L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée

Le Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho lance un appel à communication pour un colloque qui aura lieu à l’université du Minho (Braga, Portugal)les 28 février et 1er mars 2013. Intitulé « L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée », cette proposition nous invite à interroger un homme « toujours en chemin, toujours en mouvement » et à tenter de cerner les « poétiques » et « questions théoriques » que soulève la notion de voyage. La bande dessinée est nommément citée, et seront donc les bienvenues des propositions qui, nous l’espérons, pourront s’appuyer sur un autre héros que le seul qui soit ici présenté : Tintin. Le récent dossier de la revue neuviemeart 2.0 (« Voyageurs immobiles : le thème du voyage dans la bande dessinée ») pourra certainement aiguiller nos lecteurs vers des pistes fructueuses avant le 3& janvier prochain.

 

L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée

Date limite : 31 janvier 2013

Homo viator: La perception de la condition humaine comme un voyage traverse des époques et des paradigmes historiques et culturels, liant la morale de Sénèque, la symbolique chrétienne du pèlerin, la métaphysique existentialiste de Gabriel Marcel et la campagne publicitaire d’une marque de whisky bien connue: keep walking.

Répondant à l’appel du large, de la route, du désert, l’homme est toujours en chemin, toujours en mouvement. Il parcourt le monde à la recherche d’autre chose, insaisissable et énigmatique, qui se manifeste sous des formes concrètes comme le Graal, les épices, les trésors, les civilisations perdues, la lune…

Sont nombreux les voyageurs qui peuplent notre patrimoine imaginaire, fictionnel et non-fictionnel : Gilgamesh, Ulysse, Marco Polo, D. Quichotte, Lévi-Strauss, Kerouac, Bruce Chatwin, Tintin; mais aussi la masse anonyme des commerçants, pirates, reporters, missionnaires. Il y a également une multiplicité de figures du voyage – pèlerinages, errances, expansions territoriales, découvertes maritimes, diasporas, exils, longues marches, flâneries, tourisme, voyages dans le temps, voyages autour d’une chambre –, et de leurs motivations: spirituelles, commerciales, politiques, morales, cognitives, ludiques.

Ce colloque discute les poétiques et les configurations imaginaires du voyage dans la littérature, le cinéma et la bande dessinée : fiction arthurienne, Märchen, travel writing, fiction scientifique, récit d’aventures (le roman d’aventures depuis Defoe, le cinéma, la littérature populaire et la paralittérature). Il interroge le rapport des poétiques du voyage aux genres littéraires, aux courants esthétiques, aux formes narratives, aux régimes de l’imaginaire, aux idéologies, aux matérialités sémiotiques et technologiques, aux dispositifs institutionnels et champs culturels. Le voyage apporte-il de nouvelles questions théoriques et/ou fraye-il des voies pour une perception renouvelée de la littérature, du cinéma et de la bande dessinée ? Quel rôle joue le voyage dans le tournant narratif, dans le retour du référent, appelé à réconcilier écriture et monde, ou encore dans l’hypostase de la fiction et dans l’essor de sa théorie ? De quelle façon les technologies, qui ont décisivement et irréversiblement reformulé les notions de temps et d’espace, affectent le voyage à une époque où le monde se réduit de plus en plus à la version qu’en donne Google Earth?

Le colloque aura lieu le 28 février et le 1er mars 2013 à l’auditorium de l’Institut des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Minho, à Braga, Portugal.

Les communication ne dépassent pas les 20 minutes.

Les langues de travail sont le portugais, le français, l’espagnol et l’anglais.

Les propositions (300 mots maximum) sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2013 à l’adresse imaginarioviagem@gmail.com

Frais de participation:

avec communication: 75 €

sans communication : 60 €

Responsable : Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho

Url de référence :
http://ceh.ilch.uminho.pt/

 

Adresse : CEHUMUniversidade do Minho 4710-052 BragaPortugal

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les espaces du livre : supports et acteurs de la création texte/image (XXe-XXIe siècle)

Isabelle Chol (Université de Pau) et Jean Khalfa (Trinity College, Cambridge) lancent un appel à communication intitulé : « Les espaces du livre : supports et acteurs de la création texte/image (XXe-XXIe siècle) ». Entendant interroger « le livre comme espace de création où dialoguent texte et image », cette proposition ne fait bizarrement aucune place à la bande dessinée : la chose est d’autant plus étrange que les axes de recherche proposés gagneraient certainement à convoquer le neuvième art. Le champ scientifique que souhaitent apparemment explorer ces deux chercheurs semble en effet balisé par la notion d’acteurs et il est aussi bien question de diffusion et de réception des œuvres, y compris auprès des lecteurs, que de leur mode de création. Il y a donc fort à gagner qu’une réflexion sur les « réseaux de la bande dessinée » (tant commerciaux que médiatiques) rentrerait dans ce cadre et nous laissons à nos lecteurs le soin d’en juger avant le 31 janvier prochain.

 

 

Les espaces du livre : supports et acteurs de la création texte/image (XXe-XXIe siècles)

Colloque.  

Trinity College, Cambridge, 6 et 7 septembre 2013

 

Le colloque interrogera le livre comme espace de création où dialoguent texte et image (livres illustrés, livres d’artistes, artists’ books), du point de vue du support (sa ou ses matières, son format, son pliage, etc.) et des différents producteurs (écrivains, artistes, mais aussi typographes, imprimeurs, graphistes,  éditeurs, galeristes, libraires etc.) qui jouent un rôle essentiel dans l’élaboration et la diffusion du livre.

Les principales questions seront :

— Dans quelle mesure les caractéristiques matérielles du support choisi déterminent-elles  l’innovation littéraire et artistique ?

— Comment les différents acteurs intervenant dans la conception, la composition, la publication et la diffusion du livre participent-ils au processus de création, y compris dans les contextes du numérique, de l’installation et de la performance ?

— Y-a-t-il des lieux privilégiés pour la diffusion et la réception de ces oeuvres ? Le livre de création est-il un objet consultable dans la réserve des livres rares, ou une oeuvre que l’on expose (musées, galeries) ou que l’on active ?

— En quoi les transformations contemporaines de l’objet et du processus modifient-elles son impact social et politique ?

— Le livre virtuel abolit-il la distinction traditionnelle dans un contexte de reproduction industrielle du livre de création et du livre de masse ?

—  Le développement des créations collectives ou même impersonnelles s’accompagne-t-il d’une autre conception du créateur ou de l’auteur ?

Le colloque sera accompagné d’une exposition autour de l’éditeur, libraire, galeriste d’avant-garde Jean Petithory dans la Wren Library de Trinity College, Cambridge.

Les langues du colloque sont l’anglais et le français.

Merci d’envoyer vos propositions de communication (500 mots maximum) avant le 31 janvier 2013 à espacesdulivre@trin.cam.ac.uk

Organisateurs : Isabelle Chol (Université de Pau) et Jean Khalfa (Trinity College, Cambridge), dans le cadre du programme ANR-LEC http://lec.hypotheses.org/presentation

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Autobio-graphismes et bande dessinée

Le Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) vient de rendre public le programme du colloque qui aura lieu les 6 et 7 février prochain à l’université de Clermont-Ferrand. Intitulé « Autobio-graphismes et bande dessinée », l’événement est organisé par Viviane Alary, Danielle Corrado et Benoît Mitaine et entend interroger « une des évolutions remarquables » de l’art de la bande dessinée « ainsi qu’en témoigne une abondante et régulière production abordant les multiples modalités du récit de soi ». Nous reproduisons ci-dessous le programme d’un événement qui s’annonce à l’évidence copieux.

 

Autobio-graphismes et bande dessinée

Colloque international, les 6 et 7 février 2013

MSH de l’Université Blaise Pascal

Responsables :
Viviane Alary, Danielle Corrado, Benoit Mitaine
Université Blaise Pascal, CELIS (EA 1002)
Université de Bourgogne, Centre Inter-Langues (EA 4182)

Thématique du colloque, inscription dans la politique scientifique du centre

Dans les années 80, Philippe Lejeune constatait que l’autobiographie n’était plus seulement une écriture de bilan de vie mais une forme de recherche permanente, d’exploration de soi et de son art. Significativement, l’évolution de la pratique écrite s’accompagnait de l’apparition d’une volonté d’expression autobiographique dans des arts a priori peu susceptibles au départ d’accueillir l’autobiographie tels que le théâtre ou la bande dessinée.

L’inscription de la bande dessinée dans le genre autobiographique constitue une des évolutions remarquables de cet art ainsi qu’en témoigne une abondante et régulière production abordant les multiples modalités du récit de soi. À la suite de nombreuses études et recherches sur cette problématique, ce colloque sera l’occasion de dresser un état de la question sur :
les pratiques autobiographiques : récit autobiographique, témoignage, autofiction, journal intime, blogs. Les frontières du genre : des récits à la première personne se développent sous forme de reportages, d’enquêtes, de chroniques générationnelles, de récits mémoriels qui possèdent une charge ou un point de départ autobiographique, mais les lit-on comme des récits autobiographiques ? Quelle est la nature du pacte autobio-graphique dans ce contexte ?
les modalités de l’insertion de l’expérience autobiographique dans le média spécifique de la bande dessinée reconduisent aux questions du « je » énonciateur, des modalités et spécificités de l’autoreprésentation graphique, du rapport entre graphisme et narration, de la place du paratexte dans le dispositif global.
quelles sont les incidences de la spécificité du media (la médiagénie) ?
le discours sur l’autobiographie : qu’est-ce que le récit autobiographique a apporté à la bande dessinée ? Dans quelle mesure l’autobiographie est-elle le moteur d’une nouvelle pratique de la bande dessinée ou contribue-telle à une évolution de la perception du Neuvième art et de son lectorat ?
en retour on peut se demander ce qu’apporte l’exploration par la bande dessinée de la démarche autobiographique : codifications et renouvellements par la bande dessinée.
l’ouverture aux formes connexes d’autobio-graphisme : carnets de voyage, carnet de bord, l’autobiographie dans l’album ou dans la photographie. Ce colloque est organisé par le Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique de l’Université Blaise-Pascal (C.E.L.I.S. – EA 1002) en association avec le Centre Interlangues Texte, Image, Langage (T. I. L. – EA 4182) de l’Université de Bourgogne.

Il s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur la bande dessinée et d’une série de travaux qui ont réuni les responsables scientifiques du présent colloque. Au sein du CELIS la réflexion donne lieu :
en 2005 au colloque Mythe et bande dessinée (Viviane Alary, Danielle Corrado ; ouvrage paru en 2007 aux Presses Universitaires Blaise Pascal),
en 2007 au colloque La guerre dessinée, Guerre et totalitarismes dans la bande dessinée, colloque Cerisy-la-Salle (Viviane Alary, Benoît Mitaine, 2010 ; publication en 2012 : Lignes de front, Bande dessinée et totalitarisme, Georg ed, coll. L’Equinoxe).

Parallèlement, le colloque s’inscrit dans la réflexion sur les écritures autobiographiques, transversale au sein du CELIS (Equipes Littératures XX-XXIe, Écritures et interactions sociales) qui a donné lieu à une Journée d’Etudes consacrée aux « Ecritures et espaces autobiographiques au théâtre » (Danielle Corrado, Stéphanie Urdician, mai 2010).

Ce colloque bénéficie d’un double ancrage dans les programmes suivants du CELIS :
« Arts visuels, littératures graphiques, littérature de jeunesse ».
« Dynamique des genres littéraires ».

Au sein du Centre Inter-Langues de l’Université de Bourgogne, il s’inscrit dans l’axe texte-image qui regroupe des chercheurs dont les travaux portent principalement sur des formes hybrides ainsi que sur les rapports qu’entretiennent différents médias. Deux axes sont particulièrement associés à la thématique du colloque :
« Texte et Image : les « Discours visuels » et « L’Artiste : représentations et pratiques ».
« L’Intime » : « Vivre et dire l’intime » et « La représentation de l’auteur ».

Les convergences et affinités thématiques reliant les axes du Centre Interlangues TIL et le CELIS sont à l’origine de ce nouveau partenariat scientifique dont le but est de poursuivre l’exploration de problématiques complémentaires.

La problématique proposée a recueilli l’intérêt d’intervenants de qualité :
18 conférenciers dont deux personnalités majeures : Philippe Lejeune, pionnier pour ses recherches sur l’autobiographie ; Pierre Fresnault-Deruelle, fondateur des études sémiotiques et esthétiques sur la bande dessinée. D’autres théoriciens reconnus sont invités parmi lesquels des chercheurs étrangers spécialistes du sujet (Canada, Belgique). L’ambition est également de réunir des chercheurs de disciplines connexes et d’aborder la problématique depuis des perspectives historique, esthétique et symbolique. Le colloque donnera aussi la parole à cinq doctorants :
deux doctorants réalisant leurs thèses en Espagne
trois doctorants réalisant leurs thèses en France dont deux au sein du CELIS.

Cette action sera également le cadre de stages de recherche pour les étudiants de Master 2 Recherche (voir la liste et les tâches ci-dessous dans « Comité d’organisation »).

Programme

Mercredi 6 février

 9h00 : Accueil
9h30 : Ouverture du colloque.

Matin : Problématiques et perspectives (Modérateur : Pierre Fresnault-Deruelle)

10h30-10h50 : Laurent Gerbier (Université de Tours), Se donner un genre : grandeur et décadence de l’autobiographie dessinée.

10h50-11h10 : Catherine Mao (Paris, Centre de recherches sur les arts et le langage), Écriture de soi et bande dessinée : un pacte nettoyé de ses chimères.

Déjeuner : 12h00-14h00

Après-midi : Écritures et transécritures de soi (Modératrice : V. Alary)

14h00-14h20 : Pierre Fresnault-Deruelle, Persépolis : une autobiographie

14h20- 14h40 : Philippe Marion (U. C. Louvain), L’Autobiographie comme agenda de l’imaginaire : L’Ascension du Haut mal de David B.

Pause : 15h-15h20

15h20-15h40 : Danièle Méaux (U. de Saint-Etienne), Bandes dessinées & planches-contacts : croisements pour un récit à la première personne (à propos des travaux de Guibert, Lefèvre et Lemercier).

15h40-16h00 : Alfredo Guzmán (Universidad Autónoma de Barcelona), Los rastros de uno mismo (Transmediación del yo en American Splendor, Harvey Peckar).

Jeudi 7 février

Matin : Discours et images (Modérateur : Benoît Berthou)

9h00-9h20 : Jacques Dürrenmat (Université de Paris-Sorbonne), Les références littéraires dans la bande dessinée autobiographique

9h20-9h40 : Jacques Samson (Montréal), L’ »écobiographie » dans l’autobiographie ou l’autobiographie à travers les petites choses.

Pause 9h55 – 10h20

Modérateur : J. Dürrenmart

10h20-10h40 : Irene Costa Mendia (U. País Vasco), Discursos y metáforas visuales en la obra de Justin Green.

10h40-11h00 : Harry Morgan, De Pooh Rass à Popoff Hayes le toxico ou comment on devient ours.

• 11h00-11h20 : Lucía Miranda Morla (CELIS), Tangles de Sarah Leavitt.

Déjeuner : 12h00-14h00

Après-midi : Enjeux de l’autoreprésentation (Modérateur : Jacques Samson)

14h00-14h45 : Thierry Groensteen, Problèmes de l’autoreprésentation

15h00-15h20 : Benoît Berthou (Paris 13, Labsic, Comicalités), La représentation de l’auteur : pour un renouveau éditorial ?

15h20-15h40 : Benoît Mitaine (U. Dijon), Au nom du père. Au sujet des “bio(to)graphies”

Pause

Coda

16h00-16h20 : Viviane Alary – Danielle Corrado (UBP / CELIS), Pratiques autobio-graphiques en terres ibériques.

Responsable(s) Celis :  Viviane Alary

Date et lieu

  • du mercredi 6 février 2013 au jeudi 7 février 2013 – lieu : MSH de Clermont-Ferrand

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

The Graphic novel

Le réseau de recherche Inter-disciplinary.net lance un appel à communication intitulé : « The graphic novel ». On ne peut plus large, celui-ci entend laisser une place à toutes les possibles approches de la bande dessinée, comme le montre l’ensemble des thèmes présentés ci-dessous, des études portant sur son histoire, sur son langage ou sur son système éditorial sont en effet les bienvenues et ce à propos d’œuvres aussi bien issues d’Europe que d’Amérique ou d’Asie. On pourra s’étonner de cette extrême ouverture, mais il convient de rappeler que ce projet est porté non par une université mais par une fondation ayant vocation à rapprocher des chercheurs issus de contrées et d’horizons différents du 23 au 25 septembre prochain au Mansfield College d’Oxford.

The Graphic novel

23-25 september 2013

Mansfield College, Oxford (UK)

“Behind this mask there is more than just flesh. Beneath this mask there is an idea… and ideas are bulletproof.”
(Alan Moore, V for Vendetta)

This inter- and multi-disciplinary conference aims to examine, explore and critically engage with issues in and around the production, creation and reading of all forms of comics and graphic novels. Taken as a form of pictographic narrative it has been with us since the first cave paintings and even in the 21st century remains a hugely popular, vibrant and culturally relevant means of communication whether expressed as sequential art, graphic literature, bandes dessinees, tebeos, fumetti, manga, manhwa, komiks, strips, historietas, quadrinhos, beeldverhalen, or just plain old comics (as noted by Paul Gravett).

Whilst the form itself became established in the 19th Century it is perhaps not until the 20th century that comic book heroes like Superman (who has been around since 1938) became, not just beloved characters, but national icons. With the globalisation of publishing brands such as Marvel and DC  it is no accident that there has been an increase in graphic novel adaptations and their associated merchandising. Movies such as  X-men, Iron man, Watchmen and the recent Thor have grossed millions of dollars across the world and many television series have been continued off-screen in the graphic form, Buffy, Firefly and Farscape to name a few.

Of course America and Europe is not the only base of this art form and the Far East and Japan have their own traditions as well as a huge influence on graphic representations across the globe. In particular Japanese manga has influenced comics in Taiwan, South Korea, Hong Kong, China, France and the United States, and have created an amazing array of reflexive appropriations and re-appropriations, in not just in comics but in anime as well.

Of equal importance in this growth and relevance of the graphic novel are the smaller and independent publishers that have produced influential works such as Maus by Art Spiegleman, Persepolis by Marjane Satrapi, Palestine by Joe Sacco,  Epileptic by David B and even Jimmy Corrigan by Chris Ware  that explore, often on a personal level, contemporary concerns such as gender, diaspora, post-colonialism, sexuality, globalisation and approaches to health, terror and identity. Further to this the techniques and styles of the graphic novel have taken further form online creating entirely web-comics and hypertexts, as in John Cei Douglas’ Lost and Found and Shelley Jackson’s Patchwork Girl, as well as forming part of larger trans-media narratives and submersive worlds, as in the True Blood franchise that invites fans to enter and participate in constructing a narrative in many varied formats and locations.

This projects invites papers that consider the place of the comic or graphic novel in both history and location and the ways that it appropriates and is appropriated by other media in the enactment of individual, social and cultural identity.

Papers, reports, work-in-progress, workshops and pre-formed panels are invited on issues related to (but not limited to) the following themes:

Just what makes a Graphic Novel so Graphic and so Novel?:
– Sources, early representations and historical contexts of the form.
– Landmarks in development, format and narratology.
– Cartoons, comics, graphic novels and artists books.
– Words, images, texture and colour and what makes a GN
– Format, layout, speech bubbles and “where the *@#% do we go from here?”

The Inner and Outer Worlds of the Graphic Novel:
– Outer and Inner spaces; Thoughts, cities, and galaxies and other representations of graphic place and space.
– Differing temporalities, Chronotopes and “time flies”: Intertextuality, editing and the nature of Graphic and/or Deleuzian time.
– Graphic Superstars and Words versus Pictures: Alan Moore v Dave Gibbons (Watchmen) Neil Gaiman v Jack Kirby (Sandman).
– Performance and performativity of, in and around graphic representations.
– Transcriptions and translations: literature into pictures, films into novels and high/low graphic arts.

Identity, Meanings and Otherness:
– GN as autobiography, witnessing, diary and narrative
– Representations of disability, illness, coping and normality
– Cultural appropriations, east to west and globalisation
– National identity, cultural icons and stereo-typical villains
– Immigration, postcolonial and stories of exile
– Representing gender, sexualities and non-normative identities.
– Politics, prejudices and polemics: banned, censored and comix that are “just plain wrong”
– Other cultures, other voices, other words

To Infinity and Beyond: The Graphic Novel in the 21st Century:
– Fanzines and Slash-mags: individual identity through appropriation.
– Creator and Created: Interactions and interpolations between authors and audience.
– Hypertext, Multiple formats and inter-active narratives.
– Cross media appropriation, GN into film, gaming and merchandisng and vice versa
– Graphic Myths and visions of the future: Sandman, Hellboy, Ghost in the Shell.
– Restarting the Canon: what are the implication of the restart in universes such as Marcel and DC and do they represent the opportunity to reopen ongoing conversations?

Presentations  will be accepted which deal with related areas and themes.

What to Send:

300 word abstracts should be submitted by Friday 22nd March 2013. If an abstract is accepted for the conference, a full draft paper should be submitted by Friday 21st June 2013. 300 word abstracts should be submitted to the Organising Chairs; abstracts may be in Word, WordPerfect, or RTF formats, following this order:

a) author(s), b) affiliation, c) email address, d) title of abstract, e) body of abstract, f) up to 10 keywords
E-mails should be entitled: GN2 Abstract Submission

Please use plain text (Times Roman 12) and abstain from using any special formatting, characters or emphasis (such as bold, italics or underline). We acknowledge receipt and answer to all paper proposals submitted. If you do not receive a reply from us in a week you should assume we did not receive your proposal; it might be lost in cyberspace! We suggest, then, to look for an alternative electronic route or resend.

Organising Chairs

Nadine Farghaly: ten.xmg@ylahgraF.enidaN
Rob Fisher: ten.yranilpicsid-retni@2ng

The conference is part of the Education Hub series of research projects, which in turn belong to the At the Interface programmes of Inter-Disciplinary.Net. It aims to bring together people from different areas and interests to share ideas and explore discussions which are innovative and challenging. All papers accepted for and presented at this conference are eligible for publication in an ISBN eBook. Selected papers may be invited to go forward for development into a themed ISBN hard copy volume or volumes.

Please note: Inter-Disciplinary.Net is a not-for-profit network and we are not in a position to be able to assist with conference travel or subsistence.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran

Benoît Mitaine, David Roche et Isabelle Schmitt de l’université de Bourgogne organisent le 15 février 2013 une journée d’étude intitulée : « Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran ». Faisant suite à une première journée (« Du texte aux images »), cet événement propose aux chercheurs de questionner un « passage de l’image fixe à l’image animée » posant notamment le problème de « l’ “adaptabilité” de certaines œuvres et genres » et dans des domaines variés, aussi bien graphiquement que culturellement comme le montre le programme. Disponible grâce au lien publié ci-dessous, nous laissons nos lecteurs découvrir celui-ci et les Carnets tiennent plus largement à saluer l’effort de chercheurs qui ont construit un ambitieux projet scientifique autour de la bande dessinée et de la culture graphique.

Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran

 

Journée d’étude, 15 février 2013 (de 9h à 17h30)

MSH de l’Université de Bourgogne

2 bd Gabriel – 21000 Dijon

Résumé :

La question de l’adaptation appliquée spécifiquement à la bande dessinée n’a soulevé que de rares réflexions jusqu’à présent. Or, la bande dessinée, de par son hybridité sémiotique naturelle, se trouve à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. Nous interrogerons lors de cette deuxième journée d’étude les formes de passage de l’image fixe à l’image animée, questionnerons l’ “adaptabilité” de certaines œuvres et genres, reviendrons sur quelques cas méconnus sans non plus négliger la dimension économique de cette pratique culturelle dont certains studios de cinéma américains se sont fait une spécialité.

Remarque : Cette journée d’études fait suite au premier volet (« Du texte aux images ») organisé en février 2012 sur l’adaptation en bande dessinée de textes littéraires.

Responsables : Isabelle Schmitt ; Benoît Mitaine ; David Roche (Université de Bourgogne, EA 4182)

Contacts : isabelle.schmitt@u-bourgogne.fr ; benoit.mitaine@u-bourgogne.fr ; david.roche@u-bourgogne.fr

Lien programme : http://til.u-bourgogne.fr/images/stories/labo/programme/prog.%20je-bd-15-02-2013.pdf

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Ecrire la peinture, peindre la littérature

Stéphanie Bulthé et Martine Crépin Maeckereel, doctorantes de L’UR HLLI et du centre de recherche « Modalités du fictionnel » lancent un appel à communication intitulé : « Ecrire la peinture, peindre la littérature ». Débouchant sur une journée d’étude organisée le 13 mars prochain, cette proposition propose de se situer à l’intersection de deux pratiques afin de « questionner le concept de figuration, car, on le sait, le dialogue texte/image se veut toujours créateur, dans une relation épanouie ou divergente, voire complice, d’un art à l’autre ». Même si les organisatrices souhaitent apparemment cantonner semblable dialogue à une certaine pratique de la peinture, nous pensons que des propositions s’appuyant sur le neuvième art pourraient être bien reçues : que penser par exemple des adaptations d’œuvres littéraires faisant usage de la peinture et adoptant des parti-pris parfois fort expressifs ? L’étude des travaux de Denis Deprez (Othello, Les champs d’honneur, Frankenstein) serait ainsi des plus intéressantes : dans ce dernier cas, la peinture devient l’occasion d’une réconciliation entre narration et représentation (le monstre étant représenté sur le mode de l’amas et de l’informe, comme une créature tentant précisément de se trouver une destination). Nous livrons à nos lecteurs une intuition qu’ils ont tout loisir d’explorer avant le 8 janvier prochain.

 

 

Ecrire la peinture, peindre la littérature

Date limite : 8 janvier 2013

Journée d’étude Jeunes Chercheurs

Dunkerque, le 13 mars 2013


Littérature et peinture partagent une aptitude commune à saisir le monde dans le miroir de l’oeuvre en une appropriation spéculaire du réel. Cette journée d’étude voudrait questionner le concept de figuration, car, on le sait, le dialogue texte/image se veut toujours créateur, dans une relation épanouie ou divergente, voire complice, d’un art à l’autre. Nous aimerions analyser ces arts face à face.

Cette journée qui se tiendra le 20 mars 2013 à Dunkerque (MRSH de Dunkerque), se situe dans l’axe de recherche « Frontières. Limites. Échanges » que s’est donné l’UR HLLI : elle prolongera la réflexion initiée par le colloque « Nouvelles Rencontres du Littoral (VII) » intitulé « L’Écrivain et son peintre » (prévu les 22 et 23 novembre 2012) ainsi que les séances « Nouveaux Entretiens du Littoral » qui suivront au cours de l’année 2013, lesquelles ont pour objet d’inviter des écrivains contemporains dont l’oeuvre entretient un rapport remarquable avec la peinture, rencontres que Madame Lyotard, directrice du centre de recherche « Modalité du Fictionnel », organise.

Les trois thématiques susceptibles d’être traitées dans le cadre de cette journée « Jeunes Chercheurs » sont les suivantes :

Admirateur/Concurrent? L’écrivain face au peintre

La formule célèbre d’Horace dans son Épître aux Pisons, le fameux Ut pictura poesis, scelle définitivement le destin des deux arts, promus « jumeaux d’élection ». En effet, la littérature se conçoit à partir de ce moment comme relevant d’un geste mimétique similaire à celui de la peinture. Rompant avec la pensée du Moyen Âge, la Renaissance place en effet l’oeuvre d’art dans le champ de la représentation, de sorte que, rapidement, la peinture est perçue comme modèle de la littérature en raison de sa capacité immédiate à appréhender le réel. De nombreux écrivains, dans un commun exercice d’admiration pour les oeuvres picturales, vont se faire critiques d’art. Diderot, Baudelaire, Zola, Bataille, Malraux, par exemple, entendent saisir et formuler le geste artistique qui tend pour eux  à définir précisément l’esthétique de la modernité. L’occasion est donnée, pour l’écrivain de revendiquer la fascination qu’il ressent pour son alter ego : ainsi Walter Benjamin écrit sur Max Ernst tandis que Reiner Maria Rilke rend un hommage épistolaire à Cézanne. C’est au nom de cette modernité qu’ils se font instances de jugement, parce qu’elle leur paraît plus saisissable dans les aplats de couleur que dans les lignes d’encre. Mais en même temps, le littérateur se nourrit de l’expérience picturale en décrivant dans ses oeuvres des tableaux réels ou imaginaires, tandis que le peintre se complaît dans les représentations de thèmes littéraires. Que penser alors de cette relation ambiguë, en demi-teinte, faite de fascination réciproque, d’admiration et de jalousie ?

Peintre/Écrivain. Un même geste artistique ?

La représentation du peintre dans une oeuvre littéraire est maintenant tombée au rang de topos. Un énorme pan de la littérature nous présente dès lors l’artiste peintre comme prototype du « Créateur à l’ambition trop large » (Zola), du Chef-d’oeuvre inconnu de Balzac au Portrait ovale de Poe, de Manette Salomon des Goncourt jusqu’à L’Empire des nuages de François Nourissier en passant par Le Portrait de Gogol, La Lune et six pence de Somerset Maugham ou encore La Semaine sainte d’Aragon. De la représentation de la vie pittoresque de l’artiste à la tentative désespérée de cerner la nature de l’enthousiasme (commun ?) qui anime de la même manière le littéraire et le peintre, comment ce dialogue entre les arts, ce lien ténu entre le pinceau et la plume, peut-il se muer en une véritable dualité artistique ?

Convergences/pergences. Pour un dialogue entre les arts

Depuis la Politique d’Aristote, la distinction entre « arts serviles » et « art libéraux » pense l’axiologie littérature/peinture comme une mise sous tutelle de la peinture. Rien n’est moins évident. Où placer, par exemple, les enluminures médiévales qui inscrivent l’image au coeur du texte ? Le lien est alors étroit entre littérature et peinture ; l’un ne peut se penser sans l’autre, témoins les médaillons d’artistes qui transposent les deux arts jusqu’à la fin du XIXe. L’admiration crée et génère la concurrence. L’attraction du peintre sur l’écrivain se retrouve dans sa volonté de trouver des équivalences littéraires à des données picturales. Les formes de ces nombreuses tentatives, remarquables par leur diversité, illustrent cette convergence/ divergence : écriture artiste, poème-objet, allégorie, ekphrasis, autoportrait…

Modalités de soumission

Cette journée d’étude est ouverte à tous les doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs en Littérature française et étrangère (de l’Antiquité au XXIe siècle), en Histoire ou Histoire de l’art. Les propositions de communication doivent comporter un titre, un résumé de 250 à 300 mots, une notice bibliographique et une courte présentation de l’intervenant (laboratoire de rattachement, publications…). Il faudra préciser absolument si un matériel informatique est nécessaire à la présentation et la nature de celui-ci. Les interventions se limiteront à vingt minutes.

Les propositions seront envoyées à l’adresse indiquée ci-dessous pour le 8 janvier 2013, délai de rigueur :

jeuneschercheurs.littoral@gmail.com

Elles seront communiquées sous un format facilement lisible (WORD, PDF…).

La sélection des propositions aura lieu courant janvier. Une réponse personnelle sera adressée à tout chercheur qui aura déposé une demande d’intervention.

Pour toute information pratique supplémentaire concernant la journée d’étude, merci d’écrire à la même adresse. Il est à noter qu’en aucun cas l’Unité de Recherche HLLI ne pourra couvrir vos frais de déplacement. Une attestation pourra être fournie pour un remboursement par votre laboratoire de rattachement.

Comité d’organisation de la journée d’étude :

Stéphanie Bulthé, Martine Crépin Maeckereel, doctorantes de L’UR HLLI et du centre de recherche « Modalités du fictionnel ».

Comité Scientifique :

-Madame Jacqueline Bel (Professeur, directrice de l’Unité de Recherche H.L.L.I)

-Madame Dolorès Lyotard (Maître de conférences, directrice du centre de recherche « Modalités du fictionnel »)

-Monsieur Jean Devaux (Professeur, directeur du Département « Lettres et Arts »)

Responsable : Stéphanie Bulthé, Martine Crépin

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’industrie du désir : tropes et rituels de la pornographie

La revue Proteus lance un appel à communication intitulé : « L’industrie du désir : tropes et rituels de la pornographie ». Cette proposition nous invite à penser une partie fort peu explorée du neuvième art : à en croire la récente Anthologie de la bande dessinée érotique de Vincent Bernière, sexe et bande dessinée font en effet bon ménage et il y a tout lieu d’explorer la quarantaine d’œuvres ici présentées. Mais en proposant « de se placer d’emblée à l’intérieur de la pornographie comme sphère spécialisée, circonscrite et réglementée de l’industrie culturelle et d’examiner les modes de production, les codes visuels et les structures signifiantes qui lui sont propres », cet appel à communication va plus loin : il s’agit de traiter de la pornographie comme genre et de tenter d’identifier les topoi graphiques ou narratifs susceptibles de l’organiser. S’ouvre ainsi un champ d’étude concernant une production aujourd’hui presque totalement oubliée, à l’instar de la collection « Bédé’ adult » un temps publiée par Magic Strip et que nos lecteurs devront se procurer avant le 1er janvier prochain.

 

L’industrie du désir : tropes et rituels de la pornographie

Date limite : 1 janvier 2013

Nous attendons vos argumentaires d’une page environ, en pièce jointe anonyme, ainsi qu’une brève présentation de l’auteur située dans le corps du mail. La revue Proteus accueille également des articles hors-thèmes, que vous pouvez envoyer en dehors des dates limites fixées pour les articles sur thème. Veillez bien à avoir consulté notre protocole de rédaction avant de nous envoyer toute participation.

Traditionnellement tenue au ban par la plupart des publications s’intéressant à l’image (sinon par celles spécialisées), la pornographie industrielle traîne encore malgré elle le voile d’un bien relatif tabou. Pourtant, codifiée presque à outrance, elle s’impose simultanément dans la vie civile comme un phénomène incontournable, occupant une place croissante dans les moeurs. Un éventail certes élargi mais très établi de tropes s’y succède de manière parfaitement cérémonielle – et bien qu’encore souvent l’ordonnance des génuflexions varie, elle conserve pour point d’orgue l’orgasme spectaculaire –, elle occupe dans la vie de l’individu un moment consacré à l’intimité et au repli sur soi, elle est partagée par chacun sans que son exercice ne soit pour autant nécessairement collectif.

Dans la postface de son plus célèbre roman, Vladimir Nabokov avançait que « dans les temps modernes, le terme “pornographieˮ est synonyme de médiocrité, de mercantilisme, et va de pair avec certain procédés très stricts de narration. L’obscénité doit se marier à la banalité parce que chaque forme du plaisir esthétique doit être remplacée en totalité par une stimulation sexuelle élémentaire […] Le pornographe est tenu de suivre une série de règles éprouvées et immuables s’il veut s’assurer que son patient sera comblé de son attente » (« A propos d’un livre intitulé Lolita »). La position du romancier a beau relever de l’autodéfense, elle porte tout de même un jugement qui paraît encore largement applicable de nos jours. Mais là encore c’est négliger par exemple l’explosion récente de la pornographie amateure et sa diffusion tout aussi massive permises par les moyens actuels.

Si le passage du film à la vidéo a sonné l’heure de l’industrialisation du porno et de la convergence entre désir érotique et société de consommation (Boogie Nights, P. T. Anderson, 1998), la massification rendue possible et alimentée par Internet semble de nos jours relayer au rang de vieilleries encombrantes ces vidéocassettes que Patrick Bateman n’arrête pas de dire qu’il doit rapporter (American Psycho, B. E. Ellis, 1991). Or, à partir du moment où chacun peut faire son propre film et le diffuser sur Internet, la massification du porno, sa projection sur la sphère publique de la toile et sa virtualisation subséquente se trouvent paradoxalement accompagnées d’une certaine recherche de réalité, ou tout du moins de son effet, et d’un retour à l’intimité familière du « fait maison ».

La question posée par ce numéro de la revue Proteus n’est donc pas celle d’une éventuelle qualité « esthétique » de l’imagerie érotique, ni celle de la frontière réglementaire entre l’art et l’obscénité sexuelle. Il s’agit plutôt de se placer d’emblée à l’intérieur de la pornographie comme sphère spécialisée, circonscrite et réglementée de l’industrie culturelle et d’examiner les modes de production, les codes visuels et les structures signifiantes qui lui sont propres. Ce qu’on peut y trouver, par exemple, c’est un rapport performatif au corps qui est à mettre en parallèle avec d’autres sphères du spectacle tel le sport de haut niveau (et, plus récemment, les Jeux Paralympiques), aussi bien qu’avec la performance, le cirque ou le théâtre contemporains.

En outre, les possibilités offertes par les nouvelles technologies transforment profondément diffusion et réception de l’imagerie pornographique, des conditions filmiques de sa production aux nouveaux genres inventés, angles de prise de vue, rapport entre réalité et fiction ou modes d’identification du spectateur. Comment la sélection peut-elle se faire dans ces conditions ? Quelle est la part de l’image dans notre rapport contemporain, quotidien au sexe, et dans quelle mesure ce dernier peut-il encore aujourd’hui renvoyer à la possibilité d’un espace intime et/ou autre, en marge des déterminations et des conventions sociales ? Quelle est la place du corps dans la virtualité de la géopolitique du désir tissée par une pornographie globalisée ? Et quelles sont les nouvelles articulations produites entre le privé et le public ? A l’époque du porno Art ou encore Women  friendly, comment peut-on mettre à jour notre conception occidentale du regard, du voyeurisme et de la scopophilie, axée sur le regard masculin qui domine et contrôle (« Visual Pleasure and Narrative Cinema », L. Mulvey, 1973) ?

Pistes de réflexion

  • Anthropologie de la pornographie
  • Tropes, clichés et lieus communs du genre pornographique
  • Dimension haptique et impression de réalité
  • Caricature, parodie, humour et pornographie
  • L’échange sexuel : économie politique du désir
  • Temporalité de production, de diffusion, de réception, d’obsolescence

Responsable : Revue Proteus

Url de référence :
http://www.revue-proteus.com/index.html

 

Adresse : 40, rue de la montagne Ste-Geneviève, 75005 Paris

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’imaginaire des voyages

Le Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho de l’université de Braga (Portugal) lance un appel à communication intitulé : « L’imaginaire des voyages ». Concernant littérature, cinéma et bande dessinée, cette proposition ne manquera sans doute pas d’intéresser nombre de nos lecteurs car force est de constater que le neuvième art participe largement d’une « perception de la condition humaine comme un voyage » qui « traverse des époques et des paradigmes historiques et culturels ». Nous ne saurions par exemple dénombrer les œuvres revisitant les récits antiques (pensons aux Naufragés du temps de Jean-Claude Forest et Paul Gillon) ou prenant place dans d’autres contrées afin de transmettre aux Européens moult enseignements géopolitiques (les aventures de Tintin nommées dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous en constitue un parfait exemple). Parmi les questions soulevées par cette proposition dans son 4e paragraphe, l’une d’entre elle nous semble également particulièrement pertinente : le possible renouveau que peut engendrer le thème du voyage pour le neuvième art. Cette piste semble intéressante à plus d’un titre. Sur le plan esthétique, il fait peu de doute que le voyage peut inviter l’auteur à adopter un processus de création s’écartant des canoniques modes de production de la bande dessinée (pensons à Portugal et son large usage d’une aquarelle relevant peut-être plus du carnet de voyage que du traditionnel album franco-belge). Sur le plan narratif, le voyage a peut-être également permis de conférer un nouveau statut à la bande dessinée tout en lui permettant de renouer avec ses origines : la frontière existant entre voyage et reportage est ainsi à interroger et des œuvres comme Shenzen de Guy Deslile ou The Fixer de Joe Sacco gagneraient à être étudiées avant la date limite du 31 janvier prochain.

 

 

 

 

L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée

Date limite : 31 janvier 2013

Homo viator: La perception de la condition humaine comme un voyage traverse des époques et des paradigmes historiques et culturels, liant la morale de Sénèque, la symbolique chrétienne du pèlerin, la métaphysique existentialiste de Gabriel Marcel et la campagne publicitaire d’une marque de whisky bien connue: keep walking.

Répondant à l’appel du large, de la route, du désert, l’homme est toujours en chemin, toujours en mouvement. Il parcourt le monde à la recherche d’autre chose, insaisissable et énigmatique, qui se manifeste sous des formes concrètes comme le Graal, les épices, les trésors, les civilisations perdues, la lune…

Sont nombreux les voyageurs qui peuplent notre patrimoine imaginaire, fictionnel et non-fictionnel : Gilgamesh, Ulysse, Marco Polo, D. Quichotte, Lévi-Strauss, Kerouac, Bruce Chatwin, Tintin; mais aussi la masse anonyme des commerçants, pirates, reporters, missionnaires. Il y a également une multiplicité de figures du voyage – pèlerinages, errances, expansions territoriales, découvertes maritimes, diasporas, exils, longues marches, flâneries, tourisme, voyages dans le temps, voyages autour d’une chambre –, et de leurs motivations: spirituelles, commerciales, politiques, morales, cognitives, ludiques.

Ce colloque discute les poétiques et les configurations imaginaires du voyage dans la littérature, le cinéma et la bande dessinée : fiction arthurienne, Märchen, travel writing, fiction scientifique, récit d’aventures (le roman d’aventures depuis Defoe, le cinéma, la littérature populaire et la paralittérature). Il interroge le rapport des poétiques du voyage aux genres littéraires, aux courants esthétiques, aux formes narratives, aux régimes de l’imaginaire, aux idéologies, aux matérialités sémiotiques et technologiques, aux dispositifs institutionnels et champs culturels. Le voyage apporte-il de nouvelles questions théoriques et/ou fraye-il des voies pour une perception renouvelée de la littérature, du cinéma et de la bande dessinée ? Quel rôle joue le voyage dans le tournant narratif, dans le retour du référent, appelé à réconcilier écriture et monde, ou encore dans l’hypostase de la fiction et dans l’essor de sa théorie ? De quelle façon les technologies, qui ont décisivement et irréversiblement reformulé les notions de temps et d’espace, affectent le voyage à une époque où le monde se réduit de plus en plus à la version qu’en donne Google Earth?

Le colloque aura lieu le 28 février et le 1er mars 2013 à l’auditorium de l’Institut des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Minho, à Braga, Portugal.

Les communication ne dépassent pas les 20 minutes.

Les langues de travail sont le portugais, le français, l’espagnol et l’anglais.

Les propositions (300 mots maximum) sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2013 à l’adresse imaginarioviagem@gmail.com

Frais de participation:

avec communication: 75 €

sans communication : 60 €

Responsable : Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho

Url de référence :
http://ceh.ilch.uminho.pt/

 

Adresse : CEHUMUniversidade do Minho 4710-052 BragaPortugal

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La science-fiction française depuis 1970

 

Irène Langlet, de l’université de Limoges, lance un appel à communication pour le troisième numéro de la revue ReS Futurae qui verra le jour sur revues.org en décembre prochain. Intitulé « La science-fiction française depuis 1970 », cette proposition mentionne directement la bande dessinée et invite les chercheurs à s’interroger sur une période durant laquelle la science-fiction « s’est fermement établie dans le champ littéraire ». Le constat vaut aussi pour le neuvième art puisqu’après les pionniers du genre (Raymond Poivet et Roger Lecureux avec Les Pionniers de l’espérance encore Marijac et Auguste Liquois avec Guerre à la Terre, voire Edgar P. Jacobs avec Le Secret de l’espadon ou SOS Météores), c’est effectivement dans les années 70 qu’apparaît une nouvelle génération de créateurs dont le travail contribua assurément à pérenniser le genre (pensons à Jean-Claude Forest, auteur de Barbarella ou des Naufragés du temps ou encore à Pierre Christin et Jean-Claude Mézières pour Valérian, agent spatio-temporel). Nous pourrions compléter cette liste à l’infini, tant le corpus est dense, mais nous nous permettons de suggérer à nos lecteurs une piste parmi l’ensemble des propositions qu’il est susceptible de soumettre au comité de rédaction de la revue : une histoire du rôle majeur que joua Métal Hurlant pour le développement du genre reste largement à écrire puisque c’est dans le cadre de ce magazine que parurent les premières œuvres de Bilal (Exterminateur 17), de Philippe Druillet (Lone Sloane) ou encore de Moebius (L’Incal). Et il est assez étonnant de constater que l’une des publications qui donne au neuvième art ses premières lettres de noblesse s’est organisée autour d’un genre longtemps synonyme de « para » et « sous » littérature : nous sommes ici aux antipodes des traditionnels discours sur la légitimation culturelle. Nous invitons nos lecteurs à faire leur cette idée avant le 20 décembre prochain.

 

 

La science-fiction française depuis 1970

ReS Futurae, numéro 3

Date limite : 20 décembre 2012

Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques oeuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les oeuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertainCette chère humanitéDelirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (BlueRempart des naufrageursPoupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner CityF.A.U.S.T.La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraieLes Guerriers du silenceLe Chant du cosmosAucune étoile aussi lointaineUne porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalitéStructura maximaPollenPlaguersRêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera proposer des études sur des oeuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, tels que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvageLes Maîtres du tempsGandahar), ou les oeuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace HotelTykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae :

Responsable : Irène Langlet

Url de référence :
http://resf.hypotheses.org/1142

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Média(li)tures, média(scrip)tures

Le Centre de Recherches en Littérature Comparée (CERLICO) de l’ENS de Yaoundé lance un appel à communication intitulé : « Média(li)tures, média(scrip)tures ». Débouchant sur un ouvrage collectif, cette proposition présente une originalité : elle esquisse un cadre conceptuel, ou plutôt une approche de l’écrit, faisant une place à un fonctionnement en réseau de différents médias. Au principe de « littérarité », on propose ici de substituer celui d’ « intermédialité » : en d’autres termes, il s’agit de penser un écrit ne s’imposant plus tant par son texte que par une capacité de relation avec d’autres formes d’expression. Se pose dès lors aussi bien le problème de sa conception (déjà largement appréhendé par ailleurs) que celui de son évaluation : la meilleure œuvre n’est-elle pas celle qui s’adapte, se décline, est à même de s’inscrire dans un ensemble de produits culturels ? À l’heure où des productions relevant du champ de la bande dessinée (pensons à Uropa d’Yslaire diffusé sur l’Applestore par Casterman) empruntent cette voix, cette proposition mérite assurément d’être discutée et nous invitons les chercheurs à s’en emparer avant le 30 novembre prochain.

 

Média (li) tures / Média (scrip) tures

Le domaine des études intermédiales entretient, par nécessité, la veine des néologismes en cette matière. Ce sont la médialité, l’intermédialité, l’hypermédialité, l’hypomédialité, la médialité, l’im-médiateté…, tous attestant de dynamiques des relations entre les médias, au sens large de ce terme. Il ne nous semble pas que la notion de médialiture figure déjà dans cette liste.

Se pose donc la question de savoir si cette notion ne s’impose pas elle aussi en tant que déclinaison spécifique de cet « axe de pertinence » que constitue la théorie intermédiale. D’où la problématique suivante : qu’est-ce que le phénomène intermédial ? Á quoi peuvent correspondre ses manifestations spécifiques ? En quoi la médialiture pourrait-elle figurer de manière pertinente dans la nomenclature de ces dernières ?

On posera que la notion de médialiture s’impose en ce qu’elle est susceptible de rendre compte du phénomène  intermédial, et plus précisément interartial, dans le cadre spécifique de l’art littéraire. Pour étayer cette hypothèse générale, nous suggérons le raisonnement ci-après, dont les articulations se rapportent aux questions de la problématique ci-dessus :

L’intermédialité réfère à l’intrication des médias sur le double plan synchronique et diachronique, de sorte qu’on puisse les hiérarchiser en médias englobants et englobés, transcendants et transcendés, c’est-à-dire en  hypermédias et hypomédias, les uns relativement aux autres. Dans ces conditions, la spécificité d’un média se rapporterait à son caractère englobant, transcendant ou hypermédiatique (ou, à l’inverse, englobé, transcendé, hypomédiatique) par rapport aux autres médias, ce caractère étant donc patent, qui correspond à une mise en abyme de tous les autres médias en présence par ce média dominant, et ce suivant diverses modalités que l’on peut emprunter à l’intertextualité genettienne. Dès lors,  la médialiture correspondrait bien à une pratique littéraire englobant, transcendant ou dominant les autres pratiques artistiques en les intégrant en son sein suivant une logique de mise en abyme systématique, foisonnante et généralisée de celles-ci, comme dans une sorte de Gesamtkunstwerk wagnérienne mais polarisée par la littérature. Dès lors, on peut prendre les concepts de médialiture et de médiascripture, qui sont presque synonymes, au sens d’intermédialité dans la / en  littérature, mais surtout, de manière plus précise, au sens de littérature intermédiale, ce qui nous semble conforter leur pertinence conceptuelle. En effet, ce sur quoi ils insistent et qui sera au centre de la réflexion est qu’ils servent à caractériser une production ou une tendance littéraire (post)moderne dans laquelle le scriptural est réduit à l’essentiel, ce scriptural n’étant plus alors qu’un biais qui pourrait bien être remplacé par un autre (peinture, architecture, musique, danse, etc.) sans que le contenu de l’oeuvre en soit altéré. En d’autres termes, ces concepts insistent sur le fait, non pas de la littérarité de l’oeuvre mais sur celui de son intermédialité à laquelle est subordonnée une littérarité qui ne sert ici que de vecteur ou de plateforme interartial. Un peu comme si le principe de l’oeuvre d’art totale était repris littérairement, comme il pourrait l’être musicalement, architecturalement ou picturalement.

De telles hypothèses requièrent, comme outils d’analyse généraux, les théories intermédiale et intertextuelle, ainsi que celle de l’art total de Richard Wagner. Le premier outil servira à analyser les jeux et les enjeux épistémologiques des notions d’intermédialité et de médialiture ; le deuxième outil servira de tremplin heuristique dans la mise en évidence des possibles médiascripturaux ; et le troisième outil servira éventuellement de repère manifestaire garantissant la nécessité de la notion de médialiture. Il devait alors apparaitre que la création littéraire a évolué de plus en plus vers le médialittéraire depuis l’époque du modernisme.

Des hypothèses ci-dessus découlent aussi trois grands axes de réflexion :

  • L’histoire générale de la médialiture
  • Les possibles médiascripturaires / médialittéraires
  • Les études de cas (la médialiture dans telle ou telle oeuvre ; la poétique de la médialiture chez tel auteur ; etc.)

Comme le suggèrent les parenthèses dans l’intitulé du présent appel à contributions, les analyses peuvent s’ouvrir ou s’étendre aux autres arts en tant qu’hyperarts, autorisant alors, de ce fait, un quatrième axe de réflexion.

Les propositions d’articles sont à envoyer avant le 30 novembre 2012 à l’adresse électronique : gfranguiyoba@yahoo.fr

Après avis du comité scientifique, les auteurs des propositions retenues seront informés avant le 30 décembre 2012.

La parution de l’ouvrage est prévue pour décembre 2013.

Comité scientifique :

 Matthijs Engelberts (Université d’Amsterdam, Pays-Bas)

 François Guiyoba (ENS de Yaoundé, Cameroun)

 Eric Méchoulan (Université de Montréal, Canada)

 Salma Mobarak (Université du Caire, Egypte)

 Jürgen Erich Müller (Université de Bayreuth, Allemagne)

 Isabel Rio Novo (ISMAIA, Porto, Portugal)

 Jean Christophe Valtat (Université de Montpellier, France)

 Célia Vieira (ISMAIA, Porto, Portugal)

Responsable : Centre de Recherches en Littérature Comparée (CERLICO) de l’ENS de Yaoundé, BP 47 Yaoundé (Cameroun).

Selon l’expression de Jürgen E. Müller qui la préfère à celle de discipline pour désigner cette théorie.

Responsable : Centre de recherches en littérature comparée (CERLICO)

Adresse : BP 47 Yaoundé (Cameroun)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts