Penser la lecture de bandes dessinées

Les carnets de la bande dessinée ont aujourd’hui le plaisir de vous présenter un appel à communication intitulé : « Penser la lecture de bandes dessinées ». Celui-ci débouchera sur un colloque organisé par plusieurs partenaires (la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême, les laboratoires EHIC et GRESCO de l’université de Limoges, LABSIC de l’université Paris 13, l’IUFM du Limousin) qui constituera l’ossature de la prochaine université de la bande dessinée. Nous espérons donc que nos lecteurs nous soumettront de nombreuses propositions.

« Penser la lecture de bandes dessinées »

Lecteurs, interprétations et légitimités de la lecture d’art séquentiel.

Au sein de l’ensemble des livres et propositions éditoriales aujourd’hui présentés au public, la bande dessinée occupe une place de choix : elle cristallise nombre de problèmes et de pistes de réflexions qui intéressent de plus en plus des chercheurs de toutes disciplines. Force est de constater que ce secteur éditorial nous invite à mettre en perspective nombre de travaux comme en attestent trois exemples.

1. Dans le champ des pratiques culturelles, la bande dessinée nous invite à considérer les transformations des goûts générationnels en même temps que les restructurations du champ éditorial. Avec l’avènement de la bande dessinée adulte, considérée comme un art à part entière, avec la disparition de nombreux magazines sériels tournés vers un public d’enfants et d’adolescents, il semble que l’intérêt des lecteurs adolescents ait évolué, se déplaçant vers le manga au détriment de la bande dessinée franco-belge[1]. Il devient alors nécessaire de s’interroger sur ces déplacements du lectorat en fonction des générations qui pourraient éclairer les nouvelles pratiques de lecture des jeunes et des moins jeunes[NL1] . Des genres, des styles, des formats correspondent-ils davantage à des âges de la vie ? Quel rôle tient la bande dessinée dans l’apprentissage du goût pour la lecture ? Ce faisant, il est possible de revenir sur des écrits s’inscrivant dans le cadre d’une sociologie des âges de la vie comme L’Enfance des loisirs ou, plus anciennement, Et pourtant ils lisent…[2].

2/ La bande dessinée nous invite également à mettre en perspective la question de la médiation, au sens où l’emploie Antoine Hennion, renvoyant « à une longue série de personnages-clés, aux rôles complémentaires et concurrents (…) et à une longue liste hétéroclite de dispositifs matériels ou institutionnels emboîtés »[3]. Ce sont autant d’interventions humaines qui confèrent du sens à ce domaine de la création et lui permettent de se développer[NL2] . Du créateur qui présente ou diffuse son œuvre via des dispositifs numériques, au libraire ou bibliothécaire qui leur ménage un accès, aux organes de presse où les dessinateurs sont de plus en plus conviés à s’exprimer, en passant par les « amateurs éclairés » qui explicitent cette production, les pratiques des « fans » et des collectionneurs, l’importance des festivals ou encore l’adoption de modes de publication parfois coûteux, il est difficile de dénombrer l’ensemble des médiations qui contribuent aussi à esquisser une certaine configuration de ce que Jean Caune nomme un « hybride de techniques, d’objets et d’intervention humaine »[4].

3/ Enfin, l’idée même de « neuvième art » nous invite à questionner la forme et l’importance d’une légitimité que l’on a longtemps peiné à accorder à des productions placées au rang de « paralittérature », pour reprendre le titre d’un ouvrage de Daniel Couégnas[5]. Peut-être la bande dessinée s’inscrit-elle « dans une culture plus tolérante, où la diversité est plus acceptable, car elle signifie beaucoup plus une quête individuelle et collective de sens qu’une volonté de hiérarchie »[6]. C’est alors les motivations du lectorat qu’il faut interroger pour comprendre comment se construisent non pas des hiérarchies, mais des goûts, plus ou moins étendus et variés, des légitimités d’usage comme Michel Picard et Vincent Jouve le postulent en séparant d’une part le « lu » et le « lisant » (une lecture participative, émotionnelle et identificatoire), d’autre part le « lectant » (une lecture distanciée, réflexive, intellectuelle), deux positions qui peuvent être occupées tour à tour par un même sujet[7].

Bien loin d’être exhaustives, ces trois pistes de réflexion montrent en tout cas que la bande dessinée nous invite en partie à renouveler notre approche de la lecture et du lectorat et c’est à ce chantier que nous entendons collaborer à travers un colloque consacré à ce thème. Organisé par les laboratoires EHIC et GRESCO de l’université de Limoges, LABSIC de l’université Paris 13, l’IUFM du Limousin et la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême, celui-ci se tiendra dans le cadre de la 7e université d’été de la bande dessinée et sera donc l’occasion de confronter travaux de chercheurs et regards de professionnels issus de la chaîne du livre.

Accueillant une première présentation de notre exploitation de la grande enquête sur la lecture de bandes dessinées réalisée par la Bibliothèque Publique d’Information et le ministère de la culture, cet événement sera l’occasion d’accueillir des interventions de chercheurs s’inscrivant dans les thématiques suivantes (liste non exhaustive).

Bande dessinée et diversité

La diversité géographique et générique de la bande dessinée ne fait aujourd’hui guère de doute : productions européennes, japonaises, américaines ou issues d’autres aires géographiques se mêlent aujourd’hui en librairie, de même qu’autobiographies, reportages ou feuilletons s’inscrivant dans divers genres fictionnels… Cette diversité prend autant sa source dans des efforts commerciaux de ciblage du public que dans l’extension des genres où la bande dessinée s’imposait traditionnellement. Afin d’interroger les tenants et les aboutissants de cette situation, ce premier axe de réflexion pourrait ainsi accueillir des communications portant aussi bien sur les efforts des éditeurs pour capter de nouveaux publics (création de collections, défrichage de nouveaux espaces graphiques) que sur la réception de ces nouvelles propositions par les lecteurs.

La bande dessinée : quelle diffusion ?

Si la bande dessinée est aujourd’hui volontiers présentée comme un secteur éditorial dynamique, les rapports de son lectorat à l’objet-livre sont encore mal connus et il serait intéressant de s’interroger sur les tenants et les aboutissants de pratiques comme la collection ou le prêt. L’un et l’autre engagent des positions différentes de lecteurs, du conservateur au prosélyte, dont il serait intéressant d’interroger les spécificités et les éventuelles complémentarités. De même, la position des bibliothèques publiques vis-à-vis de la bande dessinée, les dispositifs de communication avec le public qu’emploient auteurs ou éditeurs ou l’inscription de la bande dessinée dans le cadre de la librairie pourraient être évoqués.

 

Bande dessinée : prescription et transmission

On peut poursuivre le thème précédent en relevant les formes de prescriptions à l’œuvre dans la diffusion de la bande dessinée. Cette dernière semble souffrir d’un certain déficit critique et rejoindre en cela d’autres productions longtemps cantonnées au statut de « paralittérature » comme la Science-Fiction[8] : il serait donc intéressant de s’interroger sur le rôle et la forme que prend la prescription dans le cadre du neuvième art et de tenter de cerner les modes d’initiation (prennent-ils place dans le cercle familial ? quel est le rôle des médiateurs ?) propres à la bande dessinée et à d’autres modes d’expression connaissant une situation comparable.

Bibliothèques, musées, écoles : quels usages de la bande dessinée ?

Le questionnement antérieur ne peut que concourir à ce que l’on interroge également l’inscription de la bande dessinée dans des contextes muséaux et pédagogiques, notamment en terme d’apprentissage. En quoi le neuvième art propose-t-il d’autres modalités d’approches de la lecture que celles qui prennent traditionnellement place dans nos dispositifs pédagogiques ? Le mode d’exposition de la bande dessinée pourrait également être interrogé : face à une planche accrochée, ne sommes-nous pas face à une espèce de « lecture debout » susceptible de compléter ou d’enrichir d’autres usages du livre ? En quoi ces différents lieux, de la bibliothèque au musée, en passant par le CDI, contribuent-ils à la construction de la bande dessinée comme support de lecture, comme moyen pédagogique ?

 

Le colloque constituera l’ossature de la 7e université d’été de la bande dessinée et se tiendra à Angoulême du 1er au 3 juillet prochain. Les communications donneront lieu à une publication dans la revue Comicalités. Études de culture graphique à l’hiver 2013.

Les chercheurs intéressés sont invités à soumettre une proposition prenant la forme d’un texte d’environ 2000 signes (espaces compris) exposant : l’objet de l’intervention, le corpus ou le matériau sur lequel elle entend s’appuyer et indiquant les coordonnées et la qualité de chaque auteur. Afin de garantir la qualité des débats, ces documents seront par la suite soumis de façon anonyme à un comité scientifique composé de :

Sylvain Aquatias, sociologie, GRECO, IUFM du Limousin, université de Limoges

Benoît Berthou, sciences de l’information de la communication, LABSIC, université Paris 13

Natacha Levet, littérature, EHIC, université de Limoges

Jean-Philippe Martin, action culturelle, Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image

Ces propositions sont attendues pour le 13 mai prochain : leurs auteurs seront prévenus de leur acceptation avant le 20 mai. Elles doivent nous parvenir sous voie électronique à l’adresse électronique suivante : comicalites@gmail.com


[1] On trouve un écho de cette réflexion dans deux chapitres de l’ouvrage dirigé par Eric Maigret et Matteo Stefanelli, La bande dessinée, une médiaculture, (dir.), Paris, Armand Colin, 2012. D’une part, Gilles Ciment constate une baisse de la lecture de bandes dessinées à partir de 15 ans, d’autre part, Olivier Vanhée relève l’intérêt des adolescents pour le genre du manga.

[2] Sylvie Octobre et Pierre Mercklé, L’enfance des Loisirs, Paris, La Documentation Française, 2010. Christian Baudelot, Marie Cartier, Christine Detrez, Et pourtant ils lisent…, Paris, Seuil, 1999.

[3] Antoine Hennion, La Passion musicale, Paris, Métailié, 1993, pp. 224-225.

[4] Jean Caune, « Les territoires et les cartes de la médiation ou la médiation mise à nu par ses commentateurs », Les enjeux de l’information et de la communication, 2010 (dossier 2010), § 13. URL <www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2010–page-1.htm.> (page consultée le 16 janvier 2013).

[5] Daniel Couégnas, Introduction à la paralittérature, Paris, Seuil, 1992.

[6] Eric Maigret, « Bande dessinée et post légitimité », in La bande dessinée, une médiaculture, op. cit., p. 140.

[7] Michel Picard, La lecture comme jeu, Paris, Minuit, 1986 ; Vincent Jouve, L’effet personnage dans le roman, Paris, PUF, 1992.

[8] Voir à ce sujet l’entretien de Simon Bréan avec Gérard Klein (« Penser l’histoire de la Science Fiction ») publié dans la revue Res Futurae. URL < http://resf.revues.org/173> (page consultée le 20 mars 2013).

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

(im)matérialité de la bande dessinée

Les étudiants du Master « Bande Dessinée » de l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image d’Angoulême lancent un appel à communication pour la journée d’étude qu’ils organisent annuellement. Intitulée « (im)matérialité de la bande dessinée », celle-ci propose cette année de « réfléchir aux mutations des formes de la bande dessinée et à leur pérennité ». Elle fait ainsi écho à de nombreux travaux, disponibles aussi bien dans des revues comme Communication et langage (« Matière et supports, la bande dessinée dans tous ses états ») que prochainement dans Comicalités à travers notre thématique « Raconter à l’heure du numérique ». La date limite de réception des propositions est fixée au 20 mars prochain et nous invitons nos lecteurs à soutenir cette intéressante initiative.

(im)matérialité de la bande dessinée 
Journée d’étude,  vendredi 31 mai 2013 à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image (Angoulême)

Afin de réfléchir aux mutations des formes de la bande dessinée et à leur pérennité, les étudiants de deuxième année du Master bande dessinée de l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image organisent une journée d’étude sur le thème (Im)matérialité de la bande dessinée. Celle-ci se déroulera le 31 mai 2013 à la Cité, en partenariat avec l’université de Poitiers. Les professionnels et spécialistes de tous horizons – éditeurs, théoriciens, auteurs, blogueurs – sont invités à venir partager leurs positions, leur expérience et leurs savoirs pendant cette journée qui sera suivie d’une soirée festive, musicale et graphique.

À l’heure du numérique, comment la bande dessinée contemporaine se réinvente-t-elle sur le papier et dans des formats hybrides ? 

Du Turbomédia à l’impression à la demande en passant par le livre-objet, les nouvelles technologies et l’évolution des pratiques éditoriales nous imposent de repenser la matérialité de la bande dessinée. L’adaptation du blog en livre est l’exemple le plus visible de l’intrusion du numérique dans nos librairies. Dans ce cas, Internet s’impose comme un outil de prépublication. Au-delà du blog BD, le Web est aussi le lieu d’initiatives créatives et éditoriales plus spécifiques au support numérique, comme celles de Sandawe, feu Manolosanctis ou GrandPapier.
Les supports numériques amènent également une mutation des langages. Ils permettent des interactions avec d’autres médiums comme le cinéma, l’animation ou le jeu vidéo et jouent avec les frontières de la bande dessinée.
En parallèle, l’univers de l’édition papier semble interroger lui aussi sa forme matérielle, en se dirigeant vers des objets travaillés aux multiples formats, des ouvrages micro-édités aux livres-objets en passant par les recherches de l’Oubapo.
D’un côté, ces productions valorisent la matérialité à travers des publications parfois coûteuses et peu diffusées, tandis que de l’autre Internet permet une diffusion maximale, souvent gratuite et internationale des contenus. Quelles nouvelles pratiques éditoriales naissent de ces diverses expériences ?

Toutes les propositions de communication (200 mots environ) sont à faire parvenir à Lise Lamarche avant le 20 mars 2013.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’artiste en revue

Plusieurs chercheurs des universités de Bruxelles et Louvain lancent un appel à communication intitulé : « L’artiste en revue ». Se proposant de permettre d’étudier les publications périodiques dans lesquelles s’illustrent « peintres, sculpteurs, musiciens, compositeurs, cinéastes, chorégraphes, danseurs », cette proposition peut néanmoins intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée. La revue a en effet toujours retenu l’attention des auteurs comme des éditeurs et peut même être vue comme pleinement structurante (pensons par exemple à Ego comme x, maison d’édition née avec et par la revue du même nom qui est d’ailleurs présentée dans le premier tome du Journal de Fabrice Néaud). Il serait donc intéressant de s’interroger sur leur importance au sein de dispositifs de publication, et pourquoi pas d’émettre une hypothèse : elle permettent l’affirmation de l’artiste de bandes dessinées. Labo (l’éphémère revue née au sein de Futuropolis), Lapin (fondée au sein de L’Association par certains des auteurs précisément publiés par Labo) ou encore Hopital brut publiée par Le Dernier Cri semblent en effet s’être définie comme les instruments d’une création se situant bien loin des standards éditoriaux, et d’autres modes de publication comme les fanzines peuvent plus largement être vus comme des espaces de libre inspiration (ainsi que le suggère directement Alex Baladi dans Encore un effort). Nous laissons à nos lecteurs le soin de creuser plus avant cette intuition avant le 1er mars prochain.

 

 

L’artiste en revues

The artist in journals

Fonctions, contributions et interactions de l’artiste en mode périodique

Functions, contributions and interactions of the artist in the modern period

Lieu

Bruxelles (Ixelles), Belgique

Cet appel à communication s’inscrit à la fois dans la continuité des travaux du groupe de contact FNRS « Écrits d’artistes » et du projet Pictoriana, ainsi que dans celle des recherches récentes qui ont mis en évidence les interactions entre presse et littérature1, mais aussi entre art et revues. À la suite de ces travaux, ce colloque interrogera les différentes modalités de collaborations d’artistes et leurs réalisations concrètes dans une publication périodique.

Sous le terme d’« artiste », on prendra en compte peintres, sculpteurs, musiciens, compositeurs, cinéastes, chorégraphes, danseurs… dont la majeure part de la production ne relève pas du champ littéraire. Ce colloque transdisciplinaire s’intéressera davantage à l’écrit et aux dispositifs qui l’encadrent dans la mesure où les contributions des artistes par l’illustration ont déjà été traitées  (Stead et Védrine, 2008). Toute analyse mettant en jeu l’illustration se devra donc d’être pensée en connexion avec son environnement textuel.

De même, si les écrits critiques d’artistes ont pu faire l’objet d’analyses monographiques, force est de constater qu’une étude systématique des différents types d’interventions d’artistes dans les périodiques fait encore défaut, notamment en ce qui concerne le rôle des artistes dans la gestion ou l’organisation d’un périodique3. Il s’agira d’interroger ces contributions dans la diversité de leurs formes et modalités, afin, notamment, de mettre au jour le rôle des revues et de la presse quotidienne dans la structuration de la vie artistique ainsi que dans les trajectoires individuelles des artistes.

Les travaux se concentreront non seulement sur les contributions écrites des artistes dans l’espace qui leur est traditionnellement imparti, comme celui de la critique d’art, mais aussi, et de façon plus innovante, dans tous les autres lieux d’action possibles (direction de revue, constitution du réseau de la rédaction, critique littéraire, publicité, tribunes politiques, enquêtes et tout type d’écriture journalistique). On envisagera en outre le périodique comme un outil de promotion, mais aussi comme un lieu d’échange et de rencontre avec le public, avec d’autres artistes, d’autres disciplines artistiques, l’actualité et surtout, avec l’écriture.

Le présent appel invite à considérer ces interventions sur la longue durée, de 1830 à nos jours, dans les publications périodiques, entendues au sens large : revues artistiques et littéraires, mais aussi journaux et revues généralistes, « petite presse » et magazines (pour la seconde partie du XXe siècle). L’aspect contemporain n’est pas à négliger, si l’on songe, par exemple, au débat médiatique suscité en 2011 par Jean Birnbaum, quand il a pris la direction du Monde des Livres, et y a accueilli les critiques littéraires du chorégraphe Jean-Claude Galotta et, en 2012, du chanteur Dominique A et des comédiens Denis Podalydes et François Morel. Une attention particulière sera portée aux différences d’enjeux entre publications périodiques selon qu’elles relèvent du pôle de production restreint (petites revues d’art ou de littérature) ou de celui de la grande production (presse). In fine, il s’agira de rendre compte de l’usage des périodiques comme d’une porte ouverte sur le monde, c’est-à-dire comme espace de confrontations et d’influences multiples, en tâchant de placer cette expérience en perspective avec l’oeuvre artistique. L’analyse d’échanges formels et thématiques entre cette dernière et le dispositif périodique en constituera un volet essentiel. Organisé à l’Université libre de Bruxelles du 28 au 30 octobre 2013, ce colloque prend donc pour hypothèse que les publications périodiques constituent le lieu d’un investissement non marginal et que leur étude enrichira la compréhension de leurs oeuvres et duchamp culturel dans sa globalité à partirde l’âge de la « civilisation du journal » (Kalifa, Régnier, Thérenty et Vaillant, 2011).

Axes privilégiés

  • Étude d’un corpus périodique 

Nous sollicitons des communications qui éclaireraient, sur la longue durée, les  collaborations méconnues d’artistes dans une publication périodique généraliste qui relève du pôle de grande diffusion (exemple de liste non exhaustive : Punch, Gil Blas, Le petit Journal, ou pour le XXe siècle : The New Yorker, L’Humanité, Vogue…). Cet aspect, particulièrement méconnu, permettra de renouveler le point de vue critique en retraçant l’évolution des interactions entre artistes et périodiques et en évaluant la place d’un périodique dans le champ artistique.

Dans le cadre d’une typologie des collaborations au support périodique, on n’oubliera pas de situer la fonction et les objectifs d’apports plus marginaux, souvent négligés, telle la confection de culs-de-lampe, de logos ou de mise en page par des plasticiens pour une revue littéraire ou pour la presse quotidienne.

  • Réseau du périodique et champ artistique 

En considérant qu’une publication périodique repose sur un réseau social constitué, on s’intéressera au degré d’intégration de l’artiste à ce réseau : l’échange entre artistes et périodiques est-il direct ? Qui peut servir d’intermédiaire (écrivain, journaliste, galeriste, etc.) ?

On évoquera les opportunités que peuvent ouvrir ces réseaux. Ceux-ci communiquent parfois entre revues littéraires (s’adressant à un public restreint) et périodiques de grande diffusion (songeons à l’exemple de Félix Vallotton qui profite de contacts établis à

La Revue blanche pour intégrer ultérieurement d’autres revues telles que Le Cri de Paris, L’Assiette au Beurre, etc.)

Les artistes peuvent également user indirectement de leur réseau de relations pour influencer un journal ou une revue (Félicien Rops, James Ensor ou Gustave Courbet dictaient à leurs amis critiques, ce qu’ils devaient écrire dans la presse à leur sujet).

On déterminera enfin le rôle éventuel que l’artiste joue dans la mise en place du réseau d’un périodique et l’influence de ce réseau sur la carrière et l’oeuvre de l’artiste. Plusieurs artistes ont dirigé des revues à des fins expérimentales pour leurs développements artistiques (Francis Picabia et 391 ; Émile Bernard et La Rénovation esthétique). On cherchera à comprendre en quoi ces collaborations contribuent à structurer le champ (incidence sur la carrière de l’artiste, instances de légitimation, position d’avant-garde, constitution de réseaux, d’écoles…)

  • Trajectoires et postures d’artistes

Les causes et conséquences d’une implication dans un périodique peuvent aussi varier en fonction du moment, dans la carrière de l’artiste, où elle se produit.

L’investissement est-il permanent ou temporaire ? en début ou en fin de carrière ? On pourra ainsi problématiser le rôle joué par la revue ou le quotidien dans la trajectoire individuelle : s’agit-ild’un rôle de catalyseur dans la stratégie et la reconnaissance éventuelle de l’artiste ? Fournit-il à l’artiste l’occasion de définir son identité artistique ?

Par ailleurs, si l’on prend l’exemple d’un peintre, le lecteur d’une revue littéraire ne coïncide pas forcément avec le spectateur d’une galerie d’art ou d’un salon.

Comment inscrire la réception et la recherche d’un nouveau public dans ces interactions entre oeuvre artistique, production écrite des artistes et collaboration au périodique ?

  • Interactions génériques et stylistiques

Sur le modèle du croisement des matrices littéraire et médiatique dans la mise en place de poétiques journalistiques au XIXe siècle, tel qu’il a été établi par Marie-Ève Thérenty (2007), on interrogera la collaboration d’un artiste à un support périodique dans le cadre d’un système croisé de médiations. Sa pratique et son oeuvre peuvent-elles être influencées par cette implication dans un périodique ? Comment la contribution à un périodique, dite « alimentaire », peut elle déterminer l’oeuvre, dite « noble » ?

Le périodique détermine-t-il une prédilection pour des supports spécifiques dans une pratique artistique ? À l’inverse, quels bénéfices un artiste peut-il retirer du lieu d’expérience que représente le périodique ? On interrogera dans cette perspective l’écrit, ainsi que la relation potentielle de l’image avec celui-ci aux points de vue thématique, générique, technique et/ou stylistique.

  • Détournements artistiques 

Les artistes peuvent récupérer le support périodique dans sa matérialité ou dans ses modèles matriciels (p. ex. périodicité ou actualité) dans la pratique même de leur art. À cet égard, on se référera à l’intégration du support dans l’œuvre d’art (cf. le collagisme dans divers mouvements comme Dada, le Pop art, Fluxus, etc.) ou à la représentation même de la presse dans ses sujets de prédilection ou ses modes de consommation (représentations du lecteur de presse, parodies d’actualités, etc.) On analysera une esthétique visuelle de l’éphémère et de l’actuel, pensée en interaction avec ce lieu d’écriture qu’est le périodique.

Modalités de soumission

Les propositions de communications (d’environ 500 mots), en français ou en anglais, seront envoyées sur une page anonyme, accompagnée d’une page indépendante reprenant les coordonnées personnelles et une brève biobibliographie.

Elles devront parvenir à Clément Dessy (cdessy@ulb.ac.be) et à Clara Sadoun Édouard (clara.edouard@gmail.com)

pour le 1er mars 2013.

Une réponse sera adressée aux auteurs à la fin du mois de mars.

Une publication d’une sélection des travaux issus de cette journée est prévue sous la forme d’un dossier thématique de revue.

Comité organisateur

  • Laurence Brogniez (Université libre de Bruxelles)
  • Clément Dessy (FNRS – Université libre de Bruxelles)
  • Valérie Dufour (FNRS – Université libre de Bruxelles)
  • Véronique Jago-Antoine (Facultés universitaires Saint-Louis – Archives et musée de la littérature,Bruxelles)
  • Clara Sadoun-Édouard (Université libre de Bruxelles)
  • Alexander Streitberger (Université catholique de Louvain)

Comité scientifique

  • Paul Aron (FNRS – Université libre de Bruxelles)
  • Nathalie Aubert (Brookes University)
  • Marie-Hélène Benoît-Otis (Université de Montréal)
  • Laurence Brogniez (Université libre de Bruxelles)
  • Yves Chevrefils Desbiolles (IMEC, Caen)
  • Clément Dessy (FNRS – Université libre de Bruxelles)
  • Michel Duchesneau (Université de Montréal)
  • Valérie Dufour (FNRS – Université libre de Bruxelles)
  • Pascal Durand (Université de Liège)
  • Marianne Jakobi (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand)
  • Philippe Kaenel (Université de Lausanne)
  • Véronique Jago-Antoine (Facultés Universitaires Saint-Louis – Archives et musée de la littérature, Bruxelles)
  • Denis Laoureux (Université libre de Bruxelles)
  • Françoise Levaillant (CNRS – Centre André Chastel)
  • Françoise Lucbert (Université Laval, Québec)
  • Clara Sadoun-Édouard (Université libre de Bruxelles)
  • Alexander Streitberger (Université catholique de Louvain)
  • Marie-Eve Thérenty (Université Paul Valéry, Montpellier)

Conférenciers confirmés

Michel Duchesneau (Université de Montréal) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul Valéry, Montpellier)

Bibliographie sélective

Albert (Pierre), La presse française, Paris, éd. La Documentation française, coll. « Études de la presse française », 2008.

Aurenche (Marie-Laure), Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque, Paris, Champion, 2002.

Bacot (Jean-Pierre), La Presse illustrée au XIXe siècle, une histoire oubliée, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2005.

Chevrefils Desbiolles (Yves), Les revues d’art à Paris : 1905-1940, préface de Françoise Levaillant, Paris, Ent’revues, 1993.

Froissart Pezone (Rossella), Chevrefils Desbiolles (Yves) (dir.), Les revues d’art: formes, stratégies et réseaux au XXe siècle, avec la collaboration de Romain Mathieu, préface de Pierre Wat, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Kaenel (Philippe) (éd.), Les périodiques illustrés, 1890-1940 : écrivains, artistes, photographes, Gollion, Infolio, 2011.

Kalifa (Dominique) et Vaillant (Alain), « Pour une histoire culturelle et littéraire de la presse », Le temps des médias, n°2, printemps 2004, p. 197-214.

Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève), Vaillant (Alain) (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, coll. « Opus Magnum », 2011.

Levaillant (Françoise) (dir.), Les écrits d’artistes depuis 1940, actes du colloque international, Paris et Caen, 6-9 mars 2002, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, IMEC, 2004.

Lucbert (Françoise), Entre le voir et le dire : la critique d’art des écrivains dans la presse symboliste en France de 1882 à 1906, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

Pluet-Despatin (Jacqueline), Leymarie (Michel), Mollier (Jean-Yves) (dir.), La Belle Époque des revues : 1880-1914, Paris, IMEC, 2002.

Stead (Evanghélia), Védrine (Hélène) (dir.), L’Europe des revues (1880-1920) : estampes, photographies, illustrations, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008.

Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 2007.

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Au sens figuré : esthésie et bande dessinée

Le Colloque de Recherche en Arts Séquentiels (CRAS : reconnaissons à nos amis canadiens une bonne dose d’humour) tiendra sa première édition le 30 mai prochain dans le cadre du Festival de la bande dessinée de Montréal. Le thème retenu par le comité d’organisation est on ne peut plus intriguant : « les rapports qu’entretient la bande dessinée avec la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût ». Loin des actuelles réflexions sur le livre numérique ou en devenir, cette proposition entend donc interroger les propositions sensorielles et le traitement des différents sens que sont à même de proposer des bandes dessinées : quelle place font-elles à l’ouïe (celle d’onomatopées comme suggéré ci-dessous) ou encore à l’odorat (peut-il exister des « bandes dessinées olfactives » comme également dit si dessous) ? Nous laissons à nos lecteurs le soin de formuler leurs diverses inspirations avant le 11 février prochain.

 

 

Au sens figuré : esthésie et bande dessinée

Date limite : 11 février 2013

Le 30 mai 2013 sera présentée, dans le cadre de la deuxième édition du Festival de la bande dessinée de Montréal, la première édition du CRAS, ou Colloque sur la recherche en arts séquentiels. Intitulé Au sens figuré : esthésie et bande dessinée, ce colloque portera sur les rapports qu’entretient la bande dessinée avec la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût. Dans leurs communications, les chercheurs, créateurs et autres passionnés de bande dessinée auxquels s’adresse cet appel à communication s’intéresseront à un ou plusieurs de ces sens dans des corpus pouvant aller d’une case seule aux oeuvres complètes d’un bédéiste, aux oeuvres de plusieurs bédéistes, voire à ces oeuvres et à celles, par exemple, de musiciens, de cinéastes ou d’écrivains. Les participants qui souhaiteraient s’intéresser à un corpus essentiellement québécois sont encouragés à le faire. Voici, pour chacun des cinq sens, quelques pistes de réflexion :

La vue

Certains exercices formels suggèrent de nouveaux points de vue sur la bande dessinée, par exemple, l’éclatement des cases et de l’unité stylistique dans Asterios Polyp de David Mazzuchelli, ou la multiplication des cases et des trajets de lecture dans Jimmy Corrigan, the Smartest Kid on Earth de Chris Ware. Dans TNT en Amérique, Jochen Gerner recouvre partiellement les planches de Tintin en Amérique de Hergé et de manière à ne laisser voir que leur violence. On pourrait ainsi poser la question de l’aveuglement dans la bande dessinée, celle du hors champ, des marges, etc.

L’ouïe

On pourrait s’intéresser aux onomatopées et aux autres représentations graphiques du son; étudier, notamment, par quels moyens la bande dessinée dite « muette » donne pourtant quelque chose à entendre elle aussi. De quelle manière le son participe-t-il à l’ambiance d’une bande dessinée? On pourrait aussi se pencher sur la manière dont la musique en bande dessinée est thématisée (Air Guitar, Le Quellec et Romain Ronzeau), théorisée (Le quart de millimètre, Zviane), voire indiquée explicitement comme trame sonore de la narration (Fugue, Pascal Blanchet).

Le toucher

L’expérience n’est pas la même, selon qu’on lit une bande dessinée papier ou un web comic, un strip dans un journal ou une planche dans un livre luxueux. Devoir ou non tourner les pages y est-il pour quelque chose? Qu’en est-il du poids d’un album? Dans un tout autre ordre d’idées, on pourrait étudier l’érotisme dans les pratiques de George Pichard, Bruce Morgan ou Guido Crépax : un bédéphile un peu coquin pourrait même s’intéresser à la masturbation et à la manière dont elle rythme la lecture. On pourrait également se pencher sur la thématisation de la violence physique, ou sur le dégoût et la répulsion qu’expriment, par exemple, les personnages dans Black Hole de Charles Burns.

L’odorat

À quel escient les odeurs sont-elles convoquées dans la bande dessinée? Permettent-elles d’installer une atmosphère? Quelle est leur fonction narrative? Pour répondre à ces questions, on pourrait étudier le rôle de l’odorat dans les récits de voyage (Chronique de Jérusalem, Guy Delisle), ou dans des bandes dessinées qui ont abondamment fait usage des odeurs, au point d’être qualifiées d’« olfactives » (Charlie Schlingo).

Le goût

Il y aurait lieu de s’interroger sur la prolifération de livres de recettes en bande dessinée, qui mettent en scène, tantôt des personnages originaux, tantôt Garfield ou les superhéros de Marvel. Comment expliquer l’hybridation du neuvième art avec une littérature le plus souvent considérée comme « pratique »? On pourrait également s’intéresser aux rencontres que permet la nourriture dans certains récits « gourmands », comme En cuisine avec Alain Passar de Christophe Blain ou Les années douces de Jiro Taniguchi.

***

Pour participer, vous devez envoyer vos propositions de communications d’ici au 11 février 2013 à l’adresse suivante : colloqueras@gmail.com.

En trois cents mots environ, vous présenterez brièvement l’objet de votre communication et les hypothèses que vous souhaitez vérifier. Vous devez également soumettre un titre provisoire et une courte présentation biobibliographique.

Chaque participant disposera de vingt minutes pour présenter sa communication et de dix minutes pour répondre à des questions. Les contributions pourront être présentées en français, ou en anglais.

Votre proposition sera soumise anonymement à un comité de sélection, qui l’évaluera en fonction des critères suivants : le respect de la thématique du colloque, le respect des modalités de soumission et la qualité de votre proposition relativement à la qualité des autres propositions reçues. Nous vous transmettrons la décision du comité dans les plus brefs délais.

Le colloque aura lieu à Montréal; le lieu exact reste à déterminer.

Avec votre collaboration, les actes du colloque seront ultérieurement publiés sur le site web du CRAS.

Pour obtenir d’autres informations, veuillez nous contacter au colloqueras@gmail.com ou consulter le site du CRAS au colloqueras.wordpress.com.

Responsable : Marilyn Lauzon

Url de référence :
http://colloqueras.wordpress.com/

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les espaces du livre : supports et acteurs de la création texte/image (XXe-XXIe siècle)

Isabelle Chol (Université de Pau) et Jean Khalfa (Trinity College, Cambridge) lancent un appel à communication intitulé : « Les espaces du livre : supports et acteurs de la création texte/image (XXe-XXIe siècle) ». Entendant interroger « le livre comme espace de création où dialoguent texte et image », cette proposition ne fait bizarrement aucune place à la bande dessinée : la chose est d’autant plus étrange que les axes de recherche proposés gagneraient certainement à convoquer le neuvième art. Le champ scientifique que souhaitent apparemment explorer ces deux chercheurs semble en effet balisé par la notion d’acteurs et il est aussi bien question de diffusion et de réception des œuvres, y compris auprès des lecteurs, que de leur mode de création. Il y a donc fort à gagner qu’une réflexion sur les « réseaux de la bande dessinée » (tant commerciaux que médiatiques) rentrerait dans ce cadre et nous laissons à nos lecteurs le soin d’en juger avant le 31 janvier prochain.

 

 

Les espaces du livre : supports et acteurs de la création texte/image (XXe-XXIe siècles)

Colloque.  

Trinity College, Cambridge, 6 et 7 septembre 2013

 

Le colloque interrogera le livre comme espace de création où dialoguent texte et image (livres illustrés, livres d’artistes, artists’ books), du point de vue du support (sa ou ses matières, son format, son pliage, etc.) et des différents producteurs (écrivains, artistes, mais aussi typographes, imprimeurs, graphistes,  éditeurs, galeristes, libraires etc.) qui jouent un rôle essentiel dans l’élaboration et la diffusion du livre.

Les principales questions seront :

— Dans quelle mesure les caractéristiques matérielles du support choisi déterminent-elles  l’innovation littéraire et artistique ?

— Comment les différents acteurs intervenant dans la conception, la composition, la publication et la diffusion du livre participent-ils au processus de création, y compris dans les contextes du numérique, de l’installation et de la performance ?

— Y-a-t-il des lieux privilégiés pour la diffusion et la réception de ces oeuvres ? Le livre de création est-il un objet consultable dans la réserve des livres rares, ou une oeuvre que l’on expose (musées, galeries) ou que l’on active ?

— En quoi les transformations contemporaines de l’objet et du processus modifient-elles son impact social et politique ?

— Le livre virtuel abolit-il la distinction traditionnelle dans un contexte de reproduction industrielle du livre de création et du livre de masse ?

—  Le développement des créations collectives ou même impersonnelles s’accompagne-t-il d’une autre conception du créateur ou de l’auteur ?

Le colloque sera accompagné d’une exposition autour de l’éditeur, libraire, galeriste d’avant-garde Jean Petithory dans la Wren Library de Trinity College, Cambridge.

Les langues du colloque sont l’anglais et le français.

Merci d’envoyer vos propositions de communication (500 mots maximum) avant le 31 janvier 2013 à espacesdulivre@trin.cam.ac.uk

Organisateurs : Isabelle Chol (Université de Pau) et Jean Khalfa (Trinity College, Cambridge), dans le cadre du programme ANR-LEC http://lec.hypotheses.org/presentation

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

The Graphic novel

Le réseau de recherche Inter-disciplinary.net lance un appel à communication intitulé : « The graphic novel ». On ne peut plus large, celui-ci entend laisser une place à toutes les possibles approches de la bande dessinée, comme le montre l’ensemble des thèmes présentés ci-dessous, des études portant sur son histoire, sur son langage ou sur son système éditorial sont en effet les bienvenues et ce à propos d’œuvres aussi bien issues d’Europe que d’Amérique ou d’Asie. On pourra s’étonner de cette extrême ouverture, mais il convient de rappeler que ce projet est porté non par une université mais par une fondation ayant vocation à rapprocher des chercheurs issus de contrées et d’horizons différents du 23 au 25 septembre prochain au Mansfield College d’Oxford.

The Graphic novel

23-25 september 2013

Mansfield College, Oxford (UK)

“Behind this mask there is more than just flesh. Beneath this mask there is an idea… and ideas are bulletproof.”
(Alan Moore, V for Vendetta)

This inter- and multi-disciplinary conference aims to examine, explore and critically engage with issues in and around the production, creation and reading of all forms of comics and graphic novels. Taken as a form of pictographic narrative it has been with us since the first cave paintings and even in the 21st century remains a hugely popular, vibrant and culturally relevant means of communication whether expressed as sequential art, graphic literature, bandes dessinees, tebeos, fumetti, manga, manhwa, komiks, strips, historietas, quadrinhos, beeldverhalen, or just plain old comics (as noted by Paul Gravett).

Whilst the form itself became established in the 19th Century it is perhaps not until the 20th century that comic book heroes like Superman (who has been around since 1938) became, not just beloved characters, but national icons. With the globalisation of publishing brands such as Marvel and DC  it is no accident that there has been an increase in graphic novel adaptations and their associated merchandising. Movies such as  X-men, Iron man, Watchmen and the recent Thor have grossed millions of dollars across the world and many television series have been continued off-screen in the graphic form, Buffy, Firefly and Farscape to name a few.

Of course America and Europe is not the only base of this art form and the Far East and Japan have their own traditions as well as a huge influence on graphic representations across the globe. In particular Japanese manga has influenced comics in Taiwan, South Korea, Hong Kong, China, France and the United States, and have created an amazing array of reflexive appropriations and re-appropriations, in not just in comics but in anime as well.

Of equal importance in this growth and relevance of the graphic novel are the smaller and independent publishers that have produced influential works such as Maus by Art Spiegleman, Persepolis by Marjane Satrapi, Palestine by Joe Sacco,  Epileptic by David B and even Jimmy Corrigan by Chris Ware  that explore, often on a personal level, contemporary concerns such as gender, diaspora, post-colonialism, sexuality, globalisation and approaches to health, terror and identity. Further to this the techniques and styles of the graphic novel have taken further form online creating entirely web-comics and hypertexts, as in John Cei Douglas’ Lost and Found and Shelley Jackson’s Patchwork Girl, as well as forming part of larger trans-media narratives and submersive worlds, as in the True Blood franchise that invites fans to enter and participate in constructing a narrative in many varied formats and locations.

This projects invites papers that consider the place of the comic or graphic novel in both history and location and the ways that it appropriates and is appropriated by other media in the enactment of individual, social and cultural identity.

Papers, reports, work-in-progress, workshops and pre-formed panels are invited on issues related to (but not limited to) the following themes:

Just what makes a Graphic Novel so Graphic and so Novel?:
– Sources, early representations and historical contexts of the form.
– Landmarks in development, format and narratology.
– Cartoons, comics, graphic novels and artists books.
– Words, images, texture and colour and what makes a GN
– Format, layout, speech bubbles and “where the *@#% do we go from here?”

The Inner and Outer Worlds of the Graphic Novel:
– Outer and Inner spaces; Thoughts, cities, and galaxies and other representations of graphic place and space.
– Differing temporalities, Chronotopes and “time flies”: Intertextuality, editing and the nature of Graphic and/or Deleuzian time.
– Graphic Superstars and Words versus Pictures: Alan Moore v Dave Gibbons (Watchmen) Neil Gaiman v Jack Kirby (Sandman).
– Performance and performativity of, in and around graphic representations.
– Transcriptions and translations: literature into pictures, films into novels and high/low graphic arts.

Identity, Meanings and Otherness:
– GN as autobiography, witnessing, diary and narrative
– Representations of disability, illness, coping and normality
– Cultural appropriations, east to west and globalisation
– National identity, cultural icons and stereo-typical villains
– Immigration, postcolonial and stories of exile
– Representing gender, sexualities and non-normative identities.
– Politics, prejudices and polemics: banned, censored and comix that are “just plain wrong”
– Other cultures, other voices, other words

To Infinity and Beyond: The Graphic Novel in the 21st Century:
– Fanzines and Slash-mags: individual identity through appropriation.
– Creator and Created: Interactions and interpolations between authors and audience.
– Hypertext, Multiple formats and inter-active narratives.
– Cross media appropriation, GN into film, gaming and merchandisng and vice versa
– Graphic Myths and visions of the future: Sandman, Hellboy, Ghost in the Shell.
– Restarting the Canon: what are the implication of the restart in universes such as Marcel and DC and do they represent the opportunity to reopen ongoing conversations?

Presentations  will be accepted which deal with related areas and themes.

What to Send:

300 word abstracts should be submitted by Friday 22nd March 2013. If an abstract is accepted for the conference, a full draft paper should be submitted by Friday 21st June 2013. 300 word abstracts should be submitted to the Organising Chairs; abstracts may be in Word, WordPerfect, or RTF formats, following this order:

a) author(s), b) affiliation, c) email address, d) title of abstract, e) body of abstract, f) up to 10 keywords
E-mails should be entitled: GN2 Abstract Submission

Please use plain text (Times Roman 12) and abstain from using any special formatting, characters or emphasis (such as bold, italics or underline). We acknowledge receipt and answer to all paper proposals submitted. If you do not receive a reply from us in a week you should assume we did not receive your proposal; it might be lost in cyberspace! We suggest, then, to look for an alternative electronic route or resend.

Organising Chairs

Nadine Farghaly: ten.xmg@ylahgraF.enidaN
Rob Fisher: ten.yranilpicsid-retni@2ng

The conference is part of the Education Hub series of research projects, which in turn belong to the At the Interface programmes of Inter-Disciplinary.Net. It aims to bring together people from different areas and interests to share ideas and explore discussions which are innovative and challenging. All papers accepted for and presented at this conference are eligible for publication in an ISBN eBook. Selected papers may be invited to go forward for development into a themed ISBN hard copy volume or volumes.

Please note: Inter-Disciplinary.Net is a not-for-profit network and we are not in a position to be able to assist with conference travel or subsistence.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le « classique » : une notion pertinente ?

Trois des articles publiés dans Comicalités me semblent poser ou évoquer un même problème qu’il y aurait tout lieu d’explorer plus avant : la possibilité, dans le champ de la bande dessinée européenne, d’une postérité éditoriale. Force est en effet de constater que celle-ci mériterait d’être étudiée plus avant, tout d’abord quant à ses aspects éditoriaux. Dans « L’impossible seconde vie ? Le poids des standards éditoriaux et la résistance de la bande dessinée franco-belge au format de poche », Sylvain Lesage met clairement en évidence les limites d’un dispositif de publication : « Pour faire vivre son fonds, la bande dessinée ne dispose pas de cet outil qu’est le livre de poche. En ceci, elle constitue bien une véritable exception dans le champ éditorial français : du livre jeunesse au livre pratique, en passant par les sciences humaines et la photographie, le livre de poche couvre tous les domaines de l’édition » (§ 2).

Mais, à la lecture de cet article, semblable « exception » semble tenir de l’énigme : a ainsi émergé une véritable proposition éditoriale en terme de livre de poche (avec près de 400 titres répartis sur 3 collections), qui a bénéficié d’une agressive campagne publicitaire et initialement rencontré un certain succès commercial (avec un tirage moyen de plus de 50000 exemplaires pour « J’ai Lu BD »), tout en rencontrant l’assentiment d’auteurs (certains voyant dans la mise au format de leurs albums un « rafistolage bien foutu », § 42)… L’originalité du travail de Sylvain Lesage est ainsi de suggérer que le problème est tout autre : si échec du livre de poche il y a, il serait avant tout dû à une ligne éditoriale et une « orientation “populaire” » se concentrant sur des « valeurs “grand public” ». « Le public enfantin, au cœur de la stratégie éditoriale de la bande dessinée de poche, se tourne à la même époque vers le manga. Après les premiers succès en 1990 (Akira et Dragon Ball, publiés par Glénat), le rythme des traductions croît de manière continue » (§ 49).

Comparables en terme de format, de prix et de lectorat, ces publications font en effet montre d’une originalité certaine : elles possèdent un contenu dédié, spécifiquement développé pour ce mode de parution, contrairement à un livre de poche dans lequel « il n’y a aucune politique de création en petit format » (§ 50). Cet échec commercial se double ainsi d’un second échec, sans doute plus inquiétant encore : l’impossibilité d’envisager « la constitution d’un corpus de classiques » et ainsi « de démocratiser la lecture, mais surtout d’offrir un accès aisé au fonds » (§ 1). Malgré ces tentatives en terme de publication, la notion de « classique » semble ainsi encore étrangère au champ de la bande dessinée, problème qui semble être tout aussi bien éditorial qu’intellectuel ainsi que le montre Frank-Michel Gorgeard au sein d’un autre article publié sur Comicalités : « Le classique en bande dessinée ».

S’intéressant au cas des « intégrales » regroupant plusieurs albums dans une même reliure, l’auteur note qu’elles « renvoient en général au nom des séries et non pas à celui de l’auteur », que « les ouvrages sont accompagnés d’une exégèse non analytique, faite d’indications historiques ou biographiques de détail » et qu’ils sont pourtant « désignés par l’éditeur comme des classiques de la bande dessinée » (§ 75). Nous sommes ainsi face à une simple réédition, et la notion de « classique » est ici l’apanage d’un éditeur et non d’un tiers bien informé : ces publications relèvent ainsi de ce que Frank-Michel Gorgeard nomme une critique « unificatrice » qui se propose de « ne jamais critiquer » et « présente le paradoxe de proclamer le caractère artistique de la bande dessinée, en même temps qu’elle refuse autant que possible toute différenciation des œuvres » (§ 29).

A en croire ces lignes, il s’agirait donc avant tout de gérer une forme d’obsolescence éditoriale, et l’épreuve du temps ne ferait sens qu’au niveau d’un mode de production. C’est également ce qu’affirme Harry Morgan dans « Y’a-t-il un canon des littératures dessinées » : « l’édition « intégrale » d’une série […] se présente ostensiblement comme une édition ne varietur » dont l’exhaustivité doit être conçue sur le mode de « l’argumentaire commercial des supports DVD, qui enrichit l’offre par l’adjonction au matériel de base de diverses primes », car « la question de l’établissement scientifique d’un “texte” de l’œuvre (choix de l’édition, principes éditoriaux suivis, etc.) n’est en réalité jamais posée » (§ 12). Nous sommes ainsi face à un double problème : en sus du refus d’opérer une quelconque « différenciation des œuvres », il manquerait également une réflexion quant au processus même d’édition d’une bande dessinée que l’on pourrait qualifier de « patrimoniale ».

Nous sommes ici face à un ensemble de réflexions qu’il serait donc intéressant de prolonger et j’invite les chercheurs à me faire parvenir, pour Comicalités, des propositions allant dans ce sens : celles-ci pourraient par exemple examiner les principes éditoriaux de collections comme Patrimoine BD de Glénat, Aire Libre de Dupuis ou encore Classiques et contemporains de Magnard, ou encore s’intéresser à ce que nous pourrions nommer une « mise en scène » de la pérennité (comme dans le cas des Aventures de Tintin donnèrent lieu à une série de « fac similé » ou de L’Incal qui eut pour ses 20 ans droit à une nouvelle édition « restaurée dans ses couleurs d’origine »). Et nous invitons bien sûr nos lecteurs de l’étranger à compléter cette liste par l’ensemble des références et pistes de travail qu’ils jugeront pertinent de mobiliser.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bibliothèque et transmission des savoirs

 

Sylvie Dallet (université Versailles-Saint Quentin) et Sylvie Ducas (université Paris Ouest-Nanterre-La Défense) lancent un appel à communication intitulé : « Bibliothèque et transmission des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs ». Débouchant sur une journée d’étude organisée le 4 mai prochain, cette proposition entend interroger le rapport au savoir d’un certain type de services et d’institutions (bibliothèque, services documentaires…), problème qui peut intéresser les chercheurs s’intéressant à la culture graphique. Comme en attestent les textes réunis au sein du numéro 51 de la revue Bibliothèque(s) ou mon propre article publié dans le Bulletin des Bibliothèques de France, ces établissements ont en effet entretenu un rapport on ne peut plus complexe à la bande dessinée ainsi qu’à toutes les formes de littérature que l’on pourrait qualifier de « populaire ». Il serait sans doute intéressant d’explorer celui-ci avant le 10 avril prochain.

Bibliothèques et transmissions des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs 

Cette journée s’inscrit dans un cycle de sept journées d’études et colloques consacrés en 2012 aux nouveaux savoirs contemporains, issus des migrations culturelles (vivantes, écrites, numériques ou analogiques) et notamment à la question de l’éthique et de la créativité. Ce séminaire a reçu le label 2012 de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord.

Les simulacres issus de l’audiovisuel et des offres d’Internet changent nos regards et notre perception du monde, du global au local, tandis que les savoirs se démultiplient et se déplient hors des disciplines enseignées (arts, sciences de l’information, histoire, philosophie…). Il convient désormais d’interroger les potentialités épistémologiques, économiques et symboliques de ce changement de paradigme, qui modifie en profondeur des expertises traditionnelles et, de fait, prépare des sociétés nouvelles. A la façon dont Michel Serres, dans sa pentalogie Hermès, pense un savoir « buissonnant » ou « en archipels », revisitant les frontières entre « savoir établi » et « savoir sauvage », notre expertise des « savoirs migrateurs » conjugue les arts et les sciences sur des hypothèses de travail attentives aux demandes de la société civile.

Fondamentalement, la bibliothèque se situe au coeur de ces problématiques. Lieu majeur de médiation et de transmission des connaissances, sur les supports traditionnels ou numériques, elle a de longue date, mission de conservation, surtout en notre temps de babil et d’oubli médiatique. La Bibliotheca Alexandrina, pour ne citer qu’un exemple, rappelle dans la Déclaration d’Alexandrie de mars 2004 que ce nouveau lieu de savoir « se réapproprie l’esprit de tolérance, de pluralisme régnant dans l’Alexandrie historiquement cosmopolite » et s’emploie activement à favoriser les initiatives des sociétés civiles. Or, face à un monde déchiré, aux violences et aux menaces de notre temps, les risques liés à ce que Dominique Wolton nomme la « troisième mondialisation » [la mondialisation culturelle, et son « triangle explosif », identité, culture et communication], la bibliothèque est appelée à jouer un rôle stratégique dans la sauvegarde des « savoirs-souches » et des sources vives, créatrices des sociétés de demain. La bibliothèque joue pleinement dans la transmission des savoirs nomades et migrateurs, toujours menacés d’oubli, de censure ou de confiscation, et s’implique également dans le développement interculturel de nos sociétés, sans le respect duquel elle risque de subir les effets de la mondialisation marchande, de la société des faussaires et du « savoir googlisé » ou « amazonisé ».

AXES D’ÉTUDE

La journée d’études du 4 mai 2012 se donne donc pour ambition de s’interroger sur les modes et les responsabilités d’accès aux savoirs et sur les contenus proposés dans la bibliothèque.

Plusieurs axes pourront être explorés en lien avec l’articulation critique entre transmission et circulation des savoirs :

– les distinctions des savoirs et, plus avant, des savoirs « illégitimes » : la bibliothèque est-elle toujours un espace de transmission des savoirs savants ? la question de l’assimilation floue de certains savoirs [populaires, savants, de masse…]

– la problématique de la traduction et de la production de littératures étrangères : quelles sources d’information? quelles politiques d’acquisition? quelles valorisations des collections face aux problèmes liés à la circulation transnationale des textes et aux déséquilibres entre les différentes aires linguistiques et géographiques

– l’identification de la collection : comment faire une place à l’ailleurs et à l’indéfini au sein d’une collection éditoriale et d’une collection bibliothécaire ?

le savoir et l’écrit : le livre comme vecteur privilégié du savoir et la place de la dimension multimédia, qui mobilise documents sonores, vidéos, sites internet (comme le Guichet du savoir)

– la question de l’apprentissage : quels dispositifs d’apprentissage créatifs en bibliothèque ? Comment animations, expositions, résidences d’auteurs, et plus largement action culturelle, peuvent-il participer de la construction d’un savoir ?

le numérique : en quoi permet-il une migration créative et éthique de la connaissance ? La question notamment des publications scientifiques et de l’open access.

FORME ET DATE LIMITE DE REMISE DES PROPOSITIONS

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 500 mots maximum, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire / institution ou laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Les propositions présenteront la problématique de recherche, la méthodologie employée, les axes de réflexion et les principales sources bibliographiques. Elles seront transmises par voie électronique avant le 10 avril 2012  aux adresses suivantes :

sylvie.dallet@laposte.net

sylvie.ducas@u-paris10.fr

Responsable : Sylvie Dallet et Sylvie Ducas

Adresse : Pôle métiers du livre 11 avenue Pozzo-di-Borgo92210 Saint-Cloud

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’Allemagne : quelle(s) image(s)?


Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et « Représenter l’auteur de bande dessinée » (qui sont, nous vous le rappelons, toujours valables: voir ici), Comicalités. Études de culture graphique lance aujourd’hui son troisième appel à communication intitulé « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? ». La date limite est fixée au 1er mars prochain.

 

L’Allemagne : quelle(s) image(s) ?

« Thématique » dirigée par Marc Hieronimus

Deuxième pays exportateur dans le monde, quatrième puissance économique, et le pays le plus peuplé de l’Union européenne, l’Allemagne peut être vue comme le pays du livre : lors des foires du livre de Francfort et de Leipzig, quelque 94000 nouvelles parutions ou rééditions sont présentés chaque année, dont presque 3000 bandes dessinées.

Décrit comme le pays de la musique et de l’hospitalité, des poètes et des penseurs (Dichter und Denker), comme celui des juges et des bourreaux (Richter und Henker), l’Allemagne d’aujourd’hui est le pays des idées, lit-on. Sa société, pour un moment « la plus heureuse du monde », se caractérise par le pluralisme des modes de vie et une grande diversité ethnique et culturelle.

Tous les faits et clichés portent à croire que le pays de Wilhelm Busch se range également parmi les « grandes puissances » du neuvième art et que celui-ci est un de ses modes d’expression de prédilection. On connaît certainement Ralf König, peut-être l’humoriste Walter Moers ou le « prix de l’audace » 2010 du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême (Jens Harder), et tout le monde a déjà feuilleté un tome d’une série lambda dont le héro a une mission en Allemagne… Autrement dit : on ne sait rien de l’Allemagne et de la bande dessinée !

Pourtant, il existe une recherche sur la bande dessinée : des magazines spécialisés tels Comixene ou Comic ! Jahrbuch, les travaux de la société pour la recherche en bande-dessinée Comfor, des portails comme Deutscher Comicguide ou la bibliographie spécialisée de l’université de Bonn montrent bien l’intérêt croissant des universitaires, et ce même si les œuvres scientifiques d’une portée internationale restent l’exception.

C’est pourquoi nous lançons aujourd’hui un appel à communication intitulé « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » : nous espérons recevoir des articles s’inscrivant dans l’une des trois problématiques suivantes.

 

1.Quel système éditorial pour la bande dessinée allemande ?

– Il serait intéressant d’analyser les tendances du marché et les caractéristiques économiques de la production de bande dessinée en langue allemande à travers l’analyse d’indicateurs (nombre de titres, volumes de vente…) et des comparaisons avec la France ou d’autres pays…

– La production de bande dessinée en langue allemande pourrait également être étudiée en se focalisant sur la diversité des genres (place de la « franco-belge », du manga, des comics ?), la structuration de l’offre (collections, séries ?), la typologie des différents éditeurs (« indépendants », « groupes éditoriaux » ?)…

– Les publics allemands de la bande dessinée pourraient être étudiés, que ce soit en terme de structuration du lectorat (répartition par âge, par classes sociales ?), de pratiques de lecture (fréquence, genres préférés ?), de diversité de modes d’acquisition (achats occasionnels, collection ?)…

– Les processus de traduction de bandes dessinées posent nombre de problèmes, à commencer par celui des pays-sources (USA, Japon, France ?), des traducteurs (formation, rémunération) et des modes de diffusion (remontage ou respect du format original, place de l’album ?)…

– Il en est de même du mode de diffusion, de commercialisation et de médiation : la place de la bande dessinée en librairie, sa présentation en bibliothèque, ses dispositifs de médiation (expositions, rencontres avec les auteurs, festivals ?), le discours des médias et/ou des intellectuels autour de la bande dessinée (et en particulier l’état de la critique) restent à expliciter.

– La situation des auteurs pourrait également faire l’objet d’une étude : quid de leur formation (école d’art, université?), de leur mode de publication (à l’étranger, en Allemagne ?), de leurs conditions de travail et de rémunération ainsi que de leur statut social ?

 

2.Allemagne et culture graphique

– L’identité de la bande dessinée allemande reste à cerner. Il serait sans doute intéressant de tenter une approche stylistique (graphisme et scénario) des productions allemandes, et de s’interroger sur les influences étrangères afin de questionner l’existence d’une « école allemande » de bande dessinée.

– L’existence d’une tradition graphique propre à l’Allemagne pourraient faire l’objet d’un ou plusieurs articles, notamment pour déterminer quelles filiations, influences, proximités il est possible d’observer entre les actuelles propositions de bandes dessinées et la place de l’image narrative dans la presse imprimée et le livre (caricature, dessins de publicité, récit de guerre (« Kriegsbilderbogen »).

– Le rôle pédagogique de l’image imprimée en Allemagne reste de même à expliciter : des travaux pourraient porter sur la place de la bande dessinée (voire de l’image dessinée) dans le système éducatif (en Allemagne ou pour l’étude de la langue allemande) ainsi que sur les techniques d’analyse et d’étude de la bande dessinée (par exemple à travers une comparaison avec d’autres pays européens).

 

3. L’Allemagne dans la bande dessinée

– La représentation de l’Allemagne et des Allemands pose nombre de problèmes, et il serait intéressant de développer une approche critique des sujets et lieux fétiches de la bande dessinée (par exemple, qu’est-ce que Berlin pour les auteurs : la capitale de l’Empire, celle de la république de Weimar, « Germania », la ville divisée puis réunifié, la capitale de la musique électro, etc. ?)

– L’évocation de l’histoire allemande dans la bande dessinée reste également à faire, notamment en s’interrogeant sur les époques ou événements du XXe siècle et des siècles précédents qui ont inspiré les auteurs ou les éditeurs : quelques tentatives d’explication et d’approche esthétique (styles graphiques, procédés narratifs) seraient les bienvenus…

– Les années 1933-1945 ne constituent-elles pas la principale toile de fond de l’histoire allemande en bandes dessinées ? Il serait intéressant d’étudier les caractéristiques de la production centrée sur la période, la diversité des approches (polar, humour ?) et l’évolution de son traitement (comment la représentation de cette histoire difficile a-t-elle changée depuis La bête est morte ?).

– L’analyse des « clichés » de l’Allemagne en bande dessinée pose également nombre de questions : qu’est-ce qui est typique de l’Allemand et de son pays ? Ne retrouve-t-on pas des procédés proches de la caricature (le casque à pointe dans Astérix chez les Goths, les crypto-allemands ou les « germanomorphes » dans QRN sur Bretzelburg de Franquin) ?

 

Le présent appel à communication est ouvert à tous les chercheurs, quel que soit leur statut (universitaire ou non) et leur origine (même si nous ne pouvons publier que des textes écrits en français ou en anglais). Nous les invitons à nous répondre en nous soumettant deux documents :

 

– Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.

– Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

 

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes avant le 1er mars 2012.

 

Marc Hieronimus, responsable de la « thématique »

marc.hieronimus@u-picardie.fr

Benoît Berthou, directeur de Comicalités.

ben.berthou@orange.fr

 

 

Pour plus d’information :

http://comicalites.revues.org/

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : programme

Le programme du colloque « Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : tirer un trait/tisser des liens », aura lieu les 16, 17 et 18 novembre à l’université de Liège, est désormais disponible sur le site de l’ACME. Il semble bien mettre en évidence le caractère absolument protéiforme d’une notion d’indépendance que l’on peine décidément à définir précisément : se rencontrent en effet ici des réflexions ayant trait au monde du livre (et mobilisant des notions comme « autoédition », « édition sauvage » ou « commercialisation »…), relevant d’une approche esthétique de la bande dessinée (avec des réflexions sur le documentaire, l’autobiographie ou l’exposition…) ou interrogeant plus largement la valeur culturelle de ces œuvres (il sera ainsi question de « mainstream », d’ « underground » ou encore de bande dessinée libanaise)… Bref : la bande dessinée indépendante semble être ici pensée comme un espace de rencontre pour des axes de recherche fort différents et il y a tout lieu de penser que ces trois jours seront l’occasion de croisements on ne peut plus fructueux.

 

Programme ici.

Dates du colloque : 16-17-18 novembre.

Lieu : université de Liège.

Organisateurs : groupe ACME

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts