L’artiste en revue

Plusieurs chercheurs des universités de Bruxelles et Louvain lancent un appel à communication intitulé : « L’artiste en revue ». Se proposant de permettre d’étudier les publications périodiques dans lesquelles s’illustrent « peintres, sculpteurs, musiciens, compositeurs, cinéastes, chorégraphes, danseurs », cette proposition peut néanmoins intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée. La revue a en effet toujours retenu l’attention des auteurs comme des éditeurs et peut même être vue comme pleinement structurante (pensons par exemple à Ego comme x, maison d’édition née avec et par la revue du même nom qui est d’ailleurs présentée dans le premier tome du Journal de Fabrice Néaud). Il serait donc intéressant de s’interroger sur leur importance au sein de dispositifs de publication, et pourquoi pas d’émettre une hypothèse : elle permettent l’affirmation de l’artiste de bandes dessinées. Labo (l’éphémère revue née au sein de Futuropolis), Lapin (fondée au sein de L’Association par certains des auteurs précisément publiés par Labo) ou encore Hopital brut publiée par Le Dernier Cri semblent en effet s’être définie comme les instruments d’une création se situant bien loin des standards éditoriaux, et d’autres modes de publication comme les fanzines peuvent plus largement être vus comme des espaces de libre inspiration (ainsi que le suggère directement Alex Baladi dans Encore un effort). Nous laissons à nos lecteurs le soin de creuser plus avant cette intuition avant le 1er mars prochain.

 

 

L’artiste en revues

The artist in journals

Fonctions, contributions et interactions de l’artiste en mode périodique

Functions, contributions and interactions of the artist in the modern period

Lieu

Bruxelles (Ixelles), Belgique

Cet appel à communication s’inscrit à la fois dans la continuité des travaux du groupe de contact FNRS « Écrits d’artistes » et du projet Pictoriana, ainsi que dans celle des recherches récentes qui ont mis en évidence les interactions entre presse et littérature1, mais aussi entre art et revues. À la suite de ces travaux, ce colloque interrogera les différentes modalités de collaborations d’artistes et leurs réalisations concrètes dans une publication périodique.

Sous le terme d’« artiste », on prendra en compte peintres, sculpteurs, musiciens, compositeurs, cinéastes, chorégraphes, danseurs… dont la majeure part de la production ne relève pas du champ littéraire. Ce colloque transdisciplinaire s’intéressera davantage à l’écrit et aux dispositifs qui l’encadrent dans la mesure où les contributions des artistes par l’illustration ont déjà été traitées  (Stead et Védrine, 2008). Toute analyse mettant en jeu l’illustration se devra donc d’être pensée en connexion avec son environnement textuel.

De même, si les écrits critiques d’artistes ont pu faire l’objet d’analyses monographiques, force est de constater qu’une étude systématique des différents types d’interventions d’artistes dans les périodiques fait encore défaut, notamment en ce qui concerne le rôle des artistes dans la gestion ou l’organisation d’un périodique3. Il s’agira d’interroger ces contributions dans la diversité de leurs formes et modalités, afin, notamment, de mettre au jour le rôle des revues et de la presse quotidienne dans la structuration de la vie artistique ainsi que dans les trajectoires individuelles des artistes.

Les travaux se concentreront non seulement sur les contributions écrites des artistes dans l’espace qui leur est traditionnellement imparti, comme celui de la critique d’art, mais aussi, et de façon plus innovante, dans tous les autres lieux d’action possibles (direction de revue, constitution du réseau de la rédaction, critique littéraire, publicité, tribunes politiques, enquêtes et tout type d’écriture journalistique). On envisagera en outre le périodique comme un outil de promotion, mais aussi comme un lieu d’échange et de rencontre avec le public, avec d’autres artistes, d’autres disciplines artistiques, l’actualité et surtout, avec l’écriture.

Le présent appel invite à considérer ces interventions sur la longue durée, de 1830 à nos jours, dans les publications périodiques, entendues au sens large : revues artistiques et littéraires, mais aussi journaux et revues généralistes, « petite presse » et magazines (pour la seconde partie du XXe siècle). L’aspect contemporain n’est pas à négliger, si l’on songe, par exemple, au débat médiatique suscité en 2011 par Jean Birnbaum, quand il a pris la direction du Monde des Livres, et y a accueilli les critiques littéraires du chorégraphe Jean-Claude Galotta et, en 2012, du chanteur Dominique A et des comédiens Denis Podalydes et François Morel. Une attention particulière sera portée aux différences d’enjeux entre publications périodiques selon qu’elles relèvent du pôle de production restreint (petites revues d’art ou de littérature) ou de celui de la grande production (presse). In fine, il s’agira de rendre compte de l’usage des périodiques comme d’une porte ouverte sur le monde, c’est-à-dire comme espace de confrontations et d’influences multiples, en tâchant de placer cette expérience en perspective avec l’oeuvre artistique. L’analyse d’échanges formels et thématiques entre cette dernière et le dispositif périodique en constituera un volet essentiel. Organisé à l’Université libre de Bruxelles du 28 au 30 octobre 2013, ce colloque prend donc pour hypothèse que les publications périodiques constituent le lieu d’un investissement non marginal et que leur étude enrichira la compréhension de leurs oeuvres et duchamp culturel dans sa globalité à partirde l’âge de la « civilisation du journal » (Kalifa, Régnier, Thérenty et Vaillant, 2011).

Axes privilégiés

  • Étude d’un corpus périodique 

Nous sollicitons des communications qui éclaireraient, sur la longue durée, les  collaborations méconnues d’artistes dans une publication périodique généraliste qui relève du pôle de grande diffusion (exemple de liste non exhaustive : Punch, Gil Blas, Le petit Journal, ou pour le XXe siècle : The New Yorker, L’Humanité, Vogue…). Cet aspect, particulièrement méconnu, permettra de renouveler le point de vue critique en retraçant l’évolution des interactions entre artistes et périodiques et en évaluant la place d’un périodique dans le champ artistique.

Dans le cadre d’une typologie des collaborations au support périodique, on n’oubliera pas de situer la fonction et les objectifs d’apports plus marginaux, souvent négligés, telle la confection de culs-de-lampe, de logos ou de mise en page par des plasticiens pour une revue littéraire ou pour la presse quotidienne.

  • Réseau du périodique et champ artistique 

En considérant qu’une publication périodique repose sur un réseau social constitué, on s’intéressera au degré d’intégration de l’artiste à ce réseau : l’échange entre artistes et périodiques est-il direct ? Qui peut servir d’intermédiaire (écrivain, journaliste, galeriste, etc.) ?

On évoquera les opportunités que peuvent ouvrir ces réseaux. Ceux-ci communiquent parfois entre revues littéraires (s’adressant à un public restreint) et périodiques de grande diffusion (songeons à l’exemple de Félix Vallotton qui profite de contacts établis à

La Revue blanche pour intégrer ultérieurement d’autres revues telles que Le Cri de Paris, L’Assiette au Beurre, etc.)

Les artistes peuvent également user indirectement de leur réseau de relations pour influencer un journal ou une revue (Félicien Rops, James Ensor ou Gustave Courbet dictaient à leurs amis critiques, ce qu’ils devaient écrire dans la presse à leur sujet).

On déterminera enfin le rôle éventuel que l’artiste joue dans la mise en place du réseau d’un périodique et l’influence de ce réseau sur la carrière et l’oeuvre de l’artiste. Plusieurs artistes ont dirigé des revues à des fins expérimentales pour leurs développements artistiques (Francis Picabia et 391 ; Émile Bernard et La Rénovation esthétique). On cherchera à comprendre en quoi ces collaborations contribuent à structurer le champ (incidence sur la carrière de l’artiste, instances de légitimation, position d’avant-garde, constitution de réseaux, d’écoles…)

  • Trajectoires et postures d’artistes

Les causes et conséquences d’une implication dans un périodique peuvent aussi varier en fonction du moment, dans la carrière de l’artiste, où elle se produit.

L’investissement est-il permanent ou temporaire ? en début ou en fin de carrière ? On pourra ainsi problématiser le rôle joué par la revue ou le quotidien dans la trajectoire individuelle : s’agit-ild’un rôle de catalyseur dans la stratégie et la reconnaissance éventuelle de l’artiste ? Fournit-il à l’artiste l’occasion de définir son identité artistique ?

Par ailleurs, si l’on prend l’exemple d’un peintre, le lecteur d’une revue littéraire ne coïncide pas forcément avec le spectateur d’une galerie d’art ou d’un salon.

Comment inscrire la réception et la recherche d’un nouveau public dans ces interactions entre oeuvre artistique, production écrite des artistes et collaboration au périodique ?

  • Interactions génériques et stylistiques

Sur le modèle du croisement des matrices littéraire et médiatique dans la mise en place de poétiques journalistiques au XIXe siècle, tel qu’il a été établi par Marie-Ève Thérenty (2007), on interrogera la collaboration d’un artiste à un support périodique dans le cadre d’un système croisé de médiations. Sa pratique et son oeuvre peuvent-elles être influencées par cette implication dans un périodique ? Comment la contribution à un périodique, dite « alimentaire », peut elle déterminer l’oeuvre, dite « noble » ?

Le périodique détermine-t-il une prédilection pour des supports spécifiques dans une pratique artistique ? À l’inverse, quels bénéfices un artiste peut-il retirer du lieu d’expérience que représente le périodique ? On interrogera dans cette perspective l’écrit, ainsi que la relation potentielle de l’image avec celui-ci aux points de vue thématique, générique, technique et/ou stylistique.

  • Détournements artistiques 

Les artistes peuvent récupérer le support périodique dans sa matérialité ou dans ses modèles matriciels (p. ex. périodicité ou actualité) dans la pratique même de leur art. À cet égard, on se référera à l’intégration du support dans l’œuvre d’art (cf. le collagisme dans divers mouvements comme Dada, le Pop art, Fluxus, etc.) ou à la représentation même de la presse dans ses sujets de prédilection ou ses modes de consommation (représentations du lecteur de presse, parodies d’actualités, etc.) On analysera une esthétique visuelle de l’éphémère et de l’actuel, pensée en interaction avec ce lieu d’écriture qu’est le périodique.

Modalités de soumission

Les propositions de communications (d’environ 500 mots), en français ou en anglais, seront envoyées sur une page anonyme, accompagnée d’une page indépendante reprenant les coordonnées personnelles et une brève biobibliographie.

Elles devront parvenir à Clément Dessy (cdessy@ulb.ac.be) et à Clara Sadoun Édouard (clara.edouard@gmail.com)

pour le 1er mars 2013.

Une réponse sera adressée aux auteurs à la fin du mois de mars.

Une publication d’une sélection des travaux issus de cette journée est prévue sous la forme d’un dossier thématique de revue.

Comité organisateur

  • Laurence Brogniez (Université libre de Bruxelles)
  • Clément Dessy (FNRS – Université libre de Bruxelles)
  • Valérie Dufour (FNRS – Université libre de Bruxelles)
  • Véronique Jago-Antoine (Facultés universitaires Saint-Louis – Archives et musée de la littérature,Bruxelles)
  • Clara Sadoun-Édouard (Université libre de Bruxelles)
  • Alexander Streitberger (Université catholique de Louvain)

Comité scientifique

  • Paul Aron (FNRS – Université libre de Bruxelles)
  • Nathalie Aubert (Brookes University)
  • Marie-Hélène Benoît-Otis (Université de Montréal)
  • Laurence Brogniez (Université libre de Bruxelles)
  • Yves Chevrefils Desbiolles (IMEC, Caen)
  • Clément Dessy (FNRS – Université libre de Bruxelles)
  • Michel Duchesneau (Université de Montréal)
  • Valérie Dufour (FNRS – Université libre de Bruxelles)
  • Pascal Durand (Université de Liège)
  • Marianne Jakobi (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand)
  • Philippe Kaenel (Université de Lausanne)
  • Véronique Jago-Antoine (Facultés Universitaires Saint-Louis – Archives et musée de la littérature, Bruxelles)
  • Denis Laoureux (Université libre de Bruxelles)
  • Françoise Levaillant (CNRS – Centre André Chastel)
  • Françoise Lucbert (Université Laval, Québec)
  • Clara Sadoun-Édouard (Université libre de Bruxelles)
  • Alexander Streitberger (Université catholique de Louvain)
  • Marie-Eve Thérenty (Université Paul Valéry, Montpellier)

Conférenciers confirmés

Michel Duchesneau (Université de Montréal) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul Valéry, Montpellier)

Bibliographie sélective

Albert (Pierre), La presse française, Paris, éd. La Documentation française, coll. « Études de la presse française », 2008.

Aurenche (Marie-Laure), Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque, Paris, Champion, 2002.

Bacot (Jean-Pierre), La Presse illustrée au XIXe siècle, une histoire oubliée, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2005.

Chevrefils Desbiolles (Yves), Les revues d’art à Paris : 1905-1940, préface de Françoise Levaillant, Paris, Ent’revues, 1993.

Froissart Pezone (Rossella), Chevrefils Desbiolles (Yves) (dir.), Les revues d’art: formes, stratégies et réseaux au XXe siècle, avec la collaboration de Romain Mathieu, préface de Pierre Wat, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Kaenel (Philippe) (éd.), Les périodiques illustrés, 1890-1940 : écrivains, artistes, photographes, Gollion, Infolio, 2011.

Kalifa (Dominique) et Vaillant (Alain), « Pour une histoire culturelle et littéraire de la presse », Le temps des médias, n°2, printemps 2004, p. 197-214.

Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève), Vaillant (Alain) (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, coll. « Opus Magnum », 2011.

Levaillant (Françoise) (dir.), Les écrits d’artistes depuis 1940, actes du colloque international, Paris et Caen, 6-9 mars 2002, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, IMEC, 2004.

Lucbert (Françoise), Entre le voir et le dire : la critique d’art des écrivains dans la presse symboliste en France de 1882 à 1906, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

Pluet-Despatin (Jacqueline), Leymarie (Michel), Mollier (Jean-Yves) (dir.), La Belle Époque des revues : 1880-1914, Paris, IMEC, 2002.

Stead (Evanghélia), Védrine (Hélène) (dir.), L’Europe des revues (1880-1920) : estampes, photographies, illustrations, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008.

Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 2007.

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le livre et l’artiste

Les étudiantes et étudiants du Groupe de recherche et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) de l’Université de Sherbrooke organisent un colloque dont le thème sera le livre et l’artiste. Les approches concernant la bande dessinée y sont les bienvenues :

Aux côtés des auteurs qui véhiculent des idées par le texte, des artistes contribuent à faire du livre une « œuvre d’art totale », objet créatif et original, signifiant tant dans sa forme, dans sa matérialité que dans son contenu, et transmettant des informations aussi bien textuelles que visuelles. « La forme du livre est bien une forme symbolique au sens où Erwin Panofsky parle de La perspective comme forme symbolique (1932), c’est-à-dire une forme qui exprime par elle même, de manière implicite, tout un jeu de valeurs et de représentations du monde . » S’interroger sur cette forme revient à considérer le livre comme un objet porteur, en soi, d’un sens. De plus, le livre s’avère être le support d’un texte avec lequel il entre en jeu ou, parfois, en conflit; il s‘élabore ainsi comme une sorte de « livre-texte  » offert à une lecture dans laquelle ses caractéristiques matérielles peuvent être abordées à des fins poétiques. Étudier le livre de cette façon permet de mettre de l’avant le travail de ceux qui contribuent à faire de ce support à l’information un objet singulier véhiculant une signification par sa forme et sa matérialité. Ainsi, le travail de l’artiste, pris dans un sens large, sur l’objet livre, invite à réinventer l’acte de lire.

Le colloque « Le livre et l’artiste » propose d’étudier l’apport de l’artiste et/ou de l’art à l’objet livre en privilégiant un corpus de livres matériels à caractère littéraire, toutes origines et toutes époques confondues. Les communications pourront aborder le livre selon deux orientations de recherche.

D’une part, sur le plan externe, le livre pourra être analysé dans un contexte historique ou sociologique en s’inspirant notamment de méthodologies issues de l’histoire du livre, de la sociologie de l’édition, des métiers du livre ou de l’histoire de l’art. Que nous apprend l’histoire du livre sur l’apport des artistes à la fabrication du livre? Comment le métier de relieur a-t-il évolué au Québec pendant le vingtième siècle? Quel est le rôle joué par l’illustration au fil de l’histoire du livre? Existe-t-il des libraires qui se sont intéressés aux livres d’artistes, aux éditions de bibliophilies: si oui, quel rôle ont-ils joué dans le champ éditorial? Qu’en est-il de la fonction de la galerie d’art dans la diffusion du livre d’artiste? Le livre d’artiste est-il un objet de contestation?

D’autre part, pour compléter et enrichir l’analyse, il serait intéressant d’envisager le livre dans ses aspects internes en faisant des liens entre ses différentes composantes matérielles, visuelles et textuelles. En considérant, par exemple, le livre illustré comme une pratique intersémiotique, dans laquelle il se présente « comme un grand texte composé de deux sous-textes : le sous-texte verbal (roman, poèmes, titres ou légendes) et le sous-texte pictural (illustrations, lettrines, culs de-lampes)  », il devient possible d’en proposer une nouvelle lecture. Quant à la matérialité du livre, elle impose une fétichisation de l’objet qui prescrit au lecteur son rituel . De cette façon, comment la reliure, la typographie, la mise en page, la composition participent-elles à la création du sens? Quelles sont les relations possibles entre la poésie et la typographie, entre le poème et la page, entre le mot et l’imprimé? Est-il possible de dégager une esthétique du livre illustré, de la reliure, de la typographie à une époque donnée?

Le colloque aura lieu le vendredi 25 février 2011 au Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke.

Les propositions seront soumises à un comité responsable de la réalisation du programme. Le comité accordera la priorité aux propositions des étudiantes et des étudiants de 2e cycle ayant entamé la rédaction de leur mémoire, ainsi qu’à celles des étudiantes et étudiants de 3e cycle. Les communications devront être inédites et ne pas dépasser 20 minutes.

Les propositions doivent parvenir avant le 16 octobre 2010 à l’adresse suivante : Sophie.Drouin@USherbrooke.ca, et contenir les éléments suivants:

•       les coordonnées de l’étudiante ou de l’étudiant : adresse postale et électronique, numéro de téléphone
•       le niveau d’études, l’université et le département d’affiliation, et, si l’étudiante ou l’étudiant le souhaite, le nom de la directrice ou du directeur de mémoire ou de thèse, le sujet du mémoire ou de la thèse
•       la proposition de communication d’environ 500 mots, incluant la problématique, le corpus ainsi que la méthodologie
•       une notice biobibliographique d’environ 200 mots

À l’issue du colloque, les conférencières et les conférenciers seront invités à soumettre leur texte révisé à la revue Mémoires du livre/Studies in Book Culture. Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans un numéro sur « Le livre et l’artiste ».

La revue Mémoires du livre/Studies in Book Culture est disponible à l’adresse suivante : http://www.erudit.org/revue/memoires/2009/v1/n1/index.html