La numérisation des archives de la bande dessinée – 3 : l’imagerie Pellerin

Après avoir évoqué dans deux précédents billets (voir ici et ) les archives numérisées mises en ligne par la Cité de la bande dessinée, c’est au tour de Gallica de mettre en oeuvre une numérisation de la bande dessinée, à travers le fonds de l’imagerie Pellerin. Très populaire au XIXe siècle, cette imagerie a constitué un des supports de la bande dessinée naissante, avant d’être progressivement concurrencée par la presse illustrée pour enfants. L’usine et les machines ont été classées à l’inventaire des monuments historiques en 1986.

Voici le communiqué de Gallica, via sa newsletter :

La maison Pellerin, fondée à Épinal en 1796, a publié des milliers d’images en séries. Imprimées en xylographie, puis en lithographie à partir des années 1820, elles étaient mises en couleurs au pochoir. Plusieurs centaines de ces planches sont aujourd’hui accessibles dans Gallica : les sujets religieux, les figures historiques, les rébus ou les constructions à découper permettent de tracer une autre histoire – en couleurs – du 19e siècle…

Si l’histoire de la bande dessinée de presse est relativement bien balisée, la bande dessinée d’Epinal est, elle, très largement méconnue : dans un premier temps, la filiation de la bande dessinée avec l’imagerie d’Epinal a gêné les militants de la légitimation de la bande dessinée, qui voyaient dans ce médium populaire un frein à l’accession de la bande dessinée au rang de 9e art. Puis quelques recherches ont contribué à réévaluer le rôle de l’imagerie d’Epinal, et plus particulièrement celui de la maison Pellerin ; mais on s’est essentiellement concentré alors sur la publication, par Pellerin, d’auteurs de bande dessinée célèbres, tels que Benjamin Rabier, qui publia plusieurs histoires dans la prestigieuse série Aux armes d’Epinal. Enfin, les querelles sur la définition de la bande dessinée n’ont pas facilité le travail, une part importante de l’énergie étant dispersée en conflits sans fin sur le point où s’arrête le récit en images et où commence la bande dessinée…


Un exemple de récit en images à la mode d’Epinal : une des nombreuses adaptations de l’histoire de Malborough ; on remarquera que la narration est partiellement séquentielle.

Ce qui paraît certain jusqu’à présent, c’est que l’imagerie d’Epinal, qui propose des produits de semi-luxe, est concurrencée par l’abaissement du coût de reproduction des images, qui permet l’essor de la presse illustrée moderne à la fin du XIXe siècle. Dans ce contexte, la feuille d’Epinal devient peu concurrentielle ; c’est ce qu’observe entre autres, dès 1938, Georges Sadoul dans Ce que lisent vos enfants :

A cette époque , l’évolution de la technique, le perfectionnement des impressions par rotative et du clichage sur zinc permettent de fournir pour un sou (le prix d’une feuille d’Epinal) un journal de seize pages dont quatre au moins sont en couleurs. Le succès de cette formule auprès de l’enfance est foudroyant.

…et provoque le déclin de l’imagerie d’Epinal – qui n’a pour autant pas dit son dernier mot en matière de bande dessinée, comme le prouveront les belles réalisations commandées à Fred ou Tardi dans les années 1980. Aujourd’hui encore, les liens complexes entre la bande dessinée et le récit en images à la mode d’Epinal restent mal connus ; la mise en ligne de ce fonds devrait ouvrir la voie à de belles recherches, même si on sait peu de choses sur sa composition, et que la datation des feuilles n’est pas toujours évidente.

Pour en savoir plus sur l’imagerie d’Epinal, voir notamment le livre d’Henri George : La Belle Histoire des images d’Epinal. Paris, Le Cherche Midi éditeur, 1996. Ce même Henri George a écrit un article pour le n° 79 du Collectionneur de bande dessinée, consacré aux origines du 9e art : « De l’image populaire à la bande dessinée » (1996).