Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : programme

Le programme du colloque « Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : tirer un trait/tisser des liens », aura lieu les 16, 17 et 18 novembre à l’université de Liège, est désormais disponible sur le site de l’ACME. Il semble bien mettre en évidence le caractère absolument protéiforme d’une notion d’indépendance que l’on peine décidément à définir précisément : se rencontrent en effet ici des réflexions ayant trait au monde du livre (et mobilisant des notions comme « autoédition », « édition sauvage » ou « commercialisation »…), relevant d’une approche esthétique de la bande dessinée (avec des réflexions sur le documentaire, l’autobiographie ou l’exposition…) ou interrogeant plus largement la valeur culturelle de ces œuvres (il sera ainsi question de « mainstream », d’ « underground » ou encore de bande dessinée libanaise)… Bref : la bande dessinée indépendante semble être ici pensée comme un espace de rencontre pour des axes de recherche fort différents et il y a tout lieu de penser que ces trois jours seront l’occasion de croisements on ne peut plus fructueux.

 

Programme ici.

Dates du colloque : 16-17-18 novembre.

Lieu : université de Liège.

Organisateurs : groupe ACME

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les musées d’histoire et la bande dessinée

Qu’il est loin le temps où la bande dessinée était considérée comme un art mineur ! Objet d’étude, analysée dans des ouvrages scientifiques, des colloques, des séminaires de grandes universités, la bande dessinée fait depuis quelques années une entrée triomphale dans nos musées. Conservateurs, commissaires d’expositions reviennent sur les expériences conduites dans cette famille particulière de musées que sont les musées d’histoire, quand la bande dessinée – expression d’une culture vivante – permet d’éclairer l’écriture de l’histoire.

Voici la programmation de la journée d’étude du mercredi 11 mai 2011 au centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation:

Modérateur : Xavier de La Selle, directeur du Rize, centre Mémoires et Société à Villeurbanne

10h Accueil par I sabelle Doré-Rivé et Xavier de La Selle.

10h30 : De l’exposition à la bande dessinée, quand la fiction s’attaque à l’histoire par Emmanuelle Polack, historienne, commissaire de l’exposition « Rose Valland sur le front de l’art ». L’élaboration de la grande exposition consacrée au parcours de Rose Valland (CHRD, 2009) a parallèlement nourri l’écriture d’un scénario de bande dessinée, révélant les qualités fictionnelles d’un personnage historique épique et attachant. Cet exemple permet d’interroger les relations entre la fiction propre à toute oeuvre littéraire et le matériel historique mis à disposition des scénaristes et des illustrateurs. Pour démontrer enfin qu’une bande dessinée particulièrement documentée est un médium intéressant pour l’historien.
11h15 : Lecture croisée entre des objets de collection et des auteurs de bande dessinée par Xavier Aumage, Archiviste, musée de la Résistance nationale (Champigny-sur-Marne), commissaire de l’exposition « Traits résistants ».
À l’inverse de ce qui se fait depuis des années pour la Première Guerre mondiale, l’image du résistant n’avait pas encore étudiée sous l’angle de la bande dessinée. Fruit du travail de deux musées « de la Résistance », l’exposition a souhaité renouveler le champ historiographique de la période à partir de cette forme d’expression artistique très prisée. Déroulant le fil de plus de soixante ans de création, l’exposition a également permis d’impulser de nouveaux projets de bande dessinée.

12h : Visite libre de l’exposition Traits résistants en présence du commissaire, Xavier Aumage

La genèse du projet : Deux musées de France, le CHRD à Lyon et le Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne, s’associent pour créer une exposition sur la Résistance dans la bande dessinée, exposition présentée à Lyon d’avril à septembre 2011.

Le projet : L’exposition présente plus de soixante ans de création artistique. Elle rend compte tout à la fois de la reconnaissance progressive de cet objet particulier qu’est la bande dessinée et de l’importance réelle et symbolique de la Résistance dans nos consciences et notre imaginaire collectif depuis plus d’un demi-siècle.
Dès la Libération, lorsque les résistants sortent de la clandestinité, la diffusion d’affiches et d’imprimés, de photographies sur les maquis et la période insurrectionnelle cristallise pour des décennies l’archétype du résistant. Dans les illustrés pour la jeunesse, un trait particulier permet alors de définir son image : celle du maquisard, fier et courageux, surgissant de l’ombre.
Icône choisie pour le visuel de l’exposition, une vignette de la série « Le capitaine invisible », illustrée par Robert Rigot en 1945 pour le périodique Message aux Coeurs Vaillants, symbolise parfaitement cette représentation et sa puissance d’évocation.
L’exposition Traits résistants propose d’interroger la constance de cette image et de ses archétypes au fil du temps et des infléchissements de l’historiographie de la Résistance. S’attachant aux grands classiques de la bande dessinée, issus des périodiques comme Vaillant, Coq Hardi, Tarzan, etc., l’exposition aborde également la présence du thème dans la bande dessinée contemporaine.
Auteurs-acteurs de la Seconde Guerre mondiale, Edmond- François Calvo, René Brantonne, Jacques Dumas (alias Marijac), Pierre Mouchot (alias Chott), Roger Lecureux, Robert Rigot et Albert Uderzo sont quelques-unes de ces grandes figures auxquelles répond, dans l’espace d’exposition et dans un contexte marqué par l’élargissement de la notion de résistance, l’oeuvre de Stéphane Levallois, Jean-Pierre Gibrat, Sylvain Vallée et Fabien Nury.

Un catalogue : Enfin, on conseillera la lecture du catalogue de l’exposition envisagé comme un recueil de textes permettant de dresser un état du sujet. Parmi les contributeurs figurent l’archiviste Xavier Aumage, les historiens Laurent Douzou et Sylvain Lesage, l’historien du cinéma d’animation Philippe Moins, le spécialiste de bande dessinée Didier Pasamonik, le bibliothécaire Henri Champanhet, ainsi que le conseiller scientifique de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image Jean-Pierre Mercier. Fort d’une liste des sources (albums, séries et récits complets) sur le thème de la Résistance intérieure en France, l’ouvrage présente également la retranscription d’une interview de Stéphane Levallois, auteur en 2008 de « La résistance du sanglier » chez Futuropolis.

http://www.editions-libel.fr/agence-maison-edition/

13h : Pause déjeuner

14h30 : Exposer la bande dessinée historique : quels enjeux ? par Vincent Marie, Historien, commissaire de l’exposition « Mobilisation générale, 14-18 dans la bande dessinée » et « Tardi », Historial de la Grande Guerre (Péronne). Quelles que soient les époques, la bande dessinée apparaît comme un véritable laboratoire de création d’images sur la Première guerre mondiale. Avec « Mobilisation générale », qui présentait l’ensemble des bandes dessinées sur la Grande Guerre dans leur contexte d’époque, et l’exposition monographique consacrée à l’oeuvre de Tardi, l’Historial de la Grande Guerre soulève la question des enjeux esthétiques et scientifiques qui président lors de l’élaboration de ces manifestations.

15h15 : « De superman au chat du rabbin » : une porte d ’entrée dans l’univers des codes visuels se référant à la mémoire et à l’histoire par Anne-Hélène Hoog, Conservatrice, musée d’art et d’histoire du Judaïsme (Paris), commissaire de l’exposition « De superman au chat du rabbin ».
Première manifestation d’envergure consacrée au 9e art dans un musée d’histoire, « De superman au chat du rabbin » mettait en évidence la présence et le rôle de nombreux auteurs juifs dans la bande dessinée, des années 1912-1930 à nos jours. 230 oeuvres issues du travail d’artistes américains et européens évoquaient la manière dont la bande dessinée a contribué, essentiellement par le roman graphique, à créer et diffuser différentes visions du passé juif.

16h00: L’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! Regards dessinés sur les génocides » : quelle matière pour dire les processus ? par Laure Piaton, Directrice du Centre du Patrimoine Arménien (Valence), commissaire de l’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! ». Qu’elles s’inscrivent de manière « frontale » ou « distanciée » dans le génocide dont elles traitent, les bandes dessinées sur le sujet participent toutes d’un même objectif : contribuer à la connaissance et à la reconnaissance. Privilégiant l’approche comparative, qui permet de saisir la singularité de chaque génocide et en révèle les traits communs, l’exposition propose un parcours thématique entre les planches afin de montrer comment, malgré leurs différences, l’ensemble des oeuvres présentées expriment l’essence du génocide.

16h45 : Débat
17h : Conclusion par Xavier de La Selle

Pour plus d’informations : http://www.chrd.lyon.fr/chrd/

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

Hybridations textes & images

La résidence d’artiste de Marc-Antoine Mathieu à l’Université de Tours se conclut par un colloque consacré aux Hybridations textes & images. Ce colloque est organisé par le laboratoire Intru, qui a développé cette année un axe de travail précisément consacré aux iconotextes. Le colloque se déroulera du 11 au 13 mai, au 5e étage de la Bibliothèque Universitaire de l’Université de Tours. Voici son programme :

Mercredi 11 mai (après-midi)

  • 17h30 : Accueil des intervenants
  • 18h : Laurent GERBIER (Université de Tours) & Marc-Antoine MATHIEU (artiste en résidence) – « Détournement et hybridation : la résidence d’artiste 2010-2011 »
  • 19h : Pot d’accueil et visite de l’exposition

Jeudi 12 mai (matinée)

  • 9h30 : Hélène VIAL (Université de Clermont-Ferrand II) – « Les Métamorphoses d’Ovide illustrées au fil des siècles ou l’hybridation démultipliée »
  • 10h15 : Anna FIERRO (Università di Firenze) – « Théâtre à lire, roman à jouer : l’hybridation dans Petites misères de la vie conjugale de Balzac »
  • 11h : Pause
  • 11h15 : François FIEVRE (Université de Tours) – « Le mariage est-il une hybridation ? The Marriage of Heaven and Hell de William Blake entre texte et image »
  • 12h : Elisabetta SIBILIO (Università di Cassino) – « Un auteur hybride : Jean Bruller alias Vercors »

Jeudi 12 mai (après-midi)

  • 14h45 : Pierre FRESNAULT-DERUELLE (Université de Paris I) – « Le malin génie des images (réflexions sur l’iconotexte) »
  • 15h30 : Christophe MEUNIER (IUFM d’Orléans) – « Peter Sis ou l’imagier des espaces »
  • 16h15 : Pause
  • 16h30 : Constance MORETEAU (Université de Paris X) – « The Big Book d’Alison Knowles : un sur-livre en hybridation continue ? »
  • 17h15 : Valérie MORISSON (Université de Bourgogne) – « David Godbold, The Unreliable Narrator : hybridation et subversion »

Vendredi 13 mai (matinée)

  • 9h30 : Thierry SMOLDEREN (EESI Angoulême) – « L’hybridation graphique, creuset de la bande dessinée »
  • 10h15 : Thierry GROENSTEEN (EESI Angoulême) – « L’hybridation graphique, ou le patchwork des styles »
  • 11h : Pause
  • 11h15 : Anthony RAGEUL (Université de Rennes II) – « La bande dessinée numérique, si loin et si proche de la bande dessinée. Figures et tensions d’un médium hybride »
  • 12h : Benoît BERTHOU (Université de Paris XIII) – « L’hybridation : un nouveau mode de création »

Vendredi 13 mai (après-midi)

  • 14h45 : Matthieu LETOURNEUX (Université de Paris X) – « ’Les deux camps déployèrent leurs patrouilles’ : hybridité icono-textuelle et hybridité ludo-narrative dans les parties racontées de White Dwarf »
  • 15h30 : Sandra RAGUENET (Université de Provence) – « Hybridations intermédiales : quand la revue informe les frontières icono-textuelles »
  • 16h15 : Pause
  • 16h30 :  Valérie VIGNAUX (Université de Tours) – « Émile Cohl ou l’« invention » du cinéma d’animation : un iconotexte iconoclaste ? Mots-images et séries culturelles dans le cinéma d’animation des premiers temps »
  • 17h15 : Hélène PREVERAUD (Université de Poitiers) – « Le film religieux muet, ou la possibilité d’un ‘évangile filmique’ »

Pour plus d’informations sur le colloque et sur la résidence d’artiste, on peut consulter le blog de la résidence.

Exposer la bande dessinée : après-midi d’études

Le groupe de travail « Histoire culturelle de la bande dessinée », créé au sein du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université Versailles-Saint-Quentin), organise le 4 mai une après-midi d’études consacrée à la question de l’exposition de la bande dessinée.

Depuis l’exposition fondatrice Bande Dessinée et Figuration Narrative, présentée au Musée des Arts Décoratifs en 1967, les expositions de bande dessinée se sont multipliées en France. Le passage du livre au mur, de l’horizontal au vertical pose de nombreuses questions : quel est le statut de la planche originale ? quelle relation l’exposition entretient avec la narration ? avec le livre ? comment organiser la rencontre de la bande dessinée avec d’autres formes d’art ?… Les techniques et les savoir faire de l’exposition (du commissariat à la scénographie) doivent aussi être réinterrogés en considération de l’objet particulier qu’est la bande dessinée.

L’événement se déroulera le 4 mai 2011, de 14h à 17h, à la Bibliothèque Buffon (Centre de documentation sur les métiers du Livre), 15 bis rue Buffon, Paris (5e).

En voici le programme :

Julien Baudry
(Doctorant Paris 7 – Conservateur stagiaire ENSSIB)
Les expositions dans les premiers festivals de bande dessinée : les exemples de Toulouse et Angoulême (1973-1975)

Jean-Pierre Mercier
(Conseiller scientifique, Cité de la bande dessinée et de l’image, Angoulême)
Vingt ans de musée(s) de la bande dessinée à Angoulême

Pierre-Laurent Daures (Ecole Européenne Supérieure de l’Image)
L’exposition, acte de création : autour de Benoît Jacques et Jochen Gerner

Jean-Marc Thévenet
(ancien directeur du FIBD, commissaire de l’exposition Archi et bande dessinée)
Du festival d’Angoulême à la Cité de l’Architecture, dix ans d’exposition
Débat animé par Sylvain Lesage (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines) et Pierre-Laurent Daures (Ecole Européenne Supérieure de l’Image)

Contact : Sylvain Lesage (lesage(point)sylvain[at]gmail(point)com), Pierre-Laurent Daures (pilau[at]noos(point)fr)

La parole imagée : la bande dessinée chinoise

Pour le profane, la bande dessinée chinoise demeure un vaste continent mal connu. Peu traduite en France, elle ne bénéficie que d’un ouvrage de référence, fort ancien maintenant : le catalogue de l’exposition du centre Pompidou, qui remonte à 1982.

Autant dire que l’exposition qui s’ouvre au Cartoon Museum de Bâle s’annonce comme un événement important. Intitulée La Parole imagée, l’exposition présente pendant quatre mois un vaste éventail de bandes dessinées chinoises actuelles, de leurs principaux prédécesseurs, et d’images tirées de dessins animés populaires. Organisée en partenariat avec le NAMOC (National Art Museum of China), l’exposition présente de nombreux originaux issues des collections de ce musée.

Elle s’organise en trois parties. La première partie présente l’évolution historique de l’imagerie en Chine qui puise aux sources de la littérature classique de ce pays. La deuxième partie illustre le style né de la révolution et d’abord voué à l’éducation des masses. Quant à la troisième partie, elle est consacrée aux aspects modernes et actuels de la bande dessinée en Chine.

Tout compte-rendu de l’exposition par un lecteur des Carnets passant par Bâle est évidemment la bienvenue !

Exposition du 6 novembre 2010 au 13 mars 2011, au musée de la bande dessinée de Bâle
Cartoonmuseum. St Alban-Vorstadt 28.  Suisse 4052 Bâle