Raconter à l’ère numérique : un contexte de convergence

Aspirant à répondre à notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique » ou impatient d’en lire le résultat, voici le deuxième d’une série de billets destinés à accompagner vos réflexions sur le sujet…

Le récit est confronté aujourd’hui à une vaste pluralité médiatique. Parallèlement, nous avons progressivement développé une large variété de formes de discours non narratives pour transmettre les valeurs et les savoirs dans nos sociétés contemporaines. Mais l’ère numérique place le récit dans une situation plus problématique encore. Avec Internet, la grande variété de média que le porteur d’une histoire pouvait solliciter pour formuler son récit, tout comme les différentes formes de discours qui concurrençaient déjà le récit, convergent sur les mêmes écrans de l’hypermédia numérique. Dans ce contexte nouveau, non seulement le récit ne va pas de soi, mais il est en plus appelé à se réinventer à travers la rencontre sur les écrans de médias dont les langages évoluaient jusque là dans des espaces bien distincts.

Jean Clément juge que le récit sur support numérique est appelé à trouver son propre mode d’écriture. Mais il reconnaît que l’inspiration des formes d’écritures antérieures est nécessaire pour y parvenir (Clément, 2000) :

Au cours des siècles passés, chaque changement matériel des supports narratifs a entraîné d’importantes modifications dans l’art de raconter des histoires. Ces modifications se sont faites progressivement, les créateurs cherchant au début de chaque nouvelle étape à reproduire les modèles de l’époque précédente avant d’explorer les possibilités narratives du support émergent. Les chansons de gestes du moyen âge transposent la littérature orale antérieure, le roman moderne, né de l’invention du livre, met près d’un siècle à s’imposer aux côtés de l’épopée ou des fabliaux, le cinéma dans ses débuts reproduit la scène théâtrale, etc.. Nous ne sommes entrés dans l’ère du numérique que très récemment. Il n’est donc pas surprenant que les oeuvres multimédias qui apparaissent aujourd’hui cherchent encore un mode d’écriture qui leur soit propre. Du point de vue de la narration, en particulier, tout reste encore à inventer.

Devant cette situation exceptionnelle et face à la tentation d’adopter une démarche prospective et de se poser en visionnaire, Lev Manovitch préfère « construire une généalogie […] du langage des médias informatiques au moment même de leur apparition ; c’est à dire lorsque les éléments de formes culturelles antérieures qui les avaient façonnés étaient encore nettement visibles et reconnaissables en eux, ne s’étant pas encore fondus en un langage cohérent. » (Manovitch, 2001). C’est le programme qu’il suit, s’appuyant sur son expertise du langage cinématographique. Se défendant de se livrer à la « spéculation sur l’avenir », Lev Manovitch ne s’inscrit pas moins dans l’une des quatre hypothèses prospectives formulées par Paul Soriano pour envisager la résultante des rencontres entre les différents médias diffusés sur les supports numériques (Soriano, 2007) : l’hybridation, plutôt que la substitution, la simulation ou la cohabitation.

Décrivant ce qu’il identifie comme une culture de convergence (convergence culture) Henri Jenkins privilégie plutôt l’hypothèse de la cohabitation en défendant le récit transmédia (transmedia storytelling) : une nouvelle forme narrative qui repose sur la mise en réseaux de divers média, traversés par un récit-monde dont chaque média ne délivre qu’un fragment, dans son propre langage (Jenkins, 2006).

Quelle que soit la forme du récit néo-médiatique, il doit aussi composer avec la concurrence des autres formes de discours. Valérie Baudouin identifie deux pôles traditionnellement distincts et qui convergent aujourd’hui sur les supports numériques : la publication et la conversation (Beaudouin, 2002). L’indistinction grandissante entre la publication et la conversation plaide pour le retour à une forme de communication plus proche de l’oralité que de ce à quoi la culture de l’imprimé nous avait habitué. C’est ce retour à une forme d’oralité qui m’a conduit à proposer le concept de conte multimédia pour désigner les récits ludiques étudiés à l’occasion de mon mémoire de maitrise – par opposition aux jeux vidéos proprement dit (Falgas, 2004).

A suivre : la question des usages et le cas de la bande dessinée…

Lorsque je parle de « raconter à l’ère numérique », tout comme les auteurs de Communiquer à l’ère numérique (Granjeon et Denouël, 2011) je pose la question des usages. Face au contexte proposé par l’ère numérique, j’oriente mon approche du récit en m’interrogeant sur ce que l’ère numérique implique pour les usages de production et de réception des récits, c’est à dire pour l’action de raconter.

Le troisième billet de cette série reviendra aux origines de la bande dessinée pour montrer les similitudes frappantes qui les rapprochent de l’ère numérique qui nous occupe ici.

Références citées

  • Beaudouin V., 2002, « De la publication a la conversation », Réseaux, 116(6), pp. 201–225.
  • Clément J., 2000, « Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace », Adresse : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr/.
  • Falgas J., 2004, Toile Ludique, vers un Conte Multimédia | v1.0, Mémoire de maîtrise d’Arts Plastiques, Metz, Université de Metz. Adresse : http://julien.falgas.fr/post/2004/09/22/1300-toile-ludique-vers-un-conte-multimedia-v10.
  • Granjon F., Denouël J., 2011, Communiquer à l’ère numérique : regards croisés  sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’école des mines.
  • Jenkins H., 2006, Convergence culture: where old and new media collide, New York, New York University Press.
  • Manovitch L., 2010, Le langage des nouveaux médias, trad. de l’anglais par R. Crevier, Dijon, les Presses du réel.

Julien Falgas

Formé aux arts plastiques et aux contenus web, je suis un observateur et un acteur assidu de l'évolution de la bande dessinée numérique. Webmestre pour l'Université de Lorraine, j'assure des enseignements devant des étudiants en Sciences de l'information et de la communication. Depuis 2011, je prépare une thèse consacrée aux usages des dispositifs de publication numérique par les auteurs et les publics de bande dessinée.

More Posts - Website

Ecrire l’histoire de la bande dessinée numérique

Après deux ans d’observation attentive des évolutions de la bande dessinée numérique sur mon blog Phylacterium, le moment était venu d’en rédiger une synthèse qui serve de première pierre à l’édifice encore à bâtir de l’histoire de la bande dessinée numérique. Le récent appel à contribution pour Comicalités lancé par Julien Falgas et Anthony Rageul ici-même en est un excellent moyen. A partir du dimanche 29 avril, et à raison d’un épisode toutes les deux semaines, la revue en ligne neuvième art 2.0 hébergée sur le site de la Cité de la bande dessinée va diffuser une « histoire de la bande dessinée numérique » en cinq épisodes. Un panorama qui commence aux premières tentatives de bande dessinée sur CD-Rom au milieu des années 1990, jusqu’à la période de constitution d’un marché éditorial que nous vivons actuellement, en passant par le phénomène des blogs bd en 2005. L’axe problématique principal que j’ai choisi pour analyser les oeuvres et les évolutions en cours est celui des relations entre la bande dessinée numérique et son aînée papier, axe pertinent dans le contexte d’une période de transition et de cohabitation.

L’objectif de ce panorama historique est double. D’une part, il s’agit de mettre à la disposition d’un public varié (auteurs, chercheurs, journalistes, bibliothécaires, éditeurs, amateurs…) des données exhaustives sur la chronologie de la bande dessinée numérique (utilement mise en image par Julien Falgas dans une exposition virtuelle sur Facebook) et les directions les plus évidentes de son évolution ; des repères pour toute personne s’intéressant, personnellement ou professionnellement, à la bande dessinée numérique et voulant vérifier tel ou tel fait, telle ou telle donnée, telle ou telle date. Je fais la synthèse de nombreuses études menées depuis le début des années 2000, rassemblant en un seul endroit des données éparpillées sur Internet et dans les bibliothèques. L’utilité d’un texte de référence me semble d’autant plus évidente que les confusions sont grandes, en particulier à l’heure où le devant de la scène est parfois occupé par des faiseurs de bande dessinée numérisée, et non par une bande dessinée numérique de création qui existe pourtant depuis plus de dix ans. Je souhaite également rétablir quelques exactitudes et éviter les imprécisions qui confondent bande dessinée en ligne et bande dessinée numérique, qui ne voient que la bande dessinée numérisée, qui pensent que la bande dessinée numérique est née avec les blogs bd, ou qui limitent la bande dessinée numérique à un espace de création amateur, gratuit et expérimental. De nombreuses structures sont apparues, certaines ont disparues, mais le paysage qui se dessine entre 1996 et 2012 est bien plus varié qu’on ne pourrait le croire. La méthode historique me permet de livrer un travail qui ne se limite pas à un émerveillement béat face à l’avenir de la bande dessinée, mais qui analyse concrètement les oeuvres, les auteurs et les structures de production, et met au jour le véritable degré d’autonomie de la bande dessinée numérique par rapport à la bande dessinée papier.

D’autre part, le second objectif, à mes yeux plus important que le premier, est d’encourager les réflexions historiques sur la bande dessinée numérique, d’où qu’elles viennent ; journalistes, critiques, étudiants, chercheurs sont invités à prendre mon relai (certains ont déjà commencé), par exemple en répondant à l’appel à communication cité plus haut. Ces réflexions sont indispensables, ne serait-ce que parce que beaucoup des oeuvres sont en train de disparaître dans les limbes d’Internet (Foolstrip, Noomz, les premiers blogs bd sur 20six), et que Internet Archive a été pour moi un allié de poids. Tant que cela est possible, il faut garder un témoignage de ce qu’était la bande dessinée numérique à ses débuts faute de pouvoir le faire dans dix ans. Mon Histoire de la bande dessinée numérique se veut certes un texte de référence, mais il ne suffit pas : il faut poursuivre la réflexion sur de nombreux points encore en suspens que mes limites méthodologiques m’ont empêcher de creuser. Il y aurait encore beaucoup à dire du phénomène des blogs bd pour évaluer son impact global sur la bande dessinée. Les oeuvres des premiers temps mériteraient un examen plus approfondi que je ne le fais, car leur degré d’innovation est souvent exceptionnel et pourrait servir d’exemple aux créateurs à venir. L’analyse économique des structures de diffusion est un travail de longue haleine qui ne peut se résumer à un balancement entre le gratuit et le payant. Parce que ce n’est qu’un manuel introductif, mon texte se limite à l’exposition de grands axes de réflexion et appelle à d’autres analyses plus détaillées, potentiellement contradictoires. Il est destiné à être complété, discuté, critiqué, amendé, et toutes remarques et critiques constructives sont les bienvenues, qu’elles prennent la forme d’un mail à l’auteur (mrpetch@orange.fr), de la publication d’un autre texte, ou de commentaires sur le blog Phylacterium, sur lequel je tiendrais dans les semaines à venir un making-of à épisodes pour expliquer certains choix et ouvrir encore d’autres pistes. Je ne prétends ni à l’exactitude absolue, ni à l’objectivité idéale. Enfin, il m’est impensable de ne pas remercier les quelques personnes qui m’ont aidé, à des degrés divers, dans la réalisation de ce travail : Gilles Ciment, Julien Falgas, Phiip, Jean-Paul Jennequin, Anthony Rageul, Fred Boot, Benoît Berthou, Antoine Torrens et Jacques Sauteron.

Mon principal espoir en proposant ce texte en pâture aux internautes est que, dans quelques années, la connaissance sur l’histoire de la bande dessinée numérique ait si bien avancée qu’il paraisse terriblement obsolète !

Raconter à l’ère numérique

  Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? », « Représenter l’auteur de bande dessinée » et « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » (pour lesquels nous pouvons toujours recevoir des propositions), Comicalités. Etudes de culture graphique publie son quatrième appel à communication : la thématique « Raconter à l’ère numérique » est confiée à Julien Falgas et Anthony Rageul.

 

Raconter à l’ère numérique

« Espèce narrative […] à dominante visuelle » (Groensteen, 2011), on considère généralement que la bande dessinée a pour vocation principale de raconter. « Faire le récit de » (Petit Larousse Illustré, 2000). Où il y a récit, on suppose un ordonnancement, un déroulé des événements, un début, un milieu, une fin. On suppose un (ra)conteur, un narrateur, qui guide le lecteur. Moyennant une certaine latitude dans ses marges (bande dessinée abstraite, poétique, expérimentale), ces assertions et définitions sont justes et vérifiées dans toute l’histoire de la bande dessinée, c’est-à-dire quelle que soit sa place dans la société ou dans l’art, quel que soit son modèle esthétique, économique, quel que soit son support ou mode de diffusion.

Depuis 25 ans, la bande dessinée a, à l’instar d’autres médias, été absorbée dans l’espace numérique. Déjà présente sur les premiers réseaux ancêtres de l’Internet moderne, puis sur CD-rom, les années 2000 voient l’explosion du blog-bd, du webcomic et autre formes de bandes dessinées en ligne de même que le développement de nouveaux supports pour sa diffusion et sa lecture (de l’écran de l’ordinateur à la tablette, au smartphone ou à la liseuse).

Le secteur professionnel de la bande dessinée, comme d’ailleurs toutes les autres industries culturelles, est animé depuis quelques années de vifs débats quant aux modèles économiques et au droit d’auteur. On peut, à la suite de Magali Boudissa, questionner « les limites ontologiques dans lesquelles la narration peut se développer sur support numérique, sans basculer dans une forme hybride de récit hypermédiatique » (Boudissa M., 2010). Mais, plus qu’un changement de support ou de vecteur de diffusion, nous assistons probablement à une évolution de nos pratiques de réception et de production de récits par-delà la bande dessinée. Pour Smolderen, le passage du livre au périodique puis au quotidien autour de 1900 déterminent la genèse du langage de la bande dessinée moderne (Smolderen, 2009). L’appropriation de nouveaux supports et de nouveaux vecteurs de diffusion à des fins narratives a engendré la bande dessinée telle que nous la connaissons. C’est pourquoi, plutôt que de questionner le devenir de la bande dessinée, nous souhaitons interroger ce que signifie raconter à l’ère numérique.

Cette question engendre de très nombreuses pistes de travail, le terrain de la recherche à ce sujet étant largement à l’état de friche. Voici une première série de propositions dont la liste n’est pas exhaustive.

  • Pour commencer, l’histoire de la bande dessinée numérique reste encore à écrire, et ce pour ses trois pôles géographiques principaux (USA, Asie, francophonie). Ses oeuvres sont à recenser, à analyser, à critiquer. Considérée comme objet esthétique, la bande dessinée numérique invite à observer comment elle s’inscrit dans l’histoire de l’art, comment s’y manifestent ou non les enjeux de l’art contemporain à l’orée du XXIème siècle, comment elle fait ou non écho aux autres arts numériques.
  • En tant que média, on pourra se demander quels sont les atouts et les limites de l’héritage de la bande dessinée pour aller au-delà du papier. Quelles sont les spécificités du récit sur écrans connectés ? Y a-t-il une « plus-value » sémantique et surtout comment s’exprime-t-elle ? Les technologies reconfigurent-elles le “système de la bande dessinée” (Groensteen T., 1999) et comment ? Numérique est-il synonyme de multimédia, d’interactif, de connecté ? Enfin, comme l’observe Jean Clément : « Au cours des siècles passés, chaque changement matériel des supports narratifs a entraîné d’importantes modifications dans l’art de raconter des histoires. (…) Nous ne sommes entrés dans l’ère du numérique que très récemment. Il n’est donc pas surprenant que les oeuvres multimédias qui apparaissent aujourd’hui cherchent encore un mode d’écriture qui leur soit propre. » (Clément J., 2000). Si la bande dessinée joue un rôle indéniable dans l’émergence d’un mode d’écriture propre à l’ère numérique, il semble bon d’observer les réponse qu’apportent les héritiers d’autres traditions narratives. Par exemple on pourra interroger des formes telles que le récit transmédia ou se tourner vers les théories déjà bien étoffées des arts et de la littérature numérique.
  • Avec ces nouvelles formes de récit, c’est la place même du récit dans nos sociétés contemporaines qui est questionnée. Quels sont les usages des auteurs et des lecteurs ? Pourquoi raconter ou lire des histoires sur écrans connectés ? Raconter pour et par ces outils est-il un métier d’auteur ou de technicien ? Un travail solitaire ou un travail d’équipe ? Ou se placent les savoirs-faire traditionnels (auteur, éditeur, dessinateur, producteur…) ? Quels métiers sont à inventer, quelles collaborations à envisager ?
  • Enfin, on pourra interroger le marché émergent en terme de modèle économique ou de pratiques éditoriales, mais aussi en se demandant dans quelle mesure ces évolutions relèvent ou non de réelles innovations. Quelles sont les limites des nouveaux supports ? Le “lire numérique” a-t-il besoin du livre numérique ? Au-delà du portage du papier au numérique, qu’est-ce qui fait changer la nature ou le régime du récit ?

Nous invitons les chercheurs à nous soumettre deux documents :

  • Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.
  • Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes avant le 10 juillet prochain.

Julien Falgas et Anthony Rageul, responsables de la « thématique »

julien.falgas@gmail.com

anthony.rageul@yahoo.fr

Benoît Berthou, directeur de Comicalités.

benoit.berthou@univ-paris13.fr

Références citées

•                Boudissa M., 2010, La Bande dessinée, entre la page et l’écran : Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique., Thèse en esthétique, sciences et technologie des arts, Université Paris VIII.

•                Clément J., 2000, Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace, [En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr/].

•                Groensteen, T., 1999, Système de la bande dessinée, Paris, PUF.

•                Groensteen, T., 2011, Bande dessinée et narration – Système de la bande dessinée 2, Paris, PUF, p.89.

•                Petit Larousse Illustré, 2000, Paris, Larousse/HER.

Smolderen, T., Naissances de la bande dessinée: de William Hogarth à Winsor McCay, Bruxelles, les Impressions nouvelles, 2009, 144 p.

Url de référence : http://comicalites.revues.org/

Adresse :
Comicalités
À l’attention de Benoît Berthou
Université Paris 13
UFR de Sciences de la communication
99 avenue Jean-Baptiste Clément
93430 VilletaneuseFrance

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Du livre à l’audiovisuel : le cas de la bande dessinée

Le Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication (LABSIC) de l’université Paris 13 lance un appel à projet pour un contrat doctoral fléché (et dons indemnisé) intitulé « Du livre à l’audiovisuel : les cas de la bande dessinée ». La date limite de candidature est fixée au 30 mai prochain et nous reproduisons ci-dessous la présentation de cette proposition.

Appel à projets pour contrat doctoral fléché

Le LabSIC, Université Paris 13-Nord, laboratoire de l’Ecole Doctorale Erasme, propose un contrat doctoral fléché sur la thématique suivante :

Du livre à l’audiovisuel : le cas de la bande dessinée

1.Présentation de la thématique

Cette thématique s’inscrit dans l’étude de convergences médiatiques sensibles dans le champ des industries culturelles en général et dans le champ éditorial en particulier, par exemple, à travers le développement de l’activité de licensing (à l’instar de Médiatoon au sein du groupe Média Participation), ou à travers des activités de distribution numérique permettant un « portage » sur de nouveaux supports de lecture (comme Ave Comics adaptant des bandes dessinées pour lecture sur smartphone ou « tablettes ») ou encore à travers l’intégration d’activités visant à conforter une stratégie industrielle (tel le rachat de Marvel par Disney en 2009).

Il s’agira d’appréhender ces phénomènes, instruments du devenir d’un mode d’expression, la bande dessinée, qui permet de mettre en évidence ses aspects les plus originaux. La recherche devra non seulement appréhender les convergences médiatiques au regard de la construction d’une fiction (comme le propose par exemple Les Fictions hypermédiatiques de Renée Bourassa ou un numéro de la revue Strenae consacré aux « formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse »), mobilisant découpage en « cases » et instauration d’un rythme par le moyen du dessin.

Le ou la doctorante sera invité(e) à situer ses travaux à ce niveau pour interroger le devenir d’un dispositif graphique et se saisir de sujets tels que :

–          la transformation esthétique de produits culturels pour des impératifs techniques et économiques,

–          la modification d’un schéma narratif et des conditions de réception de bandes dessinées numériques adoptant un mode de défilement automatique d’images fixes,

–          la rencontre entre univers graphiques et dispositifs ludiques dans de nombreux jeux vidéo,

–          les  adaptations aux différents marchés nationaux dans lesquels ces œuvres (qui ont vocation internationale) sont diffusées

Ces axes de réflexion s’inscrivent au cœur des recherches portant sur les industries culturelles et ont par exemple donné lieu à des travaux internationalement reconnus (tels le Convergence culture d’Henry Jenkins ou encore A theory of adaptation de Linda Hutcheon) entendant interroger le devenir d’œuvres prises en charge par plusieurs dispositifs médiatiques. En raison de leur objet même, ils peuvent conduire à adopter une approche pluridisciplinaire.

Ces axes de recherches sont également cruciaux vis-à-vis LABEX Industries Culturelles et création artistique : numérique et Internet dont le LabSIC est porteur.

Mots clés : bande dessinée, graphisme, cinéma d’animation, jeu vidéo, récit, numérique, série télévisée, convergence, crossmedia, intermédialité, industrie culturelle

2.Domaines scientifiques

Ce thème de recherche se propose d’articuler une approche esthétique et communicationnelle afin de mieux cerner un processus immanent aux industries culturelles et médiatiques. Il suppose donc une solide connaissance de l’histoire de la bande dessinée et de l’art graphique, une compréhension de son processus de création et de ses modes de production sur différents supports ainsi qu’une familiarité avec son devenir au sein de divers environnements médiatiques.

3. Conditions requises :

–          Etre titulaire d’un Master 2 (ou d’un diplôme français ou étranger équivalent) faisant une place importante à l’étude des productions graphiques et des structures narratives propres à la bande dessinée.

–          Avoir obtenu ce diplôme en dehors de l’université Paris 13

–          Ne jamais avoir été inscrit en doctorat dans aucune université

Documents à fournir :

–          Une fiche de renseignements (disponible à l’adresse : http://www.univ-paris13.fr/ecole-doctorale-erasme/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=27&Itemid=52)

–          Un C.V . développé

–          Un projet de thèse (10 pages maximum)

–          Le dossier d’inscription en thèse signé par le(s) directeur(s) de thèse et le directeur du laboratoire, accompagné des documents demandés

Calendrier :

Les dossiers de candidature doivent parvenir avant le 30 mai 2012 à l’adresse suivante :

LabSIC /UFR Communication

Monsieur le Directeur

Université Paris 13

99, avenue Jean-Baptiste Clément

93430 Villetaneuse

Pour les candidats présélectionnés, les auditions auront lieu le 10 ou le 11 juillet 2012.

LabSIC : http://www.univ-paris13.fr/labsic/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bande dessinée et adaptation

Benoît Mitaine, David Roche et Isabelle Schmitt du Centre Interlangue Texte, Image, Langage de l’université de Bourgogne (Dijon) lancent un appel à communication intitulé : « Bande dessinée et adaptation. Du texte aux images. De la page à l’écran ». Cette proposition d’inscrit dans un projet de recherche plus large puisque l’événement sera suivi, en 2013, par un second colloque traitant du passage de « l’image fixe à l’image mouvante/animée ». Il s’agit d’interroger tous les aspects d’un phénomène de circulation qui, à en croire les organisateurs et l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous nous invite à replacer « la bande dessinée au milieu du carrefour sémiotique qui la définit :

son hybridité naturelle texte/image la positionne à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. » Telle est la position qu’il s’agira de discuter avant le 31 octobre prochain, en s’appuyant par exemple sur les nombreuses collections proposant des adaptations : « Rivages Noir » (Scarface de Christian de Metter d’après Armitage Trail, Prisonnier du ciel de Marcelino Truong et Claire Le Luhern d’après James Lee Burke…), « Petits meurtres » (Nettoyage par le vide de PTOMA d’après Mickey Spillane) ou « Agatha Christie » chez Emmanuel Proust, et bien sûr « Ex Libris (Robinson Crusoe, Frankenstein…) chez Delcourt.

 

Bande dessinée et adaptations

Du texte aux images

De la page à l’écran


Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, la question de l’adaptation appliquée à la bande dessinée n’a soulevé que de rares réflexions (Gaudreault et Groensteen, 1998 ; Boillat, 2010).

Cette pratique que l’on pourrait croire marginale cesse de l’être dès lors que l’on replace la bande dessinée au milieu du carrefour sémiotique qui la définit : son hybridité naturelle texte/image la positionne à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. Capable de transformer un roman en associant l’image fixe au texte, sa morphologie narrative iconotextuelle basée sur la séquentialité lui donne aussi une évidente proximité avec le cinéma. Habitué depuis longtemps à travailler depuis un storyboard (étape proto-filmique se présentant comme une bande dessinée), le cinéma a des prédispositions naturelles pour transformer les images fixes de la bande dessinée en images mouvantes (films, films d’animation, dessins animés), et il le prouve de plus en plus souvent.

Outre l’aspect narratologique, ce phénomène est aussi intéressant en ce qu’il est révélateur d’un « état historique de la création » (Groensteen) dans lequel le clivage entre culture savante et culture populaire tend à s’estomper et dans lequel l’hybridation (l’intermédialité étant une manifestation parmi d’autres) devient une tendance lourde.

On s’intéressera également à la question du « transfert culturel et historique » (Coremans) que pose l’adaptation, sorte de réincarnation en un espace-temps parfois fort éloigné de son contexte d’origine.

Compte tenu de l’amplitude des champs sémiotiques et fictionnels à couvrir (texte littéraire – bande dessinée – cinéma), la réflexion sera articulée en deux journées d’étude afin de bien isoler chacune de ces deux pratiques.

Le premier volet, le 17 février 2012, sera consacré au passage du texte à l’image et le second, en 2013, à celui de l’image fixe à l’image mouvante/animée. Cette segmentation qui permet de mettre clairement en valeur les relations de la bande dessinée tantôt avec le texte littéraire tantôt avec le cinéma aura aussi l’avantage d’isoler les deux dimensions de l’adaptation : adapter et être adapté.

Les communications peuvent se faire dans toutes les langues représentées dans le Centre T.I.L. (allemand, anglais, espagnol, italien, russe). Toutefois, afin de favoriser le dialogue et l’échange scientifique, il serait préférable que les discussions soient en français.

Axes de réflexion possibles :

-Aspects narratologiques et esthétiques. Comment adapter ? Quelles transformations ?

-Aspects médiatiques et génériques : la « médiagénie » (Marion, 1997) : une barrière à l’adaptation ? Existe-t-il des genres plus adaptables que d’autres ?

-Aspects didactiques. Pourquoi adapter ? Existe-t-il un effet vulgarisateur ?

-Aspects économiques. L’adaptation : la poule aux oeufs d’or ?

Bibliographie Sélective

BOILLAT, Alain (dir.) : Les cases à l’écran. Bande dessinée et cinéma en dialogue, Genève, Georg, 2010, 360 p.

COREMANS, Linda : La transformation filmique, Bern, Frankfurt/M. / New York, Peter Lang, 1990, 227 p.

GABILLIET, Jean-Paul : Des comics et des hommes, Paris, Éditions du Temps, 2005, 478 p.

GAUDREAULT, A. et GROENSTEEN, Th. (dirs.) : La transécriture. Pour une théorie de l’adaptation, Québec / Angoulême, Editions Nota Bene / CNBDI, 1998, 277 p.

GOGGIN, J. et HASSLER-FOREST, D. : The Rise and Reason of Comics and Graphic Literature, Jefferson, McFarland, 2010, 244 p.

GROENSTEEN, Thierry : Système de la bande dessinée, Paris, P.U.F., 1999, 206 p.

HUTCHEON, Linda : A Theory of Adaptation, New York / London, Routledge, 2006, 272 p.

MARION, Philippe : « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches en communications, n° 7, 1997, pp. 61-87.

MILLER, Anne : Reading Bande Dessinee : Critical Approaches to French-language Comic Strip, Bristol / Chicago Intellect Books, 2007, 364 p. (En particulier la deuxième partie, “Analytical Frameworks”).

PEETERS, Benoît, Lire la bande dessinée, Paris, Flammarion, 2002, 194 p.

Les propositions sont à envoyer à Isabelle Schmitt (isabelle.schmitt@u-bourgogne.fr), Benoît Mitaine (bmitaine@gmail.com) et David Roche (mudrock@neuf.fr) avant le 31 octobre 2011.

Responsable : Benoît Mitaine et Isabelle Schmitt

Url de référence :
http://til.u-bourgogne.fr/

Adresse : 2 bd Gabriel21000 Dijon

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Screen superheroes in national, international and transnational contexts

Rayna Denison, Derek Johnston et Rachel Mizsei-Ward, de l’université East Anglia (UK) lancent un appel à communication intitulé : « Not Just The American Way : screen Superheroes in National, International and Transnational Contexts ». Cette proposition nous invite à appréhender les personnages de « superhéros » adaptés au cinéma à travers une question on ne peut plus originale : quel rapport entretiennent-ils avec les différentes cultures ? L’appel à communication, que nous reproduisons ci-dessous, invite en effet des chercheurs à réfléchir à la création de « superhéros nationaux », aux modes de circulation de productions cinématographiques ambitieuses ou encore aux modes de réception de celles-ci, touches choses qu’il faudra formaliser avant le 31 juillet prochain. Il est à noter que le blog ouvert par les organisateurs, dont le lien figure en bas de cette page, donne plusieurs exemples intéressants, à commencer par Crying Freeman (production américaine, française et japonaise).

 

Not Just The American Way :

screen Superheroes in National, International and Transnational Contexts

The figure of the superhero is primarily seen as an American one, dominated by Marvel and DC comics and their adaptations across multiple media. These superhero franchises operate across media networks within many of the world’s global markets, influencing local representations of heroism and being altered to meet local expectations of the superhero in turn. American culture and, indeed, American superheroes play significant roles in these phenomena and historically have often led the way in debates around the representations around superheroes in culture. However, super-powered and costumed heroes are not just American in origin ; they appear in screen media across many cultures, whether as the anti-social teenagers of Britain’s Misfits, India’s alien-empowered Krrish or Japan’s Ultraman. This collection examines super-heroes and heroines as they travel around the world, exploring the figure of the superhero beyond the North American context. As such, we are interested in the local, international and transnational manifestations of superheroes, as well as in their reach beyond their originating contexts. Furthermore, we are seeking papers on the importance of the superhero to global media markets.

Potential subjects include, but are not limited to :

Local and national superheroes outside the United States US superheroes in global markets
Co-produced superheroes
Transmedia franchising and the superhero
Superheroes on TV
Iconography and aesthetics
The reception of the superhero
Gender, sexuality and ideology and the superhero
Marketing the superhero internationally
Geographically dislocated superheroes
Cultural specificity of the superhero
Special effects and the superhero in film and/or television
Superhero adaptations
Industrial and narrative origins
The geography of superheroes
International cultural flows and exchanges in superhero phenomena

Abstracts of no more than 250 words should be sent no later than 31st July 2011 to : superheroesonscreen@gmail.com

Please see the blog for this project at
http://superheroesonscreen.blogspot.com/

The collection will be edited by Rayna Denison, Derek Johnston and Rachel Mizsei-Ward.

 

Derek Johnston

superheroesonscreen@gmail.com

http://superheroesonscreen.blogspot.com/

 

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Circulations entre les arts : interroger l’intersémioticité

Marie Bouchet, du laboratoire « Cultures anglo-saxonne » de l’université Toulouse-Le Mirail, lance un appel à communication intitulé : « Circulations entre les arts : interroger l’intersémioticité ». S’inscrivant dans une thématique qui, présente dans moult appels relayés par les Carnets de la bande dessinée (voir ici), semble progressivement s’affirmer comme structurante sur le plan scientifique, cette proposition nous invite à penser la « circulation de la représentation d’un code à l’autre » et « d’une forme à l’autre », c’est-à-dire l’état d’une œuvre mêlant ce qui est présenté comme des « codes sémiotiques ». Les brèves pistes de recherche que nous présentons ci-dessous laissent toute latitude pour proposer des interventions ayant trait à une bande dessinée qui est, pour une fois, nommément mentionnée.

 

Circulations entre les arts : interroger l’intersémioticité

Date limite : 30 juin 2011

Journée d’Études le 31 mars 2012, Université Toulouse II-Le Mirail

Comment penser la circulation de la représentation d’un code à l’autre dans les œuvres intersémiotiques ? Que se joue-t-il lorsque l’on passe d’une forme à une autre, comme dans l’adaptation, ou lorsque l’œuvre elle-même circule entre les codes sémiotiques et les mêle (opéra, film, bande dessinée, insertion d’une image dans le texte ou de texte dans l’image, installation) ? Y-a-t-il circulation fluide entre les codes ou prééminence d’un code sur l’autre, voire illusion de circulation, simple « effet » d’un autre code ?

Dans cette perspective, plusieurs thèmes peuvent être abordés :

· Dissémination d’un thème ou d’une histoire à travers les arts au fil de ses adaptations

· Écriture intersémiotique : comment opère la circulation d’un code à un autre

· Formes de création multisémiotiques

Les propositions de communication en anglais ou en français (environ 300 mots) sont à envoyer d’ici le 30 juin 2011 au plus tard à : marie.bouchet@univ-tlse2.fr

 

Responsable : Marie Bouchet

 

Url de référence :
http://w3.cas.univ-tlse2.fr/spip.php?rubrique5

 

Adresse : Département Etudes du Monde AnglophoneUniversité Toulouse II-Le Mirail5 allées Antonio Machado31058 Toulouse Cedex 9

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bande dessinée numérique : table ronde à l’Enssib

L’Enssib de Villeurbanne organise le 12 mai une table ronde sur la bande dessinée numérique. Intitulée La bande dessinée en perspective : production, diffusion et conservation, cette table ronde se propose d’éclaircir les enjeux actuels de la bande dessinée numérique. Elle rassemblera Arnaud Bauer, Julien Falgas et Catherine Ferreyrolle :

  • Arnaud Bauer est le président de Manolosanctis, maison d’édition participative s’appuyant sur la complémentarité entre la publication électronique et la publication papier. Diplômé de l’École centrale de Nantes et de l’Essec, Arnaud Bauer a fondé Manolosanctis en mars 2009 avec Mathieu Weber et Maxime Marion. Depuis deux ans, Manolosanctis a diffusé en ligne environ 1800 albums et édité en version papier de qualité les œuvres de plus de 70 auteurs.
  • Julien Falgas, webmestre à l’université de Metz, est le fondateur de Webcomics.fr, un service d’hébergement en ligne qui permet d’auto-éditer ses bandes dessinées. Fondé en janvier 2007 au moment du grand boom des blogs bd, Webcomics.fr offre à de nombreux auteurs une plateforme de publication gratuite et sans publicité.
  • Catherine Ferreyrolle, quant à elle, est directrice de la bibliothèque de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême. La Cité de la BD accueille depuis 1990 un grand nombre de manifestations en rapport avec la bande dessinée et a organisé ces dernières années de nombreuses formations et conférences en lien avec la bande dessinée numérique. Sa bibliothèque, pôle associé de la BNF pour la bande dessinée, rassemble aussi bien de la documentation contemporaine sur la bande dessinée que des fonds patrimoniaux qui font l’objet d’une active politique de numérisation.

L’idée de la table ronde est de montrer la diversité de ce que l’on peut appeler bande dessinée numérique, d’avoir un aperçu du paysage éditorial en la matière et de réfléchir aux modèles qui se développeront dans les années à venir.

Tout en s’insérant dans les problématiques générales du livre numérique, la bande dessinée numérique s’en démarque fortement par son histoire, par ses caractéristiques techniques mais aussi par les auteurs qui la produisent et les lecteurs qui la lisent. Le monde de la bande dessinée numérique existe à présent depuis une bonne dizaine d’années et est aujourd’hui en prise avec l’évolution des supports de lecture (écran d’ordinateur, liseuses, tablettes, téléphones)  ainsi qu’avec l’arrivée de nouveaux acteurs commerciaux.

Au-delà des oppositions entre pratique professionnelle et pratique amatrice, entre numérique natif et numérisation homothétique, entre communautés de bénévoles et acteurs commerciaux, cet événement sera l’occasion de porter un regard aussi large que possible sur un objet culturel dont l’importance est déjà bien établie et ne fera sans doute que s’accroître.

Pour se replonger dans ces questions, on se replongera avec beaucoup de profit dans les articles de Mr Petch sur Phylacterium.

La bande dessinée numérique en perspective : production, diffusion et conservation, jeudi 12 mai 2011, de 14h à 17h à l’Enssib, 17-21 boulevard du 11 novembre 1918, Villeurbanne.

Hybridations, texte et image

Le magasin des enfants, carnet de recherche avec qui Les Carnets de la bande dessinée entretiennent de constantes relations, porte à notre connaissance un appel à communication pour un colloque intitulé : « Hybridations, texte et image ». Lancé par l’INTRU (Interaction, Transfert, Ruptures artistiques et cUlturelles, université de Tours), celui-ci invite des chercheurs à s’emparer d’une « idée » de l’hybridation pensée comme « porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation ». Souvent présentée comme « hybride », la bande dessinée, qui est ici directement évoquée, est donc intéressée au premier chef et il serait fort intéressant de penser les tenants et aboutissants de ce qu’Harry Morgan qualifie de « faux débat » proposant de « définir les littératures dessinées par comparaison » et supposant de « commencer rituellement toute analyse de la narration par images fixes par la précision qu’elle diffère fondamentalement de ceci ou cela » (Principes des littératures dessinées, L’An 2, p. 9). Le thème de l’hybride pose en effet directement la question de l’essence de la bande dessinée et de sa capacité à se poser comme langage et domaine de recherche pleinement autonome, mais force est de constater que cette question est sans doute renouvelée à l’heure où le neuvième art noue avec d’autres médias des relations susceptibles d’aboutir à de nouvelles hybridations que cet appel à communication propose également d’examiner avant le 7 mars prochain.

Colloque « Hybridations »
Université François-Rabelais, Tours
Du mercredi 11 au vendredi 13 mai 2011

Appel à contributions: date limite: 7 mars 2011
Organisation : Service Culturel de l’Université & Laboratoire INTRU (JE 2527, http://intru.univ-tours.fr/),
avec le soutien du Conseil Scientifique

L’hybridation est d’abord le nom d’une catégorie biologique, ou plus exactement le nom d’une rupture ou d’une transgression des limites entre catégories biologiques : un hybride, c’est avant tout le produit d’un croisement, d’une greffe, d’une rencontre littéralement monstrueuse entre des espèces différentes. Etymologiquement, « hybride » renvoie au latin « ibrida », qui désigne le produit de l’union d’un sanglier et d’une truie ; puis le terme a été graphiquement contaminé par le grec « hybris », qui signifie l’excès ou la démesure, de sorte que le mot « hybride » est lui-même hybride.

Appliquée au domaine des arts et des lettres, l’idée d’hybridation semble principalement viser la porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation. Théorisée dans les premiers ouvrages qui s’emploient à explorer les formes de la « condition postmoderne », qu’il s’agisse de la littérature, de l’architecture ou du fondement des sciences, l’hybridation y est caractérisée par la pratique du détournement, de la citation, du pastiche. Cependant, bien avant de devenir une des pièces du dispositif théorique et esthétique de la postmodernité, l’hybridation est présente dans toutes les œuvres qui se jouent des frontières génériques et artistiques pour construire des formes d’expression rétives à toute univocité et à toute totalisation.

En appliquant la notion d’hybridation aux formes de la rencontre en texte et image, il ne s’agit donc pas tant de vérifier la pertinence historique du « diagnostic » de la postmodernité prononcé dans les années 1970 par Hassan, Jencks ou Lyotard, que de reprendre l’étude de ces formes spécifiques de greffe et de croisement qui jouent dans les dispositifs iconotextuels.

Les rencontres du texte et de l’image fournissent une très belle occasion d’examiner la manière dont les frontières des arts, des genres, des techniques ou des supports s’échangent en permanence leurs déterminations. Des processus de l’adaptation à ceux de la traduction, des rencontres entre pratiques venues d’horizons différents aux interrogations sur les formes de la mémoire graphique des artistes, le champ des interrogations que l’on entend rassembler autour de l’idée d’hybridation est vaste.

L’étude des dispositifs iconotextuels concerne au premier chef la bande dessinée, mais aussi toutes les formes du récit illustré, de l’album pour enfant au roman-photo. La rencontre entre le texte et l’image constitue-t-elle par elle-même une « greffe », un « hybride » ? Détermine-t-elle le caractère « non légitimable » des discours qu’elle engendre ? Favorise-t-elle des formes narratives spécifiques ? Quelle place et quel rôle reconnaître aux formes de sur-hybridation à partir de l’hybridation iconotextuelle (adaptation des comics au cinéma, albums ou revues illustrées accompagnés d’objets, pop-ups, produits dérivés, etc.) ?

Le colloque « Hybridations » entend explorer ces questions, dont la liste est loin d’être exhaustive, en les appréhendant à travers des exemples précis : il ne s’agit pas tant d’élaborer un discours formel général sur la concept d’hybridation que d’en explorer la puissance heuristique en l’appliquant à des études d’œuvres déterminées.

Les propositions d’interventions sont à remettre pour le 7 mars dernier délai aux organisateurs:

  • Laurent Gerbier (laurent.gerbier@univ-tours.fr)
  • France Nerlich (france.nerlich@univ-tours.fr)
  • Cécile Boulaire (cecile.boulaire@univ-tours.fr)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Peter Pan a 100 ans

Et pour l’occasion, la revue en ligne Belphégor se propose de consacrer un dossier à l’oeuvre de James Matthew Barrie et à ses diverses versions, interprétations, échos et influences dans différents médias, dont bien sûr la bande dessinée, que l’on songe, évidemment, à Régis Loisel, ou à Cosey. Ci-dessous l’appel à communications :

Peter Pan a 100 ans

2011 marquera le centenaire de la publication du roman de James Matthew Barrie, Peter and Wendy, aujourd’hui mieux connu sous le titre Peter Pan. Dernière étape de la naissance du célèbre personnage après son apparition en 1902 dans le roman The Little White Bird, puis la création en 1904 de la pièce de théâtre Peter Pan or The Boy Who Wouldn’t Grow Up, qui connaîtra un succès durable et international. Par la suite, en 1906, Barrie extrait six chapitres de The Little White Bird afin de composer le conte Peter Pan in Kensington Gardens, illustré par Arthur Rackham, et, enfin, en 1911, il publie le roman Peter and Wendy qui est, avec Alice in Wonderland de Lewis Carroll et The Wind in the Willows de Kenneth Grahame, un classique de la littérature enfantine.

Mais le roman de Barrie constitue également la dernière étape d’un processus qui a fait de Peter Pan un véritable mythe littéraire. Depuis l’oeuvre originale, la figure n’a cessé de hanter la littérature, la bande dessinée (notamment avec la série de Régis Loisel), le cinéma (autant avec le dessin animé de Walt Disney qu’avec le film de Steven Spielberg, Hook, ou encore le Neverland de P.J. Hogan).

A l’occasion de ce centenaire, la revue Belphégor, Littérature populaire et culture médiatique souhaite consacrer un dossier à Peter Pan qui prendra la forme d’un état des lieux de l’oeuvre de Barrie, personnage et mythe. On pourra donc proposer des contributions aux angles d’attaque divers : incidence de la biographie, histoire de la création du personnage, évolution de la figure mythique, poétique de l’oeuvre, influence dans le domaine artistique et cinématographique, fortune théâtrale et expériences de mise en scène, situation dans l’imaginaire enfantion, etc.

Afin d’illustrer ce dossier et donner ainsi un aperçu de la richesse visuelle générée par le personnage et l’univers de Peter Pan, les plasticiens peuvent envoyer leurs contributions. Leurs travaux doivent être libres de droits et d’une résolution minimale de 200 dpi.

Les contributions devront être remises au plus tard le 30 janvier 2011 et être adressées à Franck Thibault (franck-thibault@orange.fr).

http://etc.dal.ca/belphego.html