La numérisation des archives de la bande dessinée – 1

Tandis que les éditeurs de bande dessinée se ruent sur le nouvel eldorado de la publication en ligne, les fonds d’archives, eux, adoptent de plus en plus la solution de la numérisation de leurs fonds. Une bonne nouvelle pour tous les chercheurs, tant ces fonds sont parfois d’accès difficiles.

Pionnière de ce mouvement, la Cité de la bande dessinée d’Angoulême, qui poursuit son programme de numérisation. Après le fonds Quantin et les cahiers d’Alain Saint-Ogan, c’est aujourd’hui l’intégralité de la collection du Rire qui est disponible en pdf sur le site de la cité. Trois initiatives différentes, mais qui ouvrent des perspectives de recherche passionnantes.

Le fonds Quantin très riche, permet non seulement de retrouver la trace d’auteurs oubliés de l’histoire de la bande dessinée, mais aussi d’étudier le processus de publication, étape par étape : « scénario manuscrit, planche originale, mise en couleur à l’aquarelle, impression noir et blanc, sélections couleurs, tirages en quadrichromie et image imprimée définitive » (extrait de la notice de la CIBDI). Initiative essentielle, car elle permet d’étudier une dimension largement négligée de la bande dessinée : son inscription dans une histoire éditoriale. Inscrire la bande dessinée dans des contextes éditoriaux précis, cela permet de sortir de la mythologie de l’artiste-créateur, et d’explorer la dialectique contraintes / transgression à l’oeuvre dans tout système éditorial – qu’il s’agisse de livres de cuisine ou de poésie. Pour le grand public de la bande dessinée, cette question avait pris de l’acuité grâce à l’activisme des membres de L’Association entre autres ; le Plates-bandes de Jean-Claude Menu, par son attaque en règle contre le 48CC, a considérablement fait avancer le débat dans le milieu. Pour autant, il n’existe pas encore de travail d’ampleur portant sur un corpus large et étudiant la relation auteur / éditeur. La numérisation de ce corpus devrait donc accélérer le processus.

Deuxième fonds numérisé par la Cité : les albums et, surtout, les 82 cahiers d’Alain Saint-Ogan, qui consignait dessins et correspondance. Un peu oublié aujourd’hui, Alain Saint-Ogan est l’un des pionniers de la bande dessinée moderne, et ce fonds permet d’explorer, de façon unique, l’artiste à l’oeuvre, la construction d’une carrière d’exception.

Enfin, la nouveauté du moment : fin 2009 était lancée la collection numérisée du Rire – ou plutôt de sa première série, du 10 novembre 1894 au 31 janvier 1903. Cette collection correspond là encore à une phase cruciale de la bande dessinée, une phase pendant laquelle la bande dessinée côtoyait la caricature, l’histoire en images, avant de s’autonomiser progressivement en tant que genre graphique spécifique. Cette numérisation était attendue depuis longtemps, et, là encore, ces archives, par leur facilité d’accès, devraient susciter des recherches passionnantes. Cependant, on ne peut que regretter le choix (ou la contrainte) du PDF comme format de numérisation. Format lourd et mal-commode, il oblige surtout le chercheur à télécharger chaque numéro qu’il veut consulter. Résultat, une recherche particulièrement fastidieuse. L’indexation est bien conçue, même si la liste des mots-clés prédéfinis semble contraindre dès le départ les recherches ; mais, pour chaque occurence du mot-clé recherché, il faut télécharger le numéro concerné… ce qui ne facilite assurément pas la recherche.

Certes, le pdf est vraisemblablement la solution la moins coûteuse pour la mise en ligne d’archives numérisées, et, dans le cas de revues, la constitution de fichiers séparés par numéros est relativement logique. Mais l’exemple des revues scientifiques montre que le pdf est une fausse solution : singeant le papier, il se révèle, au fond, inadapté aux nouveaux modes de lecture numériques (comme l’explique par exemple Hubert Guillaud dans La Feuille). Espérons donc que les prochaines numérisations d’archives se feront sous un autre format. En tout cas, à chaque fonds numérisé par la Cité correspond un format différent. A l’heure où la numérisation du patrimoine  littéraire semble s’imposer comme enjeu central dans la politique culturelle, il serait sain que les chercheurs et conservateurs de bande dessinée portent la question du format, central dans le débat. Numériser du texte et de la bande dessinée, ce n’est évidemment pas la même chose. On parle beaucoup de l’exception culturelle française, à préserver des appétits de Google ; la bande dessinée fait partie de cette exception culturelle – par son histoire, son statut, son format… -. Espérons qu’à l’heure des choix techniques, la bande dessinée ne sera pas laissée de côté.

Références bibliographiques :

Fonds Saint-Ogan. URL : http://collections.citebd.org/saint_ogan/www/

Le Rire. URL : http://collections.citebd.org/lerire/www/

Les magazines illustrés (XIXe-XXIe siècles) : une approche transnationale

Jean-Pierre Bacot (Université de Bourgogne, CIMEOS), Joëlle Beurier (Université Paris 13, CRESC), Karine Taveaux-Grandpierre (Université Paris 13, LabSic) et Michèle Martin (Carleton University, Ottawa) organisent les 9 et 10 décembre 2010 à l’université Paris 13 un colloque intitulé : « Les magazines illustrés (XIXe-XXIe siècles) : une approche transnationale ». Des propositions portant sur la bande dessinée (notamment dans son acception « franco-belge » et sa publication à travers des magazines comme Tintin ou Spirou) pourraient donc répondre à l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous.

 

A l’occasion du soixantième anniversaire de Paris Match, nous avons organisé en avril 2009, un colloque portant sur les magazines illustrés et les pratiques photo-journalistiques aux XIXe et XXIe siècles. Les contributions ont permis d’élargir la connaissance que l’on pouvait avoir de certains magazines illustrés ayant largement participé à la diffusion d’informations souvent liées à l’actualité. Il a été démontré également l’aspect structurant de cette presse sur les métiers contribuant à son élaboration, des graveurs sur bois aux photo-reporters. Les travaux ont déterminé les rôles de vecteurs puissants que ces magazines illustrés ont constitués dans la construction d’imaginaires collectifs. Les actes de ce colloque sont en préparation.

La recherche historique sur les magazines illustrés a beaucoup progressé ces dernières années. Mais lors de cette rencontre entre chercheurs spécialistes, il nous est apparu qu’une analyse scientifique susceptible de rendre compte de leur évolution sur deux siècles (des modèles, des contenus, des circulations de précurseurs nés au XIXe siècle et toujours puissants malgré la concurrence d’autres médias) ne pouvait faire l’économie d’une dimension internationale. Malgré quelques publications, la recherche à caractère international reste minoritaire et les études sur le photojournalisme peinent à sortir des cas d’études thématiques.

Notre groupe de travail vise à pallier cette carence en proposant un nouveau colloque regroupant des communications concernant des magazines illustrés entre le XIXe siècle et le début du XXIe siècle et portant sur au moins deux territoires géographiques distincts. Les études devront soit effectuer une analyse comparée afin de déterminer des modèles nationaux, soit utiliser une dynamique transnationale pour mettre en évidence la circulation de modèles photo-journalistiques ou de presse.

A titre indicatif, les travaux pourront porter sur des sujets aussi variés que :

  • les contenus thématiques
  • les logiques économiques
  • les relations entre producteurs, éditeurs, travailleurs
  • les aspects techniques. 

Les propositions de communication (2 000 signes, précisant les corpus, méthode et contexte) sont à adresser pour le 15 mars 2010

Par courriel :

joelle.beurier@eui.eu

karine.grandpierre@univ-paris13.fr

Par courrier : Université Paris 13, IUT de Bobigny, Département SRC, Karine Grandpierre, 1 rue de Chablis, 93017 Bobigny

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« La bande dessinée : art reconnu, média méconnu »

La revue Hermes vient de consacrer son 54e numéro à la bande dessinée à travers un ouvrage intitulé : « La bande dessinée : art reconnu, média reconnu ». Celui-ci est présenté comme suit par Éric Dacheux, son coordinateur.

 

La bande dessinée est un art, un média, un plaisir. Un art reconnu puisqu’il existe des musées de la BD et que les planches de Bilal ou Hergé s’arrachent à prix d’or dans les galeries d’art. La BD est un média : c’est un support de communication aux caractéristiques techniques spécifiques, une industrie culturelle particulière et une médiation singulière entre des auteurs et des publics. La BD est, enfin, un plaisir : elle produit une « jouissance esthétique » due à la plongée individuelle au coeur d’une oeuvre sensible ; mais c’est aussi un divertissement, une mise à distance d’une réalité sociale souvent difficile.

Ces trois dimensions fondamentales de la bande dessinée permettent d’insister sur un point essentiel : la réception. Effectivement, la BD est un art de l’ellipse qui réclame la participation consciente du lecteur ; un média qui permet au public de fabriquer ses héros; un plaisir potentiel qui ne devient effectif que dans le cerveau du lecteur. La BD est le révélateur le plus puissant de ce qui constitue l’essence de la communication humaine : l’écart créateur entre production et réception. C’est en cela qu’elle devrait être un objet central des recherches en communication. Ce qui est encore loin d’être le cas… Pour ouvrir des pistes scientifiques inédites, ce volume propose des éclairages d’acteurs et de chercheurs, d’experts et de novices. Il se décompose en trois temps : comprendre la BD, offrir un regard communicationnel sur le neuvième art, montrer comment la BD nourrit et reflète le lien social. Toutefois, ce point de vue des sciences de la communication sur la BD ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Comme pour la bande dessinée, l’essentiel est sans doute dans ce qui n’est pas dit, dans la créativité et l’imagination du lecteur. Puisse ce numéro d’Hermès stimuler la réflexion de chacun et donner à tous l’envie d’en savoir plus.

 

Nous proposons ci-dessous deux documents (la sommaire et l’introduction de cet ouvrage qu’Éric Dacheux a bien voulu nous faire parvenir) et cette publication fera certainement l’objet d’une prochaine recension car certains de ces partis-pris (dépasser « le clivage BD d’auteur BD grand public », « Refus d’un discours savant pour public spécialisé »…) semblent ouvrir un véritable espace de discussion.

InroductionHermes54

SommaireHermes54

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Pour une histoire culturelle de la bande dessinée

Le Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines de l’université Versailles-Saint-Quentin annonce la création d’un groupe de travail souhaitant offrir un lieu de discussion et d’échange à tous les chercheurs intéressés par l’histoire culturelle de la bande dessinée. Celle-ci, comme l’ont déjà souligné Jean-Paul Gabilliet et Thierry Crépin, est encore largement à construire. Si sociologues, littéraires et sémiologues se sont appropriés le champ, les historiens sont encore relativement rares ; surtout, ils sont isolés, et cette initiative cherche donc à faire se rencontrer ces différents chercheurs, confirmés et débutants, pour que soient dégagés axes de recherches et perspectives communes.

Un premier atelier de travail sera organisé le mardi 18 mai 2010 à l’Université Versailles Saint-Quentin. L’angle choisi pour cette première rencontre sera la question des « Circulations, transferts et adaptations dans la bande dessinée ».

Dès l’“invention” de la bande dessinée par le Suisse Rodolphe Töpffer, et jusqu’à aujourd’hui, ces phénomènes de circulations et d’adaptations sont incessants et influent fortement sur la bande dessinée, de sa production à sa réception en passant par sa réalisation. Ils sont cependant encore mal connus, malgré notamment les travaux pionniers portant sur l’américanisation de la bande dessinée française. Lors de cet atelier, ces phénomènes pourront être appréhendés à différentes échelles :

  • d’un pays à l’autre,
  • d’un format à l’autre,
  • d’un média à l’autre…

Il s’agira de présenter des études portant sur des corpus clairement définis, à partir d’archives, et s’interrogeant sur les points suivants :

  • les acteurs et médiateurs au sein de ces processus de circulations et d’adaptations
  • les multiples formes de ces circulations et adaptations, selon les échelles étudiées
  • leurs évolutions dans le temps

Conformément aux orientations du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, cet atelier est ouvert à une approche interdisciplinaire de la bande dessinée, même si l’accent sera mis sur une perspective diachronique.

Enfin, au cours de cet atelier de travail seront recensées les recherches en cours et les initiatives prioritaires à mener pour approfondir et valoriser l’histoire de la bande dessinée.

Propositions :

Les propositions de communication, d’une page environ, indiquant le titre, la problématique, le corpus et la méthodologie, sont à envoyer accompagnées d’un court CV avant le 30 janvier 2009 à l’adresse suivante : 

sylvain.lesage@gmail.com

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

ICAF : appel à collaboration

L’International Comics Art Forum lance un appel à adhésion afin d’encourager « la reconnaissance de la création de bande dessinée comme un phénomène international, tout à la fois en faisant émerger un terrain commun aux différentes traditions de la bande dessinée de par le monde et en explorant les différences qui fondent leur diversité ». Vous trouverez ci-dessous, le texte de l’appel à collaboration.

The Executive Committee of the International Comic Arts Forum, one of the longest-lived and most respected annual conferences in Comics Studies, is actively seeking new members.

We invite applications from academics (including graduate students) and independent scholars in various fields, including but not limited to Comparative Literature, English Studies, Cultural Studies, Communications and Media, Visual Studies, Art History, and Comics Studies.

The members of the Executive Committee collaborate to plan and present the ICAF conference, which since its founding in 1995 has been one of the most important annual events in comics studies. Among the qualities, backgrounds and/or specialties we are most actively seeking in candidates are:

  • Web-mastering
  • Grant-writing
  • Fund-raising
  • Cultural diversity/expertise in non-Western comics, pursuant to ICAF’s international focus
  • Conference- or event-organizing

We plan to recruit several new members in academic year 2009-2010. Applicants should each send C.V. and a 1-2 page statement of purpose to Cécile Danehy (cdanehy at wheatonma dot edu) by January 4, 2010.

Please send all materials in Word 97-2004 format (with the extension .doc, not .docx) if possible.

We recommend that applicants consult ICAF’s mission statement, history, and past programs (see the sidebar to the right) to get a sense of ICAF’s purpose and character. Commitments to internationalism and interdisciplinarity are the backbone of ICAF and we will be looking for prospective colleagues with these qualities. In addition, we urge applicants to frame their statements of purpose in not only intellectual but also pragmatic terms, with emphasis on specialties and skills such as those noted above.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La BD, des carnets : quelle idée ?

« Les carnets de la bande dessinée » sont nés d’un constat : alors que le « 9e art » ne cesse, de l’avis général, de gagner en « légitimité », de s’imposer comme un secteur éditorial à part entière, de gagner de nouveaux publics et de faire montre d’une diversification de ses productions, il semble constituer un terrain qui est progressivement délaissé par la recherche, que ce soit à l’université ou dans d’autres institutions.

On note essentiellement, au cours des dernières années, quelques trop rares activités scientifiques : deux colloques (« Le manga à la rencontre de l’occident », organisé en en 2006 par le Centre d’Étude de l’Écriture et de l’Image de Paris 7, et « BD et solidarité », organisé en 2008 à l’université Jean Monet de Saint-Étienne), et un numéro de la revue « Hermes » (« La bande dessinée : art reconnu, média inconnu »). D’autres pays d’Europe semblent connaître une situation tout à fait comparable, notamment en Belgique où de jeunes chercheurs se sont fédérés au sein d’un groupe ACME partant « de la conviction que la recherche universitaire doit faire entendre sa voix dans les discours sur la bande dessinée ».

Cette situation de dérilection scientifique signifie-t-elle qu’en bande dessinée il n’y aurait rien à chercher et à trouver ? Ces « carnets » entendent plutôt faire valoir une autre hypothèse : le manque de points scientifiques de ralliement contraint les chercheurs à opérer de façon dispersée et rend problématique la perception de la bande dessinée comme un objet de recherche constitué. D’où la volonté d’ouvrir cet espace numérique ouvert aux enseignants, institutionnels (bibliothécaires, musées…) et acteurs du secteur (auteurs, éditeurs…), c’est-à-dire à tous ceux qui sont susceptibles de favoriser un travail scientifique ayant trait au « 9e art ».

« Les carnets de la bande dessinée » entendent ainsi exister à côté de dispositifs éditoriaux comme Neuvième art ou Du9. Ils se fixent pour objectif de collecter une information scientifique permettant un travail de veille et étant susceptible de déboucher sur des collaborations, et s’organisent ainsi autour d’un certain nombre de catégories.

  • « Informations » regroupe les annonces de publications et de colloques ayant trait à la recherche sur la bande dessinée.
  • «Appels à communication » regroupes les demandes de textes et d’articles ayant trait au neuvième art.
  • « Recensions » rend publiques des informations et analyses de travaux de tous types susceptibles d’appuyer l’effort de recherche sur la bande dessinée.
  • « Coopérations » héberge des présentations d’axes et projets de recherche susceptibles de fédérer des chercheurs et de devenir structurants (ils feront alors l’objet d’une sous-catégorie dédiée).
  • « Intuitions » présente des pistes susceptibles de donner matière à des travaux de recherche et, pourquoi pas, de faire par la suite l’objet de « recensions », d’ « informations » ou de « coopérations ».

Les contributions de tous bords et toutes formes (simples « brèves », annonce d’événements ou publications plus longues) sont ainsi les bienvenues : n’hésitez pas à nous contacter !

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts