La lecture de bande dessinée

Plusieurs années qu’on attendait cela : à l’occasion du Salon du livre, le Ministère de la Culture a dévoilé la synthèse des résultats de l’enquête menée par Christophe Evans et Françoise Gaudet pour le compte du Département des études et de la prospective. Jusqu’à présent, les indicateurs quantitatifs dont on disposait pour appréhender le lectorat de la bande dessinée restaient rares : les états annuels du marché (bilans de Livres Hebdo ou de l’ACBD) dessinent des indices très indirects et, surtout, les enquêtes Pratiques culturelles des Français contiennent des éléments qui permettent d’inscrire la bande dessinée au sein des autres pratiques culturelles. Ces enquêtes, socle de la sociologie culturelle française, auxquelles les enquêtes de sociologie qualitative se réfèrent constamment (pour les compléter ou en discuter les présupposés) présentent un inconvénient majeur : elles excluent les moins de 15 ans. C’est évidemment gênant pour une pratique telle que la bande dessinée, qui rencontre un grand succès parmi les enfants et les jeunes adolescents…

L’enquête, sobrement intitulée « La lecture de bandes dessinées », offre donc un éclairage complémentaire particulièrement bienvenu en incluant les adolescents de 11 ans et plus – même si l’on peut évidemment regretter l’absence de prise en compte du lectorat enfantin (mais la lecture enfantine a fait l’objet de travaux « quali » nombreux). L’échantillon sur lequel repose l’enquête est particulièrement copieux (4 580 individus de 11 ans et plus, représentatifs de la population française).

Sur le fond, peu de révélations, mais une confirmation de ce qu’on peut appréhender à travers les enquêtes Pratiques culturelles des Français : le lectorat de la bande dessinée est ainsi plus masculin que féminin, appartiennent plutôt aux milieux sociaux favorisés, etc. C’est probablement sur la question du phénomène de « décrochage » que l’on observe dans la lecture au fil du temps et des générations que l’enquête amène ses résultats les plus intéressants, mais également sur les médiateurs du livre, le rapport parents / enfants sur la lecture de bande dessinée, ou encore les pratiques de lecture (moments de lecture, relectures…). Enfin, l’enquête présente l’intérêt d’articuler la lecture papier à la lecture numérique, et pose ainsi un jalon qu’il faudra prolonger.

La synthèse, qui appelle d’autres remarques, est téléchargeable sur le site du Ministère de la Culture.