Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction

Le Mansfield college d’Oxford accueillera du 12 au 14 juillet prochain un colloque international et interdisciplinaire dont le thème est : « Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction ». Cet événement souhaite, à en croire l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, aborder plusieurs genres (science-fiction, cyberpunk, steampunk…) à travers de multiples représentations de l’humanité, que celles-ci aient trait à des mutations (cyborg, intelligence artificielle…) ou au devenir de pratiques sociales (religion, organisations politiques…). Semblable perspective intéresse au premier chef la bande dessinée et peut même constituer le cœur d’un complexe dispositif de publication comme dans le cas de Girl genius, un dispositif s’auto-définissant comme « steam punk » et mobilisant webcomics, fanfictions et forums… À côté de ces innovantes formes de publication, cette « vision de l’humanité » est également présente dans de nombreuses œuvres. Alors qu’une série comme Judge Dredd représente une humanité incapable de s’organiser en société, un manga comme Dragon Head semble faire de la terreur le fondement d’une possible entente entre les survivants d’une énigmatique catastrophe. Notons enfin que le volumineux Akira évoque à lui seul la quasi-totalité des thèmes présentés ci-dessous et constitue ainsi une œuvre de référence qu’il s’agira de relire avant le 14 janvier prochain.

« Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction »

Tuesday 12th July 2011 – Thursday 14th July 2011
Mansfield College, Oxford

This inter-disciplinary and multi-disciplinary project aims to explore what it is to be human and the nature of human community in cyberculture, cyberspace and science fiction. In particular, the project will explore the possibilities offered by these contexts for creative thinking about persons and the challenges posed to the nature and future of national, international, and global communities.

  • Papers, short papers, and workshops are invited on issues related to any of the following themes;
  • the relationship between cyberculture, cyberspace, science fiction
  • cyberculture, cyberpunk and the near future: utopias vs. dystopias
  • science fiction and cyberpunk as a medium for exploring the nature of persons
  • humans and cyborgs; the synergy of humans and technology; changing views of the body
  • human and post-human concepts in cyber arts and cinema
  • mobile media, place and the telematic body
  • bodies in cyberculture; from apes to androids – electronic evolution; biotechnical advances and the impact of life, death, and social existence
  • body politics in cyberpunk and steampunk: body modification versus cosplay?
  • artificial intelligence, robotics and biomedia: self-organization as a cultural logic
  • gender and cyberspace: new gender, new feminisms, new masculinities
  • cyberpunk and steampunk: exploring the differences and similarities
  • virtual worlds and videogames and its impact on science fiction
  • digital culture and interactive storytelling, transmedia storytelling
  • nature, enhancing nature, and artificial intelligence; artificial life, life and information systems
  • networked living in future city, urban lifestyles
  • human and post-human politics; cyborg citizenship and rights; influence of political technologies
  • cyberpolitics, cyberdemocracy, cyberterror; old conflicts, new spaces: elections, protest and war in cyberspace
  • the state and cyberspace: repression vs. resistance
  • boundaries, frontiers and taboos in cyberculture
  • religion and spirituality in cyberculture

The Steering Group particularly welcomes the submission of pre-formed panel proposals. Papers will also be considered on any related theme. 300 word abstracts should be submitted by Friday 14th January 2011. If an abstract is accepted for the conference, a full draft paper should be submitted by Friday 27th May 2011. Abstracts should be submitted simultaneously to both Organising Chairs; abstracts may be in Word, WordPerfect, or RTF formats with the following information and in this order:

a) author(s), b) affiliation, c) email address, d) title of abstract, e) body of abstract
E-mails should be entitled: VISIONS6 Abstract Submission.

Please use plain text (Times Roman 12) and abstain from using footnotes and any special formatting, characters or emphasis (such as bold, italics or underline). We acknowledge receipt and answer to all paper proposals submitted. If you do not receive a reply from us in a week you should assume we did not receive your proposal; it might be lost in cyberspace! We suggest, then, to look for an alternative electronic route or resend.

Joint Organising Chairs

Daniel Riha

Charles University

Prague,

Czech Republic

E-mail: rihad@inter-disciplinary.net

Rob Fisher

Network Founder and Network Leader

Inter-Disciplinary.Net

Priory House, Freeland, Oxfordshire OX29 8HR

United Kingdom

E-mail: visions6@inter-disciplinary.net

For further details about the project please visit:

http://www.inter-disciplinary.net/critical-issues/cyber/visions-of-humanity/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Fictions politiques

La revue Mots. Les langages du politique lance un appel à contribution sur le thème « Fictions politiques ». Les coordinateurs du dossier, Marlène Coulomb-Gully (Université Toulouse 2, LERASS) et Jean-Pierre Esquénazi (Université Lyon 3, équipe CEDFL Marge), souhaitent que les contributions s’attachent à la façon dont les fictions reflètent « la manière dont les sociétés se définissent elles-mêmes ou définissent leurs problèmes » et/ou, plus spécifiquement, représentent les professionnels de la politique ou leur activité. Les analyses attendues peuvent s’attacher aussi bien au texte de la fiction, qu’à ses conditions de production et de réception, et ce, prioritairement à partir de l’analyse de productions contemporaines, françaises ou étrangères. Au côté du cinéma, de la littérature et de la télévision, la bande dessinée est explicitement mentionnée par l’appel.

Les exemples cités (J’ai pas tué De Gaulle mais ça a bien failli, La face karchée de Sarkozy…) sont des bandes dessinées se référant directement à des personnalités, voire des situations, réelles. Comme l’appel y invite en citant des séries télévisées comme 24h Chrono, il est cependant sans doute possible d’élargir la perspective à des productions abordant la politique, ses débats et ses acteurs de manière moins directement ancrée dans la réalité politique contemporaine. Les transpositions dans des univers fantastiques ou de science fiction peuvent ici constituer des pistes intéressantes (que l’on pense par exemple à la présentation, politiquement ambivalente, des débats sur les armes de destruction massive, le terrorisme et les libertés individuelles par le crossover Civil War, regroupant les super-héros Marvel et publié en 2006-2007).

Les réponses à l’appel doivent prendre la forme d’un avant-projet (3000 signes maximum), soumis avant le 1er avril ; les contributions définitives devant être proposées avant le 1er juillet 2011.

Mots. Les langages du politique
Appel à contributions pour un dossier publiable en juillet 2012
Fictions politiques

La revue Mots. Les langages du politique entend publier en juillet 2012 un dossier rassemblant des travaux portant sur le thème suivant : « Fictions politiques ».

Problématique

S’éloignant des rivages de l’information qui a longtemps constitué le prisme d’étude dominant du politique – en tout cas dans sa version médiatique et communicationnelle –, ce dossier de Mots. Les langages du politique s’intéressera aux « fictions politiques ».
Le thème apparaît immédiatement paradoxal : le domaine du politique est évidemment ancré dans la plus concrète des réalités alors que toute fiction (re)présente des mondes qui par définition n’existent pas. Le paradoxe n’est malheureusement (ou peut-être heureusement ?) pas surmonté par le constat sans cesse renouvelé des qualités « politiques » attribuées par tel ou tel critique à telle ou telle fiction. Tout auteur, romancier, cinéaste qui a en ce domaine des ambitions, doit évidemment l’affronter ; et tout chercheur qui examine une production fictionnelle ne peut guère faire autrement qu’exposer comment il comprend politiquement cette fiction.
L’hypothèse qui est la nôtre est la suivante : loin que l’information constitue la seule modalité de construction et d’appréhension du politique, on peut considérer que les débats qui agitent l’espace public, les conflits de définition qui s’y déploient, trouvent dans les oeuvres de fiction une autre forme de traduction. Ces formes d’expression fictionnelles – cinématographiques, télévisuelles ou autres – ne s’opposent à l’information que par l’absence de revendication d’un « dire vrai », mais n’en sont pas moins « une forme particulière d’écho de la manière dont les sociétés se définissent elles-mêmes ou définissent leurs problèmes » (Macé, in Macé et Maigret dir., Penser les médiacultures, Paris, INA-A.Colin, 2005, p.55). Le processus par lequel la fiction, tout en demeurant fiction, parvient à jouer ce rôle doit évidemment être élucidé. C’est la demande que nous adressons aux auteurs qui voudront bien participer à ce projet : comment penser ces formes fictionnelles d’expression du politique, que la dimension politique soit volontaire ou non, « politique » étant entendu à la fois dans le sens large défini ci-dessus et dans le sens plus restreint de « représentation des professionnels de la politique ou de leur activité » ?
Dans une telle perspective, le texte de la fiction ne saurait être détaché de ses conditions de production et de réception, qui constitueront des axes d’analyse privilégiés. De la même façon, nous donnerons la priorité à l’analyse de productions contemporaines. A titre d’exemple, le renouveau français des séries télévisées politiques conduit par Canal Plus et dans une moindre mesure par France Télévision fournit un corpus intéressant : on pense à L’Ecole du pouvoir, sur la promotion Voltaire de l’ENA, diffusé en 2009 sur Canal Plus et rediffusé sur Arte en 2010, ou à des téléfilms comme Un homme d’honneur, sur le suicide de Pierre Bérégovoy, diffusé en 2009 sur France 2, mais aussi à Engrenages (Canal Plus), série française aussi diffusée en Grande Bretagne, etc.
La BD constitue aussi un champ d’analyse à explorer (J’ai pas tué De Gaulle mais ça a bien failli, La face karchée de Sarkozy…), de même que l’on pourra s’interroger sur une forme comme celle du feuilleton politique diffusé dans Le Monde cet été, avant de paraître sous forme de livre, Chirac, le roman d’un procès, défini sur le site du quotidien comme un récit où « tout est faux mais tout est vrai », assertion qui nous plonge au coeur de la vérité fictionnelle.
L’analyse de productions étrangères est souhaitée : ainsi de The West Wing – fiction anti Bush – ou de 24, pour ne parler que de fictions américaines. Leur circulation intermédiatique (on pense au Roman de 24 h chrono, adaptation de la série télévisée, avec les questions génériques que cela pose) et internationale, sur des réseaux et des chaînes aux lignes éditoriales très diverses (24, apparue sur Fox TV en 2001, été diffusée sur Canal Plus en 2002 sous le titre 24 h chrono, certaines saisons l’ayant aussi été sur TF1, etc.) pourront faire l’objet d’interrogations particulières.
Le cinéma français (Le promeneur du Champ de Mars, Parlez-moi de la pluie, La fleur du mal) comme d’autres cinématographies, peuvent être prises en compte : ainsi du cinéma israëlien (Lebanon, Valse avec Bachir, La visite de la fanfare, Ajami…), palestinien (Les citronniers, Le mariage de Rana…) ou des productions regroupées autour du terme générique de « Bollywood », politiquement intéressantes aussi bien dans le phénomène de mondialisation qu’elles manifestent que dans les scénarios eux-mêmes.
Des travaux sur la question générique seront bienvenus – on pense notamment à la docufiction politique (Le Grand Charles, par exemple, diffusé en 2006 sur France 2) – et aux questions posées par ce genre mixte, mais aussi aux fictions dites « populaires » : ainsi des séries télévisées comme Plus belle la vie diffusée sur France 3, qui en est à sa 6ème saison, ou le cinéma bollywoodien déjà évoqué.

Modalités de soumission
Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 40 000 signes tout compris) ou de notes de recherche (maximum 15 000 signes tout compris). Les auteurs pourront soumettre aux deux coordinateurs, avant le 1er avril 2011, un avant-projet (3000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être proposées aux deux coordinateurs avant le 1er juillet 2011. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinateurs du dossier, qui sélectionneront celles qui seront soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs en décembre 2011, après délibération du Comité éditorial. Les références bibliographiques devront figurer en fin d’article et être mentionnées dans le corps du texte sous la forme : (Machin, 1983). L’usage des caractères italiques sera réservé aux mots et expressions cités en tant que tels, et les guillemets aux énoncés dûment attribués à un auteur, ou à la glose d’un syntagme. Un résumé de cinq lignes et cinq mots-clés seront joints à l’article.

Coordination du dossier
Marlène Coulomb-Gully
Université Toulouse 2, LERASS, Sciences de l’Information et de la Communication
marlene.coulomb@univ-tlse2.fr
Jean-Pierre Esquénazi
Université Lyon 3, équipe CEDFL Marge, Sciences de l’Information et de la Communication
jpierre.esquenazi@wanadoo.fr

Jean-Matthieu Méon

Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication Centre de recherche sur les médiations (CREM), Université Paul Verlaine de Metz

More Posts

« MAUS d’Art Spiegelman : bande dessinée et Shoah »

MAUS d’Art Spiegelman, de Pierre Alban Delannoy, est le premier ouvrage en langue française entièrement consacré à l’œuvre éponyme de Spiegelman. Paru  aux éditions de l’Harmattan en 2002, il est à souligner pour la rareté d’un ouvrage portant sur l’étude d’une seule bande dessinée. Dès l’introduction, l’auteur annonce ainsi son angle d’approche : «MAUS a été abordé par des critiques et des chercheurs qui travaillent dans le domaine spécifique de l’Holocauste, mais aussi par des Historiens, des spécialistes de l’art, des psychologues et des psychanalystes. […] Cependant, il est particulièrement surprenant qu’il s’en trouve si peu pour aborder MAUS en tant que comic book.» (p.9)

En effet, dans la suite de son essai, Delannoy  va s’interroger sur le choix d’un tel medium en tant que véhicule de témoignage et de récit autobiographique, « non comme un moyen quelconque d’aborder le Génocide Juif, mais au contraire dans sa spécificité même (et peut-être précisément en vertu de son caractère présumé d’art mineur) » (p.11). Le sous-titre du livre, « Bande dessinée et Shoah » paraît dès lors significatif puisque les problématiques qui gouvernent la démonstration concernent effectivement les rapports entre la bande dessinée, le témoignage et sa transmission, ainsi que la question du Génocide en tant qu’il appartiendrait à l’ordre de l’indicible et de l’irreprésentable.

Cette réflexion s’organise alors autour de quatre chapitres. Dans le premier, l’auteur s’intéresse à la genèse de MAUS : c’est l’occasion pour lui de revenir sur la carrière de Spiegelman, notamment lors de la période underground, fournissant là d’intéressantes réflexions sur cette époque très peu étudiée en France. Delannoy y traite de la contre-culture et de la subversion, symboliques de cette forme de bande dessinée dont la nature expérimentale est soulignée dès le titre de cette partie : « Le laboratoire underground » (p.22).

Delannoy aborde également les choix esthétiques de Spiegelman pour MAUS.  Celui de représenter Juifs et nazis sous forme d’animaux, tout d’abord, afin de symboliser par l’ironie un certain type de rapport de force, dans la plus pure tradition du cartoon. Avec la mise en exergue très enrichissante des ébauches de MAUS, Delannoy s’adonne aussi à une étude de l’œuvre en tant que bande dessinée « marquée du sceau de l’hésitation » (p.31), à travers l’étude des différents styles et média employés par Spiegelman : photographie, réalisme, cartoon… Cette oscillation semble ainsi l’aveu d’une impossibilité de restituer totalement le témoignage du Génocide par voie graphique : « Cette histoire d’animaux est tout entière une histoire vraie, mais […] sa vérité est difficile à dire » (p.34).

Ce premier axe permet alors à Delannoy d’aborder au second chapitre les modalités énonciatives du témoignage en bande dessinée. Dans une perspective narratologique assez proche des théories de Genette, il se consacre à la polyphonie de MAUS, posant là la question très intéressante de la représentation du narrateur dans ce médium. Cette réflexion l’amène ainsi à aborder le passage constant dans l’œuvre d’une histoire à une autre, à travers l’imbrication des récits enchâssés tenus par les deux narrateurs, Artie et son père. Cette démonstration est notamment illustrée par une réflexion sur le projet autobiographique de Spiegelman dans MAUS et sur les trois voix que celui-ci suppose : celles de l’auteur, du narrateur et du personnage. Le glissement de l’une à l’autre est ainsi interrogé à travers le médium même de la bande dessinée, permettant de riches analyses sur le rapport entre le cadre narratif et le ballon dédié au dialogue et que l’auteur appelle « voix-off » et « voix-in ».

Le troisième chapitre est consacré à une lecture psychanalytique de l’œuvre, à travers une étude des différents membres de la famille du narrateur. La bande dessinée en tant que support d’analyse y est de fait mis au second plan. C’est davantage dans le quatrième chapitre que celle-ci est l’objet d’une des théories les plus poussées de l’essai. En effet, dès son amorce, Delannoy interroge la position du narrateur, Artie, en tant que récepteur du récit de son père. Se pose alors la question du choix de la bande dessinée comme support du témoignage en train de se faire : « Pour réaliser un tel projet, il fallait à Spiegelman un médium particulièrement plastique, libre, ouvert, qui lui permette de permuter le passé et le présent, de conjuguer visuellement et verbalement le passé historique et le présent de l’énonciation » (p.115).

Ce postulat permet ainsi à Delannoy de fournir une réflexion sur la triple lecture conditionnée par une planche de bande dessinée : « entrer dans l’espace séparé de chaque vignette » (p.120), tout d’abord, puis construire « des relations de succession et de transformation entre les événements montrés » (p.121) et, enfin, réaliser une lecture « globale, synthétique, panoptique, qui prend en compte l’ensemble de la page » (p.122). Cette théorie évoque alors celle de Groensteen au sujet de la science de l’articulation (ou « arthrologie ») dont relèverait la bande dessinée et selon laquelle les vignettes d’une planche, de par leur position non seulement dans la page mais aussi dans la séquence, appartiennent à un réseau tressé de cases où toutes sont en relation : « Les codes se tissent à l’intérieur d’une image BD d’une façon spécifique, qui tient à l’appartenance de l’image à une chaîne narrative dont les maillons sont étalés dans l’espace, en situation de coprésence.[1] » Dans le cas de Maus, Delannoy souligne cette relation de coprésence de manière à expliquer le passage récurrent du présent au passé dans l’œuvre, caractéristique de la réception de ce témoignage : « Le multicadre de MAUS nous transporte d’une image dessinée à l’autre, du présent au passé, et vice versa, d’Auschwitz à New York, […] des souris aux humains… » (p.125). La planche est alors consacrée en tant que forme dynamique, « typiquement mutationnel et permutationnel » (p.124).

La dernière partie de ce chapitre, enfin, est dédiée à la question de la représentation de la Shoah, à travers l’étude des interrogations autoréflexives sur le caractère indicible du Génocide qui parsèment l’œuvre de Spiegelman : « L’inimaginable n’est pas, chez lui, une position théorique, c’est une difficulté cognitive, qu’il constate au cours de son travail et avec laquelle il se débat » (p.148). Delannoy y pointe alors l’omniprésence du texte narratif qui accompagne la quasi-totalité des vignettes de MAUS, indice d’une grande fidélité au témoignage du père et d’« un mouvement de retrait de l’image au profit des mots », d’« un désengagement de l’artiste » pour qui « la parole du témoin est première » (p.154). Le dessin, accompagné d’un tel encart, se fait allusif, esquisse, sans doute, selon l’essayiste, pour rapprocher le lecteur d’un « réalisme oral, c’est-à-dire de l’immédiateté de la parole vive du témoignage en train de se dire, avec sa spontanéité, ses hésitations, ses ratages » (p.156).

MAUS d’Art Spiegelman constitue donc une reflexion très dense sur une œuvre incontournable dans l’histoire du comic book et, plus largement, sur la manière de représenter et de transmettre le souvenir du Génocide. Les quatre chapitres qui composent cet essai révèlent ainsi sa diversité, de par les différents axes de réflexion abordés, tant sur un plan sémiotique que narratologique ou psychanalytique. L’ouvrage paraît de fait essentiel, tant pour la compréhension de MAUS que pour celle du médium. Chacune des planches étudiées y sont reproduites et permettent l’apport de nouveaux éléments d’analyse et nouvelles théories réutilisables pour d’autres réflexions potentielles sur l’esthétique de la bande dessinée et de son paradigme d’œuvres.

Référence

Pierre-Alban Delannoy, Maus d’Art Spiegelman, L’Harmattan, collection « Champs visuels », 2002, 190 p.

EAN 13 : 9782747531580


[1] Thierry Groensteen, Système de la bande dessinée, PUF, coll. « Formes sémiotique », 1999, p.8

La guerre dessinée. Guerres et totalitarisme dans la bande dessinée

Ci-dessous une annonce publiée sur Calenda par Benoît Mitaine (benoit [point] mitaine (at) unicaen [point] fr)

La guerre dessinée. Guerres et totalitarismes dans la bande dessinée

Annonce

La bande dessinée, à l’instar des autres arts, s’imprègne en permanence des secousses qui bouleversent la marche du temps. En tant qu’événements majeurs de l’histoire des nations et des peuples, les guerres et les totalitarismes, deux phénomènes souvent liés par des relations de cause à effet, se trouvent naturellement présents dans l’univers bédéistique. Mais la bande dessinée ne fait pas que consigner les événements marquants telle une simple caisse d’enregistrement. Son histoire autant que son actualité toujours effervescente ne cessent de nous montrer combien ce médium est aussi souvent un art de l’engagement.

Outre la volonté de faire ressortir l’existence d’un patrimoine iconographique souvent méconnu, ce colloque international se propose de réfléchir sur toutes les formes de récits graphiques traitant de la guerre ou du totalitarisme et des conséquences qui s’ensuivent pour les sociétés. Sans jamais négliger la force graphique et esthétique de ce médium, les axes suivants seront mis à l’étude : témoignage, histoire et mémoire, idéologie et engagement, historicisation de la fiction et fictionnalisation de l’histoire, éthique et esthétique… Cette rencontre qui mêlera les imaginaires nationaux passés et présents à travers le regard croisé de plusieurs disciplines tentera de dégager les lignes de force théoriques de cette production plurielle et complexe.

Colloque International organisé par l’Equipe de Recherche sur les littératures, les Imaginaires et les Sociétés (ERLIS) de l’Université de Caen Basse-Normandie en association avec le Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.

Programme

Mardi 08 juin

Matin : La guerre et la bande dessinée : toute une h/Histoire

  • Michel Porret : « L’imaginaire totalitaire dans la bande dessinée francophone après la seconde guerre mondiale »
  • Pierre Fresnault-Deruelle : « Milton Caniff, Male Call : « Miss Lace » ou La guerre en dentelles »
  • Philippe Marion : « Le vol du corbeau de Gibrat : l’Occupation et la guerre comme incitants graphiques et narratifs »

Après-midi : Mémoires de guerre : biographies et autobiographies

  • Yan Schubert : « Inimaginable, indicible, irreprésentable ? La bande dessinée face au génocide juif »
  • Jacques Samson : Discussion avec Emmanuel Guibert autour du Photographe (1ere partie)
  • Antonio Altarriba : « La guerre de mon père »
  • Paul Gravett : « Joe Sacco en Palestine : entre autobiographie et histoire »

Soirée :

Projection d’un documentaire de 28’ sur La Guerre d’Alan. Discussion avec Emmanuel Guibert autour de La Guerre d’Alan (2ème partie)

Mercredi 09 juin

Matin : La guerre dessinée : fabrique et miroir des imaginaires nationaux

  • Vincent Marie : « La fabrique d’un imaginaire de la Grande Guerre en bande dessinée : le cas de Jacques Tardi »
  • Michael Hein : « La tradition allemande des “Kriegsbilderbögen” (1871-1945) »
  • Danielle Corrado : « Le passeur de mémoire: Carlos Giménez et la guerre civile espagnole »
  • Renée Dickason : « La Seconde Guerre Mondiale dans la bande dessinée de langue anglaise »

Après-midi : La guerre idéologique : entre patrie et parti

  • Philippe Videlier : « Zone libre : la bande dessinée à Lyon »
  • Lucia Miranda Morla : « Les romans graphiques de Miguel Rocha : Lisbonne en deuil »
  • Mariella Colin : « La guerre d’Espagne vue par la bande dessinée italienne pendant le fascisme »
  • Antonio Martín : « Les dessinateurs de Franco. Humour graphique et bande dessinée pour une après-guerre »

Soirée :

Conférence de Benoît Peeters : « Naguère Tintin »

Jeudi 10 juin

Matin : regards croisés par et dans la bande

  • Guy Abel : « Los guerrilleros, ou la guerre des irréductibles espagnols contre Napoléon l’envahisseur. Un avatar d’Astérix ? »
  • Manuel Meune : « Guerre froide et guerre des langues : Tintin au pays de la traduction »
  • Benoît Mitaine : « El Cubri s’en va en guerre. Au sujet de El que parte y reparte se queda con la mejor parte »
  • Viviane Alary : « Soy mi sueño, l’aventure d’un récit graphique sur la guerre »

Contact

  • Benoît Mitaine
    courriel : benoit [point] mitaine (at) unicaen [point] fr
  • Viviane Alary
    courriel : Viviane [point] ALARY (at) univ-bpclermont [point] fr