Média(li)tures, média(scrip)tures

Le Centre de Recherches en Littérature Comparée (CERLICO) de l’ENS de Yaoundé lance un appel à communication intitulé : « Média(li)tures, média(scrip)tures ». Débouchant sur un ouvrage collectif, cette proposition présente une originalité : elle esquisse un cadre conceptuel, ou plutôt une approche de l’écrit, faisant une place à un fonctionnement en réseau de différents médias. Au principe de « littérarité », on propose ici de substituer celui d’ « intermédialité » : en d’autres termes, il s’agit de penser un écrit ne s’imposant plus tant par son texte que par une capacité de relation avec d’autres formes d’expression. Se pose dès lors aussi bien le problème de sa conception (déjà largement appréhendé par ailleurs) que celui de son évaluation : la meilleure œuvre n’est-elle pas celle qui s’adapte, se décline, est à même de s’inscrire dans un ensemble de produits culturels ? À l’heure où des productions relevant du champ de la bande dessinée (pensons à Uropa d’Yslaire diffusé sur l’Applestore par Casterman) empruntent cette voix, cette proposition mérite assurément d’être discutée et nous invitons les chercheurs à s’en emparer avant le 30 novembre prochain.

 

Média (li) tures / Média (scrip) tures

Le domaine des études intermédiales entretient, par nécessité, la veine des néologismes en cette matière. Ce sont la médialité, l’intermédialité, l’hypermédialité, l’hypomédialité, la médialité, l’im-médiateté…, tous attestant de dynamiques des relations entre les médias, au sens large de ce terme. Il ne nous semble pas que la notion de médialiture figure déjà dans cette liste.

Se pose donc la question de savoir si cette notion ne s’impose pas elle aussi en tant que déclinaison spécifique de cet « axe de pertinence » que constitue la théorie intermédiale. D’où la problématique suivante : qu’est-ce que le phénomène intermédial ? Á quoi peuvent correspondre ses manifestations spécifiques ? En quoi la médialiture pourrait-elle figurer de manière pertinente dans la nomenclature de ces dernières ?

On posera que la notion de médialiture s’impose en ce qu’elle est susceptible de rendre compte du phénomène  intermédial, et plus précisément interartial, dans le cadre spécifique de l’art littéraire. Pour étayer cette hypothèse générale, nous suggérons le raisonnement ci-après, dont les articulations se rapportent aux questions de la problématique ci-dessus :

L’intermédialité réfère à l’intrication des médias sur le double plan synchronique et diachronique, de sorte qu’on puisse les hiérarchiser en médias englobants et englobés, transcendants et transcendés, c’est-à-dire en  hypermédias et hypomédias, les uns relativement aux autres. Dans ces conditions, la spécificité d’un média se rapporterait à son caractère englobant, transcendant ou hypermédiatique (ou, à l’inverse, englobé, transcendé, hypomédiatique) par rapport aux autres médias, ce caractère étant donc patent, qui correspond à une mise en abyme de tous les autres médias en présence par ce média dominant, et ce suivant diverses modalités que l’on peut emprunter à l’intertextualité genettienne. Dès lors,  la médialiture correspondrait bien à une pratique littéraire englobant, transcendant ou dominant les autres pratiques artistiques en les intégrant en son sein suivant une logique de mise en abyme systématique, foisonnante et généralisée de celles-ci, comme dans une sorte de Gesamtkunstwerk wagnérienne mais polarisée par la littérature. Dès lors, on peut prendre les concepts de médialiture et de médiascripture, qui sont presque synonymes, au sens d’intermédialité dans la / en  littérature, mais surtout, de manière plus précise, au sens de littérature intermédiale, ce qui nous semble conforter leur pertinence conceptuelle. En effet, ce sur quoi ils insistent et qui sera au centre de la réflexion est qu’ils servent à caractériser une production ou une tendance littéraire (post)moderne dans laquelle le scriptural est réduit à l’essentiel, ce scriptural n’étant plus alors qu’un biais qui pourrait bien être remplacé par un autre (peinture, architecture, musique, danse, etc.) sans que le contenu de l’oeuvre en soit altéré. En d’autres termes, ces concepts insistent sur le fait, non pas de la littérarité de l’oeuvre mais sur celui de son intermédialité à laquelle est subordonnée une littérarité qui ne sert ici que de vecteur ou de plateforme interartial. Un peu comme si le principe de l’oeuvre d’art totale était repris littérairement, comme il pourrait l’être musicalement, architecturalement ou picturalement.

De telles hypothèses requièrent, comme outils d’analyse généraux, les théories intermédiale et intertextuelle, ainsi que celle de l’art total de Richard Wagner. Le premier outil servira à analyser les jeux et les enjeux épistémologiques des notions d’intermédialité et de médialiture ; le deuxième outil servira de tremplin heuristique dans la mise en évidence des possibles médiascripturaux ; et le troisième outil servira éventuellement de repère manifestaire garantissant la nécessité de la notion de médialiture. Il devait alors apparaitre que la création littéraire a évolué de plus en plus vers le médialittéraire depuis l’époque du modernisme.

Des hypothèses ci-dessus découlent aussi trois grands axes de réflexion :

  • L’histoire générale de la médialiture
  • Les possibles médiascripturaires / médialittéraires
  • Les études de cas (la médialiture dans telle ou telle oeuvre ; la poétique de la médialiture chez tel auteur ; etc.)

Comme le suggèrent les parenthèses dans l’intitulé du présent appel à contributions, les analyses peuvent s’ouvrir ou s’étendre aux autres arts en tant qu’hyperarts, autorisant alors, de ce fait, un quatrième axe de réflexion.

Les propositions d’articles sont à envoyer avant le 30 novembre 2012 à l’adresse électronique : gfranguiyoba@yahoo.fr

Après avis du comité scientifique, les auteurs des propositions retenues seront informés avant le 30 décembre 2012.

La parution de l’ouvrage est prévue pour décembre 2013.

Comité scientifique :

 Matthijs Engelberts (Université d’Amsterdam, Pays-Bas)

 François Guiyoba (ENS de Yaoundé, Cameroun)

 Eric Méchoulan (Université de Montréal, Canada)

 Salma Mobarak (Université du Caire, Egypte)

 Jürgen Erich Müller (Université de Bayreuth, Allemagne)

 Isabel Rio Novo (ISMAIA, Porto, Portugal)

 Jean Christophe Valtat (Université de Montpellier, France)

 Célia Vieira (ISMAIA, Porto, Portugal)

Responsable : Centre de Recherches en Littérature Comparée (CERLICO) de l’ENS de Yaoundé, BP 47 Yaoundé (Cameroun).

Selon l’expression de Jürgen E. Müller qui la préfère à celle de discipline pour désigner cette théorie.

Responsable : Centre de recherches en littérature comparée (CERLICO)

Adresse : BP 47 Yaoundé (Cameroun)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les blogs BD au féminin

Laure Bianchini, Elisa Bricco, Anna Giaufret, Nancy Murzilli de l’université de Gènes lancent pour le compte de la revue Publipharum un appel à communication portant sur les « blogs de BD au féminin ». Les chercheurs s’intéressant à la culture graphique sont ainsi invités à s’interroger sur un objet (le blog BD) qui est présenté à travers des notions comme « évolution », « innovation » ou « hybridation » (de différentes formes comme le reportage ou le journal intime). Même s’il nous semble pertinent (car il y a effectivement lieu d’interroger la force de nouveauté de blogs auxquels plusieurs ouvrages furent consacrés), ce parti-pris nous semble toutefois ne pas poser un problème que nous aimerions voir nos lecteurs soulever : pourquoi ce support et cette forme d’écriture en mouvement (le blog) a-t-il permis l’affirmation d’une identité sexuée (en l’occurrence féminine) ? Peut-être est-il en effet possible de lier l’émergence d’auteurs femme et bouleversement des traditionnels modes d’édition : la naissance de roman graphique et l’apparition d’un genre comme l’autobiographie s’est ainsi accompagnée d’un large renouvellement des créateurs (pensons à Marjane Satrapi, Debbie Drechsler ou encore Alison Brechdel…). Nous laissons nos lecteurs explorer cette piste avant le 15 novembre prochain.

 

 Appel à contribution

Numéro de mars 2013 de la revue en ligne

Publifarum sur les « Blogs de BD au féminin ».

Argumentaire

Entre arts graphiques, écriture et technologie le blog est un genre qui attire aujourd’hui de nombreux auteurs, qui peuvent ainsi s’exprimer librement et s’ouvrir à un vaste public. Ce nouveau support qui exploite tous les atouts du web 2.0 joue aussi avec sa multimodalité et sa capacité d’interaction. Le blog est aujourd’hui choisi comme moyen d’expression par un nombre grandissant de jeunes auteurs de bandes dessinées, qui y arrivent après avoir publié sur papier ou le choisissent directement.
Dans le cadre de la semaine de la Francophonie, les Universités de Gênes, Turin et Bologne ont organisé en collaboration avec les Alliances françaises de ces trois villes une tournée d’auteurs réunissant quatre jeunes créatrices de blogs BD provenant de pays et d’horizons différents : Nawel Louerrad (Algérie), Sylvie-Anne Ménard, (Québec), Lorena Canottiere (Italie) et Elsa Caboche (France).
Les actes de ces journées seront rassemblés dans un numéro multimédia de la revue en ligne Publif@rum (http://www.publifarum.farum.it), revue ayant obtenu en 2011 le label DOAJ. Ce numéro publiera, outre des  articles scientifiques sur les enjeux de la bande dessinée numérique francophone, des entretiens menés avec les quatre blogueuses invitées, accompagnés de dessins qu’elles réaliseront pour ce numéro, les podcasts des conférences tenues lors de ces rencontres.

Ce numéro de la revue en ligne Publif@rum  a un double objectif : la publication des actes de cette journée et l’élargissement de la réflexion sur un sujet encore mal cerné par la recherche académique tel que le monde des blogs BD, et plus précisément celui des blogs BD féminins francophones. C’est pourquoi nous lançons cet appel à contribution auprès de chercheurs spécialisés dans la recherche sur la BD numérique.

Il s’agirait de réfléchir sur une forme et un médium qui, en tant que tel, est encore jeune et en constante évolution : il s’est à peine constitué comme objet d’étude. La BD numérique est en effet apparue sur le net francophone au début des années 2000, une dizaine d’années après son émergence aux Etats-Unis, entrainant une série de questionnements, notamment sur son statut (est-ce réellement de la BD ?), son fonctionnement interne (a-t-on affaire à un nouveau médium ou à une transposition du médium papier ? la forme doit-elle s’adapter au support numérique et exploiter nécessairement l’interactivité et le multimédia) ou encore sur son autonomie par rapport au marché éditorial traditionnel (quelle est la viabilité économique de ces productions ? quid du piratage et de la valorisation des auteurs hors des circuits habituels ?). Face à ces bouleversements, la réflexion théorique sur le sujet s’est mise en place tardivement, et reste sujette à une obsolescence rapide, due à l’évolution constante du médium. D’autres, depuis, ont cependant pris le relais – essentiellement des revues en ligne et des sites spécialisés (Comptoir de la BD, ActuaBD, Neuvième Art 2.0, Phylacterium, Du9, etc). C’est aussi le cas de jeunes chercheurs comme Anthony Rageul, auteur d’une étude sur la Bande dessinée interactive : comment raconter une histoire, ou d’Elsa Caboche, l’une des invitées de la tournée, dont le travail a l’originalité d’être à la fois théorique et pratique.

Quelques pistes d’interrogation non restrictives et non exhaustives : quelles sont les particularités de cette forme moderne d’autopublication ? Les blogs BD sont-ils voués à la dimension autobiographique qui caractérise la plupart d’entre eux ? Peut-on parler d’un genre du blog BD féminin ? Quel dialogue le blog BD construit-il entre l’élément textuel et l’élément iconique ? Les blogs BD féminins offrent-ils des éléments spécifiques pour la recherche en linguistique et socio-linguistique ? Le blog de Nawel Louerrad (http://nawel-louerrad.blogspot.it), par exemple, qui s’adresse à un public en grande partie francophone (aussi bien à l’intérieur de l’Algérie qu’à l’extérieur), est largement écrit en français, mais a recours à l’arabe là où il rencontre l’intraduisibilité d’expressions particulièrement significatives dans le contexte algérien. Quelles innovations permet le blog BD du point de vue de la transcription de l’oralité dans les bulles de dessin ? Peut-on parler d’hybridation entre plusieurs pratiques (journal, autofiction, autobiographie, BD, illustration, dessin animé) et d’intermédialité au sujet du blog BD ?

Bibliographie indicative

–    Scott McCloud, Reinventing Comics : How imagination and Technology Are Revolutionizing an Art Form, New York, William Morrow Paperbacks, 2000.
–    Thierry Groensteen, Bande dessinée et narration, Paris, PUF, 2011.
–    « La bande dessinée sur écrans », Neuvième art 2.0
–    Sébastien Naeco, La BD numérique, état des lieux, enjeux et perspectives, 2011 ; Hermès, n°54, CNRS éditions, 2009
–    Anthony Rageul, Bande dessinée interactive : comment raconter une histoire – Prise de tête, une proposition entre minimalisme, interactivité et narration, dir. Joël  Laurent, Univ. Rennes 2, Arts Lettres communication, Dpt. Arts plastiques (2009)
–    Julien Baudry, « Répliques : La BD numérique, enjeux et perspectives par Sébastien Naeco », http://www.du9.org/dossier/repliques-la-bd-numerique-enjeux  (mai 2011)
–    Thierry Smolderen, « Coconino World : explorer l’espace des formats BD/I », dossier « La BD et le net », 9e art, n°8, janv. 2003, CNBDI/Editions de l’an 2, Angoulême, p. 40-45.
–    Emission sur Mediapart : « La BD à l’ère numérique » (26/06/2011) (http://blogs.mediapart.fr/edition/comic-strip/article/260911/la-bd-lere-numerique-le-podcast )
–    Boudissa M., 2010, La Bande dessinée, entre la page et l’écran : Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique., Thèse en esthétique, sciences et technologie des arts, Université Paris VIII.
–    Clément J., 2000, Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace, [En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr ].

Calendrier

15 novembre 2012 : envoi de la proposition de contribution  (sous forme d’un résumé d’environ 3000 caractères espaces compris)
– 30 novembre 2012 : confirmation d’acceptation des propositions
31 janvier 2013 : soumission de l’article
– 1er mars 2013 :confirmation d’acceptation
– 31 mars 2013 : publication du numéro
Les articles comprendrons entre 20 000 et 35 000 caractères espaces compris. Ils doivent être soumis en français et être accompagnés d`un résumé en français et en anglais (200-250 mots), de 5 mots clés, des noms, ainsi que des affiliations et adresses e-mail du ou des auteurs. Les articles et questions complémentaires doivent être adressés à :
publifarumblogbd@gmail.com
Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail.

Comité scientifique

Laure Bianchini, Elisa Bricco, Anna Giaufret, Nancy Murzilli (Université de Gênes)

Responsable : Comité scientifique de Publifarum

Url de référence :
http://www.publifarum.farum.it

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités intègre le Directory of Open Access Journals

Cette troisième année d’existence des Carnets de la bande dessinée s’achève en fanfare puisque la revue Comicalités vient d’être officiellement intégrée au Directory of Open Access Journal (DOAJ). Sélectionnant des revues selon des critères rigoureusement scientifiques (administration de la revue par différents comités, production de travaux de recherche et non de vulgarisation), ce portail a vocation à mettre en valeur des revues adoptant un certain mode de diffusion de l’information : l’ « open access », c’est-à-dire la libre consultation des résultats de la recherche et sa mise à disposition auprès du nombre de chercheurs le plus étendu possible.

Tel est le cas de notre revue, et plus largement la position de la plateforme Openedition qui nous héberge : rejoignant des publications comme COnTEXTES, Études photographiques ou Semen (diffusée par revues.org), Comicalités intègre ainsi la catégorie « Langages and litteratures » et se découvre un nouveau voisinage puisqu’elle cohabite avec la revue canadienne Belphegor, l’Américaine ImageText ou encore la Flamande Image and narrative. Toutes sont en effet accessible via le moteur de recherche développé par le DOAJ et cette intégration nous semble donc constituer une forme de reconnaissance, tant pour notre travail que pour la bande dessinée : Comicalités appartient désormais pleinement à l’espace scientifique européen et mondial.

Cette bonne nouvelle intervient alors que notre revue vient tout juste de fêter son premier anniversaire et présente un bilan qui nous semble franchement positif : en un an, nous avons publié 14 articles (soit l’équivalent de deux numéros de revue), lancé 3 appels à communication (dont les fruits seront mis en ligne dans les mois qui viennent) et surtout fédéré un grand nombre de chercheurs. Chargés de déterminer l’orientation scientifique de la revue et de certifier la qualité de ses publications, les différents comités de Comicalités regroupent en effet 33 chercheurs ; et leur composition témoigne d’un bon accueil du monde de la recherche puisqu’on y trouve pas moins que 12 professeurs des universités et 11 maîtres de conférences.

Avec plus de 3700 lecteurs mensuels, notre revue semble également avoir trouvé son public et talonne presque Les Carnets de la bande dessinée (environs 5700 lecteurs mensuels) dont le bilan nous semble également positif. En effet, leur audience augmente, malgré un rythme en légère baisse (puisque 65 billets furent publiés sur une période de 46 semaines : avis aux rédacteurs potentiels, vous êtes les bienvenus !). Ceux-ci semblent surtout servir un partage de l’effort de recherche comparable à celui que j’appelais de mes vœux les 12 septembre dernier en ouverture de notre seconde saison : responsables de la thématique « Raconter à l’heure du numérique », Julien Falgas et Anthony Rageul ont en effet publié plusieurs billets pour expliciter le champ scientifique qui leur fut confié et stimuler l’imagination des auteurs. Se refermant pour l’été au moment où se clôt l’appel à communication qu’ils ont signé, les Carnets leur adressent donc de sincères félicitations et leur donne rendez-vous, ainsi qu’à l’ensemble de leurs lecteurs, en septembre prochain.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Raconter à l’ère numérique : limites des approches théoriques de la BD numérique

Aspirant à répondre à notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique » ou impatient d’en lire le résultat, voici le dernier d’une série de billets destinés à accompagner vos réflexions sur le sujet…

Thierry Groensteen constate aujourd’hui qu’en 20 ans, l’ordinateur est devenu omniprésent dans la production et la publication de bandes dessinées imprimées (Groensteen, 2011). Pour de plus en plus d’albums, l’encre et le papier sont de nouveau un support de reproduction pour des images réalisées avec d’autres outils. Les outils informatiques ont remplacé la plaque de cuivre ou la gravure sur bois, dans le but de publier des livres de papier. Comme en convient Groensteen, pour bien des récits de bande dessinée, le développement d’une diffusion sur ordinateur n’est pas un changement de support, mais une continuité. Selon ses mots, nous vivons « un tournant historique. Nous sommes au moment où la bande dessinée est interpellée de plein fouet par la montée en puissance de la bande dessinée numérique online, des webcomics. ».

A présent, toujours selon Thierry Groensteen :

« La question majeure qui semble se poser est de savoir si la bande dessinée numérique interactive de demain pourra encore être considérée comme de la bande dessinée, ou bien si, soit qu’elle ouvre des possibilités d’expression radicalement nouvelles, soit qu’elle change du tout au tout l’expérience même de la lecture, nous assistons à la naissance d’un nouveau média. »

Thierry Groensteen s’appuie sur le travail d’Anthony Rageul (Rageul, 2009) et sur celui de Magali Boudissa (Boudissa, 2010) pour définir ce que serait la « bande dessinée numérique interactive de demain » et sous quelles conditions elle pourrait encore obéir à une ontologie de la bande dessinée. Cette approche me semble se heurter à un double écueil paradigmatique et heuristique.

Le paradigme choisi par Thierry Groensteen comme par Magali Boudissa pose la bande dessinée en objet immanent. La bande dessinée devrait s’adapter aux support numérique tout en conservant son intégrité, en respectant ses limites ontologiques. Ce même paradigme pousse Anthony Rageul à définir d’emblée ce qu’il nomme « la bande dessinée interactive » comme un nouveau medium, avant de s’interroger sur les spécificités qui fonderaient son existence. Ainsi, le paradigme de l’immanence de la bande dessinée est si prégnant qu’il contamine sa petit soeur numérique : à peine émancipée de sa génitrice, elle est sommée de se doter sans tarder de sa propre ontologie. A la suite de Jean Clément ou de Lev Manovitch, je préfère considérer que l’ère numérique appelle son propre langage narratif et que ce langage émerge en s’appuyant sur les langages antérieurs, tout comme la bande dessinée elle-même s’est forgée autour de 1900 dans un « creuset résolument polygraphique qui n’a manqué aucune des révolutions majeures menant à l’âge audiovisuel » (Smolderen, 2009).

L’écueil paradigmatique me semble être le fruit d’un écueil heuristique : Thierry Groensteen a popularisé une approche sémiotique de son objet. Or, comme le rappelle Michel Fayol en se référant à Mandler, « le jugement subjectif basé sur le traitement métalinguistique n’est pas aussi apte à révéler l’organisation sous-jacente des narrations [que des expériences de rappel ou de traitement ‘online’] » (Fayol, 1985). La sémiotique et le structuralisme me semblent trouver d’autant plus leurs limites face aux formes narratives émergentes de l’ère numérique. Il n’est pas possible d’adopter une démarche d’analyse systématique lorsque chaque récit peut inventer sa propre forme. La bande dessinée ne peut être abordée comme une immanence à l’ère numérique. Seule l’étude de la production et de la réception des récits pourra permettre de comprendre la part jouée par la bande dessinée dans la constitution de nouvelles formes narratives.

En adoptant le paradigme de la bande dessinée comme forme transitoire du récit à l’ère numérique, je propose d’aborder la bande dessinée comme héritage et non comme horizon. La bande dessinée fournit ainsi un référent par rapport auquel observer le récit en mouvement.

Références citées

  • Boudissa, Magali, La bande dessinée entre la page et l’écran: Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique, Thèse d’esthétique, sciences et technologies des arts, Paris VIII, 2010, 399 p.
  • Clément J., 2000, « Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace », Adresse : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr/.
  • Fayol, Michel, Le récit et sa construction : une approche de psychologie cognitive, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1985, 159 p.
  • Groensteen, Thierry, Bande dessinée et narration, Système de la bande dessinée 2, Paris, P.U.F., 2011, 220 p.
  • Manovitch, Lev, Le langage des nouveaux médias, Dijon, les Presses du réel, 2010, 608 p.
  • Rageul, Anthony, Bande dessinée interactive: comment raconter une histoire? Prise de Tête, une proposition entre minimalisme, interactivité et narration, Mémoire

Julien Falgas

Formé aux arts plastiques et aux contenus web, je suis un observateur et un acteur assidu de l'évolution de la bande dessinée numérique. Webmestre pour l'Université de Lorraine, j'assure des enseignements devant des étudiants en Sciences de l'information et de la communication. Depuis 2011, je prépare une thèse consacrée aux usages des dispositifs de publication numérique par les auteurs et les publics de bande dessinée.

More Posts - Website

Le corps et le récit

Cette fiche ouvre quelques pistes de réflexion pour une approche plasticienne ou esthéticienne de notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique ».

Confortablement assis dans son fauteuil, allongé sur son lit, telles sont les deux positions que l’on prête au lecteur de bande dessinée. La question du corps du lecteur est traditionnellement réduite à ce lieu commun. Si la bande dessinée est, comme le prétend McCloud, « une nature morte que l’on explore de manière vivante »1, cette vie tient toute entière dans l’orientation du regard sur les pages et le fait de tourner celles-ci. Une exploration certes vivante mais qui convoque des gestes si machinaux et si ancrés culturellement, échappant à la conscience du lecteur, qu’on ne peut parler d’un réel investissement de son corps.

A l’ère numérique, la question du corps est réactivée. Le développement des terminaux portatifs permettant la lecture de littérature et de bande dessinée numérisées ou numériques pose au moins deux questions quant au corps. La première est celle de l’environnement dans lequel le lecteur se trouve, ces terminaux ayant vocation à une lecture en tous lieux, au premier rang desquels nous pensons aux transports en commun. La seconde est celle de l’ergonomie, de la manipulation de l’outil : le design d’interaction y répond par une recherche de la simplicité, de l’évidence, bref de gestes voués, eux aussi, à devenir machinaux et naturels. L’utilisateur d’iPhone ou iPad a déjà l’habitude de faire défiler les cases en faisant glisser son doigt sur l’écran. Pourtant, l’apparente évidence de l’interactivité cache une réelle problématique de la place du corps face à ou dans l’œuvre et de la médiation du corps dans l’immersion du lecteur, laquelle immersion serait dès lors nécessairement physique.

Cette intuition, appelée à devenir une hypothèse, trouve son origine dans une expérience vécue par hasard et que nous invitons notre lecteur à reproduire. Elle consiste à réaliser une capture d’écran vidéo de sa consultation de Hobo Lobo of Hamelin, bande dessinée numérique de Stefan Živadinović2. Chaque page de celle-ci est une bande horizontale bien plus longue que la largeur de la fenêtre du navigateur. La lecture se fait donc en faisant défiler cette bande de droite à gauche en utilisant l’ascenseur horizontal. Ce mouvement dévoile une surprise : les différentes couches qui composent le dessin se déplacent à des vitesses différentes, en décalage les unes par rapport autres. Ainsi les éléments au premier plan défilent sous nos yeux plus vite que les éléments du second plan, et ainsi de suite jusqu’à l’arrière-plan, le plus lent de tous. Il s’agit là d’un effet de parallaxe simulant le mouvement relatif des objets les uns par rapport aux autres en fonction de leur éloignement lorsqu’on les regarde en se déplaçant (par exemple lors d’un trajet en train ou en voiture : les arbres au bord de la route ou de la voie ferrée semblent défiler à toute allure quand nous avons tout le temps d’observer les bovins paissant plus loin dans les champs). Bref, ce dispositif simule l’effet ressenti d’un déplacement du lecteur le long du strip et, partant, dans la cité de Hamelin. Or, le visionnage de la capture d’écran vidéo ne produit pas cet effet, ou en tout cas lui fait perdre de sa force. Certes, on voit toujours le mouvement asynchrone des différents plans, l’effet de parallaxe est toujours là, l’illusion de profondeur également, au même titre que dans un dessin animé. Seulement, si on voit le mouvement, on n’y est plus sensible : on ne perçoit plus ce décalage de vitesse qui existe entre notre geste avec la souris pour actionner l’ascenseur, synchronisé avec le premier plan, et le déplacement désynchronisé des quatre autres plans.

Cette expérience augure des pistes de travail et de réflexion assez inédites sur la place du corps du lecteur par rapport au récit, que celui-ci soit dessiné ou non. Elle nous invite en quelque sorte à nous intéresser au versant resté inexploré dans la Corr&spondance entre Jean-Christophe Menu et Christian Rosset3, consacrée exclusivement au corps de l’auteur. Au-delà d’un simple changement d’état du lecteur, de la passivité à l’activité, c’est la question de l’immersion dans le récit qui est posée. Dans le cas de la bande dessinée numérique, et dans notre exemple, elle passerait par une immersion dans l’image. Cette immersion reposerait sur la médiation du corps via le dispositif interactif. Quand bien même tout l’investissement physique consiste à déplacer la souris, c’est bien la main, le corps donc, qui ressent l’effet concocté par l’auteur. Il semble pertinent d’interroger cette « boucle de l’immersion  », qui part de l’image et de son dispositif interactif, passe par le corps et revient à l’image. Elle entraîne aussi à questionner comment l’immersion du lecteur connaît un basculement pour devenir en partie physique et, au-delà d’une immersion physique dans l’image, quels sont les effets d’une immersion physique dans un récit.

Autant de graines que nous semons dans l’esprit de nos lecteurs, autant de problématiques que nous les laissons maintenant cultiver.

1McCloud Scott, Réinventer la bande dessinée, traduit par Jean-Paul Jennequin, Paris, Vertige graphic, 2002, p.233.
2Živadinović Stefan, Hobo Lobo of Hamelin, http://hobolobo.net/, consulté le 19 avril 2012.
3Rosset Christian et Menu Jean-Christophe, Corr&spondance, Paris, l’Association, 2009.

Mangaphilie, mangafolie : 6e université d’été de la bande dessinée

 

La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’image vient de publier le programme de la prochaine université d’été de la bande dessinée : « Mangaphilie, mangafolie ? » Du 2 au 4 juillet, il sera donc question d’un genre qui fut un vecteur considérable de renouvellement, voire de bouleversement, de la bande dessinée. La chose est sensible à plusieurs niveaux, tant graphiques que narratifs ou encore médiatiques (le manga ouvrant clairement la voie à un véritable « système des objets » culturels pour reprendre le titre d’un ouvrage de Jean Baudrillard). Le programme que nous reproduisons ci-dessous traite de l’ensemble de ces aspects et l’événement s’annonce ainsi comme l’une des premières tentatives pour penser ce phénomène de façon véritablement exhaustive. Les inscriptions sont ouvertes et nous invitons tous nos lecteurs à prendre connaissance de leurs modalités en se rendant ici.

6ème université d’été de la bande dessinée : mangaphilie, mangafolie ?

du 2 au 4 juillet 2012 (Angoulême)

Après plus de vingt ans de présence du manga en France, l’Université d’été de la bande dessinée, organisée par la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et le Pôle Image Magelis, fait le bilan du phénomène qui a modifié le paysage de l’édition de la bande dessinée et établi un nouveau modèle économique, voire engendré une nouvelle culture.

Alors phénomène de société ou mode ? Comment expliquer le succès fulgurant des mangas chez les jeunes ? Quid de la « japanisation » de la bande dessinée ?
Pour répondre à ces interrogations les différents spécialistes réunis pour ce rendez-vous désormais incontournables évalueront les conséquences de l’arrivée du manga en occident, analyseront sa situation économique après deux décennies de succès et regarderont la situation de la bande dessinée japonaise aujourd’hui, en France, au Japon et dans le reste du monde, et les développements à venir.
Les conférences permettront de mieux cerner la notion de « culture manga » – à travers des études inédites sur le lectorat des mangas par exemple – et les débats porteront sur le statut des mangakas, le manga à la française ou encore la place du manga au sein de l’édition numérique…

Benoît Berthou sera le grand témoin des débats.
Frédéric Bézian sera le témoin graphique.

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

p r o g r a m m e

lundi 2 juillet 2012 de 14h à 18h
le phénomène manga

l’arrivée du manga en Occident, les conséquences
Retour sur l’histoire de la diffusion des mangas dans le monde. Impacts sur les territoires ayant une forte tradition bande dessinée : la France et les États-Unis. Conséquences pour l’édition, en librairie, en bibliothèque.
en Europe par Jean-Pierre Mercier
en Amérique du Nord par Paul Gravett

la situation économique en Occident 
L’étranger représente la part croissante des ventes de mangas. Les demandes des éditeurs en Occident n’ont cessé d’augmenter ces dix dernières années, au point que dans certains pays « consommateurs » elles ont pratiquement supplanté les productions nationales. Et en France ? La machine à succès a-t-elle encore de belles années devant-elle ? Le marché n’est-il pas en train de se tasser, quid des autres productions asiatiques ?
par Xavier Guilbert

l’économie du manga aujourd’hui au Japon Même s’il accuse un tassement significatif ces dernières années, le manga représente tout de même 40% du marché de l’édition japonaise pour un chiffre d’affaires qui dépasse les 4 milliards d’euros par an. Examen de ce marché et de la situation aujourd’hui.
par Kensuké Noda

table ronde : les implications économiques et politiques du système de publication japonais et de la diffusion des mangas dans le reste du monde

mardi 3 juillet 2012 de 9h à 18h
manga et culture

le manga d’auteur
Un des pionniers de l’édition du manga en France, Tonkam, devenu depuis une des collections des éditions Delcourt, a très vite défriché le terrain de la bande dessinée d’auteur (Taiyō Matsumoto, par exemple) avec Amer béton, Frères du Japon. Ouvrant la voie à d’autres : Vertige Graphic (Gen d’Hiroshima de Keiji Nakasawa, Coup d’éclat de Yoshihiro Tatsumi), ego comme X (Yoshiharu Tsuge, Kazuichi Hanawa), Cornélius (Shigeru Mizuki), Imho (Tori Miki, Nekojiru, Junko Mizuno, Shigeru Sugiura), le Lézard noir (Suehiro Maruo, Akino Kondoh, Ax, Takashi Fukutani). Ces dernières années la bande dessinée d’auteur n’est plus seulement l’apanage des indépendants. Casterman avec ses collections « Écritures » et « Sakka », outre Jirô Taniguchi, publie Yôji Fukuyama, Kiriko Nananan, Hideji Oda, Kan Takahama… Pika (Hachette) a fait découvrir l’œuvre de Moyoko Anno. Kana (Dargaud) a introduit le travail de Naito Yamada ou de Kamimura.
par Pierre Laurent Daurès

figures du mangaka dans les manga une approche de la condition d’auteur de bande dessinée au Japon à travers ses représentations dans les fictions et les autobiographies.
par Nobuhiko Saito

table ronde : la bande dessinée japonaise d’auteur dans l’édition française.

la culture manga ?

Difficile d’imaginer désormais un festival de la bande dessinée, du dessin animé, du jeu vidéo, un tant soit peu important, sans son versant manga, fût-il symbolique : bandes dessinées, produit dérivés (goodies), musiques, jeux vidéo, travestissements (cosplay), formant un ensemble solidaire auquel s’identifient des communautés aux comportements fortement ritualisés. Se reconnaissant donc dans ce que certains désignent comme la « culture manga ». Mais peut-on véritablement parler de culture ?

les lecteurs de mangas : qui lit des mangas, quels mangas ?
Présentation des résultats de la vaste étude sur les lecteurs de bandes dessinées réalisée par le Département des études et de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et la Bibliothèque publique d’information. Destinée à compléter les premières données issues de l’enquête sur les Pratiques culturelles de 2008, cette enquête nationale apporte des éléments inédits en termes de taux de pénétration de la lecture de bandes dessinées et de profil sociodémographique des lecteurs. Cette présentation situera plus particulièrement la lecture des mangas dans le champ de la lecture des bandes dessinées.
par Christophe Evans

les mangados, lire des mangas à l’adolescence
Titre de l’ouvrage de Christine Détrez et Olivier Vanhée, fruit d’une enquête sur les pratiques de lecture adolescentes. Comprendre ce qui pousse un adolescent ou une adolescente à lire des mangas aujourd’hui oblige à procéder en deux temps. Tout d’abord, le manga « s’encastre » parfaitement dans la « culture jeune » : il s’insère dans toute une constellation d’intérêts, dont la musique, la sociabilité, le numérique, les pratiques amateurs. Mais le manga est aussi le support d’appropriations savantes ou concrètes (apprendre à dessiner, s’habiller, etc.), éthiques et identificatoires.
par Christine Détrez

table ronde : la culture manga, la segmentation du lectorat, les festivals, les cosplays…

mercredi 4 juillet 2012 de 9h à 13h
extensions

l’édition numérique au japon
Selon certains observateurs : l’édition du manga au Japon doit sa sortie de crise au numérique qui lui a ouvert de nouveaux débouchés économiques. Quelle place occupe occupe le manga numérique aujourd’hui. Quelle est son influence sur l’édition papier traditionnelle ?

manga numérique, quelle offre chez les éditeurs français ?
Étonnamment, l’édition française de manga semble accuser un certain retard en la matière. Quelles en sont les raisons ?
par Mario Geles

le scantrad
Entre démarche fanique et piratage industriel, le phénomène a pris une ampleur telle que les auteurs et les éditeurs, hier complaisants, se mobilisent pour limiter voire s’opposer au phénomène. Mais de nouvelles relations ne sont-elles pas en train de se développer entre éditeurs et « teams » de « scantrad » ?
par Aurélien Pigeat

vers une bande dessinée globale
Bandes dessinées « hybrides », global manga, manfra… : doit-on voir dans ces productions l’émergence de ce qui pourrait s’apparenter à une « bande dessinée globale » ? Quelle est la place aujourd’hui occupée par ces mangas « locaux » ?
par Benoit Berthou

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne,
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Raconter à l’ère numérique : un contexte de convergence

Aspirant à répondre à notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique » ou impatient d’en lire le résultat, voici le deuxième d’une série de billets destinés à accompagner vos réflexions sur le sujet…

Le récit est confronté aujourd’hui à une vaste pluralité médiatique. Parallèlement, nous avons progressivement développé une large variété de formes de discours non narratives pour transmettre les valeurs et les savoirs dans nos sociétés contemporaines. Mais l’ère numérique place le récit dans une situation plus problématique encore. Avec Internet, la grande variété de média que le porteur d’une histoire pouvait solliciter pour formuler son récit, tout comme les différentes formes de discours qui concurrençaient déjà le récit, convergent sur les mêmes écrans de l’hypermédia numérique. Dans ce contexte nouveau, non seulement le récit ne va pas de soi, mais il est en plus appelé à se réinventer à travers la rencontre sur les écrans de médias dont les langages évoluaient jusque là dans des espaces bien distincts.

Jean Clément juge que le récit sur support numérique est appelé à trouver son propre mode d’écriture. Mais il reconnaît que l’inspiration des formes d’écritures antérieures est nécessaire pour y parvenir (Clément, 2000) :

Au cours des siècles passés, chaque changement matériel des supports narratifs a entraîné d’importantes modifications dans l’art de raconter des histoires. Ces modifications se sont faites progressivement, les créateurs cherchant au début de chaque nouvelle étape à reproduire les modèles de l’époque précédente avant d’explorer les possibilités narratives du support émergent. Les chansons de gestes du moyen âge transposent la littérature orale antérieure, le roman moderne, né de l’invention du livre, met près d’un siècle à s’imposer aux côtés de l’épopée ou des fabliaux, le cinéma dans ses débuts reproduit la scène théâtrale, etc.. Nous ne sommes entrés dans l’ère du numérique que très récemment. Il n’est donc pas surprenant que les oeuvres multimédias qui apparaissent aujourd’hui cherchent encore un mode d’écriture qui leur soit propre. Du point de vue de la narration, en particulier, tout reste encore à inventer.

Devant cette situation exceptionnelle et face à la tentation d’adopter une démarche prospective et de se poser en visionnaire, Lev Manovitch préfère « construire une généalogie […] du langage des médias informatiques au moment même de leur apparition ; c’est à dire lorsque les éléments de formes culturelles antérieures qui les avaient façonnés étaient encore nettement visibles et reconnaissables en eux, ne s’étant pas encore fondus en un langage cohérent. » (Manovitch, 2001). C’est le programme qu’il suit, s’appuyant sur son expertise du langage cinématographique. Se défendant de se livrer à la « spéculation sur l’avenir », Lev Manovitch ne s’inscrit pas moins dans l’une des quatre hypothèses prospectives formulées par Paul Soriano pour envisager la résultante des rencontres entre les différents médias diffusés sur les supports numériques (Soriano, 2007) : l’hybridation, plutôt que la substitution, la simulation ou la cohabitation.

Décrivant ce qu’il identifie comme une culture de convergence (convergence culture) Henri Jenkins privilégie plutôt l’hypothèse de la cohabitation en défendant le récit transmédia (transmedia storytelling) : une nouvelle forme narrative qui repose sur la mise en réseaux de divers média, traversés par un récit-monde dont chaque média ne délivre qu’un fragment, dans son propre langage (Jenkins, 2006).

Quelle que soit la forme du récit néo-médiatique, il doit aussi composer avec la concurrence des autres formes de discours. Valérie Baudouin identifie deux pôles traditionnellement distincts et qui convergent aujourd’hui sur les supports numériques : la publication et la conversation (Beaudouin, 2002). L’indistinction grandissante entre la publication et la conversation plaide pour le retour à une forme de communication plus proche de l’oralité que de ce à quoi la culture de l’imprimé nous avait habitué. C’est ce retour à une forme d’oralité qui m’a conduit à proposer le concept de conte multimédia pour désigner les récits ludiques étudiés à l’occasion de mon mémoire de maitrise – par opposition aux jeux vidéos proprement dit (Falgas, 2004).

A suivre : la question des usages et le cas de la bande dessinée…

Lorsque je parle de « raconter à l’ère numérique », tout comme les auteurs de Communiquer à l’ère numérique (Granjeon et Denouël, 2011) je pose la question des usages. Face au contexte proposé par l’ère numérique, j’oriente mon approche du récit en m’interrogeant sur ce que l’ère numérique implique pour les usages de production et de réception des récits, c’est à dire pour l’action de raconter.

Le troisième billet de cette série reviendra aux origines de la bande dessinée pour montrer les similitudes frappantes qui les rapprochent de l’ère numérique qui nous occupe ici.

Références citées

  • Beaudouin V., 2002, « De la publication a la conversation », Réseaux, 116(6), pp. 201–225.
  • Clément J., 2000, « Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace », Adresse : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr/.
  • Falgas J., 2004, Toile Ludique, vers un Conte Multimédia | v1.0, Mémoire de maîtrise d’Arts Plastiques, Metz, Université de Metz. Adresse : http://julien.falgas.fr/post/2004/09/22/1300-toile-ludique-vers-un-conte-multimedia-v10.
  • Granjon F., Denouël J., 2011, Communiquer à l’ère numérique : regards croisés  sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’école des mines.
  • Jenkins H., 2006, Convergence culture: where old and new media collide, New York, New York University Press.
  • Manovitch L., 2010, Le langage des nouveaux médias, trad. de l’anglais par R. Crevier, Dijon, les Presses du réel.

Julien Falgas

Formé aux arts plastiques et aux contenus web, je suis un observateur et un acteur assidu de l'évolution de la bande dessinée numérique. Webmestre pour l'Université de Lorraine, j'assure des enseignements devant des étudiants en Sciences de l'information et de la communication. Depuis 2011, je prépare une thèse consacrée aux usages des dispositifs de publication numérique par les auteurs et les publics de bande dessinée.

More Posts - Website

Ecrire l’histoire de la bande dessinée numérique

Après deux ans d’observation attentive des évolutions de la bande dessinée numérique sur mon blog Phylacterium, le moment était venu d’en rédiger une synthèse qui serve de première pierre à l’édifice encore à bâtir de l’histoire de la bande dessinée numérique. Le récent appel à contribution pour Comicalités lancé par Julien Falgas et Anthony Rageul ici-même en est un excellent moyen. A partir du dimanche 29 avril, et à raison d’un épisode toutes les deux semaines, la revue en ligne neuvième art 2.0 hébergée sur le site de la Cité de la bande dessinée va diffuser une « histoire de la bande dessinée numérique » en cinq épisodes. Un panorama qui commence aux premières tentatives de bande dessinée sur CD-Rom au milieu des années 1990, jusqu’à la période de constitution d’un marché éditorial que nous vivons actuellement, en passant par le phénomène des blogs bd en 2005. L’axe problématique principal que j’ai choisi pour analyser les oeuvres et les évolutions en cours est celui des relations entre la bande dessinée numérique et son aînée papier, axe pertinent dans le contexte d’une période de transition et de cohabitation.

L’objectif de ce panorama historique est double. D’une part, il s’agit de mettre à la disposition d’un public varié (auteurs, chercheurs, journalistes, bibliothécaires, éditeurs, amateurs…) des données exhaustives sur la chronologie de la bande dessinée numérique (utilement mise en image par Julien Falgas dans une exposition virtuelle sur Facebook) et les directions les plus évidentes de son évolution ; des repères pour toute personne s’intéressant, personnellement ou professionnellement, à la bande dessinée numérique et voulant vérifier tel ou tel fait, telle ou telle donnée, telle ou telle date. Je fais la synthèse de nombreuses études menées depuis le début des années 2000, rassemblant en un seul endroit des données éparpillées sur Internet et dans les bibliothèques. L’utilité d’un texte de référence me semble d’autant plus évidente que les confusions sont grandes, en particulier à l’heure où le devant de la scène est parfois occupé par des faiseurs de bande dessinée numérisée, et non par une bande dessinée numérique de création qui existe pourtant depuis plus de dix ans. Je souhaite également rétablir quelques exactitudes et éviter les imprécisions qui confondent bande dessinée en ligne et bande dessinée numérique, qui ne voient que la bande dessinée numérisée, qui pensent que la bande dessinée numérique est née avec les blogs bd, ou qui limitent la bande dessinée numérique à un espace de création amateur, gratuit et expérimental. De nombreuses structures sont apparues, certaines ont disparues, mais le paysage qui se dessine entre 1996 et 2012 est bien plus varié qu’on ne pourrait le croire. La méthode historique me permet de livrer un travail qui ne se limite pas à un émerveillement béat face à l’avenir de la bande dessinée, mais qui analyse concrètement les oeuvres, les auteurs et les structures de production, et met au jour le véritable degré d’autonomie de la bande dessinée numérique par rapport à la bande dessinée papier.

D’autre part, le second objectif, à mes yeux plus important que le premier, est d’encourager les réflexions historiques sur la bande dessinée numérique, d’où qu’elles viennent ; journalistes, critiques, étudiants, chercheurs sont invités à prendre mon relai (certains ont déjà commencé), par exemple en répondant à l’appel à communication cité plus haut. Ces réflexions sont indispensables, ne serait-ce que parce que beaucoup des oeuvres sont en train de disparaître dans les limbes d’Internet (Foolstrip, Noomz, les premiers blogs bd sur 20six), et que Internet Archive a été pour moi un allié de poids. Tant que cela est possible, il faut garder un témoignage de ce qu’était la bande dessinée numérique à ses débuts faute de pouvoir le faire dans dix ans. Mon Histoire de la bande dessinée numérique se veut certes un texte de référence, mais il ne suffit pas : il faut poursuivre la réflexion sur de nombreux points encore en suspens que mes limites méthodologiques m’ont empêcher de creuser. Il y aurait encore beaucoup à dire du phénomène des blogs bd pour évaluer son impact global sur la bande dessinée. Les oeuvres des premiers temps mériteraient un examen plus approfondi que je ne le fais, car leur degré d’innovation est souvent exceptionnel et pourrait servir d’exemple aux créateurs à venir. L’analyse économique des structures de diffusion est un travail de longue haleine qui ne peut se résumer à un balancement entre le gratuit et le payant. Parce que ce n’est qu’un manuel introductif, mon texte se limite à l’exposition de grands axes de réflexion et appelle à d’autres analyses plus détaillées, potentiellement contradictoires. Il est destiné à être complété, discuté, critiqué, amendé, et toutes remarques et critiques constructives sont les bienvenues, qu’elles prennent la forme d’un mail à l’auteur (mrpetch@orange.fr), de la publication d’un autre texte, ou de commentaires sur le blog Phylacterium, sur lequel je tiendrais dans les semaines à venir un making-of à épisodes pour expliquer certains choix et ouvrir encore d’autres pistes. Je ne prétends ni à l’exactitude absolue, ni à l’objectivité idéale. Enfin, il m’est impensable de ne pas remercier les quelques personnes qui m’ont aidé, à des degrés divers, dans la réalisation de ce travail : Gilles Ciment, Julien Falgas, Phiip, Jean-Paul Jennequin, Anthony Rageul, Fred Boot, Benoît Berthou, Antoine Torrens et Jacques Sauteron.

Mon principal espoir en proposant ce texte en pâture aux internautes est que, dans quelques années, la connaissance sur l’histoire de la bande dessinée numérique ait si bien avancée qu’il paraisse terriblement obsolète !

Raconter à l’ère numérique : le récit d’abord

En intitulant notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique », nous avons voulu éviter une référence immédiate à la bande dessinée déjà suffisamment présente dans le projet scientifique de Comicalités. Il s’agit de braquer les projecteurs sur l’ambition narrative qui préside à la production et à la réception des récits à l’ère numérique, plutôt que sur les questions liées à l’ontologie de la bande dessinée, déjà largement abordées par la maigre littérature consacrée à la bande dessinée numérique. Cette posture fait écho à celle j’ai choisie pour mon projet de thèse intitulée « Bande dessinée numérique : usages des dispositifs de publications numériques par les auteurs et les publics de bande dessinée » et dont l’objet n’est pas la bande dessinée mais ceux qui produisent ou lisent des récits sur support numérique en revendiquant l’héritage de la bande dessinée.

Aspirant à répondre à notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique » ou impatient d’en lire le résultat, voici le premier d’une série de billets destinés à accompagner vos réflexions sur le sujet…

Le récit face à une pluralité de médias et de formes de discours

Dans son Introduction à la narratologie (Revaz, 2009), Françoise Revaz fait état de l’impossibilité de fournir une définition univoque aurécit comme à la narration. Elle repère toutefois plusieurs propriétés qui permettent de définir le degré de narrativité. Toute narration consiste en une représentation d’actions ou d’évènements, dont les propriétés cumulées déterminent le degré de narrativité :

  • l’inscription dans une chronologie caractérise la chronique,
  • l’existence de liens de causalité entre les actions ou événements successifs caractérise la relation,
  • enfin, le récit au sens strict nécessite une mise en intrigue, « c’est à dire un mode de composition comportant un noeud et un dénouement. »

Dès lors, pour moi, raconter c’est représenter une succession d’actions ou d’évènements. Je nomme histoire cette succession d’actions ou d’évènements. Je nomme narration la représentation de l’histoire. Quant au récit, pris au sens large, il désigne l’acte de communication par lequel s’incarne la narration telle que je l’ai définie. Le récit doit être situé à la fois dans la pluralité de médias auxquels il peut recourir pour incarner la narration, et dans la pluralité des formes de discours avec lesquelles le discours narratif est en concurrence.

Dans son Introduction à l’analyse structurale des récits (Barthes, 1966), Roland Barthes affirme que « le récit est présent dans tous les temps, dans tous les lieux, dans toutes les sociétés ; le récit commence avec l’histoire même de l’humanité ».  La place prépondérante du récit dans les cultures traditionnelles s’explique par la nécessité de relier l’information, de la structurer pour lui donner du sens. Au récit oral originel s’est substituée « une variété prodigieuse de genres, eux-même distribués entre des substances différentes » (Barthes, 1966). C’est dire si le récit est confronté aujourd’hui à une vaste pluralité médiatique. Parallèlement, nous avons progressivement développé une large variété de formes de discours non narratives pour transmettre les valeurs et les savoirs dans nos sociétés contemporaines.

A travers la diversité des formes médiatiques qu’il emprunte et face à la diversité des formes de discours non narratives, le récit n’est aujourd’hui bien souvent plus abordé que comme une expérience esthétique ou de divertissement. Les industries culturelles en ont fait un produit de consommation courante. Le récit comme moyen de transmission de valeurs est aujourd’hui instrumentalisé sous le vocable anglosaxon storytelling, qui désigne une méthode de communication utilisée pour séduire ou convaincre autour des valeurs d’une marque ou d’une organisation.

A suivre : le récit dans un contexte de convergence…

L’ère numérique place le récit dans une situation plus problématique encore. Avec Internet, la grande variété de média que le porteur d’une histoire pouvait solliciter pour formuler son récit, tout comme les différentes formes de discours qui concurrençaient déjà le récit, convergent sur les mêmes écrans de l’hypermédia numérique. Dans ce contexte nouveau, non seulement le récit ne va pas de soi, mais il est en plus appelé à se réinventer à travers la rencontre sur les écrans de médias dont les langages évoluaient jusque là dans des espaces bien distincts.

Le deuxième billet de cette série abordera cette situation exceptionnelle que représente l’ère numérique pour nos pratiques narratives.

Références

  • Barthes, Roland, « Introduction à l’analyse structurale des récits », Communications, vol. 8 / 1, 1966, p. 1-27.
  • Revaz, Françoise, Introduction à la narratologie action et narration, Bruxelles, De Boeck, 2009.

Julien Falgas

Formé aux arts plastiques et aux contenus web, je suis un observateur et un acteur assidu de l'évolution de la bande dessinée numérique. Webmestre pour l'Université de Lorraine, j'assure des enseignements devant des étudiants en Sciences de l'information et de la communication. Depuis 2011, je prépare une thèse consacrée aux usages des dispositifs de publication numérique par les auteurs et les publics de bande dessinée.

More Posts - Website

Raconter à l’ère numérique

  Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? », « Représenter l’auteur de bande dessinée » et « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » (pour lesquels nous pouvons toujours recevoir des propositions), Comicalités. Etudes de culture graphique publie son quatrième appel à communication : la thématique « Raconter à l’ère numérique » est confiée à Julien Falgas et Anthony Rageul.

 

Raconter à l’ère numérique

« Espèce narrative […] à dominante visuelle » (Groensteen, 2011), on considère généralement que la bande dessinée a pour vocation principale de raconter. « Faire le récit de » (Petit Larousse Illustré, 2000). Où il y a récit, on suppose un ordonnancement, un déroulé des événements, un début, un milieu, une fin. On suppose un (ra)conteur, un narrateur, qui guide le lecteur. Moyennant une certaine latitude dans ses marges (bande dessinée abstraite, poétique, expérimentale), ces assertions et définitions sont justes et vérifiées dans toute l’histoire de la bande dessinée, c’est-à-dire quelle que soit sa place dans la société ou dans l’art, quel que soit son modèle esthétique, économique, quel que soit son support ou mode de diffusion.

Depuis 25 ans, la bande dessinée a, à l’instar d’autres médias, été absorbée dans l’espace numérique. Déjà présente sur les premiers réseaux ancêtres de l’Internet moderne, puis sur CD-rom, les années 2000 voient l’explosion du blog-bd, du webcomic et autre formes de bandes dessinées en ligne de même que le développement de nouveaux supports pour sa diffusion et sa lecture (de l’écran de l’ordinateur à la tablette, au smartphone ou à la liseuse).

Le secteur professionnel de la bande dessinée, comme d’ailleurs toutes les autres industries culturelles, est animé depuis quelques années de vifs débats quant aux modèles économiques et au droit d’auteur. On peut, à la suite de Magali Boudissa, questionner « les limites ontologiques dans lesquelles la narration peut se développer sur support numérique, sans basculer dans une forme hybride de récit hypermédiatique » (Boudissa M., 2010). Mais, plus qu’un changement de support ou de vecteur de diffusion, nous assistons probablement à une évolution de nos pratiques de réception et de production de récits par-delà la bande dessinée. Pour Smolderen, le passage du livre au périodique puis au quotidien autour de 1900 déterminent la genèse du langage de la bande dessinée moderne (Smolderen, 2009). L’appropriation de nouveaux supports et de nouveaux vecteurs de diffusion à des fins narratives a engendré la bande dessinée telle que nous la connaissons. C’est pourquoi, plutôt que de questionner le devenir de la bande dessinée, nous souhaitons interroger ce que signifie raconter à l’ère numérique.

Cette question engendre de très nombreuses pistes de travail, le terrain de la recherche à ce sujet étant largement à l’état de friche. Voici une première série de propositions dont la liste n’est pas exhaustive.

  • Pour commencer, l’histoire de la bande dessinée numérique reste encore à écrire, et ce pour ses trois pôles géographiques principaux (USA, Asie, francophonie). Ses oeuvres sont à recenser, à analyser, à critiquer. Considérée comme objet esthétique, la bande dessinée numérique invite à observer comment elle s’inscrit dans l’histoire de l’art, comment s’y manifestent ou non les enjeux de l’art contemporain à l’orée du XXIème siècle, comment elle fait ou non écho aux autres arts numériques.
  • En tant que média, on pourra se demander quels sont les atouts et les limites de l’héritage de la bande dessinée pour aller au-delà du papier. Quelles sont les spécificités du récit sur écrans connectés ? Y a-t-il une « plus-value » sémantique et surtout comment s’exprime-t-elle ? Les technologies reconfigurent-elles le “système de la bande dessinée” (Groensteen T., 1999) et comment ? Numérique est-il synonyme de multimédia, d’interactif, de connecté ? Enfin, comme l’observe Jean Clément : « Au cours des siècles passés, chaque changement matériel des supports narratifs a entraîné d’importantes modifications dans l’art de raconter des histoires. (…) Nous ne sommes entrés dans l’ère du numérique que très récemment. Il n’est donc pas surprenant que les oeuvres multimédias qui apparaissent aujourd’hui cherchent encore un mode d’écriture qui leur soit propre. » (Clément J., 2000). Si la bande dessinée joue un rôle indéniable dans l’émergence d’un mode d’écriture propre à l’ère numérique, il semble bon d’observer les réponse qu’apportent les héritiers d’autres traditions narratives. Par exemple on pourra interroger des formes telles que le récit transmédia ou se tourner vers les théories déjà bien étoffées des arts et de la littérature numérique.
  • Avec ces nouvelles formes de récit, c’est la place même du récit dans nos sociétés contemporaines qui est questionnée. Quels sont les usages des auteurs et des lecteurs ? Pourquoi raconter ou lire des histoires sur écrans connectés ? Raconter pour et par ces outils est-il un métier d’auteur ou de technicien ? Un travail solitaire ou un travail d’équipe ? Ou se placent les savoirs-faire traditionnels (auteur, éditeur, dessinateur, producteur…) ? Quels métiers sont à inventer, quelles collaborations à envisager ?
  • Enfin, on pourra interroger le marché émergent en terme de modèle économique ou de pratiques éditoriales, mais aussi en se demandant dans quelle mesure ces évolutions relèvent ou non de réelles innovations. Quelles sont les limites des nouveaux supports ? Le “lire numérique” a-t-il besoin du livre numérique ? Au-delà du portage du papier au numérique, qu’est-ce qui fait changer la nature ou le régime du récit ?

Nous invitons les chercheurs à nous soumettre deux documents :

  • Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.
  • Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes avant le 10 juillet prochain.

Julien Falgas et Anthony Rageul, responsables de la « thématique »

julien.falgas@gmail.com

anthony.rageul@yahoo.fr

Benoît Berthou, directeur de Comicalités.

benoit.berthou@univ-paris13.fr

Références citées

•                Boudissa M., 2010, La Bande dessinée, entre la page et l’écran : Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique., Thèse en esthétique, sciences et technologie des arts, Université Paris VIII.

•                Clément J., 2000, Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace, [En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr/].

•                Groensteen, T., 1999, Système de la bande dessinée, Paris, PUF.

•                Groensteen, T., 2011, Bande dessinée et narration – Système de la bande dessinée 2, Paris, PUF, p.89.

•                Petit Larousse Illustré, 2000, Paris, Larousse/HER.

Smolderen, T., Naissances de la bande dessinée: de William Hogarth à Winsor McCay, Bruxelles, les Impressions nouvelles, 2009, 144 p.

Url de référence : http://comicalites.revues.org/

Adresse :
Comicalités
À l’attention de Benoît Berthou
Université Paris 13
UFR de Sciences de la communication
99 avenue Jean-Baptiste Clément
93430 VilletaneuseFrance

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts