La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires

Magalie Costella-Saneba, Jeanne Chiron et Jean-Yves Samacher de l’équipe Lettres, Idées, Savoirs (LIS) de l’Université Paris Est-Créteil lancent un intéressant appel à communication intitulé : « La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires ». Actant la caducité d’une « tradition littéraire où l’image (dessin, gravure, photographie…) est conçue comme une illustration dont le sens serait tributaire du texte », cette proposition nous invite à « interroger nos structures préconçues d’approche du texte littéraire » en pensant les « relations multiples qui s’instaurent entre le fait littéraire et l’image polymorphe ». La chose ne serait que louable si les organisateurs ne proposaient pas une intrigante typologie en distinguant trois catégories de rapport à l’image : l’insertion, le bricolage, les répertoires… Cette espèce de feuille de route nous semble ouvrir des voies prometteuses et nous ne saurions que conseiller à nos lecteurs de l’explorer en s’appuyant par exemple sur la bibliographie que propose l’un des ateliers de théorie littéraire intitulé « Texte et image » du site Fabula.

 

La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires.

Journées d’étude organisées les 11 et 12 octobre 2012 par l’équipe d’accueil Lettres, Idées, Savoirs (LIS) de l’Université Paris Est – Créteil

Date limite: 11 juin

      Comment l’image influence-t-elle la compréhension du texte littéraire ? De quelle manière et dans quelle mesure la présence de l’image modifie-t-elle ou renouvelle-t-elle le sens d’une oeuvre ? Est-ce nécessairement le texte qui donne sens à l’image qui l’accompagne ?

      La conceptualisation des rapports entre ces deux pôles est fortement marquée par une tradition littéraire où l’image (dessin, gravure, photographie…) est conçue comme une illustration dont le sens serait tributaire du texte. Cette conception ancillaire de l’image se révèle insuffisante pour penser la complexité de la relation texte-image : c’est en effet souvent le texte qui « illustre », et la littérature semble de plus en plus mise à l’épreuve par sa confrontation à l’image. L’intégration de l’image dans le texte littéraire l’informe, le transforme ou l’excède : il est travaillé de l’intérieur par ces images qui ne sauraient être appréhendées simplement comme un élément hétérogène. Les travaux opérés en anthropologie, en linguistique, en philosophie, en psychanalyse, comme en sémiologie permettent d’étendre notre compréhension de ces processus, qui engagent bien plus qu’une dynamique d’intégration textuelle.

      La démultiplication des formes de l’image engendre un bouleversement de la littérature conçue comme un système de représentation dont la force intégrative n’a d’égal que la capacité à s’adapter à différents lieux d’« exposition », comme l’a montré Philippe Hamon dans Imageries : littérature et image au XIXe siècle (Paris, José Corti, 2001). Il nous semble donc intéressant de nous pencher sur cette complexité de manifestations et de détournements potentiels pour approfondir nos questionnements et dégager des critères d’analyse. L’examen des relations multiples qui s’instaurent entre le fait littéraire et l’image polymorphe nous permettra ainsi d’interroger nos structures préconçues d’approche du texte littéraire.

      C’est donc dans une perspective large et ouverte, invitant à la transdisciplinarité, que les doctorants littéraires de l’équipe Lettres, Idées, Savoirs, de l’Université Paris-Est Créteil (UPEC), proposent deux journées d’étude (les 11 et 12 octobre 2012) sur la question des places prises par l’image au sein du champ littéraire.

      L’exploration de cette problématique se fondera essentiellement sur trois grands axes :

      – celui tout d’abord de l’insertion de l’image dans le texte littéraire : comment l’image s’insère-t-elle dans l’oeuvre, et quelles fonctions lui attribuer ? Utilisée pour orienter ou dévier la compréhension, elle entre quelquefois en concurrence avec les dimensions narrative et argumentative du texte littéraire. Alors, sous quelles conditions épouse-t-elle le texte, le complexifie-t-elle, ou rompt-elle avec lui ? De plus, la place de l’image au sein du texte littéraire varie largement en fonction des rôles qu’on a pu lui attribuer à travers les siècles : une succession d’analyses ancrées dans des corpus précis pourra nous faire entrevoir l’évolution des rapports entre ces pratiques artistiques conçues comme complémentaires ou concurrentes en fonction de la « valeur » culturelle qui leur est attribuée dans une société et une époque données.

      – La réflexion exploitera aussi la notion de bricolage, empruntée aux analyses de Lévi-Strauss, utilisée ici pour mettre l’accent sur l’analyse de la situation concrète et empirique de la création. Comment se manifestent les rapports entre deux types d’énonciation, l’un discursif (narratif ou argumentatif), l’autre imagé (sensible ou métaphorique), ancrés tous deux dans différentes temporalités et utilisant différents media ? En élaborant une analyse détaillée des liens qui se créent entre ces deux pôles, on s’interrogera sur les spécificités graphiques et sémantiques des créations littéraires qui naissent d’une telle relation d’intimité. En effet, la frontière entre le textuel et le visuel est-elle aussi nette qu’elle le paraît au premier regard ? En considérant, d’une part, la mise en page, le jeu des caractères, et, d’autre part, le rôle du commentaire et de la rhétorique dans l’exploitation des différents types d’images, nous pourrons dégager une série de phénomènes intermédiaires difficiles à synthétiser en un système général de fonctionnement.

      – Se posera également la question des répertoires. Au coeur de l’interrogation sur le statut de l’image entre imagerie et imaginaire, l’idée que la littérature se constitue à partir de représentations communes, voire modélisées, nous permettra d’élaborer une réflexion sur les schémas exemplaires qui influencent tant la création que la réception. Nous nous interrogerons sur la fonction de ces images reçues (conçues comme une équivalence aux « idées reçues » répertoriées par Flaubert). Quels types d’expérience représente-t-on surtout sous des formes schématiques et facilement reconnaissables ? À quels niveaux et de quelles manières peut intervenir la subversion ou l’enrichissement de ces images-types ? On tentera de penser le partage et la déformation de ces répertoires d’images comme un enjeu important de la création littéraire. Du point de vue de la réception, on se demandera dans quelle mesure ces répertoires d’images communes s’érigent en garanties de compréhension d’une littérature où la dimension esthétique est informée par des exigences communicationnelles. La question de l’appartenance culturelle de l’auteur et du lecteur et leur capacité au déchiffrement, à l’utilisation et au dépassement des stéréotypes pourront alors constituer un aboutissement à cette ligne de réflexions.

      Les communications, qui ne devront pas excéder vingt minutes, seront regroupées en sessions thématiques nous permettant d’offrir un espace propice à la discussion. Les propositions de communications (titre, résumé de la proposition de communication d’environ 500 mots, nom, courriel et appartenance institutionnelle) sont à envoyer avant le 11 juin 2012 à l’adresse suivante : lalitteraturefacealimage@gmx.fr

Responsable : Magalie Costella-Saneba, Jeanne Chiron, Jean-Yves Samacher

Url de référence :
http://lis.u-pec.fr/lettres-idees-savoirs-lis–362195.kjsp?RH=1242051327397

Adresse : Université Paris Est-CréteilFaculté des lettres, langues et sciences humaines61, avenue du Général de Gaulle94010 Créteil

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Représentations

Rafael Guijarro García et Claire Romero Pérez lancent un appel à communication pour un numéro de la revue Logosphère intitulé : « Représentations ». Le chantier est de taille car il s’agit de l’une des notions centrales de la pensée philosophique et esthétique, comme le montrent les auteurs qui la définissent comme un « lien symbolique entre le monde extérieur et le monde mental » modelant « notre rapport au réel » et s’inscrivent dans le cadre strict de la littérature. Mais, même s’il est question de « tissage de mots savamment choisis », il nous semble pertinent de poser une question : les « littératures dessinées », pour reprendre un mot d’Harry Morgan, et plus largement toutes les formes de récit imagées, n’invitent-elles pas à repenser les contours de cette notion si large ? La question n’a rien d’anecdotique et il nous semble qu’elle se pose aussi bien à propos de l’autobiographie photographique d’André Breton (Nadja) qu’à propos de L’Immense solitude de Frédéric Pajak. Dans les deux cas, il s’agit d’organiser une rencontre entre texte et image que l’on ne saurait réduire au champ de la « bande dessinée » et qui semble bien nous inviter à répondre à la question ici soulevée : « Qu’est-ce que la littérature ? » au regard de ses modalités de représentation.

Logosphère Nº 8

«Représentations»

APPEL À CONTRIBUTIONS

Date limite de réception : le 30 avril 2012

Coordonnent ce numéro:  Rafael Guijarro García (guijarro@ugr.es) – Mª Claire Romero Pérez (mcromero@ugr.es).

La notion de représentation signifie « l’action de mettre devant les yeux ou devant l’esprit de quelqu’un » (Grand Robert), c’est-à-dire « rendre présent ce qui est absent », mais également ce qui est rendu présent et ce qui remplace. Il s’agit non seulement de l’action de représenter mais aussi du résultat de cette action.

À la croisée de domaines de recherche variés (sciences humaines et sociales), la représentation est en pleine expansion. Lien symbolique entre le monde extérieur et le monde mental, elle joue un rôle primordial dans les théories cognitives puisque notre rapport au réel, la façon de le saisir et d’intervenir sur lui dépendent essentiellement de ses apparences manifestes et d’une série de processus cognitifs.

La représentation, considérée comme une entité concrète ou abstraite, donne donc forme et contenu à une autre entité réelle ou supposée réelle. Étant donné sa nature plurielle, ses manifestations recouvrent deux principaux domaines :

– Représentations immatérielles : une image mentale, l’idée que l’on se fait d’un objet, d’un concept…

– Représentations matérielles : un tableau, une sculpture, arts du spectacle (théâtre, opéra…), discours et points de vue d’autrui, littérature…

La représentation littéraire est probablement la plus ambiguë par son caractère exclusivement linguistique. L’expression représentation littéraire entraîne dans son sillage l’éternelle question, à savoir « Qu’est-ce que la littérature ? ». S’agit-il d’une représentation du monde, du réel, ou du fictif, provenant d’un tissage de mots savamment choisis ? Aux yeux de certains, la représentation littéraire est devenue un concept controversé, ce qui ne peut qu’attiser la discussion à laquelle nous vous incitons, par vos articles, à participer pour éclairer tant soit peu la propre notion, et à rejoindre par là-même d’autres représentations qui lui sont naturellement liées.

Tenant compte que toute représentation peut être individuelle ou collective/sociale (Bourdieu, Jodelet…) et s’appuyant sur le dynamisme produit par sa nature multiple, nous vous invitons à vous pencher sur les domaines qui intègrent les différentes manières de représenter.

Logosphère se trouve indexée dans les bases de données DICE, ISOC (IEDCYT), SUDOC, dans les catalogues et répertoires Latindex, CatBUA, Rebiun, Dialnet.

NORMES POUR LA PRÉSENTATION D’UN ARTICLE

Envoi

Logosphère est une revue périodique à parution annuelle qui publie essentiellement des articles de recherche en littérature et en linguistique, dans le domaine des études en langue française. Les contributions, rédigées soit en espagnol soit en français, seront supervisées par les membres du Comité Scientifique, ou par une commission d’évaluation externe si le sujet de l’article le requiert, après expertise du Comité Éditorial. Pour garantir l’anonymat, le travail sera précédé d’une page sur laquelle seront indiqués le titre de l’article, le(s) nom(s) et prénom de l’auteur ainsi que son adresse professionnelle ; facultativement, son adresse personnelle, son nº de téléphone et son courriel, qui ne seront pas publiés. À l’exception du titre, ces informations ne doivent pas figurer dans le texte de l’article. Il est prié de ne pas inclure dans le travail de références qui pourraient identifier son auteur. Les propositions d’articles, rédigées en français ou en espagnol, seront envoyées à : Dra. Montserrat Serrano Mañes. Directora de Logosphère. Departamento de Filología Francesa. Facultad de Letras. Campus Universitario de Cartuja. Universidad de Granada. 18071-GRANADA. Email: mserrano@ugr.es

Normes

Les articles sont soumis à une évaluation anonyme. Les évaluateurs ne connaissent pas le nom de l’auteur et celui-ci ignore l’identité des évaluateurs.

· Remise de l’article sur version papier et sur CD-Rom ou diskette –PC Word de préférence–, où figurera le nom de l’auteur ainsi que le titre de l’article.

· La sortie papier sera envoyée en trois exemplaires numérotés à la main. Les textes ne seront pas restitués.

· Les articles, inédits, n’excèderont pas quinze pages, bibliographie et notes incluses. Format A4. La proposition d’article sera accompagnée d’un résumé de cinq lignes (600 caractères au maximum) rédigé en espagnol, en français et en anglais, et suivi de cinq mots-clé. Ces résumés seront séparés du titre par deux lignes blanches, et du corps du texte par trois lignes blanches.

· Titre de l’article : Times New Roman, taille 18, caractères gras.

· Corpus du texte : Times New Roman, taille 12, interligne 1,5. Ne pas sauter de ligne entre les paragraphes, sauf pour marquer les grandes articulations. Marges supérieure, inférieure, droite et gauche : 2,5 cm.

· Résumés et mots-clé : taille 10, interligne simple, italique.

· Citations de plus de trois lignes :

-police Times New Roman, taille 10, interligne simple.

-à séparer du corps du texte par une ligne blanche avant et après.

-en retrait d’un centimètre.

-sans guillemets au début et à la fin.

-suivies du nom de l’auteur, la date de publication et les pages citées, entre parenthèses : (Auteur, date : pages).

· Les citations de moins de trois lignes seront présentées dans le corps du texte entre guillemets, suivies du nom de l’auteur, la date de publication et les pages citées, entre parenthèses : (Auteur, date : pages).

· Paragraphes : La première ligne de chaque paragraphe est présentée avec un retrait d’un centimètre.

· Sous-titres : Si le texte est subdivisé, on utilisera pour les sous-titres, numérotés, des caractères gras.

· L’utilisation du gras et du soulignement dans le corps du texte est à proscrire.

· Notes : Les notes en bas de page sont uniquement utilisées lorsqu’il est nécessaire d’ajouter des informations. Police Times New Roman, taille 10, interligne simple.

· Les schémas et dessins apparaîtront sur la disquette ou le CD-Rom, dans le même programme, à la fin de l’article devant la bibliographie.

· Les références bibliographiques complètes, classées par ordre alphabétique, seront fournies trois lignes après la fin de l’article. Police Times New Roman, taille 10. La date de l’édition apparaît immédiatement entre parenthèses, après le nom de l’auteur. Lorsque la référence renvoie à une édition autre que la première, la date de la première édition sera indiquée à la fin.

Exemples :

UBERSFELD, A. (1997) Lire le théâtre, Paris, Eds. Sociales, 1992.

GASTON ELDUAYEN, L. (2004) Rabelais, Madrid, Ed. Síntesis.

KÜPER, J., “The Traditional Cosmos and the new world”, Modern Language Notes, 2003, v. 118, nº 2: 363-393, The John Hopkins University Press, Baltimore.

IRELAN, S., “La voix des guerrières : les écrivaines algériennes contemporaines », in La Francophonie sans frontières : une nouvelle cartographie de l’imaginaire au féminin, L. Lequin et C. Mavrikakis, Paris, L’Harmattan 2001.

· COMPTES RENDUS.-

· Pour la présentation des comptes rendus on appliquera les mêmes que pour les articles.

· Maximum trois pages.

Adresse : Dra. Montserrat Serrano Mañes. Directora de Logosphère. Departamento de Filología Francesa. Facultad de Letras. Campus Universitario de Cartuja. Universidad de Granada. 18071-GRANADA.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le roman en question

La revue Chameaux, créée par six étudiants de l’université de Laval (Québec), poursuit son exploration des frontières de la littérature. Après les Amalgames (n°1) et les voyages (n°2), le comité de rédaction lance ainsi un appel à communication intitulé : « Le roman en question ». Cette proposition nous invite à mettre en perceptive le « genre le plus visible de la littérature » vis-à-vis de son ascendance (par exemple, le roman-feuilleton) et d’une « hybridation des genres » qui reste à mieux cerner. Des chercheurs travaillant sur la bande dessinée se voient ainsi offrir l’occasion de revenir sur la notion si vague et controversée de « roman graphique » qui semble précisément faire de la « contingence de [la] position occupée par le roman » un véritable enjeu. Pour Will Eisner, le recours au « roman » semble

ainsi l’occasion d’affirmer une esthétique passant par une conduite du récit et l’emploi de procédés rhétoriques qu’il détaille dans La Bande dessinée : un art séquentiel (Vertige Graphic). Pour Jean-Christophe Menu, l’inscription dans le « roman » semble être à l’inverse affaire de légitimité puisqu’il permet d’affirmer une proximité entre bande dessinée et littérature afin de permettre au neuvième art de quitter le carcan dans lequel il est, selon l’auteur de Plate-bandes, bien à l’étroit. Ces positions d’auteur et d’éditeur ne sont en rien antinomiques, et il nous semble possible (entre autres propositions) de les synthétiser avant le 15 juin prochain.

 

Le roman en question

Date limite : 15 juin 2011

Le roman est à l’heure actuelle le genre le plus visible de la littérature. Il prévaut sur la poésie, la nouvelle ou l’essai dans les colonnes des magazines culturels, domine les sections littéraires des librairies, s’exhibe sur les plages, prend l’autobus, le train, l’avion. Le roman est versatile et sa forme, malléable : il parle toutes les langues, s’acclimate aux circonstances les plus variées. Il est davantage produit, acheté, vanté, critiqué et discuté que tout autre genre littéraire, si bien qu’on entend parfois – et même souvent − son nom employé comme synonyme de son genre prochain, « littérature ».

L’histoire nous enseigne à reconnaître la contingence de cette position occupée par le roman. Il fut un temps, pas si lointain, où la littérarité se mesurait surtout à l’aune de la poésie et où le roman, jugé frivole et nuisible aux bonnes mœurs, était marginalité par l’institution littéraire. Cette perspective invite à réviser le regard que nous portons intuitivement sur le roman et à interroger son statut dans la culture d’aujourd’hui. C’est dans cette ligne de pensée que l’équipe de Chameaux propose, pour son cinquième numéro, un dossier intitulé « Le roman en question ». Par la formulation de ce thème directeur, nous souhaitons autant convier les auteurs à « se questionner sur » le genre romanesque que réfléchir à la place qui lui est accordée dans l’optique d’une « remise en question ».

Dans le cadre de ce zoom critique sur le roman, plusieurs avenues, plusieurs perspectives peuvent être empruntées. Rappelons toutefois que Chameaux, tout en privilégiant un thème large qui laisse la porte ouverte aux intérêts les plus diversifiés possibles, ne souhaite pas, avec « Le roman en question », former un dossier fourre-tout. Nous spécifions donc que les analyses d’œuvres romanesques, à moins de servir un propos plus général sur la nature du roman, son histoire, sa place dans la littérature ou la société, ne seront pas acceptées. Afin de donner le premier élan à la création, nous vous proposons une liste de sujets et de questions susceptibles d’être abordés.

Sujets

– Les causes de la prépondérance du genre sur la littérature occidentale actuelle

– Le roman-feuilleton et le rapport du roman à la presse au XIXe siècle

– La place du roman dans les littératures de l’Antiquité, du Moyen Âge, de la Renaissance, du XVIe siècle, etc.

– La contamination du roman par d’autres formes littéraires

– Les tentatives de déconstruction (Nouveau Roman et autres écritures qui rompent avec les normes du genre romanesque)

– L’autofiction et le rapport du roman à la fiction

– L’hybridation des genres

– L’influence de la littérature électronique sur le roman

Questions

– De quoi la popularité du roman est-elle le symptôme dans notre société ?

– Qu’est-ce que le roman ?

– Que nous apporte la fiction romanesque ?

– Le roman appelle-t-il un type particulier de lecture ?

– Est-on à l’apogée de la dominance du roman sur la littérature ou déjà entrés dans la période de son déclin ?

Pour terminer, nous aimerions rappeler le ton privilégié par le comité éditorial de Chameaux pour la sélection des articles. La revue Chameaux souhaite publier des essais critiques qui s’éloignent du ton « scolaire » adopté lors de l’écriture de la dissertation. Nous recherchons avant tout des réflexions personnelles et approfondies, qui traitent d’un sujet général de manière fluide et plaisante. Nous ne faisons pas prévaloir le ton scientifique, objectif et spécialisé, mais plutôt une pensée autonome et libre qui, tout en ayant pour objectif le partage des connaissances, s’incarne dans un style travaillé.

Nous attendons vos contributions sous la forme d’articles d’une longueur maximale de 5000 mots, soumis aux normes de notre politique éditoriale (http://revuechameaux.wordpress.com).

La date limite pour l’envoi des articles (chameaux@lit.ulaval.ca) est le 15 juin 2011.

Veuillez prendre note que les propositions d’articles ne seront pas évaluées, mais seuls les textes entiers.

Au plaisir de vous lire !

 

Responsable : Revue « Chameaux »

 

Url de référence :
http://revuechameaux.wordpress.com/

 

Adresse : Pavillon Charles-De Koninck, bureau 33071030, avenue des Sciences-HumainesQuébec (Québec) G1V 0A6Canada

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts