Parutions : « légitimité culturelle » et « matérialité » de la bande dessinée

Deux récentes publications sont susceptibles d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée.

– Kinéphanos, revue canadienne de recherche sur le cinéma et les « médias populaires », vient de faire paraître un numéro consacré aux logiques de légitimation culturelle. Ce numéro contient un article de Gabriel Gaudette portant sur le graphic novel : « Tensions, prétentions et galvaudage; gains et écueils du roman graphique comme stratégie du cheval de Troie en Amérique du Nord ».

Si l’article en lui-même n’a rien de bien révolutionnaire, il a cependant le mérite de s’intéresser aux effets symboliques d’une forme éditoriale, dans un contexte canadien très éloigné de la situation européenne.

La suite de l’article peut être lue à l’adresse suivante : http://www.kinephanos.ca/2011/romans-graphiques/

-La revue Communication & Langages consacre son n°167 (coordonné par
Pauline Escande-Gauquié et Emmanuël Souchier) au thème : « Bande dessinée : le pari de la matérialité ».

 

PAULINE ESCANDE-GAUQUIÉ ET EMMANUËL SOUCHIER

Matières et supports, la bande dessinée dans tous ses états

PIERRE FRESNAULT-DERUELLE

Scénariographie

ELENI MOURATIDOU

D’une scène à l’autre. Matérialités et théâtralités de la bande dessinée

PASCAL ROBERT

De la « subversion sémiotique » comme mode d’existence matériel de la BD

ÉMELINE SEIGNOBOS ET AUDE SEURRAT

La série commémorée dans L’Anniversaire d’Astérix et Obélix

JULIA BONACCORSI

La bande dessinée aux prises avec la « machinerie éditoriale » du smartphone

NICOLAS GENEIX ET JEAN-FRANÇOIS GUENNOC

Le Photographe au défi de la BD

Ce numéro interroge la matérialité de la bande dessinée, une dimension souvent omise dans les analyses. Or la matérialité fonde les conditions de possibilité de l’énonciation éditoriale, elle forge l’appareil énonciatif et justifie la métamorphose des supports. C’est une condition instituante du média qui participe des nouveaux usages et des pratiques culturelles émergentes.

La bande dessinée a acquis ses lettres de noblesse et sa légitimité depuis la fin des années 1970. Légitimité esthétique et artistique avec ses rituels, ses prix et ses salons, légitimité éducative et culturelle avec ses écoles, ses arts et ses professions, légitimité industrielle enfin avec ses éditeurs, ses imprimeurs et ses diffuseurs qui se sont inscrits dans le tissu économique et social. Elle a accompagné le déploiement intellectuel et éditorial des sciences humaines et sociales, faisant l’objet de nombreux travaux universitaires dans l’ordre sémiotique et esthétique, psychanalytique et politique avec quelques incursions dans l’espace des études littéraires ou celui des cultural studies.

Avec une approche ancrée en Sciences de l’information et de la communication, ce dossier se propose d’aborder le champ croisé de la matérialité et des supports de la bande dessinée. À l’heure de la « plurimédiatisation » et des industries dites « créatives», la discipline présente en effet un certain nombre d’atouts pour analyser cet art en pleine effervescence qui recouvre des réalités médiatiques protéiformes allant du strip traditionnel à l’album en passant par le « blog-BD » et les smartphones.

 

Hybridations, texte et image

Le magasin des enfants, carnet de recherche avec qui Les Carnets de la bande dessinée entretiennent de constantes relations, porte à notre connaissance un appel à communication pour un colloque intitulé : « Hybridations, texte et image ». Lancé par l’INTRU (Interaction, Transfert, Ruptures artistiques et cUlturelles, université de Tours), celui-ci invite des chercheurs à s’emparer d’une « idée » de l’hybridation pensée comme « porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation ». Souvent présentée comme « hybride », la bande dessinée, qui est ici directement évoquée, est donc intéressée au premier chef et il serait fort intéressant de penser les tenants et aboutissants de ce qu’Harry Morgan qualifie de « faux débat » proposant de « définir les littératures dessinées par comparaison » et supposant de « commencer rituellement toute analyse de la narration par images fixes par la précision qu’elle diffère fondamentalement de ceci ou cela » (Principes des littératures dessinées, L’An 2, p. 9). Le thème de l’hybride pose en effet directement la question de l’essence de la bande dessinée et de sa capacité à se poser comme langage et domaine de recherche pleinement autonome, mais force est de constater que cette question est sans doute renouvelée à l’heure où le neuvième art noue avec d’autres médias des relations susceptibles d’aboutir à de nouvelles hybridations que cet appel à communication propose également d’examiner avant le 7 mars prochain.

Colloque « Hybridations »
Université François-Rabelais, Tours
Du mercredi 11 au vendredi 13 mai 2011

Appel à contributions: date limite: 7 mars 2011
Organisation : Service Culturel de l’Université & Laboratoire INTRU (JE 2527, http://intru.univ-tours.fr/),
avec le soutien du Conseil Scientifique

L’hybridation est d’abord le nom d’une catégorie biologique, ou plus exactement le nom d’une rupture ou d’une transgression des limites entre catégories biologiques : un hybride, c’est avant tout le produit d’un croisement, d’une greffe, d’une rencontre littéralement monstrueuse entre des espèces différentes. Etymologiquement, « hybride » renvoie au latin « ibrida », qui désigne le produit de l’union d’un sanglier et d’une truie ; puis le terme a été graphiquement contaminé par le grec « hybris », qui signifie l’excès ou la démesure, de sorte que le mot « hybride » est lui-même hybride.

Appliquée au domaine des arts et des lettres, l’idée d’hybridation semble principalement viser la porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation. Théorisée dans les premiers ouvrages qui s’emploient à explorer les formes de la « condition postmoderne », qu’il s’agisse de la littérature, de l’architecture ou du fondement des sciences, l’hybridation y est caractérisée par la pratique du détournement, de la citation, du pastiche. Cependant, bien avant de devenir une des pièces du dispositif théorique et esthétique de la postmodernité, l’hybridation est présente dans toutes les œuvres qui se jouent des frontières génériques et artistiques pour construire des formes d’expression rétives à toute univocité et à toute totalisation.

En appliquant la notion d’hybridation aux formes de la rencontre en texte et image, il ne s’agit donc pas tant de vérifier la pertinence historique du « diagnostic » de la postmodernité prononcé dans les années 1970 par Hassan, Jencks ou Lyotard, que de reprendre l’étude de ces formes spécifiques de greffe et de croisement qui jouent dans les dispositifs iconotextuels.

Les rencontres du texte et de l’image fournissent une très belle occasion d’examiner la manière dont les frontières des arts, des genres, des techniques ou des supports s’échangent en permanence leurs déterminations. Des processus de l’adaptation à ceux de la traduction, des rencontres entre pratiques venues d’horizons différents aux interrogations sur les formes de la mémoire graphique des artistes, le champ des interrogations que l’on entend rassembler autour de l’idée d’hybridation est vaste.

L’étude des dispositifs iconotextuels concerne au premier chef la bande dessinée, mais aussi toutes les formes du récit illustré, de l’album pour enfant au roman-photo. La rencontre entre le texte et l’image constitue-t-elle par elle-même une « greffe », un « hybride » ? Détermine-t-elle le caractère « non légitimable » des discours qu’elle engendre ? Favorise-t-elle des formes narratives spécifiques ? Quelle place et quel rôle reconnaître aux formes de sur-hybridation à partir de l’hybridation iconotextuelle (adaptation des comics au cinéma, albums ou revues illustrées accompagnés d’objets, pop-ups, produits dérivés, etc.) ?

Le colloque « Hybridations » entend explorer ces questions, dont la liste est loin d’être exhaustive, en les appréhendant à travers des exemples précis : il ne s’agit pas tant d’élaborer un discours formel général sur la concept d’hybridation que d’en explorer la puissance heuristique en l’appliquant à des études d’œuvres déterminées.

Les propositions d’interventions sont à remettre pour le 7 mars dernier délai aux organisateurs:

  • Laurent Gerbier (laurent.gerbier@univ-tours.fr)
  • France Nerlich (france.nerlich@univ-tours.fr)
  • Cécile Boulaire (cecile.boulaire@univ-tours.fr)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Sérialité et bande dessinée

Le Centre d’Etudes sur les Jeunes et les Médias (CEJEM), qui réunit des chercheurs travaillant sur les pratiques médiatiques des jeunes, organise une rencontre sur le thème de la sérialité et la bande dessinée, le vendredi 21 janvier 2011, à 14 heures, salle Las Vergnas, à Paris 3, Sorbonne Nouvelle, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris (Métro : censier Daubenton, ligne 7).

Ce débat  sera animé par Pierre Christin, scénariste de bande dessinée, auteur notamment de la série (avec Mézières)  Valerian et Laureline et par le sociologue Eric Maigret, professeur à Paris 3.Cette rencontre est gratuite et ouverte à tous, mais il est préférable de s’inscrire  au préalable : jeunesetmedias@gmail.com.

Pour de plus amples informations : mc-lipani@wanadoo.fr ou le communiqué de presse du CEJEM.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Textyles : La bande dessinée contemporaine

Créée en 1985, TEXTYLES est une revue scientifique exclusivement consacrée aux lettres belges de langue française. Pour son dernier (et double) numéro, elle publie les actes d’un colloque tenu à Bruxelles sur la bande dessinée belge contemporaine, dont voici ci-dessous le sommaire :

Textyles. Revue des lettres belges de langue française, Numéro 36-37

La bande dessinée contemporaine, sous la direction de Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat

La bande dessinée a généré depuis près de quarante ans des discours de rupture variés. Elle revendique désormais une maturité et une exigence artistique que confirment la diversification de ses procédés graphiques ou narratifs, la mise en place d’un appareil de consécration spécifique et l’apparition de nouvelles pratiques éditoriales.

Les actes du colloque de Bruxelles (2008), qui sont publiés ici, ont pour ambition autant de dresser le bilan d’un champ en pleine mutation que de dépoussiérer les discours académiques sur la bande dessinée.

En se concentrant sur la BD francophone belge, ces contributions éclairent les démarches artistiques novatrices, se penchent sur des stratégies inédites dans la diffusion du medium et s’intéressent à l’apparition de sociabilités nouvelles. Elles étudient également l’évolution des genres et des registres ou les rapports entre bande dessinée et industrie culturelle. En outre, elles situent la place réservée à une avant-garde qui se cherche encore souvent entre littérature et art contemporain. Elles se penchent, enfin, sur l’engagement des auteurs.

Les pistes de réflexion que ce numéro de Textyles explore confirment que l’étude de la bande dessinée n’est plus en phase d’émergence et constituent un champ de recherche bien balisé qui, à son tour, remet en perspectives les disciplines des sciences humaines convoquées dans l’analyse de la BD.

Sommaire

Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat, « La bande dessinée francophone belge au présent »

Benoît Berthou, « La bande dessinée franco-belge : quelle industrie culturelle ? »

Floriane Philippe, « L’évolution du paysage éditorial de bandes dessinées en Belgique francophone »

Tanguy Habrand, « La « récupération » dans la bande dessinée contemporaine. Par-delà récupérateurs et récupérés »

Erwin Dejasse, « Bande dessinée alternative : mémoire et re-génération. Autour de l’expositionAlternatif Chaos. Onafhankelijk Beeldverhaal in Wallonië en Brussel »

Laurent Demoulin, « Du Rwanda au Coeur des ténèbres. Jean-Philippe Stassen illustre Conrad »

Laurence Brogniez, « Féminin singulier : les desseins du moi. Julie Doucet, Dominique Goblet »

David Vrydaghs, « Le récit de voyage en bande dessinée, entre autobiographie et reportage »

Björn-Olav Dozo, « Note sur la bande dessinée de reportage »

Hubert Roland, « Écriture et narration de l’histoire dans le projet Fritz Haber de David Vandermeulen »

Roland Baumann, « Remember ! La bande dessinée belge francophone et la guerre 1940-1945 »

Frédéric Paques, « Joe G. Pinelli, dans le no man’s land de la BD »

Clément Dessy, « La ville entre texte et image dans les bandes dessinées de Michaël Matthys »

Gert Meesters, « Les significations du style graphique : Mon fiston d’Olivier Schrauwen et Faire semblant, c’est mentir de Dominique Goblet »

Collecting, Collectibles, Collectors and Collections

La Southwest Texas Popular Culture and American Culture Association lance un appel à communication intitulé : « Collecting, Collectibles, Collectors and Collections ». Celui-ci nous invite à penser des pratiques d’accumulation dont le neuvième art est coutumier mais qui semblent bizarrement peu étudiés. Nous n’avons en effet mis la main sur aucun travail de recherche consacré à la collection en bande dessinée, et ce qu’il s’agisse d’analyser sa valeur (quel rapport à l’objet livre ?), son organisation (par auteur, série, période ?) ou encore sa circulation (trocs, héritages, pratiques d’achat ?). Nous proposons à nos lecteurs d’indiquer en commentaire des références qui nous auraient échappées et nous contentons d’affirmer que les auteurs ont sur ce point bien plus d’imagination. Harvey Pekar met ainsi largement à l’honneur, dans American Splendor, sa passion de collectionneur alors que Seth traite dans Wimbledon Green avec justesse et ironie de l’avidité de ceux qui n’ont de cesse d’accumuler. Si vous choisissez de travailler sur ces œuvres, il s’agira de le faire avant le 15 décembre.

PCA/ACA & Southwest/Texas Popular Culture and American Culture Associations

Joint Conference

April 20-23, 2011

http://www.swtxpca.org

Proposal submission deadline: December 15, 2010

Conference hotel: Marriott River center San Antonio

Proposals for individual presentations are being accepted for the Collecting, Collectibles, Collectors, Collections Area and related topics. We also seek proposals for entire panels as well as roundtable discussions concerning Collecting, Collectibles, Collectors, and Collections.

Some areas of consideration include, but are not limited to:

• Collections/Collecting/Collectors/collectibles in popular culture

• Collections in libraries, archives or museums

• Collections/Collecting/Collectibles in Science Fiction and Fantasy

• Personal Collections

• Folk Art Collections and Collectibles

• Collections and collectors in literature, film, theatre

• The history of collecting

• Early American collections and Americana

• Collections of Native American, African American, Asian American, and Latina/o cultures(and others)

• Private or public collections

• The impulse to collect.

• Collecting and political correctness.

• Legal issues regarding collecting/collections.

• The business of collecting – buying and selling, mediating value – the dealer, the picker, the agent.

• The impact of the Internet (including eBay and like sites) on collecting.

• Relationships between collectors and curators.

• Collecting as community activity.

• Collecting as scholarship.

• Collectors’ organizations (car clubs, stamp clubs, costume jewelry collectors’ groups, etc.), their functions, their controversies.

• What is an « authentic » collectible?

• Collecting the immaterial (places, memories, people, websites, words, etc.)

Scholars, artists, curators, and other professionals are encouraged to participate. Graduate students are welcome, with award opportunities for the best graduate papers. Please visit the organization website for more information about this conference. http://www.swtxpca.org. Papers should be approximately 20 minutes long (8-10 pages) and should be original works of scholarship that have not been presented or published elsewhere. Proposals for entire panels should include 3-4 presentations/papers. Roundtables should be approximately 90 minutes long. Please send 200-250 word abstracts for papers, panels, and roundtables, to the Area Chair below, by December 15 2010.

Kathrin Dodds Collecting, Collectibles, Collectors and Collections Area Chair

Kathrin.dodds@ttu.edu

http://www.swtxpca.org

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« La bande dessinée entre héritage et révolution numérique » : programme

Le programme de la journée d’étude organisée le 5 octobre conjointement par le Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres de la BnF et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image est à présent connu.

Cette journée, venant après deux précédents Atelier du livre consacrés au Neuvième Art, s’attachera à dresser une image de la bande dessinée contemporaine, dans un moment historique particulier, alors que connaissant un grand développement, une grande richesse créative et une ouverture éditoriale sans précédent dans son histoire, elle est rattrapée par l’ouragan de la mondialisation numérique, de la dématérialisation des supports, avec une hypothèse inédite, celle d’une reconstruction des contenus et des formes.

9 h00
Accueil du public

9h15
Ouverture

matin La bande dessinée, un patrimoine bien vivant ? Président de séance : Olivier Piffault, BnF

9h30
Non, le franco-belge n’est pas mort. L’exemple des Intégrales Martin Zeller, responsable des rééditions chez Dupuis

9h55
Cent pour cent : cent auteurs du monde entier revisitent cent chefs-d’oeuvre de la bande dessinée

L’exemple d’une exposition associant culture, perspective historique d’un art et création contemporaine, par Gilles Ciment, directeur de la Cité et Jean-Philippe Martin, commissaire de l’exposition

10h20
What if ?… Et toujours tu recréeras la légende : les comics et le recyclage permanent des super-héros, de Dark Reign à Daniel Clowes.

Jean-Paul Jennequin, éditeur, traducteur et critique de bande dessinée

10h45
La bande dessinée peut-elle « tenir le mur » ? De l’objet de consommation à la cimaise et l’objet muséographique

Christian Rosset, compositeur, producteur à France Culture et critique de bande dessinée, Jean-Pierre Mercier, conseiller scientifique de la Cité

11h30
Quelle bande dessinée pour quels publics ? Construire une offre face aux évolutions du lectorat

Table ronde animée par animée par Christian Marmonnier, journaliste spécialisé et membre du comité de sélection du FIBD d’Angoulême

Grégoire Séguin, éditeur chez Delcourt,
Sylvain Insergueix, librairie Impressions,
Eric Maigret, sociologue, professeur à Paris III,
Camille Baurin, Bibliothèque Marguerite Duras (Paris) (sous réserve)

Après-midi La bande dessinée, « sans papier ni crayon » : de la redéfinition de l’édition numérique aux nouvelles formes créatives Président de séance : Jean-Philippe Martin, La Cité

14h00
L’édition numérique, une réalité commerciale ? Yannick Lejeune, éditeur chargé du numérique chez Delcourt

14h30
La bande dessinée numérique, œuvre de l’esprit ou objet multimédia : les remises en cause juridiques des formes et usages numériques de la bande dessinée

Emmanuel de Rengervé, délégué général du SNAC (Syndicat national des auteurs et des compositeurs) et un auteur

15h00
Le numérique et son impact sur les formes de la bande dessinée

Magali Boudissa, doctorante, Paris VIII

15h25
Visions du futur

Xavier Guilbert, du site « du9.org – L’autre bande dessinée »

16h00
Les dessinateurs face aux potentiels et aux révolutions du numérique

Table ronde animée par Philippe Morin, créateur de PLGPPUR et des éditions PLG.
Xavier Löwenthal, auteur-éditeur et théoricien, fondateur de La cinquième couche,
Thomas Cadène, auteur et animateur de la web-bdnovela « Les autres gens »,
Christophe Blain, auteur d’ « Isaac le pirate »,
Lisa Mandel (sous réserve)

Le livre et l’artiste

Les étudiantes et étudiants du Groupe de recherche et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) de l’Université de Sherbrooke organisent un colloque dont le thème sera le livre et l’artiste. Les approches concernant la bande dessinée y sont les bienvenues :

Aux côtés des auteurs qui véhiculent des idées par le texte, des artistes contribuent à faire du livre une « œuvre d’art totale », objet créatif et original, signifiant tant dans sa forme, dans sa matérialité que dans son contenu, et transmettant des informations aussi bien textuelles que visuelles. « La forme du livre est bien une forme symbolique au sens où Erwin Panofsky parle de La perspective comme forme symbolique (1932), c’est-à-dire une forme qui exprime par elle même, de manière implicite, tout un jeu de valeurs et de représentations du monde . » S’interroger sur cette forme revient à considérer le livre comme un objet porteur, en soi, d’un sens. De plus, le livre s’avère être le support d’un texte avec lequel il entre en jeu ou, parfois, en conflit; il s‘élabore ainsi comme une sorte de « livre-texte  » offert à une lecture dans laquelle ses caractéristiques matérielles peuvent être abordées à des fins poétiques. Étudier le livre de cette façon permet de mettre de l’avant le travail de ceux qui contribuent à faire de ce support à l’information un objet singulier véhiculant une signification par sa forme et sa matérialité. Ainsi, le travail de l’artiste, pris dans un sens large, sur l’objet livre, invite à réinventer l’acte de lire.

Le colloque « Le livre et l’artiste » propose d’étudier l’apport de l’artiste et/ou de l’art à l’objet livre en privilégiant un corpus de livres matériels à caractère littéraire, toutes origines et toutes époques confondues. Les communications pourront aborder le livre selon deux orientations de recherche.

D’une part, sur le plan externe, le livre pourra être analysé dans un contexte historique ou sociologique en s’inspirant notamment de méthodologies issues de l’histoire du livre, de la sociologie de l’édition, des métiers du livre ou de l’histoire de l’art. Que nous apprend l’histoire du livre sur l’apport des artistes à la fabrication du livre? Comment le métier de relieur a-t-il évolué au Québec pendant le vingtième siècle? Quel est le rôle joué par l’illustration au fil de l’histoire du livre? Existe-t-il des libraires qui se sont intéressés aux livres d’artistes, aux éditions de bibliophilies: si oui, quel rôle ont-ils joué dans le champ éditorial? Qu’en est-il de la fonction de la galerie d’art dans la diffusion du livre d’artiste? Le livre d’artiste est-il un objet de contestation?

D’autre part, pour compléter et enrichir l’analyse, il serait intéressant d’envisager le livre dans ses aspects internes en faisant des liens entre ses différentes composantes matérielles, visuelles et textuelles. En considérant, par exemple, le livre illustré comme une pratique intersémiotique, dans laquelle il se présente « comme un grand texte composé de deux sous-textes : le sous-texte verbal (roman, poèmes, titres ou légendes) et le sous-texte pictural (illustrations, lettrines, culs de-lampes)  », il devient possible d’en proposer une nouvelle lecture. Quant à la matérialité du livre, elle impose une fétichisation de l’objet qui prescrit au lecteur son rituel . De cette façon, comment la reliure, la typographie, la mise en page, la composition participent-elles à la création du sens? Quelles sont les relations possibles entre la poésie et la typographie, entre le poème et la page, entre le mot et l’imprimé? Est-il possible de dégager une esthétique du livre illustré, de la reliure, de la typographie à une époque donnée?

Le colloque aura lieu le vendredi 25 février 2011 au Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke.

Les propositions seront soumises à un comité responsable de la réalisation du programme. Le comité accordera la priorité aux propositions des étudiantes et des étudiants de 2e cycle ayant entamé la rédaction de leur mémoire, ainsi qu’à celles des étudiantes et étudiants de 3e cycle. Les communications devront être inédites et ne pas dépasser 20 minutes.

Les propositions doivent parvenir avant le 16 octobre 2010 à l’adresse suivante : Sophie.Drouin@USherbrooke.ca, et contenir les éléments suivants:

•       les coordonnées de l’étudiante ou de l’étudiant : adresse postale et électronique, numéro de téléphone
•       le niveau d’études, l’université et le département d’affiliation, et, si l’étudiante ou l’étudiant le souhaite, le nom de la directrice ou du directeur de mémoire ou de thèse, le sujet du mémoire ou de la thèse
•       la proposition de communication d’environ 500 mots, incluant la problématique, le corpus ainsi que la méthodologie
•       une notice biobibliographique d’environ 200 mots

À l’issue du colloque, les conférencières et les conférenciers seront invités à soumettre leur texte révisé à la revue Mémoires du livre/Studies in Book Culture. Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans un numéro sur « Le livre et l’artiste ».

La revue Mémoires du livre/Studies in Book Culture est disponible à l’adresse suivante : http://www.erudit.org/revue/memoires/2009/v1/n1/index.html

La bande dessinée entre héritage et révolution numérique

Les ateliers du livre proposent depuis plusieurs années, sous forme de journées d’études, un rendez-vous régulier sur l’histoire du livre et son univers contemporain. La Joie par les livres, centre associé à la BnF, organise le mardi 5 octobre 2010 une journée d’études consacrée à la bande dessinée, « entre héritage et révolution numérique », qui aura lieu sur le site Tolbiac de la BnF. Le programme n’est pas encore disponible, mais en attendant il est déjà possible de s’inscrire, par mail, auprès de marion.caliyannis@bnf.fr. Ci-dessous le détail de l’annonce.

Les ateliers du livre proposent, sous forme de journées d’études, un rendez-vous régulier sur l’histoire du livre et son univers contemporain.

Une journée d’étude dans le cadre des Ateliers du livre, proposée par le Centre de littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres en partenariat avec la Cité internationale de la Bande dessinée et de l’Image (CIBDI)

Cette journée, venant après deux précédents Ateliers du livre consacrés au Neuvième Art, s’attachera à dresser une image de la bande dessinée contemporaine, dans un moment historique particulier, alors que, connaissant un grand développement, une grande richesse créative et une ouverture éditoriale sans précédent dans son histoire, elle est rattrapée par l’ouragan de la mondialisation numérique, de la dématérialisation des supports, avec une hypothèse inédite, celle d’une reconstruction des contenus et des formes.

Date : mardi 5 octobre 2010
Lieu : Bibliothèque nationale de France – site François Mitterrand, quai François Mauriac, 75013 Paris
Gratuit sur inscription auprès de marion.caliyannis@bnf.fr

Le programme détaillé sera prochainement disponible sur http://lajoieparleslivres.bnf.fr
Pour recevoir ce programme par mail , merci d’envoyer un courriel à l’adresse cnlj-jpl.communication@bnf.fr

Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur

Le groupe de travail « Livre : création, culture et société », appartenant au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, a choisi d’adopter, comme thématique de son séminaire 2010-2011 : « Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur ». Semblable proposition semble constituer une incitation à évoquer l’ensemble des « intermédiaires » de la chaîne du livre de bande dessinée, que ceux-ci aient en charge la définition d’une politique éditoriale ou l’inscription dans un public. Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fixée au 30 juin prochain.

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2
« Livre : Création, Culture et Société »

Thématique 2010-2011 :
Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur

Appel à contribution
Date limite : 30 juin 2010

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Versailles-Saint-Quentin), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.

Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris 10-Nanterre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Cette année, se tiendra la cinquième saison de son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, sur le thème annuel « Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur ».

Champ de recherche :

Dans la continuité des débats et réflexions suscités par la session 2009-2010 du séminaire, par la première journée d’études du 15 juin 2009 (« Du livre à l’auteur. Autorité, sociabilités, matérialité et circulation de l’écrit du XVIe au XIXe siècle » (www.chcsc.uvsq.fr/journees/dulivrealauteur.html) et le colloque des 2 et 3 juillet 2010 (« L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur. Du livre à Internet »), ainsi que dans le cadre de la préparation du projet ANR « L’auteur en réseaux. Modes de circulation transnationale du livre » (session 2011),  notre groupe de travail entend poursuivre ses investigations sur le livre, l’auteur, non seulement dans le cadre des relations avec les autres professionnels du livre (éditeurs, libraires, bibliothécaires, critiques…), mais aussi dans son rapport complexe et souvent invisible avec la communauté des lecteurs (imaginé, convoqué, redouté, réel, pluriel, hyperlecteur, contre-lecteur…).

Il s’agit toujours de privilégier une approche historique et pluridisciplinaire des pratiques culturelles et professionnelles capable d’interroger l’auteur non plus comme « acteur central de l’univers littéraire » (B. Lahire), mais comme un acteur parmi d’autres pris dans un réseau contractuel (avec un éditeur), dans un réseau communicationnel (avec libraires et bibliothécaires), dans un réseau médiatique (avec les journalistes).

Refusant la coupure entre une réflexion sur l’art ou la littérature (ne s’attachant qu’aux producteurs et créateurs les plus consacrés) et une analyse des pratiques culturelles, il s’agira de ne pas exclure les productions commerciales grand public ni les créateurs les moins légitimes (auteurs de best-sellers, auteurs de genres populaires dits mineurs), et de prendre en compte la banalisation de l’objet livre qui désacralise le produit et le producteur, l’œuvre et le créateur. Dans cette optique, toutes les perspectives (historiques, juridiques, littéraires, sociologiques…) seront prises en compte.

Deux axes de réflexion sont proposés :

1/ Les réseaux de diffusion

Seront privilégiées les pistes suivantes :

  • la librairie et la bibliothèque face aux usagers du livre
  • les imaginaires de la librairie, de l’édition et de la bibliothèque
  • la lecteur comme création (lecture savante ; les lectures de l’auteur…)
  • les supports ou les outils de lecture
  • les représentations de la lecture
  • les discours sur la lecture
  • l’écriture en marge (de la glose à Internet)
  • transferts littéraires et réception littéraire
  • les littératures traduites

2/ Les communautés de lecteurs

Pourront être explorées les pistes suivantes :

  • les cercles de lecture
  • les lieux de sociabilité et de lecture
  • les modalités de lecture (à haute voix, silencieuse…)
  • les abécédaires et manuels de lecture
  • les comités de lecture (journaux et maisons d’édition)
  • les courriers de lecteurs (presse, édition…)
  • les blogueurs
  • les fans
  • les sites de lecture

Renseignements pratiques :

Responsables :

Sylvie Ducas, maître de conférences à Paris 10-Nanterre

Horaire du séminaire de recherche :

Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance.

Lieu :

Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

Forme et date limite de remise des propositions :

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Elles seront transmises par voie électronique avant le 30 juin 2010 à l’adresse suivante : sylvie.ducas@u-paris10.fr.

Le livre dans le livre : représentations, figurations, significations

La revue électronique Mémoires du livre consacre son quatrième numéro au « livre dans le livre : représentations, figurations, significations ».  Contactés, les organisateurs se disent extrêmement intéressés par des propositions s’appuyant sur un corpus de bande dessinée, et la chose nous semble d’autant plus intéressante que le thème est peu traité, mais fort riche. Il est en effet possible de trouver »une bande dessinée dans la bande dessinée » tant à travers des procédés de mise en abyme (pensons au Watchmen d’Alan Moore, oeuvre dans laquelle la représentation d’un jeune lecteur vient structurer l’ouvrage), qu’à travers une réflexion sur le statut et le labeur de l’auteur (comme, par exemple, dans Livret de phamille de Jean-Christophe Menu) ou encore de l’éditeur (La Véritable histoire de Futuropolis de Florence Cestac). Signalons enfin qu’un intéressant article, développant une thèse originale, est directement consacré au sujet : « Le complexe de Byblos » d’Aurélien Pigeat, publié dans l’ouvrage Ecrire la bibliothèque. Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 avril 2010.

Le livre dans le livre : représentations, figurations, significations

Date limite : 30 avril 2010


La figure de l’écrivain dans la fiction a fait l’objet de plusieurs études dans les dernières décennies. Toutes posent à leur manière la question soulevée par André Belleau dans Le romancier fictif, paru en 1980 : « un personnage, du fait qu’il est écrivain, jouit-il d’un statut particulier dans l’histoire ? » Cette interrogation amorce la réflexion que nous souhaitons élargir à tous les métiers du livre. En effet, qu’en est-il des représentations de tous ces médiateurs – critique, éditeur, traducteur, libraire, agent, illustrateur, pour n’en nommer que quelques-uns – qui contribuent à mettre au monde, à faire passer et à légitimer le livre ? Autrement dit, comment s’organise, dans l’économie même de l’oeuvre, la référence aux acteurs du « petit monde du livre », tel que le nomment Lucien Febvre et Henri-Jean Martin dans L’apparition du livre en 1958 ? Et que dire de l’objet-livre lui-même, dont les multiples occurrences dans la fiction témoignent du rôle qu’il joue dans l’univers social, réel ou fictif ?

Ce numéro de Mémoires du livre / Studies in Book Culture vise à examiner comment se déploient le livre et les métiers du livre dans les oeuvres fictionnelles (poésie, roman, théâtre, chanson), toutes époques et tous corpus confondus. Les articles pourront relever de l’histoire du livre et de l’édition, de la sociologie du littéraire ou encore de la sociocritique, mais privilégieront un questionnement méthodologique ouvert. Parmi les sujets qui pourront être abordés : le statut des médiateurs fictifs diffère-t-il en fonction du degré de légitimation de l’oeuvre ? Comment les figures de l’éditeur et du libraire évoluent-elles au fil des transformations du champ littéraire et du capitalisme d’édition ? En quoi les mises en fiction du livre témoignent-elles de l’avènement des nouvelles technologies? La chanson reproduit-elle ce mythe de l’écrivain-génie inspiré, comme c’est souvent le cas en littérature ? Le livre est-il investi de sens particuliers selon le médium utilisé ? Quelles différences peut-on observer entre fiction et autofiction à cet égard ? Que nous apprennent les personnages du libraire et du bibliothécaire sur la société intratextuelle ? Dans la fiction, le critique littéraire est-il condamné à la dévalorisation ? Et qu’en est-il de ces métiers du livre aujourd’hui disparus – enlumineur, copiste, etc. –, tels que représentés dans Le nom de la rose d’Umberto Eco ?

Les propositions d’articles, d’une vingtaine de lignes, devront parvenir avant le 1er mai 2010 par courriel à Caroline Paquette (Caroline.Paquette3@USherbrooke.ca), qui codirige ce numéro thématique avec Anthony Glinoer (Université de Toronto). Après évaluation par le comité de rédaction, une réponse sera donnée pour le 15 mai 2010. Les articles dont la proposition aura été acceptée devront être rendus pour le 15 octobre 2010. Ils seront alors soumis au comité de lecture, qui rendra un avis. La version définitive des textes sera à envoyer pour le 15 janvier 2011, la publication du dossier étant prévue pour le printemps 2011.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts