Vitalité du conte à l’aube du XXIe siècle : du pastiche à la parodie

La revue Synergies organisera son septième numéro autour du thème : « Vitalité du conte à l’aube du XXIe siècle : du pastiche à la parodie ». Contactés, les organisateurs se déclarent enthousiastes à l’idée d’examiner des propositions de communication portant sur un corpus de bande dessinée et prévoit d’ailleurs de publier des entretiens avec plusieurs auteurs. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication ainsi que le document présentant les consignes de rédaction (fort complètes).

Appel à communication

“Vitalité du conte à l’aube du XXIe siècle : du pastiche à la parodie”

Date limite de remise des propositions :  15 avril 2010

Le conte est un « objet mouvant et insaisissable » : repris, traduit, adapté, transposé, sa forme et ses motifs imprègnent l’imaginaire collectif et influencent les créations personnelles. La fin du XXe siècle est l’époque du « renouveau du conte » voire de ses « métamorphoses » pour reprendre le titre de l’ouvrage dirigé par Jean Perrot[1]. Véritable creuset où l’imaginaire va puiser ses sources d’inspiration, le conte fournit des situations, des motifs, des formes structurelles qui ont traversé tous les genres et qui s’adaptent aux nouvelles formes du récit (album, fantasy, théâtre-album…). Enfin le conte possède une telle vitalité qu’il suffit d’un simple rapprochement au détour d’un commentaire pour qu’il devienne une clef de compréhension. Sa force symbolique lui permet de parler du monde contemporain à travers des situations archétypales. Ainsi les contes du XVIIe siècle s’inscrivaient dans l’idéologie du grand siècle que ce soit pour la critiquer ou la cautionner.

Dans ce nouveau numéro de Synergies France, nous aimerions réfléchir à l’utilisation du conte en ce début de XXIe siècle. Peut-on voir se dessiner une évolution des trames narratives, des personnages, qui traduirait une vision de l’homme et du monde propre à notre société contemporaine ?

Les pratiques hypertextuelles et les relations transtextuelles pourront être l’objet d’une étude dans le cadre de cette réflexion. Une analyse des différents procédés de transformation du conte pourra montrer, par exemple, en quoi les possibilités apportées par les nouveaux supports et les nouvelles formes renouvellent la perception du conte.

On pourra se demander comment ou en quoi une interprétation ou une transposition modernisantes participent à l’enrichissement ou à l’appauvrissement de la trame narrative, des actants, des motifs… On pourra également réfléchir à l’utilisation des personnages, des lieux ou des objets emblématiques en s’interrogeant sur leur permanence et leur évolution dans la littérature contemporaine (l’ogre, le dragon, la forêt, l’épée..).

On pourra s’interroger sur le rôle et la fonction des références au conte traditionnel en examinant comment ils participent à la poétique de l’oeuvre. En quoi les citations, les allusions ou la réutilisation de la trame ou des personnages entrent-ils dans les procédés d’écriture ? Donnent-ils lieu à des pratiques de condensation, d’amplification, multiplient-ils les effets de sens, introduisent-ils des jeux de connivence, des effets de contrepoint, de nouvelle motivation… ? L’utilisation du conte répond-elle à des préoccupations idéologiques, morales ? Traduit-elle les hantises des personnages ou d’un auteur ?

On pourra encore étudier la manière dont le conte contemporain revisite et métamorphose les genres du récit : notre époque est-elle propice à un recul du merveilleux au profit d’autres genres comme le fantastique ou la fantasy ?

Peut-on voir une influence de la psychanalyse et des théories sur le symbolisme du conte dans la manière dont il vit dans les oeuvres d’aujourd’hui ? Comment articule-t-il réel, pulsions, rationalisme et imaginaire dans notre société marquée par les traumatismes du siècle écoulé ?

On pourra s’interroger sur l’intégration et l’influence étrangère (pays de l’Est, pays asiatiques ou africains…) et en matière de références, supports, diffusions en direction de la nouvelle génération occidentale.

Cette réflexion s’appuiera sur les oeuvres contemporaines et s’intéressera au corpus de la littérature de jeunesse ainsi qu’aux oeuvres destinées aux adultes.

La proposition devra :

– s’attacher explicitement au genre du conte ;

– être située clairement selon une problématique (littéraire, narratologique, stylistique, linguistique, didactique, culturelle, historique…) ;

– s’inscrire dans l’époque contemporaine ;

– décrire le corpus d’étude ou à défaut situer l’étude.

Coordination du numéro :

– Myriam Tsimbidy (Université de Rouen) : tsimbidy_myriam@hotmail.fr

– Dominique Ulma (Université Claude Bernard Lyon): dominique.ulma@iufm.univ-lyon1.fr

Les articles seront prioritairement rédigés en langue française.

Consignes pour la rédaction ici.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts