Les narrations fantastiques et le monde naturel

Elisa Segnini et Vittorio Frigerio (directeur de la revue Belphegor et membre du comité de lecture de Comicalités) lancent un appel à communication pour un colloque organisé les 27 et 28 avril 2011 à l’université Dalhousie (Canada) : « Les narrations fantastiques et le monde naturel ». Cet appel à communication intéresse au premier chef les chercheurs travaillant sur la bande dessinée et les invite à reconsidérer un ensemble d’œuvres à l’aune d’une proposition (« La littérature fantastique a toujours entretenu une étroite relation avec le monde naturel »). Force est de constater que le neuvième art regorge d’exemples susceptibles d’étayer semblable affirmation et de mettre en évidence les ressorts de ce genre littéraire : pensons par exemple au remarquable (et malheureusement trop souvent méconnu) travail de Comes (et notamment à La Belette ou Iris dans lesquelles la nature semble transcender toute forme de raison) ou encore à l’entêtante œuvre de Stéphane Blanquet (une Vénéneuse aux deux éperons où masques d’animaux et autres insectes ne sont que déguisements pour une fort vile humanité). Nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette liste (Tardi avec Adèle Blanc Sec, Charles Burns avec Black Hole…) avant le 30 septembre prochain, date limite de l’appel à communication.

 

Les narrations fantastiques et le monde naturel

La littérature fantastique a toujours entretenu une étroite relation avec le monde naturel. Pour que s’affichent leur spécificité, les événements contre nature ou surnaturels nécessitent un arrière-plan contre lequel se dessiner. Dans son étude consacrée à l’inquiétante étrangeté, Freud remarquait que le mot allemand unheimlich est à la fois un antonyme et un synonyme de heimlich, un terme évoquant le bien-être et la familiarité, mais également le secret et la dissimulation. Le surnaturel ne peut émerger que du naturel, et c’est ce qui est beau, attrayant et sublime, qui se transforme le mieux d’inquiétantes forces, créant ainsi le lieu de l’incertitude que Todorov identifie comme étant la caractéristique déterminante du fantastique.

L’Histoire naturelle de Pline illustrait déjà les particularités du monde animal et végétal à l’aide de légendes et d’histoires où se mêlent savoir et mystères, où s’allient l’étude scientifique et la recherche de l’inexplicable. Alors que le recours au surnaturel est une stratégie courante pour expliquer le naturel, ce dernier sous-tend notre compréhension et notre représentation de ce qui se trouve au-delà de ses limites. Lors de sa descente aux enfers, Dante parcourt différents paysages peuplés d’être hybrides, et caractérisés par leurs infractions aux lois naturelles ; néanmoins, le Paradis terrestre y est simplement comparé à la forêt de pins aux abords de Ravenne. Dans Macbeth, quand Birnam Wood parvient à Dunsinane, le fantastique n’y est qu’un bref éclair, car aussitôt la réalité est rétablie par l’explication rationnelle. Quand, dans Le Seigneur des Anneaux, les Ents de Fangorn attaquent Isengard, la signification même de la réalité est mise en doute.

Tout comme la flore, la faune est loisible de dépasser sa représentation traditionnelle en force étrangère à maîtriser, de se métamorphoser et d’inspirer quelques déconcertantes identifications. La pseudo-science de la physiognomonie (littéralement : « connaissance de la nature ») et ses adeptes proposaient une concordance entre les traits humains et les espèces animales ; dans la littérature fantastique, ces affinités s’expriment parfois littéralement, alors que l’humain et l’animal se métamorphosent l’un en l’autre. Pareillement, les théories darwiniennes ont inspiré certaines narrations fantastiques qui, en poussant la notion de sélection naturelle jusqu’à d’extrêmes conséquences, ont illustré la correspondance de l’ontogenèse et de la phylogenèse, les origines des organismes individuels et le développement des espèces.

Nous invitons donc les propositions de communication abordant les problèmes d’intersection entre le monde naturel et le fantastique, et tout particulièrement d’approches pan-culturelles ou pluridisciplinaires. Prière d’envoyer un résumé de 300 mots et un CV d’une seule page à l’adresse fantasticnarratives@gmail.com avant le 30 septembre 2011. Le colloque aura lieu à l’Université Dalhousie, les 27 et 28 avril 2012. Une sélection des contributions à la conférence servira de base à un numéro thématique de la revue arbitrée Belphégor – Littérature populaire et culture médiatique (http://etc.dal.ca/belphegor/)(http://etc.dal.ca/belphegor/)

Voici, à titre indicatif, quelques pistes de réflexion :

– La nature comme arrière-plan ou comme personnage du fantastique

– La nature fantastique, merveilleuse, étrange

– Les lectures allégoriques et poétiques de paysages imaginaires

– Les forêts enchantées

– Les végétations imaginaires et les écosystèmes impossibles

– Les métamorphoses et les créatures hybrides

– L’intrusion du fantastique dans les sciences de la nature

Responsable : Vittorio Frigerio, Elisa Segnini

Adresse : French DepartmentDalhousie UniversityHalifax, N.S. B3H 4P9Canada902-494-6805

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Apparitions fantastiques

« Apparitions fantastiques » : c’est le thème qu’ont choisi les CRILA, CERLI et CERIEC de l’université d’Angers pour un colloque en novembre 2011. Intitulé « Apparition et disparition dans la fiction brève (littérature et arts de l’image) », celui-ci est organisé autour de trois thèmes : « l’imaginaire, le texte bref et la question de l’apparition ». « Le fantastique commence donc par l’émergence, le jaillissement de quelque chose », et il s’agit donc d’interroger l’apparition à travers, en ce qui concerne l’image, de la « transposition des textes dans les arts visuels ». Au vu du corpus que propose l’appel à communication, nous pensons qu’il serait intéressant pour des chercheurs de travailler sur :

  • Des adaptations d’Edgar Alan Poe comme Adam Sarlech (Frédéric Bézian aux Human), La Chute de la maison Usher (Richard Corben chez Albin Michel) ou encore Le Portrait ovale (Pascal Somon chez Nucléa).
  • Des adaptations de Lovecraft comme Les Montagnes hallucinées (Culbard chez Akiléos), Les Mythes de Cthulhu (Breccia chez Rackham), Le Temple (Rodriguez chez Emmanuel Proust Éditions).

La date limite est fixée au 30 juin.

COLLOQUE CRILA-CERLI-CERIEC

Université d’Angers

24-26 NOVEMBRE 2011

Apparitions fantastiques

Apparition et disparition dans la fiction brève (littérature et arts de l’image)

Il s’agira dans ce colloque pluridisciplinaire d’organiser la réflexion autour de trois axes : l’imaginaire, le texte bref et la question de l’apparition. Pourquoi ce choix ? On sait d’abord que « le fantastique excelle lorsqu’il est porté par un texte court et le plus souvent par la brièveté de la nouvelle » (N. Prince, Le fantastique, A. Colin, p. 77) : Poe, James, Hawthorne, Maupassant, Richepin, Schwob, Nodier, Gautier, Lorrain sont autant d’auteurs qui ont porté la nouvelle aux nues, et leurs écrits permettent d’envisager le rapport étroit entre le fantastique et la nouvelle. « La nouvelle réussit à merveille à créer la tension nécessaire et l’émotion propre au genre. Il s’agit d’un récit bref et rectiligne, concentré sur peu de personnages, sur un événement unique au caractère insolite, inouï et inédit […] Tout dans la nouvelle est au service de l’efficacité fantastique » (Id., p. 78) : « [la nouvelle] a sur le roman à vastes proportions cet immense avantage que sa brièveté ajoute à l’intensité de l’effet » (Baudelaire).

Le fantastique, dit-on communément, déclenche « l’apparition » (R. Caillois) : apparition de l’insolite, de l’inadmissible, de la chose ou de l’être surnaturel. Le mot fantastique se rapporte au verbe grec phantasein qui signifie « faire voir en apparence, montrer, apparaître ». Le fantastique commence donc par l’émergence, le jaillissement de quelque chose. Le même mot phantasein est lié à phantasia, « l’apparition », et à phantasma, « le spectre, le fantôme », réunissant dans une même origine apparition et surnaturel. L’apparition est le principe actif par lequel l’événement surprenant se manifeste. Elle atteint le héros, ouvre son expérience à l’indicible. Quelque chose apparaît qui implique « l’infraction du réel » (J.-L. Steinmetz). Ce basculement correspond souvent à une « monstration » (D. Mellier) qui consiste à « montrer de manière excessive et hyperréaliste des créatures surnaturelles ».

Mais comme son double au miroir, la disparition participe elle aussi au jeu de/avec la peur ou de l’insolite. Disparition d’une personne, d’une partie de son corps, d’un objet, voire d’un lieu. Il existe aussi, au coeur du fantastique, un paradoxe lié à la lacune, au manque, à la manifestation ou à « l’apparition » de l’invisible, à « l’image absente » (H. de Régnier), au « visible paradoxal » (N. Prince). Comment alors exprimer ce qui échappe à la représentation, sinon par le texte même, par ses figurations et ses escamotages stylistiques ? C’est en s’effaçant que le texte de l’invisible en vient finalement à l’exhiber. L’écriture de la disparition s’achève alors par une disparition de l’écriture.

Notre colloque se propose de développer ces pistes sur un mode transversal en réunissant des spécialistes du texte court et des analystes de la littérature ou des arts visuels. Les formes brèves sont toutes convoquées : nouvelle, novella, tale, short story, conte. De même pour les genres ou sous-genres de l’imaginaire : fantastique, gothique, horreur, terreur, merveilleux, fantasy, science-fiction, littérature de jeunesse, mythe. Aucune périodisation précise ne sera préconisée.

Sur le plan de l’image, on s’intéressera à la transposition des textes dans les arts visuels. L’adaptation de la nouvelle fantastique à l’écran pose des problèmes spécifiques. La forme brève peut être conservée ou même condensée. A l’inverse, la fiction, largement étoffée peut donner lieu à un long métrage qui permet aux motifs et figures (comme le spectral) de s’inscrire dans un espace et de se déployer dans la durée. La question de l’apparition/disparition est cruciale et donne lieu à des choix de mise en scène (monstration ou évitement, suggestion ou fragmentation de la figure, répétition/variation, jeu sur le hors champ, la lumière et l’ombre, les bruits diégétiques etc.) qui rejoignent des préoccupations théoriques importantes. Il nous semble loisible enfin d’ouvrir un atelier aux spécialistes de traductologie afin de réfléchir sur la pratique de la traduction en matière de nouvelles fantastiques (des nouvelles « classiques » ont été traduites plusieurs fois).

Responsables de l’organisation :

-locaux (pour le CRILA) : Lauric Guillaud, Emmanuel Verdanakis, Pascale Denance, Alice Clark (Université de Nantes) : mise en place des ateliers. Contact CERIEC : Anne-Simone Dufief

-extérieurs : (pour le CERLI) Gilles Menegaldo (Université de Poitiers) : aire cinématographique.

Des ateliers thématiques seront définis en fonction des propositions. La majorité des communications sera faite en français. Toutefois, un atelier sera prévu pour les communications en anglais (fonctionnement habituel du CRILA). Un autre atelier pourrait réunir les théoriciens du genre.

Une journée d’étude préparatoire sous forme de séminaire ou de table ronde aura lieu le 23 juin. Le sujet sera « la nouvelle fantastique ».

Temps de parole imparti : 25 minutes + 5.

Merci d’envoyer vos propositions conjointement aux deux adresses mail suivantes, avant fin juin :

-Lauric Guillaud : lauric.guillaud@sfr.fr

-Anne-Simone Dufief : simone.dufief@univ-angers.fr

Quelques auteurs anglophones célèbres du genre :

Coleridge, Lord Byron, John Keats, Washington Irving, William Austin, James Hogg, Mary Shelley, Nathaniel Hawthorne, Poe, Emily Dickinson, J. S. Le Fanu, Lewis Carroll, Henry James, Dickens, Oscar Wilde, Yeats, Ambrose Bierce, R.-L. Stevenson, Bram Stoker, Arthur Machen, H.G. Wells, Robert Chambers, W.W. Jacobs, M.R. James, Kipling, Lord Dunsany, Saki, E.M. Forster, A. Conan Doyle, Edith Wharton, Walter de la Mare, Mark Twain, Virginia Woolf, Algernon Blackwood, D.H. Lawrence, Graham Greene, Somerset Maugham, O’Henry, H.P. Lovecraft, Daphne du Maurier, Ray Bradbury, Ursula Le Guin, Nabokov, Charlotte Perkins Gilman, Stephen King, Richard Matheson, etc.

Aire francophone :

Jean Cocteau, Marguerite Yourcenar, Léon Bloy, Jules Claretie, André Pieyre de Mandiargues, Marcel Aymé, Théophile Gautier, Jules Lermina, Prosper Mérimée, Maupassant, George Sand, Jean Richepin, Villiers de l’Isle-Adam, M. Renard, Henri de Régnier, Gaston Danville, Catulle Mendès, Remy de Gourmont, Balzac, Charles Nodier, Michel de Ghelderode, Jean Ray, Claude Seignolle, J.-L. Bouquet, Alexandre Dumas, Nerval, etc.

Bibliographie sommaire sur la nouvelle :

– BONHEIM, Helmut, The Narrative Modes. Techniques of the Short Story, Brewer, 1982, 197 p.

– BOUCHER, Jean-Pierre, «Le titre du recueil: le premier récit. Le Torrent d’Anne Hébert», Écrits du Canada français, no 65, 1989, p. 27-46.

– Id., Le recueil de nouvelles, Montréal, Fides, 1992, 216 p.

– CHKLOVSKI, V., «La construction de la nouvelle et du roman», Théorie de la littérature, textes des formalistes russes réunis et traduits par T. Todorov, Paris, Seuil, «Tel Quel», 1965, p. 170-196.

– DELOFFRE, Frédéric, La Nouvelle en France à l’âge classique, Paris, Didier, 1967, 130 p.

– ETIEMBLE, René, «Problématique de la nouvelle», Essais de littérature (vraiment) générale, Paris, Gallimard, 1975, p. 220-236.

– FONYI, A., «Nouvelle, subjectivité, structure. Un chapitre de l’histoire de la théorie de la nouvelle et une tentative de description structurale», Revue de littérature comparée, vol. 50, no 4, oct.-déc. 1976, «Problématique de la nouvelle», p. 355-375.

– GODENNE, René, La nouvelle française, Paris, P.U.F., collection SUP, 1974, 176 p.

– Id., « Comment appeler un auteur de nouvelles?», Romanic Review, fév. 1967, vol. LVIII, no 1, p. 38-43, Columbia University Press, New York & London.

– MORIN L., De la nouvelle fantastique au roman fantastique, Etudes Canadiennes, 1996, vol. 22, n° 40, pp. 17-28.

– PELLERIN, Gilles, Nous aurions un petit genre, Québec, L’Instant même, 1997, 217 p.

– PRINCE, Nathalie, Le fantastique, Paris, Armand Colin, collection « 128 », 2008, 128 p.

– Id., Petit musée des horreurs. Nouvelles fantastiques, cruelles et macabres, Paris, Robert Laffont, collection « Bouquins », 2008, 1152 pages.

– Id., « L’image absente. Une dialectique de l’invisible », dans Le livre et l’image dans la littérature fantastique et les oeuvres de fiction (F. Dupeyron-Lafay dir.), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, p. 237 à 256.

– SHAW, Valérie, The Short Story: a Critical Introduction, London, New-York, Longman, 1983, 294 p.

Responsable : Lauric Guillaud, Emmanuel Verdanakis, Pascale Denance, Alice Clark, Anne-Simone Dufief, Gilles Menegaldo

Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction

Le Mansfield college d’Oxford accueillera du 12 au 14 juillet prochain un colloque international et interdisciplinaire dont le thème est : « Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction ». Cet événement souhaite, à en croire l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, aborder plusieurs genres (science-fiction, cyberpunk, steampunk…) à travers de multiples représentations de l’humanité, que celles-ci aient trait à des mutations (cyborg, intelligence artificielle…) ou au devenir de pratiques sociales (religion, organisations politiques…). Semblable perspective intéresse au premier chef la bande dessinée et peut même constituer le cœur d’un complexe dispositif de publication comme dans le cas de Girl genius, un dispositif s’auto-définissant comme « steam punk » et mobilisant webcomics, fanfictions et forums… À côté de ces innovantes formes de publication, cette « vision de l’humanité » est également présente dans de nombreuses œuvres. Alors qu’une série comme Judge Dredd représente une humanité incapable de s’organiser en société, un manga comme Dragon Head semble faire de la terreur le fondement d’une possible entente entre les survivants d’une énigmatique catastrophe. Notons enfin que le volumineux Akira évoque à lui seul la quasi-totalité des thèmes présentés ci-dessous et constitue ainsi une œuvre de référence qu’il s’agira de relire avant le 14 janvier prochain.

« Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction »

Tuesday 12th July 2011 – Thursday 14th July 2011
Mansfield College, Oxford

This inter-disciplinary and multi-disciplinary project aims to explore what it is to be human and the nature of human community in cyberculture, cyberspace and science fiction. In particular, the project will explore the possibilities offered by these contexts for creative thinking about persons and the challenges posed to the nature and future of national, international, and global communities.

  • Papers, short papers, and workshops are invited on issues related to any of the following themes;
  • the relationship between cyberculture, cyberspace, science fiction
  • cyberculture, cyberpunk and the near future: utopias vs. dystopias
  • science fiction and cyberpunk as a medium for exploring the nature of persons
  • humans and cyborgs; the synergy of humans and technology; changing views of the body
  • human and post-human concepts in cyber arts and cinema
  • mobile media, place and the telematic body
  • bodies in cyberculture; from apes to androids – electronic evolution; biotechnical advances and the impact of life, death, and social existence
  • body politics in cyberpunk and steampunk: body modification versus cosplay?
  • artificial intelligence, robotics and biomedia: self-organization as a cultural logic
  • gender and cyberspace: new gender, new feminisms, new masculinities
  • cyberpunk and steampunk: exploring the differences and similarities
  • virtual worlds and videogames and its impact on science fiction
  • digital culture and interactive storytelling, transmedia storytelling
  • nature, enhancing nature, and artificial intelligence; artificial life, life and information systems
  • networked living in future city, urban lifestyles
  • human and post-human politics; cyborg citizenship and rights; influence of political technologies
  • cyberpolitics, cyberdemocracy, cyberterror; old conflicts, new spaces: elections, protest and war in cyberspace
  • the state and cyberspace: repression vs. resistance
  • boundaries, frontiers and taboos in cyberculture
  • religion and spirituality in cyberculture

The Steering Group particularly welcomes the submission of pre-formed panel proposals. Papers will also be considered on any related theme. 300 word abstracts should be submitted by Friday 14th January 2011. If an abstract is accepted for the conference, a full draft paper should be submitted by Friday 27th May 2011. Abstracts should be submitted simultaneously to both Organising Chairs; abstracts may be in Word, WordPerfect, or RTF formats with the following information and in this order:

a) author(s), b) affiliation, c) email address, d) title of abstract, e) body of abstract
E-mails should be entitled: VISIONS6 Abstract Submission.

Please use plain text (Times Roman 12) and abstain from using footnotes and any special formatting, characters or emphasis (such as bold, italics or underline). We acknowledge receipt and answer to all paper proposals submitted. If you do not receive a reply from us in a week you should assume we did not receive your proposal; it might be lost in cyberspace! We suggest, then, to look for an alternative electronic route or resend.

Joint Organising Chairs

Daniel Riha

Charles University

Prague,

Czech Republic

E-mail: rihad@inter-disciplinary.net

Rob Fisher

Network Founder and Network Leader

Inter-Disciplinary.Net

Priory House, Freeland, Oxfordshire OX29 8HR

United Kingdom

E-mail: visions6@inter-disciplinary.net

For further details about the project please visit:

http://www.inter-disciplinary.net/critical-issues/cyber/visions-of-humanity/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le fantastique et la science-fiction en France, en Estonie et en Finlande

La Sorbonne Nouvelle, l’Institut Finlandais et l’INALCO organisent un colloque consacré au fantastique et à la science-fiction, genres dont il s’agit selon l’argumentaire, d’interroger la place (tant esthétique, que critique ou économique). Contactés, les organisateurs du colloque se disent enchantés à l’idée de recevoir des propositions portant sur la bande dessinée. L’étude, entre autres exemples, d’une collection comme Néopolis chez Delcourt (caractérisée par une étonnante homogénéité de thèmes et de traits rappelant la bande dessinée de genre que publiait les hebdomadaires Tintin ou Spirou…), d’une oeuvre comme celle de Moebius (qui oppose clairement, dans son autobiographie Histoire de mon double, le travail opéré sur Blueberry et l’inspiration nourrie de rêves et de phantasmes sensible dans l’Arzach ou Le Garage hermétique), ou encore d’un « classique » comme Les Naufragés du temps (dans lequel Jean-Claude Forest et Paul Gillon revisitent avec maestria de nombreux mythes antiques) seraient ainsi les bienvenues. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 16 mai 2010.

Le fantastique et la science-fiction en France, en Estonie et en Finlande

Colloque organisé par la section d’estonien et la section de finnois de l’INALCO, le CIEH & CIEFi–Sorbonne nouvelle.

Paris, 19 et 20 novembre 2010

Les littératures de l’imaginaire (fantastique, science-fiction et merveilleux) constituent un terrain relativement neuf dans le domaine de la littérature comparée. Si depuis quelques années il semble que la critique universitaire ait commencé de s’intéresser à ces littératures considérées comme marginales, l’angle comparatiste n’est guère intervenu pour enrichir la réflexion sur leurs formes et leur propos, alors même que ces genres s’y prêtent particulièrement.

En effet, le statut de ces littératures dans ces pays interroge de façon particulièrement aiguë les problématiques de la réception et de la définition des genres. Quelle est la position, en termes de légitimité ou de recevabilité, des littératures de l’imaginaire ? Quelles instances les scrutent et en valident les produits ? Quel spectre couvrent précisément les termes employés en français, en estonien et en finnois pour désigner le fantastique ou le merveilleux ?

Les participants au colloque seront également invités à s’interroger sur les dimensions européenne et nationale de ces genres. Ces différentes littératures ont-elles adopté des modèles différents, émanant de domaines culturels où fantastique et science-fiction abondent, comme les États-Unis ou la Russie soviétique et postsoviétique, ou existe-t-il partout un modèle dominant commun ? Le fantastique et la science-fiction sont-ils également enracinés dans les traditions littéraires locales et le folklore, acquérant ainsi des caractéristiques spécifiquement nationales ? Quelles sont les tendances en matière de traduction (de l’anglais, du russe ou d’autres langues) et comment ces tendances contribuent-elles à la perception de ces genres en France, en Estonie et en Finlande ?

Dans le cadre d’une analyse « métacritique », on pourra s’interroger sur le rapport des courants se réclamant du postmodernisme (ou d’autres valeurs de rupture vis-à-vis du projet littéraire moderne) avec la dominante imaginaire telle qu’elle est illustrée par ces genres, regroupés parfois en France sous l’étiquette de « fiction spéculative ».

Nous proposons de discuter ces questions à l’occasion d’un colloque qui se tiendra à Paris en novembre 2010. Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront être présentées en français ou en anglais. Le titre de la communication (20 minutes) et un résumé de 250 à 300 mots doivent être envoyés avant le 16 mai 2010. Les organisateurs feront connaître les communications sélectionnées avant le 31 mai 2010.

Les résumés doivent être envoyés, ainsi que d’éventuelles questions, à katre.talviste@gmail.com et martin.carayol@gmail.com.

Responsable : Département d’estonien, département de finnois, CEEM – INALCO ; Institut finlandais ; CIEH & CIEFi – Sorbonne nouvelle

Adresse : Section d’estonien – Département de l’Europe centrale et orientale Institut National des Langues et Civilisations Orientales 2, rue de Lille 75343 Paris cedex 07

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts