The Comics of Joe Sacco

Daniel Worden, de l’université du Nouveau Mexique, lance un appel à communication pour un ouvrage intitulé : « The Comics of Joe Sacco ». S’inscrivant dans une collection au nom évocateur (« Critical approaches to comics artists »), cette proposition nous mettre en perspective l’œuvre de l’un des auteurs les plus marquants de ce début de XXIe siècle : comme l’indique le sous-titre de ce futur ouvrage (« Journalism in a visual world »), c’est bien du devenir graphique d’un mode d’expression dont il sera ici question. Force est en effet de constater que le travail de Joe Sacco nous invite à mettre en perspective nombre de dispositifs et modes de représentations : tel est le cas de l’enquête (dont les ressorts sont clairement montrés dans un Gaza 1956 se proposant d’élucider un événement se présentant pour l’histoire sous la forme d’une obscure note de bas de page dans un document de l’ONU) ou encore du documentaire (la volonté de rendre compte de façon on ne peut plus précise et exhaustive de sinistres événements mobilisant un style graphique effectivement clairement inspiré par Robert Crumb et une certaine idée de la bande dessinée « underground », chose notamment sensible dans Palestine). Ces deux pistes de réflexion ne sauraient toutefois pas clore un domaine d’investigation on ne peut plus fructueux que nous invitons nos lecteurs à explorer avant le 25 mars prochain.

 

 

et

http://www.unm.edu/

 

The Comics of Joe Sacco

[edited volume]

Daniel Worden, University of New Mexico

dworden@unm.edu

The Comics of Joe Sacco: Journalism in a Visual World is a proposed volume in a new book series, Critical Approaches to Comics Artists, at the University Press of Mississippi. This volume will contain an array of critical essays on the comics of Joe Sacco, best known for his comics journalism in works such as Palestine and Safe Area Gorazde. Essays from many disciplinary and interdisciplinary perspectives are welcome, including critical approaches from comics studies, art history, cultural studies, literary studies, history, political science, communications and journalism, international relations, and peace and conflict studies.

Essays that address the following questions are especially welcome:

– How does Sacco’s work negotiate and synthesize journalistic, documentary, and graphic narrative form?

– How can Sacco’s work be read in relation to underground comix, the New Journalism, documentary film, and/or investigative reporting?

– How do Sacco’s works negotiate and represent journalistic ethics, questions of veracity, war crimes, and human rights violations?

– What is Sacco’s relationship to the tradition of investigative reporting, « submersion » or « immersion » journalism, social realism, and/or autobiographical comics?

– In what ways can Sacco’s works be read as a response to the contemporary « crisis » in the print news media?

– What kinds of history does Sacco privilege, and how do his works engage with international relations?

– How do Sacco’s works present history and make complex histories present?

– How does Sacco’s developing career and work, from his early satirical comics and music journalism to his more recent reportage about war and poverty, reflect the increasing legitimacy of comics in art and literary cultures? Or, alternately, how is Sacco’s work misrecognized as comics rather than journalism?

Please send a 500-1000 word abstract, CV, and contact information to Daniel Worden at dworden@unm.edu by March 25.

Accepted abstracts will be used in a formal book prospectus, and the deadline for full-length essays will be negotiated shortly thereafter.

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Scritture Migranti / Migrant Writings

La revue italienne Scriture Migranti (Migrant writings) basée à l’université de Bologne lance un appel à texte susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée. Large (puisqu’elle porte sur œuvres ou thèmes ayant trait à l’immigration), cette proposition trouve en effet de nombreux échos dans la production contemporaine. De Malamine. Un Africain à Paris (Les enfants rouges) aux Slimani de Farid Boudjellal (Tartamudo) en passant par La vie de Pahé (Paquet), Droit du sol de Charles Masson (Casterman) ou encore Là où vont nos pères de Shaun Tan (Dargaud), de nombreuses œuvres évoquent un déracinement que l’on ne saurait cantonner à un seul mode de représentation et de narration. Si un ouvrage comme Immigrants tente de prendre la mesure du phénomène, c’est ainsi à travers un projet collectif (rassemblant 13 auteurs se saisissant de 13 témoignages) et une variété graphique qu’il serait intéressant d’explorer plus avant le 20 mars prochain.

 

 

Scritture Migranti / Migrant Writings

The Department of Italian Studies at the University of Bologna (Italy) is now accepting submissions for the following sections of the issue 6/2012 of Scritture migranti, an international journal dedicated to writing on migration :

Letture/Readings : Research articles and essays of substantial length, focused on literature and themes related to migration, and from a wide array of perspectives (max. 70.000 characters, spaces included).
Visioni/Visions: Research articles and essays on themes of migration in theatre, film, dance, music, and other art forms. (max. 70.000 characters, spaces included)
Percorsi/Routes : Overviews or annotated lists of new material in the field, including both primary and secondary texts, and/or information regarding new seminars, conferences, and book presentations in Italy and abroad. (max. 10.000 characters, spaces included)

Interested scholars should send a complete article by March 20, 2013 to the editorial committee : redazione.scritturemigranti@unibo.it . A brief bio and an abstract are also required. The article should be in one of the major languages of international exchange. Our editorial guidelines can be found at www.scritturemigranti.it .

Articles for the journal are selected according to an anonymous peer review process.

Responsable : Fulvio Pezzarossa

Url de référence :
http://www.scritturemigranti.it

Adresse : Dipartimento di Filologia Classica e Italianisticavia Zamboni, 32 – 40126 Bologna,Italia

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Image(s) et vérité: l’image fixe et mobile dans la représentation du Génocide

L’Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah lance un appel à communication intitulé : « Image(s) et vérité : penser les rapports de l’image fixe ou mobile et de la Vérité dans la représentation du Génocide ». Cette proposition ne manquera certainement pas d’intéresser des chercheurs travaillant sur une bande dessinée qui s’est à plusieurs reprises penchée sur le cas de l’Holocauste : outre le célèbre Maus d’Art Spiegelmann, pensons à Auschwitz de Pascal Croci, Nous n’irons pas voir Auschwitz de Jeremie Dres ou encore Yossel de Joe Kubert. Cette liste, bien loin d’être exhaustive, semble pouvoir, dans le cas qui nous intéresse, être appréhendée au regard d’une question : la valeur documentaire du dessin, et plus largement de toute forme d’image entendant « dans le cadre d’un génocide, […] transmettre une réalité incroyable, impensable : celle de la destruction d’un groupe d’hommes par un autre ». La Shoah nous place en effet face à une forme de paradoxe : comment imager des événements à propos desquels nous possédons en fait fort peu d’images (les camps n’ayant été à notre connaissance majoritairement filmés et photographiés qu’a posteriori) ? Telle est sans doute l’une des questions que se sont posés les auteurs cités ci-dessus et que l’on retrouve dans l’ouvrage de Jonathan Haudot, Shoah et bande dessinée (L’Harmattan, 2012) qu’il s’agira pour nos lecteurs de lire avant le 1er mars prochain.

 

 


Image(s) et vérité :

Penser les rapports de l’Image fixe ou mobile et de la Vérité dans la représentation du Génocide.

 

Date limite : 1er mars 2013

L’association ARES (Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah) propose, pour son Université d’été qui aura lieu entre le 10 et le 12 juillet 2013 à l’IUFM de Marseille, de poursuivre la réflexion fructueuse de l’Université d’été 2012 sur les liens entre Image(s) fixes ou mobiles et Vérité dans la représentation du génocide au cinéma, dans la BD, et la littérature.

ARES, association présidée par Renée DRAY-BENSOUSAN, Historienne, Agrégée et Docteur en Histoire contemporaine, Chercheure associée à la MMSH, membre de la commission de spoliations dans les Bouches-du-Rhône, Membre du Conseil Scientifique du Mémorial des Milles

Informations rédigées et mises en ligne par Lucie BERTRAND-LUTHEREAU, Agrégée de Lettres et Docteur en 9ème section CNU, lucinice@hotmail.fr

Le débat concernant l’image, considérée tantôt comme révélatrice de Vérité ou, au contraire comme mensongère et dangereuse ne date pas d’hier. En effet, l’image peut être considérée comme fidèle à la réalité, et par conséquent, comme le moyen d’accéder à la Vérité du réel représenté. Elle peut même être perçue comme le moyen d’accéder, par les moyens de l’Art, à une Vérité plus profonde que toute représentation fidèle échouerait à saisir. Et inversement : l’image qui se veut une représentation du réel est souvent fustigée pour ses lacunes : comment pourrait-elle donner accès à ce qui est vraiment représenté puisqu’elle n’est qu’une transposition ? N’est-elle pas plutôt un écran à la vérité du réel représenté ? Enfin, l’image artistique n’a cessé d’être suspectée de mentir, de donner un accès faussé à une réalité désormais lointaine. Dans le contexte de la représentation du génocide, ces débats ont pris un deuxième souffle. Le rôle et les capacités de l’image ont été remis en question face au caractère crucial du sujet. D’une part, le sujet, en lui-même, posait plus que jamais la question des moyens de la représentation (il s’agissait de donner accès à une réalité méconnue d’un lectorat essentiellement constitué de néophytes). Et d’autre part, le débat était d’autant plus vif que l’objectif était crucial : il s’agit, dans le cadre d’un génocide, de transmettre une réalité incroyable, impensable : celle de la destruction d’un groupe d’hommes par un autre. La question au centre de ces journées peut être simplement formulée en ces termes : L’image fixe ou mobile, au cinéma, dans la BD et la littérature est-elle susceptible de transmettre la Vérité dans le cadre du génocide ? La réponse à cette question étant propice à mille nuances, (la vérité étant sans doute à mi-chemin des points de vue tranchés et fonction des acceptions des termes en balance dans notre sujet), les contributions allant dans ce sens sont particulièrement bienvenues.

Si notre appel à contributions se réfère régulièrement au génocide entrepris par les nazis pendant la seconde guerre mondiale, les propositions concernant les autres génocides sont également bienvenues. Dans la mesure où elles nourrissent la réflexion proposée, toute définition de « l’image » est acceptée : image photographique, image de propagande peinture, dessin, image cinématographique, littéraire, bande-dessinée, image mentale…, l’ouverture de l’investigation n’a de limite que la pertinence des propositions qui nous serons soumises.

Les réflexions, sans limite véritable, peuvent être envisagées selon plusieurs axes :

  • Image de propagande et déformation de la vérité
  • Image artistique : mensongère ou voie royale vers la vérité ?
  • Image, réalité, vérité
  • L’irreprésentable : un défi pour l’image vecteur de vérité
  • Image, vérité et absence : comment « imager » une vérité de ce dont on n’a aucune image ?
  • Images et  négationnisme : les images nécessaires à une vérité niée
  • Images actuelles véhiculées sur la Shoah et les autres génocides : un miroir déformant fait de bonnes intentions ?

Les propositions, de 700 à 1000 mots environ, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer à rendb@free.fr et à lucinice@hotmail.fr avant le 1er mars 2013.

Les auteurs seront informés du choix du comité de lecture le 25 avril 2013.

Responsable : A.R.E.S, présidée par Renée Dray-Bensousan, d’ARES,Historienne, Agrégée et Docteur en Histoire contemporaine, Chercheure associée à la MMSH, membre de la commission de spoliations dans les Bouches-du-Rhône, Membre du Conseil Scientifique du Mémorial des Milles

Url de référence :
http://ares-assoc.net

Adresse : ARES (Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah),Maison des associations,93, la Canebière,13001, MARSEILLE

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Un imaginaire politique : l’apocalypse

Jean-Paul Engélibert (université Bordeaux 3, TELEM) et Raphaëlle Guidée (université de Poitiers, FORELL) lancent un appel à communication pour un colloque intitulé « Un imaginaire politique : l’apocalypse » qui aura lieu les 30 et 31 mai à l’université Bordeaux 3. Fruit d’un partenariat entre deux laboratoires, cette proposition invite les chercheurs à appréhender les « fictions de l’apocalypse » sous un angle politique et idéologique et leur propose de se focaliser notamment sur deux catastrophes bien précises (Tchernobyl et Fukushima). Même s’il serait intéressant d’analyser des œuvres de bandes dessinées ayant directement trait à ces événements (comme Tchernobyl mon amour de Chantal Montellier), on peut légitimement penser que les organisateurs pourraient faire une place à des études portant sur les riches évocations de l’apocalypse nucléaire au sein du neuvième art. Nombre ce celles-ci posent effectivement le problème du pouvoir, que ce soit dans le cadre des comics (comme dans le cas de Judge Dreed crée par John Wagner et Carlos Ezquerra dans lequel l’ordre d’un monde irradié repose sur une justice sommaire incarnée par des juges-policiers) mais surtout à des mangas dans lesquels l’apocalypse nucléaire peut être vue comme fondamentalement structurante. Pensons par exemple à Gen d’Hiroshima de Kenji Nakazawa (où l’holocauste ne concerne pas seulement un territoire mais également l’ensemble des relations humaines et tout désir d’ « être-ensemble »), à Akira (qui narre l’émergence d’une véritable « république nucléaire » dont la légitimité des lois et gouvernements tient à une catastrophe) ou encore Mother Sarah (dans lequel l’holocauste éveille l’instinct presque animal d’une mère de famille recherchant ses enfants égarés), tous deux signés par Katshuhiro Otomo. Nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette liste et de formuler des hypothèses avant le 31 octobre prochain.

 

 

 

Un imaginaire politique : l’apocalypse

Université Bordeaux 3, les 30 et 31 mai 2013

Ce colloque conclura le cycle « Utopie et catastrophe », issu d’un partenariat entre les laboratoires Telem (Bordeaux) et Forell B3 (Poitiers). Réfléchissant à l’articulation de deux notions centrales de l’imaginaire contemporain, tout en les resituant dans l’histoire longue de l’imaginaire utopique, ce programme de recherche a déjà donné lieu à deux journées d’études (« Quelles formes pour l’utopie à l’âge des extrêmes ? », Bordeaux 3, le 1er décembre 2011 et « Après la catastrophe : images et paysages de l’utopie », Poitiers, le 28 mars 2012) ainsi qu’au colloque « Dystopie et perturbations de l’utopie » (Bordeaux 3, le 16 novembre 2012). En fin de programme, il s’agira d’en tirer les conclusions, en élargissant nos perspectives dans deux directions :

– la dimension politique des fictions de l’apocalypse dans les récits de la destruction du monde des origines à nos jours,

– les récits rapportant deux catastrophes récentes, déjà bien documentées, d’autant plus que la seconde est lue au miroir de la première : Tchernobyl et Fukushima.

On s’interrogera sur les fictions de l’apocalypse, des mythes religieux les plus anciens, aujourd’hui réactivés, à la science-fiction contemporaine, dans leur dimension politique. On partira de l’hypothèse d’une confusion actuelle de la critique et de l’idéologie, qui n’est pas étrangère au sentiment apocalyptique contemporain, en ce qu’elle ajoute à la désorientation globale l’idée que la critique n’a plus ni lieu ni effet. On peut penser que cette confusion découle de la « politique de dépolitisation » couramment désignée par le mot de mondialisation depuis 1991, mais à l’oeuvre depuis une décennie de plus au moins[1]. Conséquence dans l’ordre des mots, dont le poids se fait évidemment moins sentir que les conséquences dans l’ordre des choses, mais qui ajoute à celles-ci ses effets propres. On ne peut pas ignorer que l’impasse politique et la violence sociale issues, presque partout sur la planète, de la politique paradoxale du néolibéralisme tendent à transformer les engagements révolutionnaires et les espoirs millénaristes en désir de fin et en nihilisme, ce qui se traduit par le retrait de la théorie critique.

D’où un grand désarroi dont la littérature et les arts témoignent. Parce que la théorie critique se distingue mal de l’idéologie, parce que l’analyse historique du présent paraît mal assurée, la littérature, qui ne prétend pas tenir un discours de vérité, se révèle particulièrement précieuse. En suspendant les évidences du sens commun, en enrayant ou débrayant les automatismes de la représentation, elle défait les idéologies ou permet de les regarder comme telles. En particulier, les fictions de la fin du monde, en représentant l’histoire comme achevée, l’agir humain dépassé, rendu impossible ou inopérant, inventent une forme de tragédie contemporaine qui place l’humanité non sous l’oeil de Dieu, mais sous son propre regard critique et (fictivement) rétrospectif. Elles inventent ainsi la conscience tragique laïque d’une humanité qui juge sa propre histoire enfin parvenue à la totalité, qui s’y reconnaît à la fois prométhéenne et apocalyptique et qui identifie en elle-même les ressorts du destin qu’elle s’est donné. Il s’agira donc d’étudier les apocalypses sans royaume de la littérature et d’autres arts narratifs, des XXe et XXIe siècles en priorité, mais peut-être aussi d’époques antérieures, afin d’y trouver les éléments d’une politique des fictions de la fin du monde. Soit : examiner les conditions auxquelles restaurer une perspective politique dans le climat apocalyptique général serait possible.

Apocalypse sans royaume est une expression que nous reprenons à Günther Anders[2]. Pour le philosophe allemand, le mythe chrétien nous promettait l’apocalypse et le royaume ; les grands récits des Lumières, en deçà de leurs différences, promettaient le royaume sans l’apocalypse. Seule notre époque, depuis Hiroshima, à cause de la menace nucléaire, vit dans l’attente d’une apocalypse sans royaume, c’est-à-dire d’une destruction absolue qu’aucun salut ne viendra racheter. Il s’agit là d’une perspective absolument inédite qui fonde chez Anders une philosophie de l’histoire radicalement athée et pessimiste : nous vivons depuis les premières explosions atomiques dans un temps nouveau, qui n’est plus celui de l’histoire, mais un délai. Ce que Hiroshima a anéanti, pour Anders, c’est l’Histoire elle-même. Dès lors que nous avons conçu des bombes capables de détruire l’humanité sans que rien n’en reste il est devenu impossible de penser, comme Hegel et sa postérité, que l’esprit se réaliserait dans l’histoire. « Le jour de la dégradation de l’Histoire est arrivé […] puisque celle-ci se révèle être elle-même mortelle[3]. » Dès lors, nous ne connaissons et ne connaîtrons plus d’autre temps que le délai qui nous sépare d’une fin réellement absolue, la mort de l’histoire nous condamnant au néant. Comme si l’humanité n’avait jamais existé, puisqu’il ne restera personne pour s’en souvenir.

C’est pourquoi la deuxième partie de ce colloque sera consacrée aux récits et images de deux catastrophes récentes, Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011), dont la nature réactive la notion d’une apocalypse sans royaume telle qu’elle a été théorisée par Anders. Les deux « accidents » nucléaires sont à l’origine d’une très riche production de récits, de fictions, de témoignages et d’images photographiques ou filmiques qui s’attachent autant à documenter la catastrophe qu’à raconter le temps de l’après dans la « zone interdite » rendue invivable par la contamination radioactive. Tout le paradoxe de ces fictions et récits est que, sans jamais nier la force d’annihilation du désastre, ils interrogent de fait les modalités de la survivance de l’humain au sein d’une nature irrémédiablement altérée. En montrant les traces présentes du désastre, les récits de Tchernobyl et Fukushima rendent visibles la temporalité longue d’une catastrophe infiniment à l’oeuvre dans les mémoires, dans les lieux et dans les corps ; mais c’est aussi depuis le coeur de cette catastrophe sans fin que se réinvente, dans certaines représentations, un nouvel imaginaire de l’utopie.

Jean-Paul Engélibert (Telem, Bordeaux 3) et Raphaëlle Guidée (Poitiers, Forell B3)

Les communications, en français ou en anglais, pourront porter sur toutes les formes de représentations de la catastrophe (littérature, cinéma, photographie, essais), les approches théoriques ou comparatistes étant bienvenues.

Les propositions de communication, accompagnées d’une brève notice de présentation de l’intervenant, devront être envoyées aux deux adresses suivantes avant le 31 octobre 2012 :

jean-paul.engelibert@u-bordeaux3.fr

raphaelle.guidee@univ-poitiers.fr

[1] Pierre Bourdieu, Contre-feux 2, Paris, Raisons d’agir, 2001, p. 57.

[2] Günther Anders, La menace nucléaire (1981), traduction française de Christophe David, Paris, Le Serpent à plumes, 2006, p. 294.

[3] Ibid., p. 250.

Responsable : Jean-Paul Engelibert

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les ailleurs de Corto Maltese

Dominique Lanni et Nicolas Pien de l’université de Malte lancent un appel à communication intitulé « Les Ailleurs de Corto Maltese ». Débouchant apparemment sur un ouvrage, cette proposition entend ainsi appréhender l’une des plus célèbres bandes dessinées de la seconde moitié du XXe siècle sous un angle à la fois géographique (Sibérie, Russie ou Argentine sont ainsi mentionnés dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous) et poétique (puisqu’il est question d’ailleurs littéraires ou « mythiques »…). Et semblable travail serait certainement l’occasion de s’interroger sur la pertinence de la notion d’exotisme dans le cadre du neuvième art : si le personnage d’Hugo Pratt n’est pas le seul à voyager, loin s’en faut (pensons à Tintin, Spirou ou Astérix qui n’ont de cesse de parcourir le monde), il semble s’inscrire dans une véritable « représentation de l’étranger » se situant loin des clichés. D’Irlande (Les Celtiques), Pratt semble livrer une réflexion sur l’identité d’un peuple dominé par ses puissants voisins ; de même, La Ballade de la mer salée est l’occasion de présenter au lecteur les indigènes mélanésiens alors que la première guerre mondiale est sur le point d’éclater. « L’ailleurs » semble effectivement se nourrir de modes d’expression, de traditions littéraires, de célèbres monuments et nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette réflexion avant le 15 octobre prochain.

Les Ailleurs de Corto Maltese

Dominique Lanni – Université de Malte / C.R.L.V.

Nicolas Pien – Martinique

Dans son hors-série paru fin 2001 et consacré à Corto Maltese, la rédaction du magazine GÉO a eu l’excellente idée de retracer sur un planisphère le tracé des voyages de l’aventurier créé par Hugo Pratt. De Malte à Gibraltar en passant par Venise, de l’Irlande à l’Argentine, des Antilles à Samarkand, de la Russie au Brésil, de la Chine à la Corne de l’Afrique… le marin maltais a, seul ou en compagnie de son âme damnée Raspoutine, écumé peu ou prou toute la planète, traversant sans trop de dommages tous les conflits ayant agité le monde au cours du premier tiers du vingtième siècle, étant des trafics les plus louches, des quêtes de trésors les plus improbables… Les ailleurs de Corto Maltese, ce sont donc ces lieux réels et d’autres ponctués de rencontres avec des personnages ayant réellement existé comme d’Annunzio, Jack London, Joseph Conrad, Louise Brooks, le baron Untern-Ungern… Mais ce sont également ces mondes imaginaires –mais le sont-ils vraiment ? – qui apparaissent dans les premiers albums, comme Corto, toujours un peu plus loin, mais surtout, dans les derniers, Les Helvétiques et Mû. L’objectif de ce volume collectif est de réunir des contributions sur les ailleurs de Corto, qu’ils soient réels ou imaginaires, qu’ils se situent au niveau du texte ou des images, ou dans le rapport texte/image.

Les contributions pourront porter sur la relation nouée par Corto Maltese avec un ailleurs spécifique, consister en une comparaison entre plusieurs ailleurs, montrer l’évolution de la notion même d’ailleurs dans l’oeuvre d’Hugo Pratt. Les perspectives sont nombreuses.

Nous avons déjà reçu et retenu plusieurs propositions. A ce jour, manquent toutefois, pour que le  volume soit complet, des propositions sur les thématiques suivantes :

1. Les ailleurs mythiques (Mû, les Helvétiques…) Une étude
comparatiste serait idéale. Sinon, nous avons une excellente
proposition sur Mû, mais rien sur Les Helvétiques.

2. Les ailleurs littéraires (Lectures…)

3. Venise (Là encore, une excellente proposition retenue inclut Venise, mais la cité des Doges mériterait une étude à part…)

4. La Sibérie, la Russie…

5. L’Argentine (à mettre en relation avec les écrits de Albert Londres, avec Carlos Gardel…)

Les propositions de communication –avec titre, résumé et mots-clés– sont à adresser pour le 15 octobre 2012 à Dominique Lanni et Nicolas Pien  aux adresses suivantes : dominiquelanni@yahoo.fr. et nicolas.pien@ac-martinique.fr.

 L’ouvrage sera publié aux éditions L’Harmattan, dans la collection « Audiovisuel et communication » dirigée par Erika Thomas et Bernard Leconte.

Responsable : Dominique Lanni et Nicolas Pien

Adresse : University of Malta – Dept. of French – Fac of Arts. 2080 Msida – Malta

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’Allemagne : quelle(s) image(s)?


Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et « Représenter l’auteur de bande dessinée » (qui sont, nous vous le rappelons, toujours valables: voir ici), Comicalités. Études de culture graphique lance aujourd’hui son troisième appel à communication intitulé « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? ». La date limite est fixée au 1er mars prochain.

 

L’Allemagne : quelle(s) image(s) ?

« Thématique » dirigée par Marc Hieronimus

Deuxième pays exportateur dans le monde, quatrième puissance économique, et le pays le plus peuplé de l’Union européenne, l’Allemagne peut être vue comme le pays du livre : lors des foires du livre de Francfort et de Leipzig, quelque 94000 nouvelles parutions ou rééditions sont présentés chaque année, dont presque 3000 bandes dessinées.

Décrit comme le pays de la musique et de l’hospitalité, des poètes et des penseurs (Dichter und Denker), comme celui des juges et des bourreaux (Richter und Henker), l’Allemagne d’aujourd’hui est le pays des idées, lit-on. Sa société, pour un moment « la plus heureuse du monde », se caractérise par le pluralisme des modes de vie et une grande diversité ethnique et culturelle.

Tous les faits et clichés portent à croire que le pays de Wilhelm Busch se range également parmi les « grandes puissances » du neuvième art et que celui-ci est un de ses modes d’expression de prédilection. On connaît certainement Ralf König, peut-être l’humoriste Walter Moers ou le « prix de l’audace » 2010 du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême (Jens Harder), et tout le monde a déjà feuilleté un tome d’une série lambda dont le héro a une mission en Allemagne… Autrement dit : on ne sait rien de l’Allemagne et de la bande dessinée !

Pourtant, il existe une recherche sur la bande dessinée : des magazines spécialisés tels Comixene ou Comic ! Jahrbuch, les travaux de la société pour la recherche en bande-dessinée Comfor, des portails comme Deutscher Comicguide ou la bibliographie spécialisée de l’université de Bonn montrent bien l’intérêt croissant des universitaires, et ce même si les œuvres scientifiques d’une portée internationale restent l’exception.

C’est pourquoi nous lançons aujourd’hui un appel à communication intitulé « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » : nous espérons recevoir des articles s’inscrivant dans l’une des trois problématiques suivantes.

 

1.Quel système éditorial pour la bande dessinée allemande ?

– Il serait intéressant d’analyser les tendances du marché et les caractéristiques économiques de la production de bande dessinée en langue allemande à travers l’analyse d’indicateurs (nombre de titres, volumes de vente…) et des comparaisons avec la France ou d’autres pays…

– La production de bande dessinée en langue allemande pourrait également être étudiée en se focalisant sur la diversité des genres (place de la « franco-belge », du manga, des comics ?), la structuration de l’offre (collections, séries ?), la typologie des différents éditeurs (« indépendants », « groupes éditoriaux » ?)…

– Les publics allemands de la bande dessinée pourraient être étudiés, que ce soit en terme de structuration du lectorat (répartition par âge, par classes sociales ?), de pratiques de lecture (fréquence, genres préférés ?), de diversité de modes d’acquisition (achats occasionnels, collection ?)…

– Les processus de traduction de bandes dessinées posent nombre de problèmes, à commencer par celui des pays-sources (USA, Japon, France ?), des traducteurs (formation, rémunération) et des modes de diffusion (remontage ou respect du format original, place de l’album ?)…

– Il en est de même du mode de diffusion, de commercialisation et de médiation : la place de la bande dessinée en librairie, sa présentation en bibliothèque, ses dispositifs de médiation (expositions, rencontres avec les auteurs, festivals ?), le discours des médias et/ou des intellectuels autour de la bande dessinée (et en particulier l’état de la critique) restent à expliciter.

– La situation des auteurs pourrait également faire l’objet d’une étude : quid de leur formation (école d’art, université?), de leur mode de publication (à l’étranger, en Allemagne ?), de leurs conditions de travail et de rémunération ainsi que de leur statut social ?

 

2.Allemagne et culture graphique

– L’identité de la bande dessinée allemande reste à cerner. Il serait sans doute intéressant de tenter une approche stylistique (graphisme et scénario) des productions allemandes, et de s’interroger sur les influences étrangères afin de questionner l’existence d’une « école allemande » de bande dessinée.

– L’existence d’une tradition graphique propre à l’Allemagne pourraient faire l’objet d’un ou plusieurs articles, notamment pour déterminer quelles filiations, influences, proximités il est possible d’observer entre les actuelles propositions de bandes dessinées et la place de l’image narrative dans la presse imprimée et le livre (caricature, dessins de publicité, récit de guerre (« Kriegsbilderbogen »).

– Le rôle pédagogique de l’image imprimée en Allemagne reste de même à expliciter : des travaux pourraient porter sur la place de la bande dessinée (voire de l’image dessinée) dans le système éducatif (en Allemagne ou pour l’étude de la langue allemande) ainsi que sur les techniques d’analyse et d’étude de la bande dessinée (par exemple à travers une comparaison avec d’autres pays européens).

 

3. L’Allemagne dans la bande dessinée

– La représentation de l’Allemagne et des Allemands pose nombre de problèmes, et il serait intéressant de développer une approche critique des sujets et lieux fétiches de la bande dessinée (par exemple, qu’est-ce que Berlin pour les auteurs : la capitale de l’Empire, celle de la république de Weimar, « Germania », la ville divisée puis réunifié, la capitale de la musique électro, etc. ?)

– L’évocation de l’histoire allemande dans la bande dessinée reste également à faire, notamment en s’interrogeant sur les époques ou événements du XXe siècle et des siècles précédents qui ont inspiré les auteurs ou les éditeurs : quelques tentatives d’explication et d’approche esthétique (styles graphiques, procédés narratifs) seraient les bienvenus…

– Les années 1933-1945 ne constituent-elles pas la principale toile de fond de l’histoire allemande en bandes dessinées ? Il serait intéressant d’étudier les caractéristiques de la production centrée sur la période, la diversité des approches (polar, humour ?) et l’évolution de son traitement (comment la représentation de cette histoire difficile a-t-elle changée depuis La bête est morte ?).

– L’analyse des « clichés » de l’Allemagne en bande dessinée pose également nombre de questions : qu’est-ce qui est typique de l’Allemand et de son pays ? Ne retrouve-t-on pas des procédés proches de la caricature (le casque à pointe dans Astérix chez les Goths, les crypto-allemands ou les « germanomorphes » dans QRN sur Bretzelburg de Franquin) ?

 

Le présent appel à communication est ouvert à tous les chercheurs, quel que soit leur statut (universitaire ou non) et leur origine (même si nous ne pouvons publier que des textes écrits en français ou en anglais). Nous les invitons à nous répondre en nous soumettant deux documents :

 

– Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.

– Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

 

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes avant le 1er mars 2012.

 

Marc Hieronimus, responsable de la « thématique »

marc.hieronimus@u-picardie.fr

Benoît Berthou, directeur de Comicalités.

ben.berthou@orange.fr

 

 

Pour plus d’information :

http://comicalites.revues.org/

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

Dans le cadre d’un projet de recherche ANR, la Joie par les livres (Centre national de la littérature pour la jeunesse / BnF), l’université Blaise-Pascal et l’AFRELOCE organisent un colloque à l’automne 2012 consacré à la question des enfants en temps de guerre. De l’embrigadement des enfants dans les bandes dessinées des deux conflits mondiaux (évoqués notamment à travers les travaux de Manon Pignot ou Gilles Ragache), à l’encadrement des lectures enfantines (on pense évidemment aux travaux de Thierry Crépin sur la Commission de Surveillance et de Contrôle des publications destinées à la jeunesse), les pistes abondent dans le domaine de la bande dessinée. Ce colloque s’intéressant particulièrement aux points de vue à hauteur d’enfants, on pense immédiatement à une oeuvre telle que Gen d’Hiroshima. Plus profondément, la tension entre aspirations pacifistes et logiques bellicistes trouvera, dans le champ de la bande dessinée, un terreau fertile, cette tension apparaissant comme un des fondements de la bande dite « dessinée franco-belge ».

 

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse
Colloque international à la Bibliothèque nationale de France et à l’Ecole Normale Supérieure de Paris

18-19 octobre 2012

Délai : 30 septembre 2011

Dans le cadre du programme de l’Agence Nationale pour la Recherche Enfance Violence Exil, la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (UBP-CELIS) organisent, les 18-19 octobre 2012, un colloque consacré aux Enfances en guerre et littératures de jeunesse, avec le concours de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

La littérature de jeunesse, en tant que champ littéraire spécifique destiné à un public défini par son âge, s’inscrit dans des cadres nationaux souvent contraints, où peuvent s’exercer différentes formes d’interdictions, voire d’autocensure, et où l’audace de la pensée trouve parfois des chemins de traverse pour s’imposer. Dans le même temps et un peu partout dans le monde, les littératures de jeunesse ont acquis une légitimité et une complexité qui les autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. Mais jusqu’où s’aventurent-elles ?

De ce point de vue, il serait intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires géographiques et culturelles mettent en scène textuelle et/ou iconique telle guerre à partir du 20e siècle (sans exclure les perspectives ouvertes par l’anticipation) ou l’état de guerre en général (lorsque cette dernière demeure indéfinie d’un point de vue spatio-temporel). La thématique de l’exil forcé sera prise en compte, dès lors que celui-ci touche directement des enfants et qu’il est une conséquence directe des guerres.

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en particulier ainsi que les migrations contraintes, assorties des effets désastreux (politiques, économiques, sociaux, etc.) sur les populations qu’elles occasionnent, soient très différemment représentées. Le souci souvent consensuel, pour ne pas dire politiquement correct, en France et depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de comportements patriotiques ? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction des contextes historiques, idéologiques et socioéconomiques ? Que deviennent aussi l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation, omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ? On peut également se demander dans quelle mesure cette représentation interroge les débats sur la mémoire, ses silences ou ses excès.

Dans le sillage du colloque « Guerres et totalitarismes dans la bande dessinée » (Cerisy-la-Salle,7-10 juin 2010, co-organisé par Viviane Alary – UBP/EVE), ce colloque international voudrait sonder les littératures de jeunesse françaises ou publiées en France et les littératures de jeunesse étrangères dès lors qu’elle mettent en scène des enfants en temps de guerre, victimes des totalitarismes ou/et des exils forcés.

Des chercheur-e-s de différentes disciplines – littéraires, linguistes, historien-ne-s, sociologues, psychologues, psychanalystes, anthropologues, ethnologues, sémiologues, historien-ne-s de l’art, etc.- pourraient apporter leurs précieux éclairages, que leurs analyses, inscrites dans une dimension synchronique ou diachronique, portent sur l’étude de corpus ou sur celle d’oeuvres isolées. Nous pourrions ainsi avoir une plus juste idée de l’état des représentations de ces événements en fonction des pays, des époques et des idéologies.

Outre la volonté de faire ressortir l’existence de patrimoines littéraires et iconographiques connus ou plus confidentiels, ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes dessinées, mangas, documentaires, etc. Une attention particulière sera accordée à la question des points de vue qui engagent diversement le discours textuel et/ou iconique : à hauteur d’enfant – récits ou témoignages d’enfants – ou à hauteur d’un-e adulte créateur-trice visant un jeune lectorat – (auto)fiction, (auto)biographie, souvenir, mémoires, récit, documentaire, docu-fiction, ou autre.

 

Comité scientifique du colloque :

Nelly Chabrol Gagne (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Michel Defourny (Université de Liège), Claudine Hervouët (BnF/CNLJ – La Joie par les livres), Claude Hubert-Ganiayre (enseignante honoraire), Mathilde Lévêque (Université de Paris 13 – Afreloce), Mathieu Lescuyer (Bibliothèque Universitaire Paris IV et de l’Université de Clermont-Ferrand), Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Olivier Piffault (BnF/CNLJ-La Joie par les livres), Jacques Vidal-Naquet (BnF/CNLJ – La Joie par les livres).

 

Modalités

Le colloque se déroulera à Paris, le 18 octobre à la BnF et le 19 octobre à l’ENS de Paris.

Langues : français, anglais, espagnol.

Les communications seront enregistrées afin d’être mises en ligne sur le portail d’EVE (avec l’accord des intervenant-e-s)et éventuellement sur un site de la BnF.

La durée de chaque communication est limitée à 25 minutes.

Les propositions de communication (titre et résumé de 1000 signes maximum), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique devront parvenir (par courriel)

avant le 30 septembre 2011 à :

Marion Caliyannis

BnF – CNLJ-La Joie par les Livres

marion.caliyannis@bnf.fr

 

Contexte : le programme Enfance Violence Exil

Le programme de l’Agence Nationale pour la Recherche « Enfance Violence Exil », élaboré par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Socio-poétique (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), en partenariat avec l’Université d’Amiens et l’Université de Regensburg, consiste en la collecte, l’exploitation en matière de recherche et la valorisation de différents fonds relatifs à l’expérience de la guerre, de l’exil consécutif aux violences civiles, de la violence subie par des enfants au cours ou à la suite des conflits du 20e siècle, principalement en Europe (de la Première Guerre mondiale à l’aube du 21e siècle). Le fonds Brauner (dessins d’enfants), d’autres fonds de dessins, de journaux scolaires et collectifs, des gisements archivistiques de l’intime sont explorés, en regard des représentations culturelles de l’enfance en guerre. Ce projet s’inscrit dans un champ de recherches interdisciplinaire qui associe en particulier les approches littéraires, historiques, linguistiques, psychologique, humanitaires. La documentation exploitée reconstitue, dans une période historique et une aire culturelle déterminées, une véritable histoire du 20e siècle à « hauteur d’enfant », à travers le vécu des enfants victimes et de la représentation qu’ils en ont donnée ou dont ils ont fait l’objet par l’intermédiaire des médias les plus variés.

Les réalisations de ce programme de recherche sont accessibles sur le portail de ressources :

http://www.enfance-violence-exil.net

L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mythification

Le centre de recherche FIGURA (à travers son équipe joliment nommée ERIC LINT) de l’université du Québec à Montréal (UQAM) et le LERMA (Aix-en Provence) lance un appel à communication intitulé : « L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mythification ». Faisant suite à un premier colloque consacré aux fictions et images du 11 septembre, cet événement est susceptible d’intéresser les chercheurs travaillant sur la bande dessinée puisqu’il « propose de s’arrêter à l’impact des attentats du 11 septembre en art » en posant la question du « passage de la fictionnalisation à la mythification ». L’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous propose d’étudier des « figures », des « représentations » ou des « canons » plus que des récits, et il sera possible pour les étudier de s’appuyer sur deux articles d’Eric Villagordo : « La représentation du 11 septembre dans les bandes dessinées : frontière du réel et de l’imaginaire » ainsi que « La mort le 11 septembre 2001 : distance et représentation dans la bande dessinée ». La date limite est fixée au 15 mai prochain.

L’imaginaire du 11 septembre 2001: de la fictionnalisation à la mythification

Date limite : 15 mai 2011

Il ne fait plus aucun doute que les attentats du 11 septembre 2001 aient constitué pour plusieurs un moment de rupture important, certains y voyant la naissance même du 21e siècle et du troisième millénaire. Charnière, l’événement ne pouvait peut-être faire autrement que de l’être : les États-Unis, attaqués sur leur sol, là même où le pouvoir est en jeu, par le commerce dans les tours du World Trade Center, et la force militaire au Pentagone. 19 terroristes, formés dans les écoles d’aviation des États-Unis, réussissant à détourner quatre avions et à les transformer en missiles, atteignant des symboles de la force des États-Unis sans que ces derniers aient le temps de répliquer. L’attaque, rythmée par les écrasements des avions et les effondrements des tours, s’est déroulée en 102 minutes, comme un blockbuster, et a été diffusée en direct à la télévision.

L’événement ne serait pas le même sans sa diffusion. Dans les jours et les mois qui ont suivi, les médias ont diffusé de manière répétitive des images fixes et filmées de l’événement, cristallisant la représentation qui serait donnée des événements en une série d’icônes : l’homme qui tombe, les papiers tombant, le nuage de débris, l’explosion de l’avion dans la tour sont autant d’images qui, transformées en tropes, traversent les représentations du 11 septembre, que ce soit en littérature, en arts visuels ou au cinéma. Marianne Hirsch, dans un article de 2003 sur les images iconiques du 11 septembre, demandait : « What elements determine this process of reduction and iconization? And in what ways will this process be in fact determined by aesthetic factors? » À l’approche du 10e anniversaire des attentats, le moment semble tout indiqué pour relancer cette question afin de voir comment les arts ont répondu à l’événement, l’ont intégré ou n’ont pas réussi à le faire de manière jugée satisfaisante, comme c’est le cas avec le cinéma main Stream qui, après World Trade Center d’Oliver Stone, s’est contenté d’évoquer l’événement de manière plus ou moins lointaine.

Ce colloque, qui fait suite aux colloques Fictions et images du 11 septembre 2001 (UQAM-2007) et Regards croisés sur le 11 septembre (Aix-en-Provence, 2010), propose de s’arrêter à l’impact des attentats du 11 septembre en art. Dix ans après, comment le cinéma, le théâtre, les arts visuels et la littérature négocient-ils avec l’événement? Que les oeuvres d’art le fassent sur le mode mineur de l’évocation ou en situant les attentats au centre de l’oeuvre, quelles images utilisent-elles? Partant de la prémisse que le 11 septembre marque, dans les faits, la naissance d’un mythe d’origine du 21e siècle, comment s’effectue dans la création même ce passage de la fictionnalisation à la mythification? Quelles figures, quelles représentations sont choisies? Quelles figures sont, au contraire, rejetées, négligées, alors qu’on les croyait centrales après les attentats?

Voici, à titre indicatif, quelques pistes de réflexion :

· Figures récurrentes dans les romans du 11 septembre

· Enjeux de la commémoration : entre les souvenirs, la mémoire et la reconstruction

· Les canons du 11 septembre en photographie

· Cristallisation des figures et du récit

· Impuissances du cinéma

· Le 11 septembre et la télévision

· La réception critique des romans du 11 septembre

· Réponses de l’institution (littéraire, cinématographique, artistique) aux représentations de l’événement

· Processus de mythification de l’événement

· Le 11 septembre 2001 et l’autre 11 septembre (Chili)

· Le recours à d’autres événements historiques pour parler du 11 septembre.

· Etc.

Le colloque, organisé conjointement par ERIC LINT (UQAM) et le LERMA (Aix-en-Provence), aura lieu les 7 et 8 octobre 2011 à l’Université du Québec à Montréal.

Les propositions (250 mots) doivent être adressées à Annie Dulong (annie.dulong@videotron.ca) avant le 15 mai 2011.

Comité scientifique

Annie Dulong

Bertrand Gervais

Responsable : Dulong Annie

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comics and conflicts conference

Le Imperial War Museum de Londres lance un appel à communication intitulé : « Comics and Conflict ». Débouchant sur un colloque (prévu les 19 et 20 avril prochain) à Londres, celui-ci nous invite à réfléchir sur la « façon dont les bandes dessinées du monde entier représentent l’expérience et l’impact de la guerre et des conflits ». Faisant directement écho à un colloque de Cerisy organisé en juin 2010 (« Guerres et totalitarisme dans la bande dessinée »), cette proposition nous invite à considérer nombre de problématiques et d’œuvres que nous ne saurions toutes citer ici (Gen d’Hiroshima, La Guerre d’Alan, Gaza 1956…). Il est à noter que la collection « La BD de classe en classe » éditée par le CRDP Charente-Poitou propose plusieurs titres proposant un usage pédagogique d’œuvres portant sur la guerre : Enseigner la souffrance et la mort avec C’était la guerre des tranchées de Tardi, Dessiner l’indicible autour d’Auschwitz de Placal Croci ou encore La guerre d’Algérie avec Azrayen de Lax et Giroud. Il est sans doute possible, s’appuyant sur ses publications, de formuler une piste de recherche originale qu’il s’agira de concevoir avant le 31 mars prochain.

The Comics & Conflicts Conference will be held on 19-20 August, 2011 at the Imperial War Museum in London, and is aimed at comics scholars, practitioners, and enthusiasts. Invited conference speakers and guests will include: Pat Mills (Charley’s War); Martin Barker and Roger Sabin on Doonesbury; Garth Ennis (Troubled Souls, War Story); Jacques Tardi (It Was The War Of The Trenches) and Jean-Pierre Verney (Putain de Guerre), the latter two subject to confirmation.

Papers for the conference are welcomed that explore the ways in which comics around the world represent and articulate the experience and impact of war and conflict. For example, topics may include:

  • Depictions of conflict in comics created for children.
  • Representations of trauma in comic books, graphic novels, manga & other forms of international comics.
  • Visual representations of conflict in such places as Afghanistan, Britain, France, Germany, Japan, Korea, The Middle East, Northern Ireland, and Vietnam.
  • Journalism, biography, and memoir in comics on conflict.
  • Focus on key practitioners such as Guibert, Kubert, Mills, Sacco, Satrapi, Spiegelman, Tardi & Trudeau.
  • Comics as a space to depict/critique national ideology.
  • Comics as tools of propaganda, both of the state and of protest organisations.

In the first instance please email abstracts of 250 words, with a brief author biography, to a.kahn@roehampton.ac.uk, including ‘Comics & Conflicts 2011’ in the subject heading. The deadline for submissions is 31 March, 2011.

The Comics & Conflicts Conference is organised by Ariel Kahn (Senior Lecturer in Creative Writing at Roehampton University), Alex Fitch (presenter of Panel Borders, the UK’s only weekly broadcast radio show about comics) and Paul Gravett (Comica Director).

The Comics & Conflicts Conference will form part of a literary festival being held from 13-21 August 2011, which accompanies the Imperial War Museum’s new exhibition Once Upon A Wartime: Classic War Stories for Children.  For more information about the exhibition and the festival visit the Imperial War Museum web site.

Further details of this very special event (including details on the keynote speakers, special guests and registration) will be announced right here on the Comica News Blog.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

The Medium is the Lesson: Using Literature, Film, and New Media to Teach Politics

Robert W. Glover, de l’université James Madison (USA), lance un appel à communication intitulé : « The Medium is the Lesson: Using Literature, Film, and New Media to Teach Politics » Celui-ci entend donc évaluer l’apport de modes d’expressions s’écartant du seul « textuel » dans le processus de « compréhension de l’inujustice, de la souffrance humaine et de l’humiliation ». Des études portant sur la bande dessinée seraient ainsi certainement les bienvenues et aucun article n’a, à notre connaissance, pleinement abordé le sujet. Cet axe semble d’autant plus fructueux que nombre d’œuvres, comme par exemple La seconde guerre mondiale de Pierre Dupuis, adoptent un parti-pris didactique (organisation chronologique du récit, larges récitatifs explicitant les événements représentés…) qu’il y a lieu d’expliciter plus avant et de confronter avec des travaux constituant de véritables témoignages (comme Gen d’Hiroshima) ou s’inscrivant dans un registre pathétique mettant l’accent sur une souffrance physique et morale (pensons à l’œuvre de Jacques Tardi). Si nos lecteurs ont d’autres suggestions, nous les invitons à nous les communiquer avant le 1er mars 2011, date de remise des propositions.

A variety of « texts » may be deployed in the classroom for the purposes of exposing students to narratives of injustice, political struggle, power and domination, and democratic contestation. Textbooks and lecture constitute one such text. Yet what is particularly noteworthy in human history is the tremendous power of literature, film, and other forms of narrative to elevate our understanding of an injustice, of human suffering and humiliation, while igniting our desires to alleviate such societal shortcomings. The educational intent of such mediums is, almost by definition, less implicit than « traditional » materials yet their power to move the « reader » is often more profound. Furthermore, as technological media proliferate, we potentially gain yet another mechanism through which to teach our students about their contemporary political reality.

Thus, literature, film, and new forms of media present tremendous opportunities for teaching students about politics. Yet the concrete ways that we might utilize such « texts » within our classrooms remain under-researched in political science scholarship. How might we structure our engagement with « non-traditional texts » such as literature, film, art, and new media in ways that maximize their potential to spur critical thinking and intellectual growth among our students? What dangers and obstacles accompany such unorthodox pedagogical methods? These questions have yet to be dealt with in a systematic way.

With these opportunities and gaps in mind, the editors invite submission of abstracts for an edited volume on the use of literature, film, and new media (broadly defined) in political science pedagogy. In particular we are interested in chapter-length pieces that examine innovative and non-traditional « texts » within the political classroom including: literature, art, film, theatre, music, advertising, simulations and role-playing, as well as internet resources such as YouTube and social networking media. We welcome submissions from all sub-fields of political science and government as well as related disciplines, and support a methodologically pluralistic approach to exploring the questions above. In addition, we welcome submissions covering teaching at all levels of higher education, from introductory surveys to graduate seminars. A publication timetable has not yet been set. Interested authors should contact the editors via email with any questions or to submit their abstracts.

Details

• Deadline for sending abstracts: March 1, 2011.

• Length of abstract: 350 words.

• Abstracts should be e-mailed to Robert W. Glover  (gloverrw@jmu.edu) and Daniel Tagliarina (daniel.tagliarina@uconn.edu)

Robert W. Glover

Dept. of Justice Studies

James Madison University

90 Bluestone Drive, MSC 1205

Harrisonburg, VA 22801

Email: gloverrw@jmu.ed

Daniel Tagliarina

Dept. of Political Science

University of Connecticut

341 Mansfield Rd. U-1021

Storrs, CT 06269

Email: gloverrw@jmu.edu

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts