La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires

Le colloque « La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires » organisé par Jeanne Chiron se tiendra à l’université Paris Est-Créteil les 11 et 1é octobre prochain. De nombreuses communications devraient intéresser les chercheurs travaillant sur la bande dessinée puisqu’il sera question d’image ayant valeur d’ « insertion » (Ana Fiero sur Balzac), de « preuve » (Véronique MONTÉMONT sur « photographie et autobiographie ») et de narration (Côme Martin sur Fun Home d’Alison Bechdel). Nous laissons nos lecteurs découvrir les autres aspects de la manifestation en prenant connaissance de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous.

 

 

 

La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires.

Colloque international organisé les 11 et 12 octobre 2012 par l’équipe d’accueil

Lettres, Idées, Savoirs (LIS) de l’Université Paris Est – Créteil

Invités : Philippe Hamon et Christophe Martin

Responsables : Jeanne Chiron, Magalie Costella-Saneba, Feng Teng et Jean-Yves Samacher

Lieu: Centre Multidisciplinaire de Créteil, accès Métro ligne 8, station « Créteil Université »; suivre le fléchage.

Jeudi 11 octobre

L’IMAGE AUX SOURCES DE LA LITTÉRATURE

9h00 – Accueil des participants par Mme PLAGNOL-DIEVAL, directrice du LIS

9h15 – Ouverture par Philippe HAMON

Session 1 – La confrontation de deux systèmes sémiotiques

9h30 – Anna FIERRO (Université de Florence)

> Balzac illustré : l’insertion de l’image dans les textes littéraires

10h00 – Alex GAGNON (Université de Montréal)

> Iconotextualité et intertextualité. Pragmatique du discours littéraire dans Brelin le frou de Gisèle Prassinos

10h30 – Discussion

10h50 – Pause

Session 2 – Du figuratif au figural : vers les origines de la création

11h00 – Thouraya BEN SALAH (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse, Tunisie)

> L’image comme mode d’une expression authentique

11h30 – Lorraine DUMENIL (Université Paris Diderot-Paris 7 / Université Sapienza de Rome)

> Les « dessins » écrits d’Antonin Artaud

12h00 – Érika WICKY (Université du Québec à Montréal)

> Le tactile, entre visuel et textuel

12h30 – Discussion

13h00 – DÉJEUNER

Session 3 – L’image, source d’inspiration et de réinventions

14h30 – Barbara AIOSA-POIRIER (Université Stendhal Grenoble 3)

> La peinture dans l’oeuvre d’Antonio Tabucchi comme outil d’analyse

15h00 – Ilaria FORNACCIARI (Université de Bâle)

> Les mots et les images. Réflexions sur la fonction des images dans la pratique archéologique de Michel Foucault

15h30 – Julien STRIGNANO (Université Jean Monnet de Saint-Etienne)

> La vision renouvelée d’une oeuvre littéraire par l’image : Caprichos de Ramón Gómez de la Serna

16h00 – Discussion

16h30 – Pause

Session 4 – Imageries : élaboration de répertoires

16h40 – Rossana CURRERI (Université de Catane)

> L’image, prodrome de l’imaginaire. Réflexions sémiotiques et stylistiques sur quelques romans féminins tunisiens de graphie française

17h10 – Mirela-Cristina GRIGORI (Université Paris-Est Créteil / Université « Al.I.Cuza », Iasi, Roumanie)

> Voyages et écrivains iconophiles au XIXe siècle. Puzzle roumain

Vendredi 12 octobre

FABRIQUES DE LA LITTÉRATURE

Session 5 – Laboratoires de l’autobiographie

9h00 – Véronique MONTÉMONT (Université de Lorraine / ATILF-CNRS)

> La trahison des preuves : photographie et autobiographie

9h30 – Nadia CHABANEIX (Université Paris-Est Créteil)

> Images de l’invisible. Sur un synopsis d’Emmanuel Carrère

10h00 – Côme MARTIN (Université Paris IV – Sorbonne)

> Le double rapport au texte dans Fun Home d’Alison Bechdel

10h30 – Discussion

11h05 – Pause

Session 6 – Glanage et bricolage

11h15 – Anne REVERSEAU (Université K.U.Leuven, Louvain, Belgique)

> « Je suis une bricoleuse ». Christine Jeanney, textes, images et sérendipité

11h45 – Mandana COVINDASSAMY (École normale supérieure, Paris)

> Le « bricoleur » Sebald et ses compagnons

12h15 – Dalila HARIR (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis)

> La représentation iconique de la littérature dans le discours publicitaire

12h45 – DÉJEUNER

Session 7 – Relations écrivains/illustrateurs : du dialogue à l’autonomie

14h10 – Charlène CLONTS (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II)

> Le bord mobile ou la part figurale dans les livres de dialogue de Pierre Reverdy

14h40 – Christine PLU (Université de Cergy-Pontoise/ IUFM de l’académie de Versailles)

> L’illustration de Georges Lemoine : un bricolage pour une médiation herméneutique

15h10 – Irina ANELOK (Université Paris-Ouest Nanterre)

> Fourcade / Buraglio : dialogue texte – image

15h40 – Discussion

16h00 – Pause

Session 8 – Vers une « oeuvre totale » : dispositifs intermédiaux

16h10 – Sandra RAGUENET (Université d’Aix-Marseille)

> La poésie à l’épreuve de la photo-graphie, trois cas de tropismes créateurs : Nanni Balestrini, Heinz Gappmayr et Julien Blaine

16h40 – Alicja KOZIEJ (Université Marie Curie-Sklodowska, Lublin, Pologne)

> À la recherche de l’intégralité : le cas de la « liberature »

17h10 – Anja HAGEMANN (Université Paris IV – Sorbonne / Université de Hambourg, Allemagne)

> Entre visible et lisible : les interactions entre texte et image dans l’art chinois contemporain

17h40 – Discussion

18h00 – Clôture par Christophe MARTIN

Responsable : LIS

Url de référence :
http://lis.u-pec.fr/lettres-idees-savoirs-lis–362195.kjsp?RH=1242051327397

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations

Mathilde Lévèque (université Paris 13) et Anne Struve-Debeaux (universite Paris Ouest-Nanterre-La Défense) organisent les 27 et 28 septembre prochain un colloque intitulé : « La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations ». L’événement offrira un large panorama des productions éditoriales de la période et accueillera notamment Benoît Peeters et Julien Baudry : nous reproduisons son programme ci-dessous.

Colloque international

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2012

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

200 avenue de la République 92001, Nanterre Cedex

Bâtiment B, Salle des conférences.

Organisateurs : Anne STRUVE-DEBEAUX (Université Paris Ouest – CSLF) et Mathilde LEVEQUE (Université Paris 13 – CENEL)

Avec le soutien scientifique de l’AFRELOCE (Association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance).

Le colloque accompagne une exposition de Benoît Peeters, installée à la Bibliothèque Universitaire du 14 septembre au 31 octobre 2012.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Station « Nanterre Université » par le RER A (direction Saint-Germain-en-Laye) ou par le train (départ : gare Saint-Lazare)

Contacts : anne.struve-debeaux@u-paris10.fr, mathilde.leveque@univ-paris13.fr

En 1920, Hugh Lofting publie The Story of Doctor Dolittle, premier tome d’une suite de romans promise à un bel avenir. En Allemagne, à  partir de la fin des années 1920, Erich Kästner commence à écrire pour les enfants, créant les premiers romans allemands modernes pour la jeunesse, tandis qu’en France, en 1931, naît un petit éléphant nommé Babar, et qu’en Belgique, un jeune reporter travaillant pour Le Petit Vingtième devient célèbre dans le monde entier. Dans le domaine de l’écriture comme dans celui de l’image, l’entre-deux-guerres est une période de profondes mutations et de renouveau pour la littérature de  jeunesse. Comment analyser et comprendre ce phénomène ? Ce colloque propose de s’intéresser pour la première fois à cette période mal connue de la littérature pour la jeunesse, et aux multiples innovations et transformations que celle-ci a alors connues — esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques.

PROGRAMME

JEUDI 27 SEPTEMBRE 2012

10h-10h30 – Accueil des participants

Séance présidée par Mariella COLIN

10h30 –  Matthieu LETOURNEUX (Univ. Paris Ouest) : « Autres supports, autres réseaux, autres définitions – logiques sérielles et cohérences discursives dans les collections populaires pour la jeunesse de l’entre-deux guerres ».

10h50 –  Laurent DEOM (Univ. Lille III) : « Le roman scout dans les années trente ».

11h10 – Laurent BAZIN (Univ. de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : « Science et fiction pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres ».

11h30-11h50 – Discussion

12h-14h – Déjeuner

Séance présidée par Isabelle NIERES-CHEVREL

14 h – Yvon HOUSSAIS (Univ. de Franche-Comté) : « Marcel Aymé à contre-courant ».

14h20-14h-40 – Marie-Pierre LITAUDON (Univ. Rennes II) : « Léopold Chauveau : Cronos au coeur du style ».

14h40 – Carine PICAUD (BNF) : « Quand “Jean de Babar”, peintre poète, fit souffler un vent nouveau sur l’album pour enfants ».

15h – Discussion

15h15-15h30 – Pause

Séance présidée par Matthieu LETOURNEUX

15h30 – Martine JACQUES (IUFM/ Univ. de Bourgogne) : « L’Île rose et La Colonie de Vildrac. Le modèle utopique en question dans la littérature pour la jeunesse durant les années vingt ».

15h50 – Mathilde LEVEQUE (Univ. Paris XIII) : « Erich Kästner et l’apparition d’un roman moderne pour enfants dans l’Allemagne de Weimar ».

16h10 – Annie RENONCIAT (Univ. Paris VII) : « Les grandes mutations de l’univers éditorial ».

16h30-16h50 – Discussion

VENDREDI 28 SEPTEMBRE 2012

10h-10h45 – Conférence : Benoit PEETERS : « Hergé, la construction d’une oeuvre (1928-1948) ».

10h45-11h – Pause

Séance présidée par Benoit PEETERS

11h – Julien BAUDRY (Univ. Paris VII) : « Alain Saint-Ogan ou l’imagerie revisitée du merveilleux pour enfants »

11h20 – Laurence MESSONNIER (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La question animale dans l’entre-deux-guerres : renouveau iconographique et mutation axiologique dans Gédéon (1923-1939) ».

11h40 – Discussion

12h-14h – Déjeuner

Séance présidée par Mathilde LEVEQUE

14h – Virginie DOUGLAS (Univ. de Rouen) : « Les récits britanniques pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres : entre nostalgie et modernité, littérarité et production de masse ».

14h20 – Anne STRUVE-DEBEAUX (Univ. Paris Ouest) : « De la parodie à la recréation poétique : la réinvention du récit d’aventure scientifique dans l’oeuvre de Hugh Lofting ».

14h40 – Valérie CZERNY (East Georgia College, USA) : « Mary Poppins: The Inter-War, Outer-Mind Sojourner »

15h – Laurent POLIQUIN (Univ. de Manitoba, Canada) : « Polyphonie d’une crise scolaire en Saskatchewan : le discours journalistique du Patriote de l’Ouest en 1931 et les stratégies discursives de Tante Présentine. »

15h20-15h45 – Discussion

15h45-16h – Pause

Séance présidée par Annie RENONCIAT

16h20 – Mariella COLIN (Univ. de Caen) : « Le renouveau de la littérature de jeunesse en Italie dans les années vingt ».

16h40 – Katia GOLOUBINOVA-CENNET (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La littérature de jeunesse au pays des Soviets ».

17h-17h30 – Discussion et conclusion

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Etre une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse

 Christiane Connan-Pintado et Gilles Behoteguy lancent un appel à communication intitulé : « Etre une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse ». Débouchant sur une journée d’étude s’inscrivant dans un programme européen, cette proposition nous invite à penser un mode d’expression et un secteur éditorial à l’aune d’une identité sexuelle : l’intelligent texte que nous reproduisons ci-dessous fourmille ainsi de références et de pistes de réflexion qu’il serait extrêmement intéressant d’explorer, notamment en ce qui concerne les « interactions entre littérature de jeunesse et médias ». La bande dessinée (ou plutôt le manga) est ici directement citée et force est de constater que nombre de problèmes se posent. Que penser par exemple de ces collections qui semblent presque placer le sexe et l’âge du lectorat au fondement d’un genre (shojo, shonen, seinen…) ? Cette segmentation se traduit-elle dans les faits par de réels partis-pris esthétiques et une réelle demande ? Ou cherche-t-on à l’inverse à inventer une segmentation proprement européenne se situant bien loin du contexte japonais ? L’article de Xavier Guilbert récemment publié sur Comicalités aborde succinctement ces questions qu’il serait intéressant de creuser plus avant pour le 31 mai prochain.

 

 

 Journée d’études 17 octobre 2012

Université Bordeaux IV-IUFM/ MSHA/TELEM-Bordeaux 3

Être une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse (1970-2012)

Depuis les années 1970, la sociologie a mis en lumière que le « genre » est l’identité construite par l’environnement social des individus. Après Simone de Beauvoir qui écrivait en 1949 « on ne naît pas femme, on le devient », Erving Goffman (L’Arrangement des sexes, 1979) et Pierre Bourdieu (La domination masculine, 1998) se sont attachés à la question de l’identité masculine. Dès lors, penser le genre revient à le dissocier du sexe biologique des individus. A la suite des travaux de Ann Oakley (Sex, Gender and society, 1972), nombre d’études dont celles de Judith Butler (Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, 1990) ont contribué à considérer le genre comme le « sexe » social et à faire émerger le concept d’ « identité sexuelle ».

Il importe de s’interroger sur la construction de l’identité du genre masculin/féminin à partir de  la  littérature de jeunesse contemporaine dans la mesure où le champ, en constante extension, garde sa visée éducative. Si l’on observe le développement de la chick lit – cette littérature écrite par et pour des femmes – et les nombreuses collections s’adressant spécifiquement aux adolescentes, comme « Pôle fiction filles » (Gallimard), « Bliss » et « Wiz girl » (Albin Michel), force est de constater que les collections sexuées ne relèvent pas d’un passé éditorial révolu. Mais toutes les oeuvres pour la jeunesse ne se  conforment pas à une partition des genres relevant d’une doxa culturelle et sociale. La problématique du genre est parfois abordée dans une démarche militante, telle la déclaration d’intention affichée sur le site des éditions Talents Hauts : « Filles = garçons. Des livres pour enfants contre le sexisme où les héros peuvent être des héroïnes, les mamans sont des femmes d’aujourd’hui et les hommes des papas modernes, les filles ne sont pas au bois dormant et les garçons ne sont pas les seuls à chasser le dragon…» Certains  écrivains bousculent l’archétype masculin vs féminin et saisissent leurs personnages dans le trouble de leur sexualité et dans le bouleversement des modèles familiaux du monde contemporain, allant jusqu’à mettre en scène les familles homoparentales ou à questionner les orientations sexuelles, afin de dynamiter  les modèles construits par nos cultures et nos sociétés. Pourtant, la prégnance des préjugés reste puissante, comme l’a récemment démontré Nelly Chabrol-Gagne dans Filles d’album. Les représentations du féminin dans l’album (L’atelier du poisson soluble, 2011) en étudiant un corpus de 250 albums publiés entre 1995 et 2010. C’est dans ce contexte que nous posons la question : « Qu’est-ce qu’un garçon/ une fille aujourd’hui à travers le prisme de la littérature de jeunesse ? »

Le programme pluridisciplinaire et européen « GENERATIO », porté par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Programme quinquennal MSHA 2011-2015) auquel sont associées l’Université Montesquieu Bordeaux IV-IUFM d’Aquitaine et l’Université Bordeaux 3 (EA 4195 TELEM) ambitionne de définir une perspective d’approche relativement inédite ou inégalement abordée jusque-là : la construction des jeunes générations. Il nous offre un cadre dynamique pour poser/reposer la question de la représentation de l’identité sexuée dans la littérature de jeunesse à partir de l’un de ses axes d’étude : « La construction des jeunes générations par l’adhésion aux codes culturels, symboliques et matériels, ou le rejet de ces codes. » Tradition et/ou ruptures ? Reproduction et/ou remise en question des modèles ? Nouvelles approches et/ou discours consensuels et bien-pensants ? Lors des quatre journées d’études programmées de 2011 à 2014, nous souhaitons appréhender la littérature de jeunesse comme un laboratoire privilégié de la construction du genre, à travers différentes approches éditoriales et littéraires.

Après une première journée (13 octobre 2011) consacrée à examiner la situation de la littérature de jeunesse en France de 1945 à 1970, la deuxième journée, pour laquelle nous lançons cet  appel à contribution, s’intéressera à la période contemporaine, de  1970 au début du XXIème siècle. Sans prétendre à l’exhaustivité, on privilégiera les axes suivants :

On pourra se demander si la littérature de jeunesse emprunte ses personnages à la société dont elle est contemporaine ou, au contraire, si elle les construit dans la nostalgie des représentations héritées d’un passé proche (l’enfance/l’adolescence de l’auteur) ou lointain (l’enfant d’époques passées et idéalisées) ; sans négliger, dans la veine des utopies et contre-utopies portée par les genres de la  fantasy et de la science-fiction, les scénarios qui proposent des alternatives et/ou de nouveaux modèles d’un être au monde masculin ou féminin. Des regards portés sur l’édition  examineront l’évolution des collections « sexuées » et la création de nouvelles venues afin d’en dégager les points de convergence et de divergence. De même, l’attention se portera sur les écrivains engagés dans une création « pour filles » ou « pour garçons » afin de questionner dans les oeuvres les éléments esthétiques, comme les systèmes axiologiques, qui portent témoignage d’une spécificité : filles et garçons ne sont pas un seul et même « lecteur modèle ». Enfin, on s’intéressera aux interactions entre littérature de jeunesse et médias. Dans le marché de la culture pour la jeunesse se multiplient adaptations cinématographiques des oeuvres littéraires et novellisation des films et des séries télévisées. Alentour s’accumulent les produits dérivés et les transferts selon des parcours sans cesse renouvelés : du livre au film,  au jeu vidéo, au manga… Que nous apprend sur les filles et les garçons cette circulation médiatique ? Quelles représentations du masculin et du féminin propose-t- elle ? Quelle culture « genrée » met-elle en mouvement ?

Les propositions de communication (400 mots maximum, et une brève présentation de leur auteur) devront être adressées avant le 31 mai 2012 aux deux adresses suivantes : gilles.behoteguy@wanadoo.fr et christiane.connan-pintado@orange.fr. La réponse du comité scientifique sera communiquée fin juin.

Comité scientifique :

Gilles Béhotéguy

Nelly Chabrol-Gagne

Christiane Connan-Pintado

Brigitte Louichon

Jean-François Massol

Jean Perrot

Responsable : Christiane Connan-Pintado, Gilles Behoteguy

Adresse : IUFM d’Aquitaine-Bordeaux 4160 avenue de Verdun 33000 Mérignac

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerre : renouveau et mutation

Le Centre des sciences de la littérature française de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense et le Centre d’Étude sur les Nouveaux Espaces Littéraires de l’université Paris XIII associés aux éditions Ipagine lancent un appel à communication intitulé : « La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerre : renouveau et mutation ». Faisant directement une place à la bande dessinée (en citant le Petit Vingtième), cette proposition invite donc les chercheurs à explorer une période de « profondes mutation » tant sur les plans « esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques ». Force est de constater que les exemples ne manquent pas et que l’étude des périodiques publiés durant cette période pourraient par exemple s’avérer fructueuse : outre la publication sus-nommée, Cœurs Vaillants (né en 1929) et Le Journal de Mickey (né en 1934) pourraient être placés au fondement de propositions qu’il s’agira d’élaborer avant le 31 mars prochain.

 

La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations

CSLF (Centre des sciences de la littérature française, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), CENEL (Centre d’Étude sur les Nouveaux Espaces Littéraires, Université Paris XIII), et les éditions Ipagine (Paris)

27-28 septembre 2012, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

En 1920, Hugh Lofting publie The Story of Doctor Dolittle, premier tome d’une suite de romans promise à un bel avenir. En Allemagne, à partir de la fin des années 1920, Erich Kästner commence à écrire pour les enfants, créant les premiers romans allemands modernes pour la jeunesse, tandis qu’en France, en 1931, naît un petit éléphant nommé Babar et qu’en Belgique, un jeune reporter travaillant pour Le Petit Vingtième devient célèbre dans le monde entier. Dans le domaine de l’écriture comme dans celui de l’image, l’entre-deux-guerres est une période de profondes mutations et de renouveau pour la littérature de jeunesse. Comment analyser et comprendre ce phénomène ? Ce colloque propose de s’intéresser pour la première fois à cette période mal connue de la littérature pour la jeunesse, et aux multiples innovations et transformations que celle-ci a alors connues – esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques.

Les propositions sont attendues pour le 31 mars 2012 sous la forme de résumés d’une demie à une page. Elles sont à envoyer à l’adresse suivante :

anne.struve-debeaux@u-paris10.fr

Les communications prendront la forme d’exposés de 20 minutes suivis de 10 minutes d’échanges

Les actes de cette journée feront l’objet d’une publication dans la revue en ligne Strenae, après l’approbation d’un comité de lecture.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

Dans le cadre d’un projet de recherche ANR, la Joie par les livres (Centre national de la littérature pour la jeunesse / BnF), l’université Blaise-Pascal et l’AFRELOCE organisent un colloque à l’automne 2012 consacré à la question des enfants en temps de guerre. De l’embrigadement des enfants dans les bandes dessinées des deux conflits mondiaux (évoqués notamment à travers les travaux de Manon Pignot ou Gilles Ragache), à l’encadrement des lectures enfantines (on pense évidemment aux travaux de Thierry Crépin sur la Commission de Surveillance et de Contrôle des publications destinées à la jeunesse), les pistes abondent dans le domaine de la bande dessinée. Ce colloque s’intéressant particulièrement aux points de vue à hauteur d’enfants, on pense immédiatement à une oeuvre telle que Gen d’Hiroshima. Plus profondément, la tension entre aspirations pacifistes et logiques bellicistes trouvera, dans le champ de la bande dessinée, un terreau fertile, cette tension apparaissant comme un des fondements de la bande dite « dessinée franco-belge ».

 

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse
Colloque international à la Bibliothèque nationale de France et à l’Ecole Normale Supérieure de Paris

18-19 octobre 2012

Délai : 30 septembre 2011

Dans le cadre du programme de l’Agence Nationale pour la Recherche Enfance Violence Exil, la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (UBP-CELIS) organisent, les 18-19 octobre 2012, un colloque consacré aux Enfances en guerre et littératures de jeunesse, avec le concours de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

La littérature de jeunesse, en tant que champ littéraire spécifique destiné à un public défini par son âge, s’inscrit dans des cadres nationaux souvent contraints, où peuvent s’exercer différentes formes d’interdictions, voire d’autocensure, et où l’audace de la pensée trouve parfois des chemins de traverse pour s’imposer. Dans le même temps et un peu partout dans le monde, les littératures de jeunesse ont acquis une légitimité et une complexité qui les autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. Mais jusqu’où s’aventurent-elles ?

De ce point de vue, il serait intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires géographiques et culturelles mettent en scène textuelle et/ou iconique telle guerre à partir du 20e siècle (sans exclure les perspectives ouvertes par l’anticipation) ou l’état de guerre en général (lorsque cette dernière demeure indéfinie d’un point de vue spatio-temporel). La thématique de l’exil forcé sera prise en compte, dès lors que celui-ci touche directement des enfants et qu’il est une conséquence directe des guerres.

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en particulier ainsi que les migrations contraintes, assorties des effets désastreux (politiques, économiques, sociaux, etc.) sur les populations qu’elles occasionnent, soient très différemment représentées. Le souci souvent consensuel, pour ne pas dire politiquement correct, en France et depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de comportements patriotiques ? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction des contextes historiques, idéologiques et socioéconomiques ? Que deviennent aussi l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation, omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ? On peut également se demander dans quelle mesure cette représentation interroge les débats sur la mémoire, ses silences ou ses excès.

Dans le sillage du colloque « Guerres et totalitarismes dans la bande dessinée » (Cerisy-la-Salle,7-10 juin 2010, co-organisé par Viviane Alary – UBP/EVE), ce colloque international voudrait sonder les littératures de jeunesse françaises ou publiées en France et les littératures de jeunesse étrangères dès lors qu’elle mettent en scène des enfants en temps de guerre, victimes des totalitarismes ou/et des exils forcés.

Des chercheur-e-s de différentes disciplines – littéraires, linguistes, historien-ne-s, sociologues, psychologues, psychanalystes, anthropologues, ethnologues, sémiologues, historien-ne-s de l’art, etc.- pourraient apporter leurs précieux éclairages, que leurs analyses, inscrites dans une dimension synchronique ou diachronique, portent sur l’étude de corpus ou sur celle d’oeuvres isolées. Nous pourrions ainsi avoir une plus juste idée de l’état des représentations de ces événements en fonction des pays, des époques et des idéologies.

Outre la volonté de faire ressortir l’existence de patrimoines littéraires et iconographiques connus ou plus confidentiels, ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes dessinées, mangas, documentaires, etc. Une attention particulière sera accordée à la question des points de vue qui engagent diversement le discours textuel et/ou iconique : à hauteur d’enfant – récits ou témoignages d’enfants – ou à hauteur d’un-e adulte créateur-trice visant un jeune lectorat – (auto)fiction, (auto)biographie, souvenir, mémoires, récit, documentaire, docu-fiction, ou autre.

 

Comité scientifique du colloque :

Nelly Chabrol Gagne (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Michel Defourny (Université de Liège), Claudine Hervouët (BnF/CNLJ – La Joie par les livres), Claude Hubert-Ganiayre (enseignante honoraire), Mathilde Lévêque (Université de Paris 13 – Afreloce), Mathieu Lescuyer (Bibliothèque Universitaire Paris IV et de l’Université de Clermont-Ferrand), Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Olivier Piffault (BnF/CNLJ-La Joie par les livres), Jacques Vidal-Naquet (BnF/CNLJ – La Joie par les livres).

 

Modalités

Le colloque se déroulera à Paris, le 18 octobre à la BnF et le 19 octobre à l’ENS de Paris.

Langues : français, anglais, espagnol.

Les communications seront enregistrées afin d’être mises en ligne sur le portail d’EVE (avec l’accord des intervenant-e-s)et éventuellement sur un site de la BnF.

La durée de chaque communication est limitée à 25 minutes.

Les propositions de communication (titre et résumé de 1000 signes maximum), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique devront parvenir (par courriel)

avant le 30 septembre 2011 à :

Marion Caliyannis

BnF – CNLJ-La Joie par les Livres

marion.caliyannis@bnf.fr

 

Contexte : le programme Enfance Violence Exil

Le programme de l’Agence Nationale pour la Recherche « Enfance Violence Exil », élaboré par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Socio-poétique (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), en partenariat avec l’Université d’Amiens et l’Université de Regensburg, consiste en la collecte, l’exploitation en matière de recherche et la valorisation de différents fonds relatifs à l’expérience de la guerre, de l’exil consécutif aux violences civiles, de la violence subie par des enfants au cours ou à la suite des conflits du 20e siècle, principalement en Europe (de la Première Guerre mondiale à l’aube du 21e siècle). Le fonds Brauner (dessins d’enfants), d’autres fonds de dessins, de journaux scolaires et collectifs, des gisements archivistiques de l’intime sont explorés, en regard des représentations culturelles de l’enfance en guerre. Ce projet s’inscrit dans un champ de recherches interdisciplinaire qui associe en particulier les approches littéraires, historiques, linguistiques, psychologique, humanitaires. La documentation exploitée reconstitue, dans une période historique et une aire culturelle déterminées, une véritable histoire du 20e siècle à « hauteur d’enfant », à travers le vécu des enfants victimes et de la représentation qu’ils en ont donnée ou dont ils ont fait l’objet par l’intermédiaire des médias les plus variés.

Les réalisations de ce programme de recherche sont accessibles sur le portail de ressources :

http://www.enfance-violence-exil.net

Colloque « Disney »

Christian Chelebourg, de l’université Nancy 2, organise au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle un colloque « Walt Disney ». Ces cinq jours (16-23 août 2011) permettront de s’intéresser à tous les aspects de l’univers de Disney : création (thèmes récurrents, chorégraphies dans les films…), adaptation (Fantasia, Tim Burton…), entreprise (Disneyland), histoire (Disney pendant la guerre), idéologie (capitalisme). Aucun titre de communication ne fait directement référence à la bande dessinée, mais il en sera sans aucun doute question.

Walt Disney

Résumé

Ce colloque sera l’occasion de revenir sur la carrière créative de Walt Disney et son ingénierie du divertissement. L’homme sera abordé dans ses diverses dimensions, en tant que dessinateur d’animation, cartooneur, créateur de parcs à thème, découvreur de talents. Ses principaux collaborateurs — d’Ub Iwerks à Carl Barks ou Jack Hannah, de Wolfgang Reitherman à Clyde Geronimi — comme ses principaux personnages pourront faire l’objet d’études monographiques ou synthétiques. L’accent sera mis sur les processus créatifs et les imaginaires qu’ils véhiculent, aussi bien que sur les procédés techniques qui les sous-tendent. L’œuvre de Walt Disney sera abordée sous les deux angles de la production et de la réception. Enfin, on s’intéressera aussi bien à ses apports personnels qu’à sa fortune à travers les studios qui portent son nom et les évolutions qui en ont marqué l’histoire.

Argument

Walt Disney (1901-1966) a contribué à renouveler profondément l’approche et la diffusion des productions artistiques à destination de la jeunesse. S’il n’a pas inventé le dessin animé, et s’il a largement puisé à la source des littératures européennes, on lui doit d’avoir popularisé ce qui est devenu un des médias majeurs de la culture jeune, et d’avoir œuvré à l’internationalisation, voire à la mondialisation de la culture occidentale.

Ce colloque sera l’occasion de revenir sur la carrière créative de Walt Disney et son ingénierie du divertissement. L’homme sera abordé dans ses diverses dimensions, en tant que dessinateur d’animation, cartooneur, créateur de parcs à thème, découvreur de talents. Ses principaux collaborateurs — d’Ub Iwerks à Carl Barks ou Jack Hannah, de Wolfgang Reitherman à Clyde Geronimi — comme ses principaux personnages pourront faire l’objet d’études monographiques ou synthétiques. L’accent sera mis sur les processus créatifs et les imaginaires qu’ils véhiculent, aussi bien que sur les procédés techniques qui les sous-tendent. L’œuvre de Walt Disney sera abordée sous les deux angles de la production et de la réception. Enfin, on s’intéressera aussi bien à ses apports personnels qu’à sa fortune à travers les studios qui portent son nom et les évolutions qui en ont marqué l’histoire.

Communications

Danièle ANDRÉ : « D’un Z qui veut dire… Disney – l’Ouest américain selon Zorro »

Marc BERDET : « La fantasmagorie des parcs à thème »

David CALVO : « Disneyland, archéologie mythique d’un imaginaire »

Christian CHELEBOURG : « Walt Disney et la médiatisation des contes »

Barbara CISE : « Disney Princess : élaboration et destin d’une figure topique »

Thierry CORMIER : « Disney ou le monde merveilleux de nos peurs infantiles »

Adela CORTIJO TALAVERA : « La Belle et la Bête, de Cocteau aux studios Disney »

Laurent DÉOM : « Walt Disney ou le regard émerveillé »

Virginie DUREY : « Walt Disney et l’idéologie américaine »

Hervé GUINERET : « Walt Disney ou le capitalisme enchanté »

Pierre-Eric JEL : « Disney à l’ombre du polar : Who framed Roger Rabbit de Robert Zemeckis (1987) ou l’interrogation sur le devenir de l’animation »

Sylvain LEDDA : « Visages de la mort chez Walt Disney »

Isabelle LIMOUSIN : « Mickey au musée d’art moderne »

Arnaud MAILLET : « Regard, pièges et fascination chez Walt Disney »

Francis MARCOIN : « Les vies multiples de Scrooge McDuck »

Gilles MENEGALDO : « Tim Burton et les studios Disney : subversion et dynamique créative »

Samuel MINNE : « The Sword in the Stone : indétermination générique et vision du genre »

William MOEBIUS : « Le contact et la coordination des corps dans l’œuvre de Disney de 1927 à 1940 »

Philippe MORLOT : « Walt Disney et les arts visuels »

Maryse PETIT : « À propos de Fantasia : création et mise en “anima” »

Christine PRÉVOST : « De la transmission des valeurs morales à la mise en scène d’un patrimoine national illustrant une Amérique aux identités multiples : Disney-Pixar et la géographie de la nostalgie »

Dick TOMASOVIC : « Walt Disney chorégraphe — vers une redéfinition de l’art du mouvement »

Daniel TRON : « Technique et créativité dans les productions Disney »

Aurélie VILLERS : « Walt Disney et l’effort de guerre »

Lieu

Cerisy-La-Salle (50210) (Centre culturel international de Cerisy, Le Château)

Dates

mardi 16 août 2011

mercredi 17 août 2011

jeudi 18 août 2011

vendredi 19 août 2011

samedi 20 août 2011

dimanche 21 août 2011

lundi 22 août 2011

mardi 23 août 2011

Contact

Centre Culturel International de Cerisy
courriel : info [point] cerisy (at) ccic-cerisy.asso [point] fr

Le Château 50210 Cerisy-La-Salle

Url de référence

Site du CCIC

Source de l’information

Michaël Morel
courriel : michael [point] morel (at) ccic-cerisy.asso [point] fr

« Why Comics are and are not picture books ? »

La Modern langage Association lance, pour sa conférence annuelle qui aura lieu en janvier 2012, un appel à communication intitulé : « Why Comics are and are not picture books ? » Cette proposition entend donc interroger la spécificité du « système de la bande dessinée », pour reprendre le titre de célèbre ouvrage de Thierry Groensteen, en invitant des chercheurs à examiner ses proximités avec la littérature de jeunesse, et plus spécifiquement ce que nous nommons en France des « albums ». Ce terme, commun aux deux secteurs éditoriaux, montre bien qu’il y a à là matière à réflexion. Outre les nombreux exemples (anglophones) que donne l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, nous nous contenterons de citer le travail de Claude Ponti qui utilise dans nombre d’œuvres (comme par exemple Blaise et le château et le château d’Anne Hiversère) un découpage et une technique de narration dont le neuvième art est coutumier et pose ce faisant une question : la bande dessinée n’est-elle pas tout autant un langage susceptible d’être mis au service de toutes sortes de littérature qu’un secteur éditorial bien défini ?

“Why Comics Are and Are Not Picture Books”

Modern Language Association (MLA) Annual Convention,

5-8 Jan. 2012, Seattle, Washington

A proposed panel jointly sponsored by the MLA Children’s Literature Division and the MLA Comics and Graphic Narratives Discussion Group

This panel will explore the possible relationships between comics and picture books, two imagetext genres implicated in children’s literacy learning which, despite overlapping formally and aesthetically, nonetheless stand apart socially and culturally. The potential application of picture book theory to comics, and, conversely, comics theory to picture books, promises to challenge this apartness—that is, to call into question the generic distinctiveness of the two forms. In that spirit, this panel invites participation from multiple perspectives, including but not limited to genre theory, education, history, formalism, aesthetics, semiotics, and ideological criticism.

Discussion:

Scholars of the picture book (e.g., Nodelman, Nikolajeva and Scott, and op de Beeck) have gestured toward, in some cases briefly addressed, the aesthetics and reading demands of comics. By the same token, comics theorists (see e.g. McCloud’s Understanding Comics and Varnum and Gibbons’ anthology The Language of Comics: Word and Image) have in effect suggested, if not yet pursued, formal likenesses between the genres. Yet the critical dialogue between the genres remains muted. This panel will seek to enliven that dialogue by posing questions such as:

·  What formal resources and aesthetic strategies do comics and picture books share? Do they tend to deploy those resources and use those strategies differently?

·  What similar or different demands do the two genres make of readers?

·  How does the typical experience—if indeed we may posit a typical experience—of reading one genre differ from that of reading the other? For instance, how conducive are comics to what Ellen Spitz calls conversational reading, that is, reading shared by adult and child?

·  How do both comics and picture books participate in discourses and projects related to literacy learning and cultural literacy? For example, the possible role of comics in reading instruction has garnered much interest in recent studies (see e.g. Cary 2004; Carter 2007; Frey and Fisher 2008; Thompson 2008)—how might this development be regarded culturally and critically? How might comics differ from or resemble picture books in their classroom use?

The creative dialogue between the two genres has intensified: consider for example comics-oriented picture books by David Wiesner, Art Spiegelman, Eleanor Davis, Posy Simmonds, Peter Sís, Mo Willems, or Marcia Williams; continued interest in classics such as Maurice Sendak’s In the Night Kitchen or Raymond Briggs’ The Snowman; and recent genre-blurring texts such as Shaun Tan’s The Arrival or Brian Selznick’s The Invention of Hugo Cabret. This proposed session would encourage a critical conversation to match: diverse, energetic, and timely.

Several factors make this an opportune and even urgent topic for MLA 2012, including the many artists who have worked in both genres; the genres’ shared aesthetic and narrative resources, and the relevance of image/text theories to both; the new prominence of comics in both children’s book publishing and reading instruction; and the current struggle of the picture book market to respond to social, educational, economic, and technological change. In addition, this topic well suits MLA 2012’s location in Seattle (a bastion of comics and graphic novels) and its Presidential theme, Language, Literature, Learning, which emphasizes the role of reading in cognitive growth, educational attainment, and critical thinking. These issues are of great concern in the emerging discourse on children’s comics reading, and have always been central to picture book scholarship.

Send abstracts of roughly 500 words in Word or PDF form to Charles Hatfield at charles.hatfield@gmail.com. The deadline for submissions is 5 March 2011. Submitters will receive notification of results by April 1.

Please note that this CFP is for a proposed, not a guaranteed, session at MLA 2012, meaning that it is contingent on approval by the MLA Program Committee (which will make its decisions after April 1). All prospective presenters must be current MLA members by no later than 7 April 2011.

This CFP can also be viewed at http://graphicnarratives.org/2011/02/02/cfp-why-comics-are-and-are-not-picture-books-mla-2012/ .

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« Jeunes et jolis ». La formation de la jeunesse dans la presse magazine

Le groupe de travail « Presse magazine », appartenant au Centre d’Histoire de Sciences Po publie un appel à communication intitulé : « “Jeunes et jolis” La formation de la jeunesse dans la presse magazine ». Débouchant sur un projet de publication consacré à la presse magazine, celui-ci concerne une bande dessinée qui a largement contribué à la « formation de la jeunesse » à travers un grand nombre de publications. Outre Tintin et Spirou, l’étude de La Semaine de Suzette (dans laquelle apparaît Bécassine), Cœurs vaillants (qui, le premier, publia Hergé) ou encore Pif apporteraient très certainement des éléments de réponse à cette interrogation, que ce soit à travers des œuvres appartenant au neuvième art ou à traves l’ensemble du « paratexte » (jeux-concours, courrier des lecteurs, rubriques pédagogiques telles que L’Histoire du monde des Funcken…). Ces magazines, ou d’autres (pensons aux plus actuels Bodoï ou Tcho), seront dans tous les cas à consulter avant le 14 janvier prochain.

APPEL A COMMUNICATION

« Jeunes et jolis »

La formation de la jeunesse dans la presse magazine.

L’histoire de la presse magazine accompagne au XXe siècle celle de la culture de masse. Au Centre d’Histoire de Sciences Po, le groupe « Presse magazine » se propose depuis deux ans d’ouvrir le dialogue entre historiens, chercheurs de diverses disciplines en sciences humaines et acteurs de la presse magazine. Il s’agit de considérer les magazines comme des sources et des objets d’histoire. L’offre de magazines est en effet toujours plus abondante en France, et le discours de ces publications prépare et prolonge l’ensemble des mutations de la société.

Dans la poursuite de ses travaux sur le corps dans la presse magazine, notre groupe de travail organise le 18 mars prochain une journée d’études sur la jeunesse. Il s’agit d’essayer de comprendre comment les magazines contribuent, dans tous les sens du terme, à la « formation » de la jeunesse.

Dans l’histoire de la culture de masse, certains périodiques, tels que Salut les copains, se sont distingués et ont participé à l’invention de la jeunesse, à sa constitution en groupe social à partir des années 1960. Quelles approches envisager pour analyser un tel processus ? D’abord, sur un plan strictement éditorial, le « jeune » constitue un public-cible dont la presse magazine contribue à identifier les attributs spécifiques par rapport à d’autres catégories démographiques ou sociales et participe ainsi au développement de la ou des « culture(s) jeune(s) ». Ensuite, ces attributs – physiques, éthiques, esthétiques, sexuels, etc. – sont mobilisés, au-delà même de la presse estampillée « jeunesse », par le discours médiatique, qui produit des représentations des « jeunes » dont on peut retracer les mutations. Enfin, à un troisième niveau plus général, ce traitement du fait « jeune » transparaît dans l’ensemble du phénomène « presse magazine », comme injonction à la jeunesse et ressort puissant du rêve vendu sur papier glacé.

Quand et comment la presse magazine s’adresse-t-elle à la jeunesse ? Selon quelles modalités (formation, information, complicité, etc.) ce contrat de lecture s’établit-il et comment évolue-t-il sur le long terme ? Quelles oppositions symboliques la presse magazine souligne-t-elle dans ses représentations de la jeunesse ? Enfin, comment cette jeunesse informe-t-elle à son tour les autres secteurs de la presse magazine, tant dans leurs visées idéologiques que dans leurs stratégies rhétoriques ? Voilà les quelques questions qui baliseront cette journée d’étude.

De toute origine disciplinaire, les propositions, d’une quinzaine de lignes, sont à envoyer avant le 14 janvier 2011, à Claire Blandin (blandin@u-pec.fr). La journée s’insèrera dans un projet de publication sur la presse magazine.

Vous pouvez découvrir les travaux du groupe de travail Presse magazine sur le site du Centre d’histoire de Sciences Po à l’adresse suivante :

http://centre-histoire.sciences-po.fr/centre/groupes/presse_magazine.html

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les jeunes et les phénomènes sériels

La revue Jeunes et Médias lance un appel à articles intitulé : « Les jeunes et les phénomènes sériels ». Celui-ci propose de s’interroger sur les tenants et aboutissants de la « consommation importante de biens culturels produits en série » parmi lesquels la bande dessinée est nommément citée. Six approches (se focalisant sur les publics, les modes de production, les dispositifs esthétiques…) sont proposées et il est question de s’approprier ou de compléter (la dimension « transmédiatique » est ainsi totalement absente) cette liste avant le 8 décembre prochain.

Appel à articles : les jeunes et les phénomènes sériels

La revue semestrielle en sciences de l’information et de la communication Jeunes et médias, les cahiers francophones de léducation aux médias, propose une réflexion concernant les pratiques médiatiques des jeunes et leurs modes d’expression et d’appropriation. Dans ce cadre, le dossier thématique du premier numéro portait sur les objets culturels méprisés.

Le dossier thématique du numéro 2 de la revue Jeunes et médias, les cahiers francophones de léducation aux médias s’intéresse aux phénomènes sériels.

Les moins de vingt-cinq ans ont en effet une consommation importante de biens culturels produits en série. Pour exemple, la diversité et la pluralité de sites dédiés aux jeunes et aux séries télévisées attestent de l’intérêt qu’ils leur portent. Le streaming, la VOD ont changé aussi la manière de consommer celles-ci. Le succès éditorial de certaines séries – Twilight, Tara Duncan, mais aussi les bandes dessinées et les mangas – parfois adaptées au cinéma avec le même bonheur contribuent à alimenter la réflexion concernant les spécificités de la sérialité destinée aux plus jeunes.

A cette fin, plusieurs axes ont été retenus et pourront être abordés dans une approche pluridisciplinaire :

–          Définition, contours et limites du genre sériel (brièveté, temporalité, récurrence…);

–          Evolution des techniques et des conditions de production des formes de la sérialité contemporaine ;

–          Les jeunes, public spécifique ou privilégié ? (études en réception, approches qualitatives ou quantitatives) ;

–          Les figures tutélaires ou la question des héros récurrents.

–          L’univers sériel et le désir du collectionneur ;

–          Les stratégies marketing des produits sériels.

Les propositions d’articles (1500 signes) sont à adresser avant le 8 décembre 2010 à lcorroy@voila.fr et à mclipani@wanadoo.fr

Les auteurs seront avertis par email le 15 décembre que leur proposition est retenue. Les articles (entre 22000 et 25 000 signes, espaces et bibliographie compris) seront à envoyer pour le 30 janvier au plus tard.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature de jeunesse : l’œuvre, le lecteur, les passeurs et le passage

La Revue des Sciences de l’éducation lance un appel à communication intitulé : « La littérature de jeunesse : l’œuvre, le lecteur, les passeurs et le passage ». Cette proposition nous invite à réfléchir sur les possibles vertus pédagogiques d’une certaine littérature : « à quelles conditions la littérature de jeunesse peut-elle transmettre des savoirs, aider à la construction de l’identité de l’enfant, lui proposer des schèmes de valeurs, des modèles et des anti-modèles de comportement, et contribuer également à la formation de son sens esthétique ainsi qu’à ses apprentissages? » Ce faisant, elle intéresse la bande dessinée et s’inscrit dans des préoccupations que nous avons déjà relayées dans de précédents billets, mais il nous faut faire remarquer que l’un des axes indiqués dans l’appel à communication nous semble rencontrer quelques échos dans l’actuelle production de bande dessinée. Souhaiter interroger « l’état des connaissances […] au sujet du jeune lecteur, généralement consommateur sériel, qu’on doit amener à fréquenter des textes résistants, c’est-à-dire qui présentent des défis de lecture » pourrait en effet nous inviter à considérer le cas d’adaptations d’œuvres « classiques » comme dans le cas de la collection Ex Libris des éditions Delcourt qui est évoquée par nos soins sur un autre site. Ces livres, assortis de livrets pédagogiques invitant l’élève à s’interroger sur l’œuvre originale passée au prisme du langage de la bande dessinée, posent en effet directement un problème qu’il s’agira de formuler, si vous retenez cette piste, avant le 31 mai prochain.

La littérature de jeunesse : l’oeuvre, le lecteur, les passeurs et le passage

Date limite : 31 mai 2011


L’équipe de la rédaction de la Revue des sciences de l’éducation lance un appel de proposition d’articles pour un numéro thématique intitulé : La littérature de jeunesse : l’oeuvre, le lecteur, les passeurs et le passage (corédactrices invitées : Monique Noël-Gaudreault et Claire Le Brun).

Madame Monique Noël-Gaudreault, professeure à l’Université de Montréal, et madame Claire Le Brun, professeure à l’Université Concordia, agiront à titre de corédactrices invitées d’un numéro thématique. Dans ce contexte, la Revue des sciences de l’éducation lance une invitation aux auteurs qui désireraient proposer un article en lien avec ce thème. Les articles soumis à la Revue pourront traiter aussi bien des résultats de recherche de nature empirique que de nature théorique. Sous la responsabilité du Rédacteur en chef, leur évaluation sera assujettie au même processus rédactionnel que tout autre article. Toutes les règles et procédures, disponibles sur le site de la Revue et destinées aux auteurs, devront être respectées. Les propositions d’articles seront transmises par courriel au secrétariat de la Revue avant le 31 mai 2011.

Descriptif du numéro thématique

Depuis une quinzaine d’années, la littérature de jeunesse intéresse de plus en plus de chercheurs universitaires. Le rôle de cette littérature à part entière est jugé essentiel, non seulement d’un point de vue affectif, mais aussi cognitif, dans la mesure où, face aux manuels, la littérature de jeunesse peut avoir une influence positive sur la réussite scolaire de l’enfant. Bien que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport ait confirmé, dans son plus récent programme de formation, la mission des enseignants comme passeurs culturels, ces derniers se sentent un peu démunis. Ils se questionnent à propos du choix de l’oeuvre en fonction du jeune lecteur, de leur rôle de passeurs et des modalités du passage.

En effet, bien que le corpus des oeuvres soit relativement jeune, il comprend déjà des classiques incontournables; mais comment s’y retrouver dans une production éditoriale pléthorique? Reflet de la société postmoderne, à quelles conditions la littérature de jeunesse peut-elle transmettre des savoirs, aider à la construction de l’identité de l’enfant, lui proposer des schèmes de valeurs, des modèles et des anti-modèles de comportement, et contribuer également à la formation de son sens esthétique ainsi qu’à ses apprentissages?

Les responsables de ce numéro de la Revue souhaitent diffuser des études portant sur un ou plusieurs des thèmes suivants :

1. l’état des connaissances : 1) au sujet du jeune lecteur, généralement consommateur sériel, qu’on doit amener à fréquenter des textes résistants, c’est-à-dire qui présentent des défis de lecture; 2) au sujet des rôles respectifs des éditeurs, des auteurs, des illustrateurs, des parents, des bibliothécaires, des didacticiens et des enseignants comme passeurs de culture, et de quelle(s) culture(s); 3) au sujet des oeuvres qui reflètent les grands défis contemporains;

2. les stratégies didactiques efficaces pour transmettre le goût de lire, et donner à l’élève les moyens de rendre compte de sa compréhension, de son interprétation, de ses réactions et de son appréciation des oeuvres lues : cercle de lecture, journal dialogué, marathon de lecture, animation en lecture, lecture à voix haute, dictée à l’adulte, etc.;

3. la nature et l’impact des interventions menées en classe à partir de la littérature de jeunesse.

Gilles Raîche, rédacteur en chef

Adresse : C.P. 6128, succursale Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3J7Canada

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts