La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations

Mathilde Lévèque (université Paris 13) et Anne Struve-Debeaux (universite Paris Ouest-Nanterre-La Défense) organisent les 27 et 28 septembre prochain un colloque intitulé : « La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations ». L’événement offrira un large panorama des productions éditoriales de la période et accueillera notamment Benoît Peeters et Julien Baudry : nous reproduisons son programme ci-dessous.

Colloque international

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2012

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

200 avenue de la République 92001, Nanterre Cedex

Bâtiment B, Salle des conférences.

Organisateurs : Anne STRUVE-DEBEAUX (Université Paris Ouest – CSLF) et Mathilde LEVEQUE (Université Paris 13 – CENEL)

Avec le soutien scientifique de l’AFRELOCE (Association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance).

Le colloque accompagne une exposition de Benoît Peeters, installée à la Bibliothèque Universitaire du 14 septembre au 31 octobre 2012.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Station « Nanterre Université » par le RER A (direction Saint-Germain-en-Laye) ou par le train (départ : gare Saint-Lazare)

Contacts : anne.struve-debeaux@u-paris10.fr, mathilde.leveque@univ-paris13.fr

En 1920, Hugh Lofting publie The Story of Doctor Dolittle, premier tome d’une suite de romans promise à un bel avenir. En Allemagne, à  partir de la fin des années 1920, Erich Kästner commence à écrire pour les enfants, créant les premiers romans allemands modernes pour la jeunesse, tandis qu’en France, en 1931, naît un petit éléphant nommé Babar, et qu’en Belgique, un jeune reporter travaillant pour Le Petit Vingtième devient célèbre dans le monde entier. Dans le domaine de l’écriture comme dans celui de l’image, l’entre-deux-guerres est une période de profondes mutations et de renouveau pour la littérature de  jeunesse. Comment analyser et comprendre ce phénomène ? Ce colloque propose de s’intéresser pour la première fois à cette période mal connue de la littérature pour la jeunesse, et aux multiples innovations et transformations que celle-ci a alors connues — esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques.

PROGRAMME

JEUDI 27 SEPTEMBRE 2012

10h-10h30 – Accueil des participants

Séance présidée par Mariella COLIN

10h30 –  Matthieu LETOURNEUX (Univ. Paris Ouest) : « Autres supports, autres réseaux, autres définitions – logiques sérielles et cohérences discursives dans les collections populaires pour la jeunesse de l’entre-deux guerres ».

10h50 –  Laurent DEOM (Univ. Lille III) : « Le roman scout dans les années trente ».

11h10 – Laurent BAZIN (Univ. de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : « Science et fiction pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres ».

11h30-11h50 – Discussion

12h-14h – Déjeuner

Séance présidée par Isabelle NIERES-CHEVREL

14 h – Yvon HOUSSAIS (Univ. de Franche-Comté) : « Marcel Aymé à contre-courant ».

14h20-14h-40 – Marie-Pierre LITAUDON (Univ. Rennes II) : « Léopold Chauveau : Cronos au coeur du style ».

14h40 – Carine PICAUD (BNF) : « Quand “Jean de Babar”, peintre poète, fit souffler un vent nouveau sur l’album pour enfants ».

15h – Discussion

15h15-15h30 – Pause

Séance présidée par Matthieu LETOURNEUX

15h30 – Martine JACQUES (IUFM/ Univ. de Bourgogne) : « L’Île rose et La Colonie de Vildrac. Le modèle utopique en question dans la littérature pour la jeunesse durant les années vingt ».

15h50 – Mathilde LEVEQUE (Univ. Paris XIII) : « Erich Kästner et l’apparition d’un roman moderne pour enfants dans l’Allemagne de Weimar ».

16h10 – Annie RENONCIAT (Univ. Paris VII) : « Les grandes mutations de l’univers éditorial ».

16h30-16h50 – Discussion

VENDREDI 28 SEPTEMBRE 2012

10h-10h45 – Conférence : Benoit PEETERS : « Hergé, la construction d’une oeuvre (1928-1948) ».

10h45-11h – Pause

Séance présidée par Benoit PEETERS

11h – Julien BAUDRY (Univ. Paris VII) : « Alain Saint-Ogan ou l’imagerie revisitée du merveilleux pour enfants »

11h20 – Laurence MESSONNIER (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La question animale dans l’entre-deux-guerres : renouveau iconographique et mutation axiologique dans Gédéon (1923-1939) ».

11h40 – Discussion

12h-14h – Déjeuner

Séance présidée par Mathilde LEVEQUE

14h – Virginie DOUGLAS (Univ. de Rouen) : « Les récits britanniques pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres : entre nostalgie et modernité, littérarité et production de masse ».

14h20 – Anne STRUVE-DEBEAUX (Univ. Paris Ouest) : « De la parodie à la recréation poétique : la réinvention du récit d’aventure scientifique dans l’oeuvre de Hugh Lofting ».

14h40 – Valérie CZERNY (East Georgia College, USA) : « Mary Poppins: The Inter-War, Outer-Mind Sojourner »

15h – Laurent POLIQUIN (Univ. de Manitoba, Canada) : « Polyphonie d’une crise scolaire en Saskatchewan : le discours journalistique du Patriote de l’Ouest en 1931 et les stratégies discursives de Tante Présentine. »

15h20-15h45 – Discussion

15h45-16h – Pause

Séance présidée par Annie RENONCIAT

16h20 – Mariella COLIN (Univ. de Caen) : « Le renouveau de la littérature de jeunesse en Italie dans les années vingt ».

16h40 – Katia GOLOUBINOVA-CENNET (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La littérature de jeunesse au pays des Soviets ».

17h-17h30 – Discussion et conclusion

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le « classique » : une notion pertinente ?

Trois des articles publiés dans Comicalités me semblent poser ou évoquer un même problème qu’il y aurait tout lieu d’explorer plus avant : la possibilité, dans le champ de la bande dessinée européenne, d’une postérité éditoriale. Force est en effet de constater que celle-ci mériterait d’être étudiée plus avant, tout d’abord quant à ses aspects éditoriaux. Dans « L’impossible seconde vie ? Le poids des standards éditoriaux et la résistance de la bande dessinée franco-belge au format de poche », Sylvain Lesage met clairement en évidence les limites d’un dispositif de publication : « Pour faire vivre son fonds, la bande dessinée ne dispose pas de cet outil qu’est le livre de poche. En ceci, elle constitue bien une véritable exception dans le champ éditorial français : du livre jeunesse au livre pratique, en passant par les sciences humaines et la photographie, le livre de poche couvre tous les domaines de l’édition » (§ 2).

Mais, à la lecture de cet article, semblable « exception » semble tenir de l’énigme : a ainsi émergé une véritable proposition éditoriale en terme de livre de poche (avec près de 400 titres répartis sur 3 collections), qui a bénéficié d’une agressive campagne publicitaire et initialement rencontré un certain succès commercial (avec un tirage moyen de plus de 50000 exemplaires pour « J’ai Lu BD »), tout en rencontrant l’assentiment d’auteurs (certains voyant dans la mise au format de leurs albums un « rafistolage bien foutu », § 42)… L’originalité du travail de Sylvain Lesage est ainsi de suggérer que le problème est tout autre : si échec du livre de poche il y a, il serait avant tout dû à une ligne éditoriale et une « orientation “populaire” » se concentrant sur des « valeurs “grand public” ». « Le public enfantin, au cœur de la stratégie éditoriale de la bande dessinée de poche, se tourne à la même époque vers le manga. Après les premiers succès en 1990 (Akira et Dragon Ball, publiés par Glénat), le rythme des traductions croît de manière continue » (§ 49).

Comparables en terme de format, de prix et de lectorat, ces publications font en effet montre d’une originalité certaine : elles possèdent un contenu dédié, spécifiquement développé pour ce mode de parution, contrairement à un livre de poche dans lequel « il n’y a aucune politique de création en petit format » (§ 50). Cet échec commercial se double ainsi d’un second échec, sans doute plus inquiétant encore : l’impossibilité d’envisager « la constitution d’un corpus de classiques » et ainsi « de démocratiser la lecture, mais surtout d’offrir un accès aisé au fonds » (§ 1). Malgré ces tentatives en terme de publication, la notion de « classique » semble ainsi encore étrangère au champ de la bande dessinée, problème qui semble être tout aussi bien éditorial qu’intellectuel ainsi que le montre Frank-Michel Gorgeard au sein d’un autre article publié sur Comicalités : « Le classique en bande dessinée ».

S’intéressant au cas des « intégrales » regroupant plusieurs albums dans une même reliure, l’auteur note qu’elles « renvoient en général au nom des séries et non pas à celui de l’auteur », que « les ouvrages sont accompagnés d’une exégèse non analytique, faite d’indications historiques ou biographiques de détail » et qu’ils sont pourtant « désignés par l’éditeur comme des classiques de la bande dessinée » (§ 75). Nous sommes ainsi face à une simple réédition, et la notion de « classique » est ici l’apanage d’un éditeur et non d’un tiers bien informé : ces publications relèvent ainsi de ce que Frank-Michel Gorgeard nomme une critique « unificatrice » qui se propose de « ne jamais critiquer » et « présente le paradoxe de proclamer le caractère artistique de la bande dessinée, en même temps qu’elle refuse autant que possible toute différenciation des œuvres » (§ 29).

A en croire ces lignes, il s’agirait donc avant tout de gérer une forme d’obsolescence éditoriale, et l’épreuve du temps ne ferait sens qu’au niveau d’un mode de production. C’est également ce qu’affirme Harry Morgan dans « Y’a-t-il un canon des littératures dessinées » : « l’édition « intégrale » d’une série […] se présente ostensiblement comme une édition ne varietur » dont l’exhaustivité doit être conçue sur le mode de « l’argumentaire commercial des supports DVD, qui enrichit l’offre par l’adjonction au matériel de base de diverses primes », car « la question de l’établissement scientifique d’un “texte” de l’œuvre (choix de l’édition, principes éditoriaux suivis, etc.) n’est en réalité jamais posée » (§ 12). Nous sommes ainsi face à un double problème : en sus du refus d’opérer une quelconque « différenciation des œuvres », il manquerait également une réflexion quant au processus même d’édition d’une bande dessinée que l’on pourrait qualifier de « patrimoniale ».

Nous sommes ici face à un ensemble de réflexions qu’il serait donc intéressant de prolonger et j’invite les chercheurs à me faire parvenir, pour Comicalités, des propositions allant dans ce sens : celles-ci pourraient par exemple examiner les principes éditoriaux de collections comme Patrimoine BD de Glénat, Aire Libre de Dupuis ou encore Classiques et contemporains de Magnard, ou encore s’intéresser à ce que nous pourrions nommer une « mise en scène » de la pérennité (comme dans le cas des Aventures de Tintin donnèrent lieu à une série de « fac similé » ou de L’Incal qui eut pour ses 20 ans droit à une nouvelle édition « restaurée dans ses couleurs d’origine »). Et nous invitons bien sûr nos lecteurs de l’étranger à compléter cette liste par l’ensemble des références et pistes de travail qu’ils jugeront pertinent de mobiliser.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée historique

Julie Gallego, membre du Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) lance un appel à communication intitulé : « La bande dessinée historique ». Souhaitant se focaliser sur des œuvres abordant l’Antiquité du bassin méditerranéen (de l’Egypte à la Perse), cette proposition entend prendre le neuvième art au sens large : l’impressionnante (et qui plus est non exhaustive) liste de pistes suggérées nous invite ainsi à penser la patrimonialisation, l’adaptation ainsi que les enjeux commerciaux ou pédagogiques de cette bande dessinée et n’entend donc pas s’en tenir à une analyse de contenu. Il serait ainsi possible de traiter de l’importance de la représentation de l’Antiquité au sein des dispositifs éditoriaux ayant donné naissance à la bande dessinée « franco-belge » : Tintin (avec Alix), Pilote (avec Astérix) et dans une moindre mesure Spirou (avec des séries comme Aurore et Ulysse ou certaines des planches des Histoires de l’Oncle Paul) firent ainsi tous une place à des travaux dont il serait intéressant d’examiner les tenants et les aboutissants en terme de publication. Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fxée au 30 avril prochain.

La bande dessinée historique

23-25 novembre 2011

Présentation du colloque

En janvier 2010 disparaissait l’un des derniers maîtres de la bande dessinée franco-belge de l’épopée du journal Tintin, Jacques Martin, dessinateur et scénariste de nombreuses séries, au premier rang desquelles Alix, à l’origine d’un nouveau courant dans la bande dessinée franco-belge : la bande dessinée historique. Chaque année, on constate la sortie de nombreuses bandes dessinées qui prennent l’Histoire comme trame de fond, comme architecture fondamentale ou simplement comme prétexte. Mais plus de soixante ans séparent le premier Alix du dernier Murena : étudier la bande dessinée historique, ce n’est pas seulement réfléchir à l’Histoire dans la bande dessinée, c’est aussi réfléchir à l’histoire de la bande dessinée, entre Alix « classique » reconnu et Murena désormais « incontournable » de l’Antiquité en BD, mais également à la bande dessinée dans l’Histoire, comme reflet de son époque.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Le colloque international, organisé par le Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL), qui se tiendra à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) du 23 au 25 novembre 2011 a pour but de mieux (faire) comprendre les spécificités de ce que l’on peut appeler la bande dessinée historique. Les invités d’honneur de ce colloque seront Jean Dufaux et Philippe Delaby, le scénariste et le dessinateur de Murena.

Ce colloque international comportera trois volets : scientifique, pédagogique et artistique ; il est destiné aux chercheurs, aux enseignants (de tout niveau et de toute matière), aux professionnels de la bande dessinée (dessinateurs, scénaristes, coloristes, éditeurs, conservateurs, galeristes, etc.) et aux autres spécialistes de l’image fixe ou mobile. Nous espérons que la diversité des intervenants sera le reflet de la richesse de la bande dessinée historique, ou plutôt des bandes dessinées historiques.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Quelle définition retenir pour la « bande dessinée historique » ? À quel corpus appliquer cette dénomination ? Quels sont les principes, les caractéristiques de ce genre narratif et graphique, dans son fonctionnement interne et dans ses interactions avec d’autres domaines littéraires et artistiques, avec d’autres médias ? Quel est son rapport à l’Histoire, un domaine qui par essence hésite déjà entre Art et Science, entre vérité et fiction, entre vrai et vraisemblable, entre Histoire et histoires ? La bande dessinée historique, à la fois convention discursive et medium, rejoint la conception souvent très romanesque de l’Histoire chez les historiens de l’Antiquité.

On pourra ainsi s’intéresser aux modalités d’inscription de l’Histoire en représentation dans la bande dessinée, mais sans limiter sa réflexion aux notions de vrai et de faux entre le support autonome qu’est la bande dessinée et les réalités historiques telles que les études scientifiques ont pu les établir. On analysera éventuellement le point de vue sur l’Histoire que met en avant l’auteur (qu’il soit scénariste, dessinateur ou coloriste) et qu’il veut faire partager à son lecteur, et l’étrange pacte de lecture qui lie alors l’auteur de bande dessinée historique et son lecteur. En effet, « mentir-vrai » et « effet d’Histoire »[1] sont des composantes essentielles de la bande dessinée historique, qui, par son degré de véracité narrative et graphique face à l’Histoire, engage auteur et lecteur dans une conception et une représentation du monde passé, oscillant entre historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire. Le matériel historique comme le lectorat apparaissent alors comme des objets d’étude pertinents, l’un en amont de l’œuvre, l’autre en aval.

Les liens entre bande dessinée et histoire culturelle[2] sont également une problématique majeure de la bande dessinée historique car elle est le reflet des mentalités conscientes ou inconscientes d’une époque, ce qui permet de lui donner aussi le statut de document historique ; comme le péplum, elle est aussi susceptible d’une lecture à plusieurs niveaux, lorsque la finalité de l’évocation des événements du passé est davantage une transposition d’événements contemporains qu’une représentation fidèle du passé. Parler de la romanisation, par exemple, dans la BD franco-belge des années cinquante ou soixante, ce n’est pas seulement parler de la Rome antique, c’est aussi (et, parfois, surtout) évoquer la (dé)colonialisation de la France ou de la Belgique (Astérix et les Goths s’inscrit ainsi dans un contexte où les rancœurs de la deuxième guerre mondiale sont encore sensibles, comme La griffe noire, peu de temps après la guerre d’Algérie). Car une bande dessinée historique appartient à son époque, même si elle transporte le lecteur loin dans le temps et dans l’espace, dans un temps et un espace qu’elle essaie de recréer, même si historique rime parfois (toujours ?) avec utopique et uchronique.

Essayant d’opérer un tri parmi les bandes dessinées qui « tiennent un discours sur l’Histoire », Michel Thiébaut[3] distingue 3 catégories (nous ajoutons la quatrième) :

  • les bandes dessinées didactiques, racontant des histoires dites « vraies » (un moment d’Histoire ou un personnage célèbre) ;
  • les bandes dessinées d’aventures humoristiques ;
  • les bandes dessinées de fiction réalistes, ou d’aventures fictives (catégorie la plus représentée) ;
  • les bandes dessinées érotiques historisantes.

Les communications pourront être l’occasion de revenir sur ce classement.

Limites chronologiques de cette première édition

La chronologie historique ira jusqu’à la Rome tardive mais l’axe majeur sera géographique, celui de l’Antiquité du bassin méditerranéen (Égypte, Carthage, Numidie, Grèce, Crète, Italie – Rome, bien sûr, mais aussi l’Étrurie –, Gaule et territoires celtes, Scythie, Perse, etc.). Des bandes dessinées dont l’histoire principale se déroule à une époque ultérieure mais dans lesquelles un lien est fait avec les périodes citées pourront faire l’objet d’une étude (on peut penser à des BD mettant en scène des personnages enquêtant sur le passé antique ou projetés dans ce passé).

Pistes suggérées (et non exhaustives)

1. Vers une définition de la bande dessinée historique

1.1. Généricité et typologie

1.2. Fonctions mimésique, didactique, narrative et historienne de la bande dessinée historique

1.3. La BD historique non franco-belge : caractéristiques des historical comics et des manga historiques

1.4. Spécificités de la bande dessinée historique à sujet antique par rapport aux bandes dessinées historiques se déroulant à d’autres périodes (notamment dans les œuvres de Jacques Martin, de Gilles Chaillet et de Jean Dufaux)

2. La patrimonialisation de la bande dessinée historique : des magazines au musée

2.1. Place de la bande dessinée historique dans la bande dessinée

2.2. Émergence et évolutions éditoriales (notamment l’influence de la pré-publication sur la narration)

2.3. L’œuvre de Jacques Martin (dans son ensemble ou œuvres ou thèmes précis) ; l’école Martin (notamment Gilles Chaillet)

2.4. Le renouveau de la bande dessinée historique : la série Murena, héritages et innovations de Jean Dufaux et de Philippe Delaby

3. La bande dessinée historique comme objet d’histoire : des choix révélateurs

3.1. La période et le lieu

3.2. Les héros

3.3. Les éléments narratifs

3.4. La création artistique face à la censure (Comics Code américain et loi de 1949)

4. Les enjeux esthétiques et narratifs de la bande dessinée historique face à la littérature, aux autres arts, aux médias interactifs

4.1. Bande dessinée historique et roman historique

4.2. Bande dessinée historique, sculpture et peinture (art classique et art pompier)

4.3. Bande dessinée historique et péplum (cinéma, TV)

4.4. Bande dessinée historique et jeux vidéo

5. Les enjeux scientifiques de la bande dessinée historique face aux autres représentations visuelles

5.1. L’illustration archéologique d’un ouvrage scientifique

5.2. Les maquettes en 2D et les reconstitutions archéologiques en 3D

5.3. Les reconstitutions d’Histoire vivante (troupes de spécialistes et troupes d’amateurs)

5.4. Une nouvelle source d’inspiration pour l’auteur de bande dessinée : la collaboration avec les scientifiques

6. Les enjeux pédagogiques de la bande dessinée historique : atouts et limites

6.1. Histoire ou uchronie

6.2. Héros fictionnels, héros réels

6.3. Entre le vrai et le faux, le réel et le rêvé : combler avec vraisemblance les béances de l’Histoire

6.4. Histoire(s), mythes et philosophie

7. Les enjeux commerciaux de la bande dessinée historique

7.1. Nouveaux titres et nouvelles collections

7.2. Anciens titres et rééditions

7.3. Réception et médiatisation

7.4. Traductions en langues anciennes ou en langues étrangères

Comité scientifique

Jean-Michel Agasse (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Christian Amalvi (Professeur en histoire contemporaine, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Eugenio Amato (Professeur de grec, Université de Nantes, France)

Pierre-Yves Ardoy (Maître de conférences en droit privé, UPPA, France)

Claude Aziza (Maître de conférences de latin, Université de la Sorbonne nouvelle, France)

Benoît Berthou (Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Paris 13, France ; organisateur du colloque international La bande dessinée : un art sans mémoire ?)

Pierre Bricage (Systémicien, Association Française de Sciences des Systèmes AFSCET, France)

Alain Chante (Docteur en Histoire, Maître de conférences HDR en Sciences de l’information et de la communication, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Christian Delporte (Professeur en histoire contemporaine, Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines, France)

Olivier Devillers (Professeur de latin, Bordeaux 3, France)

Jacques Dürrenmatt (Professeur de stylistique, Université de Toulouse 2 – Le Mirail, France)

Michel Eloy (Spécialiste de l’Antiquité au cinéma et en BD, auteur du site PEPLVM – images de l’antiquité, ancien collaborateur de J. Martin, Belgique)

Julie Gallego (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Muriel Lafond (Docteur en études latines, agrégée de Lettres Classiques, collège Félix del Marle, Aulnoye-Aymeries, France)

Cécile Leclercq (Agrégée d’Anglais, UPPA, France)

Pierre-Louis Malosse (Professeur de grec, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Valérie Mangin (Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste-paléographe ; actuellement scénariste de bande dessinée, France)

Sébastien Pelle (Professeur de droit privé et de sciences criminelles, UPPA, France)

Patrick Périn (Directeur du Musée d’Archéologie Nationale et Domaine national, Saint-Germain en Laye)

Bertrand Richet (Maître de conférences de langue anglaise, Sorbonne Nouvelle – Paris 3, France ; organisateur du colloque international Le Tour du Monde d’Astérix – Lectures, Traductions, Interprétations)

Cathy Rousset (Agrégée de Lettres Classiques, collège Émile Combes, Bordeaux, France ; chargée de cours, Bordeaux 3)

Nicolas Rouvière (Maître de conférences en littérature française et didactique de la littérature, IUFM de Grenoble, France ; organisateur du colloque international Lire et produire des bandes dessinées à l’École)

Claire Simon (Certifiée de Lettres Modernes, collège Michèle Pallet, Angoulême, France ; chargée de mission DAEC à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, Angoulême ; chargée du secteur « Bande dessinée » au Pôle pédagogique Rectorat de Poitiers)

Claire Sotinel (Professeur d’histoire antique, Université Paris-Est Créteil Val de Marne, France)

Antonio Stramaglia (Professeur de latin, Université de Cassino, Italie)

Michel Thiébaut (Docteur en histoire, certifié d’histoire et de géographie ; chargé de cours, Université de Franche-Comté, Besançon, France)

Comité d’organisation

Julie Gallego (responsable du colloque)

Cécile Leclercq

Marie-Françoise Marein

Liens et contact

URL de référence : http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011

Pour l’envoi des propositions ou tout autre renseignement : bd.historique2011@univ-pau.fr (Julie Gallego)

Envoi des propositions de communication

Les communications, inédites, pourront se faire en français ou en anglais et s’appuieront sur un diaporama.

Les propositions de communication compteront entre 4000 et 8000 caractères (espaces compris) et comporteront quelques images particulièrement significatives, accompagnées d’une présentation de l’auteur (maximum 2500 caractères, espaces compris).

Elles doivent parvenir avant le 30 avril 2011 à l’adresse bd.historique2011@univ-pau.fr. Consulter impérativement la page « Droits à l’image » du site du colloque http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011 pour prendre connaissance de toutes les consignes détaillées (notamment la liste des maisons d’édition qui ont autorisé les reproductions des scans dans les diaporamas des intervenants, les conditions de reproduction et les restrictions d’accord).

La durée exacte des communications sera précisée ultérieurement (environ 25 minutes).

Les éléments suivants seront clairement indiqués dans la proposition de communication :

  • un titre explicite (et éventuellement un sous-titre),
  • la thématique ou la problématique dans laquelle s’inscrirait le travail,
  • le corpus de bandes dessinées sur lequel elle s’appuierait (au moins approximatif).
  • des références bibliographiques (5 au minimum)

Chaque proposition de communication sera évaluée anonymement par au moins deux membres du comité scientifique. Les auteurs seront informés de l’acceptation de leur proposition au plus tard fin mai 2011.

Il est demandé aux intervenants de déposer au secrétariat du colloque un exemplaire papier de leur communication, le jour de leur passage (en cas d’absence de dépôt, l’article ne pourra être proposé à la publication). La version définitive pour la publication pourra néanmoins être enrichie ou modifiée ultérieurement en fonction des débats suscités durant le colloque.

Un comité de lecture évaluera, après le colloque, les communications qui seront retenues pour donner lieu à une publication. Les intervenants seront alors prévenus individuellement et les consignes exactes de présentation seront fournies pour les articles retenus.

Toutes les conférences seront filmées en vue d’une diffusion sur le site Internet de l’UPPA et/ en vue de la réalisation d’un DVD ; à cet effet, il sera demandé aux intervenants de renvoyer une convention de cession des droits d’auteur et une autorisation d’utilisation de données personnelles (en conformité avec la CNIL). En cas de refus de ces termes et conditions, la participation de l’intervenant ne pourra être retenue. Le document à remplir et à renvoyer par voie électronique sera disponible sur le site du colloque et sera à signer au secrétariat du colloque.

Calendrier (sous réserve de modifications, cf. site Internet du colloque)

Soumission des propositions : 30 avril 2011.

Évaluation des propositions par le comité scientifique : courant mai 2011.

Notification d’acceptation : 30 mai 2011.

Liste des images utilisées pour envoi aux maisons d’édition : 1er octobre 2011.

Envois des diaporamas pour les tests techniques : 15 novembre 2011.


[1] Pierre Fresnault-Deruelle, « L’effet d’Histoire », Histoire et bande dessinée. Actes du deuxième colloque international Éducation et bande dessinée, La Roque d’Anthéron, 16 et 17 janvier 1979, La Roque d’Anthéron, Objectif Promo-Durance, 1979, p. 98-104.

[2] Pour la bande dessinée comme objet d’histoire, nous renvoyons aux divers travaux de l’historien Pascal Ory.

[3] Michel Thiébaut, L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, Besançon, Université de Franche-Comté, thèse de doctorat (dir. M. Clavel-Lévêque), novembre 1997, 855 p.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée : un art sans mémoire ?

Comme annoncé dans notre précédent billet, la revue Comicalités. Études de culture visuelle, qui est actuellement en construction sur le portail revues.org, sera active en mars prochain. Consacrée à la bande dessinée, et disposant d’un comité scientifique composé de spécialistes, elle adoptera le mode de la publication continue et ne sera pas organisée par numéro, mais par « sections » qui resteront actives et seront donc à même d’accueillir de nouveaux articles pendant plus d’un an. Durant cette durée, les appels à communication resteront « ouverts » et nous publions donc aujourd’hui une nouvelle version de « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » (thème du colloque des 10 et 11 juin 2010 organisé par les universités Paris 10 et Paris 13). Nous serions en effet enchanté de voir de nouveaux articles rejoindre les travaux exposés lors du colloque (l’ensemble de ces textes faisant l’objet d’une évaluation anonyme par deux chercheurs) et signalons que de nouveaux appels verront bientôt le jour (notamment, en mars, « Bande dessinée et autobiographie »).

Plus d’informations :

Responsable : Benoît Berthou, ben.berthou@orange.fr

« La bande dessinée : un art sans mémoire ? »

Quel est le mode d’inscription dans le temps de la bande dessinée ? La question se pose puisque son système éditorial semble privilégier la mise au point de « nouveautés » susceptibles de prendre place dans une véritable « guerre des étals » 1 et donner ainsi raison à Thierry Groensteen qui qualifie la bande dessinée d’ « art sans mémoire » et affirme : « La bande dessinée est un art qui cultive volontiers l’amnésie et n’a pas grand souci de son patrimoine » 2. La série et le personnage, dont la longévité dépasse parfois celle de leur créateur, semblent incarner cette temporalité relevant d’une loi du marché et transformant l’auteur en simple « repreneur » 3. La bande dessinée relèverait donc pleinement de la logique d’industries culturelles synonymes, selon Théodor Adorno, d’« anti-culture » car fondées sur la reprise et la mise au goût du jour de choses déjà produites plutôt que sur l’exploration des possibilités artistiques qu’elle offre.

Nous nous proposons d’interroger ce constat et d’aborder une dimension du « 9e art » qui semble tout sauf évidente : quelles valeurs et quelles formes acquièrent pour la bande dessinée l’inscription dans un passé ? Si l’on pose à l’inverse que le « 9e art » ne relève pas seulement du « consommable » et du « jetable », on peut s’intéresser aux initiatives visant à faire de la bande dessinée le témoin privilégié d’une histoire de l’art et de l’évolution de nos sociétés (comme, par exemple, dans le cadre d’expositions comme Vraoum !), mais également aux efforts de professionnels de la chaîne du livre (éditeurs, libraires ou bibliothécaires) pour administrer des collections ou faire valoir un « fonds » proposant des œuvres remontant aux origines de la « Franco-Belge » (voire au-delà) ou issues d’autres horizons. On peut aussi citer les créations d’auteurs faisant de l’inscription dans le temps (que celui-ci prenne la forme d’une histoire ou d’une mémoire) l’instrument d’une autre pratique et vision du « 9e art ».

L’ensemble de ces réflexions constituera la matière des deux premières « sections » de Comicalités.

–   « La bande dessinée : quel patrimoine ? » se propose d’interroger l’inscription du neuvième art dans le temps des diverses institutions et industries culturelles (édition, bibliothèque, archives, musée…) qui la prennent en charge. Des articles portant sur le livre de poche ou les notions de classique et de canon sont d’ores et déjà en phase de prépublication.

–   « Création et histoire du neuvième art » entend interroger la forme et la fonction du passé au sein de la création de bande dessinée. Des articles portant sur la série Spirou, le rapport au temps des éditeurs « alternatifs » ou le rapport entre histoire et politique dans Persepolis sont d’ores et déjà prévus, mais nous sommes tout à fait prêts à accepter d’autres contributions.

Nous proposons à tous les contributeurs, quel que soit leur statut, de nous soumettre un texte d’environs 2000 signes (espaces compris) exposant : l’objet de l’intervention, le corpus ou le matériau sur lequel elle entend s’appuyer et indiquant les coordonnées de chaque auteur. Afin de garantir la qualité des débats, ces documents seront par la suite soumis de façon anonyme au comité scientifique de la revue qui est composé de :

–       Gilles Ciment (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’image)

–       Thierry Crépin (Université Versailles Saint-Quentin)

–       Jacques Dürrenmatt (université Toulouse-Le Mirail)

–       Pierre Fresnault-Deruelle (université Paris 1)

–       Jean-Paul Gabillet (Université Bordeaux 3)

–       Thierry Groensteen (École Européenne Supérieure de l’Image)

–       Bertrand Legendre (université Paris 13-Nord)

–       Éric Maigret (université Paris 3)

–       Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

–       Benoît Peeters (Les Impressions Nouvelles)

–       Thierry Smolderen (École Européenne Supérieure de l’Image)

–       Emmanuel Souchier (université Paris 4-Sorbonne)

Ces propositions doivent être transmises par voie électronique avant le 1er mars 2011 à l’adresse suivante :

ben.berthou@orange.fr

1.Dossier paru dans Livres Hebdo, n°717.

2.Thierry Groensteen, La bande dessinée : un objet culturel non identifié, éditions de l’An 2, 2006, p. 67.

3.Sergio Honorez, « Lifting d’un héros : le cas Spirou », dans L’état de la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, Liège, 2009, p. 120.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

What happens next : the mechanics of serialization

La « sérialisation », le fait de concevoir des productions destinées à ne pas donner lieu à un seul film, livre ou jeu : voici le concept sur lequel deux chercheurs d’une université néerlandaise (Amsterdam) nous invitent à réfléchir. Spirou, Asterix, Thorgal… La France publie des séries très anciennes (plus de 70 ans pour Spirou, 50 ans pour Astérix) et prolifiques : les évoquer retiendrait certainement l’attention des organisateurs, surtout si le chercheur parvient à mettre en évidence les mécanismes d’écriture ou de publication cachés derrière ces créations. La lecture du livre d’Hugues Dayez (Le duel Tintin-Spirou, éditions Luc Pire) fournit pour ce faire un matériau des plus intéressant. Date limite : 24 janvier 2011.

The recent explosion of popular serialized forms, from Lost and Battlestar Galactica to computer game expansion packs, has provoked renewed interest in the economics and mechanics of serialization as well as the impact of this cultural form on readers, viewers and gamers. How do contemporary serials relate to earlier forms of serialization, and how do they affect our understanding of the concept of serialization? What are the economic, narratological, and social effects of contemporary serials? And where does the form go from here?

This conference is intended to give graduate students from different fields of study the opportunity to present and exchange ideas on the concept and mechanics of serialization. It is hoped that interaction and discussion will allow graduate students to both share their knowledge and gain new expertise in this exciting area of research. Moreover, it is hoped that this conference will be able to help form ideas about how serialization can be conceptualized across disciplines as diverse as literary history, economics, narratology, television studies and cultural analysis.

We invite proposals for twenty-minute research papers addressing any aspect of serialization; and collaborative panels of two to three papers. Possible subjects include, but are not limited to, the impact of serialization in 19th century literature, the relationship between serialization and notions of authorship, webserials, the mechanics or economics of serials, the effect of serialization on science fiction, newspapers, comics and downloadable game content. Graduate students are encouraged to approach serialization from the perspective of their particular field to give the conference an interdisciplinary character.

Conference dates: 25 – 26 March, 2011.

Keynote speakers: Dr. Joyce Goggin and Dr. Mark Turner.

Deadline for abstracts: 24 January 2011.

Please send your abstracts and inquiries to uvaserialization@gmail.com, and watch http://www.hum.uva.nl/serialization/ for updates.

Rob Allen and Thijs v.d. Berg

University of Amsterdam, Institute for Culture and History

Spuistraat 210, room 5.01

1012 VT Amsterdam, The Netherlands

Email: uvaserialization@gmail.com

Visit the website at http://www.hum.uva.nl/serialization/

Textyles : La bande dessinée contemporaine

Créée en 1985, TEXTYLES est une revue scientifique exclusivement consacrée aux lettres belges de langue française. Pour son dernier (et double) numéro, elle publie les actes d’un colloque tenu à Bruxelles sur la bande dessinée belge contemporaine, dont voici ci-dessous le sommaire :

Textyles. Revue des lettres belges de langue française, Numéro 36-37

La bande dessinée contemporaine, sous la direction de Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat

La bande dessinée a généré depuis près de quarante ans des discours de rupture variés. Elle revendique désormais une maturité et une exigence artistique que confirment la diversification de ses procédés graphiques ou narratifs, la mise en place d’un appareil de consécration spécifique et l’apparition de nouvelles pratiques éditoriales.

Les actes du colloque de Bruxelles (2008), qui sont publiés ici, ont pour ambition autant de dresser le bilan d’un champ en pleine mutation que de dépoussiérer les discours académiques sur la bande dessinée.

En se concentrant sur la BD francophone belge, ces contributions éclairent les démarches artistiques novatrices, se penchent sur des stratégies inédites dans la diffusion du medium et s’intéressent à l’apparition de sociabilités nouvelles. Elles étudient également l’évolution des genres et des registres ou les rapports entre bande dessinée et industrie culturelle. En outre, elles situent la place réservée à une avant-garde qui se cherche encore souvent entre littérature et art contemporain. Elles se penchent, enfin, sur l’engagement des auteurs.

Les pistes de réflexion que ce numéro de Textyles explore confirment que l’étude de la bande dessinée n’est plus en phase d’émergence et constituent un champ de recherche bien balisé qui, à son tour, remet en perspectives les disciplines des sciences humaines convoquées dans l’analyse de la BD.

Sommaire

Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat, « La bande dessinée francophone belge au présent »

Benoît Berthou, « La bande dessinée franco-belge : quelle industrie culturelle ? »

Floriane Philippe, « L’évolution du paysage éditorial de bandes dessinées en Belgique francophone »

Tanguy Habrand, « La « récupération » dans la bande dessinée contemporaine. Par-delà récupérateurs et récupérés »

Erwin Dejasse, « Bande dessinée alternative : mémoire et re-génération. Autour de l’expositionAlternatif Chaos. Onafhankelijk Beeldverhaal in Wallonië en Brussel »

Laurent Demoulin, « Du Rwanda au Coeur des ténèbres. Jean-Philippe Stassen illustre Conrad »

Laurence Brogniez, « Féminin singulier : les desseins du moi. Julie Doucet, Dominique Goblet »

David Vrydaghs, « Le récit de voyage en bande dessinée, entre autobiographie et reportage »

Björn-Olav Dozo, « Note sur la bande dessinée de reportage »

Hubert Roland, « Écriture et narration de l’histoire dans le projet Fritz Haber de David Vandermeulen »

Roland Baumann, « Remember ! La bande dessinée belge francophone et la guerre 1940-1945 »

Frédéric Paques, « Joe G. Pinelli, dans le no man’s land de la BD »

Clément Dessy, « La ville entre texte et image dans les bandes dessinées de Michaël Matthys »

Gert Meesters, « Les significations du style graphique : Mon fiston d’Olivier Schrauwen et Faire semblant, c’est mentir de Dominique Goblet »

Fantasy à la française

La revue Contemporary French & Francophone studies lance un appel à communication intitulé « Fantasy à la française ». Celui-ci propose d’interroger un genre (qu’il ne définit pas) selon une perspective nationale qui pourrait intéresser la bande dessinée. Nombre d’auteurs francophones (pensons à Paul Cuvelier avec Epoxy, Van Hamme avec Le grand pouvoir du Chninkel ou Thorgal, Moebius avec Astor…) ont en effet produit des oeuvres ayant porté ce genre loin des modèles anglo-saxons tels l’archétypal Conan. Il s’agirait ainsi d’interroger l’apport du neuvième art en général, et du domaine « franco-belge » en particulier, à ce genre en aujourd’hui en pleine expansion (et malheureusement sujet à bien des académismes). Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 31 juillet prochain.

Revue Contemporary French & Francophone Studies (Sites)

La revue américaine consacrée à la littérature et à la culture françaises et francophones,Contemporary French & Francophone Studies (Sites) prépare un numéro spécial sur « la Fantasy » à la mode française. Nous recherchons des articles inédits traitant de ce sujet sous toutes ses formes et dans toutes ses ramifications : perspective historique, panorama d’ensemble, études d’oeuvres particulières, originalité par rapport aux oeuvres du domaine anglo-saxon, ressemblances et différences par rapport à d’autres genres perçus comme voisins (le fantastique, par exemple), influences, media utilisés, etc… Les contributions ne doivent pas dépasser 35 000 signes (espaces et notes compris).

Date-limite : 31 juillet 2010

Contacts : Anne Berthelot (anne_berthelot@hotmail.com) et Alain Lescart (alescart@pointloma.edu)

Pour les consignes éditoriales, voir le site de la revue.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Graphic engagement. The politics of comics and animation

L’université de Perdue, située dans l’Indiana (USA), lance un appel à communication intitulé « Graphic engagement. The politics of comics and animation » et dont le but est (ma traduction) « d’explorer la façon dont la bande dessinée et le film d’animation nous engage politiquement et influence profondément notre définition de la race, de la religion, de la classe et de la nation ». Semblable proposition nous invite donc à nous interroger sur les valeurs que véhicule le neuvième art (à travers par exemple des stéréotypes portant sur les identités sexuelles) qu’aux formes que peut prendre un engagement qui peut se faire rhétorique (comme l’a montré Jan Baetens dans Formes et politiques de la bande dessinée, Peeters Vrin, 1998) ou intime (à travers l’autobiographie ou l’autofiction). A noter : cet appel à communication mentionne nommément « l’apport politique de la bande dessinée franco-belge », problématique qui ne manque pas d’éveiller quelques curiosités face au devenir incertain de la Belgique. Une forme d’expression volontiers présentée comme un art national ne semble en effet pas avoir servi l’unité d’une nation, et il y a dès lors lieu d’interroger un dispositif (éditorial, politique, esthétique) visant à définir une bande dessinée francophone plus que belge. Et semblable entreprise invite à réflexion, comme l’a montré Vincent Baudoux dans « L’apogée franco-belge » (article publié dans Maîtres de la bande dessinée européenne, BNF/Seuil, 2000) : si semblable bande dessinée renonce en effet à s’emparer de la question nationale (notamment en « neutralisant » tous les espaces comme le château de Moulinsart), celle-ci semble en effet resurgir sous d’autres formes (et notamment à travers la constante invention de frontières donnant, dans l’intrigue, lieu à toutes sortes de trafics et de rivalités). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont l’échéance est fixée au 9 juillet prochain.

The Purdue Comparative Literature Program presents the 2010 Conference, Graphic Engagement: The Politics of Comics and Animation
Featuring Keynote Speaker Kim Deitch

Purdue University – West Lafayette, IN
September 2-4, 2010

Call for papers: July 09, 2010

Comics and film animation are potent media that can have an effect far different from that of more traditional forms of literature. They are composite texts whose mixtures of image, word, and sound offer a more immediate exchange between author(s) and audience, where the visuals directly confront us and demand a reader response in ways that prose narrative does not. The resulting effects can have profound ideological consequences. Either in the form of a comics memoir, a Disney adaptation, a superhero saga, or a single-panel cartoon, graphic narratives shape the way we frame ourselves in terms of gender, race, religion, class, and nationhood.

The Purdue University Comparative Literature Program welcomes papers that explore the ways in which comics and film animation engage us politically and profoundly influence the way we define gender, race, religion, class, and nationhood. “Political” can be defined broadly, relating not only to affairs of state, but also the praxis of visual narrative and ways it affects individual identity and community dynamics. Possible paper topics may include, but are not limited to:

  • Historical representations in graphic novels
  • The appropriation of national myths and folktales in animated film
  • Dynamics of humor and subversion in syndicated comic strips
  • Imaging the ethnic/racial other in comics and other forms of graphic narrative
  • Representations of gender and sexuality in anime and manga
  • Personal memoir in graphic novels or animation
  • The Franco-Belgian comics tradition and its political import
  • The language of comics as a form of rhetoric
  • Representations of trauma in comics and animation
  • Animation and its links to education
  • The use of graphic novels and animation in the classroom
  • Socio-political issues surrounding graphic novels and library cataloging
  • Superheroes and defining, or complicating, communal and national identity
  • Graphic narrative as transnational discourse
  • Representations of conflict in such places as Africa, Asia, the Middle East, and Europe
  • Political cartooning and its social impact
  • Hollywood and comics
  • Journalism, biography, and memoir in comics and animation

Email abstracts of 250 words, with a brief author biography, to: graphic.engagement@gmail.com. Please include “Graphic Engagement Conference 2010” in the subject heading


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La génération des années 50

L’Instituto Superior da Maia (Porto, Portugal) organise un colloque international consacré à la « génération des années 50 ». Les pistes indiquées dans l’appel à communication ne mentionnent pas nommément la bande dessinée, mais gageons que celle-ci peut tout à fait trouver sa place dans ce champ scientifique, car les « années 50 » semblent bien constituer le creuset d’une certaine « culture BD » (pour reprendre l’expression –ironique – de Jean-Christophe Menu). La promulgation de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse a, ainsi que l’ont bien montré Thierry Groensteen et Thierry Crépin dans l’ouvrage qu’ils lui ont consacré (« On tue à chaque page », éditions du Temps), œuvré à la définition des contenus et à la stabilisation des vecteurs de diffusion du neuvième art. Tintin, Spirou et Pif furent ainsi les vecteurs d’une circulation de bandes dessinées sont il serait intéressant de mesurer la contribution à l’imaginaire d’une époque. Nous reproduisons ci-après le texte de cet appel dont la date limite est fixée au 31 juillet.

Appel à contribution

La génération des années 50

Congrès international


Le 25, 26 et 27 novembre 2010 aura lieu, à l’Instituto Superior da Maia (ISMAI, Porto, Portugal), le I Congrès International sur la Génération de 50, sous la responsabilité du Centro de Estudos em Letras (CEL, uID 707 FCT) et du Centro de Estudos de Língua, Comunicação e Cultura de l’ISMAI.

Bien qu’il n’existe pas d’homogénéité dans les tendances esthétiques et culturelles manifestées par les romanciers, poètes, dramaturges, essayistes et artistes révélés au cours des années 50 du XXème siècle, la critique considère qu’il y a quelques traits communs qui justifient la notion de génération de 50. La valorisation des procédés de construction et la conscience de la Modernité, au-delà de toute dimension engagée de l’art; la constitution de groupes, réunis autour de publications périodiques; une atmosphère mentale marquée par le scepticisme face aux utopies et par l’influence de l’Existentialisme, parmi d’autres aspects, ce sont quelques-uns des éléments qui permettent d’identifier cette génération.

En désirant de promouvoir une réflexion élargie sur l’héritage et l’actualité de cette génération, ce Congrès sera ouvert à des contributions centrées autour des lignes de réflexion suivantes:

– Poésie des années 50: champs de fusion et de rupture;

– Après le roman social: l’importance des procédés de l’écriture;

– Théâtre de l’absurde et théâtre expérimental;

– La maturité des littératures sud-américaines;

– L’indépendance des littératures africaines ;

– La génération de 50: une génération cinématographique;

– La spécificité de la Génération de 50 dans le contexte de la Péninsule Ibérique;

– Les modes de l’affirmation scientifique de la critique et de l’histoire littéraires;

– Les courants de pensée de l’après-guerre.

L’organisation de cette rencontre scientifique invite à la présentation de communications situées dans ces lignes de réflexion ou d’autres pertinentes centrées sur l’étude de la Génération de 50 dans les lettres, l’art ou la culture. Les propositions de communication et résumés respectifs (15-30 lignes) devront être soumis jusqu’au 31 juillet, à:

– cvieira@docentes.ismai.pt

– inovo@docentes.ismai.pt

– helenapadrao@hotmail.com

Url de référence :
– http://www.ismai.pt

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Et si on arrêtait de travailler sur Tintin ?

« L’affaire Moulinsart », mettant au prise la société gérée par les ayant-droits d’Hergé et plusieurs personnes physiques et morales s’intéressant à l’oeuvre du dessinateur belge, nous semble fournir des pistes de réflexion qu’il serait intéressant d’explorer dans le cadre de travaux de recherche.

Attendre 2053 pour travailler sur Tintin ? C’est la proposition provocante d’André Gunthert, en réaction à l’attitude de Moulinsart SA, telle qu’elle s’est manifestée encore récemment dans l’affaire Bob Garcia. En 2053 en effet, Tintin tombera dans le domaine public, ce qui devrait faciliter la citation des travaux d’Hergé, pour l’instant farouchement contrôlée par Moulinsart SA.
André Gunthert soulève dans ce post deux problèmes intéressants : d’une part, la difficulté de la citation scientifique d’images dans le contexte du droit français – une situation qu’André Gunthert connaît bien, pour l’avoir affrontée dans le cadre de la revue « Etudes photographiques ». D’autre part, l’impact de la recherche universitaire dans la diffusion culturelle d’une oeuvre d’art – une question qui suscite, pour l’instant, peu de commentaires.

La suite à lire sur l’excellent blog d’André Gunthert : L’Atelier des icônes.