Spectres ! Journée d’études et exposition

Les élèves du master BD de l’EESI organisent, avec Lucie Campos et Thierry Smolderen et en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université de Poitiers, une journée d’études le 7 juin 2011 autour du thème des spectres. Du comique à l’aventure, la figure du fantôme traverse tous les genres de la bande dessinée, et ses multiples avatars seront abordés lors de cette journée.

L’image fixe-t-elle le spectre ? Marqué par son affiliation à un autre monde, celui des morts et du passé, le spectre se définit aussi par l’inconstance des rapports qu’il entretient avec le monde visible. Lorsque la bande dessinée s’empare de la figure du spectre, elle lui applique ses règles de représentation, ses dispositifs de narration, son rapport au temps. Que devient alors le spectre, arraché à son temps et fixé dans des images ? Quelles fonctions prend-il dans le récit ? Assujetti au système de la bande dessinée, un spectre devient-il un bon fantôme ? Perd-il son aura ? Perd-il de son pouvoir ? Gagne-t-il d’autres  propriétés ?

  • Thierry Groensteen (historien et théoricien de la bande dessinée, professeur à l’EESI) : Petite revue de la hantise dans les bandes dessinées
  • Ben Katchor (auteur de bande dessinée) : L’impression et ses effets fantomatiques (en anglais)
  • Vincent Marie (professeur d’histoire, spécialiste de Tardi et de la première guerre mondiale) : Le spectre de la guerre dans l’oeuvre de Tardi
  • Denis Mellier (professeur de Littérature Générale Comparée à l´université de Poitiers)
  • Thierry Smolderen (essayiste et scénariste de bande dessinée, professeur à l’EESI)
  • Cléry Dubourg, Léo Louis-Honoré, Maxime Jeune (élèves en master BD) : Le fantôme, figure sympathique
  • Emilie Fabre, Pierre-Laurent Daures (élèves en master BD) : Le spectre, figure traumatique
  • Morgane Parisi et Alvaro Nofuentes (élèves en master BD) : L’auteur comme influence fantasmatique

INTERVENTIONS GRAPHIQUES durant la journée : François Henninger, Thomas Gosselin…

SOIREE MARDI FANTASTIQUE « PROPRIETE HANTEE » au cinéma de la Cité, double projection suivie d’un débat, animé par Hidden Circle : La Maison du diable (Robert Wise, 1963) à 19h, The Silent house (Gustavo Hernandez, 2010) à 21h30.

GALERIE DE FANTOMES, exposition aux abords de l’Auditorium.

Cette journée, aura lieu le 7 juin de 9h30 à minuit au sein de l’auditorium de la Cité. Pour plus d’informations, colloque.spectre@gmail.com.

Argumentaire spectre

La bande dessinée : un art sans mémoire ?

Comme annoncé dans notre précédent billet, la revue Comicalités. Études de culture visuelle, qui est actuellement en construction sur le portail revues.org, sera active en mars prochain. Consacrée à la bande dessinée, et disposant d’un comité scientifique composé de spécialistes, elle adoptera le mode de la publication continue et ne sera pas organisée par numéro, mais par « sections » qui resteront actives et seront donc à même d’accueillir de nouveaux articles pendant plus d’un an. Durant cette durée, les appels à communication resteront « ouverts » et nous publions donc aujourd’hui une nouvelle version de « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » (thème du colloque des 10 et 11 juin 2010 organisé par les universités Paris 10 et Paris 13). Nous serions en effet enchanté de voir de nouveaux articles rejoindre les travaux exposés lors du colloque (l’ensemble de ces textes faisant l’objet d’une évaluation anonyme par deux chercheurs) et signalons que de nouveaux appels verront bientôt le jour (notamment, en mars, « Bande dessinée et autobiographie »).

Plus d’informations :

Responsable : Benoît Berthou, ben.berthou@orange.fr

« La bande dessinée : un art sans mémoire ? »

Quel est le mode d’inscription dans le temps de la bande dessinée ? La question se pose puisque son système éditorial semble privilégier la mise au point de « nouveautés » susceptibles de prendre place dans une véritable « guerre des étals » 1 et donner ainsi raison à Thierry Groensteen qui qualifie la bande dessinée d’ « art sans mémoire » et affirme : « La bande dessinée est un art qui cultive volontiers l’amnésie et n’a pas grand souci de son patrimoine » 2. La série et le personnage, dont la longévité dépasse parfois celle de leur créateur, semblent incarner cette temporalité relevant d’une loi du marché et transformant l’auteur en simple « repreneur » 3. La bande dessinée relèverait donc pleinement de la logique d’industries culturelles synonymes, selon Théodor Adorno, d’« anti-culture » car fondées sur la reprise et la mise au goût du jour de choses déjà produites plutôt que sur l’exploration des possibilités artistiques qu’elle offre.

Nous nous proposons d’interroger ce constat et d’aborder une dimension du « 9e art » qui semble tout sauf évidente : quelles valeurs et quelles formes acquièrent pour la bande dessinée l’inscription dans un passé ? Si l’on pose à l’inverse que le « 9e art » ne relève pas seulement du « consommable » et du « jetable », on peut s’intéresser aux initiatives visant à faire de la bande dessinée le témoin privilégié d’une histoire de l’art et de l’évolution de nos sociétés (comme, par exemple, dans le cadre d’expositions comme Vraoum !), mais également aux efforts de professionnels de la chaîne du livre (éditeurs, libraires ou bibliothécaires) pour administrer des collections ou faire valoir un « fonds » proposant des œuvres remontant aux origines de la « Franco-Belge » (voire au-delà) ou issues d’autres horizons. On peut aussi citer les créations d’auteurs faisant de l’inscription dans le temps (que celui-ci prenne la forme d’une histoire ou d’une mémoire) l’instrument d’une autre pratique et vision du « 9e art ».

L’ensemble de ces réflexions constituera la matière des deux premières « sections » de Comicalités.

–   « La bande dessinée : quel patrimoine ? » se propose d’interroger l’inscription du neuvième art dans le temps des diverses institutions et industries culturelles (édition, bibliothèque, archives, musée…) qui la prennent en charge. Des articles portant sur le livre de poche ou les notions de classique et de canon sont d’ores et déjà en phase de prépublication.

–   « Création et histoire du neuvième art » entend interroger la forme et la fonction du passé au sein de la création de bande dessinée. Des articles portant sur la série Spirou, le rapport au temps des éditeurs « alternatifs » ou le rapport entre histoire et politique dans Persepolis sont d’ores et déjà prévus, mais nous sommes tout à fait prêts à accepter d’autres contributions.

Nous proposons à tous les contributeurs, quel que soit leur statut, de nous soumettre un texte d’environs 2000 signes (espaces compris) exposant : l’objet de l’intervention, le corpus ou le matériau sur lequel elle entend s’appuyer et indiquant les coordonnées de chaque auteur. Afin de garantir la qualité des débats, ces documents seront par la suite soumis de façon anonyme au comité scientifique de la revue qui est composé de :

–       Gilles Ciment (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’image)

–       Thierry Crépin (Université Versailles Saint-Quentin)

–       Jacques Dürrenmatt (université Toulouse-Le Mirail)

–       Pierre Fresnault-Deruelle (université Paris 1)

–       Jean-Paul Gabillet (Université Bordeaux 3)

–       Thierry Groensteen (École Européenne Supérieure de l’Image)

–       Bertrand Legendre (université Paris 13-Nord)

–       Éric Maigret (université Paris 3)

–       Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

–       Benoît Peeters (Les Impressions Nouvelles)

–       Thierry Smolderen (École Européenne Supérieure de l’Image)

–       Emmanuel Souchier (université Paris 4-Sorbonne)

Ces propositions doivent être transmises par voie électronique avant le 1er mars 2011 à l’adresse suivante :

ben.berthou@orange.fr

1.Dossier paru dans Livres Hebdo, n°717.

2.Thierry Groensteen, La bande dessinée : un objet culturel non identifié, éditions de l’An 2, 2006, p. 67.

3.Sergio Honorez, « Lifting d’un héros : le cas Spirou », dans L’état de la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, Liège, 2009, p. 120.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature de jeunesse : l’œuvre, le lecteur, les passeurs et le passage

La Revue des Sciences de l’éducation lance un appel à communication intitulé : « La littérature de jeunesse : l’œuvre, le lecteur, les passeurs et le passage ». Cette proposition nous invite à réfléchir sur les possibles vertus pédagogiques d’une certaine littérature : « à quelles conditions la littérature de jeunesse peut-elle transmettre des savoirs, aider à la construction de l’identité de l’enfant, lui proposer des schèmes de valeurs, des modèles et des anti-modèles de comportement, et contribuer également à la formation de son sens esthétique ainsi qu’à ses apprentissages? » Ce faisant, elle intéresse la bande dessinée et s’inscrit dans des préoccupations que nous avons déjà relayées dans de précédents billets, mais il nous faut faire remarquer que l’un des axes indiqués dans l’appel à communication nous semble rencontrer quelques échos dans l’actuelle production de bande dessinée. Souhaiter interroger « l’état des connaissances […] au sujet du jeune lecteur, généralement consommateur sériel, qu’on doit amener à fréquenter des textes résistants, c’est-à-dire qui présentent des défis de lecture » pourrait en effet nous inviter à considérer le cas d’adaptations d’œuvres « classiques » comme dans le cas de la collection Ex Libris des éditions Delcourt qui est évoquée par nos soins sur un autre site. Ces livres, assortis de livrets pédagogiques invitant l’élève à s’interroger sur l’œuvre originale passée au prisme du langage de la bande dessinée, posent en effet directement un problème qu’il s’agira de formuler, si vous retenez cette piste, avant le 31 mai prochain.

La littérature de jeunesse : l’oeuvre, le lecteur, les passeurs et le passage

Date limite : 31 mai 2011


L’équipe de la rédaction de la Revue des sciences de l’éducation lance un appel de proposition d’articles pour un numéro thématique intitulé : La littérature de jeunesse : l’oeuvre, le lecteur, les passeurs et le passage (corédactrices invitées : Monique Noël-Gaudreault et Claire Le Brun).

Madame Monique Noël-Gaudreault, professeure à l’Université de Montréal, et madame Claire Le Brun, professeure à l’Université Concordia, agiront à titre de corédactrices invitées d’un numéro thématique. Dans ce contexte, la Revue des sciences de l’éducation lance une invitation aux auteurs qui désireraient proposer un article en lien avec ce thème. Les articles soumis à la Revue pourront traiter aussi bien des résultats de recherche de nature empirique que de nature théorique. Sous la responsabilité du Rédacteur en chef, leur évaluation sera assujettie au même processus rédactionnel que tout autre article. Toutes les règles et procédures, disponibles sur le site de la Revue et destinées aux auteurs, devront être respectées. Les propositions d’articles seront transmises par courriel au secrétariat de la Revue avant le 31 mai 2011.

Descriptif du numéro thématique

Depuis une quinzaine d’années, la littérature de jeunesse intéresse de plus en plus de chercheurs universitaires. Le rôle de cette littérature à part entière est jugé essentiel, non seulement d’un point de vue affectif, mais aussi cognitif, dans la mesure où, face aux manuels, la littérature de jeunesse peut avoir une influence positive sur la réussite scolaire de l’enfant. Bien que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport ait confirmé, dans son plus récent programme de formation, la mission des enseignants comme passeurs culturels, ces derniers se sentent un peu démunis. Ils se questionnent à propos du choix de l’oeuvre en fonction du jeune lecteur, de leur rôle de passeurs et des modalités du passage.

En effet, bien que le corpus des oeuvres soit relativement jeune, il comprend déjà des classiques incontournables; mais comment s’y retrouver dans une production éditoriale pléthorique? Reflet de la société postmoderne, à quelles conditions la littérature de jeunesse peut-elle transmettre des savoirs, aider à la construction de l’identité de l’enfant, lui proposer des schèmes de valeurs, des modèles et des anti-modèles de comportement, et contribuer également à la formation de son sens esthétique ainsi qu’à ses apprentissages?

Les responsables de ce numéro de la Revue souhaitent diffuser des études portant sur un ou plusieurs des thèmes suivants :

1. l’état des connaissances : 1) au sujet du jeune lecteur, généralement consommateur sériel, qu’on doit amener à fréquenter des textes résistants, c’est-à-dire qui présentent des défis de lecture; 2) au sujet des rôles respectifs des éditeurs, des auteurs, des illustrateurs, des parents, des bibliothécaires, des didacticiens et des enseignants comme passeurs de culture, et de quelle(s) culture(s); 3) au sujet des oeuvres qui reflètent les grands défis contemporains;

2. les stratégies didactiques efficaces pour transmettre le goût de lire, et donner à l’élève les moyens de rendre compte de sa compréhension, de son interprétation, de ses réactions et de son appréciation des oeuvres lues : cercle de lecture, journal dialogué, marathon de lecture, animation en lecture, lecture à voix haute, dictée à l’adulte, etc.;

3. la nature et l’impact des interventions menées en classe à partir de la littérature de jeunesse.

Gilles Raîche, rédacteur en chef

Adresse : C.P. 6128, succursale Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3J7Canada

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Sequential Art, Graphic Novels and comics in Education

Carry Sama et Rob Weiner, de l’université Texas Tech (USA), publient un appel à communication intitulé : « Sequential Art-Graphic Novels & comics in Education » Celui-ci nous propose donc d’interroger l’usage et le potentiel pédagogique de la bande dessinée, question qui fit par le passé l’objet d’analyses qu’il serait fort intéressant de poursuivre et éventuellement de renouveler. Citons par exemple des articles de Serge Tisseron (« La bande dessinée peut-elle être pédagogique ? »)  et Anne Verger (« L’artiste saisi par l’école ») ainsi que le fort original travail de Dany Laveault et Richard Joly (« La bande dessinée et l’apprentissage de la mathématique au secondaire dans un enseignement par fiche ») disponible sur le portail de revues Erudit. Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est le 15 janvier 2011.

Sequential Art, Graphic Novels, and Comics in Education

Edited by Robert G. Weiner and Carrye Syma Texas Tech University Library

In recent years the use of graphic novels, comics, and sequential art in education has exploded. This is due not only to the boom in superhero movies that are based on comic book characters, but also to the wide literary range that graphic novels now have. There are now literally hundreds of college and university courses all over the world that are using graphic novels in their curriculum. The days when comics were just seen as children’s trash, with no redeeming literary or educational value, are hopefully behind us. Contrary to the idea that comics “dumb” down material, it takes both sides of the brain to read and interpret sequential art stories: the right side to interpret the pictures and the left side to understand the narrative text. Our goal with this collection is to provide the educator and scholar with a collection of essays that show how graphic novels and comics are being used in the classroom today, as well as some historical pieces that detail how the educational fields often have and have had a “rocky” relationship with the use of comics in educational settings. We want both theoretical and practical essays showing how sequential art can be and is being used to teach and illustrate concepts and ideas. We are especially keen on pieces related to higher education, military and government uses of comics to educate, but all aspects of comics and education are under consideration. In addition, we would like to have educators from a wide spectrum of the educational fields from K-12, to undergraduate and graduate educational levels. Those using sequential art in adult education and pre-school are encouraged.
Some possible questions/ideas that could be addressed include: The Military’s use of comics to teach.
Graphic Novels and comics in library science education.
How relationships can be understood through the use of graphic novels in human science education.
Teaching mathematical concepts using graphic narrative.
Grade school use of comics.
Middle school use of comics.
High school use of sequential art (say something like Maus to teach the Holocaust).
Comics and Film to teach about blockbuster cinema.
Philosophical issues raised by graphic novels (The Watchmen in a philosophy class about ethics).
Biological and scientific concepts using graphic novels.
The use of mainstream superhero stories in the classroom.
Superman, Batman, Spider-Man to further understand the concept of the hero Mythology (i.e., Odysseys, Hercules etc.).
Graphic Novels and history, how effective a tool is the graphic novel in teaching a historical concept?
Sequential art in teaching foreign language or English as a second language.
Comics in literacy and adult education programs.
Graduate courses using graphic novels.
The History of sequential art in education.
Please send 200 word abstracts by January 15th 2011 to :

Rob.weiner@ttu.edu

Final papers will be due February 28th 2011. No exceptions. Please note the submission of an essay does NOT necessarily mean publication in the volume. Essays will be going through a rigorous peer review process and we have asked a number of scholars to serve in this capacity. We are striving to put together as an excellent collection with diverse viewpoints covering all aspects of comics and education. Authors are also expected to follow the editor’s style guide and be willing to have their work edited.
Thank you

Carry Syma
Rob Weiner

Texas Tech University Library
Box 40002
Lubbock Texas
79409-0002

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Lire et produire des bandes dessinées à l’école

Du 18 au 20 mai 2010 se tiendra un important colloque à Grenoble sur les liens entre bande dessinée et école, à l’initiative, notamment, de Nicolas Rouvière, bien connu pour ses travaux sur Astérix. Rassemblant chercheurs et médiateurs de la bande dessinée, ce colloque, au programme dense, se propose « d’ouvrir le champ de la réflexion pédagogique et didactique sur l’usage scolaire du médium dans le cadre plus particulier de la classe de littérature. Les cycles d’enseignement privilégiés seront ceux de l’école primaire, du collège et du lycée, mais une ouverture sera faite aux expériences pédagogiques menées à l’Université. »

En voici, ci-dessous, l’argumentaire de présentation et le programme définitif, pour ceux qui n’en auraient pas encore eu connaissance.

Lire et produire des bandes dessinées à l’Ecole
du mercredi 18 mai 2010 au vendredi 20 mai 2010

Maison des langues et des cultures – Université Stendhal Grenoble 3

Trente années se sont écoulées depuis le premier colloque international consacré aux liens entre bande dessinée et enseignement. Celui-ci s’était tenu en 1979 à La Roque d’Anthéron et avait donné lieu aux Actes Histoire et bande dessinée publiés la même année. De fait c’est principalement dans le champ disciplinaire de l’histoire que la réflexion pédagogique s’est poursuivie, à travers l’ouvrage collectif dirigé par Pascal Ory, Histoire par la bande, bande dessinée, histoire et pédagogie publié chez Syros en 1993. Les liens entre bande dessinée, pédagogie et littérature n’ont quant à eux jamais fait l’objet d’un colloque spécifique. Le tout premier colloque consacré à la bande dessinée et l’enseignement du français s’est tenu en avril 2008 à l’UQAR (campus de Lévis), mais son orientation visait moins la didactique de la littérature en elle-même que l’usage prétexte de la bande dessinée dans une perspective croisant la linguistique et les sciences de l’éducation.

Les deux dernières décennies ont pourtant vu un renouvellement complet des problé-matiques littéraires liées à l’usage scolaire du médium.

Tout d’abord les études en sociologie de la lecture, dans le courant des années 80,  ont montré que face à l’évolution et aux mutations du public scolaire, il était nécessaire de repartir des pratiques réelles des élèves et de leurs intérêts, afin d’éviter les effets d’exclusion à l’égard de la culture écrite. [1]

Dans le courant des années 90, les recherches sur la paralittérature et la littérature populaire [2] ont conduit à repenser l’approche du champ littéraire : celui-ci s’est élargi à la notion de « culture médiatique », pour reconnaître aux fictions de masse la capacité de cristalliser les représentations collectives et la sensibilité historique d’une époque, autant que peut le faire la production restreinte de la littérature légitimée. Il apparaît alors que les stéréotypes dont peut user la bande dessinée ne sont pas la dégénérescence de motifs originaux inventés par la littérature d’avant-garde. Ce sont des codes sociaux que la fiction de masse ne fait qu’arranger et manier selon un axe de plus grande communicabilité.

Dans le courant des années 2000, la théorisation sur le fonctionnement du médium   a franchi un pas décisif à travers l’approche néo-sémiotique de Thierry Groensteen (Système de la bande dessinée, PUF, 1999), suivi de l’essai théorique de Harry Morgan (Principe des littératures dessinées, éditions de l’An 2, 2003), qui ont conduit à inscrire pleinement la bande dessinée dans le champ des « littératures dessinées ». Depuis 2002, en France, la BD a du reste fait l’objet d’une reconnaissance officielle comme littérature légitime de la part du Ministère de l’Education nationale. Inscrite parmi les « six caté-gories » de la « liste de référence des oeuvres de littérature de jeunesse pour le cycle 3 », elle est fortement présente également dans les listes des ouvrages recommandés par le livret d’accompagnement pour chacun des cycles du collège.

Cette revalorisation officielle ne produit pas pour autant un parfait consensus à son égard, en particulier parce que l’on méconnaît souvent les théories critiques qui la légitiment. Si la bande dessinée est entrée peu à peu dans les bibliothèques scolaires,  les manuels et les cours, plutôt de français que d’arts plastiques, elle est utilisée le plus souvent pour enseigner autre chose qu’elle-même : elle habille les exercices de grammaire de nouveaux atours, ou sert d’illustration pour telle ou telle notion de narratologie. Dans les classes, force est de constater qu’on n’étudie pas encore d’album de BD comme oeuvre intégrale.

Le retard en l’occurrence provient surtout de la réflexion pédagogique et didactique, qui ne s’est pas véritablement saisie d’un objet littéraire encore perçu comme secondaire et marginal. Il manque en particulier une modélisation des difficultés qu’implique l’étude du médium, tant du point de vue de la socialisation du livre en classe, des compétences lecture spécifiques mobilisées par le récit séquentiel en images, de la production d’écrit à caractère scénaristique, que des critères d’évaluation des productions d’élèves.

Les théories littéraires de la réception, qui soulignent le rôle actif du lecteur en tant que sujet producteur du sens [3], ont certes renouvelé la didactique de la littérature à l’Ecole : les travaux de Catherine Tauveron, en particulier, en mettant l’accent sur le texte littéraire comme ère de jeu programmant ses propres difficultés de compréhension et d’interprétation, ont profondément renouvelé la pratique scolaire de l’album pour enfant et du roman jeunesse, pour solliciter la participation active des élèves face à des textes « réticents » ou « proliférants ». [4] Mais tout se passe comme si ces différentes avancées s’arrêtaient au seuil de la bande dessinée, qui n’est presque jamais pris comme exemple de support.

Dans le prolongement du colloque « Bande dessinée et enseignement du français »  qui s’est tenu à l’UQAR (campus de Lévis) en avril 2008, le colloque international organisé par le CEDILIT vise à ouvrir le champ de la réflexion pédagogique et didactique sur l’usage scolaire du médium dans le cadre plus particulier de la classe de littérature. Les cycles d’enseignement privilégiés seront ceux de l’école primaire, du collège et du lycée, mais une ouverture sera faite aux expériences pédagogiques menées à l’Université.

[1] Olivier Galland, Les Jeunes, Paris, La découverte, coll. « Repères », 1985 et François de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989.

[2] Daniel Couégnas, Introduction à la paralittérature, Paris, Seuil, 1992, coll. « Poétique ».

[3] W. Iser, L’acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique, Bruxelles, Mardaga, 1985 et J-L. Dufays, L. Gemenne, D. Ledur, Pour une lecture littéraire, vol. 1, Bruxelles, De Boeck Duculot, 1996.

[4] Catherine Tauveron (dir.), Lire la littérature à l’école, Paris, Hatier, 2002.

PROGRAMME

MARDI 18 MAI

8 heures 30 : accueil des participants

9 heures : ouverture

Lise Dimasy, Présidente de l’Université Stendhal
Chantal Massol
, Directrice de Traverses 19-21 (EA 37 48)
Nicolas Rouvière
, MCF didactique de la littérature, Grenoble 1, IUFM

Etat des lieux sur les pratiques scolaires
De la BD-prétexte à l’étude du médium pour lui-même : quels enjeux culturels, quels obstacles didactiques ?

Matin :

. 9 heures 30
Harry Morgan
(théoricien de la BD, auteur)
De l’amélioration de la presse enfantine à la production de bandes dessinées en classe (1949-2009).

. 10 heures
Bernard Tabuce
(Université Montpellier 3)
Une urgence iconologique qui dure : l’enseignement de la BD au collège. Rahan peut-il espérer dégraisser le mammouth ?

. 11 heures
Jean-Maurice Rosier
(Université libre de Bruxelles, Belgique)
Leurre pédagogique ou pratique de retrait : la BD à l’école.

. 11 heures 30
Laurence Corroy
(Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)
Marie-Christine Lopani-Vaissade
(Université Bordeaux 3)
Des bulles au tableau noir : pour une éducation à la bande dessinée.

Après-midi :

. 14 heures
Marianna Missiou
(Université de l’Egée, Rhodes, Grèce)
Enjeux éducatifs contemporains et bandes dessinées.

. 14 heures 30

Jean-François Boutin (Université du Québec à Rimouski )
Michaël Ggégoire
(Université du Québec à Rimouski )
L’apport de la recherche-développement dans l’exploitation de la bande dessinée en contexte scolaire : un aperçu de la démarche de recherche et des activités pratiques pour la classe de français.

. 15 heures 30
Jean-Pierre Thomas
(Université York, Toronto, Canada)
Enseigner la bande dessinée en Amérique du nord : l’album ou le graphic novel ?

. 16 heures
Mohamed Bahi
(Université de Beni-Mellal, Maroc)
La bande dessinée entre lecture récréative et support didactique : le cas du Maroc.

. 16 heures 30
Matteo Stefanelli
(Université de Milan, Italie)
Ordre et désordre. Pour une pédagogie de la BD au-delà de la dialectique textes- images

MERCREDI 19 MAI

La bande dessinée en classe de français : quelle didactique pour une approche littéraire et plastique du médium ?

Matin :
L’adaptation d’oeuvres littéraires en BD

. 9 heures
Jean-Paul Meyer
(Université de Strasbourg)
A propos des albums de BD adaptées de romans : de la transposition littéraire   à la transposition didactique.

. 9 heures 30
Brigitte Louichon
(Université Bordeaux 4, IUFM d’Aquitaine)
Fables en BD – La contrainte du texte.

. 10 heures :
Guillaume Perrier
(Université Grenoble 1, IUFM de Chambéry)
Lire Proust en BD.

L’étude de la BD en oeuvre intégrale

. 11 heures :
Nicolas Rouvière
(Université Grenoble 1, IUFM de Grenoble)
Etudier un album BD en oeuvre intégrale au cycle 3 : quelles spécificités didactiques ?

. 11 heures 30 :
Evelyne Bedouin
( Université de Picardie, IUFM d’Amiens)
Comment des enseignants de cycle 3 tentent de concilier approche formelle de la bande dessinée et lecture littéraire : l’exemple du Paradis des cailloux.

Après-midi:
Auteurs et éditeurs pour enfants : quel projet éducatif ?

. 14 heures :
Christiane Connan-Pintado
(Université de Bordeaux 4, IUFM d’Aquitaine)
Instruire et plaire : le projet éducatif et culturel d’Yvan Pommaux.

. 14 heures 30 :
Marie Lallouet
(rédactrice en chef de « J’aime lire » et « Dlire »)
La bande dessinée comme elle se fait.

. 15 heures 30 :
Catherine Brasselet
(Université de Valenciennes)
De l’influence de la bande dessinée sur l’album pour enfants.

. 16 heures  :
Mireille Baurens
(Université de Lyon 1, IUFM de Lyon)
Fanny Lignon
(Université de Lyon 1, IUFM de Lyon)
Lanfeust de Troy : la BD au service d’une égalité de « genre ».

Atelier 1 :
Présentation d’expériences pédagogiques sur la BD à l’école primaire

. 14 heures:
Nathalie Lemieux
(Université du Québec à Rimouski, Canada) :
L’enseignement explicite de stratégies de compréhension à partir de la lecture de bande dessinée auprès de garçons à risques : problématique, méthodologie et résultats préliminaires.

. 14 heures 30
Angélique Perronet
(Ecole Jules Ferry, Grenoble) :
Etudier un album de BD au CM1 : l’exemple de Petit vampire va à l’école.

. 15 heures 30
Patrice Gentilhomme
(Ecole d’application, Tours) :
Témoignage pédagogique : une classe littérature-BD au cycle 3.

. 16 heures :
Marianne Berissi
(Université de Provence,IUFM Aix-Marseille) :
Etudier la BD sans texte : Là où vont nos pères, une initiation complexité narrative.

Atelier 2 :
Lire et produire des bandes dessinées au collège

. 14 heures
Liliane Cheïlan
(Institut international Charles Perrault, Eaubonne) :
Les rapports texte-images dans deux adaptations en bande dessinée de Frankenstein de Mary Shelley : quelles pistes de découvertes ?

. 14 heures 30
Claire Simon
(CIBDI, Angoulême) :
Un projet annuel dans une classe de 4e « ambition réussite » : l’adaptation d’oeuvres littéraires en bande dessinée. Quels gains pour les apprentissages ?

. 15 heures 30
Marie Restoin
(CIBDI, Angoulême) :
Les 99 exercices de style de Matt Madden, ou comment initier les élèves de collège à l’art de la BD.

. 16 heures
Alain Démarco
(Université de Nice, IUFM) :
Comment intégrer l’étude et la fabrication de planches dans le cours de lettres, une préoccupation d’enseignant et de formateur.

Atelier 3 :
Etudier la BD au Lycée

. 14 heures
Daniel Sallès
(Collège de l’Europe, Bourg de Péage)
Perrine Domaine Devevey
(Collège La Mandallaz, Sillingy) :
Bande dessinée et éducation aux médias.

. 14 heures 30
Bernard Spée
(Collège Saint-Hadelin à Visé, Belgique) :
Analyser et produire une séquence onirique en bande dessinée : l’exemple du rêve du capitaine Haddock dans Tintin au Tibet.

. 15 heures 30
Judith Rosenfeld
(Lycée professionnel André Cuzin de Caluire) :
Etude d’une oeuvre complète / Lecture d’image / oeuvre à double voix Les quatre fleuves, policier Fred Vargas, Baudoin, éditions Viviane Hamy, collection chemins nocturnes, France, 2000.

. 16 heures
Vincent Marie
(Lycée Philippe Lamour de Nîmes) :
Enseigner la souffrance et la mort à partir de C’était la guerre des tranchées, de Tardi.

JEUDI 20 MAI

La bande dessinée au service d’autres apprentissages

Matin :
Bande dessinée et histoire

. 9 heures
Philippe Marion
(Université de Louvain-la-Neuve, Belgique)
Les « 14-18 » de Jacques Tardi. Constantes graphiques et diversités des sensibilités historiques.

. 9 heures 30
Joël Mak Dit Mack
(Lycée professionnel de Thizy, Rhône)
Histoire culturelle et bande dessinée : pistes méthodologiques et propositions pédagogiques pour l’étude d’oeuvres complètes en classe.

. 10 heures 30
Sylvie Dardaillon
(Université Orléans-Tours, IUFM)
Christophe Meunier
( Université Orléans-Tours, IUFM)
Dire l’indicible : la Shoah dans la Bande Dessinée. Approches historiographique, littéraire et didactique.

. 11 heures
Thierry Crépin
(Lycée Guy Mollet, Arras)Histoire et bande dessinée. La propagande dans la bande dessinée sous l’occupation : de la recherche à l’exploitation pédagogique.

. 11 heures 30
Julie Gallego
(Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La bande dessinée historique dans l’enseignement supérieur.

Après-midi :
Langue, culture et civilisation

. 14 heures
Marianne Jacquet
(Université de Colombie Britannique)
Isabelle Côté
(Université de Colombie Britannique)
Le rôle de la BD dans la formation des maîtres en contexte culturel et langagier minoritaire en Colombie-Britannique.

. 14 heures 30
Tatiana Blanco Cordon
(Université de Clermont-Ferrand )
Eléments de réflexion pour l’exploitation du récit de bande dessinée dans la pratique de l’espagnol langue étrangère.

. 15 heures 30
Marc Blancher
(Université Eberhard-Karl de Tübingen)
Enseigner la bande dessinée (francophone) dans le monde germanophone : moyens, méthodes, apports et perspectives.

. 16 heures
Sylvie Martin-Mercier
(Université Grenoble 3)
La bande dessinée à l’université : exemples d’exploitation de la BD en filière italien LCE (Université Stendhal).

. 16 heures 30
Youmna Tohme
(Centre international d’études pédagogiques)
L’exploitation de la bande dessinée en cours de langue et civilisation françaises.

. 17 heures : conclusion et clôture du colloque

responsable

Nicolas Rouvière
nicolas.rouviere@ujf-grenoble.fr

url de référence :
http://w3.u-grenoble3.fr/traverses/spip/
adresse

Traverses 19-21/CEDILIT
Université Stendhal Grenoble 3, BP 25 38040 Grenoble Cedex 9

Un programme très dense, donc. Si un lecteur de ce blog présent à ce colloque souhaite proposer un compte-rendu du colloque, ou du moins d’une partie, il est le bienvenu ! Nous contacter via carnetsbd@orange.fr