La traduction comme frontière

L’Association Francophone pour le Savoir (ACFAS) lance un appel à communication intitulé : « La traduction comme frontière ». Se tenant à l’université de Laval (Canalda) les 9 et 10 mai prochain, et organisé par Chantal Gagnon de l’université de Montréal, cet événement entend interroger « l’expérience de la frontière inhérente à l’acte de traduction, que ce soit dans sa dimension linguistique, intellectuelle, matérielle ou culturelle ». Il ne s’agit donc pas tant de penser la place de la traduction dans nos différents systèmes éditoriaux, que de tenter de cerner des « stratégies », des « droits de passage », des « agents » qui décident de la « traversée des idées, des connaissances et des valeurs ». Prenant acte d’une certaine complexité de l’acte de traduire, force est de constater que semblable proposition est séduisante et qu’elle pourrait trouver un écho dans le cas de la bande dessinée : le rôle pionnier de certaines traductions (pensons à Gen d’Hiroshima pour le manga), et l’influence de certains traducteurs (pensons à Jean-Patrick Manchete et son Watchmen) pourraient ainsi être évoqué. De même, pourrait être convoqué la spécificité d’une littérature graphique (jusqu’où s’étend l’acte de traduction : jusqu’à la recomposition d’un lettrage propre à l’auteur comme le suggère Laurent Gerbier dans un article publié par Comicalités ? ). Le thème est en tout cas on ne peut plus riche et nous invitons nos lecteurs à s’en emparer avant le 5 février prochain.

 

 

La traduction comme frontière

Date limite : 5 février 2013

81e Congrès de l’ACFAS (Université Laval, 9-10 mai 2013)


Responsables : Alvaro Echeverri (Université de Montréal), Chantal Gagnon (Université de Montréal) et Marie-Alice Belle (Université de Montréal)

Portées par l’étymologie traditionnelle, les métaphores usuelles de la traduction la donnent à lire en termes de passage, de transfert, de transport par-delà les frontières. La pratique du traduire ouvre ainsi une zone d’échanges, où les traducteurs agissent comme passeurs d’idées, d’informations et de valeurs, comme négociants du capital intellectuel et culturel mondial, ou encore comme agents interlinguistiques et interculturels.

Il s’agit ici d’interroger l’expérience de la frontière inhérente à l’acte de traduction, que ce soit dans sa dimension linguistique, intellectuelle, matérielle ou culturelle. En effet, si le schème du transfert a l’avantage de mettre en valeur les apports des traducteurs à la vie intellectuelle et au rayonnement de sociétés données —Louis Kelly notait ainsi que la civilisation occidentale doit tout ce qu’elle est à la traduction—, la linéarité implicite au paradigme s’accorde mal avec la complexité des transactions langagières, mais aussi idéologiques, économiques et politiques qui marquent la pratique du traduire.

Il est par exemple des frontières qui résistent au passage : quelles stratégies le traducteur pourra-t-il déployer pour les franchir ? Devra-t-il à son tour donner à lire cette résistance dans le texte traduit ? Qui dit frontière dit aussi droit de passage, et il y a lieu de s’interroger sur les facteurs de sélection des œuvres et documents qui font l’objet d’une traduction, ainsi que des stratégies de traduction favorisées. Quels agents institutionnels, culturels ou sociaux décident-ils ainsi de la traversée des idées, des connaissances et des valeurs au-delà des frontières établies ? Quels intérêts ces décisions servent-elles ? Enfin, l’un des principaux apports des approches « culturelles » de la traduction au cours des dernières décennies a été de formuler la problématique de la traduction en termes pluriels, en remettant en cause la distinction binaire entre source et cible, et partant, la notion même de transfert.  Dans quelle mesure peut-on alors penser la traduction comme une région frontalière, c’est-à-dire un espace de mixité et de métissage, autant qu’un lieu de pouvoir et, potentiellement, de conflit ?

Afin de créer un espace permanent pour la traductologie au sein de l’ACFAS, nous vous invitons pour la deuxième année consécutive à nous réunir pour partager nos intérêts de recherche et pour rendre la traductologie encore plus visible aux yeux de la communauté scientifique francophone. Le colloque de cette année invite à la réflexion sur les aspects théoriques et pratiques de la traduction comme expérience de la frontière, que cette dernière soit physique, théorique ou métaphorique. Les contributions pourront porter, entre autres, sur les thèmes suivants :

La traduction et les frontières linguistiques et culturelles

  • bilinguisme et multilinguisme
  • interférences linguistiques
  • traduction et variétés linguistiques
  • métissage linguistique et culturel
  • le propre et l’étranger (langue, culture, religion)
  • la traduction et les genres d’écriture (littéraire, scientifique, etc.)
  • la traduction et les médias
  • traduction, adaptation, transposition

La traduction et les frontières politiques et sociales

  • traduction et identité nationale
  • flux migratoires et influences étrangères
  • postcolonialisme et traduction
  • enjeux politiques et diplomatiques de la traduction
  • traducteurs et interprètes dans les zones de conflit
  • traduction et activisme politique et social
  • traduction et censure
  • traduction et politiques linguistiques
  • la traduction et le genre

La traduction et les frontières temporelles

  • histoire de la traduction
  • périodisation et chronologie
  • perspectives transhistoriques
  • traduction, retraduction, adaptation
  • traduction des « classiques »

L’étude des traductions – frontières disciplinaires

  • Frontières et limites de la réflexion traductologique
  • Cartographies (« maps ») de la traductologie
  • Traductologie et interdisciplinarité

Merci de faire parvenir votre proposition de communication (150 mots) à Chantal Gagnon (chantal.gagnon.4@umontreal.ca) avant le 5 février 2013.

Responsable : Chantal Gagnon

Url de référence :
http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme_preliminaire/81/300/338/C

 

Adresse : Département de linguistique et de traduction,Université de MontréalC.P. 6128, succursale Centre-ville,Montréal (QC) H3C 3J7

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée

Le Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho lance un appel à communication pour un colloque qui aura lieu à l’université du Minho (Braga, Portugal)les 28 février et 1er mars 2013. Intitulé « L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée », cette proposition nous invite à interroger un homme « toujours en chemin, toujours en mouvement » et à tenter de cerner les « poétiques » et « questions théoriques » que soulève la notion de voyage. La bande dessinée est nommément citée, et seront donc les bienvenues des propositions qui, nous l’espérons, pourront s’appuyer sur un autre héros que le seul qui soit ici présenté : Tintin. Le récent dossier de la revue neuviemeart 2.0 (« Voyageurs immobiles : le thème du voyage dans la bande dessinée ») pourra certainement aiguiller nos lecteurs vers des pistes fructueuses avant le 3& janvier prochain.

 

L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée

Date limite : 31 janvier 2013

Homo viator: La perception de la condition humaine comme un voyage traverse des époques et des paradigmes historiques et culturels, liant la morale de Sénèque, la symbolique chrétienne du pèlerin, la métaphysique existentialiste de Gabriel Marcel et la campagne publicitaire d’une marque de whisky bien connue: keep walking.

Répondant à l’appel du large, de la route, du désert, l’homme est toujours en chemin, toujours en mouvement. Il parcourt le monde à la recherche d’autre chose, insaisissable et énigmatique, qui se manifeste sous des formes concrètes comme le Graal, les épices, les trésors, les civilisations perdues, la lune…

Sont nombreux les voyageurs qui peuplent notre patrimoine imaginaire, fictionnel et non-fictionnel : Gilgamesh, Ulysse, Marco Polo, D. Quichotte, Lévi-Strauss, Kerouac, Bruce Chatwin, Tintin; mais aussi la masse anonyme des commerçants, pirates, reporters, missionnaires. Il y a également une multiplicité de figures du voyage – pèlerinages, errances, expansions territoriales, découvertes maritimes, diasporas, exils, longues marches, flâneries, tourisme, voyages dans le temps, voyages autour d’une chambre –, et de leurs motivations: spirituelles, commerciales, politiques, morales, cognitives, ludiques.

Ce colloque discute les poétiques et les configurations imaginaires du voyage dans la littérature, le cinéma et la bande dessinée : fiction arthurienne, Märchen, travel writing, fiction scientifique, récit d’aventures (le roman d’aventures depuis Defoe, le cinéma, la littérature populaire et la paralittérature). Il interroge le rapport des poétiques du voyage aux genres littéraires, aux courants esthétiques, aux formes narratives, aux régimes de l’imaginaire, aux idéologies, aux matérialités sémiotiques et technologiques, aux dispositifs institutionnels et champs culturels. Le voyage apporte-il de nouvelles questions théoriques et/ou fraye-il des voies pour une perception renouvelée de la littérature, du cinéma et de la bande dessinée ? Quel rôle joue le voyage dans le tournant narratif, dans le retour du référent, appelé à réconcilier écriture et monde, ou encore dans l’hypostase de la fiction et dans l’essor de sa théorie ? De quelle façon les technologies, qui ont décisivement et irréversiblement reformulé les notions de temps et d’espace, affectent le voyage à une époque où le monde se réduit de plus en plus à la version qu’en donne Google Earth?

Le colloque aura lieu le 28 février et le 1er mars 2013 à l’auditorium de l’Institut des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Minho, à Braga, Portugal.

Les communication ne dépassent pas les 20 minutes.

Les langues de travail sont le portugais, le français, l’espagnol et l’anglais.

Les propositions (300 mots maximum) sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2013 à l’adresse imaginarioviagem@gmail.com

Frais de participation:

avec communication: 75 €

sans communication : 60 €

Responsable : Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho

Url de référence :
http://ceh.ilch.uminho.pt/

 

Adresse : CEHUMUniversidade do Minho 4710-052 BragaPortugal

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Fantasy à la française

La revue Contemporary French & Francophone studies lance un appel à communication intitulé « Fantasy à la française ». Celui-ci propose d’interroger un genre (qu’il ne définit pas) selon une perspective nationale qui pourrait intéresser la bande dessinée. Nombre d’auteurs francophones (pensons à Paul Cuvelier avec Epoxy, Van Hamme avec Le grand pouvoir du Chninkel ou Thorgal, Moebius avec Astor…) ont en effet produit des oeuvres ayant porté ce genre loin des modèles anglo-saxons tels l’archétypal Conan. Il s’agirait ainsi d’interroger l’apport du neuvième art en général, et du domaine « franco-belge » en particulier, à ce genre en aujourd’hui en pleine expansion (et malheureusement sujet à bien des académismes). Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 31 juillet prochain.

Revue Contemporary French & Francophone Studies (Sites)

La revue américaine consacrée à la littérature et à la culture françaises et francophones,Contemporary French & Francophone Studies (Sites) prépare un numéro spécial sur « la Fantasy » à la mode française. Nous recherchons des articles inédits traitant de ce sujet sous toutes ses formes et dans toutes ses ramifications : perspective historique, panorama d’ensemble, études d’oeuvres particulières, originalité par rapport aux oeuvres du domaine anglo-saxon, ressemblances et différences par rapport à d’autres genres perçus comme voisins (le fantastique, par exemple), influences, media utilisés, etc… Les contributions ne doivent pas dépasser 35 000 signes (espaces et notes compris).

Date-limite : 31 juillet 2010

Contacts : Anne Berthelot (anne_berthelot@hotmail.com) et Alain Lescart (alescart@pointloma.edu)

Pour les consignes éditoriales, voir le site de la revue.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts