Les ailleurs de Corto Maltese

Dominique Lanni et Nicolas Pien de l’université de Malte lancent un appel à communication intitulé « Les Ailleurs de Corto Maltese ». Débouchant apparemment sur un ouvrage, cette proposition entend ainsi appréhender l’une des plus célèbres bandes dessinées de la seconde moitié du XXe siècle sous un angle à la fois géographique (Sibérie, Russie ou Argentine sont ainsi mentionnés dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous) et poétique (puisqu’il est question d’ailleurs littéraires ou « mythiques »…). Et semblable travail serait certainement l’occasion de s’interroger sur la pertinence de la notion d’exotisme dans le cadre du neuvième art : si le personnage d’Hugo Pratt n’est pas le seul à voyager, loin s’en faut (pensons à Tintin, Spirou ou Astérix qui n’ont de cesse de parcourir le monde), il semble s’inscrire dans une véritable « représentation de l’étranger » se situant loin des clichés. D’Irlande (Les Celtiques), Pratt semble livrer une réflexion sur l’identité d’un peuple dominé par ses puissants voisins ; de même, La Ballade de la mer salée est l’occasion de présenter au lecteur les indigènes mélanésiens alors que la première guerre mondiale est sur le point d’éclater. « L’ailleurs » semble effectivement se nourrir de modes d’expression, de traditions littéraires, de célèbres monuments et nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette réflexion avant le 15 octobre prochain.

Les Ailleurs de Corto Maltese

Dominique Lanni – Université de Malte / C.R.L.V.

Nicolas Pien – Martinique

Dans son hors-série paru fin 2001 et consacré à Corto Maltese, la rédaction du magazine GÉO a eu l’excellente idée de retracer sur un planisphère le tracé des voyages de l’aventurier créé par Hugo Pratt. De Malte à Gibraltar en passant par Venise, de l’Irlande à l’Argentine, des Antilles à Samarkand, de la Russie au Brésil, de la Chine à la Corne de l’Afrique… le marin maltais a, seul ou en compagnie de son âme damnée Raspoutine, écumé peu ou prou toute la planète, traversant sans trop de dommages tous les conflits ayant agité le monde au cours du premier tiers du vingtième siècle, étant des trafics les plus louches, des quêtes de trésors les plus improbables… Les ailleurs de Corto Maltese, ce sont donc ces lieux réels et d’autres ponctués de rencontres avec des personnages ayant réellement existé comme d’Annunzio, Jack London, Joseph Conrad, Louise Brooks, le baron Untern-Ungern… Mais ce sont également ces mondes imaginaires –mais le sont-ils vraiment ? – qui apparaissent dans les premiers albums, comme Corto, toujours un peu plus loin, mais surtout, dans les derniers, Les Helvétiques et Mû. L’objectif de ce volume collectif est de réunir des contributions sur les ailleurs de Corto, qu’ils soient réels ou imaginaires, qu’ils se situent au niveau du texte ou des images, ou dans le rapport texte/image.

Les contributions pourront porter sur la relation nouée par Corto Maltese avec un ailleurs spécifique, consister en une comparaison entre plusieurs ailleurs, montrer l’évolution de la notion même d’ailleurs dans l’oeuvre d’Hugo Pratt. Les perspectives sont nombreuses.

Nous avons déjà reçu et retenu plusieurs propositions. A ce jour, manquent toutefois, pour que le  volume soit complet, des propositions sur les thématiques suivantes :

1. Les ailleurs mythiques (Mû, les Helvétiques…) Une étude
comparatiste serait idéale. Sinon, nous avons une excellente
proposition sur Mû, mais rien sur Les Helvétiques.

2. Les ailleurs littéraires (Lectures…)

3. Venise (Là encore, une excellente proposition retenue inclut Venise, mais la cité des Doges mériterait une étude à part…)

4. La Sibérie, la Russie…

5. L’Argentine (à mettre en relation avec les écrits de Albert Londres, avec Carlos Gardel…)

Les propositions de communication –avec titre, résumé et mots-clés– sont à adresser pour le 15 octobre 2012 à Dominique Lanni et Nicolas Pien  aux adresses suivantes : dominiquelanni@yahoo.fr. et nicolas.pien@ac-martinique.fr.

 L’ouvrage sera publié aux éditions L’Harmattan, dans la collection « Audiovisuel et communication » dirigée par Erika Thomas et Bernard Leconte.

Responsable : Dominique Lanni et Nicolas Pien

Adresse : University of Malta – Dept. of French – Fac of Arts. 2080 Msida – Malta

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Mangaphilie, mangafolie : 6e université d’été de la bande dessinée

 

La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’image vient de publier le programme de la prochaine université d’été de la bande dessinée : « Mangaphilie, mangafolie ? » Du 2 au 4 juillet, il sera donc question d’un genre qui fut un vecteur considérable de renouvellement, voire de bouleversement, de la bande dessinée. La chose est sensible à plusieurs niveaux, tant graphiques que narratifs ou encore médiatiques (le manga ouvrant clairement la voie à un véritable « système des objets » culturels pour reprendre le titre d’un ouvrage de Jean Baudrillard). Le programme que nous reproduisons ci-dessous traite de l’ensemble de ces aspects et l’événement s’annonce ainsi comme l’une des premières tentatives pour penser ce phénomène de façon véritablement exhaustive. Les inscriptions sont ouvertes et nous invitons tous nos lecteurs à prendre connaissance de leurs modalités en se rendant ici.

6ème université d’été de la bande dessinée : mangaphilie, mangafolie ?

du 2 au 4 juillet 2012 (Angoulême)

Après plus de vingt ans de présence du manga en France, l’Université d’été de la bande dessinée, organisée par la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et le Pôle Image Magelis, fait le bilan du phénomène qui a modifié le paysage de l’édition de la bande dessinée et établi un nouveau modèle économique, voire engendré une nouvelle culture.

Alors phénomène de société ou mode ? Comment expliquer le succès fulgurant des mangas chez les jeunes ? Quid de la « japanisation » de la bande dessinée ?
Pour répondre à ces interrogations les différents spécialistes réunis pour ce rendez-vous désormais incontournables évalueront les conséquences de l’arrivée du manga en occident, analyseront sa situation économique après deux décennies de succès et regarderont la situation de la bande dessinée japonaise aujourd’hui, en France, au Japon et dans le reste du monde, et les développements à venir.
Les conférences permettront de mieux cerner la notion de « culture manga » – à travers des études inédites sur le lectorat des mangas par exemple – et les débats porteront sur le statut des mangakas, le manga à la française ou encore la place du manga au sein de l’édition numérique…

Benoît Berthou sera le grand témoin des débats.
Frédéric Bézian sera le témoin graphique.

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

p r o g r a m m e

lundi 2 juillet 2012 de 14h à 18h
le phénomène manga

l’arrivée du manga en Occident, les conséquences
Retour sur l’histoire de la diffusion des mangas dans le monde. Impacts sur les territoires ayant une forte tradition bande dessinée : la France et les États-Unis. Conséquences pour l’édition, en librairie, en bibliothèque.
en Europe par Jean-Pierre Mercier
en Amérique du Nord par Paul Gravett

la situation économique en Occident 
L’étranger représente la part croissante des ventes de mangas. Les demandes des éditeurs en Occident n’ont cessé d’augmenter ces dix dernières années, au point que dans certains pays « consommateurs » elles ont pratiquement supplanté les productions nationales. Et en France ? La machine à succès a-t-elle encore de belles années devant-elle ? Le marché n’est-il pas en train de se tasser, quid des autres productions asiatiques ?
par Xavier Guilbert

l’économie du manga aujourd’hui au Japon Même s’il accuse un tassement significatif ces dernières années, le manga représente tout de même 40% du marché de l’édition japonaise pour un chiffre d’affaires qui dépasse les 4 milliards d’euros par an. Examen de ce marché et de la situation aujourd’hui.
par Kensuké Noda

table ronde : les implications économiques et politiques du système de publication japonais et de la diffusion des mangas dans le reste du monde

mardi 3 juillet 2012 de 9h à 18h
manga et culture

le manga d’auteur
Un des pionniers de l’édition du manga en France, Tonkam, devenu depuis une des collections des éditions Delcourt, a très vite défriché le terrain de la bande dessinée d’auteur (Taiyō Matsumoto, par exemple) avec Amer béton, Frères du Japon. Ouvrant la voie à d’autres : Vertige Graphic (Gen d’Hiroshima de Keiji Nakasawa, Coup d’éclat de Yoshihiro Tatsumi), ego comme X (Yoshiharu Tsuge, Kazuichi Hanawa), Cornélius (Shigeru Mizuki), Imho (Tori Miki, Nekojiru, Junko Mizuno, Shigeru Sugiura), le Lézard noir (Suehiro Maruo, Akino Kondoh, Ax, Takashi Fukutani). Ces dernières années la bande dessinée d’auteur n’est plus seulement l’apanage des indépendants. Casterman avec ses collections « Écritures » et « Sakka », outre Jirô Taniguchi, publie Yôji Fukuyama, Kiriko Nananan, Hideji Oda, Kan Takahama… Pika (Hachette) a fait découvrir l’œuvre de Moyoko Anno. Kana (Dargaud) a introduit le travail de Naito Yamada ou de Kamimura.
par Pierre Laurent Daurès

figures du mangaka dans les manga une approche de la condition d’auteur de bande dessinée au Japon à travers ses représentations dans les fictions et les autobiographies.
par Nobuhiko Saito

table ronde : la bande dessinée japonaise d’auteur dans l’édition française.

la culture manga ?

Difficile d’imaginer désormais un festival de la bande dessinée, du dessin animé, du jeu vidéo, un tant soit peu important, sans son versant manga, fût-il symbolique : bandes dessinées, produit dérivés (goodies), musiques, jeux vidéo, travestissements (cosplay), formant un ensemble solidaire auquel s’identifient des communautés aux comportements fortement ritualisés. Se reconnaissant donc dans ce que certains désignent comme la « culture manga ». Mais peut-on véritablement parler de culture ?

les lecteurs de mangas : qui lit des mangas, quels mangas ?
Présentation des résultats de la vaste étude sur les lecteurs de bandes dessinées réalisée par le Département des études et de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et la Bibliothèque publique d’information. Destinée à compléter les premières données issues de l’enquête sur les Pratiques culturelles de 2008, cette enquête nationale apporte des éléments inédits en termes de taux de pénétration de la lecture de bandes dessinées et de profil sociodémographique des lecteurs. Cette présentation situera plus particulièrement la lecture des mangas dans le champ de la lecture des bandes dessinées.
par Christophe Evans

les mangados, lire des mangas à l’adolescence
Titre de l’ouvrage de Christine Détrez et Olivier Vanhée, fruit d’une enquête sur les pratiques de lecture adolescentes. Comprendre ce qui pousse un adolescent ou une adolescente à lire des mangas aujourd’hui oblige à procéder en deux temps. Tout d’abord, le manga « s’encastre » parfaitement dans la « culture jeune » : il s’insère dans toute une constellation d’intérêts, dont la musique, la sociabilité, le numérique, les pratiques amateurs. Mais le manga est aussi le support d’appropriations savantes ou concrètes (apprendre à dessiner, s’habiller, etc.), éthiques et identificatoires.
par Christine Détrez

table ronde : la culture manga, la segmentation du lectorat, les festivals, les cosplays…

mercredi 4 juillet 2012 de 9h à 13h
extensions

l’édition numérique au japon
Selon certains observateurs : l’édition du manga au Japon doit sa sortie de crise au numérique qui lui a ouvert de nouveaux débouchés économiques. Quelle place occupe occupe le manga numérique aujourd’hui. Quelle est son influence sur l’édition papier traditionnelle ?

manga numérique, quelle offre chez les éditeurs français ?
Étonnamment, l’édition française de manga semble accuser un certain retard en la matière. Quelles en sont les raisons ?
par Mario Geles

le scantrad
Entre démarche fanique et piratage industriel, le phénomène a pris une ampleur telle que les auteurs et les éditeurs, hier complaisants, se mobilisent pour limiter voire s’opposer au phénomène. Mais de nouvelles relations ne sont-elles pas en train de se développer entre éditeurs et « teams » de « scantrad » ?
par Aurélien Pigeat

vers une bande dessinée globale
Bandes dessinées « hybrides », global manga, manfra… : doit-on voir dans ces productions l’émergence de ce qui pourrait s’apparenter à une « bande dessinée globale » ? Quelle est la place aujourd’hui occupée par ces mangas « locaux » ?
par Benoit Berthou

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne,
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Figures du héros. Littérature, cinéma, bande dessinée

Cristina Alvares, de l’université do Minho (Braga, Portugal) lance un appel à communication intitulé : « Figures du héros. Littérature, cinéma, bande dessinée ». Constituant la première pierre d’un colloque qui se tiendra les 26 et 27 avril prochain, cette proposition invite les chercheurs à s’emparer d’une notion extrêmement diverse puisqu’il y a des « héros et des héroïnes mythiques, tragiques, comiques, épiques, romanesques, picaresques, classiques, traditionnelles, modernes, contemporains, des anti-héros, des super-héros ». Ce sont ainsi toutes sortes de personnages qu’il sera possible d’étudier selon des axes eux aussi variés puisqu’à côté du rapport à la loi et à la littérature (ou plus précisément à l’aventure), l’appel à communication fait clairement une place à des analyses textuelles ou graphiques. Il serait d’ailleurs intéressant d’inscrire dans le temps ces différentes pistes de réflexion : le Batman de Frank Miller ou le Spirou d’Émile Bravo font ainsi montre d’un tout autre rapport à l’autorité (Batman s’interrogeant sur le bien fondé de son action) et à l’histoire (Spirou se trouvant dans ce dernier cas mêlé aux négociations de l’accord de Munich) alors que les deux auteurs font montre de choix graphiques renouvelant aux aussi l’approche de la série. Nous laissons à nos lecteurs le soin de trouver des exemples semblables avant le 30 janvier prochain.

 

Colloque Figures du héros. Littérature, cinéma, bande dessinée

Université du Minho, Braga, Portugal

Depuis la nuit des temps, les groupes humains ont créé des héros pour y projeter leurs idéaux et valeurs, justifier leur existence et interroger leur structure éthique. Depuis le demi-dieu antique jusqu’au héros urbain postmoderne, les configurations historiques et culturelles du héros sont multiples et variées. Il y a des héros et des héroïnes mythiques, tragiques, comiques, épiques, romanesques, picaresques, classiques, traditionnelles, modernes, contemporains, des anti-héros, des super-héros. Le héros a mille visages. Cependant, une telle diversité n’a pas empêché l’identification d’une structure ou morphologie invariante – le monomythe, l’archétype ou le mythologème héroïque -, déterminée surtout par la fonction du héros dans les mythes : fondateur et transgresseur, il ou elle instaure l’ordre humain par la rupture avec l’ordre divin. Situé au-delà de la loi et de l’ordre que lui-même a fondé, le héros mythique constitue la référence et la mesure des typologies ou profils héroïques. Aussi tout héros garde-t-il quelque chose de ce modèle : médiateur entre ordre et contre-ordre, il prend une attitude de dénégation de la loi, tout en agissant à son service mais l’excédant, la subvertissant même. D’où son hybridité et sa liminarité, ses déplacements entre deux mondes : les vivants et les morts, le rêve et la réalité, la civilisation et la sauvagerie. Le héros est fondamentalement celui ou celle qui s’expose à ce qui advient (advenir, a(d)venture), qui est disponible à rencontrer l’altérité radicale, à chercher une dimension perdue, matérielle ou immatérielle, à changer son être et l’être du monde.

Dissident, déserteur, métis, pirate, missionnaire, réporter, voyageur, séducteur, détective, explorateur, archéologue, justicier – ces figures héroïques et bien d’autres se retrouvent, au masculin et au féminin, dans des mythes, des contes, des romans, au théâtre, au cinéma, dans la bande dessinée, dans des jeux-video. Dans ce colloque nous voulons analyser et discuter les figures héroïques qui apparaissent dans des textes et des supports différents, moyennant différents abordages (inter)disciplinaires (narratologie, études sur l’imaginaire, études culturelles, études intermédiales, psychanalyse, néo-comparatisme, etc).

Topiques

Les communications peuvent aborder une de ces topiques ou en combiner plusieurs.

Le héros et la loi

Prométhée, Ève, Roland, D. Juan, Antigone… incarnent différents régimes du rapport du héros à la loi (fondation, transgression, défi, soumission, soustraction, résistance). Comment fonctionnent ces régimes ? Quelle(s) éthique(s) héroïque(s) soutiennent-ils ? Est-elle compatible avec la morale collective ? Quel est le poids des intérêts et des inclinaisons personnels (la vengeance, par exemple) dans l’aventure ? Que signifie du point de vue éthique la fonction de victime sacrificielle que le héros assume fréquemment pour servir au mieux le bien collectif ? Ceux qui brisent les lois fondamentales de l’ordre humain (Oedipe, D. Juan, Fantômas) peuvent être considérés des héros ? Y a-t-il de l’ héroïsme chez l’anti-héros ? Le passage entre héros et anti-héros constitue-il une continuité ou alors une discontinuité ?

L’ anti-héros

Au contraire des récits plus classiques, la postmodernité a assisté à la consolidation de la figure du anti-héros, très présent notamment au cinéma. Son origine plus ou moins lointaine peut être située dans le Romantisme, bien qu’il y ait des anti-héros dans la littérature médiévale. Ce profil (anti)héroïque ne vise pas forcément à sauver un bien commun et cède facilement à des dérives marginales. Sur le plan éthique, il suit une moralité assez douteuse qui n’hésite pas à commettre le crime au nom d’une valeur supérieure ou même au nom d’un intérêt personnel. C’est le cas du protagoniste anonyme des westerns de Sérgio Leone, joué par le charismatique Clint Eastwood, par exemple.

Morphologies de l’aventure

L’aventure peut consister soit en un processus externe de purification du monde, laquelle peut avoir une signification historique et politique : chercher un trésor, libérer quelqu’un, capturer un criminel, combattre des terroristes, des trafiquants, des tyrans ; soit en un processus interne de purification spirituel et d’accès à un savoir ou à une vérité sur soi-même, sur le monde et sur la vie ; soit en des combinaisons variées des deux formes dont il importe d’étudier les régimes. Quel est, par exemple, le rapport de l’aventure avec la vie quotidienne ? S’insère-t-elle dans l’existence comprise entre le ‘il était une fois’ et le ‘et ils ont vécu heureux pour toujours’ ? Ou, au contraire, l’aventure est-elle une discontinuité dans le temps linéaire de l’existence individuelle qui la projette sur un plan transbiologique dans lequel le héros n’a ni passé ni futur ? Quelles sont les stratégies de déconstruction de l’aventure et de son absorption par le everyday life ?

Les morphologies et régimes pourront-ils déterminer ou conditionner des paradigmes de l’aventure ? Y a-t-il des paradigmes ou modèles traditionnels, modernes et postmodernes de l’aventure ?

Héros et Famille

Héraklès, Arthur, Tintin, Wonder Woman, Moise, Perceval, Beatrix K.… Orphelins, bâtards, enfants exposés, sans famille, matricides … Les relations du héros avec sa famille d’origine et/ou la famille qu’il ou elle a constituée sont problématiques. Clivé entre l’aventure et la famille – abandonnée, trahie, oubliée pour un temps ou pour toujours ou au contraire/mais aussi protégée, sauvée, recomposée, réunie – le héros apparaît fréquemment inscrit dans la sphère publique et la sphère privée de l’existence, tout en les gardant en tension ou en essayant de les faire coïncider. Quelles configurations du rapport entre public et privé trouve-t-on et quels profils héroïques leur sont associés ?

Héros et masques

Les profils héroïques résultent d’une rhétorique de l'(auto)présentation et (auto) représentation : portrait et autoportrait, pose, attitude, mise en scène de son ego ou de son opacité subjective. Depuis le Bel Inconnu des romans arthuriens, le chevalier incognito des romans médiévaux, jusqu’à Zorro ou Spirit, et aux super-héros, costumes, armes, masques et marcarilles donnent des contours d’ombre et de mystère à l’identité opaque ou perdue du héros. Il y a pourtant d’autres façons de mettre en scène une opacité subjective ou une personnalité énigmatique (la pose de Corto Maltese, par exemple). Comment fonctionnent ces formes de masque sans masque ?

Héros digitaux

Le développement du cinéma d’animation digital a créé de nouveaux protagonistes qui s’assument explicitement comme des successeurs de figures autrefois célèbres, notamment celles de l’imaginaire de Disney mais pas seulement. Ces figures héroïques tirées aussi bien de personnes réelles que de domaines tout à fait non-humains (par exemple, des voitures qui parlent et gagnent des courses héroïquement ou des jouets qui interagissent avec des humains, tout en s’en détachant par l’aventure dont ils sont les protagonistes), peuvent (d)énoncer une dimension héroïque postmoderne.

Héros et parodie

La postmodernité reformule parodiquement des récits patrimoniaux entre autres. L’imaginaire des contes de fées est réécrit à partir de la figure grotesque d’un ogre sympa qui fait un trajet héroïque tout à fait traditionnel, sauf pour la subversion des composantes canoniques du genre, avec des effets d’humour parodiques. Le célèbre agent secret 007 n’échappe pas non plus à la parodie par le non moins célèbre double parodique Johnny English (Rowan Atkinson). Quels rapports gardent les héros avec leurs doubles parodiques ? Quelles sont les composantes sur lesquelles se fonde la parodie et la déconstruction comique de la figure du héros ?

Date limite de réponse à l’appel à communication : 30 janvier 2011.

Le colloque a lieu les 26 et 27 avril 2012 à l’auditorium de l’Institut des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Minho, à Braga, Portugal

Les communications ne dépasseront pas les 20 minutes.

Langues de travail : Portugais, Espagnol, Français, Anglais.

Les résumés de communication (300 mots maximum) doivent être soumis jusqu’au 30 janvier 2012 aux adresses martagomes100@hotmail.com, spgsousa@ilch.uminho.pt, calvares@ilch.uminho.pt

Inscriptions :

Jusqu’au 5 avril :

avec communication : 85 €

sans communication : 70 €

Après le 5 avril :

avec communication : 95 €

Responsable : Cristina Alvares

Url de référence :
http://www3.ilch.uminho.pt/figurasdoheroi

Adresse : Colloque Figures du héros Instituto de Letras e Ciências Humanas Universida de do Minho 4710-052 Braga Portugal

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’exploration du corps dans les arts

L’association de doctorants « Les têtes chercheuses » lance un appel à communication intitulé : « L’exploration du corps dans les arts ». Organisée autour de plusieurs axes, cette proposition est susceptible d’intéresser de (jeunes) chercheurs travaillant sur la bande dessinée puisqu’elle entend interroger, entre autres, un « corps personnage » transformé « en figure, en symbole » et susceptible de se faire « “signature” d’un personnage ». Du Popeye d’Elzie Crisler Segar aux énormes avant-bras si reconnaissables, au RanXerox de Tanino Liberatore en passant par la silhouette avachie de Gaston Lagaffe et les multiples uniformes et travestissements (du groom Spirou au prisonnier Bobo…), le neuvième art regorge d’exemples susceptibles de donner corps à un questionnement qu’il s’agira de formuler avant le 30 avril prochain.

L’exploration du corps dans les arts

Date limite : 30 avril 2011

Colloque du 8 et 9 décembre 2011 – Association Les Têtes Chercheuses

http://tetes-chercheuses.com

Déjà un sujet incontournable des représentations classiques, le corps reste un terrain d’exploration pour les différents médiums artistiques du XXIe siècle. Cette constance dans sa représentation fait du corps un thème fédérateur et riche en références. Ce colloque, organisé par l’association Les Têtes Chercheuses les 8 et 9 décembre 2011, cherchera à réfléchir, par le truchement de nos sujets de thèse, à l’exploration du corps dans les arts. L’originalité de cette manifestation réside dans son organisation. Mis en place par et pour des doctorants et des jeunes chercheurs en Lettres, Langues, Linguistique et Arts, il sera l’occasion de croiser les pratiques, de mêler les approches disciplinaires, en somme de déplier les possibilités qu’offre le corps dans un médium artistique. Nous souhaitons faire de ce colloque un espace de rencontres et d’échanges dynamiques nourri par la confrontation de recherches à la pointe de l’actualité avec la pratique artistique. Ainsi, des professionnels invités nous présenteront leurs créations autour du corps et une table ronde entre praticiens et universitaires clôturera ces journées de rencontres.

Doctorants et jeunes chercheurs (ayant soutenu leur thèse depuis 5 ans maximum) sont ici invités à se saisir de la thématique du corps, compris dans une acception très large. Les critères de sélection proposés ci-dessous sont ouverts afin de faire place à l’inattendu. Il s’agira moins de dresser un inventaire des différentes représentations du corps à travers les arts que de privilégier une analyse capable non seulement de mettre à jour l’inscription du corps dans le médium artistique, mais également de rendre compte des interactions qui s’opèrent entre le corps et le médium. Le corps est alors envisagé tout autant comme incarnation concrète que comme idéologie.

AXE 1 : CORPS SCIENTIFIQUE
En prenant le corps humain ou animal pour objet d’étude photographique à la fin du XIXe siècle, Edward Muybridge et Jules Marey ont non seulement participé aux progrès de l’exploration scientifique du corps, mais ont surtout initié un virage dans l’histoire des représentations. D’autre part, le corps, du point de vue médical, physiologique, se révèle être le truchement sans lequel la parole ne pourrait naître.

Que peuvent les arts pour la « norme » des corps ? Que peuvent les arts pour l’étude du corps ?

AXE 2 : CORPS PERSONNAGE
Parfois, le corps ne fait plus qu’un avec un personnage et devient, dans une sorte d’antonomase, un « Rambo », « un Marlon Brando ». Une posture (la Marianne), une corpulence (le Petit et le Gros dans le cinéma burlesque) transforment le corps en figure, en symbole. En outre, certaines pratiques artistiques amènent à penser l’autre comme une présence dématérialisée et l’incarnation ne passe plus nécessairement par le corps.
Que dire du corps qui se fait « signature » d’un personnage ? Quels sont les enjeux du corps pour la construction de la persona d’un acteur ? Comment l’art prend-il en charge cette disparition des corps ? Comment envisager, donner un visage à l’absence du corps ?

AXE 3 : CORPS DU PUBLIC
Pris en compte du point de vue social, le corps est aussi celui du récepteur de l’art. Au théâtre, le public est parti prenante du spectacle, intervenant plus ou moins selon le type de théâtre et de spectacle représenté. Si, comme le souligne Denis Guénoun, au cinéma, être seul dans la salle est une chance, cela n’est pas le cas au théâtre, moins encore à un concert. Le corps du spectateur s’envisage aussi dans la déambulation muséale.
Que dire du corps du spectateur ? Statique ou mouvante comment la spectature s’inscrit-elle dans le lieu de représentation ou d’exposition ? Comment envisager la foule des corps, qu’est-ce que la « masse » ?

Axe 4 : CORPS PHYSIQUE
Nombre d’images aujourd’hui nous montrent un corps retravaillé, manipulé, objectivé. Jouant avec les codes du genre, sexe, race, religion, etc., les arts explorent la question de l’identité. Prenons pour exemple les photographies de Claude Cahun ou de David Lachapelle qui procèdent, chacun à leur manière, au brouillage des identités ; ou à l’inverse le film du coréen Chan-wook Park, I’m a Cyborg, But That’s OK, qui expose le corps vers un non-lieu physique. Aux antipodes de cette stylisation du corps, la représentation, chère à Bakhtine, de la déchéance dans les arts de la scène et de l’image serait aussi à explorer, notamment la réappropriation et la réinterprétation de la notion de « bas corporel » par un artiste contemporain tel que le photographe américain Andres Serrano.
Comment le physique participe-t-il de la construction de l’identité ? Y a-t-il un « excès » de corps ? Quels sont les enjeux d’un corps déconstruit par l’œuvre d’art ? Lorsque la chair se fait matière, que dire de l’effet d’haptique ?

Axe 5 : CORPS MÉDIUM
Les pratiques artistiques sont nombreuses à utiliser le corps comme outil de leur création. Les travaux de Pipo Delbono ou de Marina Abramovic montrent le corps comme élément de l’œuvre artistique et revendiquent un corps « réel ». La recherche d’une fusion entre l’image, l’écriture et le corps fait parfois de celui-ci un moyen direct d’expression, parfois le support de l’œuvre, comme dans la pratique du tatouage.
De quoi le corps se fait-il le véhicule dans l’œuvre artistique ? Que dire du corps « support », du corps « écran » de l’œuvre? Que dire du corps qui se fait espace du spectacle ?

Date limite d’envoi de la proposition : La proposition de communication pour le colloque, d’une quinzaine de lignes maximum, accompagnée d’une notice biographique (Université d’attache et département, sujet de thèse et directeur de recherche), doit être envoyée au plus tard pour le 30 avril 2011, à groupe.doctoral@gmail.com

Responsable : Association de doctorants Les Têtes Chercheuses

Url de référence :
http://tetes-chercheuses.com

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Female superheroes and media culture

L’université Monash (Melbourne, Australie) lance un appel à communication intitulé : « Female superheroes and media culture ». Cette proposition est ainsi l’occasion de penser au féminin une certaine partie des Comics américains (et peut-être quelques titres de notre bande dessinée « franco-belge » qui semble bien avare en héroïnes) à travers des thèmes aussi divers que l’accoutrement des « superhéroïnes » ou encore leur adaptation à d’autres supports. Notons qu’un livre comme L’Enfer des bulles de Jacques Sadoul fournit une piste intéressante : l’héroïsme est prétexte à une représentation sexuée, voire licencieuse, qu’il s’agira de mettre en mots avant le 11 avril prochain.

Monash University, Melbourne, Australia.

12-13 August 2011

« Tights and Tiaras : Female Superheroes and Media Cultures » is a one and a half day conference on the construct of the « superhero » as female and more generally of the representation of powerful female figures in fantasy and science fiction. Looking at a range of print and visual media, papers will explore the range of female characters in superhero narratives, the material history of the female superhero, and how visual and textual constructs of female heroes – and anti-heroes – have been re-imagined, re-invented and re- packaged over time.

Possible topics include :

  • The representation of female superheroes in print and visual media ¨C in comics, comix, graphic novels, novels, short stories, fan fiction, film, television, and other media forms
  • Distribution of narratives and images of female superheroes across multiple genres and media platforms
  • The female hero quest
  • Deconstructing the superhero trope ¨C studies in feminism, patriotism, politics, race, satire, comedy, and so on
  • Constructs of the female supervillain
  • Superhero fashions, including costumes, cosplay and sartorial signifiers
  • Female collaboration in comics
  • Female comics artists : historical and contemporary
  • Female comics audiences and fan communities
  • Analysis of the institutional, commercial and licensing histories of female superhero properties
  • The construction of powerful women in fantasy and science fiction genres

Sponsored by The Centre for the Book, Monash University

Please submit abstracts of no more than 250 words, accompanied by a brief bio, by emailed attachment to Dr Rebecca-Anne Do Rozario (Rebecca.DoRozario@monash.edu). The deadline for abstracts is 11 April, 2011.

Rebecca-Anne do Rozario
Monash University
Building 11
Phone : +61 3 9905 4225

Email : rebecca.dorozario@monash.edu

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée historique

Julie Gallego, membre du Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) lance un appel à communication intitulé : « La bande dessinée historique ». Souhaitant se focaliser sur des œuvres abordant l’Antiquité du bassin méditerranéen (de l’Egypte à la Perse), cette proposition entend prendre le neuvième art au sens large : l’impressionnante (et qui plus est non exhaustive) liste de pistes suggérées nous invite ainsi à penser la patrimonialisation, l’adaptation ainsi que les enjeux commerciaux ou pédagogiques de cette bande dessinée et n’entend donc pas s’en tenir à une analyse de contenu. Il serait ainsi possible de traiter de l’importance de la représentation de l’Antiquité au sein des dispositifs éditoriaux ayant donné naissance à la bande dessinée « franco-belge » : Tintin (avec Alix), Pilote (avec Astérix) et dans une moindre mesure Spirou (avec des séries comme Aurore et Ulysse ou certaines des planches des Histoires de l’Oncle Paul) firent ainsi tous une place à des travaux dont il serait intéressant d’examiner les tenants et les aboutissants en terme de publication. Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fxée au 30 avril prochain.

La bande dessinée historique

23-25 novembre 2011

Présentation du colloque

En janvier 2010 disparaissait l’un des derniers maîtres de la bande dessinée franco-belge de l’épopée du journal Tintin, Jacques Martin, dessinateur et scénariste de nombreuses séries, au premier rang desquelles Alix, à l’origine d’un nouveau courant dans la bande dessinée franco-belge : la bande dessinée historique. Chaque année, on constate la sortie de nombreuses bandes dessinées qui prennent l’Histoire comme trame de fond, comme architecture fondamentale ou simplement comme prétexte. Mais plus de soixante ans séparent le premier Alix du dernier Murena : étudier la bande dessinée historique, ce n’est pas seulement réfléchir à l’Histoire dans la bande dessinée, c’est aussi réfléchir à l’histoire de la bande dessinée, entre Alix « classique » reconnu et Murena désormais « incontournable » de l’Antiquité en BD, mais également à la bande dessinée dans l’Histoire, comme reflet de son époque.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Le colloque international, organisé par le Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL), qui se tiendra à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) du 23 au 25 novembre 2011 a pour but de mieux (faire) comprendre les spécificités de ce que l’on peut appeler la bande dessinée historique. Les invités d’honneur de ce colloque seront Jean Dufaux et Philippe Delaby, le scénariste et le dessinateur de Murena.

Ce colloque international comportera trois volets : scientifique, pédagogique et artistique ; il est destiné aux chercheurs, aux enseignants (de tout niveau et de toute matière), aux professionnels de la bande dessinée (dessinateurs, scénaristes, coloristes, éditeurs, conservateurs, galeristes, etc.) et aux autres spécialistes de l’image fixe ou mobile. Nous espérons que la diversité des intervenants sera le reflet de la richesse de la bande dessinée historique, ou plutôt des bandes dessinées historiques.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Quelle définition retenir pour la « bande dessinée historique » ? À quel corpus appliquer cette dénomination ? Quels sont les principes, les caractéristiques de ce genre narratif et graphique, dans son fonctionnement interne et dans ses interactions avec d’autres domaines littéraires et artistiques, avec d’autres médias ? Quel est son rapport à l’Histoire, un domaine qui par essence hésite déjà entre Art et Science, entre vérité et fiction, entre vrai et vraisemblable, entre Histoire et histoires ? La bande dessinée historique, à la fois convention discursive et medium, rejoint la conception souvent très romanesque de l’Histoire chez les historiens de l’Antiquité.

On pourra ainsi s’intéresser aux modalités d’inscription de l’Histoire en représentation dans la bande dessinée, mais sans limiter sa réflexion aux notions de vrai et de faux entre le support autonome qu’est la bande dessinée et les réalités historiques telles que les études scientifiques ont pu les établir. On analysera éventuellement le point de vue sur l’Histoire que met en avant l’auteur (qu’il soit scénariste, dessinateur ou coloriste) et qu’il veut faire partager à son lecteur, et l’étrange pacte de lecture qui lie alors l’auteur de bande dessinée historique et son lecteur. En effet, « mentir-vrai » et « effet d’Histoire »[1] sont des composantes essentielles de la bande dessinée historique, qui, par son degré de véracité narrative et graphique face à l’Histoire, engage auteur et lecteur dans une conception et une représentation du monde passé, oscillant entre historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire. Le matériel historique comme le lectorat apparaissent alors comme des objets d’étude pertinents, l’un en amont de l’œuvre, l’autre en aval.

Les liens entre bande dessinée et histoire culturelle[2] sont également une problématique majeure de la bande dessinée historique car elle est le reflet des mentalités conscientes ou inconscientes d’une époque, ce qui permet de lui donner aussi le statut de document historique ; comme le péplum, elle est aussi susceptible d’une lecture à plusieurs niveaux, lorsque la finalité de l’évocation des événements du passé est davantage une transposition d’événements contemporains qu’une représentation fidèle du passé. Parler de la romanisation, par exemple, dans la BD franco-belge des années cinquante ou soixante, ce n’est pas seulement parler de la Rome antique, c’est aussi (et, parfois, surtout) évoquer la (dé)colonialisation de la France ou de la Belgique (Astérix et les Goths s’inscrit ainsi dans un contexte où les rancœurs de la deuxième guerre mondiale sont encore sensibles, comme La griffe noire, peu de temps après la guerre d’Algérie). Car une bande dessinée historique appartient à son époque, même si elle transporte le lecteur loin dans le temps et dans l’espace, dans un temps et un espace qu’elle essaie de recréer, même si historique rime parfois (toujours ?) avec utopique et uchronique.

Essayant d’opérer un tri parmi les bandes dessinées qui « tiennent un discours sur l’Histoire », Michel Thiébaut[3] distingue 3 catégories (nous ajoutons la quatrième) :

  • les bandes dessinées didactiques, racontant des histoires dites « vraies » (un moment d’Histoire ou un personnage célèbre) ;
  • les bandes dessinées d’aventures humoristiques ;
  • les bandes dessinées de fiction réalistes, ou d’aventures fictives (catégorie la plus représentée) ;
  • les bandes dessinées érotiques historisantes.

Les communications pourront être l’occasion de revenir sur ce classement.

Limites chronologiques de cette première édition

La chronologie historique ira jusqu’à la Rome tardive mais l’axe majeur sera géographique, celui de l’Antiquité du bassin méditerranéen (Égypte, Carthage, Numidie, Grèce, Crète, Italie – Rome, bien sûr, mais aussi l’Étrurie –, Gaule et territoires celtes, Scythie, Perse, etc.). Des bandes dessinées dont l’histoire principale se déroule à une époque ultérieure mais dans lesquelles un lien est fait avec les périodes citées pourront faire l’objet d’une étude (on peut penser à des BD mettant en scène des personnages enquêtant sur le passé antique ou projetés dans ce passé).

Pistes suggérées (et non exhaustives)

1. Vers une définition de la bande dessinée historique

1.1. Généricité et typologie

1.2. Fonctions mimésique, didactique, narrative et historienne de la bande dessinée historique

1.3. La BD historique non franco-belge : caractéristiques des historical comics et des manga historiques

1.4. Spécificités de la bande dessinée historique à sujet antique par rapport aux bandes dessinées historiques se déroulant à d’autres périodes (notamment dans les œuvres de Jacques Martin, de Gilles Chaillet et de Jean Dufaux)

2. La patrimonialisation de la bande dessinée historique : des magazines au musée

2.1. Place de la bande dessinée historique dans la bande dessinée

2.2. Émergence et évolutions éditoriales (notamment l’influence de la pré-publication sur la narration)

2.3. L’œuvre de Jacques Martin (dans son ensemble ou œuvres ou thèmes précis) ; l’école Martin (notamment Gilles Chaillet)

2.4. Le renouveau de la bande dessinée historique : la série Murena, héritages et innovations de Jean Dufaux et de Philippe Delaby

3. La bande dessinée historique comme objet d’histoire : des choix révélateurs

3.1. La période et le lieu

3.2. Les héros

3.3. Les éléments narratifs

3.4. La création artistique face à la censure (Comics Code américain et loi de 1949)

4. Les enjeux esthétiques et narratifs de la bande dessinée historique face à la littérature, aux autres arts, aux médias interactifs

4.1. Bande dessinée historique et roman historique

4.2. Bande dessinée historique, sculpture et peinture (art classique et art pompier)

4.3. Bande dessinée historique et péplum (cinéma, TV)

4.4. Bande dessinée historique et jeux vidéo

5. Les enjeux scientifiques de la bande dessinée historique face aux autres représentations visuelles

5.1. L’illustration archéologique d’un ouvrage scientifique

5.2. Les maquettes en 2D et les reconstitutions archéologiques en 3D

5.3. Les reconstitutions d’Histoire vivante (troupes de spécialistes et troupes d’amateurs)

5.4. Une nouvelle source d’inspiration pour l’auteur de bande dessinée : la collaboration avec les scientifiques

6. Les enjeux pédagogiques de la bande dessinée historique : atouts et limites

6.1. Histoire ou uchronie

6.2. Héros fictionnels, héros réels

6.3. Entre le vrai et le faux, le réel et le rêvé : combler avec vraisemblance les béances de l’Histoire

6.4. Histoire(s), mythes et philosophie

7. Les enjeux commerciaux de la bande dessinée historique

7.1. Nouveaux titres et nouvelles collections

7.2. Anciens titres et rééditions

7.3. Réception et médiatisation

7.4. Traductions en langues anciennes ou en langues étrangères

Comité scientifique

Jean-Michel Agasse (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Christian Amalvi (Professeur en histoire contemporaine, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Eugenio Amato (Professeur de grec, Université de Nantes, France)

Pierre-Yves Ardoy (Maître de conférences en droit privé, UPPA, France)

Claude Aziza (Maître de conférences de latin, Université de la Sorbonne nouvelle, France)

Benoît Berthou (Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Paris 13, France ; organisateur du colloque international La bande dessinée : un art sans mémoire ?)

Pierre Bricage (Systémicien, Association Française de Sciences des Systèmes AFSCET, France)

Alain Chante (Docteur en Histoire, Maître de conférences HDR en Sciences de l’information et de la communication, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Christian Delporte (Professeur en histoire contemporaine, Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines, France)

Olivier Devillers (Professeur de latin, Bordeaux 3, France)

Jacques Dürrenmatt (Professeur de stylistique, Université de Toulouse 2 – Le Mirail, France)

Michel Eloy (Spécialiste de l’Antiquité au cinéma et en BD, auteur du site PEPLVM – images de l’antiquité, ancien collaborateur de J. Martin, Belgique)

Julie Gallego (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Muriel Lafond (Docteur en études latines, agrégée de Lettres Classiques, collège Félix del Marle, Aulnoye-Aymeries, France)

Cécile Leclercq (Agrégée d’Anglais, UPPA, France)

Pierre-Louis Malosse (Professeur de grec, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Valérie Mangin (Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste-paléographe ; actuellement scénariste de bande dessinée, France)

Sébastien Pelle (Professeur de droit privé et de sciences criminelles, UPPA, France)

Patrick Périn (Directeur du Musée d’Archéologie Nationale et Domaine national, Saint-Germain en Laye)

Bertrand Richet (Maître de conférences de langue anglaise, Sorbonne Nouvelle – Paris 3, France ; organisateur du colloque international Le Tour du Monde d’Astérix – Lectures, Traductions, Interprétations)

Cathy Rousset (Agrégée de Lettres Classiques, collège Émile Combes, Bordeaux, France ; chargée de cours, Bordeaux 3)

Nicolas Rouvière (Maître de conférences en littérature française et didactique de la littérature, IUFM de Grenoble, France ; organisateur du colloque international Lire et produire des bandes dessinées à l’École)

Claire Simon (Certifiée de Lettres Modernes, collège Michèle Pallet, Angoulême, France ; chargée de mission DAEC à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, Angoulême ; chargée du secteur « Bande dessinée » au Pôle pédagogique Rectorat de Poitiers)

Claire Sotinel (Professeur d’histoire antique, Université Paris-Est Créteil Val de Marne, France)

Antonio Stramaglia (Professeur de latin, Université de Cassino, Italie)

Michel Thiébaut (Docteur en histoire, certifié d’histoire et de géographie ; chargé de cours, Université de Franche-Comté, Besançon, France)

Comité d’organisation

Julie Gallego (responsable du colloque)

Cécile Leclercq

Marie-Françoise Marein

Liens et contact

URL de référence : http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011

Pour l’envoi des propositions ou tout autre renseignement : bd.historique2011@univ-pau.fr (Julie Gallego)

Envoi des propositions de communication

Les communications, inédites, pourront se faire en français ou en anglais et s’appuieront sur un diaporama.

Les propositions de communication compteront entre 4000 et 8000 caractères (espaces compris) et comporteront quelques images particulièrement significatives, accompagnées d’une présentation de l’auteur (maximum 2500 caractères, espaces compris).

Elles doivent parvenir avant le 30 avril 2011 à l’adresse bd.historique2011@univ-pau.fr. Consulter impérativement la page « Droits à l’image » du site du colloque http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011 pour prendre connaissance de toutes les consignes détaillées (notamment la liste des maisons d’édition qui ont autorisé les reproductions des scans dans les diaporamas des intervenants, les conditions de reproduction et les restrictions d’accord).

La durée exacte des communications sera précisée ultérieurement (environ 25 minutes).

Les éléments suivants seront clairement indiqués dans la proposition de communication :

  • un titre explicite (et éventuellement un sous-titre),
  • la thématique ou la problématique dans laquelle s’inscrirait le travail,
  • le corpus de bandes dessinées sur lequel elle s’appuierait (au moins approximatif).
  • des références bibliographiques (5 au minimum)

Chaque proposition de communication sera évaluée anonymement par au moins deux membres du comité scientifique. Les auteurs seront informés de l’acceptation de leur proposition au plus tard fin mai 2011.

Il est demandé aux intervenants de déposer au secrétariat du colloque un exemplaire papier de leur communication, le jour de leur passage (en cas d’absence de dépôt, l’article ne pourra être proposé à la publication). La version définitive pour la publication pourra néanmoins être enrichie ou modifiée ultérieurement en fonction des débats suscités durant le colloque.

Un comité de lecture évaluera, après le colloque, les communications qui seront retenues pour donner lieu à une publication. Les intervenants seront alors prévenus individuellement et les consignes exactes de présentation seront fournies pour les articles retenus.

Toutes les conférences seront filmées en vue d’une diffusion sur le site Internet de l’UPPA et/ en vue de la réalisation d’un DVD ; à cet effet, il sera demandé aux intervenants de renvoyer une convention de cession des droits d’auteur et une autorisation d’utilisation de données personnelles (en conformité avec la CNIL). En cas de refus de ces termes et conditions, la participation de l’intervenant ne pourra être retenue. Le document à remplir et à renvoyer par voie électronique sera disponible sur le site du colloque et sera à signer au secrétariat du colloque.

Calendrier (sous réserve de modifications, cf. site Internet du colloque)

Soumission des propositions : 30 avril 2011.

Évaluation des propositions par le comité scientifique : courant mai 2011.

Notification d’acceptation : 30 mai 2011.

Liste des images utilisées pour envoi aux maisons d’édition : 1er octobre 2011.

Envois des diaporamas pour les tests techniques : 15 novembre 2011.


[1] Pierre Fresnault-Deruelle, « L’effet d’Histoire », Histoire et bande dessinée. Actes du deuxième colloque international Éducation et bande dessinée, La Roque d’Anthéron, 16 et 17 janvier 1979, La Roque d’Anthéron, Objectif Promo-Durance, 1979, p. 98-104.

[2] Pour la bande dessinée comme objet d’histoire, nous renvoyons aux divers travaux de l’historien Pascal Ory.

[3] Michel Thiébaut, L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, Besançon, Université de Franche-Comté, thèse de doctorat (dir. M. Clavel-Lévêque), novembre 1997, 855 p.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Imaginaire des anges et des superhéros dans la bande dessinée

Vient de paraître une livraison de la revue Robinson constituant le catalogue de l’exposition qui se tient à la Cité Internationale de La Bande Dessinée et de l’image jusqu’au 30 mai 2010 : « Anges et superhéros dans la bande dessinée ». Cette publication semble adopter un axe fort intéressant (s’inscrire dans une histoire de l’art en se plaçant sous l’égide de l’archange Saint Michel).

Quels liens entre anges et superhéros dans les mangas, les comics, la fantasy ? Figures du désir, ils fascinent par leur dualité au point que leur essor dans la bande dessinée d’auteurs en Europe, en Asie comme aux États-Unis enrichit leurs natures, fonctions et représentations.
Comment incarner l’ange ? De l’angélisme à l’ange déchu, de l’ange-robot à l’ange érotique, cet ouvrage interroge les complexités de ces personnages en analysant aussi bien le combat entre Superman, « l’ange de Métropolis », et Batman, les Anges de l’histoire ou du rêve, le superhéros français Fantax et bien d’autres dans le registre de la poésie ou de la parodie critique.
À travers une centaine de bandes dessinées étudiées, de façon pédagogique, dans ce catalogue, le lecteur prendra connaissance de l’origine des anges et des superhéros, avant d’explorer les multiples avatars, transfigurations, métamorphoses d’anges masculins ou féminins, de superhéros puissants mais aussi vulnérables et troublés.
Sous l’orbe de l’archange saint Michel, la monstruosité semble tout à fait autre, extérieure, sous la forme du dragon. Et pourtant désigné dans les codes spécifiques de la bande dessinée contemporaine, cet autre nous est-il si étranger ?

Le sommaire est disponible sur le site de l’université d’Artois.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts