Penser la lecture de bandes dessinées

Les carnets de la bande dessinée ont aujourd’hui le plaisir de vous présenter un appel à communication intitulé : « Penser la lecture de bandes dessinées ». Celui-ci débouchera sur un colloque organisé par plusieurs partenaires (la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême, les laboratoires EHIC et GRESCO de l’université de Limoges, LABSIC de l’université Paris 13, l’IUFM du Limousin) qui constituera l’ossature de la prochaine université de la bande dessinée. Nous espérons donc que nos lecteurs nous soumettront de nombreuses propositions.

« Penser la lecture de bandes dessinées »

Lecteurs, interprétations et légitimités de la lecture d’art séquentiel.

Au sein de l’ensemble des livres et propositions éditoriales aujourd’hui présentés au public, la bande dessinée occupe une place de choix : elle cristallise nombre de problèmes et de pistes de réflexions qui intéressent de plus en plus des chercheurs de toutes disciplines. Force est de constater que ce secteur éditorial nous invite à mettre en perspective nombre de travaux comme en attestent trois exemples.

1. Dans le champ des pratiques culturelles, la bande dessinée nous invite à considérer les transformations des goûts générationnels en même temps que les restructurations du champ éditorial. Avec l’avènement de la bande dessinée adulte, considérée comme un art à part entière, avec la disparition de nombreux magazines sériels tournés vers un public d’enfants et d’adolescents, il semble que l’intérêt des lecteurs adolescents ait évolué, se déplaçant vers le manga au détriment de la bande dessinée franco-belge[1]. Il devient alors nécessaire de s’interroger sur ces déplacements du lectorat en fonction des générations qui pourraient éclairer les nouvelles pratiques de lecture des jeunes et des moins jeunes[NL1] . Des genres, des styles, des formats correspondent-ils davantage à des âges de la vie ? Quel rôle tient la bande dessinée dans l’apprentissage du goût pour la lecture ? Ce faisant, il est possible de revenir sur des écrits s’inscrivant dans le cadre d’une sociologie des âges de la vie comme L’Enfance des loisirs ou, plus anciennement, Et pourtant ils lisent…[2].

2/ La bande dessinée nous invite également à mettre en perspective la question de la médiation, au sens où l’emploie Antoine Hennion, renvoyant « à une longue série de personnages-clés, aux rôles complémentaires et concurrents (…) et à une longue liste hétéroclite de dispositifs matériels ou institutionnels emboîtés »[3]. Ce sont autant d’interventions humaines qui confèrent du sens à ce domaine de la création et lui permettent de se développer[NL2] . Du créateur qui présente ou diffuse son œuvre via des dispositifs numériques, au libraire ou bibliothécaire qui leur ménage un accès, aux organes de presse où les dessinateurs sont de plus en plus conviés à s’exprimer, en passant par les « amateurs éclairés » qui explicitent cette production, les pratiques des « fans » et des collectionneurs, l’importance des festivals ou encore l’adoption de modes de publication parfois coûteux, il est difficile de dénombrer l’ensemble des médiations qui contribuent aussi à esquisser une certaine configuration de ce que Jean Caune nomme un « hybride de techniques, d’objets et d’intervention humaine »[4].

3/ Enfin, l’idée même de « neuvième art » nous invite à questionner la forme et l’importance d’une légitimité que l’on a longtemps peiné à accorder à des productions placées au rang de « paralittérature », pour reprendre le titre d’un ouvrage de Daniel Couégnas[5]. Peut-être la bande dessinée s’inscrit-elle « dans une culture plus tolérante, où la diversité est plus acceptable, car elle signifie beaucoup plus une quête individuelle et collective de sens qu’une volonté de hiérarchie »[6]. C’est alors les motivations du lectorat qu’il faut interroger pour comprendre comment se construisent non pas des hiérarchies, mais des goûts, plus ou moins étendus et variés, des légitimités d’usage comme Michel Picard et Vincent Jouve le postulent en séparant d’une part le « lu » et le « lisant » (une lecture participative, émotionnelle et identificatoire), d’autre part le « lectant » (une lecture distanciée, réflexive, intellectuelle), deux positions qui peuvent être occupées tour à tour par un même sujet[7].

Bien loin d’être exhaustives, ces trois pistes de réflexion montrent en tout cas que la bande dessinée nous invite en partie à renouveler notre approche de la lecture et du lectorat et c’est à ce chantier que nous entendons collaborer à travers un colloque consacré à ce thème. Organisé par les laboratoires EHIC et GRESCO de l’université de Limoges, LABSIC de l’université Paris 13, l’IUFM du Limousin et la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême, celui-ci se tiendra dans le cadre de la 7e université d’été de la bande dessinée et sera donc l’occasion de confronter travaux de chercheurs et regards de professionnels issus de la chaîne du livre.

Accueillant une première présentation de notre exploitation de la grande enquête sur la lecture de bandes dessinées réalisée par la Bibliothèque Publique d’Information et le ministère de la culture, cet événement sera l’occasion d’accueillir des interventions de chercheurs s’inscrivant dans les thématiques suivantes (liste non exhaustive).

Bande dessinée et diversité

La diversité géographique et générique de la bande dessinée ne fait aujourd’hui guère de doute : productions européennes, japonaises, américaines ou issues d’autres aires géographiques se mêlent aujourd’hui en librairie, de même qu’autobiographies, reportages ou feuilletons s’inscrivant dans divers genres fictionnels… Cette diversité prend autant sa source dans des efforts commerciaux de ciblage du public que dans l’extension des genres où la bande dessinée s’imposait traditionnellement. Afin d’interroger les tenants et les aboutissants de cette situation, ce premier axe de réflexion pourrait ainsi accueillir des communications portant aussi bien sur les efforts des éditeurs pour capter de nouveaux publics (création de collections, défrichage de nouveaux espaces graphiques) que sur la réception de ces nouvelles propositions par les lecteurs.

La bande dessinée : quelle diffusion ?

Si la bande dessinée est aujourd’hui volontiers présentée comme un secteur éditorial dynamique, les rapports de son lectorat à l’objet-livre sont encore mal connus et il serait intéressant de s’interroger sur les tenants et les aboutissants de pratiques comme la collection ou le prêt. L’un et l’autre engagent des positions différentes de lecteurs, du conservateur au prosélyte, dont il serait intéressant d’interroger les spécificités et les éventuelles complémentarités. De même, la position des bibliothèques publiques vis-à-vis de la bande dessinée, les dispositifs de communication avec le public qu’emploient auteurs ou éditeurs ou l’inscription de la bande dessinée dans le cadre de la librairie pourraient être évoqués.

 

Bande dessinée : prescription et transmission

On peut poursuivre le thème précédent en relevant les formes de prescriptions à l’œuvre dans la diffusion de la bande dessinée. Cette dernière semble souffrir d’un certain déficit critique et rejoindre en cela d’autres productions longtemps cantonnées au statut de « paralittérature » comme la Science-Fiction[8] : il serait donc intéressant de s’interroger sur le rôle et la forme que prend la prescription dans le cadre du neuvième art et de tenter de cerner les modes d’initiation (prennent-ils place dans le cercle familial ? quel est le rôle des médiateurs ?) propres à la bande dessinée et à d’autres modes d’expression connaissant une situation comparable.

Bibliothèques, musées, écoles : quels usages de la bande dessinée ?

Le questionnement antérieur ne peut que concourir à ce que l’on interroge également l’inscription de la bande dessinée dans des contextes muséaux et pédagogiques, notamment en terme d’apprentissage. En quoi le neuvième art propose-t-il d’autres modalités d’approches de la lecture que celles qui prennent traditionnellement place dans nos dispositifs pédagogiques ? Le mode d’exposition de la bande dessinée pourrait également être interrogé : face à une planche accrochée, ne sommes-nous pas face à une espèce de « lecture debout » susceptible de compléter ou d’enrichir d’autres usages du livre ? En quoi ces différents lieux, de la bibliothèque au musée, en passant par le CDI, contribuent-ils à la construction de la bande dessinée comme support de lecture, comme moyen pédagogique ?

 

Le colloque constituera l’ossature de la 7e université d’été de la bande dessinée et se tiendra à Angoulême du 1er au 3 juillet prochain. Les communications donneront lieu à une publication dans la revue Comicalités. Études de culture graphique à l’hiver 2013.

Les chercheurs intéressés sont invités à soumettre une proposition prenant la forme d’un texte d’environ 2000 signes (espaces compris) exposant : l’objet de l’intervention, le corpus ou le matériau sur lequel elle entend s’appuyer et indiquant les coordonnées et la qualité de chaque auteur. Afin de garantir la qualité des débats, ces documents seront par la suite soumis de façon anonyme à un comité scientifique composé de :

Sylvain Aquatias, sociologie, GRECO, IUFM du Limousin, université de Limoges

Benoît Berthou, sciences de l’information de la communication, LABSIC, université Paris 13

Natacha Levet, littérature, EHIC, université de Limoges

Jean-Philippe Martin, action culturelle, Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image

Ces propositions sont attendues pour le 13 mai prochain : leurs auteurs seront prévenus de leur acceptation avant le 20 mai. Elles doivent nous parvenir sous voie électronique à l’adresse électronique suivante : comicalites@gmail.com


[1] On trouve un écho de cette réflexion dans deux chapitres de l’ouvrage dirigé par Eric Maigret et Matteo Stefanelli, La bande dessinée, une médiaculture, (dir.), Paris, Armand Colin, 2012. D’une part, Gilles Ciment constate une baisse de la lecture de bandes dessinées à partir de 15 ans, d’autre part, Olivier Vanhée relève l’intérêt des adolescents pour le genre du manga.

[2] Sylvie Octobre et Pierre Mercklé, L’enfance des Loisirs, Paris, La Documentation Française, 2010. Christian Baudelot, Marie Cartier, Christine Detrez, Et pourtant ils lisent…, Paris, Seuil, 1999.

[3] Antoine Hennion, La Passion musicale, Paris, Métailié, 1993, pp. 224-225.

[4] Jean Caune, « Les territoires et les cartes de la médiation ou la médiation mise à nu par ses commentateurs », Les enjeux de l’information et de la communication, 2010 (dossier 2010), § 13. URL <www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2010–page-1.htm.> (page consultée le 16 janvier 2013).

[5] Daniel Couégnas, Introduction à la paralittérature, Paris, Seuil, 1992.

[6] Eric Maigret, « Bande dessinée et post légitimité », in La bande dessinée, une médiaculture, op. cit., p. 140.

[7] Michel Picard, La lecture comme jeu, Paris, Minuit, 1986 ; Vincent Jouve, L’effet personnage dans le roman, Paris, PUF, 1992.

[8] Voir à ce sujet l’entretien de Simon Bréan avec Gérard Klein (« Penser l’histoire de la Science Fiction ») publié dans la revue Res Futurae. URL < http://resf.revues.org/173> (page consultée le 20 mars 2013).

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La lecture de bande dessinée

Plusieurs années qu’on attendait cela : à l’occasion du Salon du livre, le Ministère de la Culture a dévoilé la synthèse des résultats de l’enquête menée par Christophe Evans et Françoise Gaudet pour le compte du Département des études et de la prospective. Jusqu’à présent, les indicateurs quantitatifs dont on disposait pour appréhender le lectorat de la bande dessinée restaient rares : les états annuels du marché (bilans de Livres Hebdo ou de l’ACBD) dessinent des indices très indirects et, surtout, les enquêtes Pratiques culturelles des Français contiennent des éléments qui permettent d’inscrire la bande dessinée au sein des autres pratiques culturelles. Ces enquêtes, socle de la sociologie culturelle française, auxquelles les enquêtes de sociologie qualitative se réfèrent constamment (pour les compléter ou en discuter les présupposés) présentent un inconvénient majeur : elles excluent les moins de 15 ans. C’est évidemment gênant pour une pratique telle que la bande dessinée, qui rencontre un grand succès parmi les enfants et les jeunes adolescents…

L’enquête, sobrement intitulée « La lecture de bandes dessinées », offre donc un éclairage complémentaire particulièrement bienvenu en incluant les adolescents de 11 ans et plus – même si l’on peut évidemment regretter l’absence de prise en compte du lectorat enfantin (mais la lecture enfantine a fait l’objet de travaux « quali » nombreux). L’échantillon sur lequel repose l’enquête est particulièrement copieux (4 580 individus de 11 ans et plus, représentatifs de la population française).

Sur le fond, peu de révélations, mais une confirmation de ce qu’on peut appréhender à travers les enquêtes Pratiques culturelles des Français : le lectorat de la bande dessinée est ainsi plus masculin que féminin, appartiennent plutôt aux milieux sociaux favorisés, etc. C’est probablement sur la question du phénomène de « décrochage » que l’on observe dans la lecture au fil du temps et des générations que l’enquête amène ses résultats les plus intéressants, mais également sur les médiateurs du livre, le rapport parents / enfants sur la lecture de bande dessinée, ou encore les pratiques de lecture (moments de lecture, relectures…). Enfin, l’enquête présente l’intérêt d’articuler la lecture papier à la lecture numérique, et pose ainsi un jalon qu’il faudra prolonger.

La synthèse, qui appelle d’autres remarques, est téléchargeable sur le site du Ministère de la Culture.

Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur

Le groupe de travail « Livre : création, culture et société », appartenant au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, a choisi d’adopter, comme thématique de son séminaire 2010-2011 : « Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur ». Semblable proposition semble constituer une incitation à évoquer l’ensemble des « intermédiaires » de la chaîne du livre de bande dessinée, que ceux-ci aient en charge la définition d’une politique éditoriale ou l’inscription dans un public. Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fixée au 30 juin prochain.

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2
« Livre : Création, Culture et Société »

Thématique 2010-2011 :
Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur

Appel à contribution
Date limite : 30 juin 2010

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Versailles-Saint-Quentin), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.

Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris 10-Nanterre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Cette année, se tiendra la cinquième saison de son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, sur le thème annuel « Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur ».

Champ de recherche :

Dans la continuité des débats et réflexions suscités par la session 2009-2010 du séminaire, par la première journée d’études du 15 juin 2009 (« Du livre à l’auteur. Autorité, sociabilités, matérialité et circulation de l’écrit du XVIe au XIXe siècle » (www.chcsc.uvsq.fr/journees/dulivrealauteur.html) et le colloque des 2 et 3 juillet 2010 (« L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur. Du livre à Internet »), ainsi que dans le cadre de la préparation du projet ANR « L’auteur en réseaux. Modes de circulation transnationale du livre » (session 2011),  notre groupe de travail entend poursuivre ses investigations sur le livre, l’auteur, non seulement dans le cadre des relations avec les autres professionnels du livre (éditeurs, libraires, bibliothécaires, critiques…), mais aussi dans son rapport complexe et souvent invisible avec la communauté des lecteurs (imaginé, convoqué, redouté, réel, pluriel, hyperlecteur, contre-lecteur…).

Il s’agit toujours de privilégier une approche historique et pluridisciplinaire des pratiques culturelles et professionnelles capable d’interroger l’auteur non plus comme « acteur central de l’univers littéraire » (B. Lahire), mais comme un acteur parmi d’autres pris dans un réseau contractuel (avec un éditeur), dans un réseau communicationnel (avec libraires et bibliothécaires), dans un réseau médiatique (avec les journalistes).

Refusant la coupure entre une réflexion sur l’art ou la littérature (ne s’attachant qu’aux producteurs et créateurs les plus consacrés) et une analyse des pratiques culturelles, il s’agira de ne pas exclure les productions commerciales grand public ni les créateurs les moins légitimes (auteurs de best-sellers, auteurs de genres populaires dits mineurs), et de prendre en compte la banalisation de l’objet livre qui désacralise le produit et le producteur, l’œuvre et le créateur. Dans cette optique, toutes les perspectives (historiques, juridiques, littéraires, sociologiques…) seront prises en compte.

Deux axes de réflexion sont proposés :

1/ Les réseaux de diffusion

Seront privilégiées les pistes suivantes :

  • la librairie et la bibliothèque face aux usagers du livre
  • les imaginaires de la librairie, de l’édition et de la bibliothèque
  • la lecteur comme création (lecture savante ; les lectures de l’auteur…)
  • les supports ou les outils de lecture
  • les représentations de la lecture
  • les discours sur la lecture
  • l’écriture en marge (de la glose à Internet)
  • transferts littéraires et réception littéraire
  • les littératures traduites

2/ Les communautés de lecteurs

Pourront être explorées les pistes suivantes :

  • les cercles de lecture
  • les lieux de sociabilité et de lecture
  • les modalités de lecture (à haute voix, silencieuse…)
  • les abécédaires et manuels de lecture
  • les comités de lecture (journaux et maisons d’édition)
  • les courriers de lecteurs (presse, édition…)
  • les blogueurs
  • les fans
  • les sites de lecture

Renseignements pratiques :

Responsables :

Sylvie Ducas, maître de conférences à Paris 10-Nanterre

Horaire du séminaire de recherche :

Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance.

Lieu :

Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

Forme et date limite de remise des propositions :

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Elles seront transmises par voie électronique avant le 30 juin 2010 à l’adresse suivante : sylvie.ducas@u-paris10.fr.