L’imaginaire des voyages

Le Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho de l’université de Braga (Portugal) lance un appel à communication intitulé : « L’imaginaire des voyages ». Concernant littérature, cinéma et bande dessinée, cette proposition ne manquera sans doute pas d’intéresser nombre de nos lecteurs car force est de constater que le neuvième art participe largement d’une « perception de la condition humaine comme un voyage » qui « traverse des époques et des paradigmes historiques et culturels ». Nous ne saurions par exemple dénombrer les œuvres revisitant les récits antiques (pensons aux Naufragés du temps de Jean-Claude Forest et Paul Gillon) ou prenant place dans d’autres contrées afin de transmettre aux Européens moult enseignements géopolitiques (les aventures de Tintin nommées dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous en constitue un parfait exemple). Parmi les questions soulevées par cette proposition dans son 4e paragraphe, l’une d’entre elle nous semble également particulièrement pertinente : le possible renouveau que peut engendrer le thème du voyage pour le neuvième art. Cette piste semble intéressante à plus d’un titre. Sur le plan esthétique, il fait peu de doute que le voyage peut inviter l’auteur à adopter un processus de création s’écartant des canoniques modes de production de la bande dessinée (pensons à Portugal et son large usage d’une aquarelle relevant peut-être plus du carnet de voyage que du traditionnel album franco-belge). Sur le plan narratif, le voyage a peut-être également permis de conférer un nouveau statut à la bande dessinée tout en lui permettant de renouer avec ses origines : la frontière existant entre voyage et reportage est ainsi à interroger et des œuvres comme Shenzen de Guy Deslile ou The Fixer de Joe Sacco gagneraient à être étudiées avant la date limite du 31 janvier prochain.

 

 

 

 

L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée

Date limite : 31 janvier 2013

Homo viator: La perception de la condition humaine comme un voyage traverse des époques et des paradigmes historiques et culturels, liant la morale de Sénèque, la symbolique chrétienne du pèlerin, la métaphysique existentialiste de Gabriel Marcel et la campagne publicitaire d’une marque de whisky bien connue: keep walking.

Répondant à l’appel du large, de la route, du désert, l’homme est toujours en chemin, toujours en mouvement. Il parcourt le monde à la recherche d’autre chose, insaisissable et énigmatique, qui se manifeste sous des formes concrètes comme le Graal, les épices, les trésors, les civilisations perdues, la lune…

Sont nombreux les voyageurs qui peuplent notre patrimoine imaginaire, fictionnel et non-fictionnel : Gilgamesh, Ulysse, Marco Polo, D. Quichotte, Lévi-Strauss, Kerouac, Bruce Chatwin, Tintin; mais aussi la masse anonyme des commerçants, pirates, reporters, missionnaires. Il y a également une multiplicité de figures du voyage – pèlerinages, errances, expansions territoriales, découvertes maritimes, diasporas, exils, longues marches, flâneries, tourisme, voyages dans le temps, voyages autour d’une chambre –, et de leurs motivations: spirituelles, commerciales, politiques, morales, cognitives, ludiques.

Ce colloque discute les poétiques et les configurations imaginaires du voyage dans la littérature, le cinéma et la bande dessinée : fiction arthurienne, Märchen, travel writing, fiction scientifique, récit d’aventures (le roman d’aventures depuis Defoe, le cinéma, la littérature populaire et la paralittérature). Il interroge le rapport des poétiques du voyage aux genres littéraires, aux courants esthétiques, aux formes narratives, aux régimes de l’imaginaire, aux idéologies, aux matérialités sémiotiques et technologiques, aux dispositifs institutionnels et champs culturels. Le voyage apporte-il de nouvelles questions théoriques et/ou fraye-il des voies pour une perception renouvelée de la littérature, du cinéma et de la bande dessinée ? Quel rôle joue le voyage dans le tournant narratif, dans le retour du référent, appelé à réconcilier écriture et monde, ou encore dans l’hypostase de la fiction et dans l’essor de sa théorie ? De quelle façon les technologies, qui ont décisivement et irréversiblement reformulé les notions de temps et d’espace, affectent le voyage à une époque où le monde se réduit de plus en plus à la version qu’en donne Google Earth?

Le colloque aura lieu le 28 février et le 1er mars 2013 à l’auditorium de l’Institut des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Minho, à Braga, Portugal.

Les communication ne dépassent pas les 20 minutes.

Les langues de travail sont le portugais, le français, l’espagnol et l’anglais.

Les propositions (300 mots maximum) sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2013 à l’adresse imaginarioviagem@gmail.com

Frais de participation:

avec communication: 75 €

sans communication : 60 €

Responsable : Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho

Url de référence :
http://ceh.ilch.uminho.pt/

 

Adresse : CEHUMUniversidade do Minho 4710-052 BragaPortugal

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les ailleurs de Corto Maltese

Dominique Lanni et Nicolas Pien de l’université de Malte lancent un appel à communication intitulé « Les Ailleurs de Corto Maltese ». Débouchant apparemment sur un ouvrage, cette proposition entend ainsi appréhender l’une des plus célèbres bandes dessinées de la seconde moitié du XXe siècle sous un angle à la fois géographique (Sibérie, Russie ou Argentine sont ainsi mentionnés dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous) et poétique (puisqu’il est question d’ailleurs littéraires ou « mythiques »…). Et semblable travail serait certainement l’occasion de s’interroger sur la pertinence de la notion d’exotisme dans le cadre du neuvième art : si le personnage d’Hugo Pratt n’est pas le seul à voyager, loin s’en faut (pensons à Tintin, Spirou ou Astérix qui n’ont de cesse de parcourir le monde), il semble s’inscrire dans une véritable « représentation de l’étranger » se situant loin des clichés. D’Irlande (Les Celtiques), Pratt semble livrer une réflexion sur l’identité d’un peuple dominé par ses puissants voisins ; de même, La Ballade de la mer salée est l’occasion de présenter au lecteur les indigènes mélanésiens alors que la première guerre mondiale est sur le point d’éclater. « L’ailleurs » semble effectivement se nourrir de modes d’expression, de traditions littéraires, de célèbres monuments et nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette réflexion avant le 15 octobre prochain.

Les Ailleurs de Corto Maltese

Dominique Lanni – Université de Malte / C.R.L.V.

Nicolas Pien – Martinique

Dans son hors-série paru fin 2001 et consacré à Corto Maltese, la rédaction du magazine GÉO a eu l’excellente idée de retracer sur un planisphère le tracé des voyages de l’aventurier créé par Hugo Pratt. De Malte à Gibraltar en passant par Venise, de l’Irlande à l’Argentine, des Antilles à Samarkand, de la Russie au Brésil, de la Chine à la Corne de l’Afrique… le marin maltais a, seul ou en compagnie de son âme damnée Raspoutine, écumé peu ou prou toute la planète, traversant sans trop de dommages tous les conflits ayant agité le monde au cours du premier tiers du vingtième siècle, étant des trafics les plus louches, des quêtes de trésors les plus improbables… Les ailleurs de Corto Maltese, ce sont donc ces lieux réels et d’autres ponctués de rencontres avec des personnages ayant réellement existé comme d’Annunzio, Jack London, Joseph Conrad, Louise Brooks, le baron Untern-Ungern… Mais ce sont également ces mondes imaginaires –mais le sont-ils vraiment ? – qui apparaissent dans les premiers albums, comme Corto, toujours un peu plus loin, mais surtout, dans les derniers, Les Helvétiques et Mû. L’objectif de ce volume collectif est de réunir des contributions sur les ailleurs de Corto, qu’ils soient réels ou imaginaires, qu’ils se situent au niveau du texte ou des images, ou dans le rapport texte/image.

Les contributions pourront porter sur la relation nouée par Corto Maltese avec un ailleurs spécifique, consister en une comparaison entre plusieurs ailleurs, montrer l’évolution de la notion même d’ailleurs dans l’oeuvre d’Hugo Pratt. Les perspectives sont nombreuses.

Nous avons déjà reçu et retenu plusieurs propositions. A ce jour, manquent toutefois, pour que le  volume soit complet, des propositions sur les thématiques suivantes :

1. Les ailleurs mythiques (Mû, les Helvétiques…) Une étude
comparatiste serait idéale. Sinon, nous avons une excellente
proposition sur Mû, mais rien sur Les Helvétiques.

2. Les ailleurs littéraires (Lectures…)

3. Venise (Là encore, une excellente proposition retenue inclut Venise, mais la cité des Doges mériterait une étude à part…)

4. La Sibérie, la Russie…

5. L’Argentine (à mettre en relation avec les écrits de Albert Londres, avec Carlos Gardel…)

Les propositions de communication –avec titre, résumé et mots-clés– sont à adresser pour le 15 octobre 2012 à Dominique Lanni et Nicolas Pien  aux adresses suivantes : dominiquelanni@yahoo.fr. et nicolas.pien@ac-martinique.fr.

 L’ouvrage sera publié aux éditions L’Harmattan, dans la collection « Audiovisuel et communication » dirigée par Erika Thomas et Bernard Leconte.

Responsable : Dominique Lanni et Nicolas Pien

Adresse : University of Malta – Dept. of French – Fac of Arts. 2080 Msida – Malta

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Zones humides et littérature

Le Groupe d’Histoire des Zones Humides appartenant à l’École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage de Blois lance un appel à communication intitulé : « Zones humides et littérature ». Franchement originale, cette proposition nous invite à réfléchir à l’importance esthétique d’un marais qui semble fort riche : « Objet de fascination, le marais a une dimension épique quand il s’agit de le traverser, mythique dès lors qu’on y rencontre ou y combat des forces surnaturelles, éthique et initiatique enfin quand, les forces du mal vaincues, on y trouve sa voie ». Même si l’appel à communication ne mentionne nullement la bande dessinée et préfère se concentrer sur la littérature, gageons que le comité scientifique sera sensible à des propositions s’appuyant sur des œuvres développant une véritable poétique de la « zone humide » : outre nombre d’albums de fantasy (Les Griffes du marais de Corbeyran et Amblevert, Les Yeux du marais de Marc-Rénier…) ou de fantastique (telle La balade au bout du monde dont les 16 tomes scénarisés par Makyo se déroulent dans un village caché dans des marais), nous ne pouvons nous empêcher de penser à la très belle œuvre de Stéphane Blanquet, La Vénéneuse aux deux éperons, dans laquelle le marais semble cohabiter avec toutes sortes d’espaces marginaux (forêts, terrains vagues) et renfermer une vie tout aussi luxuriante qu’insignifiante pour le commun des mortels. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er juillet prochain.

Zones humides et littérature

Appel à communication

7émes Journées d’Études du Groupe d’Histoire des Zones Humides

École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage

Blois, 2-3 décembre 2011

Étrange, captivant, le marais, et l’ensemble des zones humides, ont de tout temps intrigué et exalté l’imaginaire des écrivains et des artistes en même temps qu’ils motivaient de savantes études et d’innombrables compte rendus d’explorateurs et de voyageurs. Objet de fascination, le marais a une dimension épique quand il s’agit de le traverser, mythique dès lors qu’on y rencontre ou y combat des forces surnaturelles, éthique et initiatique enfin quand, les forces du mal vaincues, on y trouve sa voie. La sémiotique des zones humides, c’est-à-dire le système de symbolisation qui s’y applique, est donc particulièrement riche et reflète, pour ces objets de nature investis par la culture de sens et de valeurs spécifiques, des perceptions et des représentations originales. Magistralement exposée dans l’ouvrage de Gaston Bachelard L’eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière (Joseph Corti, 1942), cette sémiotique de l’eau perçue à travers la littérature classique, notamment poétique, s’appuie sur les états de l’eau, stagnante, courante, claire, profonde, calme, violente afin de dégager les diverses imaginations matérielles qui s’attachent à l’eau. Celle-ci au gré des chapitres apparaît printanière, vive, courante, transparente, odorante et renvoie au narcissisme et au sentiment amoureux ; c’est une eau érotique, passionnelle dont l’odeur mêlée d’humus est celle du désir. Dormante, lourde, sombre, insondable, l’eau véhicule alors une méditation sur la mort et l’inexorabilité du temps. Étale, l’eau est un passeur du temps, elle brouille les repères chronologiques, féconde les souvenirs voire assure des ruptures surnaturelles dans l’espace-temps. Cette eau stagnante est aussi celle de la mort consentie, du suicide féminin, l’eau ophélienne par excellence d’où surgissent infinie tristesse et mélancolie : c’est la matière du désespoir. Mélangée à la terre, matricielle, l’eau compose encore la boue des origines d’où sort la vie et la prodigalité naturelle et qui, par une souille symbolique, permet une renaissance spirituelle. Cette même eau boueuse est aussi celle d’une peur singulière, d’une peur humide qui, à l’image des lavandières de Georges Sand dans les Légendes rustiques nourrit contes et légendes fantastiques. Mais l’eau est également maternelle, c’est le lait de la Terre, de la Nature ; c’est une eau qui berce, qui console, une eau qui purifie. C’est une eau de Jouvence qui rajeunit et guérit. Violente enfin, torrentielle, déchainée, l’eau incarne la colère divine et renvoie à tous les figures cosmogoniques du châtiment. Pourtant, de l’aveu même de l’auteur, cet ouvrage n’épuise pas la question : l’eau, trop intiment, trop organiquement liée à l’homme, à son imaginaire résiste à toute approche rationnelle. L’ambition de ces septièmes journées d’études du Groupe d’Histoire des Zones Humides est donc de poursuivre l’exploration littéraire de cet imaginaire de l’eau, et ce à travers quatre thématiques.

1. Les travaux sur la sémiotique de l’eau concernent davantage l’eau et ses états que les objets, naturels ou anthropiques, créés par l’eau. Dès lors, y a t il une sémiotique liée à chacun des principaux types de zones humides ? Peut-on distinguer des figures littéraires distinctes pour les tourbières, les étangs, les estuaires, les marais, les mares, les bras morts et les canaux inactifs ? De même, le discours apparaît quasiment a-géographique. Y a t il ainsi une spécificité régionale, à l’échelle européenne, voire planétaire, des perceptions et représentations littéraires des zones humides ? Peut-on distinguer dans la littérature anglo-saxonne des figures qui la distinguerait d’une tradition francophone ou scandinave ? De même, entre deux régions humides proches, la Sologne et la Brenne, la Dombes et la Champagne Humide, les landes de Gascogne ou celles du Cotentin par exemple, ne peut-on esquisser les contours d’une géographie littéraire ? Ceci invite bien sûr à donner à la littérature régionale (Barbey d’Aurevilly, Genevoix, Maupassant, G. Sand mais aussi bon nombre d’auteurs ayant exalté leurs terroirs…), non entendue comme un sous-genre littéraire mais bien comme une littérature incarnée, une importance particulière.

2. Le corpus de Bachelard apparaît d’une part principalement constitué d’oeuvres classiques allant du XIXe aux années 1940 et d’autre part surtout étayé par des oeuvres poétiques. La question est donc de savoir quelles sont les évolutions récentes enregistrées dans la sémiotique des zones humides. Quelles sont les figures du marais dans la littérature contemporaine, abordée dans toutes ces composantes (littérature policière, littérature fantastique, contes et légendes, littérature enfantine mais aussi bandes dessinées). De même, si l’on se demande comment la littérature représente le marais, il s’agit également de comprendre comment le marais, ou la zone humide, lui sert à représenter d’autres réalités, impossibles à appréhender directement.

3. Les travaux afférents aux perceptions et représentations des zones humides dans la littérature font peu de cas des évolutions historiques de ces mêmes images et des lieux dans lesquels elles se forment. La figure littéraire du marais n’est ni historicisée, ni replacée dans la matrice socio-culturelle qui l’a produite. L’objectif est donc, dans une perspective historique, de tenter de suivre les étapes d’une construction symbolique et d’examiner ses variances tant au sein d’une même époque selon la diversité des sociétés que sur le temps plus long de l’évolution des perceptions de l’environnement.

4. Enfin, on ne peut isoler la sémiotique afférente aux zones humides des impacts qu’elle suscite sur le milieu. Aiguillonnée par la géographie culturelle, et plus généralement par l’importance des perceptions et représentations dans les choix de valorisation de l’espace, nous proposons d’explorer la notion de paysage littéraire en émettant l’hypothèse que la prégnance des grandes oeuvres romanesques influence le façonnement des milieux naturels. Par leur ambivalence physique et symbolique, par leur moindre intégration dans les marchés économiques mondialisés qui autorise une plus grande expression de l’imaginaire de leurs gestionnaires, les zones humides continentales, entre terres et eaux, entre vie et mort, se prêtent à merveille à cet exercice de géographie culturelle. Elles constituent même, davantage encore que les montagnes ou les littoraux aujourd’hui plus atteints par les courants d’échanges planétaires, un véritable laboratoire de géographie psychosociale. On y traquera ainsi les fondements du paysage littéraire, c’est-à-dire d’un paysage dans lequel la littérature laisse des traces matériellement perceptibles. Notre propos est d’évaluer en quoi le traitement littéraire des zones humides forge des représentations susceptibles de guider le choix des gestionnaires. Il s’agit de montrer que de subtils échanges s’opèrent entre les lecteurs et les lieux d’eau et que la littérature est in fine à même de forger des paradigmes paysagers dont les gestionnaires, privés ou publics, sont pénétrés lors de leurs décisions d’aménagement de l’espace palustre.

Comité Scientifique :

Corinne Beck (Groupe d’Histoire des Zones Humides, Université de Valenciennes)

Dominique Chevallier (Groupe d’Histoire des Zones Humides)

Jean-Michel Derex (Groupe d’Histoire des Zones Humides)

Bertrand Sajaloli (Groupe Histoire des Zones Humides et Université d’Orléans, CEDETE EA 1210)

Muriel Rosemberg (Université d’Amiens, UMR 8504 Géographie-Cités))

Sylvie Servain-Courant (Groupe d’Histoire des Zones Humides et Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage, UMR 6173 CITERES)

Les propositions de communications doivent être soumises sous forme d’un résumé d’une page maximum avec un titre accompagné de trois à quatre mots clés. Il doit être fait explicitement référence à la thématique dans laquelle la contribution s’inscrit.

Les propositions doivent parvenir par voie électronique à l’adresse du colloque ghzh2011@ensnp.fr avant le 1 juillet 2011.

Les auteurs seront informés de la décision du comité scientifique fin juillet 2011. Les résumés acceptés ainsi que le programme seront publiés sur le site de l’ENSNP et sur celui du Groupe d’Histoire des Zones Humides en septembre 2011. Il sera alors envoyé aux auteurs retenus plus d’informations sur les normes de présentation des articles. Les textes devront parvenir aux organisateurs au plus tard le jour du colloque.

Les actes seront publiés dans le numéro 7 de la collection Journées d’Études du Groupe d’Histoire des Zones Humides.

Responsable : Sylvie Servain Courant (GHZH)

Url de référence :
http://ghzh.free.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

International Bande Dessinée Society Conference : « Time and Space »

L’International Bande Dessinée Society renouvelle son appel à communication intitulé : « Time and Space ». Celui-ci propose ainsi d’interroger deux dimensions fondamentales au mode d’expression qu’est la bande dessinée, posant tant le problème d’une esthétique (Science-Fiction ou Histoire proposant moult représentations de l’espace qu’il est passionnant d’interroger) que d’une poïétique. Il serait ainsi intéressant d’interroger le mécanisme de l’ellipse (cette « omission temporelle » mobilisant des éléments propres au langage de la bande dessinée comme, par exemple, le « récitatif »), ou encore de s’inscrire dans l’étude du mouvement (dans La bande dessinée. Un art séquentiel, Will Eisner fait ainsi de l’espace-temps réduit propre à l’action l’occasion d’un découpage en petites cases contiguës). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 novembre prochain.

Ci-dessous l’appel à communications de la prochaine conférence de l’International Bande Dessinée Society :

International Bande Dessinée Society

Seventh Bi-Annual Conference
Friday 8 and Saturday 9 July 2011Manchester Metropolitan UniversityManchester, England

Call for Papers : Time and Space

We welcome proposals on all aspects of time and space in bande dessinée, including narrative and thematic levels.

Bande dessinée is a spatial medium which has the resources to manage both narrative time and narrative space in multiple ways. The indeterminacy of the interframe space allows for complex relationships between the chronology of the narration and the chronology of events within the diegesis: it may be used to distend or accelerate the narration, and to manipulate order through analepsis and prolepsis, rarely signalled as overtly as in film. Different temporalities may also co-exist within a single panel, as the capacity of the medium to blur boundaries between inner and outer worlds makes it possible for remembered or half-repressed material to break through into the daily reality of a protagonist. The representation of space is similarly complex, as the spatial transitions within the diegesis are overlaid by the non-linear spatial patterning of the page, and the book, as a whole.

Time and space have long been key themes of the medium: in the classic period of Franco-Belgian production, history, science fiction and adventure were major genres, and in more recent work by artists associated with alternative publishing houses, the intertwining of the personal and national past has emerged as a key area of interest, along with revisionist histories, often of the colonial period. Adventure has tended to give way to reportage, and to the exploration of the spaces of modernity, and postmodernity, including non-lieux, heterotopias and marginal spaces associated with exclusion.

The signifying practices of the medium in relation to time and space have been theorised by scholars including Fresnault-Deruelle (linear and tabular dimensions of the medium), Benoît Peeters (the notion of the périchamp, and the typology of mise en page), Thierry Groensteen (codes of arthrology, regulating the articulation of panels), Jan Baetens and Pascal Lefèvre (spatial integration of text into the image) and Scott McCloud (typology of transitions). The ambition and experimentation of bande dessinée that has been produced by contemporary artists has encouraged scholars to employ frameworks of analysis drawn from a variety of disciplines, including postcolonial theory and cultural geography. Current academic work on bande dessinée is building on this theoretical base and extending it: we intend that the conference should provide a forum for significant advances, and in particular to create synergy between narrative and thematic approaches to time and space.

Please send papers to either

Dr Matthew Screech, Manchester Metropolitan University m.screech@mmu.ac.uk

Or

Dr Ann Miller, University of Leicester am84@leicester.ac.uk

Deadline:  30 novembre 2010

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La ville : identité(s), échanges, territoires esthétiques.

L’Institut National d’Histoire de l’Art organise les 22 et 23 juin prochain un colloque intitulé : « La ville : identité(s), échanges et territoires esthétiques. Amérique latine-Afrique-Asie ». La ville est un thème omniprésent dans l’histoire de la bande dessinée (pensons au Paris de Tardi, à la métropole extrême-orientale d’Amer Béton, ou encore à l’étrange cité latine de Cybersix…). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication qui pourrait intéresser bien des chercheurs s’intéressant à la bande dessinée et dont la date limite est fixée au 15 mars prochain.

La ville : identité(s), échanges et territoires esthétiques

Amérique latine – Afrique – Asie

Les 22 et 23 juin 2010

Institut national d’histoire de l’art,

Salle Vasari

Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Centrale ou périphérique, capitale ou mégapole, la ville moderne est reconnue pour son dynamisme socioculturel, pour sa position géographique ou pour son importance au sein d’un ensemble national ou international. Lieu de mémoire, de désir, de langage et d’échange, la ville est également le reflet de l’identité et de la diversité culturelle de son territoire. Entre fascination et répulsion, elle exerce un sentiment différent chez chacun. De par leur nature visionnaire et grâce à leurs démarches poétique, heuristique ou métaphysique, l’artiste et l’architecte offrent une image complexe de la ville qui synthétise et amplifie la perception parfois passive qu’en ont ses habitants.

Ouvert à tous les domaines des sciences humaines, ce colloque est consacré aux villes des pays émergents d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie. Il s’agira de confronter les regards de l’habitant, de l’artiste et de l’architecte face à la ville contemporaine, entendue comme organisme vivant en perpétuelle mutation. Ces trois visions seront mises en perspective afin d’explorer les modalités de construction et de déconstruction des identités de l’espace urbain et de ses habitants. Ce processus sera éclairé à partir d’une compréhension de la ville comme matériau, comme laboratoire d’expériences, en insistant sur les notions d’échanges physiques et culturelles. Ce colloque tentera ainsi d’analyser le territoire urbain comme détonateur de changements et de résistances et de révéler les diverses stratégies d’appropriation de l’espace public. Il aura également pour objet de mettre en évidence les ressemblances et dissemblances que ces villes nouvelles entretiennent avec celles d’Europe ou des Etats-Unis, leur devenir et les enjeux qu’elles soulèvent à l’échelle mondiale dans la lignée des réflexions actuelles sur le Grand Paris.

À l’initiative du groupe de recherche Instead ! (www.instead-art.org) travaillant sur les pays extra-occidentaux, ce colloque réunira des spécialistes de différents horizons afin de dresser une cartographie artistique, culturelle et sociale de la ville en Amérique latine, en Afrique et en Asie.

Les interventions s’articuleront autour de l’interaction de plusieurs axes touchant aux relations de la ville entre art et politique, entre histoire et migration et entre imaginaire et utopie. Ces thèmes et mots-clés orienteront le colloque :

1 – Appropriation et documentation de l’espace urbain

• Stratégies artistiques urbaines : performances, happenings, événements ou toute autre forme d’actions et d’interventions d’artistes dans l’espace public des villes

• L’image du flâneur, du piéton, du marcheur

2 – La ville : un lieu de mémoire

• Art, Histoire, politique

• Question de la commande

3 – Image et représentation de la ville

• Art et urbanisme : dialogue entre architecte et artiste

• Relation entre l’artiste et son environnement

• Esthétique du paysage urbain

• Utopie

4 – Ville et migration

• Notions de transit, de résistance

• Urbanisme et identité culturelle

• Mondialisation et urbanisation (centre/périphérie)

Les propositions d’interventions (300 mots) sont à envoyer aux organisateurs avant le 15 mars 2010.

ORGANISATEURS

Julie Jones, ATER Université Paris I : jjones@instead-art.org

Olivia Speer, allocataire moniteur Université Paris I : ospeer@instead-art.org

Responsable : Instead !

Url de référence :

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts