The Graphic novel

Le réseau de recherche Inter-disciplinary.net lance un appel à communication intitulé : « The graphic novel ». On ne peut plus large, celui-ci entend laisser une place à toutes les possibles approches de la bande dessinée, comme le montre l’ensemble des thèmes présentés ci-dessous, des études portant sur son histoire, sur son langage ou sur son système éditorial sont en effet les bienvenues et ce à propos d’œuvres aussi bien issues d’Europe que d’Amérique ou d’Asie. On pourra s’étonner de cette extrême ouverture, mais il convient de rappeler que ce projet est porté non par une université mais par une fondation ayant vocation à rapprocher des chercheurs issus de contrées et d’horizons différents du 23 au 25 septembre prochain au Mansfield College d’Oxford.

The Graphic novel

23-25 september 2013

Mansfield College, Oxford (UK)

“Behind this mask there is more than just flesh. Beneath this mask there is an idea… and ideas are bulletproof.”
(Alan Moore, V for Vendetta)

This inter- and multi-disciplinary conference aims to examine, explore and critically engage with issues in and around the production, creation and reading of all forms of comics and graphic novels. Taken as a form of pictographic narrative it has been with us since the first cave paintings and even in the 21st century remains a hugely popular, vibrant and culturally relevant means of communication whether expressed as sequential art, graphic literature, bandes dessinees, tebeos, fumetti, manga, manhwa, komiks, strips, historietas, quadrinhos, beeldverhalen, or just plain old comics (as noted by Paul Gravett).

Whilst the form itself became established in the 19th Century it is perhaps not until the 20th century that comic book heroes like Superman (who has been around since 1938) became, not just beloved characters, but national icons. With the globalisation of publishing brands such as Marvel and DC  it is no accident that there has been an increase in graphic novel adaptations and their associated merchandising. Movies such as  X-men, Iron man, Watchmen and the recent Thor have grossed millions of dollars across the world and many television series have been continued off-screen in the graphic form, Buffy, Firefly and Farscape to name a few.

Of course America and Europe is not the only base of this art form and the Far East and Japan have their own traditions as well as a huge influence on graphic representations across the globe. In particular Japanese manga has influenced comics in Taiwan, South Korea, Hong Kong, China, France and the United States, and have created an amazing array of reflexive appropriations and re-appropriations, in not just in comics but in anime as well.

Of equal importance in this growth and relevance of the graphic novel are the smaller and independent publishers that have produced influential works such as Maus by Art Spiegleman, Persepolis by Marjane Satrapi, Palestine by Joe Sacco,  Epileptic by David B and even Jimmy Corrigan by Chris Ware  that explore, often on a personal level, contemporary concerns such as gender, diaspora, post-colonialism, sexuality, globalisation and approaches to health, terror and identity. Further to this the techniques and styles of the graphic novel have taken further form online creating entirely web-comics and hypertexts, as in John Cei Douglas’ Lost and Found and Shelley Jackson’s Patchwork Girl, as well as forming part of larger trans-media narratives and submersive worlds, as in the True Blood franchise that invites fans to enter and participate in constructing a narrative in many varied formats and locations.

This projects invites papers that consider the place of the comic or graphic novel in both history and location and the ways that it appropriates and is appropriated by other media in the enactment of individual, social and cultural identity.

Papers, reports, work-in-progress, workshops and pre-formed panels are invited on issues related to (but not limited to) the following themes:

Just what makes a Graphic Novel so Graphic and so Novel?:
– Sources, early representations and historical contexts of the form.
– Landmarks in development, format and narratology.
– Cartoons, comics, graphic novels and artists books.
– Words, images, texture and colour and what makes a GN
– Format, layout, speech bubbles and “where the *@#% do we go from here?”

The Inner and Outer Worlds of the Graphic Novel:
– Outer and Inner spaces; Thoughts, cities, and galaxies and other representations of graphic place and space.
– Differing temporalities, Chronotopes and “time flies”: Intertextuality, editing and the nature of Graphic and/or Deleuzian time.
– Graphic Superstars and Words versus Pictures: Alan Moore v Dave Gibbons (Watchmen) Neil Gaiman v Jack Kirby (Sandman).
– Performance and performativity of, in and around graphic representations.
– Transcriptions and translations: literature into pictures, films into novels and high/low graphic arts.

Identity, Meanings and Otherness:
– GN as autobiography, witnessing, diary and narrative
– Representations of disability, illness, coping and normality
– Cultural appropriations, east to west and globalisation
– National identity, cultural icons and stereo-typical villains
– Immigration, postcolonial and stories of exile
– Representing gender, sexualities and non-normative identities.
– Politics, prejudices and polemics: banned, censored and comix that are “just plain wrong”
– Other cultures, other voices, other words

To Infinity and Beyond: The Graphic Novel in the 21st Century:
– Fanzines and Slash-mags: individual identity through appropriation.
– Creator and Created: Interactions and interpolations between authors and audience.
– Hypertext, Multiple formats and inter-active narratives.
– Cross media appropriation, GN into film, gaming and merchandisng and vice versa
– Graphic Myths and visions of the future: Sandman, Hellboy, Ghost in the Shell.
– Restarting the Canon: what are the implication of the restart in universes such as Marcel and DC and do they represent the opportunity to reopen ongoing conversations?

Presentations  will be accepted which deal with related areas and themes.

What to Send:

300 word abstracts should be submitted by Friday 22nd March 2013. If an abstract is accepted for the conference, a full draft paper should be submitted by Friday 21st June 2013. 300 word abstracts should be submitted to the Organising Chairs; abstracts may be in Word, WordPerfect, or RTF formats, following this order:

a) author(s), b) affiliation, c) email address, d) title of abstract, e) body of abstract, f) up to 10 keywords
E-mails should be entitled: GN2 Abstract Submission

Please use plain text (Times Roman 12) and abstain from using any special formatting, characters or emphasis (such as bold, italics or underline). We acknowledge receipt and answer to all paper proposals submitted. If you do not receive a reply from us in a week you should assume we did not receive your proposal; it might be lost in cyberspace! We suggest, then, to look for an alternative electronic route or resend.

Organising Chairs

Nadine Farghaly: ten.xmg@ylahgraF.enidaN
Rob Fisher: ten.yranilpicsid-retni@2ng

The conference is part of the Education Hub series of research projects, which in turn belong to the At the Interface programmes of Inter-Disciplinary.Net. It aims to bring together people from different areas and interests to share ideas and explore discussions which are innovative and challenging. All papers accepted for and presented at this conference are eligible for publication in an ISBN eBook. Selected papers may be invited to go forward for development into a themed ISBN hard copy volume or volumes.

Please note: Inter-Disciplinary.Net is a not-for-profit network and we are not in a position to be able to assist with conference travel or subsistence.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les ailleurs de Corto Maltese

Dominique Lanni et Nicolas Pien de l’université de Malte lancent un appel à communication intitulé « Les Ailleurs de Corto Maltese ». Débouchant apparemment sur un ouvrage, cette proposition entend ainsi appréhender l’une des plus célèbres bandes dessinées de la seconde moitié du XXe siècle sous un angle à la fois géographique (Sibérie, Russie ou Argentine sont ainsi mentionnés dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous) et poétique (puisqu’il est question d’ailleurs littéraires ou « mythiques »…). Et semblable travail serait certainement l’occasion de s’interroger sur la pertinence de la notion d’exotisme dans le cadre du neuvième art : si le personnage d’Hugo Pratt n’est pas le seul à voyager, loin s’en faut (pensons à Tintin, Spirou ou Astérix qui n’ont de cesse de parcourir le monde), il semble s’inscrire dans une véritable « représentation de l’étranger » se situant loin des clichés. D’Irlande (Les Celtiques), Pratt semble livrer une réflexion sur l’identité d’un peuple dominé par ses puissants voisins ; de même, La Ballade de la mer salée est l’occasion de présenter au lecteur les indigènes mélanésiens alors que la première guerre mondiale est sur le point d’éclater. « L’ailleurs » semble effectivement se nourrir de modes d’expression, de traditions littéraires, de célèbres monuments et nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette réflexion avant le 15 octobre prochain.

Les Ailleurs de Corto Maltese

Dominique Lanni – Université de Malte / C.R.L.V.

Nicolas Pien – Martinique

Dans son hors-série paru fin 2001 et consacré à Corto Maltese, la rédaction du magazine GÉO a eu l’excellente idée de retracer sur un planisphère le tracé des voyages de l’aventurier créé par Hugo Pratt. De Malte à Gibraltar en passant par Venise, de l’Irlande à l’Argentine, des Antilles à Samarkand, de la Russie au Brésil, de la Chine à la Corne de l’Afrique… le marin maltais a, seul ou en compagnie de son âme damnée Raspoutine, écumé peu ou prou toute la planète, traversant sans trop de dommages tous les conflits ayant agité le monde au cours du premier tiers du vingtième siècle, étant des trafics les plus louches, des quêtes de trésors les plus improbables… Les ailleurs de Corto Maltese, ce sont donc ces lieux réels et d’autres ponctués de rencontres avec des personnages ayant réellement existé comme d’Annunzio, Jack London, Joseph Conrad, Louise Brooks, le baron Untern-Ungern… Mais ce sont également ces mondes imaginaires –mais le sont-ils vraiment ? – qui apparaissent dans les premiers albums, comme Corto, toujours un peu plus loin, mais surtout, dans les derniers, Les Helvétiques et Mû. L’objectif de ce volume collectif est de réunir des contributions sur les ailleurs de Corto, qu’ils soient réels ou imaginaires, qu’ils se situent au niveau du texte ou des images, ou dans le rapport texte/image.

Les contributions pourront porter sur la relation nouée par Corto Maltese avec un ailleurs spécifique, consister en une comparaison entre plusieurs ailleurs, montrer l’évolution de la notion même d’ailleurs dans l’oeuvre d’Hugo Pratt. Les perspectives sont nombreuses.

Nous avons déjà reçu et retenu plusieurs propositions. A ce jour, manquent toutefois, pour que le  volume soit complet, des propositions sur les thématiques suivantes :

1. Les ailleurs mythiques (Mû, les Helvétiques…) Une étude
comparatiste serait idéale. Sinon, nous avons une excellente
proposition sur Mû, mais rien sur Les Helvétiques.

2. Les ailleurs littéraires (Lectures…)

3. Venise (Là encore, une excellente proposition retenue inclut Venise, mais la cité des Doges mériterait une étude à part…)

4. La Sibérie, la Russie…

5. L’Argentine (à mettre en relation avec les écrits de Albert Londres, avec Carlos Gardel…)

Les propositions de communication –avec titre, résumé et mots-clés– sont à adresser pour le 15 octobre 2012 à Dominique Lanni et Nicolas Pien  aux adresses suivantes : dominiquelanni@yahoo.fr. et nicolas.pien@ac-martinique.fr.

 L’ouvrage sera publié aux éditions L’Harmattan, dans la collection « Audiovisuel et communication » dirigée par Erika Thomas et Bernard Leconte.

Responsable : Dominique Lanni et Nicolas Pien

Adresse : University of Malta – Dept. of French – Fac of Arts. 2080 Msida – Malta

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités intègre le Directory of Open Access Journals

Cette troisième année d’existence des Carnets de la bande dessinée s’achève en fanfare puisque la revue Comicalités vient d’être officiellement intégrée au Directory of Open Access Journal (DOAJ). Sélectionnant des revues selon des critères rigoureusement scientifiques (administration de la revue par différents comités, production de travaux de recherche et non de vulgarisation), ce portail a vocation à mettre en valeur des revues adoptant un certain mode de diffusion de l’information : l’ « open access », c’est-à-dire la libre consultation des résultats de la recherche et sa mise à disposition auprès du nombre de chercheurs le plus étendu possible.

Tel est le cas de notre revue, et plus largement la position de la plateforme Openedition qui nous héberge : rejoignant des publications comme COnTEXTES, Études photographiques ou Semen (diffusée par revues.org), Comicalités intègre ainsi la catégorie « Langages and litteratures » et se découvre un nouveau voisinage puisqu’elle cohabite avec la revue canadienne Belphegor, l’Américaine ImageText ou encore la Flamande Image and narrative. Toutes sont en effet accessible via le moteur de recherche développé par le DOAJ et cette intégration nous semble donc constituer une forme de reconnaissance, tant pour notre travail que pour la bande dessinée : Comicalités appartient désormais pleinement à l’espace scientifique européen et mondial.

Cette bonne nouvelle intervient alors que notre revue vient tout juste de fêter son premier anniversaire et présente un bilan qui nous semble franchement positif : en un an, nous avons publié 14 articles (soit l’équivalent de deux numéros de revue), lancé 3 appels à communication (dont les fruits seront mis en ligne dans les mois qui viennent) et surtout fédéré un grand nombre de chercheurs. Chargés de déterminer l’orientation scientifique de la revue et de certifier la qualité de ses publications, les différents comités de Comicalités regroupent en effet 33 chercheurs ; et leur composition témoigne d’un bon accueil du monde de la recherche puisqu’on y trouve pas moins que 12 professeurs des universités et 11 maîtres de conférences.

Avec plus de 3700 lecteurs mensuels, notre revue semble également avoir trouvé son public et talonne presque Les Carnets de la bande dessinée (environs 5700 lecteurs mensuels) dont le bilan nous semble également positif. En effet, leur audience augmente, malgré un rythme en légère baisse (puisque 65 billets furent publiés sur une période de 46 semaines : avis aux rédacteurs potentiels, vous êtes les bienvenus !). Ceux-ci semblent surtout servir un partage de l’effort de recherche comparable à celui que j’appelais de mes vœux les 12 septembre dernier en ouverture de notre seconde saison : responsables de la thématique « Raconter à l’heure du numérique », Julien Falgas et Anthony Rageul ont en effet publié plusieurs billets pour expliciter le champ scientifique qui leur fut confié et stimuler l’imagination des auteurs. Se refermant pour l’été au moment où se clôt l’appel à communication qu’ils ont signé, les Carnets leur adressent donc de sincères félicitations et leur donne rendez-vous, ainsi qu’à l’ensemble de leurs lecteurs, en septembre prochain.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

International French-Language Comics Conference

Un appel à communication assez ouvert, puisqu’il propose de s’intéresser aux nouvelles perspectives de la recherche concernant la bande dessinée française : dans le cadre du colloque international qui se tiendra à Miami en novembre 2012, les propositions sont attendues… Attention cependant aux confusions : il s’agit de Miami… dans l’Ohio ! A noter, les deux « keynote speakers », Clément Baloup et Thierry Smolderen.

Plus de détails dans l’appel à communications ci-dessous :

Call for Papers
International French-Language Comics Conference
Miami University (Oxford, Ohio, U.S.A.)
2–3 November 2012

Papers
Critical and theoretical presentations in all areas of French-language comics are invited. The conference will help consolidate recent gains in English-language scholarship on French-language comics and will showcase new avenues of research. Publication of revised versions of a selection of the conference papers is planned in the peer-reviewed journal European Comic Art
(http://journals.berghahnbooks.com/eca/).

Proposals
Please send the following material in a Word document (doc or docx) to Mark McKinney (mckinnm@muohio.edu) by 25 July 2012: a 150-word abstract and a 100-word bio-bibliography. All presentations will be in English.

Keynote speakers
Clément Baloup, a cartoonist of Vietnamese and French heritage, has published several graphic narratives devoted to Vietnamese and other groups in France and elsewhere from the colonial period to the present. These include two historical fictions, both with Mathieu Jiro: Le chemin de Tuan [Tuan’s Way] (Seuil, 2005) and Le choix de Hai [Hai’s Choice] (Seuil, 2007).
He has authored two biographical works, Quitter Saigon: Mémoires de Viet Kieu [Leaving Saigon: Memories of Viet Kieu] (La Boîte à Bulles, 2006, 2010) and Little Saigon: Mémoires de Viet Kieu (La Boîte à Bulles, 2012), which respectively tell the stories of Vietnamese emigrants to France and the United States. Baloup has also published Un automne à Hànôi [An Autumn in Hanoi] (La Boîte à Bulles, 2004), about his time at the fine arts school of Hanoi. He earned degrees in art at the École Européenne Supérieure de l’Image in Angoulême, France, and at the École des Beaux-Arts de Hanoï, in Vietnam.

Thierry Smolderen is professor at the Ecole Européenne Supérieure de l’Image in Angoulême, where he has been teaching since 1994, and where he coordinates a Masters degree program in comics, together with the University of Poitiers. Among his many publications are Hergé, portrait biographique [Hergé, A Biographical Portrait] (with Pierre Sterckx; Casterman, 1988), and the recent Naissances de la bande dessinée, de William Hogarth à Winsor McCay [The Birth of Comics: From William Hogarth to Winsor McCay] (Les Impressions nouvelles, 2009), which explores the beginnings of the art form from the eighteenth through the early twentieth centuries, and is forthcoming in English translation with the University Press of Mississippi.
He was a frequent contributor to Les Cahiers de la bande dessinée and Neuvième art. Professor Smolderen has curated numerous comics exhibitions in France and Belgium. He is also an accomplished script-writer of comics.

Registration
Presenters who do not have an up-to-date subscription to European Comic Art will be asked to subscribe with Berghahn. There will also be a reasonable registration fee to pay for conference meals. Information about these fees and about lodging options will be forthcoming.

Sponsors
Sponsors at Miami University include the L.P. Irvin Fund of the Department of French and Italian, the Miami University Special Events Fund, the Humanities Center, the International Visiting Scholar Exchange Fund (from the Office of International Education), Honors and Scholars Program, the International Studies Program, the Department of GREAL, and the Center for
American and World Cultures.

Mangaphilie, mangafolie : 6e université d’été de la bande dessinée

 

La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’image vient de publier le programme de la prochaine université d’été de la bande dessinée : « Mangaphilie, mangafolie ? » Du 2 au 4 juillet, il sera donc question d’un genre qui fut un vecteur considérable de renouvellement, voire de bouleversement, de la bande dessinée. La chose est sensible à plusieurs niveaux, tant graphiques que narratifs ou encore médiatiques (le manga ouvrant clairement la voie à un véritable « système des objets » culturels pour reprendre le titre d’un ouvrage de Jean Baudrillard). Le programme que nous reproduisons ci-dessous traite de l’ensemble de ces aspects et l’événement s’annonce ainsi comme l’une des premières tentatives pour penser ce phénomène de façon véritablement exhaustive. Les inscriptions sont ouvertes et nous invitons tous nos lecteurs à prendre connaissance de leurs modalités en se rendant ici.

6ème université d’été de la bande dessinée : mangaphilie, mangafolie ?

du 2 au 4 juillet 2012 (Angoulême)

Après plus de vingt ans de présence du manga en France, l’Université d’été de la bande dessinée, organisée par la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et le Pôle Image Magelis, fait le bilan du phénomène qui a modifié le paysage de l’édition de la bande dessinée et établi un nouveau modèle économique, voire engendré une nouvelle culture.

Alors phénomène de société ou mode ? Comment expliquer le succès fulgurant des mangas chez les jeunes ? Quid de la « japanisation » de la bande dessinée ?
Pour répondre à ces interrogations les différents spécialistes réunis pour ce rendez-vous désormais incontournables évalueront les conséquences de l’arrivée du manga en occident, analyseront sa situation économique après deux décennies de succès et regarderont la situation de la bande dessinée japonaise aujourd’hui, en France, au Japon et dans le reste du monde, et les développements à venir.
Les conférences permettront de mieux cerner la notion de « culture manga » – à travers des études inédites sur le lectorat des mangas par exemple – et les débats porteront sur le statut des mangakas, le manga à la française ou encore la place du manga au sein de l’édition numérique…

Benoît Berthou sera le grand témoin des débats.
Frédéric Bézian sera le témoin graphique.

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

p r o g r a m m e

lundi 2 juillet 2012 de 14h à 18h
le phénomène manga

l’arrivée du manga en Occident, les conséquences
Retour sur l’histoire de la diffusion des mangas dans le monde. Impacts sur les territoires ayant une forte tradition bande dessinée : la France et les États-Unis. Conséquences pour l’édition, en librairie, en bibliothèque.
en Europe par Jean-Pierre Mercier
en Amérique du Nord par Paul Gravett

la situation économique en Occident 
L’étranger représente la part croissante des ventes de mangas. Les demandes des éditeurs en Occident n’ont cessé d’augmenter ces dix dernières années, au point que dans certains pays « consommateurs » elles ont pratiquement supplanté les productions nationales. Et en France ? La machine à succès a-t-elle encore de belles années devant-elle ? Le marché n’est-il pas en train de se tasser, quid des autres productions asiatiques ?
par Xavier Guilbert

l’économie du manga aujourd’hui au Japon Même s’il accuse un tassement significatif ces dernières années, le manga représente tout de même 40% du marché de l’édition japonaise pour un chiffre d’affaires qui dépasse les 4 milliards d’euros par an. Examen de ce marché et de la situation aujourd’hui.
par Kensuké Noda

table ronde : les implications économiques et politiques du système de publication japonais et de la diffusion des mangas dans le reste du monde

mardi 3 juillet 2012 de 9h à 18h
manga et culture

le manga d’auteur
Un des pionniers de l’édition du manga en France, Tonkam, devenu depuis une des collections des éditions Delcourt, a très vite défriché le terrain de la bande dessinée d’auteur (Taiyō Matsumoto, par exemple) avec Amer béton, Frères du Japon. Ouvrant la voie à d’autres : Vertige Graphic (Gen d’Hiroshima de Keiji Nakasawa, Coup d’éclat de Yoshihiro Tatsumi), ego comme X (Yoshiharu Tsuge, Kazuichi Hanawa), Cornélius (Shigeru Mizuki), Imho (Tori Miki, Nekojiru, Junko Mizuno, Shigeru Sugiura), le Lézard noir (Suehiro Maruo, Akino Kondoh, Ax, Takashi Fukutani). Ces dernières années la bande dessinée d’auteur n’est plus seulement l’apanage des indépendants. Casterman avec ses collections « Écritures » et « Sakka », outre Jirô Taniguchi, publie Yôji Fukuyama, Kiriko Nananan, Hideji Oda, Kan Takahama… Pika (Hachette) a fait découvrir l’œuvre de Moyoko Anno. Kana (Dargaud) a introduit le travail de Naito Yamada ou de Kamimura.
par Pierre Laurent Daurès

figures du mangaka dans les manga une approche de la condition d’auteur de bande dessinée au Japon à travers ses représentations dans les fictions et les autobiographies.
par Nobuhiko Saito

table ronde : la bande dessinée japonaise d’auteur dans l’édition française.

la culture manga ?

Difficile d’imaginer désormais un festival de la bande dessinée, du dessin animé, du jeu vidéo, un tant soit peu important, sans son versant manga, fût-il symbolique : bandes dessinées, produit dérivés (goodies), musiques, jeux vidéo, travestissements (cosplay), formant un ensemble solidaire auquel s’identifient des communautés aux comportements fortement ritualisés. Se reconnaissant donc dans ce que certains désignent comme la « culture manga ». Mais peut-on véritablement parler de culture ?

les lecteurs de mangas : qui lit des mangas, quels mangas ?
Présentation des résultats de la vaste étude sur les lecteurs de bandes dessinées réalisée par le Département des études et de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et la Bibliothèque publique d’information. Destinée à compléter les premières données issues de l’enquête sur les Pratiques culturelles de 2008, cette enquête nationale apporte des éléments inédits en termes de taux de pénétration de la lecture de bandes dessinées et de profil sociodémographique des lecteurs. Cette présentation situera plus particulièrement la lecture des mangas dans le champ de la lecture des bandes dessinées.
par Christophe Evans

les mangados, lire des mangas à l’adolescence
Titre de l’ouvrage de Christine Détrez et Olivier Vanhée, fruit d’une enquête sur les pratiques de lecture adolescentes. Comprendre ce qui pousse un adolescent ou une adolescente à lire des mangas aujourd’hui oblige à procéder en deux temps. Tout d’abord, le manga « s’encastre » parfaitement dans la « culture jeune » : il s’insère dans toute une constellation d’intérêts, dont la musique, la sociabilité, le numérique, les pratiques amateurs. Mais le manga est aussi le support d’appropriations savantes ou concrètes (apprendre à dessiner, s’habiller, etc.), éthiques et identificatoires.
par Christine Détrez

table ronde : la culture manga, la segmentation du lectorat, les festivals, les cosplays…

mercredi 4 juillet 2012 de 9h à 13h
extensions

l’édition numérique au japon
Selon certains observateurs : l’édition du manga au Japon doit sa sortie de crise au numérique qui lui a ouvert de nouveaux débouchés économiques. Quelle place occupe occupe le manga numérique aujourd’hui. Quelle est son influence sur l’édition papier traditionnelle ?

manga numérique, quelle offre chez les éditeurs français ?
Étonnamment, l’édition française de manga semble accuser un certain retard en la matière. Quelles en sont les raisons ?
par Mario Geles

le scantrad
Entre démarche fanique et piratage industriel, le phénomène a pris une ampleur telle que les auteurs et les éditeurs, hier complaisants, se mobilisent pour limiter voire s’opposer au phénomène. Mais de nouvelles relations ne sont-elles pas en train de se développer entre éditeurs et « teams » de « scantrad » ?
par Aurélien Pigeat

vers une bande dessinée globale
Bandes dessinées « hybrides », global manga, manfra… : doit-on voir dans ces productions l’émergence de ce qui pourrait s’apparenter à une « bande dessinée globale » ? Quelle est la place aujourd’hui occupée par ces mangas « locaux » ?
par Benoit Berthou

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne,
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’humour anglais

La revue Humoresques lance un appel à communication intitulé : « L’humour anglais ». Conçue par Corinne François-Denève, cette proposition invite des chercheurs à apporter un nouvel éclairage sur un phénomène terriblement complexe à définir comme en attestent les lignes ci-dessous. Mais force est de constater que la bande dessinée peut apporter son concours à cette tentative, notamment à travers deux séries au charme résolument britannique : St. Trinian’s de Ronald Searle (qui met en scène un pensionnat de jeunes filles particulièrement malignes) et Eagle-Eye Junior Spy de Leo Baxendale qui fut publié en France dans Le Journal de Mickey sous le titre d’Archibald Razmott. Mini-barbouze de choc. Nous avouons que nous sommes loin de posséder en la matière une culture encyclopédique et invitons nos lecteurs à nous communiquer d’autres références avant le 30 avril prochain, date-limite de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous.

 

L’humour anglais 

Tous les dictionnaires l’attestent : l’ « humour » est arrivé en France par le biais de l‘anglais. Et tous les manuels le répètent : s’il est un peuple qui a de l’humour, c’est bien le peuple anglais. L’humour est donc anglais.

Une fois ces évidences posées, il semble toutefois bien difficile de définir « l’humour anglais » — à moins qu’il ne soit d’ailleurs « britannique ». Certains s’y sont bien sûr essayés, évoquant d’abord une particularité anatomique, l’humour britannique ayant trait à la bile noire et à la mélancolie. Lorsque l’humour a cessé de relever de l’humeur, et lorsque l’on a cessé de croire à la théorie des tempéraments, on s’est parfois tourné vers des explications climatiques : l’humour anglais est « sombre » comme les cieux d’Albion. Plus récemment, Salman Rushdie, dans Imaginary Homelands, affirme que l’humour anglais relève de l’imaginaire, de la fiction, du « what if ». Toutes ces idées se résument en une seule : l’humour anglais serait un mécanisme de défense — contre sa nature propre, l’humaine condition, les caprices du temps ou les aléas de l’histoire. D’autres théoriciens ont choisi une approche chronologique et/ou générique, distinguant entre diverses formes d’humour anglais, telles que le « wit », le « nonsense », la satire. Enfin, on peut aussi analyser les procédés de l’humour anglais, en soulignant notamment le jeu avec les « codes », ce savant mélange entre désir de ne pas se faire remarquer et amour de l’excentricité. Pour pouvoir apporter un nouvel éclairage sur « l’humour anglais », nous proposons de partir d’un certain nombre de questions :

Des questions classiques :

– L’humour anglais est-il lié à la langue anglaise ? Pierre Daninos, humoriste français, peut-il imiter l’humour britannique ? L’humour anglais peut-il traverser la Manche ? Est-il traduisible ? Est-il compréhensible pour les non-autochtones?

– Quelle forme de «l’ humour anglais » serait « exportable »? Benny Hill, Mr Bean, Peter Sellers, les Monty Python, tous comiques fondés sur le corps, mais pas le Goon Show, fondé sur la langue ?

– En quoi l’humour anglais est-il différent de l’humour américain, ou irlandais, ou écossais ?

Humour anglais et mondialisation :

– En ces temps de mondialisation, l’humour britannique a-t-il pu préserver sa particularité ? (voir les déclinaisons anglo-saxonnes de séries comiques, comme The Office, serait à ce titre intéressant).

Humour anglais et communautarisme:

– Il semble paradoxal, voire non-politiquement correct, de parler encore d’humour anglais « national ». L’humour anglais existe-t-il encore, ou a-t-il été « assimilé » dans le melting-pot ? Comment est-il assumé, ou refusé, par les diverses « communautés » de Grande Bretagne. ? Bend it like Beckham, réalisé par Gurinder Chadra, est-il le nouvel humour anglais ? Ou Gurinder Chadra un parfait exemple d’ « assimilée » ?

Humour anglais et postcolonie

– Qu’en est-il, de même, de l’humour dans les anciennes colonies britanniques ? L’humour britannique a-t-il laissé des traces visibles en Inde ?

Les propositions d’articles, accompagnées d’un titre, d’un résumé et d’une brève présentation de l’auteur, sont à adresser à : corinne.francois-deneve@uvsq.fr, avant le 30 avril 2012.

Responsable : Corinne François-Denève

Url de référence :
http://www.humoresques.fr/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Mélancolie et poétiques de l’exil

Stéphane Sawas, directeur du Centre d’Étude et de Recherche sur le Littératures et les Oralités du monde (INALCO), nous fait parvenir un bel appel à communication pour un colloque qu’organisent Piot Bilos et Anne Castaing. Fort bien rédigée et intitulée « Mélancolie et poétiques de l’exil », cette proposition nous invite à penser exil, mélancolie et autres formes de ce que nous pourrions appeler un « désir de territoire » au regard d’une hypothèse : « on peut se demander si ce n’est pas l’homme moderne qui, en raison de la perte de coordonnées ontologiques stables, ne se trouve pas exposé au risque (parfois conjoint) de la mélancolie et de l’exil, des multiples formes d’exil… » L’exil est ainsi présenté comme une condition humaine (et non uniquement comme la condition de certains hommes), et force est de constater que sur ce plan nombre de bandes dessinées pourraient effectivement être évoquées. Nous pourrions citer l’étonnant Là où vont nos pères de Shaun Tan (où l’exil est décrit à travers une bande dessinée muette), Une métamorphose iranienne de Mana Neyestani (explicitant les conditions de l’exil iranien de l’auteur) ou encore le récent Portugal de Cyril Pedrosa (dans lequel se mêlent mélancolie et méconnaissance d’un pays originel mais inconnu). Nous invitons nos lecteurs à compléter cette liste avant le 15 juin prochain.

 

Mélancolie et poétiques de l’exil

Journée d’étude coordonnée par Piotr Biłos et Anne Castaing

 

Centre d’Étude et de Recherche sur les Littératures et les Oralités du Monde (CERLOM)

INALCO, Paris

 

Cette journée d’étude se propose de réunir les contributions de jeunes chercheurs sur les manifestations de l’exil et de la mélancolie dans la littérature et dans les arts d’Orient et d’Occident. Elle a pour ambition d’interroger les modalités de la transfiguration artistique et littéraire de la perte, réelle ou symbolique, et de mettre en lumière la variété de ses écritures.

L’exil, écrit Edward Said, constitue l’un des grands motifs de la modernité, cet « âge de l’anxiété et de l’aliénation ». Le xxe siècle, caractérisé par une « situation de conflit moderne, par une tendance impérialiste et les ambitions quasi théologiques de dirigeants totalitaires, est l’époque des réfugiés, des déplacements de population, de l’immigration massive », qui l’inscrivent dans une relation complexe et douloureuse à l’espace perdu. Drame inséparable de violences politiques et de crises économiques, l’exil s’articule autour de la perte, la rupture, la séparation et la souffrance et révèle ainsi une affinité avec les paysages mentaux de la mélancolie. Plus généralement, on peut se demander si ce n’est pas l’homme moderne qui, en raison de la perte de coordonnées ontologiques stables, ne se trouve pas exposé au risque (parfois conjoint) de la mélancolie et de l’exil, des multiples formes d’exil…(récemment Lázló Földényi) ?

La mélancolie comme symptôme de l’exil physique et incarnation d’un exil aussi bien artistique que philosophique situe en effet la perte au cœur de sa problématique : condamné au deuil impossible d’une séparation originelle, le mélancolique rejoue incessamment le drame de la séparation et du retour illusoire, par l’anamnèse et par la métaphore. La création joue là un rôle fondamental : si elle permet un réinvestissement de la perte dans le langage (Kristeva), elle autorise la « formulation » d’un espace imaginaire, symbolique et utopique qui compense ou sublime le manque ; elle permet d’investir la racine autrement. La patrie de l’artiste (du créateur de l’exil) représente tout autant un thème qu’un instrument ; elle est à la fois perdue et recherchée, située en amont, mais aussi réiventée, par une poétique de la rupture (Mahmoud Darwich), de l’errance et de l’indicible (Samuel Beckett, Imre Kertész), du divers et de la pluralité (Edouard Glissant, Elias Canetti) ; elle autorise « une quête effrénée de la réalité » (Czesław Miłosz) qui aboutit à une reformulation des cadres généraux de la perception du monde et de l’expérience individuelle (Witold Gombrowicz chez qui la patrie originelle se trouve supplantée par la « filistrie »). Indissociable de la perte de la patrie originelle, l’exil permet de fonder un espace de la quête : Ulysse, figure mythique de l’exilé, parvient à retourner chez lui, entre-temps il aura bel et bien gagné quelque chose, son périple lui aura permis à la fois de se bâtir soi-même et de refonder sa patrie perdue. De même, écrit Shmuel Trigano, « l’exil d’Abraham ouvre sur une liberté que rend possible la promesse d’une autre terre, d’une Terre autre, d’une nombreuse descendance de chair et de sang, dont la finalité ne se résumera pas à sa propre existence mais au souvenir d’une Parole, celle, vivante, entendue dans la voix du « Va-t’en ! » ». Les lexiques, les métaphores, les références, le métadiscours témoignent donc de cette « prise de liberté » qu’évoque Trigano, de cette « promesse » faite à l’exilé. La « bile noire » de la mélancolie (melankholia) devient dès lors « écume » (Aristote), productive, créative, douée de génie.

Cette journée d’étude a pour but de faire apparaître la variété des écritures de l’exil et de la mélancolie. Les intervenants sont invités à réfléchir sur la part de drame qui, inéluctablement semble-t-il, se rattache à ces deux expériences existentielles lourdes, mais aussi à scruter les voies par lesquelles, paradoxalement, il leur arrive de mener vers la vérité et la profondeur artistiques.

Bibliographie

Marek Bieńczyk, La mélancolie, à propos de ceux qui jamais ne retrouveront leur perte. Varsovie : Sic, 1998, 2011.

Jean Borreil, La Raison nomade. Paris : Payot, 1993.

Lázló Földenyi, Mélancolie. Essai sur l’âme occidentale. Arles : Actes Sud, 2011.

Edouard Glissant, Poétique de la relation. Paris : Gallimard, 1990.

Imre Kertész, L’Holocauste comme culture. Discours et essais. Arles : Actes Sud, 2009.

Julia Kristeva, Soleil noir. Paris : Gallimard, 1987.

Jacques Mounier (éd.), Exil et littérature. Grenoble : ELLUG, 1986.

Salman Rushdie, Patries Imaginaires : Essais et critiques 1981-1991. Paris : Christian Bourgois, 1993.

Edward W. Said, Réflexions sur l’exil et autres essais. Arles : Actes Sud, 2008.

Jean Starobinski, La Mélancolie au miroir : trois lectures de Charles Baudelaire. Paris : Julliard, 1990.

Shmuel Trigano, Le Temps de l’exil. Paris : Rivages, 2005.

Modalités de participation

Cette journée d’étude qui s’adresse en priorité aux chercheurs ayant récemment soutenu leur thèse de doctorat aura lieu en novembre 2012 à l’INALCO dans le cadre des activités du CERLOM (Centre d’Étude et de Recherche sur les Littératures et les Oralités du Monde). Les chercheurs intéressés sont invités à envoyer avant le 15 juin 2012 leur proposition de communication (résumé d’environ 250 mots accompagné d’une biographie de quelques lignes) à Piotr Biłos (piotr_bilos@hotmail.fr) et Anne Castaing (annecastaing@yahoo.fr). La publication des actes de cette journée est envisagée.

Comités

Comité d’organisation : Piotr Biłos (INALCO) et Anne Castaing (INALCO).

Comité scientifique : Margarita Alfaro Amieiro (Université autonome de Madrid), Corinne Alexandre Garner (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense), Alexandre Prstojevic (INALCO) et Stéphane Sawas (INALCO)

Mots-clés

  • Exil, mélancolie, écriture, perte, langage, littérature, art, poétique

Lieu

  • INALCO (Paris, 75013)

Date limite

  • vendredi 15 juin 2012

Contact

  • Piotr Biłos
    courriel : piotr_bilos@hotmail.fr
  • Anne Castaing
    courriel : annecastaing@yahoo.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Du livre à l’audiovisuel : le cas de la bande dessinée

Le Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication (LABSIC) de l’université Paris 13 lance un appel à projet pour un contrat doctoral fléché (et dons indemnisé) intitulé « Du livre à l’audiovisuel : les cas de la bande dessinée ». La date limite de candidature est fixée au 30 mai prochain et nous reproduisons ci-dessous la présentation de cette proposition.

Appel à projets pour contrat doctoral fléché

Le LabSIC, Université Paris 13-Nord, laboratoire de l’Ecole Doctorale Erasme, propose un contrat doctoral fléché sur la thématique suivante :

Du livre à l’audiovisuel : le cas de la bande dessinée

1.Présentation de la thématique

Cette thématique s’inscrit dans l’étude de convergences médiatiques sensibles dans le champ des industries culturelles en général et dans le champ éditorial en particulier, par exemple, à travers le développement de l’activité de licensing (à l’instar de Médiatoon au sein du groupe Média Participation), ou à travers des activités de distribution numérique permettant un « portage » sur de nouveaux supports de lecture (comme Ave Comics adaptant des bandes dessinées pour lecture sur smartphone ou « tablettes ») ou encore à travers l’intégration d’activités visant à conforter une stratégie industrielle (tel le rachat de Marvel par Disney en 2009).

Il s’agira d’appréhender ces phénomènes, instruments du devenir d’un mode d’expression, la bande dessinée, qui permet de mettre en évidence ses aspects les plus originaux. La recherche devra non seulement appréhender les convergences médiatiques au regard de la construction d’une fiction (comme le propose par exemple Les Fictions hypermédiatiques de Renée Bourassa ou un numéro de la revue Strenae consacré aux « formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse »), mobilisant découpage en « cases » et instauration d’un rythme par le moyen du dessin.

Le ou la doctorante sera invité(e) à situer ses travaux à ce niveau pour interroger le devenir d’un dispositif graphique et se saisir de sujets tels que :

–          la transformation esthétique de produits culturels pour des impératifs techniques et économiques,

–          la modification d’un schéma narratif et des conditions de réception de bandes dessinées numériques adoptant un mode de défilement automatique d’images fixes,

–          la rencontre entre univers graphiques et dispositifs ludiques dans de nombreux jeux vidéo,

–          les  adaptations aux différents marchés nationaux dans lesquels ces œuvres (qui ont vocation internationale) sont diffusées

Ces axes de réflexion s’inscrivent au cœur des recherches portant sur les industries culturelles et ont par exemple donné lieu à des travaux internationalement reconnus (tels le Convergence culture d’Henry Jenkins ou encore A theory of adaptation de Linda Hutcheon) entendant interroger le devenir d’œuvres prises en charge par plusieurs dispositifs médiatiques. En raison de leur objet même, ils peuvent conduire à adopter une approche pluridisciplinaire.

Ces axes de recherches sont également cruciaux vis-à-vis LABEX Industries Culturelles et création artistique : numérique et Internet dont le LabSIC est porteur.

Mots clés : bande dessinée, graphisme, cinéma d’animation, jeu vidéo, récit, numérique, série télévisée, convergence, crossmedia, intermédialité, industrie culturelle

2.Domaines scientifiques

Ce thème de recherche se propose d’articuler une approche esthétique et communicationnelle afin de mieux cerner un processus immanent aux industries culturelles et médiatiques. Il suppose donc une solide connaissance de l’histoire de la bande dessinée et de l’art graphique, une compréhension de son processus de création et de ses modes de production sur différents supports ainsi qu’une familiarité avec son devenir au sein de divers environnements médiatiques.

3. Conditions requises :

–          Etre titulaire d’un Master 2 (ou d’un diplôme français ou étranger équivalent) faisant une place importante à l’étude des productions graphiques et des structures narratives propres à la bande dessinée.

–          Avoir obtenu ce diplôme en dehors de l’université Paris 13

–          Ne jamais avoir été inscrit en doctorat dans aucune université

Documents à fournir :

–          Une fiche de renseignements (disponible à l’adresse : http://www.univ-paris13.fr/ecole-doctorale-erasme/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=27&Itemid=52)

–          Un C.V . développé

–          Un projet de thèse (10 pages maximum)

–          Le dossier d’inscription en thèse signé par le(s) directeur(s) de thèse et le directeur du laboratoire, accompagné des documents demandés

Calendrier :

Les dossiers de candidature doivent parvenir avant le 30 mai 2012 à l’adresse suivante :

LabSIC /UFR Communication

Monsieur le Directeur

Université Paris 13

99, avenue Jean-Baptiste Clément

93430 Villetaneuse

Pour les candidats présélectionnés, les auditions auront lieu le 10 ou le 11 juillet 2012.

LabSIC : http://www.univ-paris13.fr/labsic/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Nationalisme et bande dessinée

Au sein de l’un des articles que nous avons publié sur Comicalités, le regretté Thierry Crépin (à qui la Cité de la Bande Dessinée et de l’Image rend un hommage sur son site) posait clairement la question de la place du nationalisme en bande dessinée. Ce texte s’intéresse à l’action du Syndicat de Dessinateur de Journaux (devenu le Syndicat de Dessinateur de Journaux pour Enfants après la Seconde Guerre Mondiale) dont l’action s’inscrit clairement dans une optique nationaliste : « Soucieux de garantir le plein emploi et des salaires convenables à ses confrères, il cherche tout d’abord à les protéger de la concurrence étrangère accusée de presque tous les maux de la profession » (§8).

Comme le montre Thierry Crépin, ce combat n’est pas d’ordre idéologique : « aucune considération d’opinion politique » (§6) ne vient animer le SDJE, et son initiateur, Auguste Liquois, poursuit un sinueux périple politique passant de la collaboration au communisme. Il s’agit plutôt d’affirmer « une identité professionnelle forte » (§5) et d’améliorer des conditions de travail : « Liquois pense posséder une occasion unique d’offrir à la profession une sécurité et des avantages sociaux dont elle n’a jamais joui, dans un climat de reconstruction du pays favorable à ce genre d’initiative » (§7). Si nationalisme il y a, celui-ci doit donc être interprété à l’aune d’un corporatisme : il s’agit de faire reconnaître et de défendre une profession à travers la création d’un prix littéraire (« Le grand prix de l’image française ») et d’un label (une cocotte en papier renfermant la mention « dessin français », voir §8).

Cette analyse pose de nombreuses questions qu’il serait intéressant d’étudier à travers d’autres articles portant par exemple sur l’étude des institutions présidant à la destinée de l’art graphique et de la bande dessinée européenne. On peut en effet se demander si le « nationalisme » que défend Auguste Liquois n’est pas encore d’actualité. Comme le fait remarquer  Xavier Guilbert, dans un autre article publié sur Comicalités (« La légitimation en devenir de la bande dessinée »), Moebius avait en 2006 évoqué les mangas sur le mode de la « survie culturelle » : dans le journal Le Soir, l’auteur de L’Incal appelait les pouvoir publics à « allumer des contre-feux » et à étudier des « mécanismes de protection, une sorte d’exception culturelle en faveur de la BD » (§33), prolongeant ainsi les propos d’un article de Pascal Lardellier dans Le Monde diplomatique en 1996 (§34).

Il serait ainsi intéressant d’explorer plus avant les tenants et aboutissants de cette position afin de se demander les différentes formes que prend semblable « nationalisme » au sein de l’histoire de la bande dessinée. Il serait également possible de le considérer au regard de la chaîne du livre en son entier car il n’est en effet pas évident qu’il soit également partagé par tous les métiers. Ainsi que le montre Jean-Yves Mollier[1], la publication de littérature étrangère fut le vecteur d’un renouvellement certain et des éditeurs naissant purent développer un catalogue en s’inscrivant dans des territoires créatifs délaissés par des maisons plus grandes. Le cas du manga est à cet égard similaire : Pika, Asuka ou Tonkam, nés comme des maisons indépendantes avant d’être rachetés par des acteurs du secteur plus argentés, ont également capitalisé sur l’arrivée d’un nouveau genre de bande dessinée. Nul doute que ce qui est présenté par certains acteurs comme un danger puisse également être vu comme une opportunité par d’autres opérateurs du secteur…


[1] Par exemple dans MOLLIER, Jean-Yves. « Actes Sud et la revanche des régions ». In MOLLIER, Jean-Yves (dir.). Où va e livre ? Paris : La Dispute, collection « État des lieux », 2002, p. 141-154 (et en particulier la p. 149).

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Religion and the politics of humor

Craig Martin du St. Thomas Aquinas College (Sparkill, USA) lance, pour le Bulletin for the study of religion, un appel à communication intitulé : « Religion and the politic of humor ». Proposant d’étudier des œuvres de bande dessinée, celui-ci nous invite à envisager leur dimension parodique (pensons par exemple, pour donner un exemple français, au Grand pouvoir du Chninkel ou encore, côté américain, à la série Battle Pope qui met en scène un pape spécialiste des arts martiaux), mais également au rapport de chaque religion à l’humour (sur ce plan, l’analyse d’une œuvre comme Le chat du rabbin nous semble s’imposer). Nos lecteurs auront tout le temps de compléter cette liste puisque la date limite est fixée au 1er juillet prochain, mais Les Carnets de la bande dessinée profitent de cet appel aux Saints pour vous souhaiter un joyeux Noël et vous donner rendez-vous début 2012.

CALL FOR PAPERS on the topic “Religion and the Politics of Humor”

The Bulletin for the Study of Religion is accepting submissions for a special issue on humor and religion. Articles engaging any aspect of the theme are welcome, especially the politics of parody, but including in general studies of religious parodies, the presence of humor on the Internet (e.g., video clips, web comics, etc), and cultural analyses of the use of humor in various religious traditions (including comparative analysis but also specific area studies). Articles engaging theoretical and methodological issues in the study of humor and religion are especially desired. Queries should be sent to the editors, Craig Martin (cmartin.rel@gmail.com) and Philip Tite (philip.tite@mail.mcgill.ca). Online submissions and guidelines: http://www.equinoxpub.com/bulletin/ Deadline for submissions: July 1, 2012.

Craig Martin
St. Thomas Aquinas College
Sparkill, NY 10976
USA
Email: philip.tite@mail.mcgill.ca
Visit the website at http://www.equinoxpub.com/bulletin/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts