Bande dessinée numérique : table ronde à l’Enssib

L’Enssib de Villeurbanne organise le 12 mai une table ronde sur la bande dessinée numérique. Intitulée La bande dessinée en perspective : production, diffusion et conservation, cette table ronde se propose d’éclaircir les enjeux actuels de la bande dessinée numérique. Elle rassemblera Arnaud Bauer, Julien Falgas et Catherine Ferreyrolle :

  • Arnaud Bauer est le président de Manolosanctis, maison d’édition participative s’appuyant sur la complémentarité entre la publication électronique et la publication papier. Diplômé de l’École centrale de Nantes et de l’Essec, Arnaud Bauer a fondé Manolosanctis en mars 2009 avec Mathieu Weber et Maxime Marion. Depuis deux ans, Manolosanctis a diffusé en ligne environ 1800 albums et édité en version papier de qualité les œuvres de plus de 70 auteurs.
  • Julien Falgas, webmestre à l’université de Metz, est le fondateur de Webcomics.fr, un service d’hébergement en ligne qui permet d’auto-éditer ses bandes dessinées. Fondé en janvier 2007 au moment du grand boom des blogs bd, Webcomics.fr offre à de nombreux auteurs une plateforme de publication gratuite et sans publicité.
  • Catherine Ferreyrolle, quant à elle, est directrice de la bibliothèque de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême. La Cité de la BD accueille depuis 1990 un grand nombre de manifestations en rapport avec la bande dessinée et a organisé ces dernières années de nombreuses formations et conférences en lien avec la bande dessinée numérique. Sa bibliothèque, pôle associé de la BNF pour la bande dessinée, rassemble aussi bien de la documentation contemporaine sur la bande dessinée que des fonds patrimoniaux qui font l’objet d’une active politique de numérisation.

L’idée de la table ronde est de montrer la diversité de ce que l’on peut appeler bande dessinée numérique, d’avoir un aperçu du paysage éditorial en la matière et de réfléchir aux modèles qui se développeront dans les années à venir.

Tout en s’insérant dans les problématiques générales du livre numérique, la bande dessinée numérique s’en démarque fortement par son histoire, par ses caractéristiques techniques mais aussi par les auteurs qui la produisent et les lecteurs qui la lisent. Le monde de la bande dessinée numérique existe à présent depuis une bonne dizaine d’années et est aujourd’hui en prise avec l’évolution des supports de lecture (écran d’ordinateur, liseuses, tablettes, téléphones)  ainsi qu’avec l’arrivée de nouveaux acteurs commerciaux.

Au-delà des oppositions entre pratique professionnelle et pratique amatrice, entre numérique natif et numérisation homothétique, entre communautés de bénévoles et acteurs commerciaux, cet événement sera l’occasion de porter un regard aussi large que possible sur un objet culturel dont l’importance est déjà bien établie et ne fera sans doute que s’accroître.

Pour se replonger dans ces questions, on se replongera avec beaucoup de profit dans les articles de Mr Petch sur Phylacterium.

La bande dessinée numérique en perspective : production, diffusion et conservation, jeudi 12 mai 2011, de 14h à 17h à l’Enssib, 17-21 boulevard du 11 novembre 1918, Villeurbanne.

La numérisation des archives de la bande dessinée – 3 : l’imagerie Pellerin

Après avoir évoqué dans deux précédents billets (voir ici et ) les archives numérisées mises en ligne par la Cité de la bande dessinée, c’est au tour de Gallica de mettre en oeuvre une numérisation de la bande dessinée, à travers le fonds de l’imagerie Pellerin. Très populaire au XIXe siècle, cette imagerie a constitué un des supports de la bande dessinée naissante, avant d’être progressivement concurrencée par la presse illustrée pour enfants. L’usine et les machines ont été classées à l’inventaire des monuments historiques en 1986.

Voici le communiqué de Gallica, via sa newsletter :

La maison Pellerin, fondée à Épinal en 1796, a publié des milliers d’images en séries. Imprimées en xylographie, puis en lithographie à partir des années 1820, elles étaient mises en couleurs au pochoir. Plusieurs centaines de ces planches sont aujourd’hui accessibles dans Gallica : les sujets religieux, les figures historiques, les rébus ou les constructions à découper permettent de tracer une autre histoire – en couleurs – du 19e siècle…

Si l’histoire de la bande dessinée de presse est relativement bien balisée, la bande dessinée d’Epinal est, elle, très largement méconnue : dans un premier temps, la filiation de la bande dessinée avec l’imagerie d’Epinal a gêné les militants de la légitimation de la bande dessinée, qui voyaient dans ce médium populaire un frein à l’accession de la bande dessinée au rang de 9e art. Puis quelques recherches ont contribué à réévaluer le rôle de l’imagerie d’Epinal, et plus particulièrement celui de la maison Pellerin ; mais on s’est essentiellement concentré alors sur la publication, par Pellerin, d’auteurs de bande dessinée célèbres, tels que Benjamin Rabier, qui publia plusieurs histoires dans la prestigieuse série Aux armes d’Epinal. Enfin, les querelles sur la définition de la bande dessinée n’ont pas facilité le travail, une part importante de l’énergie étant dispersée en conflits sans fin sur le point où s’arrête le récit en images et où commence la bande dessinée…


Un exemple de récit en images à la mode d’Epinal : une des nombreuses adaptations de l’histoire de Malborough ; on remarquera que la narration est partiellement séquentielle.

Ce qui paraît certain jusqu’à présent, c’est que l’imagerie d’Epinal, qui propose des produits de semi-luxe, est concurrencée par l’abaissement du coût de reproduction des images, qui permet l’essor de la presse illustrée moderne à la fin du XIXe siècle. Dans ce contexte, la feuille d’Epinal devient peu concurrentielle ; c’est ce qu’observe entre autres, dès 1938, Georges Sadoul dans Ce que lisent vos enfants :

A cette époque , l’évolution de la technique, le perfectionnement des impressions par rotative et du clichage sur zinc permettent de fournir pour un sou (le prix d’une feuille d’Epinal) un journal de seize pages dont quatre au moins sont en couleurs. Le succès de cette formule auprès de l’enfance est foudroyant.

…et provoque le déclin de l’imagerie d’Epinal – qui n’a pour autant pas dit son dernier mot en matière de bande dessinée, comme le prouveront les belles réalisations commandées à Fred ou Tardi dans les années 1980. Aujourd’hui encore, les liens complexes entre la bande dessinée et le récit en images à la mode d’Epinal restent mal connus ; la mise en ligne de ce fonds devrait ouvrir la voie à de belles recherches, même si on sait peu de choses sur sa composition, et que la datation des feuilles n’est pas toujours évidente.

Pour en savoir plus sur l’imagerie d’Epinal, voir notamment le livre d’Henri George : La Belle Histoire des images d’Epinal. Paris, Le Cherche Midi éditeur, 1996. Ce même Henri George a écrit un article pour le n° 79 du Collectionneur de bande dessinée, consacré aux origines du 9e art : « De l’image populaire à la bande dessinée » (1996).

La numérisation des archives de la bande dessinée – 2

La numérisation des archives de la bande dessinée, que j’évoquais déjà dans un précédent billet, se poursuit, toujours sous l’égide de la Cité internationale de la bande dessinée. Cette fois-ci, pas moins de trois titres sont lancés dans leur version numérisée, des titres assez différents en termes de dates ou d’importance. Tout d’abord, Le Pierrot :

Le journal Le Pierrot fut publié en 47 numéros du 06 juillet 1888 au 20 mars 1891. Hebdomadaire paraissant le vendredi, il comportait 4 pages en noir et blanc. Son directeur de publication était A. Willette et son rédacteur en chef E. Goudeau. Publiant essentiellement des dessins politiques et humoristiques en lien avec l’actualité de l’époque, elle fut fondée et imprimée par A Willette lui-même.

Ensuite, l’American illustré, qui n’a été publié que pendant 40 numéros en 1907. Pour autant, on aurait tort de sous-estimer son influence et son rôle dans l’imprégnation par la bande dessinée française de thèmes et traits stylistiques empruntés aux USA, comme le rappelle la notice de la CIBDI :

Le journal American Illustré fut publié en 40 numéros du 29 juin 1907 au 28 mars 1908 par la Librairie Mondiale. Hebdomadaire, ce journal était composé de 16 pages illustrées grand format, dont 8 en couleur. Il accordait une place importante aux histoires en images par des auteurs français, aux pseudonymes américains. On retrouve ainsi dans ses pages des auteurs tels que : Nay, Jean d’Aurian, Hémard, Marcel Capy, Lajarrige, Moriss, Forton, Depaquit et des séries telles que Jim Pattarson, inventeur par Pierre Falké, Les aventures de Séraphin Laricot par Forton, Thomas Picook, détective par Thomen ou l’Histoire de France Humoristique par Sellier. De nombreuses histoires furent inspirées par des thèmes américains tels que cow-boys et indiens, business-men, touristes américains à Paris mais furent réalisés par des auteurs français.

Enfin, Lisette, dont la Cité met en ligne les numéros publiés jusqu’en 1940. Sur ce point, on aimerait comprendre pourquoi la Cité ne poursuit pas la numérisation jusqu’en 1942, date de la suspension de la publication, suite aux difficultés liées à la guerre. Peut-être faut-il comprendre que les numéros publiés pendant la guerre ont été mal conservés, et qu’ils n’ont pu être numérisés, puisque la notice indique par ailleurs des numéros lacunaires, en raison de la fragilité des exemplaires conservés à Angoulême. On regrettera également, sur ce point, que la Cité n’indique pas clairement la part que représentent ces lacunes, et les numéros précis concernés : il semblerait a priori facilement envisageable de compléter ces lacunes par des dons ou prêts d’exemplaires issus d’autres collections…

Au total, trois journaux, et surtout trois périodes différentes de la bande dessinée. Le Journal de Pierrot s’inscrit clairement dans cette phase où la bande dessinée est encore largement une extension de la caricature, dont on ne la distingue pas clairement à l’époque. Americain illustré s’inscrit dans un tout autre contexte, et paraît à une époque où la bande dessinée est nettement plus formalisée et perçue en tant que telle. Enfin, Lisette, qui apparaît dans l’entre-deux-guerres, naît dans un contexte médiatique encore différent, marqué par la féroce concurrence que se livrent les illustrés pour enfants. Lisette va par ailleurs, comme les autres journaux des éditions Montsouris (Guignol, 1919-1936 et Pierrot, 1925-1942, à ne pas confondre bien entendu avec Le Pierrot version XIXe siècle) constituer une des voies de l’acclimatation en France de la bande dessinée américaine et de la bulle, notamment par la publication dans Lisette de Little Annie Rooney.

LittleAnnie_Lisette_7janv1934

Pour faciliter ces recherches, chaque numéro est préalablement décrit par une série de mots-clés, qui fournissent une première approche du contenu. On ne peut que souhaiter avec impatience les travaux de recherche que cette numérisation ne manquera de susciter. Et attendre la numérisation d’autres titres !

Références bibliographiques :

Le Pierrot. URL : http://collections.citebd.org/pierrot/

L’Américain illustré. URL : http://collections.citebd.org/american/

Lisette. URL : http://collections.citebd.org/lisette/www/

La numérisation des archives de la bande dessinée – 1

Tandis que les éditeurs de bande dessinée se ruent sur le nouvel eldorado de la publication en ligne, les fonds d’archives, eux, adoptent de plus en plus la solution de la numérisation de leurs fonds. Une bonne nouvelle pour tous les chercheurs, tant ces fonds sont parfois d’accès difficiles.

Pionnière de ce mouvement, la Cité de la bande dessinée d’Angoulême, qui poursuit son programme de numérisation. Après le fonds Quantin et les cahiers d’Alain Saint-Ogan, c’est aujourd’hui l’intégralité de la collection du Rire qui est disponible en pdf sur le site de la cité. Trois initiatives différentes, mais qui ouvrent des perspectives de recherche passionnantes.

Le fonds Quantin très riche, permet non seulement de retrouver la trace d’auteurs oubliés de l’histoire de la bande dessinée, mais aussi d’étudier le processus de publication, étape par étape : « scénario manuscrit, planche originale, mise en couleur à l’aquarelle, impression noir et blanc, sélections couleurs, tirages en quadrichromie et image imprimée définitive » (extrait de la notice de la CIBDI). Initiative essentielle, car elle permet d’étudier une dimension largement négligée de la bande dessinée : son inscription dans une histoire éditoriale. Inscrire la bande dessinée dans des contextes éditoriaux précis, cela permet de sortir de la mythologie de l’artiste-créateur, et d’explorer la dialectique contraintes / transgression à l’oeuvre dans tout système éditorial – qu’il s’agisse de livres de cuisine ou de poésie. Pour le grand public de la bande dessinée, cette question avait pris de l’acuité grâce à l’activisme des membres de L’Association entre autres ; le Plates-bandes de Jean-Claude Menu, par son attaque en règle contre le 48CC, a considérablement fait avancer le débat dans le milieu. Pour autant, il n’existe pas encore de travail d’ampleur portant sur un corpus large et étudiant la relation auteur / éditeur. La numérisation de ce corpus devrait donc accélérer le processus.

Deuxième fonds numérisé par la Cité : les albums et, surtout, les 82 cahiers d’Alain Saint-Ogan, qui consignait dessins et correspondance. Un peu oublié aujourd’hui, Alain Saint-Ogan est l’un des pionniers de la bande dessinée moderne, et ce fonds permet d’explorer, de façon unique, l’artiste à l’oeuvre, la construction d’une carrière d’exception.

Enfin, la nouveauté du moment : fin 2009 était lancée la collection numérisée du Rire – ou plutôt de sa première série, du 10 novembre 1894 au 31 janvier 1903. Cette collection correspond là encore à une phase cruciale de la bande dessinée, une phase pendant laquelle la bande dessinée côtoyait la caricature, l’histoire en images, avant de s’autonomiser progressivement en tant que genre graphique spécifique. Cette numérisation était attendue depuis longtemps, et, là encore, ces archives, par leur facilité d’accès, devraient susciter des recherches passionnantes. Cependant, on ne peut que regretter le choix (ou la contrainte) du PDF comme format de numérisation. Format lourd et mal-commode, il oblige surtout le chercheur à télécharger chaque numéro qu’il veut consulter. Résultat, une recherche particulièrement fastidieuse. L’indexation est bien conçue, même si la liste des mots-clés prédéfinis semble contraindre dès le départ les recherches ; mais, pour chaque occurence du mot-clé recherché, il faut télécharger le numéro concerné… ce qui ne facilite assurément pas la recherche.

Certes, le pdf est vraisemblablement la solution la moins coûteuse pour la mise en ligne d’archives numérisées, et, dans le cas de revues, la constitution de fichiers séparés par numéros est relativement logique. Mais l’exemple des revues scientifiques montre que le pdf est une fausse solution : singeant le papier, il se révèle, au fond, inadapté aux nouveaux modes de lecture numériques (comme l’explique par exemple Hubert Guillaud dans La Feuille). Espérons donc que les prochaines numérisations d’archives se feront sous un autre format. En tout cas, à chaque fonds numérisé par la Cité correspond un format différent. A l’heure où la numérisation du patrimoine  littéraire semble s’imposer comme enjeu central dans la politique culturelle, il serait sain que les chercheurs et conservateurs de bande dessinée portent la question du format, central dans le débat. Numériser du texte et de la bande dessinée, ce n’est évidemment pas la même chose. On parle beaucoup de l’exception culturelle française, à préserver des appétits de Google ; la bande dessinée fait partie de cette exception culturelle – par son histoire, son statut, son format… -. Espérons qu’à l’heure des choix techniques, la bande dessinée ne sera pas laissée de côté.

Références bibliographiques :

Fonds Saint-Ogan. URL : http://collections.citebd.org/saint_ogan/www/

Le Rire. URL : http://collections.citebd.org/lerire/www/