Sphères sémiotiques

L’Association des Jeunes Chercheurs en Sémiotique lance un appel à communication pour son séminaire intitulé « Sphères sémiotiques ». Se tenant à plusieurs dates et sur 3 sites (Limoges, Paris, Luxembourg), celui-ci accueille diverses interventions dont, bizarrement, aucune ne porte sur la bande dessinée : à vrai dire, seule les travaux de Dalila Harir (« Le discours littéraire dans la publicité ») ou de Justine Simon (« Approche sémio-discursive de l’hyperstructure dans la presse d’actualité destinée aux jeunes ») semblent approcher (de par leurs titres puisque nous n’avons pas assisté à ces conférences) le champ de la culture graphique telle que nous l’entendons. La chose est d’autant plus étrange que si une étude nous semble avoir permis de renouveler les conceptions des liens entre texte et image, c’est bien celle de la bande dessinée : une comparaison entre le premier Système de la bande dessinée de Thierry Groensteen et sa « suite » (Bande dessinée et narration) montre bien que nous sommes face à un art nous invitant à appréhender toute la complexité de la notion de « signification », comme le montrent les rapprochements problématisés dans l’ouvrage cité ci-dessus entre bande dessinée, littérature de jeunesse et art contemporain. Nous invitons ainsi nos lecteurs à contribuer à l’effort de ces jeunes chercheurs en proposant avant le 20 novembre prochain des interventions portant sur leurs travaux.

SÉMINAIRE « SPHÈRES SÉMIOTIQUES » (AJCS) 

Organisation : l’Association de Jeunes Chercheurs en Sémiotique (AJCS)

“Sphères sémiotiques” est un séminaire des jeunes chercheurs en sémiotique, organisé par l’AJCS. Il est un moyen pour les jeunes chercheurs en sémiotique de partager l’état de leur recherche et de dialoguer avec d’autres chercheurs. Le séminaire n’est pas organisé sous la forme de thématiques de manière à laisser place à la diversité des interventions. Pour chaque date, deux interventions seront programmées.

Ainsi, nous invitons cordialement tous les jeunes chercheurs en sémiotique à nous rejoindre. Si cela vous intéresse, nous vous demandons de bien vouloir nous envoyer votre proposition, en précisant la date qui vous conviendrait parmi les dates indiquées ci-dessous, et le lieu qui vous conviendrait parmi les villes mentionnées ci-dessous.

Pour information :

Le séminaire se déroulera de 14h à 16h.

Il s’agira d’interventions de 30 minutes (2 interventions pas date), suivies de 20 minutes de discussion. Le public est composé de jeunes chercheurs, chercheurs confirmés, maîtres de conférences et professeurs des universités.

6 dates sont prévues : 24 janvier, 14 février, 21 mars, 25 avril, 23 mai, 27 juin, ce qui nous fait un total de 12 interventions possibles.

Les villes où les séminaires auront lieu : Limoges, Paris, Luxembourg

N’oubliez pas de préciser les points suivants :

* Nom prénom

* Université de rattachement

* Votre statut (doctorant, maître de conférences…)

* Si doctorant (votre directeur de thèse)

* Titre de l’intervention

* Résumé de l’intervention  (250 mots maximum)

* Choix des dates et lieux (si possible, proposez plus d’une date et plus d’un lieu)

Les propositions de communication devront être envoyées le 20 novembre 2012 au plus tard à l’adresse de contact : semio.ajcs@gmail.com

Date de la notification des propositions et de l’annonce du programme : 30 novembre 2012

 

Responsable : AJCS

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les blogs BD au féminin

Laure Bianchini, Elisa Bricco, Anna Giaufret, Nancy Murzilli de l’université de Gènes lancent pour le compte de la revue Publipharum un appel à communication portant sur les « blogs de BD au féminin ». Les chercheurs s’intéressant à la culture graphique sont ainsi invités à s’interroger sur un objet (le blog BD) qui est présenté à travers des notions comme « évolution », « innovation » ou « hybridation » (de différentes formes comme le reportage ou le journal intime). Même s’il nous semble pertinent (car il y a effectivement lieu d’interroger la force de nouveauté de blogs auxquels plusieurs ouvrages furent consacrés), ce parti-pris nous semble toutefois ne pas poser un problème que nous aimerions voir nos lecteurs soulever : pourquoi ce support et cette forme d’écriture en mouvement (le blog) a-t-il permis l’affirmation d’une identité sexuée (en l’occurrence féminine) ? Peut-être est-il en effet possible de lier l’émergence d’auteurs femme et bouleversement des traditionnels modes d’édition : la naissance de roman graphique et l’apparition d’un genre comme l’autobiographie s’est ainsi accompagnée d’un large renouvellement des créateurs (pensons à Marjane Satrapi, Debbie Drechsler ou encore Alison Brechdel…). Nous laissons nos lecteurs explorer cette piste avant le 15 novembre prochain.

 

 Appel à contribution

Numéro de mars 2013 de la revue en ligne

Publifarum sur les « Blogs de BD au féminin ».

Argumentaire

Entre arts graphiques, écriture et technologie le blog est un genre qui attire aujourd’hui de nombreux auteurs, qui peuvent ainsi s’exprimer librement et s’ouvrir à un vaste public. Ce nouveau support qui exploite tous les atouts du web 2.0 joue aussi avec sa multimodalité et sa capacité d’interaction. Le blog est aujourd’hui choisi comme moyen d’expression par un nombre grandissant de jeunes auteurs de bandes dessinées, qui y arrivent après avoir publié sur papier ou le choisissent directement.
Dans le cadre de la semaine de la Francophonie, les Universités de Gênes, Turin et Bologne ont organisé en collaboration avec les Alliances françaises de ces trois villes une tournée d’auteurs réunissant quatre jeunes créatrices de blogs BD provenant de pays et d’horizons différents : Nawel Louerrad (Algérie), Sylvie-Anne Ménard, (Québec), Lorena Canottiere (Italie) et Elsa Caboche (France).
Les actes de ces journées seront rassemblés dans un numéro multimédia de la revue en ligne Publif@rum (http://www.publifarum.farum.it), revue ayant obtenu en 2011 le label DOAJ. Ce numéro publiera, outre des  articles scientifiques sur les enjeux de la bande dessinée numérique francophone, des entretiens menés avec les quatre blogueuses invitées, accompagnés de dessins qu’elles réaliseront pour ce numéro, les podcasts des conférences tenues lors de ces rencontres.

Ce numéro de la revue en ligne Publif@rum  a un double objectif : la publication des actes de cette journée et l’élargissement de la réflexion sur un sujet encore mal cerné par la recherche académique tel que le monde des blogs BD, et plus précisément celui des blogs BD féminins francophones. C’est pourquoi nous lançons cet appel à contribution auprès de chercheurs spécialisés dans la recherche sur la BD numérique.

Il s’agirait de réfléchir sur une forme et un médium qui, en tant que tel, est encore jeune et en constante évolution : il s’est à peine constitué comme objet d’étude. La BD numérique est en effet apparue sur le net francophone au début des années 2000, une dizaine d’années après son émergence aux Etats-Unis, entrainant une série de questionnements, notamment sur son statut (est-ce réellement de la BD ?), son fonctionnement interne (a-t-on affaire à un nouveau médium ou à une transposition du médium papier ? la forme doit-elle s’adapter au support numérique et exploiter nécessairement l’interactivité et le multimédia) ou encore sur son autonomie par rapport au marché éditorial traditionnel (quelle est la viabilité économique de ces productions ? quid du piratage et de la valorisation des auteurs hors des circuits habituels ?). Face à ces bouleversements, la réflexion théorique sur le sujet s’est mise en place tardivement, et reste sujette à une obsolescence rapide, due à l’évolution constante du médium. D’autres, depuis, ont cependant pris le relais – essentiellement des revues en ligne et des sites spécialisés (Comptoir de la BD, ActuaBD, Neuvième Art 2.0, Phylacterium, Du9, etc). C’est aussi le cas de jeunes chercheurs comme Anthony Rageul, auteur d’une étude sur la Bande dessinée interactive : comment raconter une histoire, ou d’Elsa Caboche, l’une des invitées de la tournée, dont le travail a l’originalité d’être à la fois théorique et pratique.

Quelques pistes d’interrogation non restrictives et non exhaustives : quelles sont les particularités de cette forme moderne d’autopublication ? Les blogs BD sont-ils voués à la dimension autobiographique qui caractérise la plupart d’entre eux ? Peut-on parler d’un genre du blog BD féminin ? Quel dialogue le blog BD construit-il entre l’élément textuel et l’élément iconique ? Les blogs BD féminins offrent-ils des éléments spécifiques pour la recherche en linguistique et socio-linguistique ? Le blog de Nawel Louerrad (http://nawel-louerrad.blogspot.it), par exemple, qui s’adresse à un public en grande partie francophone (aussi bien à l’intérieur de l’Algérie qu’à l’extérieur), est largement écrit en français, mais a recours à l’arabe là où il rencontre l’intraduisibilité d’expressions particulièrement significatives dans le contexte algérien. Quelles innovations permet le blog BD du point de vue de la transcription de l’oralité dans les bulles de dessin ? Peut-on parler d’hybridation entre plusieurs pratiques (journal, autofiction, autobiographie, BD, illustration, dessin animé) et d’intermédialité au sujet du blog BD ?

Bibliographie indicative

–    Scott McCloud, Reinventing Comics : How imagination and Technology Are Revolutionizing an Art Form, New York, William Morrow Paperbacks, 2000.
–    Thierry Groensteen, Bande dessinée et narration, Paris, PUF, 2011.
–    « La bande dessinée sur écrans », Neuvième art 2.0
–    Sébastien Naeco, La BD numérique, état des lieux, enjeux et perspectives, 2011 ; Hermès, n°54, CNRS éditions, 2009
–    Anthony Rageul, Bande dessinée interactive : comment raconter une histoire – Prise de tête, une proposition entre minimalisme, interactivité et narration, dir. Joël  Laurent, Univ. Rennes 2, Arts Lettres communication, Dpt. Arts plastiques (2009)
–    Julien Baudry, « Répliques : La BD numérique, enjeux et perspectives par Sébastien Naeco », http://www.du9.org/dossier/repliques-la-bd-numerique-enjeux  (mai 2011)
–    Thierry Smolderen, « Coconino World : explorer l’espace des formats BD/I », dossier « La BD et le net », 9e art, n°8, janv. 2003, CNBDI/Editions de l’an 2, Angoulême, p. 40-45.
–    Emission sur Mediapart : « La BD à l’ère numérique » (26/06/2011) (http://blogs.mediapart.fr/edition/comic-strip/article/260911/la-bd-lere-numerique-le-podcast )
–    Boudissa M., 2010, La Bande dessinée, entre la page et l’écran : Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique., Thèse en esthétique, sciences et technologie des arts, Université Paris VIII.
–    Clément J., 2000, Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace, [En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr ].

Calendrier

15 novembre 2012 : envoi de la proposition de contribution  (sous forme d’un résumé d’environ 3000 caractères espaces compris)
– 30 novembre 2012 : confirmation d’acceptation des propositions
31 janvier 2013 : soumission de l’article
– 1er mars 2013 :confirmation d’acceptation
– 31 mars 2013 : publication du numéro
Les articles comprendrons entre 20 000 et 35 000 caractères espaces compris. Ils doivent être soumis en français et être accompagnés d`un résumé en français et en anglais (200-250 mots), de 5 mots clés, des noms, ainsi que des affiliations et adresses e-mail du ou des auteurs. Les articles et questions complémentaires doivent être adressés à :
publifarumblogbd@gmail.com
Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail.

Comité scientifique

Laure Bianchini, Elisa Bricco, Anna Giaufret, Nancy Murzilli (Université de Gênes)

Responsable : Comité scientifique de Publifarum

Url de référence :
http://www.publifarum.farum.it

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Un imaginaire politique : l’apocalypse

Jean-Paul Engélibert (université Bordeaux 3, TELEM) et Raphaëlle Guidée (université de Poitiers, FORELL) lancent un appel à communication pour un colloque intitulé « Un imaginaire politique : l’apocalypse » qui aura lieu les 30 et 31 mai à l’université Bordeaux 3. Fruit d’un partenariat entre deux laboratoires, cette proposition invite les chercheurs à appréhender les « fictions de l’apocalypse » sous un angle politique et idéologique et leur propose de se focaliser notamment sur deux catastrophes bien précises (Tchernobyl et Fukushima). Même s’il serait intéressant d’analyser des œuvres de bandes dessinées ayant directement trait à ces événements (comme Tchernobyl mon amour de Chantal Montellier), on peut légitimement penser que les organisateurs pourraient faire une place à des études portant sur les riches évocations de l’apocalypse nucléaire au sein du neuvième art. Nombre ce celles-ci posent effectivement le problème du pouvoir, que ce soit dans le cadre des comics (comme dans le cas de Judge Dreed crée par John Wagner et Carlos Ezquerra dans lequel l’ordre d’un monde irradié repose sur une justice sommaire incarnée par des juges-policiers) mais surtout à des mangas dans lesquels l’apocalypse nucléaire peut être vue comme fondamentalement structurante. Pensons par exemple à Gen d’Hiroshima de Kenji Nakazawa (où l’holocauste ne concerne pas seulement un territoire mais également l’ensemble des relations humaines et tout désir d’ « être-ensemble »), à Akira (qui narre l’émergence d’une véritable « république nucléaire » dont la légitimité des lois et gouvernements tient à une catastrophe) ou encore Mother Sarah (dans lequel l’holocauste éveille l’instinct presque animal d’une mère de famille recherchant ses enfants égarés), tous deux signés par Katshuhiro Otomo. Nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette liste et de formuler des hypothèses avant le 31 octobre prochain.

 

 

 

Un imaginaire politique : l’apocalypse

Université Bordeaux 3, les 30 et 31 mai 2013

Ce colloque conclura le cycle « Utopie et catastrophe », issu d’un partenariat entre les laboratoires Telem (Bordeaux) et Forell B3 (Poitiers). Réfléchissant à l’articulation de deux notions centrales de l’imaginaire contemporain, tout en les resituant dans l’histoire longue de l’imaginaire utopique, ce programme de recherche a déjà donné lieu à deux journées d’études (« Quelles formes pour l’utopie à l’âge des extrêmes ? », Bordeaux 3, le 1er décembre 2011 et « Après la catastrophe : images et paysages de l’utopie », Poitiers, le 28 mars 2012) ainsi qu’au colloque « Dystopie et perturbations de l’utopie » (Bordeaux 3, le 16 novembre 2012). En fin de programme, il s’agira d’en tirer les conclusions, en élargissant nos perspectives dans deux directions :

– la dimension politique des fictions de l’apocalypse dans les récits de la destruction du monde des origines à nos jours,

– les récits rapportant deux catastrophes récentes, déjà bien documentées, d’autant plus que la seconde est lue au miroir de la première : Tchernobyl et Fukushima.

On s’interrogera sur les fictions de l’apocalypse, des mythes religieux les plus anciens, aujourd’hui réactivés, à la science-fiction contemporaine, dans leur dimension politique. On partira de l’hypothèse d’une confusion actuelle de la critique et de l’idéologie, qui n’est pas étrangère au sentiment apocalyptique contemporain, en ce qu’elle ajoute à la désorientation globale l’idée que la critique n’a plus ni lieu ni effet. On peut penser que cette confusion découle de la « politique de dépolitisation » couramment désignée par le mot de mondialisation depuis 1991, mais à l’oeuvre depuis une décennie de plus au moins[1]. Conséquence dans l’ordre des mots, dont le poids se fait évidemment moins sentir que les conséquences dans l’ordre des choses, mais qui ajoute à celles-ci ses effets propres. On ne peut pas ignorer que l’impasse politique et la violence sociale issues, presque partout sur la planète, de la politique paradoxale du néolibéralisme tendent à transformer les engagements révolutionnaires et les espoirs millénaristes en désir de fin et en nihilisme, ce qui se traduit par le retrait de la théorie critique.

D’où un grand désarroi dont la littérature et les arts témoignent. Parce que la théorie critique se distingue mal de l’idéologie, parce que l’analyse historique du présent paraît mal assurée, la littérature, qui ne prétend pas tenir un discours de vérité, se révèle particulièrement précieuse. En suspendant les évidences du sens commun, en enrayant ou débrayant les automatismes de la représentation, elle défait les idéologies ou permet de les regarder comme telles. En particulier, les fictions de la fin du monde, en représentant l’histoire comme achevée, l’agir humain dépassé, rendu impossible ou inopérant, inventent une forme de tragédie contemporaine qui place l’humanité non sous l’oeil de Dieu, mais sous son propre regard critique et (fictivement) rétrospectif. Elles inventent ainsi la conscience tragique laïque d’une humanité qui juge sa propre histoire enfin parvenue à la totalité, qui s’y reconnaît à la fois prométhéenne et apocalyptique et qui identifie en elle-même les ressorts du destin qu’elle s’est donné. Il s’agira donc d’étudier les apocalypses sans royaume de la littérature et d’autres arts narratifs, des XXe et XXIe siècles en priorité, mais peut-être aussi d’époques antérieures, afin d’y trouver les éléments d’une politique des fictions de la fin du monde. Soit : examiner les conditions auxquelles restaurer une perspective politique dans le climat apocalyptique général serait possible.

Apocalypse sans royaume est une expression que nous reprenons à Günther Anders[2]. Pour le philosophe allemand, le mythe chrétien nous promettait l’apocalypse et le royaume ; les grands récits des Lumières, en deçà de leurs différences, promettaient le royaume sans l’apocalypse. Seule notre époque, depuis Hiroshima, à cause de la menace nucléaire, vit dans l’attente d’une apocalypse sans royaume, c’est-à-dire d’une destruction absolue qu’aucun salut ne viendra racheter. Il s’agit là d’une perspective absolument inédite qui fonde chez Anders une philosophie de l’histoire radicalement athée et pessimiste : nous vivons depuis les premières explosions atomiques dans un temps nouveau, qui n’est plus celui de l’histoire, mais un délai. Ce que Hiroshima a anéanti, pour Anders, c’est l’Histoire elle-même. Dès lors que nous avons conçu des bombes capables de détruire l’humanité sans que rien n’en reste il est devenu impossible de penser, comme Hegel et sa postérité, que l’esprit se réaliserait dans l’histoire. « Le jour de la dégradation de l’Histoire est arrivé […] puisque celle-ci se révèle être elle-même mortelle[3]. » Dès lors, nous ne connaissons et ne connaîtrons plus d’autre temps que le délai qui nous sépare d’une fin réellement absolue, la mort de l’histoire nous condamnant au néant. Comme si l’humanité n’avait jamais existé, puisqu’il ne restera personne pour s’en souvenir.

C’est pourquoi la deuxième partie de ce colloque sera consacrée aux récits et images de deux catastrophes récentes, Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011), dont la nature réactive la notion d’une apocalypse sans royaume telle qu’elle a été théorisée par Anders. Les deux « accidents » nucléaires sont à l’origine d’une très riche production de récits, de fictions, de témoignages et d’images photographiques ou filmiques qui s’attachent autant à documenter la catastrophe qu’à raconter le temps de l’après dans la « zone interdite » rendue invivable par la contamination radioactive. Tout le paradoxe de ces fictions et récits est que, sans jamais nier la force d’annihilation du désastre, ils interrogent de fait les modalités de la survivance de l’humain au sein d’une nature irrémédiablement altérée. En montrant les traces présentes du désastre, les récits de Tchernobyl et Fukushima rendent visibles la temporalité longue d’une catastrophe infiniment à l’oeuvre dans les mémoires, dans les lieux et dans les corps ; mais c’est aussi depuis le coeur de cette catastrophe sans fin que se réinvente, dans certaines représentations, un nouvel imaginaire de l’utopie.

Jean-Paul Engélibert (Telem, Bordeaux 3) et Raphaëlle Guidée (Poitiers, Forell B3)

Les communications, en français ou en anglais, pourront porter sur toutes les formes de représentations de la catastrophe (littérature, cinéma, photographie, essais), les approches théoriques ou comparatistes étant bienvenues.

Les propositions de communication, accompagnées d’une brève notice de présentation de l’intervenant, devront être envoyées aux deux adresses suivantes avant le 31 octobre 2012 :

jean-paul.engelibert@u-bordeaux3.fr

raphaelle.guidee@univ-poitiers.fr

[1] Pierre Bourdieu, Contre-feux 2, Paris, Raisons d’agir, 2001, p. 57.

[2] Günther Anders, La menace nucléaire (1981), traduction française de Christophe David, Paris, Le Serpent à plumes, 2006, p. 294.

[3] Ibid., p. 250.

Responsable : Jean-Paul Engelibert

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comics and the history of books

La très renommée société savante Society for the History of Authorship Reading and Publishing (SHARP) lance, par le biais de Ron Haberman, un appel à communication intitulé : « Comics and the history of the book ». Cette proposition invite donc les chercheurs à considérer la bande dessinée au regard d’une perspective plus large : celle de son inscription dans l’évolution des processus de publication. L’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous fournit d’ailleurs de nombreuses pistes, en ouvrant la porte à des réflexions portant aussi bien sur le statut de l’auteur, que sur le format ou la censure… Un thème ne nous semble par contre pas être pleinement envisagé : celui de l’évolution des techniques et des modes de reproduction. Il serait par exemple passionnant d’esquisser les contours d’une histoire de la couleur dans la bande dessinée, depuis l’apparition de la bichromie jusqu’à l’émergence de la couleur directe : on pourra pour ce faire s’appuyer sur un essai de Gilles Ciment (publié sur son site) qu’il s’agira de relire et d’augmenter avant le 15 novembre prochain.

 

Call for Papers

SHARP/AHA Affiliate Panel

“Comics and the History of the Book”

The Society for the History of Authorship, Reading, and Publishing (SHARP) seeks participants for its affiliated panel session at the January 3-6, 2014 Annual Meeting of the American Historical Association in Washington D.C. Participants will take part in a roundtable conversation on the panel’s theme: “Comics and the History of the Book.”

In recent years scholars have investigated the significance of comic books and graphic novels. This round table aims to explicate how a book history approach to comics, broadly construed, can enrich our understanding of this medium. Those interested in participating in the panel should submit a short abstract (300 words) describing their current research interests and a statement on the key issues related to this field. Preference will be given to proposals that consider the evolution of comics since the early twentieth century. Additional topics of interest include: authorship, circulation and distribution, advertising, comics and gender, audience, legitimacy of the medium, production technologies, non-linear reading, aesthetics and format, censorship, and copyright.

Please submit abstracts and a brief CV by Thursday, November 15, to Robb Haberman at robb.haberman@du.edu.

 Please note that if selected to serve on the panel, all participants must be members of both AHA and SHARP

Follow us for updates about this panel!

SHARP at the AHA on Facebook: https://www.facebook.com/SHARPatAHA

SHARP at the AHA on Twitter: http://www.twitter.com/SHARPatAHA

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires

Le colloque « La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires » organisé par Jeanne Chiron se tiendra à l’université Paris Est-Créteil les 11 et 1é octobre prochain. De nombreuses communications devraient intéresser les chercheurs travaillant sur la bande dessinée puisqu’il sera question d’image ayant valeur d’ « insertion » (Ana Fiero sur Balzac), de « preuve » (Véronique MONTÉMONT sur « photographie et autobiographie ») et de narration (Côme Martin sur Fun Home d’Alison Bechdel). Nous laissons nos lecteurs découvrir les autres aspects de la manifestation en prenant connaissance de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous.

 

 

 

La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires.

Colloque international organisé les 11 et 12 octobre 2012 par l’équipe d’accueil

Lettres, Idées, Savoirs (LIS) de l’Université Paris Est – Créteil

Invités : Philippe Hamon et Christophe Martin

Responsables : Jeanne Chiron, Magalie Costella-Saneba, Feng Teng et Jean-Yves Samacher

Lieu: Centre Multidisciplinaire de Créteil, accès Métro ligne 8, station « Créteil Université »; suivre le fléchage.

Jeudi 11 octobre

L’IMAGE AUX SOURCES DE LA LITTÉRATURE

9h00 – Accueil des participants par Mme PLAGNOL-DIEVAL, directrice du LIS

9h15 – Ouverture par Philippe HAMON

Session 1 – La confrontation de deux systèmes sémiotiques

9h30 – Anna FIERRO (Université de Florence)

> Balzac illustré : l’insertion de l’image dans les textes littéraires

10h00 – Alex GAGNON (Université de Montréal)

> Iconotextualité et intertextualité. Pragmatique du discours littéraire dans Brelin le frou de Gisèle Prassinos

10h30 – Discussion

10h50 – Pause

Session 2 – Du figuratif au figural : vers les origines de la création

11h00 – Thouraya BEN SALAH (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse, Tunisie)

> L’image comme mode d’une expression authentique

11h30 – Lorraine DUMENIL (Université Paris Diderot-Paris 7 / Université Sapienza de Rome)

> Les « dessins » écrits d’Antonin Artaud

12h00 – Érika WICKY (Université du Québec à Montréal)

> Le tactile, entre visuel et textuel

12h30 – Discussion

13h00 – DÉJEUNER

Session 3 – L’image, source d’inspiration et de réinventions

14h30 – Barbara AIOSA-POIRIER (Université Stendhal Grenoble 3)

> La peinture dans l’oeuvre d’Antonio Tabucchi comme outil d’analyse

15h00 – Ilaria FORNACCIARI (Université de Bâle)

> Les mots et les images. Réflexions sur la fonction des images dans la pratique archéologique de Michel Foucault

15h30 – Julien STRIGNANO (Université Jean Monnet de Saint-Etienne)

> La vision renouvelée d’une oeuvre littéraire par l’image : Caprichos de Ramón Gómez de la Serna

16h00 – Discussion

16h30 – Pause

Session 4 – Imageries : élaboration de répertoires

16h40 – Rossana CURRERI (Université de Catane)

> L’image, prodrome de l’imaginaire. Réflexions sémiotiques et stylistiques sur quelques romans féminins tunisiens de graphie française

17h10 – Mirela-Cristina GRIGORI (Université Paris-Est Créteil / Université « Al.I.Cuza », Iasi, Roumanie)

> Voyages et écrivains iconophiles au XIXe siècle. Puzzle roumain

Vendredi 12 octobre

FABRIQUES DE LA LITTÉRATURE

Session 5 – Laboratoires de l’autobiographie

9h00 – Véronique MONTÉMONT (Université de Lorraine / ATILF-CNRS)

> La trahison des preuves : photographie et autobiographie

9h30 – Nadia CHABANEIX (Université Paris-Est Créteil)

> Images de l’invisible. Sur un synopsis d’Emmanuel Carrère

10h00 – Côme MARTIN (Université Paris IV – Sorbonne)

> Le double rapport au texte dans Fun Home d’Alison Bechdel

10h30 – Discussion

11h05 – Pause

Session 6 – Glanage et bricolage

11h15 – Anne REVERSEAU (Université K.U.Leuven, Louvain, Belgique)

> « Je suis une bricoleuse ». Christine Jeanney, textes, images et sérendipité

11h45 – Mandana COVINDASSAMY (École normale supérieure, Paris)

> Le « bricoleur » Sebald et ses compagnons

12h15 – Dalila HARIR (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis)

> La représentation iconique de la littérature dans le discours publicitaire

12h45 – DÉJEUNER

Session 7 – Relations écrivains/illustrateurs : du dialogue à l’autonomie

14h10 – Charlène CLONTS (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II)

> Le bord mobile ou la part figurale dans les livres de dialogue de Pierre Reverdy

14h40 – Christine PLU (Université de Cergy-Pontoise/ IUFM de l’académie de Versailles)

> L’illustration de Georges Lemoine : un bricolage pour une médiation herméneutique

15h10 – Irina ANELOK (Université Paris-Ouest Nanterre)

> Fourcade / Buraglio : dialogue texte – image

15h40 – Discussion

16h00 – Pause

Session 8 – Vers une « oeuvre totale » : dispositifs intermédiaux

16h10 – Sandra RAGUENET (Université d’Aix-Marseille)

> La poésie à l’épreuve de la photo-graphie, trois cas de tropismes créateurs : Nanni Balestrini, Heinz Gappmayr et Julien Blaine

16h40 – Alicja KOZIEJ (Université Marie Curie-Sklodowska, Lublin, Pologne)

> À la recherche de l’intégralité : le cas de la « liberature »

17h10 – Anja HAGEMANN (Université Paris IV – Sorbonne / Université de Hambourg, Allemagne)

> Entre visible et lisible : les interactions entre texte et image dans l’art chinois contemporain

17h40 – Discussion

18h00 – Clôture par Christophe MARTIN

Responsable : LIS

Url de référence :
http://lis.u-pec.fr/lettres-idees-savoirs-lis–362195.kjsp?RH=1242051327397

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les ailleurs de Corto Maltese

Dominique Lanni et Nicolas Pien de l’université de Malte lancent un appel à communication intitulé « Les Ailleurs de Corto Maltese ». Débouchant apparemment sur un ouvrage, cette proposition entend ainsi appréhender l’une des plus célèbres bandes dessinées de la seconde moitié du XXe siècle sous un angle à la fois géographique (Sibérie, Russie ou Argentine sont ainsi mentionnés dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous) et poétique (puisqu’il est question d’ailleurs littéraires ou « mythiques »…). Et semblable travail serait certainement l’occasion de s’interroger sur la pertinence de la notion d’exotisme dans le cadre du neuvième art : si le personnage d’Hugo Pratt n’est pas le seul à voyager, loin s’en faut (pensons à Tintin, Spirou ou Astérix qui n’ont de cesse de parcourir le monde), il semble s’inscrire dans une véritable « représentation de l’étranger » se situant loin des clichés. D’Irlande (Les Celtiques), Pratt semble livrer une réflexion sur l’identité d’un peuple dominé par ses puissants voisins ; de même, La Ballade de la mer salée est l’occasion de présenter au lecteur les indigènes mélanésiens alors que la première guerre mondiale est sur le point d’éclater. « L’ailleurs » semble effectivement se nourrir de modes d’expression, de traditions littéraires, de célèbres monuments et nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette réflexion avant le 15 octobre prochain.

Les Ailleurs de Corto Maltese

Dominique Lanni – Université de Malte / C.R.L.V.

Nicolas Pien – Martinique

Dans son hors-série paru fin 2001 et consacré à Corto Maltese, la rédaction du magazine GÉO a eu l’excellente idée de retracer sur un planisphère le tracé des voyages de l’aventurier créé par Hugo Pratt. De Malte à Gibraltar en passant par Venise, de l’Irlande à l’Argentine, des Antilles à Samarkand, de la Russie au Brésil, de la Chine à la Corne de l’Afrique… le marin maltais a, seul ou en compagnie de son âme damnée Raspoutine, écumé peu ou prou toute la planète, traversant sans trop de dommages tous les conflits ayant agité le monde au cours du premier tiers du vingtième siècle, étant des trafics les plus louches, des quêtes de trésors les plus improbables… Les ailleurs de Corto Maltese, ce sont donc ces lieux réels et d’autres ponctués de rencontres avec des personnages ayant réellement existé comme d’Annunzio, Jack London, Joseph Conrad, Louise Brooks, le baron Untern-Ungern… Mais ce sont également ces mondes imaginaires –mais le sont-ils vraiment ? – qui apparaissent dans les premiers albums, comme Corto, toujours un peu plus loin, mais surtout, dans les derniers, Les Helvétiques et Mû. L’objectif de ce volume collectif est de réunir des contributions sur les ailleurs de Corto, qu’ils soient réels ou imaginaires, qu’ils se situent au niveau du texte ou des images, ou dans le rapport texte/image.

Les contributions pourront porter sur la relation nouée par Corto Maltese avec un ailleurs spécifique, consister en une comparaison entre plusieurs ailleurs, montrer l’évolution de la notion même d’ailleurs dans l’oeuvre d’Hugo Pratt. Les perspectives sont nombreuses.

Nous avons déjà reçu et retenu plusieurs propositions. A ce jour, manquent toutefois, pour que le  volume soit complet, des propositions sur les thématiques suivantes :

1. Les ailleurs mythiques (Mû, les Helvétiques…) Une étude
comparatiste serait idéale. Sinon, nous avons une excellente
proposition sur Mû, mais rien sur Les Helvétiques.

2. Les ailleurs littéraires (Lectures…)

3. Venise (Là encore, une excellente proposition retenue inclut Venise, mais la cité des Doges mériterait une étude à part…)

4. La Sibérie, la Russie…

5. L’Argentine (à mettre en relation avec les écrits de Albert Londres, avec Carlos Gardel…)

Les propositions de communication –avec titre, résumé et mots-clés– sont à adresser pour le 15 octobre 2012 à Dominique Lanni et Nicolas Pien  aux adresses suivantes : dominiquelanni@yahoo.fr. et nicolas.pien@ac-martinique.fr.

 L’ouvrage sera publié aux éditions L’Harmattan, dans la collection « Audiovisuel et communication » dirigée par Erika Thomas et Bernard Leconte.

Responsable : Dominique Lanni et Nicolas Pien

Adresse : University of Malta – Dept. of French – Fac of Arts. 2080 Msida – Malta

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités : nouvelles publications

En ce mois de septembre, Comicalités reprend ses activités en publiant deux articles qui, nous l’espérons, mettent en évidence la richesse de la culture graphique en s’interrogeant sur la portée de deux parti-pris éditoriaux. Si le premier entend proposer une lecture de l’histoire de la bande dessinée à travers la reproduction d’un ensemble de cases, le second nous invite à nous interroger par le choix d’un lettrage sur le « geste » qui est au fondement de création de bandes dessinées (résumés plus bas).

– « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante » d’Erwin Dejasse.

– « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel » de Laurent Gerbier.

Ces articles s’inscrivent dans le cadre de notre rubrique « Éclectiques » ainsi que de notre thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et nous entamerons avant Noël la publication des premiers articles de « Représenter l’auteur de bandes dessinées ». Nous rappelons à nos lecteurs que ces Carnets sont à leur disposition pour publier leurs réflexions à propos de ces publications ou tout esquisse d’article destiné à Comicalités.

 

Benoît Berthou

Université Paris 13

Directeur de Comicalités. Etudes de culture graphique

——————————————————————

 

Erwin Dejasse, « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante »

 

Entre 2006 et 2007, L’Association a publié les trois numéros de la revue L’Éprouvette. Ceux-ci sont notamment illustrés par trente-quatre hors-texte présentant des fragments de cases fortement agrandies. En les confrontant avec des réalisations comparables (l’exposition Bande dessinée et Figuration narrative, la rubrique « Cases mémorable » dans Les Cahiers de la bande dessinée), cet article s’interroge sur ce qu’implique la reproduction de fragments. Il tente aussi de déterminer le rôle joué par ces images au sein de la revue et les liens qu’elles entretiennent avec le reste du contenu. Enfin, toujours en les mettant en perspective avec les réalisations évoquées plus haut, il analyse dans quelle mesure ces images esquissent les contours d’une certaine histoire de la bande dessinée.

Laurent Gerbier, « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel »

Comment se fait-il que le lettrage mécanique utilisé dans certaines bandes dessinées, et tout particulièrement dans les traductions, donne parfois l’impression d’être si mal adapté au dessin ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut revenir à l’unité fondamentale du tracé de la lettre et du trait du dessin : en examinant cette unité non seulement dans la pratique des dessinateurs, mais aussi dans les rencontres du trait et de la lettre dans les manuscrits enluminés du Moyen Âge, on essaiera de montrer que le dessin et le lettrage de la bande dessinée sont liés par une contemporanéité qui est celle de la trace. Parce qu’une main les forme, ces traits constituent des vestiges de geste, dans lesquels se joue la temporalité particulière des iconotextes. Le lettrage mécanique, utilisé sans précaution et sans finesse, écrase cette temporalité subtile, qui révèle la solidarité du texte et de l’image dans la bande dessinée.

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations

Mathilde Lévèque (université Paris 13) et Anne Struve-Debeaux (universite Paris Ouest-Nanterre-La Défense) organisent les 27 et 28 septembre prochain un colloque intitulé : « La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations ». L’événement offrira un large panorama des productions éditoriales de la période et accueillera notamment Benoît Peeters et Julien Baudry : nous reproduisons son programme ci-dessous.

Colloque international

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2012

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

200 avenue de la République 92001, Nanterre Cedex

Bâtiment B, Salle des conférences.

Organisateurs : Anne STRUVE-DEBEAUX (Université Paris Ouest – CSLF) et Mathilde LEVEQUE (Université Paris 13 – CENEL)

Avec le soutien scientifique de l’AFRELOCE (Association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance).

Le colloque accompagne une exposition de Benoît Peeters, installée à la Bibliothèque Universitaire du 14 septembre au 31 octobre 2012.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Station « Nanterre Université » par le RER A (direction Saint-Germain-en-Laye) ou par le train (départ : gare Saint-Lazare)

Contacts : anne.struve-debeaux@u-paris10.fr, mathilde.leveque@univ-paris13.fr

En 1920, Hugh Lofting publie The Story of Doctor Dolittle, premier tome d’une suite de romans promise à un bel avenir. En Allemagne, à  partir de la fin des années 1920, Erich Kästner commence à écrire pour les enfants, créant les premiers romans allemands modernes pour la jeunesse, tandis qu’en France, en 1931, naît un petit éléphant nommé Babar, et qu’en Belgique, un jeune reporter travaillant pour Le Petit Vingtième devient célèbre dans le monde entier. Dans le domaine de l’écriture comme dans celui de l’image, l’entre-deux-guerres est une période de profondes mutations et de renouveau pour la littérature de  jeunesse. Comment analyser et comprendre ce phénomène ? Ce colloque propose de s’intéresser pour la première fois à cette période mal connue de la littérature pour la jeunesse, et aux multiples innovations et transformations que celle-ci a alors connues — esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques.

PROGRAMME

JEUDI 27 SEPTEMBRE 2012

10h-10h30 – Accueil des participants

Séance présidée par Mariella COLIN

10h30 –  Matthieu LETOURNEUX (Univ. Paris Ouest) : « Autres supports, autres réseaux, autres définitions – logiques sérielles et cohérences discursives dans les collections populaires pour la jeunesse de l’entre-deux guerres ».

10h50 –  Laurent DEOM (Univ. Lille III) : « Le roman scout dans les années trente ».

11h10 – Laurent BAZIN (Univ. de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : « Science et fiction pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres ».

11h30-11h50 – Discussion

12h-14h – Déjeuner

Séance présidée par Isabelle NIERES-CHEVREL

14 h – Yvon HOUSSAIS (Univ. de Franche-Comté) : « Marcel Aymé à contre-courant ».

14h20-14h-40 – Marie-Pierre LITAUDON (Univ. Rennes II) : « Léopold Chauveau : Cronos au coeur du style ».

14h40 – Carine PICAUD (BNF) : « Quand “Jean de Babar”, peintre poète, fit souffler un vent nouveau sur l’album pour enfants ».

15h – Discussion

15h15-15h30 – Pause

Séance présidée par Matthieu LETOURNEUX

15h30 – Martine JACQUES (IUFM/ Univ. de Bourgogne) : « L’Île rose et La Colonie de Vildrac. Le modèle utopique en question dans la littérature pour la jeunesse durant les années vingt ».

15h50 – Mathilde LEVEQUE (Univ. Paris XIII) : « Erich Kästner et l’apparition d’un roman moderne pour enfants dans l’Allemagne de Weimar ».

16h10 – Annie RENONCIAT (Univ. Paris VII) : « Les grandes mutations de l’univers éditorial ».

16h30-16h50 – Discussion

VENDREDI 28 SEPTEMBRE 2012

10h-10h45 – Conférence : Benoit PEETERS : « Hergé, la construction d’une oeuvre (1928-1948) ».

10h45-11h – Pause

Séance présidée par Benoit PEETERS

11h – Julien BAUDRY (Univ. Paris VII) : « Alain Saint-Ogan ou l’imagerie revisitée du merveilleux pour enfants »

11h20 – Laurence MESSONNIER (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La question animale dans l’entre-deux-guerres : renouveau iconographique et mutation axiologique dans Gédéon (1923-1939) ».

11h40 – Discussion

12h-14h – Déjeuner

Séance présidée par Mathilde LEVEQUE

14h – Virginie DOUGLAS (Univ. de Rouen) : « Les récits britanniques pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres : entre nostalgie et modernité, littérarité et production de masse ».

14h20 – Anne STRUVE-DEBEAUX (Univ. Paris Ouest) : « De la parodie à la recréation poétique : la réinvention du récit d’aventure scientifique dans l’oeuvre de Hugh Lofting ».

14h40 – Valérie CZERNY (East Georgia College, USA) : « Mary Poppins: The Inter-War, Outer-Mind Sojourner »

15h – Laurent POLIQUIN (Univ. de Manitoba, Canada) : « Polyphonie d’une crise scolaire en Saskatchewan : le discours journalistique du Patriote de l’Ouest en 1931 et les stratégies discursives de Tante Présentine. »

15h20-15h45 – Discussion

15h45-16h – Pause

Séance présidée par Annie RENONCIAT

16h20 – Mariella COLIN (Univ. de Caen) : « Le renouveau de la littérature de jeunesse en Italie dans les années vingt ».

16h40 – Katia GOLOUBINOVA-CENNET (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La littérature de jeunesse au pays des Soviets ».

17h-17h30 – Discussion et conclusion

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La recherche sur la bande dessinée : construire une communauté

 Les Carnets de la bande dessinée écrivent petit à petit ce qui pourrait peut-être devenir une histoire. Aussi peu modeste soit-elle, cette formule nous semble toutefois rendre compte de notre effort. Ils se sont en effet ouverts en décembre 2009 en dressant un constat :

 Alors que le « 9e art » ne cesse, de l’avis général, de gagner en « légitimité », de s’imposer comme un secteur éditorial à part entière, de gagner de nouveaux publics et de faire montre d’une diversification de ses productions, il semble constituer un terrain qui est progressivement délaissé par la recherche, que ce soit à l’université ou dans d’autres institutions.

 Les Carnets se sont ainsi fixés pour mission d’animer et d’étoffer un réseau de chercheurs (toujours plus nombreux à en croire nos statistiques d’audience) et ont pour ce faire choisi de se constituer comme un outil d’information et plus encore d’intuition. Nous avons en effet choisi de relayer des appels à communication systématiquement assortis de pistes de réflexion susceptibles, nous l’espérons, de stimuler l’imagination de nos lecteurs et d’œuvrer à une meilleure représentation de la bande dessinée au sein des publications scientifiques (les Carnets adoptant une position résolument interdisciplinaire).

La seconde saison des Carnets est notamment marquée par une annonce : la création de la revue Comicalités. Études de culture graphique qui sera inaugurée lors de l’université d’été de la bande dessinée grâce au concours de Gilles Ciment et Jean-Philippe Martin. L’année (universitaire) se clôt d’ailleurs sur la publication d’un premier appel à communication (« Représenter l’auteur de bandes dessinées ») qui sera suivi de deux autres (« L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » et « Raconter à l’heure du numérique »). S’ouvre ainsi un espace de publication qui mobilise (dans les différents comités) 38 chercheurs et a offert aux Carnets une belle conclusion pour sa troisième saison d’exercice.

La revue Comicalités vient d’être officiellement intégrée au Directory of Open Access Journal (DOAJ). Sélectionnant des revues selon des critères rigoureusement scientifiques (administration de la revue par différents comités, production de travaux de recherche et non de vulgarisation), ce portail a vocation à mettre en valeur des revues adoptant un certain mode de diffusion de l’information : l’ « open access », c’est-à-dire la libre consultation des résultats de la recherche et sa mise à disposition auprès du nombre de chercheurs le plus étendu possible.

Le projet que nous avions présenté en ouverture du colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » organisé en juin 2009 a ainsi pris corps : l’étude de la bande dessinée, et plus largement de la culture graphique, peut désormais s’appuyer sur deux structures ayant trouvé leur place dans notre paysage scientifique.

Nous sommes bien évidemment satisfait de notre action, mais ne pouvons nous empêcher de considérer sa réelle fragilité : bien que reconnue, Comicalités reste une revue jeune et surtout isolée. C’est notamment ce dernier point qui nous semble poser problème : au sein du portail scientifique revues.org, Comicalités est ainsi placée dans les catégories « Représentations », dans laquelle on peut tout au plus la rapprocher de la revue Strenae qui s’intéresse à la littérature de jeunesse, et « Études visuelles » dans laquelle on ne lui trouve pas vraiment d’équivalent (une belle revue comme Études photographiques n’abordant par exemple nullement les terrains du graphisme ou du dessin). On retrouve également semblable isolement au sein du Directory of Open Access Journal puisqu’une recherche sur le terme « comics » pointe seulement deux revues : Comicalités et ImageText.

La chose est d’importance et semble montrer que les recherches sur la bande dessinée et plus largement le graphisme occupent une position marginale : elles sont reconnues, acceptées par la communauté scientifique, mais le risque est grand qu’elles soient également considérées comme un « micro-champ » du savoir qui serait l’affaire de quelques spécialistes et au sein duquel des chercheurs pourraient s’inscrire de façon occasionnelle. Il nous revient donc de démontrer que les publications de Comicalités peuvent être structurantes, informer d’autres domaines de la pensée et participer de l’effort scientifique en son entier. Pour ce faire, il nous semble que se présentent deux solutions.

  1.  Mettre en évidence la richesse et la vitalité des recherches sur la bande dessinée et le graphisme en exposant publiquement l’ensemble des problématiques et des domaines qu’elles sont susceptibles d’embrasser.
  2. Montrer que ces recherches rencontrent un réel écho au sein de la communauté scientifique et qu’elles s’appuient sur des problématiques partagées par de nombreux chercheurs en France et à l’étranger.

C’est afin de mener à bien ces deux objectifs que nous avons choisis de nous engager dans un projet lancé par la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image : né d’une idée de Thierry Smolderen, encadré par Gilles Ciment (directeur de la Cité), Catherine Ferreyrole (directrice de sa bibliothèque), Catherine Ternaux (centre de documentation) et moi-même, et développé par Élodie Arroyo, celui-ci prendra la forme d’un portail documentaire. Placé au sein de la rubrique « recherche » de neuviemeart 2.0, ce dispositif fonctionnera comme un agrégateur et constituera notamment un point de rencontre entre les publications scientifiques s’intéressant à la bande dessinée de par le monde. Doté d’un forum où seront discutés intuitions, méthodes ou corpus, nous espérons qu’il contribuera à rompre un isolement et à fortifier l’existence d’une communauté scientifique.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités intègre le Directory of Open Access Journals

Cette troisième année d’existence des Carnets de la bande dessinée s’achève en fanfare puisque la revue Comicalités vient d’être officiellement intégrée au Directory of Open Access Journal (DOAJ). Sélectionnant des revues selon des critères rigoureusement scientifiques (administration de la revue par différents comités, production de travaux de recherche et non de vulgarisation), ce portail a vocation à mettre en valeur des revues adoptant un certain mode de diffusion de l’information : l’ « open access », c’est-à-dire la libre consultation des résultats de la recherche et sa mise à disposition auprès du nombre de chercheurs le plus étendu possible.

Tel est le cas de notre revue, et plus largement la position de la plateforme Openedition qui nous héberge : rejoignant des publications comme COnTEXTES, Études photographiques ou Semen (diffusée par revues.org), Comicalités intègre ainsi la catégorie « Langages and litteratures » et se découvre un nouveau voisinage puisqu’elle cohabite avec la revue canadienne Belphegor, l’Américaine ImageText ou encore la Flamande Image and narrative. Toutes sont en effet accessible via le moteur de recherche développé par le DOAJ et cette intégration nous semble donc constituer une forme de reconnaissance, tant pour notre travail que pour la bande dessinée : Comicalités appartient désormais pleinement à l’espace scientifique européen et mondial.

Cette bonne nouvelle intervient alors que notre revue vient tout juste de fêter son premier anniversaire et présente un bilan qui nous semble franchement positif : en un an, nous avons publié 14 articles (soit l’équivalent de deux numéros de revue), lancé 3 appels à communication (dont les fruits seront mis en ligne dans les mois qui viennent) et surtout fédéré un grand nombre de chercheurs. Chargés de déterminer l’orientation scientifique de la revue et de certifier la qualité de ses publications, les différents comités de Comicalités regroupent en effet 33 chercheurs ; et leur composition témoigne d’un bon accueil du monde de la recherche puisqu’on y trouve pas moins que 12 professeurs des universités et 11 maîtres de conférences.

Avec plus de 3700 lecteurs mensuels, notre revue semble également avoir trouvé son public et talonne presque Les Carnets de la bande dessinée (environs 5700 lecteurs mensuels) dont le bilan nous semble également positif. En effet, leur audience augmente, malgré un rythme en légère baisse (puisque 65 billets furent publiés sur une période de 46 semaines : avis aux rédacteurs potentiels, vous êtes les bienvenus !). Ceux-ci semblent surtout servir un partage de l’effort de recherche comparable à celui que j’appelais de mes vœux les 12 septembre dernier en ouverture de notre seconde saison : responsables de la thématique « Raconter à l’heure du numérique », Julien Falgas et Anthony Rageul ont en effet publié plusieurs billets pour expliciter le champ scientifique qui leur fut confié et stimuler l’imagination des auteurs. Se refermant pour l’été au moment où se clôt l’appel à communication qu’ils ont signé, les Carnets leur adressent donc de sincères félicitations et leur donne rendez-vous, ainsi qu’à l’ensemble de leurs lecteurs, en septembre prochain.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts