Penser la lecture de bandes dessinées

Les carnets de la bande dessinée ont aujourd’hui le plaisir de vous présenter un appel à communication intitulé : « Penser la lecture de bandes dessinées ». Celui-ci débouchera sur un colloque organisé par plusieurs partenaires (la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême, les laboratoires EHIC et GRESCO de l’université de Limoges, LABSIC de l’université Paris 13, l’IUFM du Limousin) qui constituera l’ossature de la prochaine université de la bande dessinée. Nous espérons donc que nos lecteurs nous soumettront de nombreuses propositions.

« Penser la lecture de bandes dessinées »

Lecteurs, interprétations et légitimités de la lecture d’art séquentiel.

Au sein de l’ensemble des livres et propositions éditoriales aujourd’hui présentés au public, la bande dessinée occupe une place de choix : elle cristallise nombre de problèmes et de pistes de réflexions qui intéressent de plus en plus des chercheurs de toutes disciplines. Force est de constater que ce secteur éditorial nous invite à mettre en perspective nombre de travaux comme en attestent trois exemples.

1. Dans le champ des pratiques culturelles, la bande dessinée nous invite à considérer les transformations des goûts générationnels en même temps que les restructurations du champ éditorial. Avec l’avènement de la bande dessinée adulte, considérée comme un art à part entière, avec la disparition de nombreux magazines sériels tournés vers un public d’enfants et d’adolescents, il semble que l’intérêt des lecteurs adolescents ait évolué, se déplaçant vers le manga au détriment de la bande dessinée franco-belge[1]. Il devient alors nécessaire de s’interroger sur ces déplacements du lectorat en fonction des générations qui pourraient éclairer les nouvelles pratiques de lecture des jeunes et des moins jeunes[NL1] . Des genres, des styles, des formats correspondent-ils davantage à des âges de la vie ? Quel rôle tient la bande dessinée dans l’apprentissage du goût pour la lecture ? Ce faisant, il est possible de revenir sur des écrits s’inscrivant dans le cadre d’une sociologie des âges de la vie comme L’Enfance des loisirs ou, plus anciennement, Et pourtant ils lisent…[2].

2/ La bande dessinée nous invite également à mettre en perspective la question de la médiation, au sens où l’emploie Antoine Hennion, renvoyant « à une longue série de personnages-clés, aux rôles complémentaires et concurrents (…) et à une longue liste hétéroclite de dispositifs matériels ou institutionnels emboîtés »[3]. Ce sont autant d’interventions humaines qui confèrent du sens à ce domaine de la création et lui permettent de se développer[NL2] . Du créateur qui présente ou diffuse son œuvre via des dispositifs numériques, au libraire ou bibliothécaire qui leur ménage un accès, aux organes de presse où les dessinateurs sont de plus en plus conviés à s’exprimer, en passant par les « amateurs éclairés » qui explicitent cette production, les pratiques des « fans » et des collectionneurs, l’importance des festivals ou encore l’adoption de modes de publication parfois coûteux, il est difficile de dénombrer l’ensemble des médiations qui contribuent aussi à esquisser une certaine configuration de ce que Jean Caune nomme un « hybride de techniques, d’objets et d’intervention humaine »[4].

3/ Enfin, l’idée même de « neuvième art » nous invite à questionner la forme et l’importance d’une légitimité que l’on a longtemps peiné à accorder à des productions placées au rang de « paralittérature », pour reprendre le titre d’un ouvrage de Daniel Couégnas[5]. Peut-être la bande dessinée s’inscrit-elle « dans une culture plus tolérante, où la diversité est plus acceptable, car elle signifie beaucoup plus une quête individuelle et collective de sens qu’une volonté de hiérarchie »[6]. C’est alors les motivations du lectorat qu’il faut interroger pour comprendre comment se construisent non pas des hiérarchies, mais des goûts, plus ou moins étendus et variés, des légitimités d’usage comme Michel Picard et Vincent Jouve le postulent en séparant d’une part le « lu » et le « lisant » (une lecture participative, émotionnelle et identificatoire), d’autre part le « lectant » (une lecture distanciée, réflexive, intellectuelle), deux positions qui peuvent être occupées tour à tour par un même sujet[7].

Bien loin d’être exhaustives, ces trois pistes de réflexion montrent en tout cas que la bande dessinée nous invite en partie à renouveler notre approche de la lecture et du lectorat et c’est à ce chantier que nous entendons collaborer à travers un colloque consacré à ce thème. Organisé par les laboratoires EHIC et GRESCO de l’université de Limoges, LABSIC de l’université Paris 13, l’IUFM du Limousin et la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême, celui-ci se tiendra dans le cadre de la 7e université d’été de la bande dessinée et sera donc l’occasion de confronter travaux de chercheurs et regards de professionnels issus de la chaîne du livre.

Accueillant une première présentation de notre exploitation de la grande enquête sur la lecture de bandes dessinées réalisée par la Bibliothèque Publique d’Information et le ministère de la culture, cet événement sera l’occasion d’accueillir des interventions de chercheurs s’inscrivant dans les thématiques suivantes (liste non exhaustive).

Bande dessinée et diversité

La diversité géographique et générique de la bande dessinée ne fait aujourd’hui guère de doute : productions européennes, japonaises, américaines ou issues d’autres aires géographiques se mêlent aujourd’hui en librairie, de même qu’autobiographies, reportages ou feuilletons s’inscrivant dans divers genres fictionnels… Cette diversité prend autant sa source dans des efforts commerciaux de ciblage du public que dans l’extension des genres où la bande dessinée s’imposait traditionnellement. Afin d’interroger les tenants et les aboutissants de cette situation, ce premier axe de réflexion pourrait ainsi accueillir des communications portant aussi bien sur les efforts des éditeurs pour capter de nouveaux publics (création de collections, défrichage de nouveaux espaces graphiques) que sur la réception de ces nouvelles propositions par les lecteurs.

La bande dessinée : quelle diffusion ?

Si la bande dessinée est aujourd’hui volontiers présentée comme un secteur éditorial dynamique, les rapports de son lectorat à l’objet-livre sont encore mal connus et il serait intéressant de s’interroger sur les tenants et les aboutissants de pratiques comme la collection ou le prêt. L’un et l’autre engagent des positions différentes de lecteurs, du conservateur au prosélyte, dont il serait intéressant d’interroger les spécificités et les éventuelles complémentarités. De même, la position des bibliothèques publiques vis-à-vis de la bande dessinée, les dispositifs de communication avec le public qu’emploient auteurs ou éditeurs ou l’inscription de la bande dessinée dans le cadre de la librairie pourraient être évoqués.

 

Bande dessinée : prescription et transmission

On peut poursuivre le thème précédent en relevant les formes de prescriptions à l’œuvre dans la diffusion de la bande dessinée. Cette dernière semble souffrir d’un certain déficit critique et rejoindre en cela d’autres productions longtemps cantonnées au statut de « paralittérature » comme la Science-Fiction[8] : il serait donc intéressant de s’interroger sur le rôle et la forme que prend la prescription dans le cadre du neuvième art et de tenter de cerner les modes d’initiation (prennent-ils place dans le cercle familial ? quel est le rôle des médiateurs ?) propres à la bande dessinée et à d’autres modes d’expression connaissant une situation comparable.

Bibliothèques, musées, écoles : quels usages de la bande dessinée ?

Le questionnement antérieur ne peut que concourir à ce que l’on interroge également l’inscription de la bande dessinée dans des contextes muséaux et pédagogiques, notamment en terme d’apprentissage. En quoi le neuvième art propose-t-il d’autres modalités d’approches de la lecture que celles qui prennent traditionnellement place dans nos dispositifs pédagogiques ? Le mode d’exposition de la bande dessinée pourrait également être interrogé : face à une planche accrochée, ne sommes-nous pas face à une espèce de « lecture debout » susceptible de compléter ou d’enrichir d’autres usages du livre ? En quoi ces différents lieux, de la bibliothèque au musée, en passant par le CDI, contribuent-ils à la construction de la bande dessinée comme support de lecture, comme moyen pédagogique ?

 

Le colloque constituera l’ossature de la 7e université d’été de la bande dessinée et se tiendra à Angoulême du 1er au 3 juillet prochain. Les communications donneront lieu à une publication dans la revue Comicalités. Études de culture graphique à l’hiver 2013.

Les chercheurs intéressés sont invités à soumettre une proposition prenant la forme d’un texte d’environ 2000 signes (espaces compris) exposant : l’objet de l’intervention, le corpus ou le matériau sur lequel elle entend s’appuyer et indiquant les coordonnées et la qualité de chaque auteur. Afin de garantir la qualité des débats, ces documents seront par la suite soumis de façon anonyme à un comité scientifique composé de :

Sylvain Aquatias, sociologie, GRECO, IUFM du Limousin, université de Limoges

Benoît Berthou, sciences de l’information de la communication, LABSIC, université Paris 13

Natacha Levet, littérature, EHIC, université de Limoges

Jean-Philippe Martin, action culturelle, Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image

Ces propositions sont attendues pour le 13 mai prochain : leurs auteurs seront prévenus de leur acceptation avant le 20 mai. Elles doivent nous parvenir sous voie électronique à l’adresse électronique suivante : comicalites@gmail.com


[1] On trouve un écho de cette réflexion dans deux chapitres de l’ouvrage dirigé par Eric Maigret et Matteo Stefanelli, La bande dessinée, une médiaculture, (dir.), Paris, Armand Colin, 2012. D’une part, Gilles Ciment constate une baisse de la lecture de bandes dessinées à partir de 15 ans, d’autre part, Olivier Vanhée relève l’intérêt des adolescents pour le genre du manga.

[2] Sylvie Octobre et Pierre Mercklé, L’enfance des Loisirs, Paris, La Documentation Française, 2010. Christian Baudelot, Marie Cartier, Christine Detrez, Et pourtant ils lisent…, Paris, Seuil, 1999.

[3] Antoine Hennion, La Passion musicale, Paris, Métailié, 1993, pp. 224-225.

[4] Jean Caune, « Les territoires et les cartes de la médiation ou la médiation mise à nu par ses commentateurs », Les enjeux de l’information et de la communication, 2010 (dossier 2010), § 13. URL <www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2010–page-1.htm.> (page consultée le 16 janvier 2013).

[5] Daniel Couégnas, Introduction à la paralittérature, Paris, Seuil, 1992.

[6] Eric Maigret, « Bande dessinée et post légitimité », in La bande dessinée, une médiaculture, op. cit., p. 140.

[7] Michel Picard, La lecture comme jeu, Paris, Minuit, 1986 ; Vincent Jouve, L’effet personnage dans le roman, Paris, PUF, 1992.

[8] Voir à ce sujet l’entretien de Simon Bréan avec Gérard Klein (« Penser l’histoire de la Science Fiction ») publié dans la revue Res Futurae. URL < http://resf.revues.org/173> (page consultée le 20 mars 2013).

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

The Comics of Joe Sacco

Daniel Worden, de l’université du Nouveau Mexique, lance un appel à communication pour un ouvrage intitulé : « The Comics of Joe Sacco ». S’inscrivant dans une collection au nom évocateur (« Critical approaches to comics artists »), cette proposition nous mettre en perspective l’œuvre de l’un des auteurs les plus marquants de ce début de XXIe siècle : comme l’indique le sous-titre de ce futur ouvrage (« Journalism in a visual world »), c’est bien du devenir graphique d’un mode d’expression dont il sera ici question. Force est en effet de constater que le travail de Joe Sacco nous invite à mettre en perspective nombre de dispositifs et modes de représentations : tel est le cas de l’enquête (dont les ressorts sont clairement montrés dans un Gaza 1956 se proposant d’élucider un événement se présentant pour l’histoire sous la forme d’une obscure note de bas de page dans un document de l’ONU) ou encore du documentaire (la volonté de rendre compte de façon on ne peut plus précise et exhaustive de sinistres événements mobilisant un style graphique effectivement clairement inspiré par Robert Crumb et une certaine idée de la bande dessinée « underground », chose notamment sensible dans Palestine). Ces deux pistes de réflexion ne sauraient toutefois pas clore un domaine d’investigation on ne peut plus fructueux que nous invitons nos lecteurs à explorer avant le 25 mars prochain.

 

 

et

http://www.unm.edu/

 

The Comics of Joe Sacco

[edited volume]

Daniel Worden, University of New Mexico

dworden@unm.edu

The Comics of Joe Sacco: Journalism in a Visual World is a proposed volume in a new book series, Critical Approaches to Comics Artists, at the University Press of Mississippi. This volume will contain an array of critical essays on the comics of Joe Sacco, best known for his comics journalism in works such as Palestine and Safe Area Gorazde. Essays from many disciplinary and interdisciplinary perspectives are welcome, including critical approaches from comics studies, art history, cultural studies, literary studies, history, political science, communications and journalism, international relations, and peace and conflict studies.

Essays that address the following questions are especially welcome:

– How does Sacco’s work negotiate and synthesize journalistic, documentary, and graphic narrative form?

– How can Sacco’s work be read in relation to underground comix, the New Journalism, documentary film, and/or investigative reporting?

– How do Sacco’s works negotiate and represent journalistic ethics, questions of veracity, war crimes, and human rights violations?

– What is Sacco’s relationship to the tradition of investigative reporting, « submersion » or « immersion » journalism, social realism, and/or autobiographical comics?

– In what ways can Sacco’s works be read as a response to the contemporary « crisis » in the print news media?

– What kinds of history does Sacco privilege, and how do his works engage with international relations?

– How do Sacco’s works present history and make complex histories present?

– How does Sacco’s developing career and work, from his early satirical comics and music journalism to his more recent reportage about war and poverty, reflect the increasing legitimacy of comics in art and literary cultures? Or, alternately, how is Sacco’s work misrecognized as comics rather than journalism?

Please send a 500-1000 word abstract, CV, and contact information to Daniel Worden at dworden@unm.edu by March 25.

Accepted abstracts will be used in a formal book prospectus, and the deadline for full-length essays will be negotiated shortly thereafter.

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

(im)matérialité de la bande dessinée

Les étudiants du Master « Bande Dessinée » de l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image d’Angoulême lancent un appel à communication pour la journée d’étude qu’ils organisent annuellement. Intitulée « (im)matérialité de la bande dessinée », celle-ci propose cette année de « réfléchir aux mutations des formes de la bande dessinée et à leur pérennité ». Elle fait ainsi écho à de nombreux travaux, disponibles aussi bien dans des revues comme Communication et langage (« Matière et supports, la bande dessinée dans tous ses états ») que prochainement dans Comicalités à travers notre thématique « Raconter à l’heure du numérique ». La date limite de réception des propositions est fixée au 20 mars prochain et nous invitons nos lecteurs à soutenir cette intéressante initiative.

(im)matérialité de la bande dessinée 
Journée d’étude,  vendredi 31 mai 2013 à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image (Angoulême)

Afin de réfléchir aux mutations des formes de la bande dessinée et à leur pérennité, les étudiants de deuxième année du Master bande dessinée de l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image organisent une journée d’étude sur le thème (Im)matérialité de la bande dessinée. Celle-ci se déroulera le 31 mai 2013 à la Cité, en partenariat avec l’université de Poitiers. Les professionnels et spécialistes de tous horizons – éditeurs, théoriciens, auteurs, blogueurs – sont invités à venir partager leurs positions, leur expérience et leurs savoirs pendant cette journée qui sera suivie d’une soirée festive, musicale et graphique.

À l’heure du numérique, comment la bande dessinée contemporaine se réinvente-t-elle sur le papier et dans des formats hybrides ? 

Du Turbomédia à l’impression à la demande en passant par le livre-objet, les nouvelles technologies et l’évolution des pratiques éditoriales nous imposent de repenser la matérialité de la bande dessinée. L’adaptation du blog en livre est l’exemple le plus visible de l’intrusion du numérique dans nos librairies. Dans ce cas, Internet s’impose comme un outil de prépublication. Au-delà du blog BD, le Web est aussi le lieu d’initiatives créatives et éditoriales plus spécifiques au support numérique, comme celles de Sandawe, feu Manolosanctis ou GrandPapier.
Les supports numériques amènent également une mutation des langages. Ils permettent des interactions avec d’autres médiums comme le cinéma, l’animation ou le jeu vidéo et jouent avec les frontières de la bande dessinée.
En parallèle, l’univers de l’édition papier semble interroger lui aussi sa forme matérielle, en se dirigeant vers des objets travaillés aux multiples formats, des ouvrages micro-édités aux livres-objets en passant par les recherches de l’Oubapo.
D’un côté, ces productions valorisent la matérialité à travers des publications parfois coûteuses et peu diffusées, tandis que de l’autre Internet permet une diffusion maximale, souvent gratuite et internationale des contenus. Quelles nouvelles pratiques éditoriales naissent de ces diverses expériences ?

Toutes les propositions de communication (200 mots environ) sont à faire parvenir à Lise Lamarche avant le 20 mars 2013.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Scritture Migranti / Migrant Writings

La revue italienne Scriture Migranti (Migrant writings) basée à l’université de Bologne lance un appel à texte susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée. Large (puisqu’elle porte sur œuvres ou thèmes ayant trait à l’immigration), cette proposition trouve en effet de nombreux échos dans la production contemporaine. De Malamine. Un Africain à Paris (Les enfants rouges) aux Slimani de Farid Boudjellal (Tartamudo) en passant par La vie de Pahé (Paquet), Droit du sol de Charles Masson (Casterman) ou encore Là où vont nos pères de Shaun Tan (Dargaud), de nombreuses œuvres évoquent un déracinement que l’on ne saurait cantonner à un seul mode de représentation et de narration. Si un ouvrage comme Immigrants tente de prendre la mesure du phénomène, c’est ainsi à travers un projet collectif (rassemblant 13 auteurs se saisissant de 13 témoignages) et une variété graphique qu’il serait intéressant d’explorer plus avant le 20 mars prochain.

 

 

Scritture Migranti / Migrant Writings

The Department of Italian Studies at the University of Bologna (Italy) is now accepting submissions for the following sections of the issue 6/2012 of Scritture migranti, an international journal dedicated to writing on migration :

Letture/Readings : Research articles and essays of substantial length, focused on literature and themes related to migration, and from a wide array of perspectives (max. 70.000 characters, spaces included).
Visioni/Visions: Research articles and essays on themes of migration in theatre, film, dance, music, and other art forms. (max. 70.000 characters, spaces included)
Percorsi/Routes : Overviews or annotated lists of new material in the field, including both primary and secondary texts, and/or information regarding new seminars, conferences, and book presentations in Italy and abroad. (max. 10.000 characters, spaces included)

Interested scholars should send a complete article by March 20, 2013 to the editorial committee : redazione.scritturemigranti@unibo.it . A brief bio and an abstract are also required. The article should be in one of the major languages of international exchange. Our editorial guidelines can be found at www.scritturemigranti.it .

Articles for the journal are selected according to an anonymous peer review process.

Responsable : Fulvio Pezzarossa

Url de référence :
http://www.scritturemigranti.it

Adresse : Dipartimento di Filologia Classica e Italianisticavia Zamboni, 32 – 40126 Bologna,Italia

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts