Comicalités : nouvelles publications

En ce mois de septembre, Comicalités reprend ses activités en publiant deux articles qui, nous l’espérons, mettent en évidence la richesse de la culture graphique en s’interrogeant sur la portée de deux parti-pris éditoriaux. Si le premier entend proposer une lecture de l’histoire de la bande dessinée à travers la reproduction d’un ensemble de cases, le second nous invite à nous interroger par le choix d’un lettrage sur le « geste » qui est au fondement de création de bandes dessinées (résumés plus bas).

– « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante » d’Erwin Dejasse.

– « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel » de Laurent Gerbier.

Ces articles s’inscrivent dans le cadre de notre rubrique « Éclectiques » ainsi que de notre thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et nous entamerons avant Noël la publication des premiers articles de « Représenter l’auteur de bandes dessinées ». Nous rappelons à nos lecteurs que ces Carnets sont à leur disposition pour publier leurs réflexions à propos de ces publications ou tout esquisse d’article destiné à Comicalités.

 

Benoît Berthou

Université Paris 13

Directeur de Comicalités. Etudes de culture graphique

——————————————————————

 

Erwin Dejasse, « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante »

 

Entre 2006 et 2007, L’Association a publié les trois numéros de la revue L’Éprouvette. Ceux-ci sont notamment illustrés par trente-quatre hors-texte présentant des fragments de cases fortement agrandies. En les confrontant avec des réalisations comparables (l’exposition Bande dessinée et Figuration narrative, la rubrique « Cases mémorable » dans Les Cahiers de la bande dessinée), cet article s’interroge sur ce qu’implique la reproduction de fragments. Il tente aussi de déterminer le rôle joué par ces images au sein de la revue et les liens qu’elles entretiennent avec le reste du contenu. Enfin, toujours en les mettant en perspective avec les réalisations évoquées plus haut, il analyse dans quelle mesure ces images esquissent les contours d’une certaine histoire de la bande dessinée.

Laurent Gerbier, « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel »

Comment se fait-il que le lettrage mécanique utilisé dans certaines bandes dessinées, et tout particulièrement dans les traductions, donne parfois l’impression d’être si mal adapté au dessin ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut revenir à l’unité fondamentale du tracé de la lettre et du trait du dessin : en examinant cette unité non seulement dans la pratique des dessinateurs, mais aussi dans les rencontres du trait et de la lettre dans les manuscrits enluminés du Moyen Âge, on essaiera de montrer que le dessin et le lettrage de la bande dessinée sont liés par une contemporanéité qui est celle de la trace. Parce qu’une main les forme, ces traits constituent des vestiges de geste, dans lesquels se joue la temporalité particulière des iconotextes. Le lettrage mécanique, utilisé sans précaution et sans finesse, écrase cette temporalité subtile, qui révèle la solidarité du texte et de l’image dans la bande dessinée.

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« Aire libre », art libre ?

Tout juste paru aux éditions Academia (groupe L’Harmattan),  « Aire libre », art libre est signé par Benoît Glaude (de l’université Catholique de Louvain) qui semble poursuivre ici poursuivre un double but : traiter des « trois compostantes narratives de toute BD » et s’intéresser à une collection (la fameuse Aire libre des éditions Dupuis). N’ayant pas encore lu cet ouvrage, nous reproduisons ici sa présentation sur le site du GRIT.

 

L’étude des relations texte-image constitue aujourd’hui l’une des préoccupations essentielles des sciences humaines. Paradoxalement, les ouvrages qui lui sont consacrés ne sont pas légion dans l’actualité de l’édition… Que dire alors des collections ! Pour combler cette lacune, le Groupe de recherche sur l’image et le texte – Grit, fondé à l’Université catholique de Louvain par Pierre Massart (décédé en 2006) – propose une collection intitulée « Texte-Image ». Dirigée par Jacques Carion, Laurent Déom, Jean-Louis Tilleuil et Catherine Vanbraband, elle rassemble des travaux théoriques sur les spécificités respectives ou combinées du texte et de l’image, ainsi que des études de corpus qui exploitent la mixité signifiante de ces deux langages : comme la bande dessinée, l’album pour enfants, le cinéma, le livre illustré, la publicité…

Septième titre paru dans cette collection, « Aire libre », Art libre ? propose l’analyse de cinq albums du champ actuel de la bande dessinée francophone (2002-4). Pour aborder le message mixte de la bande dessinée, nous élaborons une méthode d’analyse passant d’abord par l’image, ensuite par l’espace-texte, enfin par le texte, que nous appliquons à des séquences-clés extraites des cinq albums du corpus (dus au tandem Bailly/Lapière et aux auteurs Blutch et Stassen). Cette lecture porte une attention nouvelle à la composante du texte dans la BD. À travers ce corpus, il s’agit de décrire rationnellement le mouvement de valeurs esthétiques qui sous-tend le champ de la bande dessinée. Le choix des albums se centre sur une collection (« Aire libre ») représentative de la production neutre de ce champ et typique de la place esthétique de l’Art bourgeois, lancée par un éditeur (Dupuis, Belgique) de la production élargie, traditionnellement dédiée à l’Art moyen. À l’analyse narratologique (interne à l’œuvre) succède une analyse sociocritique (externe à l’œuvre), c’est-à-dire une mise en relation des conditions institutionnalisées du positionnement artistique des créateurs avec les caractéristiques narratives de l’œuvre produite depuis cette position. Ce faisant, nous distinguons les caractéristiques stylistiques générales d’un classicisme et d’un avant-gardisme narratifs. Il s’avère que l’esthétique des albums de la collection « Aire libre » constitue un compromis entre les deux précédentes.

Rares sont les études sur la bande dessinée qui considèrent celle-ci pour ce qu’elle est vraiment, à savoir un mixte séquentiel complexe d’images et de mots. Cette étude peut prétendre à cette distinction par sa prise en compte des trois composantes narratives de toute B.D. : l’iconique, le plastique et le textuel. Mérite supplémentaire de cette recherche : elle évite le piège d’une fermeture du sens sur lui-même, immanent et forclos dans les limites formelles de l’œuvre. Pour apprécier correctement les résultats de ses analyses internes, nous les confrontons aux implications signifiantes du contexte de création, identifié pour la circonstance à la collection « Aire libre », qui a marqué l’histoire de la bande dessinée franco-belge contemporaine et y occupe désormais une position stratégique. Combinant perspective interne (sémiotique) et perspective externe (sociologique), nous construisons une méthode d’analyse volontairement transdisciplinaire qui emprunte à la critique B.D., mais aussi aux théories sur le cinéma, la littérature et le théâtre.

 Le sommaire est disponible ici.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

En attendant Liège : l’auto-édition, premières pistes de réflexion

Ce billet se veut comme un laboratoire en direct, un brouillon d’idées venant au fur et à mesure de l’avancée de mes travaux sur l’auto-édition, dans le cadre de la préparation de mon intervention au colloque « Figures indépendants de la bande dessinée mondiale : tirer un trait/tisser des liens » organisé à l’université de Liège par le groupe ACME. J’y tente une forme d’écriture nouvelle pour moi, plus proche a priori de l’esprit des blogs de recherche, mais éloigné de ce que sont les Carnets pour l’instant.

Il va donc de soi qu’il s’agit là d’hypothèses de travail, d’un work in progress où l’écriture est là pour faire avancer mes propres réflexions, non pour proposer des hypothèses (et encore moins des réponses) définitives ! Il va dont tout autant de soi que les remarques et critiques (constructives si possible) sont les bienvenues ! Dernière remarque, je ne tente pas ici une histoire de l’auto-édition en soi, mais une réflexion sur l’auto-édition comme une des matrices de l’édition « indépendante ».

Dans le champ de la recherche historique, dans lequel je m’inscrit, les études sur l’édition, dans la lignée des intuitions de Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, ont connu un grand dynamisme. A tel point qu’aujourd’hui, une cinquantaine d’années après le fondateur L’Apparition du livre, la France fait figure de modèle dans les études sur le livre, et le terrain est balisé à la fois par de nombreux travaux monographiques et de grandes synthèses sur l’histoire du livre, sur les éditeurs, les bibliothèques, les librairies…

Or dans cette recherche foisonnante, l’auto-édition reste globalement un phénomène peu étudié. En soi, cette marginalité de l’auto-édition comme champ de recherche est aisément compréhensible : il s’agit là d’un phénomène peu spectaculaire, difficile d’accès d’un point de vue archivistique ; même le dépôt légal y est observé avec plus ou moins de bonheur, conséquence du professionnalisme relatif des auteurs-éditeurs. L’objet est donc difficile à intégrer au champ des études sur l’édition, qui se sont d’abord concentrées sur les grandes figures d’éditeurs (de Hachette à Maspero, de Hetzel à Delpire, etc.) puis sur les collections de masse (Bibliothèque Charpentier, albums du père Castor…).

Or il semblerait que dans le champ encore et toujours naissant de la recherche sur la bande dessinée, les polarités d’intérêt soient inversées. Les éditeurs n’ont pas fait l’objet d’études scientifiques – tout au plus d’hagiographies, plus ou moins bien documentées. Et si l’auto-édition n’est pas encore réellement étudiée, le phénomène est fréquemment mentionné, dans les histoires générales du 9e art, ou dans certains recueils d’entretiens avec des auteurs, par exemple. Comment comprendre cette place singulière de l’auto-édition ? J’y vois pour ma part la conjonction de plusieurs phénomènes.

D’une part, le fanzinat a constitué un des terreaux du renouvellement de la bande dessinée dès les années 1960-1970.
D’autre part parce que, plus nombreuses qu’en littérature, de grandes figures de la bande dessinée, jouissant d’une estime critique et/ou populaire, se sont essayées, plus ou moins longtemps, à l’auto-édition. L’exemple le plus contemporain en est probablement Midam, qui a quitté Dupuis, accusé de ne pas assez tirer ses séries, pour exploiter lui-même les droits patrimoniaux. Mais on peut également penser à des auteurs aussi différents qu’Uderzo, Fred, Moebius, Michel Schetter, ou encore Jean Graton, qui tous, à des moments divers, se sont lancés dans l’aventure.

Dernier facteur, certaines heures de gloire de la presse dite « adulte » sont le fruit de l’initiative d’auteurs désireux d’échapper à la tutelle de leurs éditeurs : pensons par exemple à Gotlib, Mandryka et Bretécher créant L’Echo des savanes.

Pour autant, la puissance de ce phénomène, à la fois sur les plans économique et symbolique, n’a pas suscité l’intérêt des chercheurs. C’est une évidence : les aspects éditoriaux sont encore largement laissés en friche dans la recherche aujourd’hui en plein essor (et que les Carnets tentent à leur manière de contribuer à animer).

Pourtant, il y a là une piste qui permettrait de mieux penser la spécificité de la bande dessinée dans le champ de l’édition française : pourquoi l’auto-édition y occupe-t-elle une place aussi singulière ? Il est certes difficile d’accéder à des données statistiques permettant de quantifier cette place. Astérix (aujourd’hui sous la coupe d’Hachette) risque par ailleurs de fausser l’impression. Mais il me semble justement significatif que plusieurs auteurs habitués à de fortes ventes aient été, pendant plusieurs décennies (Uderzo, Bretécher, Graton) ou plusieurs années (Régis Franc, par exemple) séduits par ce modèle.

En littérature, on serait bien en peine de citer des auteurs à succès, et sans doute encore moins d’auteurs « reconnus » par la critique, dépasser la dizaine de milliers d’exemplaires. (mais peut-être que je les ignore, tout simplement…).

A suivre : une tentative de définition de l’auto-édition en bande dessinée.

Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : tirer un trait / tisser des liens

Indépendants ? Alternatifs ? Les termes, loin d’être neutres, divisent amateurs et éditeurs, comme en témoigne le salutaire pamphlet de Jean-Christophe Menu, Plate-bandes. Car chez les amateurs de bande dessinée, la dialectique du mainstream et de l’avant-garde, c’est un peu comme la politique pendant les repas de Noël : quand on aborde le sujet, la situation dégénère. Depuis l’article de Luc Boltanski sur la constitution du champ de la bande dessinée, qui abordait la polarisation entre un pôle « commercial » et un pôle « novateur », la tension et les phénomènes de transfert entre ces deux pôles constituent un enjeu récurrent des débats, qu’ils soient savants ou informels. Il faut dire que ces pôles relèvent sans doute plus des idéaux-types weberiens que d’entités strictement délimitées.

C’est toute l’astuce de l’intitulé de l’ambitieux colloque organisé par l’ACME qui, loin d’essentialiser l’édition indépendante, propose de la mettre en perspective avec l’industrie du livre, grâce au sous-titre « tirer un trait, tisser des liens », qui dit bien l’ampleur des contradictions qui traversent cette notion d’ « indépendance ». Surtout, on ne peut que se réjouir de l’organisation d’un colloque dédié aux pratiques éditoriales, quand celles-ci attirent encore si peu l’attention des chercheurs. Que celui-ci se propose, en outre, de s’intéresser aux pratiques éditoriales à l’échelle mondiale, constitue un geste fort. Ci-dessous, l’appel à communications, qui propose des pistes de recherche stimulantes :

Résumé
Le groupe de recherche sur la bande dessinée ACME (Université de Liège) organise en novembre 2011 un colloque sur le thème «  Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale. Tirer un trait / Tisser des liens. ». L’ambition de ce colloque est d’aborder la bande dessinée dans ses manifestations les plus novatrices, subversives ou dissidentes, à l’échelle mondiale, en se focalisant sur les structures éditoriales qui relèvent ou se réclament entre autres dénominations de « l’indépendance ».

Argumentaire

À la faveur d’un double mouvement de rationalisation et de concentration dans l’industrie du livre, mais aussi de la participation d’acteurs d’un genre nouveau au sein du secteur (industrie lourde, groupes de communication, fonds d’investissement), les principes qui gouvernent la production et la diffusion des biens culturels ont évolué, dans le dernier quart du xxe siècle, dans le sens d’une attention accrue à la rentabilité. Cette exigence a contribué à durcir les critères de la sélection éditoriale en érigeant une barrière à l’entrée pour des œuvres peu susceptibles d’apporter les retombées financières escomptées.

Face à un tel élan, des structures nouvelles ont vu le jour qui ont fait le pari de combler les lacunes du système en place. Qualifiées d’« indépendantes », « alternatives », « underground » ou encore « d’avant-garde », ces initiatives se sont polarisées autour d’une conception commune du métier, activité — sinon activisme — vouée à la culture d’un catalogue original, dans un imaginaire de l’altérité contre le conformisme, sur le mode du small is beautiful. Après la peinture, le cinéma ou la musique, l’industrie du livre est ainsi passée à son tour à l’heure du grand retournement, de la littérature à l’essai en passant par le livre de jeunesse, ce moment où l’industrie semble générer sa propre contradiction.

La bande dessinée, en tant que secteur du marché du livre, n’a pas échappé à ce couple marchandisation/rébellion. Dans les années 1990, avec des structures telles que L’Association, Cornelius, Amok et Fréon, ego comme x ou les Requins Marteaux, une vague d’indépendants s’est faite le porte-drapeau d’une « autre » bande dessinée dans l’espace franco-belge. Sans doute un tel mouvement a-t-il des antécédents : Futuropolis, les Éditions du Fromage, Audie ou Artefact avaient eux aussi montré l’exemple d’une édition en rupture avec l’ordre établi. Inédite cependant, dans les années 1990, est l’apparition d’une collectivité d’éditeurs consciente d’elle-même, dont la raison d’être et le repoussoir seront et resteront l’industrialisation de plus en massive de l’édition de bande dessinée ; une collectivité, sinon une génération, qui en même temps qu’elle allait tirer un trait (sur les figures, les codes et les lieux de la standardisation), allait aussi tisser des liens (avec des ancêtres choisis, avec des pairs locaux, avec des homologues à l’étranger).

De pareilles observations pourraient être faites pour l’édition de bande dessinée hors de ce seul espace. Le mouvement underground qui se développe vers la fin des années 1960 aux États-Unis a donné lieu à d’importants éditeurs tels que Kitchen Sink Press ou Fantagraphics Books. S’y sont développés, à partir des années 1980, une bande dessinée dite « alternative » — dont les auteurs allaient devenir les figures de proue du « roman graphique » — en même temps qu’un travail de patrimonialisation ou de réhabilitation de prédécesseurs choisis. Sur un mode plus artisanal, l’auto-édition et un microcosme reposant sur la diffusion de « minicomics » photocopiés ou en ligne ont enrichi le champ des possibles de tout auteur désireux de s’imposer en marge du studio, omniprésent outre-Atlantique.

De l’espace franco-belge aux États-Unis en passant par la Belgique néerlandophone, l’Italie ou la Suisse, de l’Europe du Nord ou centrale à l’Asie en passant par l’Afrique du Sud, des tendances communes émergent sur fond de particularités locales et semblent bien témoigner d’un phénomène mondial.

Fort de ce renouveau créatif, le colloque «  Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale. Tirer un trait / Tisser des liens » entend interroger la bande dessinée dans ses manifestations les plus novatrices, subversives ou dissidentes, à l’échelle mondiale, en se focalisant sur les structures éditoriales qui relèvent ou se réclament entre autres dénominations de « l’indépendance ».

  • Un premier volet sera consacré à la discussion des concepts mis en place pour désigner les forces de renouveau de la bande dessinée à l’échelle internationale. Pour interchangeables qu’ils puissent paraître au premier abord, les termes « d’indépendance », « d’alternative », « d’underground » ou « d’avant-garde » (de l’autre côté du spectre, de « mainstream » ou de « BD ») sont lourds à la fois de présupposés et de connotations, et se trouvent mobilisés dans des contextes d’action bien spécifiques. Épingler les avatars de ce lexique, discuter la variété de ses définitions et de ses usages, constituera un premier enjeu.
  • Un second volet portera sur l’analyse des similitudes et des contrastes tant stylistiques que thématiques observés au sein de l’édition indépendante. L’abandon de la couleur, l’évolution du dessin dans une voie picturale ou minimaliste, l’augmentation significative de la pagination des albums ; mais aussi une forte propension à l’introspection, à de nouvelles formes de réalisme ou encore à l’engagement (critique sociale, positionnement politique, revendications culturelles des minorités), constituent autant de choix de forme ou de contenu qu’il convient d’interroger horizontalement.
  • Un troisième volet portera sur les dimensions socio-économique et politique de la bande dessinée indépendante internationale. L’analyse comparative envisagera des aspects tels que la nature de l’indépendance (en regard d’une industrie toute-puissante, d’un marché balbutiant, d’un État intrusif), la diversité des dispositifs techniques mis en œuvre par les structures (fabrication, diffusion, commercialisation), leur reconnaissance et soutien éventuels de la part des pouvoirs publics, la fédération ou non de ces entités, les possibilités d’échanges en matière de traduction à l’échelle internationale (foires, salons, contacts informels) ou encore les moyens développés pour légitimer et rassembler ces expériences (anthologies ciblées, foires et salons, ou encore expositions thématiques).

Procédure

Les propositions de communications doivent être envoyées à l’adresse acme2011@ulg.ac.be pour le 15 mars 2011 au plus tard. L’envoi comportera d’une part un résumé anonyme de 300 mots environ, d’autre part une fiche signalétique détaillée. Ces documents pourront se presenter au format doc ou pdf.

Réponse du comité de sélection : le 1er mai 2011.

Les communications se tiendront en anglais ou en français.

Bien entendu, les carnets suivront l’avancement de ce beau projet.

MR2zbfl4d4gx