Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran

Benoît Mitaine, David Roche et Isabelle Schmitt de l’université de Bourgogne organisent le 15 février 2013 une journée d’étude intitulée : « Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran ». Faisant suite à une première journée (« Du texte aux images »), cet événement propose aux chercheurs de questionner un « passage de l’image fixe à l’image animée » posant notamment le problème de « l’ “adaptabilité” de certaines œuvres et genres » et dans des domaines variés, aussi bien graphiquement que culturellement comme le montre le programme. Disponible grâce au lien publié ci-dessous, nous laissons nos lecteurs découvrir celui-ci et les Carnets tiennent plus largement à saluer l’effort de chercheurs qui ont construit un ambitieux projet scientifique autour de la bande dessinée et de la culture graphique.

Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran

 

Journée d’étude, 15 février 2013 (de 9h à 17h30)

MSH de l’Université de Bourgogne

2 bd Gabriel – 21000 Dijon

Résumé :

La question de l’adaptation appliquée spécifiquement à la bande dessinée n’a soulevé que de rares réflexions jusqu’à présent. Or, la bande dessinée, de par son hybridité sémiotique naturelle, se trouve à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. Nous interrogerons lors de cette deuxième journée d’étude les formes de passage de l’image fixe à l’image animée, questionnerons l’ “adaptabilité” de certaines œuvres et genres, reviendrons sur quelques cas méconnus sans non plus négliger la dimension économique de cette pratique culturelle dont certains studios de cinéma américains se sont fait une spécialité.

Remarque : Cette journée d’études fait suite au premier volet (« Du texte aux images ») organisé en février 2012 sur l’adaptation en bande dessinée de textes littéraires.

Responsables : Isabelle Schmitt ; Benoît Mitaine ; David Roche (Université de Bourgogne, EA 4182)

Contacts : isabelle.schmitt@u-bourgogne.fr ; benoit.mitaine@u-bourgogne.fr ; david.roche@u-bourgogne.fr

Lien programme : http://til.u-bourgogne.fr/images/stories/labo/programme/prog.%20je-bd-15-02-2013.pdf

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Ecrire la peinture, peindre la littérature

Stéphanie Bulthé et Martine Crépin Maeckereel, doctorantes de L’UR HLLI et du centre de recherche « Modalités du fictionnel » lancent un appel à communication intitulé : « Ecrire la peinture, peindre la littérature ». Débouchant sur une journée d’étude organisée le 13 mars prochain, cette proposition propose de se situer à l’intersection de deux pratiques afin de « questionner le concept de figuration, car, on le sait, le dialogue texte/image se veut toujours créateur, dans une relation épanouie ou divergente, voire complice, d’un art à l’autre ». Même si les organisatrices souhaitent apparemment cantonner semblable dialogue à une certaine pratique de la peinture, nous pensons que des propositions s’appuyant sur le neuvième art pourraient être bien reçues : que penser par exemple des adaptations d’œuvres littéraires faisant usage de la peinture et adoptant des parti-pris parfois fort expressifs ? L’étude des travaux de Denis Deprez (Othello, Les champs d’honneur, Frankenstein) serait ainsi des plus intéressantes : dans ce dernier cas, la peinture devient l’occasion d’une réconciliation entre narration et représentation (le monstre étant représenté sur le mode de l’amas et de l’informe, comme une créature tentant précisément de se trouver une destination). Nous livrons à nos lecteurs une intuition qu’ils ont tout loisir d’explorer avant le 8 janvier prochain.

 

 

Ecrire la peinture, peindre la littérature

Date limite : 8 janvier 2013

Journée d’étude Jeunes Chercheurs

Dunkerque, le 13 mars 2013


Littérature et peinture partagent une aptitude commune à saisir le monde dans le miroir de l’oeuvre en une appropriation spéculaire du réel. Cette journée d’étude voudrait questionner le concept de figuration, car, on le sait, le dialogue texte/image se veut toujours créateur, dans une relation épanouie ou divergente, voire complice, d’un art à l’autre. Nous aimerions analyser ces arts face à face.

Cette journée qui se tiendra le 20 mars 2013 à Dunkerque (MRSH de Dunkerque), se situe dans l’axe de recherche « Frontières. Limites. Échanges » que s’est donné l’UR HLLI : elle prolongera la réflexion initiée par le colloque « Nouvelles Rencontres du Littoral (VII) » intitulé « L’Écrivain et son peintre » (prévu les 22 et 23 novembre 2012) ainsi que les séances « Nouveaux Entretiens du Littoral » qui suivront au cours de l’année 2013, lesquelles ont pour objet d’inviter des écrivains contemporains dont l’oeuvre entretient un rapport remarquable avec la peinture, rencontres que Madame Lyotard, directrice du centre de recherche « Modalité du Fictionnel », organise.

Les trois thématiques susceptibles d’être traitées dans le cadre de cette journée « Jeunes Chercheurs » sont les suivantes :

Admirateur/Concurrent? L’écrivain face au peintre

La formule célèbre d’Horace dans son Épître aux Pisons, le fameux Ut pictura poesis, scelle définitivement le destin des deux arts, promus « jumeaux d’élection ». En effet, la littérature se conçoit à partir de ce moment comme relevant d’un geste mimétique similaire à celui de la peinture. Rompant avec la pensée du Moyen Âge, la Renaissance place en effet l’oeuvre d’art dans le champ de la représentation, de sorte que, rapidement, la peinture est perçue comme modèle de la littérature en raison de sa capacité immédiate à appréhender le réel. De nombreux écrivains, dans un commun exercice d’admiration pour les oeuvres picturales, vont se faire critiques d’art. Diderot, Baudelaire, Zola, Bataille, Malraux, par exemple, entendent saisir et formuler le geste artistique qui tend pour eux  à définir précisément l’esthétique de la modernité. L’occasion est donnée, pour l’écrivain de revendiquer la fascination qu’il ressent pour son alter ego : ainsi Walter Benjamin écrit sur Max Ernst tandis que Reiner Maria Rilke rend un hommage épistolaire à Cézanne. C’est au nom de cette modernité qu’ils se font instances de jugement, parce qu’elle leur paraît plus saisissable dans les aplats de couleur que dans les lignes d’encre. Mais en même temps, le littérateur se nourrit de l’expérience picturale en décrivant dans ses oeuvres des tableaux réels ou imaginaires, tandis que le peintre se complaît dans les représentations de thèmes littéraires. Que penser alors de cette relation ambiguë, en demi-teinte, faite de fascination réciproque, d’admiration et de jalousie ?

Peintre/Écrivain. Un même geste artistique ?

La représentation du peintre dans une oeuvre littéraire est maintenant tombée au rang de topos. Un énorme pan de la littérature nous présente dès lors l’artiste peintre comme prototype du « Créateur à l’ambition trop large » (Zola), du Chef-d’oeuvre inconnu de Balzac au Portrait ovale de Poe, de Manette Salomon des Goncourt jusqu’à L’Empire des nuages de François Nourissier en passant par Le Portrait de Gogol, La Lune et six pence de Somerset Maugham ou encore La Semaine sainte d’Aragon. De la représentation de la vie pittoresque de l’artiste à la tentative désespérée de cerner la nature de l’enthousiasme (commun ?) qui anime de la même manière le littéraire et le peintre, comment ce dialogue entre les arts, ce lien ténu entre le pinceau et la plume, peut-il se muer en une véritable dualité artistique ?

Convergences/pergences. Pour un dialogue entre les arts

Depuis la Politique d’Aristote, la distinction entre « arts serviles » et « art libéraux » pense l’axiologie littérature/peinture comme une mise sous tutelle de la peinture. Rien n’est moins évident. Où placer, par exemple, les enluminures médiévales qui inscrivent l’image au coeur du texte ? Le lien est alors étroit entre littérature et peinture ; l’un ne peut se penser sans l’autre, témoins les médaillons d’artistes qui transposent les deux arts jusqu’à la fin du XIXe. L’admiration crée et génère la concurrence. L’attraction du peintre sur l’écrivain se retrouve dans sa volonté de trouver des équivalences littéraires à des données picturales. Les formes de ces nombreuses tentatives, remarquables par leur diversité, illustrent cette convergence/ divergence : écriture artiste, poème-objet, allégorie, ekphrasis, autoportrait…

Modalités de soumission

Cette journée d’étude est ouverte à tous les doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs en Littérature française et étrangère (de l’Antiquité au XXIe siècle), en Histoire ou Histoire de l’art. Les propositions de communication doivent comporter un titre, un résumé de 250 à 300 mots, une notice bibliographique et une courte présentation de l’intervenant (laboratoire de rattachement, publications…). Il faudra préciser absolument si un matériel informatique est nécessaire à la présentation et la nature de celui-ci. Les interventions se limiteront à vingt minutes.

Les propositions seront envoyées à l’adresse indiquée ci-dessous pour le 8 janvier 2013, délai de rigueur :

jeuneschercheurs.littoral@gmail.com

Elles seront communiquées sous un format facilement lisible (WORD, PDF…).

La sélection des propositions aura lieu courant janvier. Une réponse personnelle sera adressée à tout chercheur qui aura déposé une demande d’intervention.

Pour toute information pratique supplémentaire concernant la journée d’étude, merci d’écrire à la même adresse. Il est à noter qu’en aucun cas l’Unité de Recherche HLLI ne pourra couvrir vos frais de déplacement. Une attestation pourra être fournie pour un remboursement par votre laboratoire de rattachement.

Comité d’organisation de la journée d’étude :

Stéphanie Bulthé, Martine Crépin Maeckereel, doctorantes de L’UR HLLI et du centre de recherche « Modalités du fictionnel ».

Comité Scientifique :

-Madame Jacqueline Bel (Professeur, directrice de l’Unité de Recherche H.L.L.I)

-Madame Dolorès Lyotard (Maître de conférences, directrice du centre de recherche « Modalités du fictionnel »)

-Monsieur Jean Devaux (Professeur, directeur du Département « Lettres et Arts »)

Responsable : Stéphanie Bulthé, Martine Crépin

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’industrie du désir : tropes et rituels de la pornographie

La revue Proteus lance un appel à communication intitulé : « L’industrie du désir : tropes et rituels de la pornographie ». Cette proposition nous invite à penser une partie fort peu explorée du neuvième art : à en croire la récente Anthologie de la bande dessinée érotique de Vincent Bernière, sexe et bande dessinée font en effet bon ménage et il y a tout lieu d’explorer la quarantaine d’œuvres ici présentées. Mais en proposant « de se placer d’emblée à l’intérieur de la pornographie comme sphère spécialisée, circonscrite et réglementée de l’industrie culturelle et d’examiner les modes de production, les codes visuels et les structures signifiantes qui lui sont propres », cet appel à communication va plus loin : il s’agit de traiter de la pornographie comme genre et de tenter d’identifier les topoi graphiques ou narratifs susceptibles de l’organiser. S’ouvre ainsi un champ d’étude concernant une production aujourd’hui presque totalement oubliée, à l’instar de la collection « Bédé’ adult » un temps publiée par Magic Strip et que nos lecteurs devront se procurer avant le 1er janvier prochain.

 

L’industrie du désir : tropes et rituels de la pornographie

Date limite : 1 janvier 2013

Nous attendons vos argumentaires d’une page environ, en pièce jointe anonyme, ainsi qu’une brève présentation de l’auteur située dans le corps du mail. La revue Proteus accueille également des articles hors-thèmes, que vous pouvez envoyer en dehors des dates limites fixées pour les articles sur thème. Veillez bien à avoir consulté notre protocole de rédaction avant de nous envoyer toute participation.

Traditionnellement tenue au ban par la plupart des publications s’intéressant à l’image (sinon par celles spécialisées), la pornographie industrielle traîne encore malgré elle le voile d’un bien relatif tabou. Pourtant, codifiée presque à outrance, elle s’impose simultanément dans la vie civile comme un phénomène incontournable, occupant une place croissante dans les moeurs. Un éventail certes élargi mais très établi de tropes s’y succède de manière parfaitement cérémonielle – et bien qu’encore souvent l’ordonnance des génuflexions varie, elle conserve pour point d’orgue l’orgasme spectaculaire –, elle occupe dans la vie de l’individu un moment consacré à l’intimité et au repli sur soi, elle est partagée par chacun sans que son exercice ne soit pour autant nécessairement collectif.

Dans la postface de son plus célèbre roman, Vladimir Nabokov avançait que « dans les temps modernes, le terme “pornographieˮ est synonyme de médiocrité, de mercantilisme, et va de pair avec certain procédés très stricts de narration. L’obscénité doit se marier à la banalité parce que chaque forme du plaisir esthétique doit être remplacée en totalité par une stimulation sexuelle élémentaire […] Le pornographe est tenu de suivre une série de règles éprouvées et immuables s’il veut s’assurer que son patient sera comblé de son attente » (« A propos d’un livre intitulé Lolita »). La position du romancier a beau relever de l’autodéfense, elle porte tout de même un jugement qui paraît encore largement applicable de nos jours. Mais là encore c’est négliger par exemple l’explosion récente de la pornographie amateure et sa diffusion tout aussi massive permises par les moyens actuels.

Si le passage du film à la vidéo a sonné l’heure de l’industrialisation du porno et de la convergence entre désir érotique et société de consommation (Boogie Nights, P. T. Anderson, 1998), la massification rendue possible et alimentée par Internet semble de nos jours relayer au rang de vieilleries encombrantes ces vidéocassettes que Patrick Bateman n’arrête pas de dire qu’il doit rapporter (American Psycho, B. E. Ellis, 1991). Or, à partir du moment où chacun peut faire son propre film et le diffuser sur Internet, la massification du porno, sa projection sur la sphère publique de la toile et sa virtualisation subséquente se trouvent paradoxalement accompagnées d’une certaine recherche de réalité, ou tout du moins de son effet, et d’un retour à l’intimité familière du « fait maison ».

La question posée par ce numéro de la revue Proteus n’est donc pas celle d’une éventuelle qualité « esthétique » de l’imagerie érotique, ni celle de la frontière réglementaire entre l’art et l’obscénité sexuelle. Il s’agit plutôt de se placer d’emblée à l’intérieur de la pornographie comme sphère spécialisée, circonscrite et réglementée de l’industrie culturelle et d’examiner les modes de production, les codes visuels et les structures signifiantes qui lui sont propres. Ce qu’on peut y trouver, par exemple, c’est un rapport performatif au corps qui est à mettre en parallèle avec d’autres sphères du spectacle tel le sport de haut niveau (et, plus récemment, les Jeux Paralympiques), aussi bien qu’avec la performance, le cirque ou le théâtre contemporains.

En outre, les possibilités offertes par les nouvelles technologies transforment profondément diffusion et réception de l’imagerie pornographique, des conditions filmiques de sa production aux nouveaux genres inventés, angles de prise de vue, rapport entre réalité et fiction ou modes d’identification du spectateur. Comment la sélection peut-elle se faire dans ces conditions ? Quelle est la part de l’image dans notre rapport contemporain, quotidien au sexe, et dans quelle mesure ce dernier peut-il encore aujourd’hui renvoyer à la possibilité d’un espace intime et/ou autre, en marge des déterminations et des conventions sociales ? Quelle est la place du corps dans la virtualité de la géopolitique du désir tissée par une pornographie globalisée ? Et quelles sont les nouvelles articulations produites entre le privé et le public ? A l’époque du porno Art ou encore Women  friendly, comment peut-on mettre à jour notre conception occidentale du regard, du voyeurisme et de la scopophilie, axée sur le regard masculin qui domine et contrôle (« Visual Pleasure and Narrative Cinema », L. Mulvey, 1973) ?

Pistes de réflexion

  • Anthropologie de la pornographie
  • Tropes, clichés et lieus communs du genre pornographique
  • Dimension haptique et impression de réalité
  • Caricature, parodie, humour et pornographie
  • L’échange sexuel : économie politique du désir
  • Temporalité de production, de diffusion, de réception, d’obsolescence

Responsable : Revue Proteus

Url de référence :
http://www.revue-proteus.com/index.html

 

Adresse : 40, rue de la montagne Ste-Geneviève, 75005 Paris

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts