La recherche sur la bande dessinée : construire une communauté

 Les Carnets de la bande dessinée écrivent petit à petit ce qui pourrait peut-être devenir une histoire. Aussi peu modeste soit-elle, cette formule nous semble toutefois rendre compte de notre effort. Ils se sont en effet ouverts en décembre 2009 en dressant un constat :

 Alors que le « 9e art » ne cesse, de l’avis général, de gagner en « légitimité », de s’imposer comme un secteur éditorial à part entière, de gagner de nouveaux publics et de faire montre d’une diversification de ses productions, il semble constituer un terrain qui est progressivement délaissé par la recherche, que ce soit à l’université ou dans d’autres institutions.

 Les Carnets se sont ainsi fixés pour mission d’animer et d’étoffer un réseau de chercheurs (toujours plus nombreux à en croire nos statistiques d’audience) et ont pour ce faire choisi de se constituer comme un outil d’information et plus encore d’intuition. Nous avons en effet choisi de relayer des appels à communication systématiquement assortis de pistes de réflexion susceptibles, nous l’espérons, de stimuler l’imagination de nos lecteurs et d’œuvrer à une meilleure représentation de la bande dessinée au sein des publications scientifiques (les Carnets adoptant une position résolument interdisciplinaire).

La seconde saison des Carnets est notamment marquée par une annonce : la création de la revue Comicalités. Études de culture graphique qui sera inaugurée lors de l’université d’été de la bande dessinée grâce au concours de Gilles Ciment et Jean-Philippe Martin. L’année (universitaire) se clôt d’ailleurs sur la publication d’un premier appel à communication (« Représenter l’auteur de bandes dessinées ») qui sera suivi de deux autres (« L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » et « Raconter à l’heure du numérique »). S’ouvre ainsi un espace de publication qui mobilise (dans les différents comités) 38 chercheurs et a offert aux Carnets une belle conclusion pour sa troisième saison d’exercice.

La revue Comicalités vient d’être officiellement intégrée au Directory of Open Access Journal (DOAJ). Sélectionnant des revues selon des critères rigoureusement scientifiques (administration de la revue par différents comités, production de travaux de recherche et non de vulgarisation), ce portail a vocation à mettre en valeur des revues adoptant un certain mode de diffusion de l’information : l’ « open access », c’est-à-dire la libre consultation des résultats de la recherche et sa mise à disposition auprès du nombre de chercheurs le plus étendu possible.

Le projet que nous avions présenté en ouverture du colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » organisé en juin 2009 a ainsi pris corps : l’étude de la bande dessinée, et plus largement de la culture graphique, peut désormais s’appuyer sur deux structures ayant trouvé leur place dans notre paysage scientifique.

Nous sommes bien évidemment satisfait de notre action, mais ne pouvons nous empêcher de considérer sa réelle fragilité : bien que reconnue, Comicalités reste une revue jeune et surtout isolée. C’est notamment ce dernier point qui nous semble poser problème : au sein du portail scientifique revues.org, Comicalités est ainsi placée dans les catégories « Représentations », dans laquelle on peut tout au plus la rapprocher de la revue Strenae qui s’intéresse à la littérature de jeunesse, et « Études visuelles » dans laquelle on ne lui trouve pas vraiment d’équivalent (une belle revue comme Études photographiques n’abordant par exemple nullement les terrains du graphisme ou du dessin). On retrouve également semblable isolement au sein du Directory of Open Access Journal puisqu’une recherche sur le terme « comics » pointe seulement deux revues : Comicalités et ImageText.

La chose est d’importance et semble montrer que les recherches sur la bande dessinée et plus largement le graphisme occupent une position marginale : elles sont reconnues, acceptées par la communauté scientifique, mais le risque est grand qu’elles soient également considérées comme un « micro-champ » du savoir qui serait l’affaire de quelques spécialistes et au sein duquel des chercheurs pourraient s’inscrire de façon occasionnelle. Il nous revient donc de démontrer que les publications de Comicalités peuvent être structurantes, informer d’autres domaines de la pensée et participer de l’effort scientifique en son entier. Pour ce faire, il nous semble que se présentent deux solutions.

  1.  Mettre en évidence la richesse et la vitalité des recherches sur la bande dessinée et le graphisme en exposant publiquement l’ensemble des problématiques et des domaines qu’elles sont susceptibles d’embrasser.
  2. Montrer que ces recherches rencontrent un réel écho au sein de la communauté scientifique et qu’elles s’appuient sur des problématiques partagées par de nombreux chercheurs en France et à l’étranger.

C’est afin de mener à bien ces deux objectifs que nous avons choisis de nous engager dans un projet lancé par la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image : né d’une idée de Thierry Smolderen, encadré par Gilles Ciment (directeur de la Cité), Catherine Ferreyrole (directrice de sa bibliothèque), Catherine Ternaux (centre de documentation) et moi-même, et développé par Élodie Arroyo, celui-ci prendra la forme d’un portail documentaire. Placé au sein de la rubrique « recherche » de neuviemeart 2.0, ce dispositif fonctionnera comme un agrégateur et constituera notamment un point de rencontre entre les publications scientifiques s’intéressant à la bande dessinée de par le monde. Doté d’un forum où seront discutés intuitions, méthodes ou corpus, nous espérons qu’il contribuera à rompre un isolement et à fortifier l’existence d’une communauté scientifique.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La numérisation des archives de la bande dessinée – 2

La numérisation des archives de la bande dessinée, que j’évoquais déjà dans un précédent billet, se poursuit, toujours sous l’égide de la Cité internationale de la bande dessinée. Cette fois-ci, pas moins de trois titres sont lancés dans leur version numérisée, des titres assez différents en termes de dates ou d’importance. Tout d’abord, Le Pierrot :

Le journal Le Pierrot fut publié en 47 numéros du 06 juillet 1888 au 20 mars 1891. Hebdomadaire paraissant le vendredi, il comportait 4 pages en noir et blanc. Son directeur de publication était A. Willette et son rédacteur en chef E. Goudeau. Publiant essentiellement des dessins politiques et humoristiques en lien avec l’actualité de l’époque, elle fut fondée et imprimée par A Willette lui-même.

Ensuite, l’American illustré, qui n’a été publié que pendant 40 numéros en 1907. Pour autant, on aurait tort de sous-estimer son influence et son rôle dans l’imprégnation par la bande dessinée française de thèmes et traits stylistiques empruntés aux USA, comme le rappelle la notice de la CIBDI :

Le journal American Illustré fut publié en 40 numéros du 29 juin 1907 au 28 mars 1908 par la Librairie Mondiale. Hebdomadaire, ce journal était composé de 16 pages illustrées grand format, dont 8 en couleur. Il accordait une place importante aux histoires en images par des auteurs français, aux pseudonymes américains. On retrouve ainsi dans ses pages des auteurs tels que : Nay, Jean d’Aurian, Hémard, Marcel Capy, Lajarrige, Moriss, Forton, Depaquit et des séries telles que Jim Pattarson, inventeur par Pierre Falké, Les aventures de Séraphin Laricot par Forton, Thomas Picook, détective par Thomen ou l’Histoire de France Humoristique par Sellier. De nombreuses histoires furent inspirées par des thèmes américains tels que cow-boys et indiens, business-men, touristes américains à Paris mais furent réalisés par des auteurs français.

Enfin, Lisette, dont la Cité met en ligne les numéros publiés jusqu’en 1940. Sur ce point, on aimerait comprendre pourquoi la Cité ne poursuit pas la numérisation jusqu’en 1942, date de la suspension de la publication, suite aux difficultés liées à la guerre. Peut-être faut-il comprendre que les numéros publiés pendant la guerre ont été mal conservés, et qu’ils n’ont pu être numérisés, puisque la notice indique par ailleurs des numéros lacunaires, en raison de la fragilité des exemplaires conservés à Angoulême. On regrettera également, sur ce point, que la Cité n’indique pas clairement la part que représentent ces lacunes, et les numéros précis concernés : il semblerait a priori facilement envisageable de compléter ces lacunes par des dons ou prêts d’exemplaires issus d’autres collections…

Au total, trois journaux, et surtout trois périodes différentes de la bande dessinée. Le Journal de Pierrot s’inscrit clairement dans cette phase où la bande dessinée est encore largement une extension de la caricature, dont on ne la distingue pas clairement à l’époque. Americain illustré s’inscrit dans un tout autre contexte, et paraît à une époque où la bande dessinée est nettement plus formalisée et perçue en tant que telle. Enfin, Lisette, qui apparaît dans l’entre-deux-guerres, naît dans un contexte médiatique encore différent, marqué par la féroce concurrence que se livrent les illustrés pour enfants. Lisette va par ailleurs, comme les autres journaux des éditions Montsouris (Guignol, 1919-1936 et Pierrot, 1925-1942, à ne pas confondre bien entendu avec Le Pierrot version XIXe siècle) constituer une des voies de l’acclimatation en France de la bande dessinée américaine et de la bulle, notamment par la publication dans Lisette de Little Annie Rooney.

LittleAnnie_Lisette_7janv1934

Pour faciliter ces recherches, chaque numéro est préalablement décrit par une série de mots-clés, qui fournissent une première approche du contenu. On ne peut que souhaiter avec impatience les travaux de recherche que cette numérisation ne manquera de susciter. Et attendre la numérisation d’autres titres !

Références bibliographiques :

Le Pierrot. URL : http://collections.citebd.org/pierrot/

L’Américain illustré. URL : http://collections.citebd.org/american/

Lisette. URL : http://collections.citebd.org/lisette/www/