouve supplantée par la « filistrie »). Indissociable de la perte de la patrie originelle, l’exil permet de fonder un espace de la quête : Ulysse, figure mythique de l’exilé, parvient à retourner chez lui, entre-temps il aura bel et bien gagné quelque chose, son périple lui aura permis à la fois de se bâtir soi-même et de refonder sa patrie perdue. De même, écrit Shmuel Trigano, « l’exil d’Abraham ouvre sur une liberté que rend possible la promesse d’une autre terre, d’une Terre autre, d’une nombreuse descendance de chair et de sang, dont la finalité ne se résumera pas à sa propre existence mais au souvenir d’une Parole, celle, vivante, entendue dans la voix du « Va-t’en ! » ». Les lexiques, les métaphores, les références, le métadiscours témoignent donc de cette « prise de liberté » qu’évoque Trigano, de cette « promesse » faite à l’exilé. La « bile noire » de la mélancolie (melankholia) devient dès lors « écume » (Aristote), productive, créative, douée de génie.

Cette journée d’étude a pour but de faire apparaître la variété des écritures de l’exil et de la mélancolie. Les intervenants sont invités à réfléchir sur la part de drame qui, inéluctablement semble-t-il, se rattache à ces deux expériences existentielles lourdes, mais aussi à scruter les voies par lesquelles, paradoxalement, il leur arrive de mener vers la vérité et la profondeur artistiques.

Bibliographie

Marek Bieńczyk, La mélancolie, à propos de ceux qui jamais ne retrouveront leur perte. Varsovie : Sic, 1998, 2011.

Jean Borreil, La Raison nomade. Paris : Payot, 1993.

Lázló Földenyi, Mélancolie. Essai sur l’âme occidentale. Arles : Actes Sud, 2011.

Edouard Glissant, Poétique de la relation. Paris : Gallimard, 1990.

Imre Kertész, L’Holocauste comme culture. Discours et essais. Arles : Actes Sud, 2009.

Julia Kristeva, Soleil noir. Paris : Gallimard, 1987.

Jacques Mounier (éd.), Exil et littérature. Grenoble : ELLUG, 1986.

Salman Rushdie, Patries Imaginaires : Essais et critiques 1981-1991. Paris : Christian Bourgois, 1993.

Edward W. Said, Réflexions sur l’exil et autres essais. Arles : Actes Sud, 2008.

Jean Starobinski, La Mélancolie au miroir : trois lectures de Charles Baudelaire. Paris : Julliard, 1990.

Shmuel Trigano, Le Temps de l’exil. Paris : Rivages, 2005.

Modalités de participation

Cette journée d’étude qui s’adresse en priorité aux chercheurs ayant récemment soutenu leur thèse de doctorat aura lieu en novembre 2012 à l’INALCO dans le cadre des activités du CERLOM (Centre d’Étude et de Recherche sur les Littératures et les Oralités du Monde). Les chercheurs intéressés sont invités à envoyer avant le 15 juin 2012 leur proposition de communication (résumé d’environ 250 mots accompagné d’une biographie de quelques lignes) à Piotr Biłos (piotr_bilos@hotmail.fr) et Anne Castaing (annecastaing@yahoo.fr). La publication des actes de cette journée est envisagée.

Comités

Comité d’organisation : Piotr Biłos (INALCO) et Anne Castaing (INALCO).

Comité scientifique : Margarita Alfaro Amieiro (Université autonome de Madrid), Corinne Alexandre Garner (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense), Alexandre Prstojevic (INALCO) et Stéphane Sawas (INALCO)

Mots-clés

  • Exil, mélancolie, écriture, perte, langage, littérature, art, poétique

Lieu

  • INALCO (Paris, 75013)

Date limite

  • vendredi 15 juin 2012

Contact

  • Piotr Biłos
    courriel : piotr_bilos@hotmail.fr
  • Anne Castaing
    courriel : annecastaing@yahoo.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’Allemagne : quelle(s) image(s)?


Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et « Représenter l’auteur de bande dessinée » (qui sont, nous vous le rappelons, toujours valables: voir ici), Comicalités. Études de culture graphique lance aujourd’hui son troisième appel à communication intitulé « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? ». La date limite est fixée au 1er mars prochain.

 

L’Allemagne : quelle(s) image(s) ?

« Thématique » dirigée par Marc Hieronimus

Deuxième pays exportateur dans le monde, quatrième puissance économique, et le pays le plus peuplé de l’Union européenne, l’Allemagne peut être vue comme le pays du livre : lors des foires du livre de Francfort et de Leipzig, quelque 94000 nouvelles parutions ou rééditions sont présentés chaque année, dont presque 3000 bandes dessinées.

Décrit comme le pays de la musique et de l’hospitalité, des poètes et des penseurs (Dichter und Denker), comme celui des juges et des bourreaux (Richter und Henker), l’Allemagne d’aujourd’hui est le pays des idées, lit-on. Sa société, pour un moment « la plus heureuse du monde », se caractérise par le pluralisme des modes de vie et une grande diversité ethnique et culturelle.

Tous les faits et clichés portent à croire que le pays de Wilhelm Busch se range également parmi les « grandes puissances » du neuvième art et que celui-ci est un de ses modes d’expression de prédilection. On connaît certainement Ralf König, peut-être l’humoriste Walter Moers ou le « prix de l’audace » 2010 du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême (Jens Harder), et tout le monde a déjà feuilleté un tome d’une série lambda dont le héro a une mission en Allemagne… Autrement dit : on ne sait rien de l’Allemagne et de la bande dessinée !

Pourtant, il existe une recherche sur la bande dessinée : des magazines spécialisés tels Comixene ou Comic ! Jahrbuch, les travaux de la société pour la recherche en bande-dessinée Comfor, des portails comme Deutscher Comicguide ou la bibliographie spécialisée de l’université de Bonn montrent bien l’intérêt croissant des universitaires, et ce même si les œuvres scientifiques d’une portée internationale restent l’exception.

C’est pourquoi nous lançons aujourd’hui un appel à communication intitulé « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » : nous espérons recevoir des articles s’inscrivant dans l’une des trois problématiques suivantes.

 

1.Quel système éditorial pour la bande dessinée allemande ?

– Il serait intéressant d’analyser les tendances du marché et les caractéristiques économiques de la production de bande dessinée en langue allemande à travers l’analyse d’indicateurs (nombre de titres, volumes de vente…) et des comparaisons avec la France ou d’autres pays…

– La production de bande dessinée en langue allemande pourrait également être étudiée en se focalisant sur la diversité des genres (place de la « franco-belge », du manga, des comics ?), la structuration de l’offre (collections, séries ?), la typologie des différents éditeurs (« indépendants », « groupes éditoriaux » ?)…

– Les publics allemands de la bande dessinée pourraient être étudiés, que ce soit en terme de structuration du lectorat (répartition par âge, par classes sociales ?), de pratiques de lecture (fréquence, genres préférés ?), de diversité de modes d’acquisition (achats occasionnels, collection ?)…

– Les processus de traduction de bandes dessinées posent nombre de problèmes, à commencer par celui des pays-sources (USA, Japon, France ?), des traducteurs (formation, rémunération) et des modes de diffusion (remontage ou respect du format original, place de l’album ?)…

– Il en est de même du mode de diffusion, de commercialisation et de médiation : la place de la bande dessinée en librairie, sa présentation en bibliothèque, ses dispositifs de médiation (expositions, rencontres avec les auteurs, festivals ?), le discours des médias et/ou des intellectuels autour de la bande dessinée (et en particulier l’état de la critique) restent à expliciter.

– La situation des auteurs pourrait également faire l’objet d’une étude : quid de leur formation (école d’art, université?), de leur mode de publication (à l’étranger, en Allemagne ?), de leurs conditions de travail et de rémunération ainsi que de leur statut social ?

 

2.Allemagne et culture graphique

– L’identité de la bande dessinée allemande reste à cerner. Il serait sans doute intéressant de tenter une approche stylistique (graphisme et scénario) des productions allemandes, et de s’interroger sur les influences étrangères afin de questionner l’existence d’une « école allemande » de bande dessinée.

– L’existence d’une tradition graphique propre à l’Allemagne pourraient faire l’objet d’un ou plusieurs articles, notamment pour déterminer quelles filiations, influences, proximités il est possible d’observer entre les actuelles propositions de bandes dessinées et la place de l’image narrative dans la presse imprimée et le livre (caricature, dessins de publicité, récit de guerre (« Kriegsbilderbogen »).

– Le rôle pédagogique de l’image imprimée en Allemagne reste de même à expliciter : des travaux pourraient porter sur la place de la bande dessinée (voire de l’image dessinée) dans le système éducatif (en Allemagne ou pour l’étude de la langue allemande) ainsi que sur les techniques d’analyse et d’étude de la bande dessinée (par exemple à travers une comparaison avec d’autres pays européens).

 

3. L’Allemagne dans la bande dessinée

– La représentation de l’Allemagne et des Allemands pose nombre de problèmes, et il serait intéressant de développer une approche critique des sujets et lieux fétiches de la bande dessinée (par exemple, qu’est-ce que Berlin pour les auteurs : la capitale de l’Empire, celle de la république de Weimar, « Germania », la ville divisée puis réunifié, la capitale de la musique électro, etc. ?)

– L’évocation de l’histoire allemande dans la bande dessinée reste également à faire, notamment en s’interrogeant sur les époques ou événements du XXe siècle et des siècles précédents qui ont inspiré les auteurs ou les éditeurs : quelques tentatives d’explication et d’approche esthétique (styles graphiques, procédés narratifs) seraient les bienvenus…

– Les années 1933-1945 ne constituent-elles pas la principale toile de fond de l’histoire allemande en bandes dessinées ? Il serait intéressant d’étudier les caractéristiques de la production centrée sur la période, la diversité des approches (polar, humour ?) et l’évolution de son traitement (comment la représentation de cette histoire difficile a-t-elle changée depuis La bête est morte ?).

– L’analyse des « clichés » de l’Allemagne en bande dessinée pose également nombre de questions : qu’est-ce qui est typique de l’Allemand et de son pays ? Ne retrouve-t-on pas des procédés proches de la caricature (le casque à pointe dans Astérix chez les Goths, les crypto-allemands ou les « germanomorphes » dans QRN sur Bretzelburg de Franquin) ?

 

Le présent appel à communication est ouvert à tous les chercheurs, quel que soit leur statut (universitaire ou non) et leur origine (même si nous ne pouvons publier que des textes écrits en français ou en anglais). Nous les invitons à nous répondre en nous soumettant deux documents :

 

– Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.

– Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

 

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes avant le 1er mars 2012.

 

Marc Hieronimus, responsable de la « thématique »

marc.hieronimus@u-picardie.fr

Benoît Berthou, directeur de Comicalités.

ben.berthou@orange.fr

 

 

Pour plus d’information :

http://comicalites.revues.org/

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comics, censorship and freedom of expression

Deux laboratoires de recherche de l’université Ben Gurion of the Negev ainsi que le Israeli Cartoon Museum lancent un appel à communication intitulé : « Comics, censorship and freedom of expression ». Intégré au sein d’un programme nommé « Bande dessinée et politique », celui-ci entend poser la question de la censure d’une façon originale : quelle menace la bande dessinée constitue-t-elle ? Il s’agit dès lors de questionner les possibilités d’expression qu’offrent le langage et le mode de publication du neuvième art, ainsi que les dispositifs de contrôle auquel celui-ci fut confronté. La lecture de l’ouvrage d’Yves Frémion et Bernard Joubert (Images interdites, éditions Alternatives) aidera sans aucun doute les chercheurs à formuler une proposition pour ce colloque fixé au 17 mai prochain.

Second Workshop on Comics and Politics

Comics, Censorship and Freedom of Expression

The Centre for the Study of European Politics and Society (CSEPS) at Ben Gurion University of the Negev, the Israeli Cartoon Museum in Holon and the Department of Politics and Government at Ben Gurion University of the Negev invite researchers and creators to propose papers for the Second Workshop on Comics and Politics. This year the workshop will address topics on Censorship and Freedom of Expression. The workshop will take place both in Holon and in Beer Sheva on May 17-19 2011.

The comics’ genre has been subjected to many attempts to control its contents and form : the infamous Comic Code in the United States, censorship under non-democratic regimes, or censorship and control of comics’ production under occupation. We propose to discuss and think together about the kind of “threats” represented by comics, the different attempts to censor and control comics and the ways in which writers and artists attempted to cope with the threats to freedom of expression. The workshop will be organized in four panels : (i) Comics under non-democratic regimes and anti-democratic threats, (ii) Comics under occupation, (iii) Queer comics and censorship and self-censorship, (iv) What happened to Israeli radical political comics ?

Please send your proposals to

Tomer Spector tomer@dmh.org.il

Dani Filc dfilc@bgu.ac.il

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Graphic Engagement: The Politics of Comics and Animation

La revue Forum for world litterature studies publie un appel à communication intitulé : « Graphic Engagement: The Politics of Comics and Animation » Explicitement destinée à la bande dessinée, cette proposition appréhende la notion de « politique » au sens large. Sont ainsi sollicités des articles abordant la représentation d’événements politiques, mais également le traitement « du politique » en bande dessinée ou encore traitant du neuvième art comme vecteur de construction d’une identité politique et communautaire. Il est à noter que sont mentionnés, dans la liste que nous reproduisons ci-dessous, le cas de la caricature et de la bande dessinée « franco-belge » : cela pourrait être l’occasion de se pencher sur des œuvres quelque peu oubliées, telles que L’An 01 de Gébé ou le travail du collectif Bazooka.

Graphic Engagement: The Politics of Comics and Animation

The journal FORUM FOR WORLD LITERATURE STUDIES will be publishing a special issue devoted to politics and visual literature. Much of it springs from the 2010 Comparative Literature Conference at Purdue University, « Graphic Engagement: The Politics of Comics and Animation, » but we’re also looking for contributions outside of the conference. Our understanding of « political » is broad in scope, relating not only to affairs of state (at home and abroad), but also the praxis of visual narrative and ways it impacts individual identity and community dynamics. Possible paper topics may include, but are not limited to:

• Historical representations in graphic novels

• The appropriation of national myths and folktales in animated film

• Dynamics of humor and subversion in syndicated comic strips

• Imaging the ethnic/racial other in comics and other forms of visual narrative

• Representations of gender and sexuality in anime and manga

• Personal memoir in graphic novels or animation

• The international language of comics

• Representations of trauma in visual narrative

• Superheroes and the definition, or complication, of communal and national identity

• The Franco-Belgian comics tradition and its political import

• Visual narrative as transnational discourse

• Political cartooning and its social impact

• Journalism, biography, and graphic narrative

• Comics and graphic novels as international children’s and adolescent literature

FORUM FOR WORLD LITERATURE STUDIES is co-edited in Wuhan and Shanghai, China, and West Lafayette, Indiana, and it reaches a world-wide readership. As such, we’re particularly interested in those contributions that have an international perspective and/or would appeal to a broad audience, regardless of the text’s national origin.

Papers should be between 4,000-5,000 words and formatted according to the latest MLA STYLE MANUAL. In addition, essays should reflect the FORUM’s house style, which should consider the following:

• In the body of the text, citations should be parenthetical and without « p. » (Smith 33). But in the Works Cited, you need to include « p. » or « pp. » where appropriate.

• You do not need to write « Print. » after entries in your Works Cited, as is called for in the latest edition of the Manual.

• Please use foreign languages in the original where appropriate, meaning where the language is important to the argument, followed by a translation in parentheses, « come questa » (Smith 33, « like this »).

• The house style does not allow scare quotes or any slashes or odd orthography (e.g., no « and/or » [pick one] or « (her)story. »

The FORUM is aimed at a world-wide audience of scholars working in English, many for whom English is not the first language. As such, CLARITY IS IMPORTANT. The journal also prints articles in Chinese and can easily handle Chinese characters.

The deadline for submission is January 5, 2011. Please submit your finished essays to graphic.engagement@gmail.com. Questions regarding the special issue should also be directed to the same email address.

Special issue, Forum for World Literature Studies

graphic.engagement@gmail.com

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Fictions politiques

La revue Mots. Les langages du politique lance un appel à contribution sur le thème « Fictions politiques ». Les coordinateurs du dossier, Marlène Coulomb-Gully (Université Toulouse 2, LERASS) et Jean-Pierre Esquénazi (Université Lyon 3, équipe CEDFL Marge), souhaitent que les contributions s’attachent à la façon dont les fictions reflètent « la manière dont les sociétés se définissent elles-mêmes ou définissent leurs problèmes » et/ou, plus spécifiquement, représentent les professionnels de la politique ou leur activité. Les analyses attendues peuvent s’attacher aussi bien au texte de la fiction, qu’à ses conditions de production et de réception, et ce, prioritairement à partir de l’analyse de productions contemporaines, françaises ou étrangères. Au côté du cinéma, de la littérature et de la télévision, la bande dessinée est explicitement mentionnée par l’appel.

Les exemples cités (J’ai pas tué De Gaulle mais ça a bien failli, La face karchée de Sarkozy…) sont des bandes dessinées se référant directement à des personnalités, voire des situations, réelles. Comme l’appel y invite en citant des séries télévisées comme 24h Chrono, il est cependant sans doute possible d’élargir la perspective à des productions abordant la politique, ses débats et ses acteurs de manière moins directement ancrée dans la réalité politique contemporaine. Les transpositions dans des univers fantastiques ou de science fiction peuvent ici constituer des pistes intéressantes (que l’on pense par exemple à la présentation, politiquement ambivalente, des débats sur les armes de destruction massive, le terrorisme et les libertés individuelles par le crossover Civil War, regroupant les super-héros Marvel et publié en 2006-2007).

Les réponses à l’appel doivent prendre la forme d’un avant-projet (3000 signes maximum), soumis avant le 1er avril ; les contributions définitives devant être proposées avant le 1er juillet 2011.

Mots. Les langages du politique
Appel à contributions pour un dossier publiable en juillet 2012
Fictions politiques

La revue Mots. Les langages du politique entend publier en juillet 2012 un dossier rassemblant des travaux portant sur le thème suivant : « Fictions politiques ».

Problématique

S’éloignant des rivages de l’information qui a longtemps constitué le prisme d’étude dominant du politique – en tout cas dans sa version médiatique et communicationnelle –, ce dossier de Mots. Les langages du politique s’intéressera aux « fictions politiques ».
Le thème apparaît immédiatement paradoxal : le domaine du politique est évidemment ancré dans la plus concrète des réalités alors que toute fiction (re)présente des mondes qui par définition n’existent pas. Le paradoxe n’est malheureusement (ou peut-être heureusement ?) pas surmonté par le constat sans cesse renouvelé des qualités « politiques » attribuées par tel ou tel critique à telle ou telle fiction. Tout auteur, romancier, cinéaste qui a en ce domaine des ambitions, doit évidemment l’affronter ; et tout chercheur qui examine une production fictionnelle ne peut guère faire autrement qu’exposer comment il comprend politiquement cette fiction.
L’hypothèse qui est la nôtre est la suivante : loin que l’information constitue la seule modalité de construction et d’appréhension du politique, on peut considérer que les débats qui agitent l’espace public, les conflits de définition qui s’y déploient, trouvent dans les oeuvres de fiction une autre forme de traduction. Ces formes d’expression fictionnelles – cinématographiques, télévisuelles ou autres – ne s’opposent à l’information que par l’absence de revendication d’un « dire vrai », mais n’en sont pas moins « une forme particulière d’écho de la manière dont les sociétés se définissent elles-mêmes ou définissent leurs problèmes » (Macé, in Macé et Maigret dir., Penser les médiacultures, Paris, INA-A.Colin, 2005, p.55). Le processus par lequel la fiction, tout en demeurant fiction, parvient à jouer ce rôle doit évidemment être élucidé. C’est la demande que nous adressons aux auteurs qui voudront bien participer à ce projet : comment penser ces formes fictionnelles d’expression du politique, que la dimension politique soit volontaire ou non, « politique » étant entendu à la fois dans le sens large défini ci-dessus et dans le sens plus restreint de « représentation des professionnels de la politique ou de leur activité » ?
Dans une telle perspective, le texte de la fiction ne saurait être détaché de ses conditions de production et de réception, qui constitueront des axes d’analyse privilégiés. De la même façon, nous donnerons la priorité à l’analyse de productions contemporaines. A titre d’exemple, le renouveau français des séries télévisées politiques conduit par Canal Plus et dans une moindre mesure par France Télévision fournit un corpus intéressant : on pense à L’Ecole du pouvoir, sur la promotion Voltaire de l’ENA, diffusé en 2009 sur Canal Plus et rediffusé sur Arte en 2010, ou à des téléfilms comme Un homme d’honneur, sur le suicide de Pierre Bérégovoy, diffusé en 2009 sur France 2, mais aussi à Engrenages (Canal Plus), série française aussi diffusée en Grande Bretagne, etc.
La BD constitue aussi un champ d’analyse à explorer (J’ai pas tué De Gaulle mais ça a bien failli, La face karchée de Sarkozy…), de même que l’on pourra s’interroger sur une forme comme celle du feuilleton politique diffusé dans Le Monde cet été, avant de paraître sous forme de livre, Chirac, le roman d’un procès, défini sur le site du quotidien comme un récit où « tout est faux mais tout est vrai », assertion qui nous plonge au coeur de la vérité fictionnelle.
L’analyse de productions étrangères est souhaitée : ainsi de The West Wing – fiction anti Bush – ou de 24, pour ne parler que de fictions américaines. Leur circulation intermédiatique (on pense au Roman de 24 h chrono, adaptation de la série télévisée, avec les questions génériques que cela pose) et internationale, sur des réseaux et des chaînes aux lignes éditoriales très diverses (24, apparue sur Fox TV en 2001, été diffusée sur Canal Plus en 2002 sous le titre 24 h chrono, certaines saisons l’ayant aussi été sur TF1, etc.) pourront faire l’objet d’interrogations particulières.
Le cinéma français (Le promeneur du Champ de Mars, Parlez-moi de la pluie, La fleur du mal) comme d’autres cinématographies, peuvent être prises en compte : ainsi du cinéma israëlien (Lebanon, Valse avec Bachir, La visite de la fanfare, Ajami…), palestinien (Les citronniers, Le mariage de Rana…) ou des productions regroupées autour du terme générique de « Bollywood », politiquement intéressantes aussi bien dans le phénomène de mondialisation qu’elles manifestent que dans les scénarios eux-mêmes.
Des travaux sur la question générique seront bienvenus – on pense notamment à la docufiction politique (Le Grand Charles, par exemple, diffusé en 2006 sur France 2) – et aux questions posées par ce genre mixte, mais aussi aux fictions dites « populaires » : ainsi des séries télévisées comme Plus belle la vie diffusée sur France 3, qui en est à sa 6ème saison, ou le cinéma bollywoodien déjà évoqué.

Modalités de soumission
Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 40 000 signes tout compris) ou de notes de recherche (maximum 15 000 signes tout compris). Les auteurs pourront soumettre aux deux coordinateurs, avant le 1er avril 2011, un avant-projet (3000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être proposées aux deux coordinateurs avant le 1er juillet 2011. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinateurs du dossier, qui sélectionneront celles qui seront soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs en décembre 2011, après délibération du Comité éditorial. Les références bibliographiques devront figurer en fin d’article et être mentionnées dans le corps du texte sous la forme : (Machin, 1983). L’usage des caractères italiques sera réservé aux mots et expressions cités en tant que tels, et les guillemets aux énoncés dûment attribués à un auteur, ou à la glose d’un syntagme. Un résumé de cinq lignes et cinq mots-clés seront joints à l’article.

Coordination du dossier
Marlène Coulomb-Gully
Université Toulouse 2, LERASS, Sciences de l’Information et de la Communication
marlene.coulomb@univ-tlse2.fr
Jean-Pierre Esquénazi
Université Lyon 3, équipe CEDFL Marge, Sciences de l’Information et de la Communication
jpierre.esquenazi@wanadoo.fr

Jean-Matthieu Méon

Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication Centre de recherche sur les médiations (CREM), Université Paul Verlaine de Metz

More Posts

Graphic engagement. The politics of comics and animation

L’université de Perdue, située dans l’Indiana (USA), lance un appel à communication intitulé « Graphic engagement. The politics of comics and animation » et dont le but est (ma traduction) « d’explorer la façon dont la bande dessinée et le film d’animation nous engage politiquement et influence profondément notre définition de la race, de la religion, de la classe et de la nation ». Semblable proposition nous invite donc à nous interroger sur les valeurs que véhicule le neuvième art (à travers par exemple des stéréotypes portant sur les identités sexuelles) qu’aux formes que peut prendre un engagement qui peut se faire rhétorique (comme l’a montré Jan Baetens dans Formes et politiques de la bande dessinée, Peeters Vrin, 1998) ou intime (à travers l’autobiographie ou l’autofiction). A noter : cet appel à communication mentionne nommément « l’apport politique de la bande dessinée franco-belge », problématique qui ne manque pas d’éveiller quelques curiosités face au devenir incertain de la Belgique. Une forme d’expression volontiers présentée comme un art national ne semble en effet pas avoir servi l’unité d’une nation, et il y a dès lors lieu d’interroger un dispositif (éditorial, politique, esthétique) visant à définir une bande dessinée francophone plus que belge. Et semblable entreprise invite à réflexion, comme l’a montré Vincent Baudoux dans « L’apogée franco-belge » (article publié dans Maîtres de la bande dessinée européenne, BNF/Seuil, 2000) : si semblable bande dessinée renonce en effet à s’emparer de la question nationale (notamment en « neutralisant » tous les espaces comme le château de Moulinsart), celle-ci semble en effet resurgir sous d’autres formes (et notamment à travers la constante invention de frontières donnant, dans l’intrigue, lieu à toutes sortes de trafics et de rivalités). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont l’échéance est fixée au 9 juillet prochain.

The Purdue Comparative Literature Program presents the 2010 Conference, Graphic Engagement: The Politics of Comics and Animation
Featuring Keynote Speaker Kim Deitch

Purdue University – West Lafayette, IN
September 2-4, 2010

Call for papers: July 09, 2010

Comics and film animation are potent media that can have an effect far different from that of more traditional forms of literature. They are composite texts whose mixtures of image, word, and sound offer a more immediate exchange between author(s) and audience, where the visuals directly confront us and demand a reader response in ways that prose narrative does not. The resulting effects can have profound ideological consequences. Either in the form of a comics memoir, a Disney adaptation, a superhero saga, or a single-panel cartoon, graphic narratives shape the way we frame ourselves in terms of gender, race, religion, class, and nationhood.

The Purdue University Comparative Literature Program welcomes papers that explore the ways in which comics and film animation engage us politically and profoundly influence the way we define gender, race, religion, class, and nationhood. “Political” can be defined broadly, relating not only to affairs of state, but also the praxis of visual narrative and ways it affects individual identity and community dynamics. Possible paper topics may include, but are not limited to:

  • Historical representations in graphic novels
  • The appropriation of national myths and folktales in animated film
  • Dynamics of humor and subversion in syndicated comic strips
  • Imaging the ethnic/racial other in comics and other forms of graphic narrative
  • Representations of gender and sexuality in anime and manga
  • Personal memoir in graphic novels or animation
  • The Franco-Belgian comics tradition and its political import
  • The language of comics as a form of rhetoric
  • Representations of trauma in comics and animation
  • Animation and its links to education
  • The use of graphic novels and animation in the classroom
  • Socio-political issues surrounding graphic novels and library cataloging
  • Superheroes and defining, or complicating, communal and national identity
  • Graphic narrative as transnational discourse
  • Representations of conflict in such places as Africa, Asia, the Middle East, and Europe
  • Political cartooning and its social impact
  • Hollywood and comics
  • Journalism, biography, and memoir in comics and animation

Email abstracts of 250 words, with a brief author biography, to: graphic.engagement@gmail.com. Please include “Graphic Engagement Conference 2010” in the subject heading


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts