Comicalités : nouvelles publications

En ce mois de septembre, Comicalités reprend ses activités en publiant deux articles qui, nous l’espérons, mettent en évidence la richesse de la culture graphique en s’interrogeant sur la portée de deux parti-pris éditoriaux. Si le premier entend proposer une lecture de l’histoire de la bande dessinée à travers la reproduction d’un ensemble de cases, le second nous invite à nous interroger par le choix d’un lettrage sur le « geste » qui est au fondement de création de bandes dessinées (résumés plus bas).

– « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante » d’Erwin Dejasse.

– « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel » de Laurent Gerbier.

Ces articles s’inscrivent dans le cadre de notre rubrique « Éclectiques » ainsi que de notre thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et nous entamerons avant Noël la publication des premiers articles de « Représenter l’auteur de bandes dessinées ». Nous rappelons à nos lecteurs que ces Carnets sont à leur disposition pour publier leurs réflexions à propos de ces publications ou tout esquisse d’article destiné à Comicalités.

 

Benoît Berthou

Université Paris 13

Directeur de Comicalités. Etudes de culture graphique

——————————————————————

 

Erwin Dejasse, « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante »

 

Entre 2006 et 2007, L’Association a publié les trois numéros de la revue L’Éprouvette. Ceux-ci sont notamment illustrés par trente-quatre hors-texte présentant des fragments de cases fortement agrandies. En les confrontant avec des réalisations comparables (l’exposition Bande dessinée et Figuration narrative, la rubrique « Cases mémorable » dans Les Cahiers de la bande dessinée), cet article s’interroge sur ce qu’implique la reproduction de fragments. Il tente aussi de déterminer le rôle joué par ces images au sein de la revue et les liens qu’elles entretiennent avec le reste du contenu. Enfin, toujours en les mettant en perspective avec les réalisations évoquées plus haut, il analyse dans quelle mesure ces images esquissent les contours d’une certaine histoire de la bande dessinée.

Laurent Gerbier, « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel »

Comment se fait-il que le lettrage mécanique utilisé dans certaines bandes dessinées, et tout particulièrement dans les traductions, donne parfois l’impression d’être si mal adapté au dessin ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut revenir à l’unité fondamentale du tracé de la lettre et du trait du dessin : en examinant cette unité non seulement dans la pratique des dessinateurs, mais aussi dans les rencontres du trait et de la lettre dans les manuscrits enluminés du Moyen Âge, on essaiera de montrer que le dessin et le lettrage de la bande dessinée sont liés par une contemporanéité qui est celle de la trace. Parce qu’une main les forme, ces traits constituent des vestiges de geste, dans lesquels se joue la temporalité particulière des iconotextes. Le lettrage mécanique, utilisé sans précaution et sans finesse, écrase cette temporalité subtile, qui révèle la solidarité du texte et de l’image dans la bande dessinée.

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le translucide : entre transparence et lucidité

La revue électronique Post-Scriptum lance un appel à communication intitulé « Le translucide : entre transparence et lucidité ». Cette proposition nous invite à réfléchir à une notion présentée comme « le lieu d’une tension entre transparence et opacité. C’est ce qui, malgré sa matérialité, ne compromet pas l’essentiel du sens, de la signification ; qui ne déforme pas l’original. » Parmi les pistes indiquées, la bande dessinée n’est pas mentionnée (fainéants !), et cela nous semble d’autant plus regrettable que la notion de « translucide » nous semble constituer un véritable enjeu sur le plan esthétique. Toute une partie du neuvième art semble en effet vouloir s’en écarter, comme le montre Thierry Groensteen dans Asterix, Barbarella et Cie : « L’une des premières qualités du dessin hergéen est sa parfaite lisibilité, son apparente simplicité. Cette transparence nous ferait presque oublier qu’Hergé dessine » (Somogy, 2000, p. 56). A l’inverse, d’autres modes de création semblent s’en réclamer, à l’instar de  celui d’un Alberto Breccia qui n’a de cesse (dans Les Mythes de Cthulhu) de faire subir tous les outrages à la page (salissure, entailles, humidification…) pour aboutir à un résultat on ne peut plus monstrueux, ou encore d’un Hugo Pratt dont les aquarelles (rééditées en 1996 par Casterman) développent une véritable poétique du translucide qu’il s’agira d’analyser avant le 15 juin prochain.

Post-Scriptum

Revue électronique interdisciplinaire en textes et médias.

Département de littérature comparée Université de Montréal

Numéro 14 – Automne 2011

Le translucide : entre transparence et lucidité


Post-Scriptum invite tous les étudiants/es de deuxième et troisième cycles universitaires à réfléchir sur les rapports entre transparence et lucidité, ceux-ci appréhendés à travers leur forme téléscopée : le translucide. Le translucide est à penser comme un intervalle : le lieu d’une tension entre transparence et opacité. C’est ce qui, malgré sa matérialité, ne compromet pas l’essentiel du sens, de la signification ; qui ne déforme pas l’original. Le translucide rend manifeste la médiation alors que le dispositif qu’il sous-tend se distingue de la transparence qui occulte le rapport à la matière.

Si le transparent répond d’un désir d’appréhension immédiate et authentique de l’objet, il appelle aussi une certaine lucidité qui paraît problématique. Car cette lucidité, comprise comme clairvoyance, peut être considérée autant comme révélation mystique que comme élucidation rationnelle. La parfaite translucidité est-elle utopique ou réelle ? Celle-ci est-elle à penser comme absence de médiation ou comme monstration de la médiation ? Est-ce que la reconnaissance de l’entre-deux compromet le savoir ou le permet ?

Le comité de rédaction de Post-Scriptum invite les collaborateurs de toutes les disciplines à penser le translucide dans les champs d’études suivants :

  • La transparence médiatique et politique, wikileaks et l’information publique.
  • Clarté, objectivité et lucidité en philosophie.
  • L’effacement du médium comme idéologie de la technologie ; la réalité virtuelle, la transparence et l’hypermédialité.
  • L’inframince, tel que conceptualisé par Marcel Duchamp, la matérialité de l’interstice ou de la strate en art moderne et contemporain.
  • L’honnêteté intellectuelle et ses implications éthiques.
  • Transparence et matérialité du langage en littérature et en poésie.
  • Le poreux des frontières linguistiques, identitaires, géographiques, idéologiques.
  • Un état de la matière entre le visible et l’invisible : le visqueux, le laiteux, le halo et l’aura.

Les collaborateurs sont invités à soumettre leurs propositions d’articles de 250-300 mots avant le 15 juin 2011 à l’adresse post.scriptum.org@gmail.com.

Url de référence :
http://www.post-scriptum.org/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La surface instable

L’équipe « Littératures » du laboratoire Langage, Littérature et Sociétés de l’Université de Savoie à Chambéry lance un appel à communication intitulé : « La surface instable ». Conçu dans l’optique d’une rencontre les 14 et 15 octobre 2011, cette proposition entend initier une « réflexion sur la surface » afin d’obtenir « sa réhabilitation comme espace signifiant », ambition qui est susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant la bande dessinée. Même si cette dimension est rarement traitée dans les essais portant sur le neuvième art, force est en effet de constater que la surface peut participer d’un véritable dispositif esthétique à l’instar de celui que met en place un Alberto Breccia représentant, dans Les Mythes de Cthulhu (Rackham), un monstre en usant de ratures, lacérations, surcharges et de toutes sortes de procédés altérant la surface de la planche. Proposant d’aborder « la surface dans son instabilité, de nous engager dans un parcours toujours horizontal mais indécis, de considérer les espaces mouvants, trompeurs, les paysages fluctuants comme les déserts, les océans », le présent appel à communication nous entraîne vers d’autres pistes. Il serait ainsi sans doute intéressant de s’intéresser à la « couleur directe », procédé prenant le contre-pied de l’encrage et instituant effectivement une forme d’instabilité comme dans le travail de Denis Deprez : la mer de Frankenstein ou de Moby Dick semble ainsi pouvoir se prêter à toutes sortes de configurations, comme d’ailleurs la figure du monstre de Mary Shelley qui n’est pas sans rappeler la série des Otages de Fautrier. La date limite est fixée au 30 avril et nous reproduisons ci-dessous cet intéressant appel à communication.

La Surface instable
14 et 15 octobre 2011

Dans le cadre de ses recherches entreprises sur la surface, l’équipe Littératures du laboratoire LLS de l’Université de Savoie à Chambéry organise une quatrième rencontre les 14 et 15 octobre 2011.
A l’origine de la réflexion sur la surface était sa réhabilitation comme espace signifiant, réflexion poursuivie autour des jeux qui créent ou déconstruisent le sens à la surface de l’oeuvre littéraire, picturale, cinématographique ou photographique. Lors de la troisième rencontre, notre attention s’est portée sur les accidents, les altérations de la surface, c’est-à-dire la violence exercée sur une surface au point de l’abîmer, de la défigurer, et de la constituer en lieu de crise, cristallisant angoisse ou obsession dans la représentation.
Nous proposons cette fois d’aborder la surface dans son instabilité, de nous engager dans un parcours toujours horizontal mais indécis, de considérer les espaces mouvants, trompeurs, les paysages fluctuants comme les déserts, les océans.
On pourra penser en littérature à des surfaces comme celles présentées par Virginia Woolf, qui mentionne, dans son essai «Modern Fiction», «la pluie d’atomes évanescents» génératrice de sensations instables et incohérentes qui ruissellent sur la surface de l’être.
La surface vient alors déstabiliser les sens, parfois jusqu’au vertige, à la nausée, à la chute. En peinture, David Batchelor dans Chromophobia, une réflexion sur le rejet de la couleur dans la culture occidentale, évoque ainsi l’instabilité dérangeante apportée dans une oeuvre par la couleur, la chute dans la couleur. Nous nous intéresserons à ces surfaces où l’ancrage, voire l’encrage, est impossible (sand-painting des Navajos, art éphémère, films caméra à l’épaule tel Breaking the Waves de Lars Von Trier).
L’instabilité est également celle du sens, un sens fluctuant ou indécidable à la lecture d’ouvrages hybrides comme les livres texte et images ou d’oeuvres à plusieurs entrées, où la surface est sujette à de multiples défigurations et reconfigurations. Certains effets de palimpseste peuvent aussi contribuer à cette indécidabilité du sens, en ce qu’ils troublent la surface d’un texte remué par la rémanence du passé.
La surface est donc source de questionnement. Instable, elle génère l’instabilité chez son récepteur. Quelle stratégie sera celle du lecteur ou spectateur, s’abandonner au vertige ou se lancer dans un arpentage à la recherche de sens et de stabilité ?

Les propositions sont à communiquer avant le 30 avril 2011 à : Catherine.Brun@univ-savoie.fr

Responsable : M. Maigron et A.-L. Perotto

Url de référence :
http://www.lls.univ-savoie.fr//index.php?dossier_nav=1164

Adresse : Université de Savoie-Laboratoire LLS-Maryline Maigron-BP 1104-73011 CHAMBERY CEDEX

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts