Raconter à l’ère numérique : de la question des usages au cas de la bande dessinée

Aspirant à répondre à notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique » ou impatient d’en lire le résultat, voici le troisième d’une série de billets destinés à accompagner vos réflexions sur le sujet…

La question des usages

Lorsque je parle de « raconter à l’ère numérique », tout comme les auteurs de Communiquer à l’ère numérique (Granjeon et Denouël, 2011) je pose la question des usages. Face au contexte proposé par l’ère numérique, j’oriente mon approche du récit en m’interrogeant sur ce que l’ère numérique implique pour les usages de production et de réception des récits, c’est à dire pour l’action de raconter.

Louis Quéré estime que le propre d’une situation est d’être « non prédéfinie » (Quéré, 1997), c’est pourquoi il s’avère nécessaire d’observer l’activité par laquelle la situation est définie et évolue. Or, comme nous y engage Yves Jeanneret (Jeanneret, 2007), il faut se garder d’observer les médias et leurs pratiques comme une dichotomie. Lorsque Lev Manovitch ou Jean Clément soulignent la place des langages narratifs traditionnels dans l’élaboration d’un langage des nouveaux médias, ils pointent l’« espace de médiation » identifié par Yves Jeanneret entre la technique et le social. En somme, il convient de se demander à la fois ce que les nouveaux médias font aux pratiques narratives et ce que nos pratiques narratives font aux nouveaux médias.

Tout comme Yves Jeanneret s’insurge contre l’approche dichotomique des usages, Alexandre Mallard renvoie dos à dos la sociologie des usages et la sociologie de l’innovation (Mallard, 2011). La première s’intéresse aux usages en aval de la commercialisation, mais se refuse à interroger la phase de conception des produits ou des services ; or la seconde traite des allers-retours entre usages et conception, mais fixe un moment de stabilisation dans la conception au delà duquel elle n’aborde plus les usages. En somme, l’une donne la primauté à la dimension sociale là où l’autre donne la primauté à la dimension technique. Pour Alexandre Mallard, il existe une dynamique qui relie les usages et l’innovation et dont la notion d’exploration rend compte. Ainsi, pour comprendre l’évolution des usages de production et de réception des récits à l’ére numérique, il faut aborder ces usages comme des usages exploratoires des outils numériques par des usagers dotés d’une culture narrative héritière de pratiques antérieures à l’ère numérique.

Le cas de la bande dessinée : retour aux origines

En matières d’usages des technologies numériques de l’information et de la communication (TNIC), Josiane Jouët nous engage à ne pas faire preuve d’amnésie : l’étude des usages de la télématique fournit par exemple des enseignements qui restent utiles à l’étude des usages contemporains des TNIC. Pour éclairer l’impact de nouvelles technologies sur nos usages narratifs, je sollicite l’éclairage d’une situation antérieure et tout aussi révolutionnaire pour le récit que l’ère numérique aujourd’hui : le développement de l’imprimerie jusqu’à l’essors de la presse quotidienne aux Etats Unis autour de 1900, sous l’égide duquel s’est cristallisée la forme moderne de la bande dessinée.

Adrian Mihalache parle de William Blake comme d’un artiste multimédia. Blake a refusé la séparation du texte et de l’image induite par l’imprimerie. Au début du XIXème siècle, les textes étaient imprimés grâce aux caractères mobiles de Gutenberg en laissant des blancs dans lesquels imprimer les images par la gravure sur bois ou l’eau-forte. Blake intégrait ses textes aux images sur une seule plaque de cuivre qu’il traitait à l’eau forte. Il fallait écrire les textes à l’envers, mais cet effort était justifié par la volonté que « les deux médias forment un tout aussi complexe qu’harmonieux. » (Mihalache, 2007).

William Blake meurt en 1827. C’est la même année que Rodolphe Töppfer produit ses premières « littératures en estampes » qu’il décrit ainsi :

« Ce petit livre est d’une nature mixte. Il se compose de dessins autographiés au trait. Chacun des dessins est accompagné d’une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. Le tout ensemble forme une sorte de roman d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose. » (Töppfer, 1837)

La technique de l’autographie permet à Töppfer de tracer images et textes tels qu’ils seront lus, à l’encre et sur du papier. Le papier spécifique et l’encre grasse utilisés permettent la transposition du trait sur une pierre à lithographie au moyen de laquelle sont imprimées les reproductions.

Si Thierry Groensteen et Benoit Peeters titrent « Töppfer, l’invention de la bande dessinée » (Groensteen et Peeters, 1994), Thierry Smolderen préfère signer « Naissances de la bande dessinée » (Smolderen, 2009). Pour Smolderen, le passage du livre au périodique puis au quotidien déterminent la genèse du langage de la bande dessinée moderne. Après l’autographie de Töppfer, un nouveau pas est franchi lorsqu’autour de 1890, grâce au procédé photographique, « les illustrations publiées par la presse à grand tirage sont pratiquement toutes reproduites à partir des dessins originaux. » Au delà de la technologie d’impression, c’est « dans le bouillon de culture des journaux populaires américains » que le comic strip « va naître autour de 1900 ». Smolderen décrit « une guerre commerciale impitoyable qui n’enregistre ses défaites et victoires qu’en termes de chiffres de vente ». Ce contexte n’est pas sans évoquer la compétition à l’audience des portails et des services grand public de l’Internet d’aujourd’hui. A propos de l’hebdomadaire allemand Fliegende Blätter, Thierry Smolderen relève que « selon un commentateur français de l’époque (Arsène Alexandre), on ne pouvait dire un bon mot à table, ou assister à une situation comique, en Allemagne, sans s’exclamer : ‘Tient ! elle est bien bonne ! Il faut envoyer ça au Fliegende Blätter ! » avant d’évoquer expressément Youtube, emblème du web 2.0 et de la participation du public à l’élaboration des contenus médiatiques.

L’imprimerie de Gutenberg a sans aucun doute révolutionné l’écriture, mais elle a aussi instauré une fragmentation durable entre le texte et l’image. L’apparition de la bande dessinée a été rendue possible et s’est imposée grâce à de nouvelles technologies qui permettaient certes la reproduction de masse d’images et de textes, mais surtout leur production par les mêmes outils que ceux de leur reproduction : l’encre et le papier.

Suite et fin : limites des approches théoriques actuelles de la BD numérique

Selon Thierry Groensteen, nous vivons « un tournant historique. Nous sommes au moment où la bande dessinée est interpellée de plein fouet par la montée en puissance de la bande dessinée numérique online, des webcomics. » (Groensteen, 2011) Mais Groensteen bute sur ce nouvel objet lorsqu’il cherche à l’intégrer à son approche systémique et sémiotique.

Le quatrième et dernier billet de cette série traitera des limites des approches théoriques actuelles en la matière et proposera une voie de résolution.

Références citées

  • Granjon, Fabien et Denouël, Julie, Communiquer à l’ère numérique : regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’école des mines, 2011.
  • Groensteen, Thierry, Bande dessinée et narration, Système de la bande dessinée 2, Paris, P.U.F., 2011, 220 p.
  • Groensteen T., Peeters B., éds, 1994, Töppfer, l’invention de la bande dessinée, Paris, Hermann.
  • Jeanneret, Yves, « Usages de l’usage, figures de la médiatisation », Communication et langages, vol. 151, 2007, p. 3-19.
  • Jouët, Josiane, « Des usages de la télématique aux Internet studies », in Fabien Granjon, Julie Denouël. Communiquer à l’ère numérique: regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’école des mines, 2011.
  • Mallard, Alexandre, « Explorer les usages: un enjeu renouvelé pour l’innovation des TIC », in Fabien Granjon, Julie Denouël. Communiquer à l’ère numérique : regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’école des mines, 2011, p. 320.
  • Manovitch, Lev, Le langage des nouveaux médias, Dijon, les Presses du réel, 2010, 608 p.
  • Mihalache, Adrian, « Dans tous les sens, par tous les sens: lecture de l’hypermédia », in Pascal Lardellier, Michel Melot. Demain, le livre, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 115-129.
  • Quéré, Louis, « La situation toujours négligée ? », Réseaux, vol. 15 / 85, 1997, p. 163-192.

Julien Falgas

Formé aux arts plastiques et aux contenus web, je suis un observateur et un acteur assidu de l'évolution de la bande dessinée numérique. Webmestre pour l'Université de Lorraine, j'assure des enseignements devant des étudiants en Sciences de l'information et de la communication. Depuis 2011, je prépare une thèse consacrée aux usages des dispositifs de publication numérique par les auteurs et les publics de bande dessinée.

More Posts - Website

Flashbacks – Nostalgic media and mediated forms of nostalgia

« Flashbacks – nostalgic media and mediated form of nostalgia » : tel est le titre d’un appel à communication lancé par des chercheurs de l’Institut de communication, média et journalisme de l’université de Genève en prévision d’un colloque qui aura lieu les 1 » et 14 septembre prochain. Cette proposition nous invite apparemment à poser une question : quel rapport au temps les médias entretiennent-ils ? Ou, pour le dire précisément : comment les appréhender à travers l’idée de nostalgie, c’est-à-dire d’un désir de retour à un état passé ? Si le texte que nous reproduisons ci-dessous s’intéresse aux cas du cinéma (The Artist) ou de la télévision (Mad men), il semble tout à fait possible de répondre à ses questions en se fondant sur la bande dessinée, et ce tant du point de vue de sa lecture (dans Avis d’orage en fin de journée, Clément Rosset consacre ainsi de nombreuses pages à une nostalgie qu’il distingue de ce qu’il nomme « mélancolie ») que de sa production (que penser par exemple de la vogue des « intégrales » et de leurs dossiers critiques qui fleurent parfois la nostalgie comme dans le cas de ceux qui accompagnent Les Petits hommes de Seron). Il conviendra dans tous les cas de compléter ces deux pistes avant le 6 mai prochain.

 

Flashbacks – Nostalgic media and mediated forms of nostalgia  

Call for papers – International conference

 13-14 September 2012

Institute of Communication, Media and Journalism studies

University of Geneva – Faculty of Economic and Social Sciences – Department of Sociology

Deadline for proposals: May 6, 2012

Send abstracts of max. 500 words, bibliography and biographical statement to:

flashbacks2012@gmail.com

Confirmed speakers: Prof. Daniel Dayan, Prof. Ute Holl, Prof. Andrew Hoskins

Media are time machines. They remember and forget. Media screen and record parts of memory and history as well as they maintain collective memories and contribute to historical narratives by (re)shaping events, happenings or other incidents. Media also tend to remind their own past by re-using archive-images in the present, for example. In this sense, media seem to be nostalgic of the past as well as of their own one. Nostalgiaas a concept, feeling or expression is not new. The notion has been introduced by a doctor in Switzerland (17th century) to describe the phenomenon of homesickness. Related to nostalgia is also the idea of melancholia or yearning. These days, there seems to be a BOOM of nostalgia: The Artist (revival of the silent film) or television series like Mad Men – exploring aesthetics and social life of the sixties – are examples of what we could name nostalgic media (makers). Digital photography on cell phones gets a polaroid-touch; the retro design becomes digitized. Advertising for watches or cars is linked to nostalgic forms of family tradition. Fans of the fifties organise parties and fashion events to feel like being part of the past in the present. Being nostalgic and remembering pieces of the past also includes forgetting. What kind of memories are discriminated? Can media really be nostalgic? Which specific forms of nostalgia appear in contemporary society and why? Can people be nostalgic if they did not experience the past they pretend being nostalgic of? What kind of politics of nostalgia exist? What is the impact of nostalgia on the media market and its influence on economy? Finally, given the arbitrary (?) use of the past in all its imaginable variations and cultural systems, is it still possible to use the wordnostalgia or should there be a neologism describing the transformation of the past in(to) the digital era? Could it even be possible to be simply nostalgic of nostalgia; finally describing the eternal research for (lost) identity?

 This international conference aims to explore nostalgia as a (mass) media phenomena and also seeks forcontributions that treat any other mediated forms of nostalgia.

 Topics may include, but will not be limited to, the following:

  • nostalgia and (mass)media
  • publics, web- and fan-communities
  • audiovisual narratives, screening, recording
  • seriality, flashbacks and temporality
  • news, journalism, (printed) press
  • broadcast revivals, archive discoveries
  • political past, political systems, (n)ostalgia, institutions
  • special nostalgic broadcast (home country, culinary traditions etc.)
  • photography, comics, video games and new technologies

Mediated forms of nostalgia :

  • architecture, (product)-design and fashion
  • psychological aspects and history of nostalgia
  • migration, home-comers, homesickness
  • geographical maps, tourist attractions and villages
  • folklore, traditions, regional nostalgia
  • museums, exhibitions and contemporary art
  • flea markets, vintage stores and fairs, parties, concerts

Economy, marketing and nostalgia

  • Vintage-retro branding
  • retro-design (cars, watches, furniture)
  • advertising, marketing and luxury products
  • music and arts business

Theories and methodologies

  • nostalgic media studies and critical approaches
  • the come-back of philosophers and thinkers “of the past” in
  • science, arts and other research domains

Deadline for proposals: May 6, 2012

Send abstracts of max. 500 words, bibliography and biographical statement to:

flashbacks2012@gmail.com

Participants will have to cover their own travel and accommodation expenses. Travel information as well as a list of affordable hotels and other accommodations will be posted on the conference-website in June.

Participation fees will be announced but will not exceed 100 CHF (and less for students).

 For any other inquiries feel free to contact Katharina Niemeyer (Katharina.Niemeyer@unige.ch /katharinaniemeyer@gmail.com).

 Responsable : Katharina Niemeyer

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le translucide : entre transparence et lucidité

La revue électronique Post-Scriptum lance un appel à communication intitulé « Le translucide : entre transparence et lucidité ». Cette proposition nous invite à réfléchir à une notion présentée comme « le lieu d’une tension entre transparence et opacité. C’est ce qui, malgré sa matérialité, ne compromet pas l’essentiel du sens, de la signification ; qui ne déforme pas l’original. » Parmi les pistes indiquées, la bande dessinée n’est pas mentionnée (fainéants !), et cela nous semble d’autant plus regrettable que la notion de « translucide » nous semble constituer un véritable enjeu sur le plan esthétique. Toute une partie du neuvième art semble en effet vouloir s’en écarter, comme le montre Thierry Groensteen dans Asterix, Barbarella et Cie : « L’une des premières qualités du dessin hergéen est sa parfaite lisibilité, son apparente simplicité. Cette transparence nous ferait presque oublier qu’Hergé dessine » (Somogy, 2000, p. 56). A l’inverse, d’autres modes de création semblent s’en réclamer, à l’instar de  celui d’un Alberto Breccia qui n’a de cesse (dans Les Mythes de Cthulhu) de faire subir tous les outrages à la page (salissure, entailles, humidification…) pour aboutir à un résultat on ne peut plus monstrueux, ou encore d’un Hugo Pratt dont les aquarelles (rééditées en 1996 par Casterman) développent une véritable poétique du translucide qu’il s’agira d’analyser avant le 15 juin prochain.

Post-Scriptum

Revue électronique interdisciplinaire en textes et médias.

Département de littérature comparée Université de Montréal

Numéro 14 – Automne 2011

Le translucide : entre transparence et lucidité


Post-Scriptum invite tous les étudiants/es de deuxième et troisième cycles universitaires à réfléchir sur les rapports entre transparence et lucidité, ceux-ci appréhendés à travers leur forme téléscopée : le translucide. Le translucide est à penser comme un intervalle : le lieu d’une tension entre transparence et opacité. C’est ce qui, malgré sa matérialité, ne compromet pas l’essentiel du sens, de la signification ; qui ne déforme pas l’original. Le translucide rend manifeste la médiation alors que le dispositif qu’il sous-tend se distingue de la transparence qui occulte le rapport à la matière.

Si le transparent répond d’un désir d’appréhension immédiate et authentique de l’objet, il appelle aussi une certaine lucidité qui paraît problématique. Car cette lucidité, comprise comme clairvoyance, peut être considérée autant comme révélation mystique que comme élucidation rationnelle. La parfaite translucidité est-elle utopique ou réelle ? Celle-ci est-elle à penser comme absence de médiation ou comme monstration de la médiation ? Est-ce que la reconnaissance de l’entre-deux compromet le savoir ou le permet ?

Le comité de rédaction de Post-Scriptum invite les collaborateurs de toutes les disciplines à penser le translucide dans les champs d’études suivants :

  • La transparence médiatique et politique, wikileaks et l’information publique.
  • Clarté, objectivité et lucidité en philosophie.
  • L’effacement du médium comme idéologie de la technologie ; la réalité virtuelle, la transparence et l’hypermédialité.
  • L’inframince, tel que conceptualisé par Marcel Duchamp, la matérialité de l’interstice ou de la strate en art moderne et contemporain.
  • L’honnêteté intellectuelle et ses implications éthiques.
  • Transparence et matérialité du langage en littérature et en poésie.
  • Le poreux des frontières linguistiques, identitaires, géographiques, idéologiques.
  • Un état de la matière entre le visible et l’invisible : le visqueux, le laiteux, le halo et l’aura.

Les collaborateurs sont invités à soumettre leurs propositions d’articles de 250-300 mots avant le 15 juin 2011 à l’adresse post.scriptum.org@gmail.com.

Url de référence :
http://www.post-scriptum.org/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les musées d’histoire et la bande dessinée

Qu’il est loin le temps où la bande dessinée était considérée comme un art mineur ! Objet d’étude, analysée dans des ouvrages scientifiques, des colloques, des séminaires de grandes universités, la bande dessinée fait depuis quelques années une entrée triomphale dans nos musées. Conservateurs, commissaires d’expositions reviennent sur les expériences conduites dans cette famille particulière de musées que sont les musées d’histoire, quand la bande dessinée – expression d’une culture vivante – permet d’éclairer l’écriture de l’histoire.

Voici la programmation de la journée d’étude du mercredi 11 mai 2011 au centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation:

Modérateur : Xavier de La Selle, directeur du Rize, centre Mémoires et Société à Villeurbanne

10h Accueil par I sabelle Doré-Rivé et Xavier de La Selle.

10h30 : De l’exposition à la bande dessinée, quand la fiction s’attaque à l’histoire par Emmanuelle Polack, historienne, commissaire de l’exposition « Rose Valland sur le front de l’art ». L’élaboration de la grande exposition consacrée au parcours de Rose Valland (CHRD, 2009) a parallèlement nourri l’écriture d’un scénario de bande dessinée, révélant les qualités fictionnelles d’un personnage historique épique et attachant. Cet exemple permet d’interroger les relations entre la fiction propre à toute oeuvre littéraire et le matériel historique mis à disposition des scénaristes et des illustrateurs. Pour démontrer enfin qu’une bande dessinée particulièrement documentée est un médium intéressant pour l’historien.
11h15 : Lecture croisée entre des objets de collection et des auteurs de bande dessinée par Xavier Aumage, Archiviste, musée de la Résistance nationale (Champigny-sur-Marne), commissaire de l’exposition « Traits résistants ».
À l’inverse de ce qui se fait depuis des années pour la Première Guerre mondiale, l’image du résistant n’avait pas encore étudiée sous l’angle de la bande dessinée. Fruit du travail de deux musées « de la Résistance », l’exposition a souhaité renouveler le champ historiographique de la période à partir de cette forme d’expression artistique très prisée. Déroulant le fil de plus de soixante ans de création, l’exposition a également permis d’impulser de nouveaux projets de bande dessinée.

12h : Visite libre de l’exposition Traits résistants en présence du commissaire, Xavier Aumage

La genèse du projet : Deux musées de France, le CHRD à Lyon et le Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne, s’associent pour créer une exposition sur la Résistance dans la bande dessinée, exposition présentée à Lyon d’avril à septembre 2011.

Le projet : L’exposition présente plus de soixante ans de création artistique. Elle rend compte tout à la fois de la reconnaissance progressive de cet objet particulier qu’est la bande dessinée et de l’importance réelle et symbolique de la Résistance dans nos consciences et notre imaginaire collectif depuis plus d’un demi-siècle.
Dès la Libération, lorsque les résistants sortent de la clandestinité, la diffusion d’affiches et d’imprimés, de photographies sur les maquis et la période insurrectionnelle cristallise pour des décennies l’archétype du résistant. Dans les illustrés pour la jeunesse, un trait particulier permet alors de définir son image : celle du maquisard, fier et courageux, surgissant de l’ombre.
Icône choisie pour le visuel de l’exposition, une vignette de la série « Le capitaine invisible », illustrée par Robert Rigot en 1945 pour le périodique Message aux Coeurs Vaillants, symbolise parfaitement cette représentation et sa puissance d’évocation.
L’exposition Traits résistants propose d’interroger la constance de cette image et de ses archétypes au fil du temps et des infléchissements de l’historiographie de la Résistance. S’attachant aux grands classiques de la bande dessinée, issus des périodiques comme Vaillant, Coq Hardi, Tarzan, etc., l’exposition aborde également la présence du thème dans la bande dessinée contemporaine.
Auteurs-acteurs de la Seconde Guerre mondiale, Edmond- François Calvo, René Brantonne, Jacques Dumas (alias Marijac), Pierre Mouchot (alias Chott), Roger Lecureux, Robert Rigot et Albert Uderzo sont quelques-unes de ces grandes figures auxquelles répond, dans l’espace d’exposition et dans un contexte marqué par l’élargissement de la notion de résistance, l’oeuvre de Stéphane Levallois, Jean-Pierre Gibrat, Sylvain Vallée et Fabien Nury.

Un catalogue : Enfin, on conseillera la lecture du catalogue de l’exposition envisagé comme un recueil de textes permettant de dresser un état du sujet. Parmi les contributeurs figurent l’archiviste Xavier Aumage, les historiens Laurent Douzou et Sylvain Lesage, l’historien du cinéma d’animation Philippe Moins, le spécialiste de bande dessinée Didier Pasamonik, le bibliothécaire Henri Champanhet, ainsi que le conseiller scientifique de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image Jean-Pierre Mercier. Fort d’une liste des sources (albums, séries et récits complets) sur le thème de la Résistance intérieure en France, l’ouvrage présente également la retranscription d’une interview de Stéphane Levallois, auteur en 2008 de « La résistance du sanglier » chez Futuropolis.

http://www.editions-libel.fr/agence-maison-edition/

13h : Pause déjeuner

14h30 : Exposer la bande dessinée historique : quels enjeux ? par Vincent Marie, Historien, commissaire de l’exposition « Mobilisation générale, 14-18 dans la bande dessinée » et « Tardi », Historial de la Grande Guerre (Péronne). Quelles que soient les époques, la bande dessinée apparaît comme un véritable laboratoire de création d’images sur la Première guerre mondiale. Avec « Mobilisation générale », qui présentait l’ensemble des bandes dessinées sur la Grande Guerre dans leur contexte d’époque, et l’exposition monographique consacrée à l’oeuvre de Tardi, l’Historial de la Grande Guerre soulève la question des enjeux esthétiques et scientifiques qui président lors de l’élaboration de ces manifestations.

15h15 : « De superman au chat du rabbin » : une porte d ’entrée dans l’univers des codes visuels se référant à la mémoire et à l’histoire par Anne-Hélène Hoog, Conservatrice, musée d’art et d’histoire du Judaïsme (Paris), commissaire de l’exposition « De superman au chat du rabbin ».
Première manifestation d’envergure consacrée au 9e art dans un musée d’histoire, « De superman au chat du rabbin » mettait en évidence la présence et le rôle de nombreux auteurs juifs dans la bande dessinée, des années 1912-1930 à nos jours. 230 oeuvres issues du travail d’artistes américains et européens évoquaient la manière dont la bande dessinée a contribué, essentiellement par le roman graphique, à créer et diffuser différentes visions du passé juif.

16h00: L’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! Regards dessinés sur les génocides » : quelle matière pour dire les processus ? par Laure Piaton, Directrice du Centre du Patrimoine Arménien (Valence), commissaire de l’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! ». Qu’elles s’inscrivent de manière « frontale » ou « distanciée » dans le génocide dont elles traitent, les bandes dessinées sur le sujet participent toutes d’un même objectif : contribuer à la connaissance et à la reconnaissance. Privilégiant l’approche comparative, qui permet de saisir la singularité de chaque génocide et en révèle les traits communs, l’exposition propose un parcours thématique entre les planches afin de montrer comment, malgré leurs différences, l’ensemble des oeuvres présentées expriment l’essence du génocide.

16h45 : Débat
17h : Conclusion par Xavier de La Selle

Pour plus d’informations : http://www.chrd.lyon.fr/chrd/

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

Bande dessinée numérique : table ronde à l’Enssib

L’Enssib de Villeurbanne organise le 12 mai une table ronde sur la bande dessinée numérique. Intitulée La bande dessinée en perspective : production, diffusion et conservation, cette table ronde se propose d’éclaircir les enjeux actuels de la bande dessinée numérique. Elle rassemblera Arnaud Bauer, Julien Falgas et Catherine Ferreyrolle :

  • Arnaud Bauer est le président de Manolosanctis, maison d’édition participative s’appuyant sur la complémentarité entre la publication électronique et la publication papier. Diplômé de l’École centrale de Nantes et de l’Essec, Arnaud Bauer a fondé Manolosanctis en mars 2009 avec Mathieu Weber et Maxime Marion. Depuis deux ans, Manolosanctis a diffusé en ligne environ 1800 albums et édité en version papier de qualité les œuvres de plus de 70 auteurs.
  • Julien Falgas, webmestre à l’université de Metz, est le fondateur de Webcomics.fr, un service d’hébergement en ligne qui permet d’auto-éditer ses bandes dessinées. Fondé en janvier 2007 au moment du grand boom des blogs bd, Webcomics.fr offre à de nombreux auteurs une plateforme de publication gratuite et sans publicité.
  • Catherine Ferreyrolle, quant à elle, est directrice de la bibliothèque de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême. La Cité de la BD accueille depuis 1990 un grand nombre de manifestations en rapport avec la bande dessinée et a organisé ces dernières années de nombreuses formations et conférences en lien avec la bande dessinée numérique. Sa bibliothèque, pôle associé de la BNF pour la bande dessinée, rassemble aussi bien de la documentation contemporaine sur la bande dessinée que des fonds patrimoniaux qui font l’objet d’une active politique de numérisation.

L’idée de la table ronde est de montrer la diversité de ce que l’on peut appeler bande dessinée numérique, d’avoir un aperçu du paysage éditorial en la matière et de réfléchir aux modèles qui se développeront dans les années à venir.

Tout en s’insérant dans les problématiques générales du livre numérique, la bande dessinée numérique s’en démarque fortement par son histoire, par ses caractéristiques techniques mais aussi par les auteurs qui la produisent et les lecteurs qui la lisent. Le monde de la bande dessinée numérique existe à présent depuis une bonne dizaine d’années et est aujourd’hui en prise avec l’évolution des supports de lecture (écran d’ordinateur, liseuses, tablettes, téléphones)  ainsi qu’avec l’arrivée de nouveaux acteurs commerciaux.

Au-delà des oppositions entre pratique professionnelle et pratique amatrice, entre numérique natif et numérisation homothétique, entre communautés de bénévoles et acteurs commerciaux, cet événement sera l’occasion de porter un regard aussi large que possible sur un objet culturel dont l’importance est déjà bien établie et ne fera sans doute que s’accroître.

Pour se replonger dans ces questions, on se replongera avec beaucoup de profit dans les articles de Mr Petch sur Phylacterium.

La bande dessinée numérique en perspective : production, diffusion et conservation, jeudi 12 mai 2011, de 14h à 17h à l’Enssib, 17-21 boulevard du 11 novembre 1918, Villeurbanne.

Ethics & Fan studies

John Walliss et Catherine Larsen, appartenant respectivement aux universités de Liverpool Hope (UK) et George Washington (USA), rendent public un appel à communication pour un ouvrage intitulé « Ethics & Fan studies ». Ce dernier entend poser le problème de la légitimité, et plus largement du positionnement du chercheur, dans l’analyse et l’interprétation des pratiques culturelles amateurs. Les articles doivent être rédigés en anglais, mais leurs objets d’étude ne sont nullement cantonnés au monde anglophone et force est de constater que le champ du neuvième art offre énormément d’intéressants et problématiques terrains d’étude : fanfiction (portant directement sur des Comics), communautés de collectionneurs, blogs portant sur l’univers de nombreux auteurs… Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fixée au 30 juin 2010.


CALL FOR PAPERS Book Collection: Ethics of Fan Studies
Deadline: Abstracts June 30, 2010; finished essays March 31, 2011

Ethical issues are raised whenever a researcher investigates a particular group or community. These ethical considerations are often compounded by resistance to academic scrutiny on the part of the community or group being investigated.
This is often the case in Fan Studies, where fans conduct what they feel to be private business in the public domain of the internet and other “closed” venues such as fan conventions. Studies of fans by academics often anger fans, who feel that researchers are being disingenuous in their claims of being fellow fans, even as those fans engage in many of the same activities as their academic counterparts. For their part, many researchers still find themselves in ambivalent positions, with one foot inside the academy and on in fandom, unsure of how to identify themselves and often resistant to being too closely identified with their fan communities.

In this essay collection we hope to bring issues of researcher identity, fans’ rights, the legality of fan activity and the sometimes fortuitous and sometimes fraught relationship between fans and media producers are, among others, to the fore.

Please submit abstracts by June 30, 2010; finished essays by March 31,, 2011. Essays must be approximately 5,000 words in Harvard Referencing Style with 12-point font. Essays must be written in English, but they do not have to be about the anglophone, western version of the internet. We welcome submissions which include–but are not limited to–the following topics:

– theorizing online fan cultures
– the relative positions of the aca-fan and the fan scholar
– teaching fan studies
– research methods
– breaking “the fourth wall”
– producer/fan relationships
– fan practices, transformative works and legal issues
– citing and issues of privacy

Send one copy of your submission as an electronic attachment to:
John Walliss
Liverpool Hope University
wallisj@hope.ac.uk
or
Katherine Larsen
The George Washington University
klarsen@gwu.edu


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Pour une histoire culturelle de la bande dessinée

Le Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines de l’université Versailles-Saint-Quentin annonce la création d’un groupe de travail souhaitant offrir un lieu de discussion et d’échange à tous les chercheurs intéressés par l’histoire culturelle de la bande dessinée. Celle-ci, comme l’ont déjà souligné Jean-Paul Gabilliet et Thierry Crépin, est encore largement à construire. Si sociologues, littéraires et sémiologues se sont appropriés le champ, les historiens sont encore relativement rares ; surtout, ils sont isolés, et cette initiative cherche donc à faire se rencontrer ces différents chercheurs, confirmés et débutants, pour que soient dégagés axes de recherches et perspectives communes.

Un premier atelier de travail sera organisé le mardi 18 mai 2010 à l’Université Versailles Saint-Quentin. L’angle choisi pour cette première rencontre sera la question des « Circulations, transferts et adaptations dans la bande dessinée ».

Dès l’“invention” de la bande dessinée par le Suisse Rodolphe Töpffer, et jusqu’à aujourd’hui, ces phénomènes de circulations et d’adaptations sont incessants et influent fortement sur la bande dessinée, de sa production à sa réception en passant par sa réalisation. Ils sont cependant encore mal connus, malgré notamment les travaux pionniers portant sur l’américanisation de la bande dessinée française. Lors de cet atelier, ces phénomènes pourront être appréhendés à différentes échelles :

  • d’un pays à l’autre,
  • d’un format à l’autre,
  • d’un média à l’autre…

Il s’agira de présenter des études portant sur des corpus clairement définis, à partir d’archives, et s’interrogeant sur les points suivants :

  • les acteurs et médiateurs au sein de ces processus de circulations et d’adaptations
  • les multiples formes de ces circulations et adaptations, selon les échelles étudiées
  • leurs évolutions dans le temps

Conformément aux orientations du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, cet atelier est ouvert à une approche interdisciplinaire de la bande dessinée, même si l’accent sera mis sur une perspective diachronique.

Enfin, au cours de cet atelier de travail seront recensées les recherches en cours et les initiatives prioritaires à mener pour approfondir et valoriser l’histoire de la bande dessinée.

Propositions :

Les propositions de communication, d’une page environ, indiquant le titre, la problématique, le corpus et la méthodologie, sont à envoyer accompagnées d’un court CV avant le 30 janvier 2009 à l’adresse suivante : 

sylvain.lesage@gmail.com

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts