L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée

Le Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho lance un appel à communication pour un colloque qui aura lieu à l’université du Minho (Braga, Portugal)les 28 février et 1er mars 2013. Intitulé « L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée », cette proposition nous invite à interroger un homme « toujours en chemin, toujours en mouvement » et à tenter de cerner les « poétiques » et « questions théoriques » que soulève la notion de voyage. La bande dessinée est nommément citée, et seront donc les bienvenues des propositions qui, nous l’espérons, pourront s’appuyer sur un autre héros que le seul qui soit ici présenté : Tintin. Le récent dossier de la revue neuviemeart 2.0 (« Voyageurs immobiles : le thème du voyage dans la bande dessinée ») pourra certainement aiguiller nos lecteurs vers des pistes fructueuses avant le 3& janvier prochain.

 

L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée

Date limite : 31 janvier 2013

Homo viator: La perception de la condition humaine comme un voyage traverse des époques et des paradigmes historiques et culturels, liant la morale de Sénèque, la symbolique chrétienne du pèlerin, la métaphysique existentialiste de Gabriel Marcel et la campagne publicitaire d’une marque de whisky bien connue: keep walking.

Répondant à l’appel du large, de la route, du désert, l’homme est toujours en chemin, toujours en mouvement. Il parcourt le monde à la recherche d’autre chose, insaisissable et énigmatique, qui se manifeste sous des formes concrètes comme le Graal, les épices, les trésors, les civilisations perdues, la lune…

Sont nombreux les voyageurs qui peuplent notre patrimoine imaginaire, fictionnel et non-fictionnel : Gilgamesh, Ulysse, Marco Polo, D. Quichotte, Lévi-Strauss, Kerouac, Bruce Chatwin, Tintin; mais aussi la masse anonyme des commerçants, pirates, reporters, missionnaires. Il y a également une multiplicité de figures du voyage – pèlerinages, errances, expansions territoriales, découvertes maritimes, diasporas, exils, longues marches, flâneries, tourisme, voyages dans le temps, voyages autour d’une chambre –, et de leurs motivations: spirituelles, commerciales, politiques, morales, cognitives, ludiques.

Ce colloque discute les poétiques et les configurations imaginaires du voyage dans la littérature, le cinéma et la bande dessinée : fiction arthurienne, Märchen, travel writing, fiction scientifique, récit d’aventures (le roman d’aventures depuis Defoe, le cinéma, la littérature populaire et la paralittérature). Il interroge le rapport des poétiques du voyage aux genres littéraires, aux courants esthétiques, aux formes narratives, aux régimes de l’imaginaire, aux idéologies, aux matérialités sémiotiques et technologiques, aux dispositifs institutionnels et champs culturels. Le voyage apporte-il de nouvelles questions théoriques et/ou fraye-il des voies pour une perception renouvelée de la littérature, du cinéma et de la bande dessinée ? Quel rôle joue le voyage dans le tournant narratif, dans le retour du référent, appelé à réconcilier écriture et monde, ou encore dans l’hypostase de la fiction et dans l’essor de sa théorie ? De quelle façon les technologies, qui ont décisivement et irréversiblement reformulé les notions de temps et d’espace, affectent le voyage à une époque où le monde se réduit de plus en plus à la version qu’en donne Google Earth?

Le colloque aura lieu le 28 février et le 1er mars 2013 à l’auditorium de l’Institut des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Minho, à Braga, Portugal.

Les communication ne dépassent pas les 20 minutes.

Les langues de travail sont le portugais, le français, l’espagnol et l’anglais.

Les propositions (300 mots maximum) sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2013 à l’adresse imaginarioviagem@gmail.com

Frais de participation:

avec communication: 75 €

sans communication : 60 €

Responsable : Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho

Url de référence :
http://ceh.ilch.uminho.pt/

 

Adresse : CEHUMUniversidade do Minho 4710-052 BragaPortugal

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Autobio-graphismes et bande dessinée

Le Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) vient de rendre public le programme du colloque qui aura lieu les 6 et 7 février prochain à l’université de Clermont-Ferrand. Intitulé « Autobio-graphismes et bande dessinée », l’événement est organisé par Viviane Alary, Danielle Corrado et Benoît Mitaine et entend interroger « une des évolutions remarquables » de l’art de la bande dessinée « ainsi qu’en témoigne une abondante et régulière production abordant les multiples modalités du récit de soi ». Nous reproduisons ci-dessous le programme d’un événement qui s’annonce à l’évidence copieux.

 

Autobio-graphismes et bande dessinée

Colloque international, les 6 et 7 février 2013

MSH de l’Université Blaise Pascal

Responsables :
Viviane Alary, Danielle Corrado, Benoit Mitaine
Université Blaise Pascal, CELIS (EA 1002)
Université de Bourgogne, Centre Inter-Langues (EA 4182)

Thématique du colloque, inscription dans la politique scientifique du centre

Dans les années 80, Philippe Lejeune constatait que l’autobiographie n’était plus seulement une écriture de bilan de vie mais une forme de recherche permanente, d’exploration de soi et de son art. Significativement, l’évolution de la pratique écrite s’accompagnait de l’apparition d’une volonté d’expression autobiographique dans des arts a priori peu susceptibles au départ d’accueillir l’autobiographie tels que le théâtre ou la bande dessinée.

L’inscription de la bande dessinée dans le genre autobiographique constitue une des évolutions remarquables de cet art ainsi qu’en témoigne une abondante et régulière production abordant les multiples modalités du récit de soi. À la suite de nombreuses études et recherches sur cette problématique, ce colloque sera l’occasion de dresser un état de la question sur :
les pratiques autobiographiques : récit autobiographique, témoignage, autofiction, journal intime, blogs. Les frontières du genre : des récits à la première personne se développent sous forme de reportages, d’enquêtes, de chroniques générationnelles, de récits mémoriels qui possèdent une charge ou un point de départ autobiographique, mais les lit-on comme des récits autobiographiques ? Quelle est la nature du pacte autobio-graphique dans ce contexte ?
les modalités de l’insertion de l’expérience autobiographique dans le média spécifique de la bande dessinée reconduisent aux questions du « je » énonciateur, des modalités et spécificités de l’autoreprésentation graphique, du rapport entre graphisme et narration, de la place du paratexte dans le dispositif global.
quelles sont les incidences de la spécificité du media (la médiagénie) ?
le discours sur l’autobiographie : qu’est-ce que le récit autobiographique a apporté à la bande dessinée ? Dans quelle mesure l’autobiographie est-elle le moteur d’une nouvelle pratique de la bande dessinée ou contribue-telle à une évolution de la perception du Neuvième art et de son lectorat ?
en retour on peut se demander ce qu’apporte l’exploration par la bande dessinée de la démarche autobiographique : codifications et renouvellements par la bande dessinée.
l’ouverture aux formes connexes d’autobio-graphisme : carnets de voyage, carnet de bord, l’autobiographie dans l’album ou dans la photographie. Ce colloque est organisé par le Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique de l’Université Blaise-Pascal (C.E.L.I.S. – EA 1002) en association avec le Centre Interlangues Texte, Image, Langage (T. I. L. – EA 4182) de l’Université de Bourgogne.

Il s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur la bande dessinée et d’une série de travaux qui ont réuni les responsables scientifiques du présent colloque. Au sein du CELIS la réflexion donne lieu :
en 2005 au colloque Mythe et bande dessinée (Viviane Alary, Danielle Corrado ; ouvrage paru en 2007 aux Presses Universitaires Blaise Pascal),
en 2007 au colloque La guerre dessinée, Guerre et totalitarismes dans la bande dessinée, colloque Cerisy-la-Salle (Viviane Alary, Benoît Mitaine, 2010 ; publication en 2012 : Lignes de front, Bande dessinée et totalitarisme, Georg ed, coll. L’Equinoxe).

Parallèlement, le colloque s’inscrit dans la réflexion sur les écritures autobiographiques, transversale au sein du CELIS (Equipes Littératures XX-XXIe, Écritures et interactions sociales) qui a donné lieu à une Journée d’Etudes consacrée aux « Ecritures et espaces autobiographiques au théâtre » (Danielle Corrado, Stéphanie Urdician, mai 2010).

Ce colloque bénéficie d’un double ancrage dans les programmes suivants du CELIS :
« Arts visuels, littératures graphiques, littérature de jeunesse ».
« Dynamique des genres littéraires ».

Au sein du Centre Inter-Langues de l’Université de Bourgogne, il s’inscrit dans l’axe texte-image qui regroupe des chercheurs dont les travaux portent principalement sur des formes hybrides ainsi que sur les rapports qu’entretiennent différents médias. Deux axes sont particulièrement associés à la thématique du colloque :
« Texte et Image : les « Discours visuels » et « L’Artiste : représentations et pratiques ».
« L’Intime » : « Vivre et dire l’intime » et « La représentation de l’auteur ».

Les convergences et affinités thématiques reliant les axes du Centre Interlangues TIL et le CELIS sont à l’origine de ce nouveau partenariat scientifique dont le but est de poursuivre l’exploration de problématiques complémentaires.

La problématique proposée a recueilli l’intérêt d’intervenants de qualité :
18 conférenciers dont deux personnalités majeures : Philippe Lejeune, pionnier pour ses recherches sur l’autobiographie ; Pierre Fresnault-Deruelle, fondateur des études sémiotiques et esthétiques sur la bande dessinée. D’autres théoriciens reconnus sont invités parmi lesquels des chercheurs étrangers spécialistes du sujet (Canada, Belgique). L’ambition est également de réunir des chercheurs de disciplines connexes et d’aborder la problématique depuis des perspectives historique, esthétique et symbolique. Le colloque donnera aussi la parole à cinq doctorants :
deux doctorants réalisant leurs thèses en Espagne
trois doctorants réalisant leurs thèses en France dont deux au sein du CELIS.

Cette action sera également le cadre de stages de recherche pour les étudiants de Master 2 Recherche (voir la liste et les tâches ci-dessous dans « Comité d’organisation »).

Programme

Mercredi 6 février

 9h00 : Accueil
9h30 : Ouverture du colloque.

Matin : Problématiques et perspectives (Modérateur : Pierre Fresnault-Deruelle)

10h30-10h50 : Laurent Gerbier (Université de Tours), Se donner un genre : grandeur et décadence de l’autobiographie dessinée.

10h50-11h10 : Catherine Mao (Paris, Centre de recherches sur les arts et le langage), Écriture de soi et bande dessinée : un pacte nettoyé de ses chimères.

Déjeuner : 12h00-14h00

Après-midi : Écritures et transécritures de soi (Modératrice : V. Alary)

14h00-14h20 : Pierre Fresnault-Deruelle, Persépolis : une autobiographie

14h20- 14h40 : Philippe Marion (U. C. Louvain), L’Autobiographie comme agenda de l’imaginaire : L’Ascension du Haut mal de David B.

Pause : 15h-15h20

15h20-15h40 : Danièle Méaux (U. de Saint-Etienne), Bandes dessinées & planches-contacts : croisements pour un récit à la première personne (à propos des travaux de Guibert, Lefèvre et Lemercier).

15h40-16h00 : Alfredo Guzmán (Universidad Autónoma de Barcelona), Los rastros de uno mismo (Transmediación del yo en American Splendor, Harvey Peckar).

Jeudi 7 février

Matin : Discours et images (Modérateur : Benoît Berthou)

9h00-9h20 : Jacques Dürrenmat (Université de Paris-Sorbonne), Les références littéraires dans la bande dessinée autobiographique

9h20-9h40 : Jacques Samson (Montréal), L’ »écobiographie » dans l’autobiographie ou l’autobiographie à travers les petites choses.

Pause 9h55 – 10h20

Modérateur : J. Dürrenmart

10h20-10h40 : Irene Costa Mendia (U. País Vasco), Discursos y metáforas visuales en la obra de Justin Green.

10h40-11h00 : Harry Morgan, De Pooh Rass à Popoff Hayes le toxico ou comment on devient ours.

• 11h00-11h20 : Lucía Miranda Morla (CELIS), Tangles de Sarah Leavitt.

Déjeuner : 12h00-14h00

Après-midi : Enjeux de l’autoreprésentation (Modérateur : Jacques Samson)

14h00-14h45 : Thierry Groensteen, Problèmes de l’autoreprésentation

15h00-15h20 : Benoît Berthou (Paris 13, Labsic, Comicalités), La représentation de l’auteur : pour un renouveau éditorial ?

15h20-15h40 : Benoît Mitaine (U. Dijon), Au nom du père. Au sujet des “bio(to)graphies”

Pause

Coda

16h00-16h20 : Viviane Alary – Danielle Corrado (UBP / CELIS), Pratiques autobio-graphiques en terres ibériques.

Responsable(s) Celis :  Viviane Alary

Date et lieu

  • du mercredi 6 février 2013 au jeudi 7 février 2013 – lieu : MSH de Clermont-Ferrand

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La science-fiction française depuis 1970

 

Irène Langlet, de l’université de Limoges, lance un appel à communication pour le troisième numéro de la revue ReS Futurae qui verra le jour sur revues.org en décembre prochain. Intitulé « La science-fiction française depuis 1970 », cette proposition mentionne directement la bande dessinée et invite les chercheurs à s’interroger sur une période durant laquelle la science-fiction « s’est fermement établie dans le champ littéraire ». Le constat vaut aussi pour le neuvième art puisqu’après les pionniers du genre (Raymond Poivet et Roger Lecureux avec Les Pionniers de l’espérance encore Marijac et Auguste Liquois avec Guerre à la Terre, voire Edgar P. Jacobs avec Le Secret de l’espadon ou SOS Météores), c’est effectivement dans les années 70 qu’apparaît une nouvelle génération de créateurs dont le travail contribua assurément à pérenniser le genre (pensons à Jean-Claude Forest, auteur de Barbarella ou des Naufragés du temps ou encore à Pierre Christin et Jean-Claude Mézières pour Valérian, agent spatio-temporel). Nous pourrions compléter cette liste à l’infini, tant le corpus est dense, mais nous nous permettons de suggérer à nos lecteurs une piste parmi l’ensemble des propositions qu’il est susceptible de soumettre au comité de rédaction de la revue : une histoire du rôle majeur que joua Métal Hurlant pour le développement du genre reste largement à écrire puisque c’est dans le cadre de ce magazine que parurent les premières œuvres de Bilal (Exterminateur 17), de Philippe Druillet (Lone Sloane) ou encore de Moebius (L’Incal). Et il est assez étonnant de constater que l’une des publications qui donne au neuvième art ses premières lettres de noblesse s’est organisée autour d’un genre longtemps synonyme de « para » et « sous » littérature : nous sommes ici aux antipodes des traditionnels discours sur la légitimation culturelle. Nous invitons nos lecteurs à faire leur cette idée avant le 20 décembre prochain.

 

 

La science-fiction française depuis 1970

ReS Futurae, numéro 3

Date limite : 20 décembre 2012

Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques oeuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les oeuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertainCette chère humanitéDelirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (BlueRempart des naufrageursPoupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner CityF.A.U.S.T.La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraieLes Guerriers du silenceLe Chant du cosmosAucune étoile aussi lointaineUne porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalitéStructura maximaPollenPlaguersRêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera proposer des études sur des oeuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, tels que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvageLes Maîtres du tempsGandahar), ou les oeuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace HotelTykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae :

Responsable : Irène Langlet

Url de référence :
http://resf.hypotheses.org/1142

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire

François Emmanuël Boucher (Collège militaire royal du Canada), Pascal Brissette (Université McGill), Sylvain David (Université Concordia) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa) lancent un appel à communication intitulé « Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire ». Débouchant sur un ouvrage qui sera publié aux Presses Universitaires de Liège dans la collection ACME (du nom du groupe de recherche qui a récemment organisé le colloque « figures indépendantes de la bande dessinée mondiale »), cette proposition nous invite à prendre la notion de superhéros au sens large puisqu’il s’agit d’appréhender ces personnages dans leur rapport au temps (en les replaçant dans une histoire de la littérature populaire), à l’espace (que celui-ci soit fictionnel, comme le Gotham City de Batman, ou politique, comme les États-Unis d’Amérique) et à un « imaginaire collectif » (faisant que ces héros, pourtant soumis à toutes les variations, demeurent empreints d’une forme de permanence). Notons que cet appel à communication très complet n’aborde pas frontalement une piste que les directeurs d’ouvrages pourraient voir explorée : celle du mode de production de ces Comics, c’est-à-dire l’analyse des dispositifs économiques, juridiques ou des auteurs leur donnant naissance. La lecture de l’ouvrage de Jean-Paul Gabilliet (Des Comics et des hommes) pourrait ainsi donner quelques idées aux chercheurs qui ne trouveraient pas leur place dans un espace scientifique qu’il s’agira d’investir avant le 1er décembre prochain.

 

Mythologies du superhéros : physiologie, géographie, histoire

Ouvrage collectif dirigé par François Emmanuël Boucher (Collège militaire royal du Canada), Pascal Brissette (Université McGill), Sylvain David (Université Concordia) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

Date limite : 1er décembre 2011

Les superhéros, demi-dieux d’un monde sans Dieu, constituent collectivement une mythologie laïque qui se diffracte en sous-ensembles de mythologies au sens où l’entendait Roland Barthes. Mais qu’est-ce qui fait le superhéros? Son incapacité à rester tranquille quand les forces du mal se manifestent? Son costume qu’on voudrait parfois plus discret et moins moulant, et qui fait systématiquement converger les regards vers lui (ou vers elle)? En quoi le superhéros se signale-t-il comme tel et qu’est-ce qui le distingue du simple héros? Partant de l’affirmation d’Ernst Cassirer selon laquelle le mythe est «l’objectivation de l’expérience sociale de l’humanité», on pourra s’interroger sur la socialité de ces êtres d’irréalisme pur : comment, à quelles conditions et pourquoi est-il permis au lecteur ou au spectateur de s’identifier à un personnage dont les caractéristiques transcendent celle de l’humanité ordinaire? Cet ouvrage collectif se fixe comme premier objectif de répondre à ces questions à la lumière tant de l’histoire culturelle que de la sociocritique et de l’analyse du discours social.

Le superhéros est né dans une Amérique triomphante à la veille de la Seconde Guerre mondiale et, même s’il est largement associé au corpus bédéesque des maisons DC (Superman, Batman, Wonder Woman, Green Lantern, Flash) et Marvel (Spiderman, Fantastic Four, Hulk, X-Men), il a infiltré massivement les productions télévisuelles et cinématographiques des cinquante dernières années, et a su, en dépit (peut-être en raison) de l’apparente fixité de ses traits sémiotiques et de la minceur des scénarios auxquels il a souvent été intégré, se maintenir dans la faveur publique. Ce livre consacré à la mythologie du superhéros ne cherchera évidemment pas à pourfendre — ni d’ailleurs à défendre —, les productions culturelles de grande diffusion qui ont servi de véhicule au type du superhéros, mais à contribuer à une meilleure compréhension de ces personnages, de leurs conditions d’apparition et modes de diffusion.

3 axes de recherche :

Physiologie du superhéros. On sait que, au cours du premier xixe siècle, les physiologies, ces petits livres illustrés qui s’attachaient à décrire un phénomène du monde extérieur, se voulaient une méthode positive d’analyse des faits sociaux. Par sa survie durable dans l’imaginaire collectif, la mythologie du superhéros s’impose bien comme un phénomène social, quoique non référentiel, dont il sera pertinent de mettre en lumière la topique et les principales caractéristiques. Puisque tout superhéros qui s’implante dans l’imaginaire collectif atteint «une fixité emblématique qui le ren[d] facilement reconnaissable» (Umberto Eco), les contributions à ce collectif pourront aussi s’attacher à un seul personnage afin d’isoler les signes par lesquels il demeure le même au gré de ses divers avatars (littéraires, graphiques, télévisuels, cinématographiques).

Géographie du superhéros. On imagine sans peine le héros à la campagne, un peu ennuyé parfois, certes, et lorgnant souvent le chemin de la ville, mais on peut l’y situer et le forcer à y rester, le temps d’un roman, du moins. Peut-on faire de même avec le superhéros? Que ferait Spiderman sans les gratte-ciels de New York ou Batman en banlieue de Gotham City, loin du bruit, des journalistes et des foules? Le phénomène est-il généralisé? Clark Kent grandit à Smallville, au Kensas, mais c’est à Metropolis qu’il passe sa vie adulte. Un certain Actarus et son robot Goldarak, issus des Mangas japonais, cherchent à se faire oublier à la campagne, mais ils doivent systématiquement en sortir lorsque les forces de Vega envoient depuis l’espace les puissants Golgoth tuer les citadins et faire sauter les puits de pétrole (ou, encore, découvrir des super-métaux). Qu’indique ce rapport à l’espace (sans jeu de mot) du superhéros? En outre, comment les superhéros s’imposent-ils comme des héros «nationaux», qui condensent et amplifient les qualités présumées de leur nation d’appartenance (Wolverine, l’homme sauvage du Nord canadien; Captain America, protégé par un bouclier à l’effigie du drapeau américain)? Existe-t-il au contraire des superhéros internationaux, dont l’essence aurait partie liée à la citoyenneté du monde?

Histoire du superhéroïsme. On connaissait le héros épique, qui se livra sur les champs de bataille de Troie ou de Roncevaux à des carnages mémorables sous le regard approbateur des dieux; on connaissait également le héros romanesque évoluant dans un monde opaque, déserté par la transcendance (Lukács). Qu’est-ce qui laissait présager l’émergence du superhéros? L’un des axes de réflexion sera ce passage historique du personnage humain, quelquefois doué, voire intellectuellement surdoué (Sherlock Holmes, Rouletabille), parfois pourvu d’une force physique extraordinaire (Porthos, Jean Valjean), mais appartenant résolument à l’humanité, à un personnage de surhomme, transformé, transfiguré ou génétiquement modifié par la science et la technologie. Comment et à quel moment s’effectue cette transition? Quels en sont les moments clés? Sur quels facteurs historiques, culturels, discursifs, économiques, politiques ou sociologiques s’est-elle appuyée?

La publication de ce collectif se fera aux Presses Universitaires de Liège – Sciences humaines (PULg), dans la collection ACME. Les contributions soumises feront l’objet d’une évaluation par les pairs (« peer review »). La parution du recueil est prévue pour l’automne 2012.

Les propositions de textes, en français, doivent inclure un résumé de 400 mots, un titre, l’axe de recherche privilégié et les coordonnées de l’université et du département d’attache. Elles doivent parvenir à l’adresse suivante avant le 1er décembre 2011 : boucher-f@rmc.ca

Responsable : François-Emmanuël Boucher

Url de référence :
http://www.rmc.ca/aca/fs-ef/per/bou/index-fra.asp

Adresse : François-Emmanuël Boucher Directeur du Département d’études françaises Professeur agrégé Collège militaire royal du Canada CP 17000, Succ. Forces Kingston, Ontario (Canada) K7K 7B4 Tél. : (613) 541-6000 ext.6436 Courriel: boucher-f@rmc.ca

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bande dessinée et adaptation

Benoît Mitaine, David Roche et Isabelle Schmitt du Centre Interlangue Texte, Image, Langage de l’université de Bourgogne (Dijon) lancent un appel à communication intitulé : « Bande dessinée et adaptation. Du texte aux images. De la page à l’écran ». Cette proposition d’inscrit dans un projet de recherche plus large puisque l’événement sera suivi, en 2013, par un second colloque traitant du passage de « l’image fixe à l’image mouvante/animée ». Il s’agit d’interroger tous les aspects d’un phénomène de circulation qui, à en croire les organisateurs et l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous nous invite à replacer « la bande dessinée au milieu du carrefour sémiotique qui la définit :

son hybridité naturelle texte/image la positionne à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. » Telle est la position qu’il s’agira de discuter avant le 31 octobre prochain, en s’appuyant par exemple sur les nombreuses collections proposant des adaptations : « Rivages Noir » (Scarface de Christian de Metter d’après Armitage Trail, Prisonnier du ciel de Marcelino Truong et Claire Le Luhern d’après James Lee Burke…), « Petits meurtres » (Nettoyage par le vide de PTOMA d’après Mickey Spillane) ou « Agatha Christie » chez Emmanuel Proust, et bien sûr « Ex Libris (Robinson Crusoe, Frankenstein…) chez Delcourt.

 

Bande dessinée et adaptations

Du texte aux images

De la page à l’écran


Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, la question de l’adaptation appliquée à la bande dessinée n’a soulevé que de rares réflexions (Gaudreault et Groensteen, 1998 ; Boillat, 2010).

Cette pratique que l’on pourrait croire marginale cesse de l’être dès lors que l’on replace la bande dessinée au milieu du carrefour sémiotique qui la définit : son hybridité naturelle texte/image la positionne à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. Capable de transformer un roman en associant l’image fixe au texte, sa morphologie narrative iconotextuelle basée sur la séquentialité lui donne aussi une évidente proximité avec le cinéma. Habitué depuis longtemps à travailler depuis un storyboard (étape proto-filmique se présentant comme une bande dessinée), le cinéma a des prédispositions naturelles pour transformer les images fixes de la bande dessinée en images mouvantes (films, films d’animation, dessins animés), et il le prouve de plus en plus souvent.

Outre l’aspect narratologique, ce phénomène est aussi intéressant en ce qu’il est révélateur d’un « état historique de la création » (Groensteen) dans lequel le clivage entre culture savante et culture populaire tend à s’estomper et dans lequel l’hybridation (l’intermédialité étant une manifestation parmi d’autres) devient une tendance lourde.

On s’intéressera également à la question du « transfert culturel et historique » (Coremans) que pose l’adaptation, sorte de réincarnation en un espace-temps parfois fort éloigné de son contexte d’origine.

Compte tenu de l’amplitude des champs sémiotiques et fictionnels à couvrir (texte littéraire – bande dessinée – cinéma), la réflexion sera articulée en deux journées d’étude afin de bien isoler chacune de ces deux pratiques.

Le premier volet, le 17 février 2012, sera consacré au passage du texte à l’image et le second, en 2013, à celui de l’image fixe à l’image mouvante/animée. Cette segmentation qui permet de mettre clairement en valeur les relations de la bande dessinée tantôt avec le texte littéraire tantôt avec le cinéma aura aussi l’avantage d’isoler les deux dimensions de l’adaptation : adapter et être adapté.

Les communications peuvent se faire dans toutes les langues représentées dans le Centre T.I.L. (allemand, anglais, espagnol, italien, russe). Toutefois, afin de favoriser le dialogue et l’échange scientifique, il serait préférable que les discussions soient en français.

Axes de réflexion possibles :

-Aspects narratologiques et esthétiques. Comment adapter ? Quelles transformations ?

-Aspects médiatiques et génériques : la « médiagénie » (Marion, 1997) : une barrière à l’adaptation ? Existe-t-il des genres plus adaptables que d’autres ?

-Aspects didactiques. Pourquoi adapter ? Existe-t-il un effet vulgarisateur ?

-Aspects économiques. L’adaptation : la poule aux oeufs d’or ?

Bibliographie Sélective

BOILLAT, Alain (dir.) : Les cases à l’écran. Bande dessinée et cinéma en dialogue, Genève, Georg, 2010, 360 p.

COREMANS, Linda : La transformation filmique, Bern, Frankfurt/M. / New York, Peter Lang, 1990, 227 p.

GABILLIET, Jean-Paul : Des comics et des hommes, Paris, Éditions du Temps, 2005, 478 p.

GAUDREAULT, A. et GROENSTEEN, Th. (dirs.) : La transécriture. Pour une théorie de l’adaptation, Québec / Angoulême, Editions Nota Bene / CNBDI, 1998, 277 p.

GOGGIN, J. et HASSLER-FOREST, D. : The Rise and Reason of Comics and Graphic Literature, Jefferson, McFarland, 2010, 244 p.

GROENSTEEN, Thierry : Système de la bande dessinée, Paris, P.U.F., 1999, 206 p.

HUTCHEON, Linda : A Theory of Adaptation, New York / London, Routledge, 2006, 272 p.

MARION, Philippe : « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches en communications, n° 7, 1997, pp. 61-87.

MILLER, Anne : Reading Bande Dessinee : Critical Approaches to French-language Comic Strip, Bristol / Chicago Intellect Books, 2007, 364 p. (En particulier la deuxième partie, “Analytical Frameworks”).

PEETERS, Benoît, Lire la bande dessinée, Paris, Flammarion, 2002, 194 p.

Les propositions sont à envoyer à Isabelle Schmitt (isabelle.schmitt@u-bourgogne.fr), Benoît Mitaine (bmitaine@gmail.com) et David Roche (mudrock@neuf.fr) avant le 31 octobre 2011.

Responsable : Benoît Mitaine et Isabelle Schmitt

Url de référence :
http://til.u-bourgogne.fr/

Adresse : 2 bd Gabriel21000 Dijon

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les narrations fantastiques et le monde naturel

Elisa Segnini et Vittorio Frigerio (directeur de la revue Belphegor et membre du comité de lecture de Comicalités) lancent un appel à communication pour un colloque organisé les 27 et 28 avril 2011 à l’université Dalhousie (Canada) : « Les narrations fantastiques et le monde naturel ». Cet appel à communication intéresse au premier chef les chercheurs travaillant sur la bande dessinée et les invite à reconsidérer un ensemble d’œuvres à l’aune d’une proposition (« La littérature fantastique a toujours entretenu une étroite relation avec le monde naturel »). Force est de constater que le neuvième art regorge d’exemples susceptibles d’étayer semblable affirmation et de mettre en évidence les ressorts de ce genre littéraire : pensons par exemple au remarquable (et malheureusement trop souvent méconnu) travail de Comes (et notamment à La Belette ou Iris dans lesquelles la nature semble transcender toute forme de raison) ou encore à l’entêtante œuvre de Stéphane Blanquet (une Vénéneuse aux deux éperons où masques d’animaux et autres insectes ne sont que déguisements pour une fort vile humanité). Nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette liste (Tardi avec Adèle Blanc Sec, Charles Burns avec Black Hole…) avant le 30 septembre prochain, date limite de l’appel à communication.

 

Les narrations fantastiques et le monde naturel

La littérature fantastique a toujours entretenu une étroite relation avec le monde naturel. Pour que s’affichent leur spécificité, les événements contre nature ou surnaturels nécessitent un arrière-plan contre lequel se dessiner. Dans son étude consacrée à l’inquiétante étrangeté, Freud remarquait que le mot allemand unheimlich est à la fois un antonyme et un synonyme de heimlich, un terme évoquant le bien-être et la familiarité, mais également le secret et la dissimulation. Le surnaturel ne peut émerger que du naturel, et c’est ce qui est beau, attrayant et sublime, qui se transforme le mieux d’inquiétantes forces, créant ainsi le lieu de l’incertitude que Todorov identifie comme étant la caractéristique déterminante du fantastique.

L’Histoire naturelle de Pline illustrait déjà les particularités du monde animal et végétal à l’aide de légendes et d’histoires où se mêlent savoir et mystères, où s’allient l’étude scientifique et la recherche de l’inexplicable. Alors que le recours au surnaturel est une stratégie courante pour expliquer le naturel, ce dernier sous-tend notre compréhension et notre représentation de ce qui se trouve au-delà de ses limites. Lors de sa descente aux enfers, Dante parcourt différents paysages peuplés d’être hybrides, et caractérisés par leurs infractions aux lois naturelles ; néanmoins, le Paradis terrestre y est simplement comparé à la forêt de pins aux abords de Ravenne. Dans Macbeth, quand Birnam Wood parvient à Dunsinane, le fantastique n’y est qu’un bref éclair, car aussitôt la réalité est rétablie par l’explication rationnelle. Quand, dans Le Seigneur des Anneaux, les Ents de Fangorn attaquent Isengard, la signification même de la réalité est mise en doute.

Tout comme la flore, la faune est loisible de dépasser sa représentation traditionnelle en force étrangère à maîtriser, de se métamorphoser et d’inspirer quelques déconcertantes identifications. La pseudo-science de la physiognomonie (littéralement : « connaissance de la nature ») et ses adeptes proposaient une concordance entre les traits humains et les espèces animales ; dans la littérature fantastique, ces affinités s’expriment parfois littéralement, alors que l’humain et l’animal se métamorphosent l’un en l’autre. Pareillement, les théories darwiniennes ont inspiré certaines narrations fantastiques qui, en poussant la notion de sélection naturelle jusqu’à d’extrêmes conséquences, ont illustré la correspondance de l’ontogenèse et de la phylogenèse, les origines des organismes individuels et le développement des espèces.

Nous invitons donc les propositions de communication abordant les problèmes d’intersection entre le monde naturel et le fantastique, et tout particulièrement d’approches pan-culturelles ou pluridisciplinaires. Prière d’envoyer un résumé de 300 mots et un CV d’une seule page à l’adresse fantasticnarratives@gmail.com avant le 30 septembre 2011. Le colloque aura lieu à l’Université Dalhousie, les 27 et 28 avril 2012. Une sélection des contributions à la conférence servira de base à un numéro thématique de la revue arbitrée Belphégor – Littérature populaire et culture médiatique (http://etc.dal.ca/belphegor/)(http://etc.dal.ca/belphegor/)

Voici, à titre indicatif, quelques pistes de réflexion :

– La nature comme arrière-plan ou comme personnage du fantastique

– La nature fantastique, merveilleuse, étrange

– Les lectures allégoriques et poétiques de paysages imaginaires

– Les forêts enchantées

– Les végétations imaginaires et les écosystèmes impossibles

– Les métamorphoses et les créatures hybrides

– L’intrusion du fantastique dans les sciences de la nature

Responsable : Vittorio Frigerio, Elisa Segnini

Adresse : French DepartmentDalhousie UniversityHalifax, N.S. B3H 4P9Canada902-494-6805

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Frontières de la « non-fiction » : l’esthétique documentaire et ses objets

Deux chercheurs (Alison James et Christopher Reig) lancent, pour un colloque organisé par le Centre de l’université de Chicago à Paris lance, un appel à communication intitulé : « Frontières de la “non-fiction” : l’esthétique documentaire et ses objets ». Cette proposition nous invite à considérer l’émergence d’une « sensibilité “documentaire” qui traverse depuis plus d’un siècle les genres et les formes artistiques » et qui serait distincte d’un « réalisme qui vise, de son côté, à construire une fiction vraisemblable ». Il s’agit donc de s’interroger sur un « réel » qui ne serait pas une simple question de « style » ou de « registre », mais qui constituerait un objet à part entière susceptible de bousculer des formes artistiques établies : le reportage littéraire et les rapprochements entre fictions et documentaires sont ainsi proposés comme pistes de réflexion. Même si la bande dessinée n’est pas nommément désignée, gageons que des organisateurs entendant se situer « à la croisée du cinéma et de la littérature » et se disant ouvert à « toute forme artistique des XXe et XXIe siècle » devraient voir d’un bon œil des propositions s’appuyant, par exemple, sur les travaux de Joe Sacco ou d’Étienne Davodeau. La date limite de l’envoi des propositions est fixée au 15 juillet prochain.

 

Frontières de la « non-fiction » : l’esthétique documentaire et ses objets

Date limite : 15 juillet 2011

Centre de l’Université de Chicago à Paris

Alors que les usages et les fonctions de la fiction constituent un terrain de prédilection pour les théoriciens de la littérature, la « non-fiction » a plus rarement retenu l’attention des chercheurs (à quelques exceptions près – Gérard Genette, Dorrit Cohn). Si certains travaux récents sur les genres « factuels » (tels ceux de Jean-Louis Jeannelle, par exemple) commencent à remédier à cette situation, il resterait à ouvrir un champ de réflexion plus large sur l’émergence et l’affirmation d’une sensibilité « documentaire » qui traverse depuis plus d’un siècle les genres et les formes artistiques.

Précisons d’emblée que ce souci documentaire se distingue du réalisme qui vise, de son côté, à construire une fiction vraisemblable. Dans cette perspective, il s’agira également moins de définir un genre (de film, d’image ou de texte), que d’interroger les possibilités (ou les postures) de prise plus ou moins directe sur le réel qu’offrent les moyens propres à chaque art, et en particulier l’art d’écrire.

À la croisée du cinéma et de la littérature, cette journée d’étude vise à interroger la notion d’« esthétique documentaire » qui, plus encore que celle de « roman réaliste », peut paraître antinomique.

D’abord, l’on ne saurait nier que le cinéma a profondément modifié le rapport de la littérature, tant au visuel qu’à la présentation de « faits réels ». Les études sur le cinéma documentaire peuvent donc initier notre réflexion sur les conditions déterminantes, des modalités d’énonciation et de réception de telles « non-fictions » littéraires. Pour un film documentaire, comme le dit Jacques Rancière, « le réel n’est pas un effet à produire [mais] un donné à comprendre » (La Fable cinématographique). Cette description d’un genre cinématographique peut-elle légitimement être étendue à des textes littéraires qui refusent les modèles de la fiction ? Ou tient-elle au contraire à la spécificité du cinéma qui, comme le rappelle à juste titre François Niney, « est né documentaire » – « documentaire » désignant en premier lieu une propriété de la caméra, la prise de vue qui saisit la vie « sur le vif » (Le Documentaire et ses faux-semblants)?

Or, l’on sait bien que la littérature ne relève pas de la même logique indicielle et que la prose non-fictionnelle s’inscrit dans un régime extrêmement conditionnel de littérarité, selon le critère rhématique des modes de diction (Genette). De fait, l’esthétique documentaire semble prôner la restitution exemplaire des faits, par le biais de stratégies discursives diverses. Tantôt refusant le montage, d’autres fois effaçant les soubassements idéologiques de sa pratique, elle affirme l’intention d’écrire « au fil du temps » (pour reprendre un titre de Wenders), ou, du moins, d’ancrer le document dans son temps. Pari risqué tant rares sont effectivement les « documents » qui deviennent des « monuments » (littéraires, cinématographiques, etc.). Optant pour une focale longue, le « documentaire » semble jouer avec la réalité, comme le contemporain, selon Agamben, s’éblouit avec son propre temps. « Ceux qui coïncident trop pleinement avec l’époque, qui conviennent parfaitement avec elle sur tous les points, ne sont pas des contemporains parce que, pour ces raisons mêmes, ils n’arrivent pas à la voir. Ils ne peuvent pas fixer le regard qu’ils portent sur elle. » (Qu’est-ce que le contemporain ?)

L’esthétique documentaire n’est pas pour autant univoque. On assiste, par ailleurs, à une prolifération de formes de l’entre-deux (autofiction, docu-fiction, et même télé-réalité) – autant de symptômes d’une « soif du réel » (voir David Shields, Reality Hunger) qui allie de manière ambiguë la force des faits et la fascination de la fiction. Pour ne prendre que quelques exemples, L’Adversaire (Emmanuel Carrère), certains récits de Régis Jauffret, des textes/photographies d’Édouard Levé, Dans la foule de Laurent Mauvignier, ou peut-être, dans un genre différent, Je me souviens (Perec) relèvent vraisemblablement de telles catégories hybrides.

Les contributions proposées pourront donc porter sur la littérature ou toute autre forme artistique des XXe et XXIe siècles, ainsi que sur des perspectives théoriques. Il sera éventuellement possible de confronter les théories et pratiques du cinéma documentaire à celles de l’écriture non-fictionnelle, afin de dégager de leur éclaircissement mutuel des principes (pragmatiques ou formels) de distinction et de jugement. Pourront être notamment envisagées les pistes de réflexion suivantes : rapports entre le récit et la fiction, ou entre le fictionnel et le factuel ; les cas d’ambiguïté ou d’indétermination entre fiction et documentaire, l’entre-deux, la feinte, le faux, mais encore, les genres et les frontières des genres, la temporalité du documentaire, le reportage littéraire, la transcription du fait divers, les enjeux éthiques du récit documentaire… La parution des actes est prévue.

Propositions de communication à adresser à Alison James (asj@uchicago.edu) et Christophe Reig (reig.christophe@orange.fr) avant le 15 juillet 2011.

 

Responsable : Alison James, Christophe Reig

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Female superheroes and media culture

L’université Monash (Melbourne, Australie) lance un appel à communication intitulé : « Female superheroes and media culture ». Cette proposition est ainsi l’occasion de penser au féminin une certaine partie des Comics américains (et peut-être quelques titres de notre bande dessinée « franco-belge » qui semble bien avare en héroïnes) à travers des thèmes aussi divers que l’accoutrement des « superhéroïnes » ou encore leur adaptation à d’autres supports. Notons qu’un livre comme L’Enfer des bulles de Jacques Sadoul fournit une piste intéressante : l’héroïsme est prétexte à une représentation sexuée, voire licencieuse, qu’il s’agira de mettre en mots avant le 11 avril prochain.

Monash University, Melbourne, Australia.

12-13 August 2011

« Tights and Tiaras : Female Superheroes and Media Cultures » is a one and a half day conference on the construct of the « superhero » as female and more generally of the representation of powerful female figures in fantasy and science fiction. Looking at a range of print and visual media, papers will explore the range of female characters in superhero narratives, the material history of the female superhero, and how visual and textual constructs of female heroes – and anti-heroes – have been re-imagined, re-invented and re- packaged over time.

Possible topics include :

  • The representation of female superheroes in print and visual media ¨C in comics, comix, graphic novels, novels, short stories, fan fiction, film, television, and other media forms
  • Distribution of narratives and images of female superheroes across multiple genres and media platforms
  • The female hero quest
  • Deconstructing the superhero trope ¨C studies in feminism, patriotism, politics, race, satire, comedy, and so on
  • Constructs of the female supervillain
  • Superhero fashions, including costumes, cosplay and sartorial signifiers
  • Female collaboration in comics
  • Female comics artists : historical and contemporary
  • Female comics audiences and fan communities
  • Analysis of the institutional, commercial and licensing histories of female superhero properties
  • The construction of powerful women in fantasy and science fiction genres

Sponsored by The Centre for the Book, Monash University

Please submit abstracts of no more than 250 words, accompanied by a brief bio, by emailed attachment to Dr Rebecca-Anne Do Rozario (Rebecca.DoRozario@monash.edu). The deadline for abstracts is 11 April, 2011.

Rebecca-Anne do Rozario
Monash University
Building 11
Phone : +61 3 9905 4225

Email : rebecca.dorozario@monash.edu

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction

Le Mansfield college d’Oxford accueillera du 12 au 14 juillet prochain un colloque international et interdisciplinaire dont le thème est : « Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction ». Cet événement souhaite, à en croire l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, aborder plusieurs genres (science-fiction, cyberpunk, steampunk…) à travers de multiples représentations de l’humanité, que celles-ci aient trait à des mutations (cyborg, intelligence artificielle…) ou au devenir de pratiques sociales (religion, organisations politiques…). Semblable perspective intéresse au premier chef la bande dessinée et peut même constituer le cœur d’un complexe dispositif de publication comme dans le cas de Girl genius, un dispositif s’auto-définissant comme « steam punk » et mobilisant webcomics, fanfictions et forums… À côté de ces innovantes formes de publication, cette « vision de l’humanité » est également présente dans de nombreuses œuvres. Alors qu’une série comme Judge Dredd représente une humanité incapable de s’organiser en société, un manga comme Dragon Head semble faire de la terreur le fondement d’une possible entente entre les survivants d’une énigmatique catastrophe. Notons enfin que le volumineux Akira évoque à lui seul la quasi-totalité des thèmes présentés ci-dessous et constitue ainsi une œuvre de référence qu’il s’agira de relire avant le 14 janvier prochain.

« Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction »

Tuesday 12th July 2011 – Thursday 14th July 2011
Mansfield College, Oxford

This inter-disciplinary and multi-disciplinary project aims to explore what it is to be human and the nature of human community in cyberculture, cyberspace and science fiction. In particular, the project will explore the possibilities offered by these contexts for creative thinking about persons and the challenges posed to the nature and future of national, international, and global communities.

  • Papers, short papers, and workshops are invited on issues related to any of the following themes;
  • the relationship between cyberculture, cyberspace, science fiction
  • cyberculture, cyberpunk and the near future: utopias vs. dystopias
  • science fiction and cyberpunk as a medium for exploring the nature of persons
  • humans and cyborgs; the synergy of humans and technology; changing views of the body
  • human and post-human concepts in cyber arts and cinema
  • mobile media, place and the telematic body
  • bodies in cyberculture; from apes to androids – electronic evolution; biotechnical advances and the impact of life, death, and social existence
  • body politics in cyberpunk and steampunk: body modification versus cosplay?
  • artificial intelligence, robotics and biomedia: self-organization as a cultural logic
  • gender and cyberspace: new gender, new feminisms, new masculinities
  • cyberpunk and steampunk: exploring the differences and similarities
  • virtual worlds and videogames and its impact on science fiction
  • digital culture and interactive storytelling, transmedia storytelling
  • nature, enhancing nature, and artificial intelligence; artificial life, life and information systems
  • networked living in future city, urban lifestyles
  • human and post-human politics; cyborg citizenship and rights; influence of political technologies
  • cyberpolitics, cyberdemocracy, cyberterror; old conflicts, new spaces: elections, protest and war in cyberspace
  • the state and cyberspace: repression vs. resistance
  • boundaries, frontiers and taboos in cyberculture
  • religion and spirituality in cyberculture

The Steering Group particularly welcomes the submission of pre-formed panel proposals. Papers will also be considered on any related theme. 300 word abstracts should be submitted by Friday 14th January 2011. If an abstract is accepted for the conference, a full draft paper should be submitted by Friday 27th May 2011. Abstracts should be submitted simultaneously to both Organising Chairs; abstracts may be in Word, WordPerfect, or RTF formats with the following information and in this order:

a) author(s), b) affiliation, c) email address, d) title of abstract, e) body of abstract
E-mails should be entitled: VISIONS6 Abstract Submission.

Please use plain text (Times Roman 12) and abstain from using footnotes and any special formatting, characters or emphasis (such as bold, italics or underline). We acknowledge receipt and answer to all paper proposals submitted. If you do not receive a reply from us in a week you should assume we did not receive your proposal; it might be lost in cyberspace! We suggest, then, to look for an alternative electronic route or resend.

Joint Organising Chairs

Daniel Riha

Charles University

Prague,

Czech Republic

E-mail: rihad@inter-disciplinary.net

Rob Fisher

Network Founder and Network Leader

Inter-Disciplinary.Net

Priory House, Freeland, Oxfordshire OX29 8HR

United Kingdom

E-mail: visions6@inter-disciplinary.net

For further details about the project please visit:

http://www.inter-disciplinary.net/critical-issues/cyber/visions-of-humanity/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Fantasy à la française

La revue Contemporary French & Francophone studies lance un appel à communication intitulé « Fantasy à la française ». Celui-ci propose d’interroger un genre (qu’il ne définit pas) selon une perspective nationale qui pourrait intéresser la bande dessinée. Nombre d’auteurs francophones (pensons à Paul Cuvelier avec Epoxy, Van Hamme avec Le grand pouvoir du Chninkel ou Thorgal, Moebius avec Astor…) ont en effet produit des oeuvres ayant porté ce genre loin des modèles anglo-saxons tels l’archétypal Conan. Il s’agirait ainsi d’interroger l’apport du neuvième art en général, et du domaine « franco-belge » en particulier, à ce genre en aujourd’hui en pleine expansion (et malheureusement sujet à bien des académismes). Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 31 juillet prochain.

Revue Contemporary French & Francophone Studies (Sites)

La revue américaine consacrée à la littérature et à la culture françaises et francophones,Contemporary French & Francophone Studies (Sites) prépare un numéro spécial sur « la Fantasy » à la mode française. Nous recherchons des articles inédits traitant de ce sujet sous toutes ses formes et dans toutes ses ramifications : perspective historique, panorama d’ensemble, études d’oeuvres particulières, originalité par rapport aux oeuvres du domaine anglo-saxon, ressemblances et différences par rapport à d’autres genres perçus comme voisins (le fantastique, par exemple), influences, media utilisés, etc… Les contributions ne doivent pas dépasser 35 000 signes (espaces et notes compris).

Date-limite : 31 juillet 2010

Contacts : Anne Berthelot (anne_berthelot@hotmail.com) et Alain Lescart (alescart@pointloma.edu)

Pour les consignes éditoriales, voir le site de la revue.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts