Chris Ware : la bande dessinée réinventée

Chris Ware : la bande dessinée réinventée, ouvrage réalisé par Jacques Samson et Benoît Peeters sur l’œuvre de l’artiste éponyme, est paru en 2010 aux Impressions Nouvelles. À travers un argumentaire hétéroclite, il entend rendre compte de la modernité de cet auteur, figure souvent primée, essentielle à la bande dessinée contemporaine américaine. Cette « première monographie en langue française » (p.6) complète ainsi un appareil critique sur Chris Ware encore peu présent en France, développé notamment sous la forme d’articles parus dans des collectifs, tels « Jimmy Corrigan : entre le mythe et le monde » dans Mythe et bande dessinée et « Une vision furtive de Jimmy Corrigan » dans Poétiques de la bande dessinée, tous deux signés par Samson.

Chris Ware se divise en quatre chapitres dont l’intérêt est de revêtir chacun une forme différente. Ainsi, à une présentation biographique de l’auteur et de ses œuvres représentatives, succède, dans un second chapitre, un entretien mené par Benoît Peeters. Le troisième chapitre est consacré à des extraits, préfaces et introductions rédigés par Chris Ware lui-même et le dernier, enfin, est dédié à une théorie développée par Samson sur l’œuvre de l’auteur, à travers une analyse de Jimmy Corrigan dans sa globalité et de « micro-lectures » successives de planches individuelles. De fait, ces quatre chapitres font à chaque fois entendre une voix différente : celle de Peeters comme meneur d’une interview, de Samson comme lecteur et théoricien d’une œuvre et celle de Ware lui-même, au sujet de son rapport à la création, de sa condition d’auteur de bande dessinée et de sa perception du médium. Autonomes mais pourtant connexes, ces parties peuvent se lire indépendamment, tout en convergeant cependant vers un même argumentaire qui touche à l’esthétique du support.

En effet, le sous-titre de l’ouvrage, « La bande dessinée réinventée », manifeste d’emblée la thèse sous-jacente des auteurs à propos de la modernité en bande dessinée, conceptualisation dont Chris Ware serait l’un des artistes les plus représentatifs : « L’expérimentation [de Chris Ware] […] répond au besoin de s’approprier la « musicalité » de la bande dessinée, sans le recours du texte. Il veut pousser son médium à la limite, de manière à en éprouver les potentialités les plus essentielles. » (p.20) A ce sujet, la longue analyse de Samson au quatrième chapitre, « Chris Ware : une célébration de la bande dessinée » (pp.101-156), est certainement la plus poussée de l’ouvrage. L’essayiste s’y adonne à une analyse de Jimmy Corrigan comme réflexion même sur l’acte de lecture : « L’essentiel de la démarche de Ware peut être ramené à un effort d’élaboration d’une nouvelle compétence de lecture pour la bande dessinée, jusque et y compris à travers la maîtrise de l’ensemble des paramètres d’édition. » (p.126) Par un effet de zoom avant, il passe d’une étude de l’objet-Jimmy Corrigan (pointant alors l’importance dans la bande dessinée contemporaine de dispositifs paratextuels tels la jaquette ou les pages de garde en tant qu’éléments d’analyse) au contenu narratif même de l’œuvre. Cette problématique lui permet en ce sens d’interroger les « nouvelles formes de « lisibilité » » (p.124) expérimentées par Ware : superposition de lignes narratives, éclatement du sens de lecture au sein de la planche, haut degré d’expressivité de la bande dessinée servi par le style minimaliste de l’artiste… La modernité de Ware est ainsi mise en valeur par l’emploi de ces procédés qui soulignent sans cesse l’autoréflexivité de son œuvre, tant sur le plan énonciatif qu’éditorial, et qui font jouer au lecteur un rôle primordial dans la reconstitution de son sens. Pour illustrer son propos, Samson a ainsi recours à la notion de « métalecture », « c’est-à-dire une lecture qui se fige et se concentre – voire s’interroge – sur sa propre effectuation. » (p.150)

Cette théorisation de la modernité en bande dessinée peut se lire en rapport avec les lectures rétroactives qu’effectue Chris Ware, dans le troisième chapitre, au sujet de deux pionniers du médium : Rodolphe Töppfer et Frank King. Il y souligne l’importance chez Töppfer du rythme et de la gestuelle en bande dessinée, à l’origine même de ce qu’il entend par la « musicalité » du support. Il définit ensuite le rythme régulier de parution du strip de King comme « le moteur de son histoire » (p.96). Le strip, dans son mode de diffusion, accompagne le quotidien même du lecteur et apparaît dès lors comme le support idéal de représentations intimistes de tranches de vie, dans « un étrange équilibre entre humour et drame » : « Il s’agissait d’une succession d’événements insignifiants et sans rapport apparent, dominée par un sentiment persistant et inlassable qui faisait avancer le tout. » (p97) Ces analyses témoignent alors de deux aspects importants : tout d’abord, elles rendent compte du travail de deux modèles pour Ware, dont l’influence se retrouve dans la construction très rythmée de ses planches et du caractère intimiste de ses histoires, soulignant par là une modernité déjà présente chez ces précurseurs. Ensuite, elles ébauchent, par leur dimension rétroactive, une histoire de la bande dessinée en perpétuelle mutation, comme le sous-entend l’auteur lui-même : « Des strips plus décalés et plus personnels qui sont tombés aux oubliettes depuis quelques décennies devraient refaire surface avec le statut d’œuvres d’art supérieures. » (p.98)

Chris Ware : la bande dessinée réinventée est donc un très intéressant ouvrage, non seulement au sujet d’un auteur de plus en plus important, mais également à propos de la question plus large de la modernité en bande dessinée, amenée à se poser souvent dans la recherche sur ce médium, étant donné les innovations formelles auxquelles la production contemporaine est sujette. On pourra tout de même regretter une absence de définition de cette principale notion, du moins dans la façon dont elle est envisagée par les auteurs[1]. Cependant, le livre demeure essentiel, l’indépendance des chapitres favorisant plusieurs niveaux d’accessibilité, entre objet de curiosité et ouvrage théorique. A noter enfin la présence très importante de planches et croquis de Ware, essentielle à la pleine compréhension des arguments avancés.

Référence :

Benoît Peeters, Jacques Samson, Chris Ware : la bande dessinée réinventée, Les Impressions Nouvelles, 2010.

ISBN : 9782874490859


[1] La question de la modernité a également été abordée lors d’un colloque à Cerisy dont l’axe d’étude était « Bande dessinée, Récit et Modernité » auquel Benoît Peeters, entre autres, a participé. Le lien ci-dessous renvoie au programme de ces journées d’étude : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/bandedessineeprg87.html