Les blogs BD au féminin

Laure Bianchini, Elisa Bricco, Anna Giaufret, Nancy Murzilli de l’université de Gènes lancent pour le compte de la revue Publipharum un appel à communication portant sur les « blogs de BD au féminin ». Les chercheurs s’intéressant à la culture graphique sont ainsi invités à s’interroger sur un objet (le blog BD) qui est présenté à travers des notions comme « évolution », « innovation » ou « hybridation » (de différentes formes comme le reportage ou le journal intime). Même s’il nous semble pertinent (car il y a effectivement lieu d’interroger la force de nouveauté de blogs auxquels plusieurs ouvrages furent consacrés), ce parti-pris nous semble toutefois ne pas poser un problème que nous aimerions voir nos lecteurs soulever : pourquoi ce support et cette forme d’écriture en mouvement (le blog) a-t-il permis l’affirmation d’une identité sexuée (en l’occurrence féminine) ? Peut-être est-il en effet possible de lier l’émergence d’auteurs femme et bouleversement des traditionnels modes d’édition : la naissance de roman graphique et l’apparition d’un genre comme l’autobiographie s’est ainsi accompagnée d’un large renouvellement des créateurs (pensons à Marjane Satrapi, Debbie Drechsler ou encore Alison Brechdel…). Nous laissons nos lecteurs explorer cette piste avant le 15 novembre prochain.

 

 Appel à contribution

Numéro de mars 2013 de la revue en ligne

Publifarum sur les « Blogs de BD au féminin ».

Argumentaire

Entre arts graphiques, écriture et technologie le blog est un genre qui attire aujourd’hui de nombreux auteurs, qui peuvent ainsi s’exprimer librement et s’ouvrir à un vaste public. Ce nouveau support qui exploite tous les atouts du web 2.0 joue aussi avec sa multimodalité et sa capacité d’interaction. Le blog est aujourd’hui choisi comme moyen d’expression par un nombre grandissant de jeunes auteurs de bandes dessinées, qui y arrivent après avoir publié sur papier ou le choisissent directement.
Dans le cadre de la semaine de la Francophonie, les Universités de Gênes, Turin et Bologne ont organisé en collaboration avec les Alliances françaises de ces trois villes une tournée d’auteurs réunissant quatre jeunes créatrices de blogs BD provenant de pays et d’horizons différents : Nawel Louerrad (Algérie), Sylvie-Anne Ménard, (Québec), Lorena Canottiere (Italie) et Elsa Caboche (France).
Les actes de ces journées seront rassemblés dans un numéro multimédia de la revue en ligne Publif@rum (http://www.publifarum.farum.it), revue ayant obtenu en 2011 le label DOAJ. Ce numéro publiera, outre des  articles scientifiques sur les enjeux de la bande dessinée numérique francophone, des entretiens menés avec les quatre blogueuses invitées, accompagnés de dessins qu’elles réaliseront pour ce numéro, les podcasts des conférences tenues lors de ces rencontres.

Ce numéro de la revue en ligne Publif@rum  a un double objectif : la publication des actes de cette journée et l’élargissement de la réflexion sur un sujet encore mal cerné par la recherche académique tel que le monde des blogs BD, et plus précisément celui des blogs BD féminins francophones. C’est pourquoi nous lançons cet appel à contribution auprès de chercheurs spécialisés dans la recherche sur la BD numérique.

Il s’agirait de réfléchir sur une forme et un médium qui, en tant que tel, est encore jeune et en constante évolution : il s’est à peine constitué comme objet d’étude. La BD numérique est en effet apparue sur le net francophone au début des années 2000, une dizaine d’années après son émergence aux Etats-Unis, entrainant une série de questionnements, notamment sur son statut (est-ce réellement de la BD ?), son fonctionnement interne (a-t-on affaire à un nouveau médium ou à une transposition du médium papier ? la forme doit-elle s’adapter au support numérique et exploiter nécessairement l’interactivité et le multimédia) ou encore sur son autonomie par rapport au marché éditorial traditionnel (quelle est la viabilité économique de ces productions ? quid du piratage et de la valorisation des auteurs hors des circuits habituels ?). Face à ces bouleversements, la réflexion théorique sur le sujet s’est mise en place tardivement, et reste sujette à une obsolescence rapide, due à l’évolution constante du médium. D’autres, depuis, ont cependant pris le relais – essentiellement des revues en ligne et des sites spécialisés (Comptoir de la BD, ActuaBD, Neuvième Art 2.0, Phylacterium, Du9, etc). C’est aussi le cas de jeunes chercheurs comme Anthony Rageul, auteur d’une étude sur la Bande dessinée interactive : comment raconter une histoire, ou d’Elsa Caboche, l’une des invitées de la tournée, dont le travail a l’originalité d’être à la fois théorique et pratique.

Quelques pistes d’interrogation non restrictives et non exhaustives : quelles sont les particularités de cette forme moderne d’autopublication ? Les blogs BD sont-ils voués à la dimension autobiographique qui caractérise la plupart d’entre eux ? Peut-on parler d’un genre du blog BD féminin ? Quel dialogue le blog BD construit-il entre l’élément textuel et l’élément iconique ? Les blogs BD féminins offrent-ils des éléments spécifiques pour la recherche en linguistique et socio-linguistique ? Le blog de Nawel Louerrad (http://nawel-louerrad.blogspot.it), par exemple, qui s’adresse à un public en grande partie francophone (aussi bien à l’intérieur de l’Algérie qu’à l’extérieur), est largement écrit en français, mais a recours à l’arabe là où il rencontre l’intraduisibilité d’expressions particulièrement significatives dans le contexte algérien. Quelles innovations permet le blog BD du point de vue de la transcription de l’oralité dans les bulles de dessin ? Peut-on parler d’hybridation entre plusieurs pratiques (journal, autofiction, autobiographie, BD, illustration, dessin animé) et d’intermédialité au sujet du blog BD ?

Bibliographie indicative

–    Scott McCloud, Reinventing Comics : How imagination and Technology Are Revolutionizing an Art Form, New York, William Morrow Paperbacks, 2000.
–    Thierry Groensteen, Bande dessinée et narration, Paris, PUF, 2011.
–    « La bande dessinée sur écrans », Neuvième art 2.0
–    Sébastien Naeco, La BD numérique, état des lieux, enjeux et perspectives, 2011 ; Hermès, n°54, CNRS éditions, 2009
–    Anthony Rageul, Bande dessinée interactive : comment raconter une histoire – Prise de tête, une proposition entre minimalisme, interactivité et narration, dir. Joël  Laurent, Univ. Rennes 2, Arts Lettres communication, Dpt. Arts plastiques (2009)
–    Julien Baudry, « Répliques : La BD numérique, enjeux et perspectives par Sébastien Naeco », http://www.du9.org/dossier/repliques-la-bd-numerique-enjeux  (mai 2011)
–    Thierry Smolderen, « Coconino World : explorer l’espace des formats BD/I », dossier « La BD et le net », 9e art, n°8, janv. 2003, CNBDI/Editions de l’an 2, Angoulême, p. 40-45.
–    Emission sur Mediapart : « La BD à l’ère numérique » (26/06/2011) (http://blogs.mediapart.fr/edition/comic-strip/article/260911/la-bd-lere-numerique-le-podcast )
–    Boudissa M., 2010, La Bande dessinée, entre la page et l’écran : Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique., Thèse en esthétique, sciences et technologie des arts, Université Paris VIII.
–    Clément J., 2000, Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace, [En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr ].

Calendrier

15 novembre 2012 : envoi de la proposition de contribution  (sous forme d’un résumé d’environ 3000 caractères espaces compris)
– 30 novembre 2012 : confirmation d’acceptation des propositions
31 janvier 2013 : soumission de l’article
– 1er mars 2013 :confirmation d’acceptation
– 31 mars 2013 : publication du numéro
Les articles comprendrons entre 20 000 et 35 000 caractères espaces compris. Ils doivent être soumis en français et être accompagnés d`un résumé en français et en anglais (200-250 mots), de 5 mots clés, des noms, ainsi que des affiliations et adresses e-mail du ou des auteurs. Les articles et questions complémentaires doivent être adressés à :
publifarumblogbd@gmail.com
Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail.

Comité scientifique

Laure Bianchini, Elisa Bricco, Anna Giaufret, Nancy Murzilli (Université de Gênes)

Responsable : Comité scientifique de Publifarum

Url de référence :
http://www.publifarum.farum.it

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique

Isabelle Boisclair, de l’université de Sherbrooke, lance pour le 80e congrès de l’Acfas qui aura lieu à Sherbrooke (9 et 10 mai 2012), un appel à communication intitulé « Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique ». Ouvert à toutes les formes de création (puisqu’il est question aussi bien de « culture des médias que d’arts médiatiques »), cette proposition nous invite à interroger l’impact de la « prise de parole des femmes » sur des productions culturelles et à nous demander si les « créateurs masculins prennent […] acte de cette nouvelle possibilité d’une subjectivité désirante au féminin ». Le champ des possibles propositions est ainsi assez large et on pourra aussi bien s’intéresser à la forme que prendrait en bande dessinée l’affirmation par un auteur d’une identité sexuelle, voire d’une sexualité, proprement féminine (à ce titre, l’étude de Fraise et Chocolat d’Aurélia Aurita s’impose) qu’interroger la position de créateurs masculins s’interrogeant clairement sur le désir au féminin. Si la chose est évidente dans le cas des œuvres de Guido Crepax (et de son héroïne Valentina à qui il prête superbement toutes formes de désirs prenant les formes on ne peut plus étonnantes), d’autres œuvres gagneraient certainement à être également étudiées et notamment les productions de Jean-Marc Reiser tel un Vive les femmes qui semble esquisser les contours d’une nouvelle « condition masculine » pas forcément exempte d’a priori déterminée par les femmes. Notons enfin qu’un article de Virgine Talet, disponible en ligne sur la revue Clio, s’intéresse au cas du magazine Ah ! Nana qui, réalisé par des femmes, visait un public féminin.

 

 

Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique

Colloque du Centre Anne-Hébert (Université de Sherbrooke)

et VersUS (Groupe de recherche en études littéraires et culturelles comparées de l’Université de Sherbrooke)

80e Congrès de l’Acfas

Sherbrooke, 9 et 10 mai 2012

La notion de désir a jusqu’ici été pensée comme appartenant au masculin, tandis qu’au féminin il incombe d’incarner l’objet du désir de l’homme. Depuis peu, les femmes s’approprient le discours érotique. Émancipées qu’elles sont des injonctions à la pudeur, elles projettent désormais la possibilité d’une subjectivité désirante.

Dans la mesure où les textes littéraires reconduisent les scripts sexuels (Gagnon) dominants, reposant sur la dyade Homme-sujet-actif-désirant/Femme-objet-passif-désiré, on peut affirmer, avec De Lauretis, qu’ils constituent une technologie du genre – cela se reflète tant dans la syntaxe érotique (« Il la prit », « Elle se donna à lui ») que dans la représentation des scènes sexuelles et, plus largement, dans la façon dont circule le désir.

Aussi, ce colloque se penchera sur la figure de la femme désirante dans les productions littéraires et médiatiques contemporaines, celles-ci entendues dans leur sens large, incluant aussi bien la culture des médias que celle des arts médiatiques.

Les productions culturelles se voient-elles transformées par la prise de parole des femmes? Les créateurs masculins prennent-ils acte de cette nouvelle possibilité d’une subjectivité désirante au féminin, la mettent-il en jeu dans leurs textes littéraires et autres productions culturelles ?

Responsables du colloque :

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke)

Catherine Dussault-Frenette (Université de Sherbrooke)

Les propositions (maximum 1500 caractères espaces comprises) doivent être envoyées au plus tard le 31 janvier 2012, accompagnées de vos coordonnées complètes et du nom de votre institution d’attache à chacune des deux responsables aux adresses suivantes :

isabelle.boisclair@usherbrooke.ca

catherine.dussault.frenette@usherbrooke.ca

Responsable : Isabelle Boisclair

Url de référence :
http://www.acfas.ca/

Adresse : Département des lettres et communicationsFaculté des lettres et sciences humainesUniversité de SherbrookeSherbrooke (Québec) J1K 2R1

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Female superheroes and media culture

L’université Monash (Melbourne, Australie) lance un appel à communication intitulé : « Female superheroes and media culture ». Cette proposition est ainsi l’occasion de penser au féminin une certaine partie des Comics américains (et peut-être quelques titres de notre bande dessinée « franco-belge » qui semble bien avare en héroïnes) à travers des thèmes aussi divers que l’accoutrement des « superhéroïnes » ou encore leur adaptation à d’autres supports. Notons qu’un livre comme L’Enfer des bulles de Jacques Sadoul fournit une piste intéressante : l’héroïsme est prétexte à une représentation sexuée, voire licencieuse, qu’il s’agira de mettre en mots avant le 11 avril prochain.

Monash University, Melbourne, Australia.

12-13 August 2011

« Tights and Tiaras : Female Superheroes and Media Cultures » is a one and a half day conference on the construct of the « superhero » as female and more generally of the representation of powerful female figures in fantasy and science fiction. Looking at a range of print and visual media, papers will explore the range of female characters in superhero narratives, the material history of the female superhero, and how visual and textual constructs of female heroes – and anti-heroes – have been re-imagined, re-invented and re- packaged over time.

Possible topics include :

  • The representation of female superheroes in print and visual media ¨C in comics, comix, graphic novels, novels, short stories, fan fiction, film, television, and other media forms
  • Distribution of narratives and images of female superheroes across multiple genres and media platforms
  • The female hero quest
  • Deconstructing the superhero trope ¨C studies in feminism, patriotism, politics, race, satire, comedy, and so on
  • Constructs of the female supervillain
  • Superhero fashions, including costumes, cosplay and sartorial signifiers
  • Female collaboration in comics
  • Female comics artists : historical and contemporary
  • Female comics audiences and fan communities
  • Analysis of the institutional, commercial and licensing histories of female superhero properties
  • The construction of powerful women in fantasy and science fiction genres

Sponsored by The Centre for the Book, Monash University

Please submit abstracts of no more than 250 words, accompanied by a brief bio, by emailed attachment to Dr Rebecca-Anne Do Rozario (Rebecca.DoRozario@monash.edu). The deadline for abstracts is 11 April, 2011.

Rebecca-Anne do Rozario
Monash University
Building 11
Phone : +61 3 9905 4225

Email : rebecca.dorozario@monash.edu

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La révolte des personnages féminins de la bande dessinée francophone

Traiter du personnage féminin dans la bande dessinée francophone : voici la fort intéressante ambition d’un article signé Marie-Christine Lipani Vaissade, intitulé « La révolte des personnages féminins de la bande dessinée francophone. Cartographie d’une émancipation de fraîche date » et présenté dans le numéro 12 de la revue Le Temps des médias. Consacrée à « La cause des femmes », cette publication donne le ton d’un travail entendant « repérer, à travers les caractéristiques et les traits de quelques personnages clés, comment la bande dessinée a pu (ou non) accompagner un courant d’émancipation de la femme » (p. 153).

Le personnage féminin

L’étude de Marie-Christine Lipani Vaissade entend ainsi interroger des représentations, en l’occurrence des personnages féminins, pour dégager ce que ceux-ci ont de signifiant vis-à-vis de l’un des plus grands faits de société du siècle dernier. C’est ainsi que l’auteur fait remarquer que la petite Bretonne Becassine devient au fil des événements historiques (et notamment après la première guerre mondiale) et à travers une forme de maternité (lorsqu’elle devient nourrice) « une femme lucide, attentionnée, investie d’une mission et consciente de ses responsabilités, recherchant sans cesse de meilleures méthodes d’éducation » (p. 153-154).

Celle qui était née « sans bouche », comme si sa parole n’était en rien nécessaire, semble ainsi progressivement s’affirmer, à l’instar de Lili, héroïne du journal Fillette découvrant progressivement le monde du travail et entamant même récemment une vie amoureuse. Ces références mettent effectivement clairement en évidence une forme d’émancipation : d’abord, de la tutelle familiale dans l’histoire de ces deux personnages, mais également des normes d’une publication les ayant conçues comme « gentillettes » et ne les ayant en tout cas pas destinées à relever « tous les défis de [leurs] temps » (p. 154).

Suivant, selon l’auteur, l’évolution du public des dispositifs éditoriaux assurant leur diffusion, ces personnages montrent que se fissure au cours du siècle une image de la femme que dynamitèrent carrément Barbarella (imaginée par Jean-Claude Forest), Valentina (Crépax), Adèle Blanc-Sec (Tardi) ou Laureline (Christin-Mézières) qui est ici présentée comme « belle, vive, moderne et bien plus futée que son compagnon » (p.160). À cette galerie de portraits ne manque sans doute ici que des héroïnes comme Comanche (Hermann) ou Yoko Tsuno (Roger Leloup), femmes solitaires intégrant le rang des héros célibataires (Ric Hochet, Michel Vaillant…) du journal Tintin.

Média et mysoginie

À côté de l’évocation de ces personnages, nous aurions aimé voir précisée une piste de réflexion qui  semble ici cantonnée (faute de place à ne pas en douter, car les notes de bas de page sont riches) au rang de simple intuition. Le rapport entre émancipation de la femme et média nous semble en effet poser un problème de taille. L’auteur de cet article semble clairement faire de la presse l’instrument de diffusion d’une bande dessinée « un brin mysogine » (p. 156) : l’attachement de Charles Dupuis ou de Raymond Leblanc, directeurs des hebdomadaires Spirou et Tintin, à la « tenue morale de leurs publications » (p. 157) est ainsi évoqué (et aurait pu être étayé au regard d’autres sources comme les entretiens d’auteurs réalisés par Frédéric Niffle ou Hugues Dayez). De même, l’auteur s’appuie sur les propos de Pierre Christin afin de montrer que le fait de devenir un « produit d’édition » (p. 157), et d’être diffusée sous forme d’albums, permet à la bande dessinée de changer «  de récits, de genres mais aussi de lectorats » (Idem).

Serait alors initié un mouvement d’émancipation de la bande dessinée elle-même, mouvement qui trouve, dans le cadre de cet article, un aboutissement à travers l’autobiographie et une « littérature de l’intime [abordant] les questions liées à la condition féminine » (p. 160). À en croire l’auteur, le livre serait donc un médium porteur d’une certaine vertu puisqu’il constituerait le vecteur de la remise en cause d’idées reçues et l’instrument de propagation de nouvelles représentations. Il existerait ainsi un lien direct entre dispositifs médiatiques et mouvement social d’émancipation, et il serait sans aucun doute intéressant d’examiner cette séduisante hypothèse au regard d’exemples de périodiques comme V-Magazine (dans lequel fut d’abord publié Barbarella et nombre d’héroïnes rompant avec les traditionnelles représentations de la féminité), de l’éphémère magazine Ah ! Nana (publié d’octobre 1976 à septembre 1978) ou encore de la collection « Traits féminins », créée par un Thierry Groensteen qui est ici abondamment cité.

Le rapport entre média et mysoginie nous semble d’autant plus intéressant que le rôle de la presse ne saurait être réduit aux seules productions « franco-belge ». Nous sortons ici clairement du cadre qu’entend explorer cet article (qui se limite volontairement aux productions francophones) pour évoquer le travail de Jacques Sadoul qui, puisant largement dans la production anglo-saxonne, a bien montré que les stéréotypes féminins ne sauraient en aucun cas être réduits à la figure de la « potiche » ou de la « poupée ». L’Enfer des bulles (publié chez Jean-Jacques Pauvert en 1968) met ainsi en valeur des catégories d’héroïnes qui, de « fiancées éternelles » à « aventurières », sont parfois clairement le moteur de l’action et n’hésitent pas à revendiquer une sensualité, voire une sexualité. Laureline aurait alors bien des ancêtres qui, de la princesse Narda dans le Mandrake de Lee Falk (p. 10) à Aleta épousant un Prince Vaillant qu’elle ne cessera de dominer (p. 118), entendent bien devenir l’égal de leur compagnon et ne pas s’en laisser compter par la gente masculine. Le comic-book semble alors se situer loin des sages personnages de la bande dessinée « franco-belge » et une nouvelle recherche serait bien avisée d’examiner les représentations féminines au regard des différents environnements de publication et de diffusion de la bande dessinée.

Référence :

Marie-Christine Lipani Vaissade, « La révolte des personnages féminins de la bande dessinée francophone. Cartographie d’une émancipation de fraîche date », article publié dans Le Temps des médias, n°12, 2009/1, Nouveau Monde Édition, p. 152 à 162.

ISSN 1764-2507 / ISBN 978-2-84736-455-2

URL : https://www.cairn.info/publications-de-Lipani%20Vaissade-Marie-Christine–42687.htm

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Représentations de la féminité dans l’espace culturel francophone

L’Université de Lettres de Galati (Roumanie) organise un colloque international consacré aux « Représentations de la féminité dans l’espace culturel francophone ». Ce thème intéresse au premier chef la bande dessinée qui fourmille de personnages féminins relevant de registres fort différents, qui vont du comique (la Schtroumphette, Mafalda…) à l’érotique (pensons à la Valentina de Crépax) en passant par l’héroïque (Barbarella de Jean-Claude Foret, Yoko Tsuno de Roger Leloup ou encore Lady snowblood de Kazuo Koike et Kazuo Kamimura). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 20 juin 2010.

Représentations de la féminité dans l’espace culturel francophone

Date limite : 20 juin 2010
Colloque International (15 – 16 octobre 2010)


En prolongeant le thème de l’édition précédente – Représentations de la féminité dans la culture européenne du XXème siècle –, le colloque s’inscrit dans le même domaine des débats visant les projections de l’imaginaire du féminin dans la sphère des représentations culturelles, se fixant, cette fois-ci, dans le contexte francophone. Les deux axes thématiques majeures – les études culturelles / littéraires francophones et les études sur le féminisme / sur les représentations de la féminité dans l’art et dans la littérature – se subordonnent à des domaines de grand intérêt dans la recherche socio-humaine actuelle, tout en continuant et en complétant une série de démarches similaires des universitaires du monde entier. Par le truchement des deux directions proposées, le colloque se veut également un hommage rendu aux valeurs de la francophonie et une occasion pour la dissémination des résultats des recherches consacrées aux présences féminines dans la culture contemporaine.

Des chercheurs et des spécialistes de divers domaines – communication interculturelle en francophonie, études de genre, anthropologie culturelle, l’histoire de la culture et de la civilisation, l’histoire des mentalités, l’histoire de l’art et de la presse, critique, théorie et histoire littéraire, linguistique, études politiques etc. – sont invités à une série de débats concernant l’histoire et la mémoire féministe, le discours féministe, l’écriture féminine, les représentations littéraires et artistiques de la féminité, les projections mythiques / idéologiques de celle-ci au niveau de l’imaginaire politique ou religieux, des thèmes toujours rapportables à l’espace culturel francophone et aux valeurs de la francophonie.

Les débats privilégieront, également, la problématique du dialogue interculturel et de la multiculturalité dans les pays francophones occidentales et dans l’espace postcolonial mais aussi, en particulier, dans l’espace de l’Europe Centrale et Orientale, très peu représenté ou même passé sous silence dans les études contemporaines concernant l’évolution des perspectives sur la féminité. Une section à part sera réservée donc, aux discussions visant l’histoire du féminisme, les hypostases de la féminité et le discours féminin francophone dans la topique socioculturelle de l’Europe Centrale et Orientale, l’accent mis sur l’imaginaire du XXème siècle. Le colloque sur les Représentations de la féminité dans l’espace culturel francophone se veut, de ce point de vue, un exercice de récupération de l’identité féminine francophone dans ces aires géographiques, qui compense la “fragmentation” actuelle de l’histoire et de la mémoire féministe.

Tout en prolongeant l’objectif fondamental de l’édition précédente, le colloque incite à une approche pluridisciplinaire des thèmes proposés, s’intéressant, en particulier, à la manière par laquelle la littérature et l’art construisent / déconstruisent les modèles féminins de l’espace culturel francophone, tout aussi qu’à l’intériorisation de ces modèles, ayant des effets au niveau des comportements sociaux. La configuration des fictions identitaires féminines / féministes dans les aires francophones, en tant que répliques de certains scénarios mentalitaires et constructions idéologiques, dont l’effet est, entre autres, l’engendrement de modèles comportementaux dans l’espace privé ou sociopolitique et culturel, modèles ayant souvent comme point de départ une série de typologies littéraires-artistiques, s’inscrit également dans la thématique du colloque.

Les démarches pourraient être focalisées aussi sur le problème des clichés idéologiques et linguistiques repérables dans les discours sur la féminité, visant les rôles de la femme – en tant qu’”agent” et “projection symbolique”– dans la topique socioculturelle de l’imaginaire francophone, en rapport avec les narrations légitimatrices générées par le “surmoi” sociopolitique et religieux.

Une sélection des articles sera publiée dans la revue Communication interculturelle et littérature, indexée dans MLA International Bibliography & Directory of Periodicals, dans Index Copernicus et dans Fabula. La recherche en littérature, le reste étant intégré dans les Actes du Colloque (un volume avec ISBN, publié à une maison d’édition accréditée par le CNCSIS).

Contacts :

Alina Crihana : crihanoali@yahoo.com

Simona Antofi : simoantofi@yahoo.com

Responsable : Université “Dunărea de Jos” de Galaţi, Faculté des Lettres

Url de référence : http://www.lit.ugal.ro/

Composition du comité scientifique et protocole de rédaction ici.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts