Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran

Benoît Mitaine, David Roche et Isabelle Schmitt de l’université de Bourgogne organisent le 15 février 2013 une journée d’étude intitulée : « Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran ». Faisant suite à une première journée (« Du texte aux images »), cet événement propose aux chercheurs de questionner un « passage de l’image fixe à l’image animée » posant notamment le problème de « l’ “adaptabilité” de certaines œuvres et genres » et dans des domaines variés, aussi bien graphiquement que culturellement comme le montre le programme. Disponible grâce au lien publié ci-dessous, nous laissons nos lecteurs découvrir celui-ci et les Carnets tiennent plus largement à saluer l’effort de chercheurs qui ont construit un ambitieux projet scientifique autour de la bande dessinée et de la culture graphique.

Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran

 

Journée d’étude, 15 février 2013 (de 9h à 17h30)

MSH de l’Université de Bourgogne

2 bd Gabriel – 21000 Dijon

Résumé :

La question de l’adaptation appliquée spécifiquement à la bande dessinée n’a soulevé que de rares réflexions jusqu’à présent. Or, la bande dessinée, de par son hybridité sémiotique naturelle, se trouve à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. Nous interrogerons lors de cette deuxième journée d’étude les formes de passage de l’image fixe à l’image animée, questionnerons l’ “adaptabilité” de certaines œuvres et genres, reviendrons sur quelques cas méconnus sans non plus négliger la dimension économique de cette pratique culturelle dont certains studios de cinéma américains se sont fait une spécialité.

Remarque : Cette journée d’études fait suite au premier volet (« Du texte aux images ») organisé en février 2012 sur l’adaptation en bande dessinée de textes littéraires.

Responsables : Isabelle Schmitt ; Benoît Mitaine ; David Roche (Université de Bourgogne, EA 4182)

Contacts : isabelle.schmitt@u-bourgogne.fr ; benoit.mitaine@u-bourgogne.fr ; david.roche@u-bourgogne.fr

Lien programme : http://til.u-bourgogne.fr/images/stories/labo/programme/prog.%20je-bd-15-02-2013.pdf

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Ecrire la peinture, peindre la littérature

Stéphanie Bulthé et Martine Crépin Maeckereel, doctorantes de L’UR HLLI et du centre de recherche « Modalités du fictionnel » lancent un appel à communication intitulé : « Ecrire la peinture, peindre la littérature ». Débouchant sur une journée d’étude organisée le 13 mars prochain, cette proposition propose de se situer à l’intersection de deux pratiques afin de « questionner le concept de figuration, car, on le sait, le dialogue texte/image se veut toujours créateur, dans une relation épanouie ou divergente, voire complice, d’un art à l’autre ». Même si les organisatrices souhaitent apparemment cantonner semblable dialogue à une certaine pratique de la peinture, nous pensons que des propositions s’appuyant sur le neuvième art pourraient être bien reçues : que penser par exemple des adaptations d’œuvres littéraires faisant usage de la peinture et adoptant des parti-pris parfois fort expressifs ? L’étude des travaux de Denis Deprez (Othello, Les champs d’honneur, Frankenstein) serait ainsi des plus intéressantes : dans ce dernier cas, la peinture devient l’occasion d’une réconciliation entre narration et représentation (le monstre étant représenté sur le mode de l’amas et de l’informe, comme une créature tentant précisément de se trouver une destination). Nous livrons à nos lecteurs une intuition qu’ils ont tout loisir d’explorer avant le 8 janvier prochain.

 

 

Ecrire la peinture, peindre la littérature

Date limite : 8 janvier 2013

Journée d’étude Jeunes Chercheurs

Dunkerque, le 13 mars 2013


Littérature et peinture partagent une aptitude commune à saisir le monde dans le miroir de l’oeuvre en une appropriation spéculaire du réel. Cette journée d’étude voudrait questionner le concept de figuration, car, on le sait, le dialogue texte/image se veut toujours créateur, dans une relation épanouie ou divergente, voire complice, d’un art à l’autre. Nous aimerions analyser ces arts face à face.

Cette journée qui se tiendra le 20 mars 2013 à Dunkerque (MRSH de Dunkerque), se situe dans l’axe de recherche « Frontières. Limites. Échanges » que s’est donné l’UR HLLI : elle prolongera la réflexion initiée par le colloque « Nouvelles Rencontres du Littoral (VII) » intitulé « L’Écrivain et son peintre » (prévu les 22 et 23 novembre 2012) ainsi que les séances « Nouveaux Entretiens du Littoral » qui suivront au cours de l’année 2013, lesquelles ont pour objet d’inviter des écrivains contemporains dont l’oeuvre entretient un rapport remarquable avec la peinture, rencontres que Madame Lyotard, directrice du centre de recherche « Modalité du Fictionnel », organise.

Les trois thématiques susceptibles d’être traitées dans le cadre de cette journée « Jeunes Chercheurs » sont les suivantes :

Admirateur/Concurrent? L’écrivain face au peintre

La formule célèbre d’Horace dans son Épître aux Pisons, le fameux Ut pictura poesis, scelle définitivement le destin des deux arts, promus « jumeaux d’élection ». En effet, la littérature se conçoit à partir de ce moment comme relevant d’un geste mimétique similaire à celui de la peinture. Rompant avec la pensée du Moyen Âge, la Renaissance place en effet l’oeuvre d’art dans le champ de la représentation, de sorte que, rapidement, la peinture est perçue comme modèle de la littérature en raison de sa capacité immédiate à appréhender le réel. De nombreux écrivains, dans un commun exercice d’admiration pour les oeuvres picturales, vont se faire critiques d’art. Diderot, Baudelaire, Zola, Bataille, Malraux, par exemple, entendent saisir et formuler le geste artistique qui tend pour eux  à définir précisément l’esthétique de la modernité. L’occasion est donnée, pour l’écrivain de revendiquer la fascination qu’il ressent pour son alter ego : ainsi Walter Benjamin écrit sur Max Ernst tandis que Reiner Maria Rilke rend un hommage épistolaire à Cézanne. C’est au nom de cette modernité qu’ils se font instances de jugement, parce qu’elle leur paraît plus saisissable dans les aplats de couleur que dans les lignes d’encre. Mais en même temps, le littérateur se nourrit de l’expérience picturale en décrivant dans ses oeuvres des tableaux réels ou imaginaires, tandis que le peintre se complaît dans les représentations de thèmes littéraires. Que penser alors de cette relation ambiguë, en demi-teinte, faite de fascination réciproque, d’admiration et de jalousie ?

Peintre/Écrivain. Un même geste artistique ?

La représentation du peintre dans une oeuvre littéraire est maintenant tombée au rang de topos. Un énorme pan de la littérature nous présente dès lors l’artiste peintre comme prototype du « Créateur à l’ambition trop large » (Zola), du Chef-d’oeuvre inconnu de Balzac au Portrait ovale de Poe, de Manette Salomon des Goncourt jusqu’à L’Empire des nuages de François Nourissier en passant par Le Portrait de Gogol, La Lune et six pence de Somerset Maugham ou encore La Semaine sainte d’Aragon. De la représentation de la vie pittoresque de l’artiste à la tentative désespérée de cerner la nature de l’enthousiasme (commun ?) qui anime de la même manière le littéraire et le peintre, comment ce dialogue entre les arts, ce lien ténu entre le pinceau et la plume, peut-il se muer en une véritable dualité artistique ?

Convergences/pergences. Pour un dialogue entre les arts

Depuis la Politique d’Aristote, la distinction entre « arts serviles » et « art libéraux » pense l’axiologie littérature/peinture comme une mise sous tutelle de la peinture. Rien n’est moins évident. Où placer, par exemple, les enluminures médiévales qui inscrivent l’image au coeur du texte ? Le lien est alors étroit entre littérature et peinture ; l’un ne peut se penser sans l’autre, témoins les médaillons d’artistes qui transposent les deux arts jusqu’à la fin du XIXe. L’admiration crée et génère la concurrence. L’attraction du peintre sur l’écrivain se retrouve dans sa volonté de trouver des équivalences littéraires à des données picturales. Les formes de ces nombreuses tentatives, remarquables par leur diversité, illustrent cette convergence/ divergence : écriture artiste, poème-objet, allégorie, ekphrasis, autoportrait…

Modalités de soumission

Cette journée d’étude est ouverte à tous les doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs en Littérature française et étrangère (de l’Antiquité au XXIe siècle), en Histoire ou Histoire de l’art. Les propositions de communication doivent comporter un titre, un résumé de 250 à 300 mots, une notice bibliographique et une courte présentation de l’intervenant (laboratoire de rattachement, publications…). Il faudra préciser absolument si un matériel informatique est nécessaire à la présentation et la nature de celui-ci. Les interventions se limiteront à vingt minutes.

Les propositions seront envoyées à l’adresse indiquée ci-dessous pour le 8 janvier 2013, délai de rigueur :

jeuneschercheurs.littoral@gmail.com

Elles seront communiquées sous un format facilement lisible (WORD, PDF…).

La sélection des propositions aura lieu courant janvier. Une réponse personnelle sera adressée à tout chercheur qui aura déposé une demande d’intervention.

Pour toute information pratique supplémentaire concernant la journée d’étude, merci d’écrire à la même adresse. Il est à noter qu’en aucun cas l’Unité de Recherche HLLI ne pourra couvrir vos frais de déplacement. Une attestation pourra être fournie pour un remboursement par votre laboratoire de rattachement.

Comité d’organisation de la journée d’étude :

Stéphanie Bulthé, Martine Crépin Maeckereel, doctorantes de L’UR HLLI et du centre de recherche « Modalités du fictionnel ».

Comité Scientifique :

-Madame Jacqueline Bel (Professeur, directrice de l’Unité de Recherche H.L.L.I)

-Madame Dolorès Lyotard (Maître de conférences, directrice du centre de recherche « Modalités du fictionnel »)

-Monsieur Jean Devaux (Professeur, directeur du Département « Lettres et Arts »)

Responsable : Stéphanie Bulthé, Martine Crépin

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Média(li)tures, média(scrip)tures

Le Centre de Recherches en Littérature Comparée (CERLICO) de l’ENS de Yaoundé lance un appel à communication intitulé : « Média(li)tures, média(scrip)tures ». Débouchant sur un ouvrage collectif, cette proposition présente une originalité : elle esquisse un cadre conceptuel, ou plutôt une approche de l’écrit, faisant une place à un fonctionnement en réseau de différents médias. Au principe de « littérarité », on propose ici de substituer celui d’ « intermédialité » : en d’autres termes, il s’agit de penser un écrit ne s’imposant plus tant par son texte que par une capacité de relation avec d’autres formes d’expression. Se pose dès lors aussi bien le problème de sa conception (déjà largement appréhendé par ailleurs) que celui de son évaluation : la meilleure œuvre n’est-elle pas celle qui s’adapte, se décline, est à même de s’inscrire dans un ensemble de produits culturels ? À l’heure où des productions relevant du champ de la bande dessinée (pensons à Uropa d’Yslaire diffusé sur l’Applestore par Casterman) empruntent cette voix, cette proposition mérite assurément d’être discutée et nous invitons les chercheurs à s’en emparer avant le 30 novembre prochain.

 

Média (li) tures / Média (scrip) tures

Le domaine des études intermédiales entretient, par nécessité, la veine des néologismes en cette matière. Ce sont la médialité, l’intermédialité, l’hypermédialité, l’hypomédialité, la médialité, l’im-médiateté…, tous attestant de dynamiques des relations entre les médias, au sens large de ce terme. Il ne nous semble pas que la notion de médialiture figure déjà dans cette liste.

Se pose donc la question de savoir si cette notion ne s’impose pas elle aussi en tant que déclinaison spécifique de cet « axe de pertinence » que constitue la théorie intermédiale. D’où la problématique suivante : qu’est-ce que le phénomène intermédial ? Á quoi peuvent correspondre ses manifestations spécifiques ? En quoi la médialiture pourrait-elle figurer de manière pertinente dans la nomenclature de ces dernières ?

On posera que la notion de médialiture s’impose en ce qu’elle est susceptible de rendre compte du phénomène  intermédial, et plus précisément interartial, dans le cadre spécifique de l’art littéraire. Pour étayer cette hypothèse générale, nous suggérons le raisonnement ci-après, dont les articulations se rapportent aux questions de la problématique ci-dessus :

L’intermédialité réfère à l’intrication des médias sur le double plan synchronique et diachronique, de sorte qu’on puisse les hiérarchiser en médias englobants et englobés, transcendants et transcendés, c’est-à-dire en  hypermédias et hypomédias, les uns relativement aux autres. Dans ces conditions, la spécificité d’un média se rapporterait à son caractère englobant, transcendant ou hypermédiatique (ou, à l’inverse, englobé, transcendé, hypomédiatique) par rapport aux autres médias, ce caractère étant donc patent, qui correspond à une mise en abyme de tous les autres médias en présence par ce média dominant, et ce suivant diverses modalités que l’on peut emprunter à l’intertextualité genettienne. Dès lors,  la médialiture correspondrait bien à une pratique littéraire englobant, transcendant ou dominant les autres pratiques artistiques en les intégrant en son sein suivant une logique de mise en abyme systématique, foisonnante et généralisée de celles-ci, comme dans une sorte de Gesamtkunstwerk wagnérienne mais polarisée par la littérature. Dès lors, on peut prendre les concepts de médialiture et de médiascripture, qui sont presque synonymes, au sens d’intermédialité dans la / en  littérature, mais surtout, de manière plus précise, au sens de littérature intermédiale, ce qui nous semble conforter leur pertinence conceptuelle. En effet, ce sur quoi ils insistent et qui sera au centre de la réflexion est qu’ils servent à caractériser une production ou une tendance littéraire (post)moderne dans laquelle le scriptural est réduit à l’essentiel, ce scriptural n’étant plus alors qu’un biais qui pourrait bien être remplacé par un autre (peinture, architecture, musique, danse, etc.) sans que le contenu de l’oeuvre en soit altéré. En d’autres termes, ces concepts insistent sur le fait, non pas de la littérarité de l’oeuvre mais sur celui de son intermédialité à laquelle est subordonnée une littérarité qui ne sert ici que de vecteur ou de plateforme interartial. Un peu comme si le principe de l’oeuvre d’art totale était repris littérairement, comme il pourrait l’être musicalement, architecturalement ou picturalement.

De telles hypothèses requièrent, comme outils d’analyse généraux, les théories intermédiale et intertextuelle, ainsi que celle de l’art total de Richard Wagner. Le premier outil servira à analyser les jeux et les enjeux épistémologiques des notions d’intermédialité et de médialiture ; le deuxième outil servira de tremplin heuristique dans la mise en évidence des possibles médiascripturaux ; et le troisième outil servira éventuellement de repère manifestaire garantissant la nécessité de la notion de médialiture. Il devait alors apparaitre que la création littéraire a évolué de plus en plus vers le médialittéraire depuis l’époque du modernisme.

Des hypothèses ci-dessus découlent aussi trois grands axes de réflexion :

  • L’histoire générale de la médialiture
  • Les possibles médiascripturaires / médialittéraires
  • Les études de cas (la médialiture dans telle ou telle oeuvre ; la poétique de la médialiture chez tel auteur ; etc.)

Comme le suggèrent les parenthèses dans l’intitulé du présent appel à contributions, les analyses peuvent s’ouvrir ou s’étendre aux autres arts en tant qu’hyperarts, autorisant alors, de ce fait, un quatrième axe de réflexion.

Les propositions d’articles sont à envoyer avant le 30 novembre 2012 à l’adresse électronique : gfranguiyoba@yahoo.fr

Après avis du comité scientifique, les auteurs des propositions retenues seront informés avant le 30 décembre 2012.

La parution de l’ouvrage est prévue pour décembre 2013.

Comité scientifique :

 Matthijs Engelberts (Université d’Amsterdam, Pays-Bas)

 François Guiyoba (ENS de Yaoundé, Cameroun)

 Eric Méchoulan (Université de Montréal, Canada)

 Salma Mobarak (Université du Caire, Egypte)

 Jürgen Erich Müller (Université de Bayreuth, Allemagne)

 Isabel Rio Novo (ISMAIA, Porto, Portugal)

 Jean Christophe Valtat (Université de Montpellier, France)

 Célia Vieira (ISMAIA, Porto, Portugal)

Responsable : Centre de Recherches en Littérature Comparée (CERLICO) de l’ENS de Yaoundé, BP 47 Yaoundé (Cameroun).

Selon l’expression de Jürgen E. Müller qui la préfère à celle de discipline pour désigner cette théorie.

Responsable : Centre de recherches en littérature comparée (CERLICO)

Adresse : BP 47 Yaoundé (Cameroun)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bande dessinée et adaptation

Benoît Mitaine, David Roche et Isabelle Schmitt du Centre Interlangue Texte, Image, Langage de l’université de Bourgogne (Dijon) lancent un appel à communication intitulé : « Bande dessinée et adaptation. Du texte aux images. De la page à l’écran ». Cette proposition d’inscrit dans un projet de recherche plus large puisque l’événement sera suivi, en 2013, par un second colloque traitant du passage de « l’image fixe à l’image mouvante/animée ». Il s’agit d’interroger tous les aspects d’un phénomène de circulation qui, à en croire les organisateurs et l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous nous invite à replacer « la bande dessinée au milieu du carrefour sémiotique qui la définit :

son hybridité naturelle texte/image la positionne à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. » Telle est la position qu’il s’agira de discuter avant le 31 octobre prochain, en s’appuyant par exemple sur les nombreuses collections proposant des adaptations : « Rivages Noir » (Scarface de Christian de Metter d’après Armitage Trail, Prisonnier du ciel de Marcelino Truong et Claire Le Luhern d’après James Lee Burke…), « Petits meurtres » (Nettoyage par le vide de PTOMA d’après Mickey Spillane) ou « Agatha Christie » chez Emmanuel Proust, et bien sûr « Ex Libris (Robinson Crusoe, Frankenstein…) chez Delcourt.

 

Bande dessinée et adaptations

Du texte aux images

De la page à l’écran


Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, la question de l’adaptation appliquée à la bande dessinée n’a soulevé que de rares réflexions (Gaudreault et Groensteen, 1998 ; Boillat, 2010).

Cette pratique que l’on pourrait croire marginale cesse de l’être dès lors que l’on replace la bande dessinée au milieu du carrefour sémiotique qui la définit : son hybridité naturelle texte/image la positionne à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. Capable de transformer un roman en associant l’image fixe au texte, sa morphologie narrative iconotextuelle basée sur la séquentialité lui donne aussi une évidente proximité avec le cinéma. Habitué depuis longtemps à travailler depuis un storyboard (étape proto-filmique se présentant comme une bande dessinée), le cinéma a des prédispositions naturelles pour transformer les images fixes de la bande dessinée en images mouvantes (films, films d’animation, dessins animés), et il le prouve de plus en plus souvent.

Outre l’aspect narratologique, ce phénomène est aussi intéressant en ce qu’il est révélateur d’un « état historique de la création » (Groensteen) dans lequel le clivage entre culture savante et culture populaire tend à s’estomper et dans lequel l’hybridation (l’intermédialité étant une manifestation parmi d’autres) devient une tendance lourde.

On s’intéressera également à la question du « transfert culturel et historique » (Coremans) que pose l’adaptation, sorte de réincarnation en un espace-temps parfois fort éloigné de son contexte d’origine.

Compte tenu de l’amplitude des champs sémiotiques et fictionnels à couvrir (texte littéraire – bande dessinée – cinéma), la réflexion sera articulée en deux journées d’étude afin de bien isoler chacune de ces deux pratiques.

Le premier volet, le 17 février 2012, sera consacré au passage du texte à l’image et le second, en 2013, à celui de l’image fixe à l’image mouvante/animée. Cette segmentation qui permet de mettre clairement en valeur les relations de la bande dessinée tantôt avec le texte littéraire tantôt avec le cinéma aura aussi l’avantage d’isoler les deux dimensions de l’adaptation : adapter et être adapté.

Les communications peuvent se faire dans toutes les langues représentées dans le Centre T.I.L. (allemand, anglais, espagnol, italien, russe). Toutefois, afin de favoriser le dialogue et l’échange scientifique, il serait préférable que les discussions soient en français.

Axes de réflexion possibles :

-Aspects narratologiques et esthétiques. Comment adapter ? Quelles transformations ?

-Aspects médiatiques et génériques : la « médiagénie » (Marion, 1997) : une barrière à l’adaptation ? Existe-t-il des genres plus adaptables que d’autres ?

-Aspects didactiques. Pourquoi adapter ? Existe-t-il un effet vulgarisateur ?

-Aspects économiques. L’adaptation : la poule aux oeufs d’or ?

Bibliographie Sélective

BOILLAT, Alain (dir.) : Les cases à l’écran. Bande dessinée et cinéma en dialogue, Genève, Georg, 2010, 360 p.

COREMANS, Linda : La transformation filmique, Bern, Frankfurt/M. / New York, Peter Lang, 1990, 227 p.

GABILLIET, Jean-Paul : Des comics et des hommes, Paris, Éditions du Temps, 2005, 478 p.

GAUDREAULT, A. et GROENSTEEN, Th. (dirs.) : La transécriture. Pour une théorie de l’adaptation, Québec / Angoulême, Editions Nota Bene / CNBDI, 1998, 277 p.

GOGGIN, J. et HASSLER-FOREST, D. : The Rise and Reason of Comics and Graphic Literature, Jefferson, McFarland, 2010, 244 p.

GROENSTEEN, Thierry : Système de la bande dessinée, Paris, P.U.F., 1999, 206 p.

HUTCHEON, Linda : A Theory of Adaptation, New York / London, Routledge, 2006, 272 p.

MARION, Philippe : « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches en communications, n° 7, 1997, pp. 61-87.

MILLER, Anne : Reading Bande Dessinee : Critical Approaches to French-language Comic Strip, Bristol / Chicago Intellect Books, 2007, 364 p. (En particulier la deuxième partie, “Analytical Frameworks”).

PEETERS, Benoît, Lire la bande dessinée, Paris, Flammarion, 2002, 194 p.

Les propositions sont à envoyer à Isabelle Schmitt (isabelle.schmitt@u-bourgogne.fr), Benoît Mitaine (bmitaine@gmail.com) et David Roche (mudrock@neuf.fr) avant le 31 octobre 2011.

Responsable : Benoît Mitaine et Isabelle Schmitt

Url de référence :
http://til.u-bourgogne.fr/

Adresse : 2 bd Gabriel21000 Dijon

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Circulations entre les arts : interroger l’intersémioticité

Marie Bouchet, du laboratoire « Cultures anglo-saxonne » de l’université Toulouse-Le Mirail, lance un appel à communication intitulé : « Circulations entre les arts : interroger l’intersémioticité ». S’inscrivant dans une thématique qui, présente dans moult appels relayés par les Carnets de la bande dessinée (voir ici), semble progressivement s’affirmer comme structurante sur le plan scientifique, cette proposition nous invite à penser la « circulation de la représentation d’un code à l’autre » et « d’une forme à l’autre », c’est-à-dire l’état d’une œuvre mêlant ce qui est présenté comme des « codes sémiotiques ». Les brèves pistes de recherche que nous présentons ci-dessous laissent toute latitude pour proposer des interventions ayant trait à une bande dessinée qui est, pour une fois, nommément mentionnée.

 

Circulations entre les arts : interroger l’intersémioticité

Date limite : 30 juin 2011

Journée d’Études le 31 mars 2012, Université Toulouse II-Le Mirail

Comment penser la circulation de la représentation d’un code à l’autre dans les œuvres intersémiotiques ? Que se joue-t-il lorsque l’on passe d’une forme à une autre, comme dans l’adaptation, ou lorsque l’œuvre elle-même circule entre les codes sémiotiques et les mêle (opéra, film, bande dessinée, insertion d’une image dans le texte ou de texte dans l’image, installation) ? Y-a-t-il circulation fluide entre les codes ou prééminence d’un code sur l’autre, voire illusion de circulation, simple « effet » d’un autre code ?

Dans cette perspective, plusieurs thèmes peuvent être abordés :

· Dissémination d’un thème ou d’une histoire à travers les arts au fil de ses adaptations

· Écriture intersémiotique : comment opère la circulation d’un code à un autre

· Formes de création multisémiotiques

Les propositions de communication en anglais ou en français (environ 300 mots) sont à envoyer d’ici le 30 juin 2011 au plus tard à : marie.bouchet@univ-tlse2.fr

 

Responsable : Marie Bouchet

 

Url de référence :
http://w3.cas.univ-tlse2.fr/spip.php?rubrique5

 

Adresse : Département Etudes du Monde AnglophoneUniversité Toulouse II-Le Mirail5 allées Antonio Machado31058 Toulouse Cedex 9

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Apparitions fantastiques

« Apparitions fantastiques » : c’est le thème qu’ont choisi les CRILA, CERLI et CERIEC de l’université d’Angers pour un colloque en novembre 2011. Intitulé « Apparition et disparition dans la fiction brève (littérature et arts de l’image) », celui-ci est organisé autour de trois thèmes : « l’imaginaire, le texte bref et la question de l’apparition ». « Le fantastique commence donc par l’émergence, le jaillissement de quelque chose », et il s’agit donc d’interroger l’apparition à travers, en ce qui concerne l’image, de la « transposition des textes dans les arts visuels ». Au vu du corpus que propose l’appel à communication, nous pensons qu’il serait intéressant pour des chercheurs de travailler sur :

  • Des adaptations d’Edgar Alan Poe comme Adam Sarlech (Frédéric Bézian aux Human), La Chute de la maison Usher (Richard Corben chez Albin Michel) ou encore Le Portrait ovale (Pascal Somon chez Nucléa).
  • Des adaptations de Lovecraft comme Les Montagnes hallucinées (Culbard chez Akiléos), Les Mythes de Cthulhu (Breccia chez Rackham), Le Temple (Rodriguez chez Emmanuel Proust Éditions).

La date limite est fixée au 30 juin.

COLLOQUE CRILA-CERLI-CERIEC

Université d’Angers

24-26 NOVEMBRE 2011

Apparitions fantastiques

Apparition et disparition dans la fiction brève (littérature et arts de l’image)

Il s’agira dans ce colloque pluridisciplinaire d’organiser la réflexion autour de trois axes : l’imaginaire, le texte bref et la question de l’apparition. Pourquoi ce choix ? On sait d’abord que « le fantastique excelle lorsqu’il est porté par un texte court et le plus souvent par la brièveté de la nouvelle » (N. Prince, Le fantastique, A. Colin, p. 77) : Poe, James, Hawthorne, Maupassant, Richepin, Schwob, Nodier, Gautier, Lorrain sont autant d’auteurs qui ont porté la nouvelle aux nues, et leurs écrits permettent d’envisager le rapport étroit entre le fantastique et la nouvelle. « La nouvelle réussit à merveille à créer la tension nécessaire et l’émotion propre au genre. Il s’agit d’un récit bref et rectiligne, concentré sur peu de personnages, sur un événement unique au caractère insolite, inouï et inédit […] Tout dans la nouvelle est au service de l’efficacité fantastique » (Id., p. 78) : « [la nouvelle] a sur le roman à vastes proportions cet immense avantage que sa brièveté ajoute à l’intensité de l’effet » (Baudelaire).

Le fantastique, dit-on communément, déclenche « l’apparition » (R. Caillois) : apparition de l’insolite, de l’inadmissible, de la chose ou de l’être surnaturel. Le mot fantastique se rapporte au verbe grec phantasein qui signifie « faire voir en apparence, montrer, apparaître ». Le fantastique commence donc par l’émergence, le jaillissement de quelque chose. Le même mot phantasein est lié à phantasia, « l’apparition », et à phantasma, « le spectre, le fantôme », réunissant dans une même origine apparition et surnaturel. L’apparition est le principe actif par lequel l’événement surprenant se manifeste. Elle atteint le héros, ouvre son expérience à l’indicible. Quelque chose apparaît qui implique « l’infraction du réel » (J.-L. Steinmetz). Ce basculement correspond souvent à une « monstration » (D. Mellier) qui consiste à « montrer de manière excessive et hyperréaliste des créatures surnaturelles ».

Mais comme son double au miroir, la disparition participe elle aussi au jeu de/avec la peur ou de l’insolite. Disparition d’une personne, d’une partie de son corps, d’un objet, voire d’un lieu. Il existe aussi, au coeur du fantastique, un paradoxe lié à la lacune, au manque, à la manifestation ou à « l’apparition » de l’invisible, à « l’image absente » (H. de Régnier), au « visible paradoxal » (N. Prince). Comment alors exprimer ce qui échappe à la représentation, sinon par le texte même, par ses figurations et ses escamotages stylistiques ? C’est en s’effaçant que le texte de l’invisible en vient finalement à l’exhiber. L’écriture de la disparition s’achève alors par une disparition de l’écriture.

Notre colloque se propose de développer ces pistes sur un mode transversal en réunissant des spécialistes du texte court et des analystes de la littérature ou des arts visuels. Les formes brèves sont toutes convoquées : nouvelle, novella, tale, short story, conte. De même pour les genres ou sous-genres de l’imaginaire : fantastique, gothique, horreur, terreur, merveilleux, fantasy, science-fiction, littérature de jeunesse, mythe. Aucune périodisation précise ne sera préconisée.

Sur le plan de l’image, on s’intéressera à la transposition des textes dans les arts visuels. L’adaptation de la nouvelle fantastique à l’écran pose des problèmes spécifiques. La forme brève peut être conservée ou même condensée. A l’inverse, la fiction, largement étoffée peut donner lieu à un long métrage qui permet aux motifs et figures (comme le spectral) de s’inscrire dans un espace et de se déployer dans la durée. La question de l’apparition/disparition est cruciale et donne lieu à des choix de mise en scène (monstration ou évitement, suggestion ou fragmentation de la figure, répétition/variation, jeu sur le hors champ, la lumière et l’ombre, les bruits diégétiques etc.) qui rejoignent des préoccupations théoriques importantes. Il nous semble loisible enfin d’ouvrir un atelier aux spécialistes de traductologie afin de réfléchir sur la pratique de la traduction en matière de nouvelles fantastiques (des nouvelles « classiques » ont été traduites plusieurs fois).

Responsables de l’organisation :

-locaux (pour le CRILA) : Lauric Guillaud, Emmanuel Verdanakis, Pascale Denance, Alice Clark (Université de Nantes) : mise en place des ateliers. Contact CERIEC : Anne-Simone Dufief

-extérieurs : (pour le CERLI) Gilles Menegaldo (Université de Poitiers) : aire cinématographique.

Des ateliers thématiques seront définis en fonction des propositions. La majorité des communications sera faite en français. Toutefois, un atelier sera prévu pour les communications en anglais (fonctionnement habituel du CRILA). Un autre atelier pourrait réunir les théoriciens du genre.

Une journée d’étude préparatoire sous forme de séminaire ou de table ronde aura lieu le 23 juin. Le sujet sera « la nouvelle fantastique ».

Temps de parole imparti : 25 minutes + 5.

Merci d’envoyer vos propositions conjointement aux deux adresses mail suivantes, avant fin juin :

-Lauric Guillaud : lauric.guillaud@sfr.fr

-Anne-Simone Dufief : simone.dufief@univ-angers.fr

Quelques auteurs anglophones célèbres du genre :

Coleridge, Lord Byron, John Keats, Washington Irving, William Austin, James Hogg, Mary Shelley, Nathaniel Hawthorne, Poe, Emily Dickinson, J. S. Le Fanu, Lewis Carroll, Henry James, Dickens, Oscar Wilde, Yeats, Ambrose Bierce, R.-L. Stevenson, Bram Stoker, Arthur Machen, H.G. Wells, Robert Chambers, W.W. Jacobs, M.R. James, Kipling, Lord Dunsany, Saki, E.M. Forster, A. Conan Doyle, Edith Wharton, Walter de la Mare, Mark Twain, Virginia Woolf, Algernon Blackwood, D.H. Lawrence, Graham Greene, Somerset Maugham, O’Henry, H.P. Lovecraft, Daphne du Maurier, Ray Bradbury, Ursula Le Guin, Nabokov, Charlotte Perkins Gilman, Stephen King, Richard Matheson, etc.

Aire francophone :

Jean Cocteau, Marguerite Yourcenar, Léon Bloy, Jules Claretie, André Pieyre de Mandiargues, Marcel Aymé, Théophile Gautier, Jules Lermina, Prosper Mérimée, Maupassant, George Sand, Jean Richepin, Villiers de l’Isle-Adam, M. Renard, Henri de Régnier, Gaston Danville, Catulle Mendès, Remy de Gourmont, Balzac, Charles Nodier, Michel de Ghelderode, Jean Ray, Claude Seignolle, J.-L. Bouquet, Alexandre Dumas, Nerval, etc.

Bibliographie sommaire sur la nouvelle :

– BONHEIM, Helmut, The Narrative Modes. Techniques of the Short Story, Brewer, 1982, 197 p.

– BOUCHER, Jean-Pierre, «Le titre du recueil: le premier récit. Le Torrent d’Anne Hébert», Écrits du Canada français, no 65, 1989, p. 27-46.

– Id., Le recueil de nouvelles, Montréal, Fides, 1992, 216 p.

– CHKLOVSKI, V., «La construction de la nouvelle et du roman», Théorie de la littérature, textes des formalistes russes réunis et traduits par T. Todorov, Paris, Seuil, «Tel Quel», 1965, p. 170-196.

– DELOFFRE, Frédéric, La Nouvelle en France à l’âge classique, Paris, Didier, 1967, 130 p.

– ETIEMBLE, René, «Problématique de la nouvelle», Essais de littérature (vraiment) générale, Paris, Gallimard, 1975, p. 220-236.

– FONYI, A., «Nouvelle, subjectivité, structure. Un chapitre de l’histoire de la théorie de la nouvelle et une tentative de description structurale», Revue de littérature comparée, vol. 50, no 4, oct.-déc. 1976, «Problématique de la nouvelle», p. 355-375.

– GODENNE, René, La nouvelle française, Paris, P.U.F., collection SUP, 1974, 176 p.

– Id., « Comment appeler un auteur de nouvelles?», Romanic Review, fév. 1967, vol. LVIII, no 1, p. 38-43, Columbia University Press, New York & London.

– MORIN L., De la nouvelle fantastique au roman fantastique, Etudes Canadiennes, 1996, vol. 22, n° 40, pp. 17-28.

– PELLERIN, Gilles, Nous aurions un petit genre, Québec, L’Instant même, 1997, 217 p.

– PRINCE, Nathalie, Le fantastique, Paris, Armand Colin, collection « 128 », 2008, 128 p.

– Id., Petit musée des horreurs. Nouvelles fantastiques, cruelles et macabres, Paris, Robert Laffont, collection « Bouquins », 2008, 1152 pages.

– Id., « L’image absente. Une dialectique de l’invisible », dans Le livre et l’image dans la littérature fantastique et les oeuvres de fiction (F. Dupeyron-Lafay dir.), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, p. 237 à 256.

– SHAW, Valérie, The Short Story: a Critical Introduction, London, New-York, Longman, 1983, 294 p.

Responsable : Lauric Guillaud, Emmanuel Verdanakis, Pascale Denance, Alice Clark, Anne-Simone Dufief, Gilles Menegaldo

Hybridations textes & images

La résidence d’artiste de Marc-Antoine Mathieu à l’Université de Tours se conclut par un colloque consacré aux Hybridations textes & images. Ce colloque est organisé par le laboratoire Intru, qui a développé cette année un axe de travail précisément consacré aux iconotextes. Le colloque se déroulera du 11 au 13 mai, au 5e étage de la Bibliothèque Universitaire de l’Université de Tours. Voici son programme :

Mercredi 11 mai (après-midi)

  • 17h30 : Accueil des intervenants
  • 18h : Laurent GERBIER (Université de Tours) & Marc-Antoine MATHIEU (artiste en résidence) – « Détournement et hybridation : la résidence d’artiste 2010-2011 »
  • 19h : Pot d’accueil et visite de l’exposition

Jeudi 12 mai (matinée)

  • 9h30 : Hélène VIAL (Université de Clermont-Ferrand II) – « Les Métamorphoses d’Ovide illustrées au fil des siècles ou l’hybridation démultipliée »
  • 10h15 : Anna FIERRO (Università di Firenze) – « Théâtre à lire, roman à jouer : l’hybridation dans Petites misères de la vie conjugale de Balzac »
  • 11h : Pause
  • 11h15 : François FIEVRE (Université de Tours) – « Le mariage est-il une hybridation ? The Marriage of Heaven and Hell de William Blake entre texte et image »
  • 12h : Elisabetta SIBILIO (Università di Cassino) – « Un auteur hybride : Jean Bruller alias Vercors »

Jeudi 12 mai (après-midi)

  • 14h45 : Pierre FRESNAULT-DERUELLE (Université de Paris I) – « Le malin génie des images (réflexions sur l’iconotexte) »
  • 15h30 : Christophe MEUNIER (IUFM d’Orléans) – « Peter Sis ou l’imagier des espaces »
  • 16h15 : Pause
  • 16h30 : Constance MORETEAU (Université de Paris X) – « The Big Book d’Alison Knowles : un sur-livre en hybridation continue ? »
  • 17h15 : Valérie MORISSON (Université de Bourgogne) – « David Godbold, The Unreliable Narrator : hybridation et subversion »

Vendredi 13 mai (matinée)

  • 9h30 : Thierry SMOLDEREN (EESI Angoulême) – « L’hybridation graphique, creuset de la bande dessinée »
  • 10h15 : Thierry GROENSTEEN (EESI Angoulême) – « L’hybridation graphique, ou le patchwork des styles »
  • 11h : Pause
  • 11h15 : Anthony RAGEUL (Université de Rennes II) – « La bande dessinée numérique, si loin et si proche de la bande dessinée. Figures et tensions d’un médium hybride »
  • 12h : Benoît BERTHOU (Université de Paris XIII) – « L’hybridation : un nouveau mode de création »

Vendredi 13 mai (après-midi)

  • 14h45 : Matthieu LETOURNEUX (Université de Paris X) – « ’Les deux camps déployèrent leurs patrouilles’ : hybridité icono-textuelle et hybridité ludo-narrative dans les parties racontées de White Dwarf »
  • 15h30 : Sandra RAGUENET (Université de Provence) – « Hybridations intermédiales : quand la revue informe les frontières icono-textuelles »
  • 16h15 : Pause
  • 16h30 :  Valérie VIGNAUX (Université de Tours) – « Émile Cohl ou l’« invention » du cinéma d’animation : un iconotexte iconoclaste ? Mots-images et séries culturelles dans le cinéma d’animation des premiers temps »
  • 17h15 : Hélène PREVERAUD (Université de Poitiers) – « Le film religieux muet, ou la possibilité d’un ‘évangile filmique’ »

Pour plus d’informations sur le colloque et sur la résidence d’artiste, on peut consulter le blog de la résidence.

Cinema and comics

Barbara Maio, de l’université de Rome 3, lance, pour le compte de la revue OL3Media, un appel à communication intitulé : « Cinema and Comics ». Celui-ci doit déboucher sur la réalisation de courts essais (2000-3000 signes) portant sur des thèmes on ne peut plus divers dont nous publions ci-dessous une liste dans laquelle il s’agira de piocher (ou de compléter) avant le 15 mars prochain (contactés, les organisateurs sont prêts à accorder un court délai).

Ol3Media: Cinema and Comics

The 2011 is going to be a year in the sign of comics adaptations with the coming of Thor and Captain America, the origin of X-Men, the 3D technology. Those two forms of popular entertainment usually share a similar path but just in the last few years we have seen an invasion of comics adapted for the big screen, also with secondary characters.

Next issue of Ol3Media is looking for short essays about it. Some suggestions:

  • the aesthetic of the mise-en-scene of comics;
  • authorship adaptations (Tim Burton, Sam Raimi, Christopher Nolan etc.);
  • vertical (saga) and horizontal (spin-off) serialization;
  • aesthetics of DC Comics vs. Marvel;
  • digital elaboration of images (Sin City, V per Vendetta, 300 etc.);
  • non-US productions (Asterix, Akira, Adèle etc.)
  • Italian cases (Paz!, Dylan Dog etc.)
  • non mainstream adaptations (Ghost World, Scott Pilgrim, Constantine etc.)
  • less famous comics (Kick Ass, Tamara Drew, The Green Hornet, Green Lantern etc.)
  • adaptation between mainstream and cult;
  • 3D technology in recent adaptations;
  • tv adaptations (Walking Dead, Batman etc.).

but we are going to accept also proposal from different points of view.

Chosen essays will be published in the next number of Ol3Media on line by the middle of June 2011. Proposals with a short bio (5/6 lines) should arrive by March 15 while accepted essays should be finished by May 15 for the final editing. Essays could be in Italian or English and will be published in the original language. Final essays should be between 2.000 and 3.000 words.

For information and submission
ol3media@uniroma3.it or barbara.maio@uniroma3.it

Ol3Media is the online journal of Cinema, Television and Media Studies of the Cine&Tv Master’s, University Roma Tre: http://host.uniroma3.it/riviste/Ol3Media/

Barbara Maio
University Roma 3 – Italy
Email: barbara.maio@uniroma3.it
Visit the website at http://host.uniroma3.it/riviste/Ol3Media/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée historique

Julie Gallego, membre du Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) lance un appel à communication intitulé : « La bande dessinée historique ». Souhaitant se focaliser sur des œuvres abordant l’Antiquité du bassin méditerranéen (de l’Egypte à la Perse), cette proposition entend prendre le neuvième art au sens large : l’impressionnante (et qui plus est non exhaustive) liste de pistes suggérées nous invite ainsi à penser la patrimonialisation, l’adaptation ainsi que les enjeux commerciaux ou pédagogiques de cette bande dessinée et n’entend donc pas s’en tenir à une analyse de contenu. Il serait ainsi possible de traiter de l’importance de la représentation de l’Antiquité au sein des dispositifs éditoriaux ayant donné naissance à la bande dessinée « franco-belge » : Tintin (avec Alix), Pilote (avec Astérix) et dans une moindre mesure Spirou (avec des séries comme Aurore et Ulysse ou certaines des planches des Histoires de l’Oncle Paul) firent ainsi tous une place à des travaux dont il serait intéressant d’examiner les tenants et les aboutissants en terme de publication. Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fxée au 30 avril prochain.

La bande dessinée historique

23-25 novembre 2011

Présentation du colloque

En janvier 2010 disparaissait l’un des derniers maîtres de la bande dessinée franco-belge de l’épopée du journal Tintin, Jacques Martin, dessinateur et scénariste de nombreuses séries, au premier rang desquelles Alix, à l’origine d’un nouveau courant dans la bande dessinée franco-belge : la bande dessinée historique. Chaque année, on constate la sortie de nombreuses bandes dessinées qui prennent l’Histoire comme trame de fond, comme architecture fondamentale ou simplement comme prétexte. Mais plus de soixante ans séparent le premier Alix du dernier Murena : étudier la bande dessinée historique, ce n’est pas seulement réfléchir à l’Histoire dans la bande dessinée, c’est aussi réfléchir à l’histoire de la bande dessinée, entre Alix « classique » reconnu et Murena désormais « incontournable » de l’Antiquité en BD, mais également à la bande dessinée dans l’Histoire, comme reflet de son époque.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Le colloque international, organisé par le Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL), qui se tiendra à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) du 23 au 25 novembre 2011 a pour but de mieux (faire) comprendre les spécificités de ce que l’on peut appeler la bande dessinée historique. Les invités d’honneur de ce colloque seront Jean Dufaux et Philippe Delaby, le scénariste et le dessinateur de Murena.

Ce colloque international comportera trois volets : scientifique, pédagogique et artistique ; il est destiné aux chercheurs, aux enseignants (de tout niveau et de toute matière), aux professionnels de la bande dessinée (dessinateurs, scénaristes, coloristes, éditeurs, conservateurs, galeristes, etc.) et aux autres spécialistes de l’image fixe ou mobile. Nous espérons que la diversité des intervenants sera le reflet de la richesse de la bande dessinée historique, ou plutôt des bandes dessinées historiques.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Quelle définition retenir pour la « bande dessinée historique » ? À quel corpus appliquer cette dénomination ? Quels sont les principes, les caractéristiques de ce genre narratif et graphique, dans son fonctionnement interne et dans ses interactions avec d’autres domaines littéraires et artistiques, avec d’autres médias ? Quel est son rapport à l’Histoire, un domaine qui par essence hésite déjà entre Art et Science, entre vérité et fiction, entre vrai et vraisemblable, entre Histoire et histoires ? La bande dessinée historique, à la fois convention discursive et medium, rejoint la conception souvent très romanesque de l’Histoire chez les historiens de l’Antiquité.

On pourra ainsi s’intéresser aux modalités d’inscription de l’Histoire en représentation dans la bande dessinée, mais sans limiter sa réflexion aux notions de vrai et de faux entre le support autonome qu’est la bande dessinée et les réalités historiques telles que les études scientifiques ont pu les établir. On analysera éventuellement le point de vue sur l’Histoire que met en avant l’auteur (qu’il soit scénariste, dessinateur ou coloriste) et qu’il veut faire partager à son lecteur, et l’étrange pacte de lecture qui lie alors l’auteur de bande dessinée historique et son lecteur. En effet, « mentir-vrai » et « effet d’Histoire »[1] sont des composantes essentielles de la bande dessinée historique, qui, par son degré de véracité narrative et graphique face à l’Histoire, engage auteur et lecteur dans une conception et une représentation du monde passé, oscillant entre historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire. Le matériel historique comme le lectorat apparaissent alors comme des objets d’étude pertinents, l’un en amont de l’œuvre, l’autre en aval.

Les liens entre bande dessinée et histoire culturelle[2] sont également une problématique majeure de la bande dessinée historique car elle est le reflet des mentalités conscientes ou inconscientes d’une époque, ce qui permet de lui donner aussi le statut de document historique ; comme le péplum, elle est aussi susceptible d’une lecture à plusieurs niveaux, lorsque la finalité de l’évocation des événements du passé est davantage une transposition d’événements contemporains qu’une représentation fidèle du passé. Parler de la romanisation, par exemple, dans la BD franco-belge des années cinquante ou soixante, ce n’est pas seulement parler de la Rome antique, c’est aussi (et, parfois, surtout) évoquer la (dé)colonialisation de la France ou de la Belgique (Astérix et les Goths s’inscrit ainsi dans un contexte où les rancœurs de la deuxième guerre mondiale sont encore sensibles, comme La griffe noire, peu de temps après la guerre d’Algérie). Car une bande dessinée historique appartient à son époque, même si elle transporte le lecteur loin dans le temps et dans l’espace, dans un temps et un espace qu’elle essaie de recréer, même si historique rime parfois (toujours ?) avec utopique et uchronique.

Essayant d’opérer un tri parmi les bandes dessinées qui « tiennent un discours sur l’Histoire », Michel Thiébaut[3] distingue 3 catégories (nous ajoutons la quatrième) :

  • les bandes dessinées didactiques, racontant des histoires dites « vraies » (un moment d’Histoire ou un personnage célèbre) ;
  • les bandes dessinées d’aventures humoristiques ;
  • les bandes dessinées de fiction réalistes, ou d’aventures fictives (catégorie la plus représentée) ;
  • les bandes dessinées érotiques historisantes.

Les communications pourront être l’occasion de revenir sur ce classement.

Limites chronologiques de cette première édition

La chronologie historique ira jusqu’à la Rome tardive mais l’axe majeur sera géographique, celui de l’Antiquité du bassin méditerranéen (Égypte, Carthage, Numidie, Grèce, Crète, Italie – Rome, bien sûr, mais aussi l’Étrurie –, Gaule et territoires celtes, Scythie, Perse, etc.). Des bandes dessinées dont l’histoire principale se déroule à une époque ultérieure mais dans lesquelles un lien est fait avec les périodes citées pourront faire l’objet d’une étude (on peut penser à des BD mettant en scène des personnages enquêtant sur le passé antique ou projetés dans ce passé).

Pistes suggérées (et non exhaustives)

1. Vers une définition de la bande dessinée historique

1.1. Généricité et typologie

1.2. Fonctions mimésique, didactique, narrative et historienne de la bande dessinée historique

1.3. La BD historique non franco-belge : caractéristiques des historical comics et des manga historiques

1.4. Spécificités de la bande dessinée historique à sujet antique par rapport aux bandes dessinées historiques se déroulant à d’autres périodes (notamment dans les œuvres de Jacques Martin, de Gilles Chaillet et de Jean Dufaux)

2. La patrimonialisation de la bande dessinée historique : des magazines au musée

2.1. Place de la bande dessinée historique dans la bande dessinée

2.2. Émergence et évolutions éditoriales (notamment l’influence de la pré-publication sur la narration)

2.3. L’œuvre de Jacques Martin (dans son ensemble ou œuvres ou thèmes précis) ; l’école Martin (notamment Gilles Chaillet)

2.4. Le renouveau de la bande dessinée historique : la série Murena, héritages et innovations de Jean Dufaux et de Philippe Delaby

3. La bande dessinée historique comme objet d’histoire : des choix révélateurs

3.1. La période et le lieu

3.2. Les héros

3.3. Les éléments narratifs

3.4. La création artistique face à la censure (Comics Code américain et loi de 1949)

4. Les enjeux esthétiques et narratifs de la bande dessinée historique face à la littérature, aux autres arts, aux médias interactifs

4.1. Bande dessinée historique et roman historique

4.2. Bande dessinée historique, sculpture et peinture (art classique et art pompier)

4.3. Bande dessinée historique et péplum (cinéma, TV)

4.4. Bande dessinée historique et jeux vidéo

5. Les enjeux scientifiques de la bande dessinée historique face aux autres représentations visuelles

5.1. L’illustration archéologique d’un ouvrage scientifique

5.2. Les maquettes en 2D et les reconstitutions archéologiques en 3D

5.3. Les reconstitutions d’Histoire vivante (troupes de spécialistes et troupes d’amateurs)

5.4. Une nouvelle source d’inspiration pour l’auteur de bande dessinée : la collaboration avec les scientifiques

6. Les enjeux pédagogiques de la bande dessinée historique : atouts et limites

6.1. Histoire ou uchronie

6.2. Héros fictionnels, héros réels

6.3. Entre le vrai et le faux, le réel et le rêvé : combler avec vraisemblance les béances de l’Histoire

6.4. Histoire(s), mythes et philosophie

7. Les enjeux commerciaux de la bande dessinée historique

7.1. Nouveaux titres et nouvelles collections

7.2. Anciens titres et rééditions

7.3. Réception et médiatisation

7.4. Traductions en langues anciennes ou en langues étrangères

Comité scientifique

Jean-Michel Agasse (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Christian Amalvi (Professeur en histoire contemporaine, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Eugenio Amato (Professeur de grec, Université de Nantes, France)

Pierre-Yves Ardoy (Maître de conférences en droit privé, UPPA, France)

Claude Aziza (Maître de conférences de latin, Université de la Sorbonne nouvelle, France)

Benoît Berthou (Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Paris 13, France ; organisateur du colloque international La bande dessinée : un art sans mémoire ?)

Pierre Bricage (Systémicien, Association Française de Sciences des Systèmes AFSCET, France)

Alain Chante (Docteur en Histoire, Maître de conférences HDR en Sciences de l’information et de la communication, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Christian Delporte (Professeur en histoire contemporaine, Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines, France)

Olivier Devillers (Professeur de latin, Bordeaux 3, France)

Jacques Dürrenmatt (Professeur de stylistique, Université de Toulouse 2 – Le Mirail, France)

Michel Eloy (Spécialiste de l’Antiquité au cinéma et en BD, auteur du site PEPLVM – images de l’antiquité, ancien collaborateur de J. Martin, Belgique)

Julie Gallego (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Muriel Lafond (Docteur en études latines, agrégée de Lettres Classiques, collège Félix del Marle, Aulnoye-Aymeries, France)

Cécile Leclercq (Agrégée d’Anglais, UPPA, France)

Pierre-Louis Malosse (Professeur de grec, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Valérie Mangin (Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste-paléographe ; actuellement scénariste de bande dessinée, France)

Sébastien Pelle (Professeur de droit privé et de sciences criminelles, UPPA, France)

Patrick Périn (Directeur du Musée d’Archéologie Nationale et Domaine national, Saint-Germain en Laye)

Bertrand Richet (Maître de conférences de langue anglaise, Sorbonne Nouvelle – Paris 3, France ; organisateur du colloque international Le Tour du Monde d’Astérix – Lectures, Traductions, Interprétations)

Cathy Rousset (Agrégée de Lettres Classiques, collège Émile Combes, Bordeaux, France ; chargée de cours, Bordeaux 3)

Nicolas Rouvière (Maître de conférences en littérature française et didactique de la littérature, IUFM de Grenoble, France ; organisateur du colloque international Lire et produire des bandes dessinées à l’École)

Claire Simon (Certifiée de Lettres Modernes, collège Michèle Pallet, Angoulême, France ; chargée de mission DAEC à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, Angoulême ; chargée du secteur « Bande dessinée » au Pôle pédagogique Rectorat de Poitiers)

Claire Sotinel (Professeur d’histoire antique, Université Paris-Est Créteil Val de Marne, France)

Antonio Stramaglia (Professeur de latin, Université de Cassino, Italie)

Michel Thiébaut (Docteur en histoire, certifié d’histoire et de géographie ; chargé de cours, Université de Franche-Comté, Besançon, France)

Comité d’organisation

Julie Gallego (responsable du colloque)

Cécile Leclercq

Marie-Françoise Marein

Liens et contact

URL de référence : http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011

Pour l’envoi des propositions ou tout autre renseignement : bd.historique2011@univ-pau.fr (Julie Gallego)

Envoi des propositions de communication

Les communications, inédites, pourront se faire en français ou en anglais et s’appuieront sur un diaporama.

Les propositions de communication compteront entre 4000 et 8000 caractères (espaces compris) et comporteront quelques images particulièrement significatives, accompagnées d’une présentation de l’auteur (maximum 2500 caractères, espaces compris).

Elles doivent parvenir avant le 30 avril 2011 à l’adresse bd.historique2011@univ-pau.fr. Consulter impérativement la page « Droits à l’image » du site du colloque http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011 pour prendre connaissance de toutes les consignes détaillées (notamment la liste des maisons d’édition qui ont autorisé les reproductions des scans dans les diaporamas des intervenants, les conditions de reproduction et les restrictions d’accord).

La durée exacte des communications sera précisée ultérieurement (environ 25 minutes).

Les éléments suivants seront clairement indiqués dans la proposition de communication :

  • un titre explicite (et éventuellement un sous-titre),
  • la thématique ou la problématique dans laquelle s’inscrirait le travail,
  • le corpus de bandes dessinées sur lequel elle s’appuierait (au moins approximatif).
  • des références bibliographiques (5 au minimum)

Chaque proposition de communication sera évaluée anonymement par au moins deux membres du comité scientifique. Les auteurs seront informés de l’acceptation de leur proposition au plus tard fin mai 2011.

Il est demandé aux intervenants de déposer au secrétariat du colloque un exemplaire papier de leur communication, le jour de leur passage (en cas d’absence de dépôt, l’article ne pourra être proposé à la publication). La version définitive pour la publication pourra néanmoins être enrichie ou modifiée ultérieurement en fonction des débats suscités durant le colloque.

Un comité de lecture évaluera, après le colloque, les communications qui seront retenues pour donner lieu à une publication. Les intervenants seront alors prévenus individuellement et les consignes exactes de présentation seront fournies pour les articles retenus.

Toutes les conférences seront filmées en vue d’une diffusion sur le site Internet de l’UPPA et/ en vue de la réalisation d’un DVD ; à cet effet, il sera demandé aux intervenants de renvoyer une convention de cession des droits d’auteur et une autorisation d’utilisation de données personnelles (en conformité avec la CNIL). En cas de refus de ces termes et conditions, la participation de l’intervenant ne pourra être retenue. Le document à remplir et à renvoyer par voie électronique sera disponible sur le site du colloque et sera à signer au secrétariat du colloque.

Calendrier (sous réserve de modifications, cf. site Internet du colloque)

Soumission des propositions : 30 avril 2011.

Évaluation des propositions par le comité scientifique : courant mai 2011.

Notification d’acceptation : 30 mai 2011.

Liste des images utilisées pour envoi aux maisons d’édition : 1er octobre 2011.

Envois des diaporamas pour les tests techniques : 15 novembre 2011.


[1] Pierre Fresnault-Deruelle, « L’effet d’Histoire », Histoire et bande dessinée. Actes du deuxième colloque international Éducation et bande dessinée, La Roque d’Anthéron, 16 et 17 janvier 1979, La Roque d’Anthéron, Objectif Promo-Durance, 1979, p. 98-104.

[2] Pour la bande dessinée comme objet d’histoire, nous renvoyons aux divers travaux de l’historien Pascal Ory.

[3] Michel Thiébaut, L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, Besançon, Université de Franche-Comté, thèse de doctorat (dir. M. Clavel-Lévêque), novembre 1997, 855 p.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Hybridations, texte et image

Le magasin des enfants, carnet de recherche avec qui Les Carnets de la bande dessinée entretiennent de constantes relations, porte à notre connaissance un appel à communication pour un colloque intitulé : « Hybridations, texte et image ». Lancé par l’INTRU (Interaction, Transfert, Ruptures artistiques et cUlturelles, université de Tours), celui-ci invite des chercheurs à s’emparer d’une « idée » de l’hybridation pensée comme « porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation ». Souvent présentée comme « hybride », la bande dessinée, qui est ici directement évoquée, est donc intéressée au premier chef et il serait fort intéressant de penser les tenants et aboutissants de ce qu’Harry Morgan qualifie de « faux débat » proposant de « définir les littératures dessinées par comparaison » et supposant de « commencer rituellement toute analyse de la narration par images fixes par la précision qu’elle diffère fondamentalement de ceci ou cela » (Principes des littératures dessinées, L’An 2, p. 9). Le thème de l’hybride pose en effet directement la question de l’essence de la bande dessinée et de sa capacité à se poser comme langage et domaine de recherche pleinement autonome, mais force est de constater que cette question est sans doute renouvelée à l’heure où le neuvième art noue avec d’autres médias des relations susceptibles d’aboutir à de nouvelles hybridations que cet appel à communication propose également d’examiner avant le 7 mars prochain.

Colloque « Hybridations »
Université François-Rabelais, Tours
Du mercredi 11 au vendredi 13 mai 2011

Appel à contributions: date limite: 7 mars 2011
Organisation : Service Culturel de l’Université & Laboratoire INTRU (JE 2527, http://intru.univ-tours.fr/),
avec le soutien du Conseil Scientifique

L’hybridation est d’abord le nom d’une catégorie biologique, ou plus exactement le nom d’une rupture ou d’une transgression des limites entre catégories biologiques : un hybride, c’est avant tout le produit d’un croisement, d’une greffe, d’une rencontre littéralement monstrueuse entre des espèces différentes. Etymologiquement, « hybride » renvoie au latin « ibrida », qui désigne le produit de l’union d’un sanglier et d’une truie ; puis le terme a été graphiquement contaminé par le grec « hybris », qui signifie l’excès ou la démesure, de sorte que le mot « hybride » est lui-même hybride.

Appliquée au domaine des arts et des lettres, l’idée d’hybridation semble principalement viser la porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation. Théorisée dans les premiers ouvrages qui s’emploient à explorer les formes de la « condition postmoderne », qu’il s’agisse de la littérature, de l’architecture ou du fondement des sciences, l’hybridation y est caractérisée par la pratique du détournement, de la citation, du pastiche. Cependant, bien avant de devenir une des pièces du dispositif théorique et esthétique de la postmodernité, l’hybridation est présente dans toutes les œuvres qui se jouent des frontières génériques et artistiques pour construire des formes d’expression rétives à toute univocité et à toute totalisation.

En appliquant la notion d’hybridation aux formes de la rencontre en texte et image, il ne s’agit donc pas tant de vérifier la pertinence historique du « diagnostic » de la postmodernité prononcé dans les années 1970 par Hassan, Jencks ou Lyotard, que de reprendre l’étude de ces formes spécifiques de greffe et de croisement qui jouent dans les dispositifs iconotextuels.

Les rencontres du texte et de l’image fournissent une très belle occasion d’examiner la manière dont les frontières des arts, des genres, des techniques ou des supports s’échangent en permanence leurs déterminations. Des processus de l’adaptation à ceux de la traduction, des rencontres entre pratiques venues d’horizons différents aux interrogations sur les formes de la mémoire graphique des artistes, le champ des interrogations que l’on entend rassembler autour de l’idée d’hybridation est vaste.

L’étude des dispositifs iconotextuels concerne au premier chef la bande dessinée, mais aussi toutes les formes du récit illustré, de l’album pour enfant au roman-photo. La rencontre entre le texte et l’image constitue-t-elle par elle-même une « greffe », un « hybride » ? Détermine-t-elle le caractère « non légitimable » des discours qu’elle engendre ? Favorise-t-elle des formes narratives spécifiques ? Quelle place et quel rôle reconnaître aux formes de sur-hybridation à partir de l’hybridation iconotextuelle (adaptation des comics au cinéma, albums ou revues illustrées accompagnés d’objets, pop-ups, produits dérivés, etc.) ?

Le colloque « Hybridations » entend explorer ces questions, dont la liste est loin d’être exhaustive, en les appréhendant à travers des exemples précis : il ne s’agit pas tant d’élaborer un discours formel général sur la concept d’hybridation que d’en explorer la puissance heuristique en l’appliquant à des études d’œuvres déterminées.

Les propositions d’interventions sont à remettre pour le 7 mars dernier délai aux organisateurs:

  • Laurent Gerbier (laurent.gerbier@univ-tours.fr)
  • France Nerlich (france.nerlich@univ-tours.fr)
  • Cécile Boulaire (cecile.boulaire@univ-tours.fr)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts