Comicalités : nouvelles publications

En ce mois de septembre, Comicalités reprend ses activités en publiant deux articles qui, nous l’espérons, mettent en évidence la richesse de la culture graphique en s’interrogeant sur la portée de deux parti-pris éditoriaux. Si le premier entend proposer une lecture de l’histoire de la bande dessinée à travers la reproduction d’un ensemble de cases, le second nous invite à nous interroger par le choix d’un lettrage sur le « geste » qui est au fondement de création de bandes dessinées (résumés plus bas).

– « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante » d’Erwin Dejasse.

– « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel » de Laurent Gerbier.

Ces articles s’inscrivent dans le cadre de notre rubrique « Éclectiques » ainsi que de notre thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et nous entamerons avant Noël la publication des premiers articles de « Représenter l’auteur de bandes dessinées ». Nous rappelons à nos lecteurs que ces Carnets sont à leur disposition pour publier leurs réflexions à propos de ces publications ou tout esquisse d’article destiné à Comicalités.

 

Benoît Berthou

Université Paris 13

Directeur de Comicalités. Etudes de culture graphique

——————————————————————

 

Erwin Dejasse, « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante »

 

Entre 2006 et 2007, L’Association a publié les trois numéros de la revue L’Éprouvette. Ceux-ci sont notamment illustrés par trente-quatre hors-texte présentant des fragments de cases fortement agrandies. En les confrontant avec des réalisations comparables (l’exposition Bande dessinée et Figuration narrative, la rubrique « Cases mémorable » dans Les Cahiers de la bande dessinée), cet article s’interroge sur ce qu’implique la reproduction de fragments. Il tente aussi de déterminer le rôle joué par ces images au sein de la revue et les liens qu’elles entretiennent avec le reste du contenu. Enfin, toujours en les mettant en perspective avec les réalisations évoquées plus haut, il analyse dans quelle mesure ces images esquissent les contours d’une certaine histoire de la bande dessinée.

Laurent Gerbier, « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel »

Comment se fait-il que le lettrage mécanique utilisé dans certaines bandes dessinées, et tout particulièrement dans les traductions, donne parfois l’impression d’être si mal adapté au dessin ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut revenir à l’unité fondamentale du tracé de la lettre et du trait du dessin : en examinant cette unité non seulement dans la pratique des dessinateurs, mais aussi dans les rencontres du trait et de la lettre dans les manuscrits enluminés du Moyen Âge, on essaiera de montrer que le dessin et le lettrage de la bande dessinée sont liés par une contemporanéité qui est celle de la trace. Parce qu’une main les forme, ces traits constituent des vestiges de geste, dans lesquels se joue la temporalité particulière des iconotextes. Le lettrage mécanique, utilisé sans précaution et sans finesse, écrase cette temporalité subtile, qui révèle la solidarité du texte et de l’image dans la bande dessinée.

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les nouvelles tendances de la création calligrammatique

Nicole Biagoli du Centre de Recherche Transdisciplinaire de l’université de Nice lance un appel à communication intitulé : « Les nouvelles tendances de la création calligrammatique ». Partant du principe que « le secret de la longévité et de l’adaptabilité du genre réside dans l’interrogation sans cesse renouvelée qu’il porte sur le trait », cette proposition ne peut qu’intéresser les chercheurs en bande dessinée qui serait ainsi susceptible d’investir le champ d’une pratique que l’on cantonne encore trop souvent aux travaux d’Apollinaire. Si le neuvième art n’est pas cité ici, il y a en effet fort à parier que des propositions le mettant à l’honneur pourraient être acceptées : faisant toute la place au « trait », la bande dessinée ne constitue-t-elle pas par définition une forme entendant « lutter avec l’emprise du sens textuel », pour reprendre les propos de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous. Force est de constater que, de la forme parfois étrange des « bulles » chères à la bande dessinée aux étonnantes réflexions que certains artistes peuvent parfois mener sur le lettrage de leurs planches, le neuvième art peut être considéré comme la terre d’élection d’un calligramme. Pour s’en persuader, il n’est qu’à regarder une œuvre comme celle de Ruppert et Mullot (dans laquelle le texte ne saurait prendre place que de façon fragmentée) ou de Gipi (produisant une vie mal dessinée car elle est entièrement écrite au stylo-bille avec des formes tenant tout autant de l’écriture que d’autres types de représentation). Et nous invitons donc nos lecteurs à explorer ce problème passionnant avant le 10 juin prochain.

 

Les nouvelles tendances de la création calligrammatique

Date limite : 10 juin 2012

Cadre théorique :

Depuis qu’il a été inventé par Apollinaire en 1918, le mot « calligramme », tout en permettant de mettre un nom sur l’antique pratique des « vers figurés » a ravivé les tensions internes à la création poétique, entre l’expressivité graphique et l’expressivité sonore, la mimesis et le lyrisme.

Le secret de la longévité et de l’adaptabilité du genre réside dans l’interrogation sans cesse renouvelée qu’il porte sur le trait, support commun à la peinture et à l’écriture, et sur la langue, grâce à la forme prégnante, interprétant universel seul en mesure de lutter avec l’emprise du sens textuel (Nicole Biagioli, Daniel Bilous, Lire le calligramme, Protée, vol.14, n°1-2, 1986).

Le renouveau du calligramme au début du XXe siècle a été relié à la « crise des arts plastiques et la nécessité d’un renouvellement poétique » et au souci d’intégrer dans une oeuvre d’art « la multiplicité de points de vue » (Nicole Marie Mosher, Le texte visualisé. Le calligramme de l’époque alexandrine à l’époque cubiste, New York, Peter Lang, [u. a], 1990). Mais le développement de l’art typographique n’y a pas été étranger (Anne-Marie Christin, L’Image écrite ou la déraison graphique, Paris, Flammarion, 1995).

Le XXIe siècle est l’ère du télescopage des cultures, de la littérature-monde et des technologies modernes qui minent la distinction entre texte imprimé et texte tracé. Le calligramme hérite de la « pensée de l’écran » propre à l’image et se positionne au coeur des pratiques intermédiales (Philippe Marion, synthèse du 5ème colloque du CRI, Montréal, Nouvelle sphère intermédiatique V, 2003). Alors que pour certains il sert « non pas [à] exprimer une culture, mais [à] s’en arracher » (Michel Le Bris, Jean Rouaud (dir.) Pour une littérature-monde, Gallimard, Paris, 2007), pour d’autres, il est l’embrayage par excellence de la langue et la culture.

Quatre artistes ont accepté de collaborer avec nous et de nous faire partager leur expérience :

Juri Gik : artiste russe né à Kaliningrad à 1971 qui vit à Pushkino près de Moscou depuis 1996, pratique le mail art et l’art visuel. Il associe le calligramme à son travail sur le timbre (stamp-art), la correspondance postale et  la correspondance électronique. Il a publié la première anthologie du stamp-art sur CD ROM sous le titre « Encyclopedy of Collector » (Cyrill & Methodius, 1999) ;

Yazid Kheloufi : né en 1963 à Hammam Boughrara, dans l’Ouest algérien, plasticien calligraphe qui s’inspire du grand philosophe arabo-persan du Xe siècle, Abu Hayyan al-Tawhidi. Il tend à se rapprocher de l’écriture mystique, considérant l’unité entre ce que l’on voit, ce que l’on comprend et ce que l’on « ressent »comme condition nécessaire à l’expression de la beauté.

Bruno Niver : artiste français qui vit à Moscou depuis les années 90. Il déploie les potentialités du genre vers l’intersémioticité (par le passage à la couleur, à la troisième dimension et au mouvement), l’interculturalité (français/russe), et le plurimédia (tension entre le projet poétique et ses déclinaisons plastiques et musicales).

William Wolkowski : artiste et scientifique qui vit à Paris. Il combine calligrammatisation et traduction pour redéployer le sens et la forme de textes et de citations célèbres de Poe, St François d’Assise, Ronsard, Schiller, Mickiewicz, et pour célébrer l’année mondiale de la chimie en 2011. Son oeuvre contribue à l’amorce d’un « Espace Géopoétique Européen ».

L’oeuvre de ces artistes servira de tremplin à une réflexion sur les tendances actuelles de la production calligrammatique qui s’organisera autour de trois axes :

1- L’entrée dans la modernité

En revenant sur les révolutions esthétiques qui ont marqué le XXe siècle, on retracera l’histoire moderne du genre, qui a préludé à son actuelle mondialisation :

  • Quelles grandes scansions : auteurs-phares, écoles et mouvements esthétiques, extension à la sphère publicitaire et politique rythment l’évolution du genre ?
  • Avec quels autres genres s’est-il mêlé, affronté ? Pour quels métissages, quelles expérimentations ?
  • Quelles conséquences les controverses idéologiques, les bouleversements formels l’expansion et la démocratisation du genre ont-ils eu eux sur sa réception ?

2- Calligramme et interculturalité interlinguistique

En considérant les productions les plus récentes des artistes multilingues, on s’interrogera sur la manière dont le calligramme permet aux artistes de visualiser le bruissement des langues:

  • Quelle importance revêt la traduction dans le processus de production du calligramme depuis la conception jusqu’à la diffusion ?
  • Quel rôle jouent en particulier les écritures non romaines : arabe, chinois, cyrillique et avec quels effets de défamiliarisation?
  • Qu’est-ce qui demeure des « expériences singulières, c’est-à-dire socialement marquées » (Bourdieu) qui motivent la création ? Le calligramme est-il conçu comme une expression des identités ou comme une invite au dialogue interculturel ?

3- Calligramme et nouveaux médias :

On réfléchira aux enjeux des nouvelles technologies (traitement de texte, mise en ligne, projection, création interactive sur site, etc.) pour la création calligrammatique :

  • Comment le calligramme s’est adapté à la multiplication des écrans dans notre quotidien ? La tactilité du doigt vient-elle se substituer à la tactilité de l’oeil ?
  • Comment le tracé pictural ou manuscrit, prolongement du geste corporel et de la personne de l’artiste, résiste à ou se repositionne dans un tel contexte ?
  • Comment la création calligrammatique est-elle entrée dans l’ère de la création plurielle et interactive ? Existe-t-il des calligrammes collectifs ?

Responsable : Nicole Biagioli

Adresse : CTEL (Centre de Recherche Transdisciplinaire en Epistémologie de la Littérature EA 6308) Université de Nice-Sophia Antipolis, UFR LASH, 98 Bd. Edouard Herriot, 06200 Nice

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts