L’imaginaire des voyages

Le Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho de l’université de Braga (Portugal) lance un appel à communication intitulé : « L’imaginaire des voyages ». Concernant littérature, cinéma et bande dessinée, cette proposition ne manquera sans doute pas d’intéresser nombre de nos lecteurs car force est de constater que le neuvième art participe largement d’une « perception de la condition humaine comme un voyage » qui « traverse des époques et des paradigmes historiques et culturels ». Nous ne saurions par exemple dénombrer les œuvres revisitant les récits antiques (pensons aux Naufragés du temps de Jean-Claude Forest et Paul Gillon) ou prenant place dans d’autres contrées afin de transmettre aux Européens moult enseignements géopolitiques (les aventures de Tintin nommées dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous en constitue un parfait exemple). Parmi les questions soulevées par cette proposition dans son 4e paragraphe, l’une d’entre elle nous semble également particulièrement pertinente : le possible renouveau que peut engendrer le thème du voyage pour le neuvième art. Cette piste semble intéressante à plus d’un titre. Sur le plan esthétique, il fait peu de doute que le voyage peut inviter l’auteur à adopter un processus de création s’écartant des canoniques modes de production de la bande dessinée (pensons à Portugal et son large usage d’une aquarelle relevant peut-être plus du carnet de voyage que du traditionnel album franco-belge). Sur le plan narratif, le voyage a peut-être également permis de conférer un nouveau statut à la bande dessinée tout en lui permettant de renouer avec ses origines : la frontière existant entre voyage et reportage est ainsi à interroger et des œuvres comme Shenzen de Guy Deslile ou The Fixer de Joe Sacco gagneraient à être étudiées avant la date limite du 31 janvier prochain.

 

 

 

 

L’imaginaire des voyages. Littérature, cinéma, bande dessinée

Date limite : 31 janvier 2013

Homo viator: La perception de la condition humaine comme un voyage traverse des époques et des paradigmes historiques et culturels, liant la morale de Sénèque, la symbolique chrétienne du pèlerin, la métaphysique existentialiste de Gabriel Marcel et la campagne publicitaire d’une marque de whisky bien connue: keep walking.

Répondant à l’appel du large, de la route, du désert, l’homme est toujours en chemin, toujours en mouvement. Il parcourt le monde à la recherche d’autre chose, insaisissable et énigmatique, qui se manifeste sous des formes concrètes comme le Graal, les épices, les trésors, les civilisations perdues, la lune…

Sont nombreux les voyageurs qui peuplent notre patrimoine imaginaire, fictionnel et non-fictionnel : Gilgamesh, Ulysse, Marco Polo, D. Quichotte, Lévi-Strauss, Kerouac, Bruce Chatwin, Tintin; mais aussi la masse anonyme des commerçants, pirates, reporters, missionnaires. Il y a également une multiplicité de figures du voyage – pèlerinages, errances, expansions territoriales, découvertes maritimes, diasporas, exils, longues marches, flâneries, tourisme, voyages dans le temps, voyages autour d’une chambre –, et de leurs motivations: spirituelles, commerciales, politiques, morales, cognitives, ludiques.

Ce colloque discute les poétiques et les configurations imaginaires du voyage dans la littérature, le cinéma et la bande dessinée : fiction arthurienne, Märchen, travel writing, fiction scientifique, récit d’aventures (le roman d’aventures depuis Defoe, le cinéma, la littérature populaire et la paralittérature). Il interroge le rapport des poétiques du voyage aux genres littéraires, aux courants esthétiques, aux formes narratives, aux régimes de l’imaginaire, aux idéologies, aux matérialités sémiotiques et technologiques, aux dispositifs institutionnels et champs culturels. Le voyage apporte-il de nouvelles questions théoriques et/ou fraye-il des voies pour une perception renouvelée de la littérature, du cinéma et de la bande dessinée ? Quel rôle joue le voyage dans le tournant narratif, dans le retour du référent, appelé à réconcilier écriture et monde, ou encore dans l’hypostase de la fiction et dans l’essor de sa théorie ? De quelle façon les technologies, qui ont décisivement et irréversiblement reformulé les notions de temps et d’espace, affectent le voyage à une époque où le monde se réduit de plus en plus à la version qu’en donne Google Earth?

Le colloque aura lieu le 28 février et le 1er mars 2013 à l’auditorium de l’Institut des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Minho, à Braga, Portugal.

Les communication ne dépassent pas les 20 minutes.

Les langues de travail sont le portugais, le français, l’espagnol et l’anglais.

Les propositions (300 mots maximum) sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2013 à l’adresse imaginarioviagem@gmail.com

Frais de participation:

avec communication: 75 €

sans communication : 60 €

Responsable : Centro de Estudos Humanísticos da Universidade do Minho

Url de référence :
http://ceh.ilch.uminho.pt/

 

Adresse : CEHUMUniversidade do Minho 4710-052 BragaPortugal

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La science-fiction française depuis 1970

 

Irène Langlet, de l’université de Limoges, lance un appel à communication pour le troisième numéro de la revue ReS Futurae qui verra le jour sur revues.org en décembre prochain. Intitulé « La science-fiction française depuis 1970 », cette proposition mentionne directement la bande dessinée et invite les chercheurs à s’interroger sur une période durant laquelle la science-fiction « s’est fermement établie dans le champ littéraire ». Le constat vaut aussi pour le neuvième art puisqu’après les pionniers du genre (Raymond Poivet et Roger Lecureux avec Les Pionniers de l’espérance encore Marijac et Auguste Liquois avec Guerre à la Terre, voire Edgar P. Jacobs avec Le Secret de l’espadon ou SOS Météores), c’est effectivement dans les années 70 qu’apparaît une nouvelle génération de créateurs dont le travail contribua assurément à pérenniser le genre (pensons à Jean-Claude Forest, auteur de Barbarella ou des Naufragés du temps ou encore à Pierre Christin et Jean-Claude Mézières pour Valérian, agent spatio-temporel). Nous pourrions compléter cette liste à l’infini, tant le corpus est dense, mais nous nous permettons de suggérer à nos lecteurs une piste parmi l’ensemble des propositions qu’il est susceptible de soumettre au comité de rédaction de la revue : une histoire du rôle majeur que joua Métal Hurlant pour le développement du genre reste largement à écrire puisque c’est dans le cadre de ce magazine que parurent les premières œuvres de Bilal (Exterminateur 17), de Philippe Druillet (Lone Sloane) ou encore de Moebius (L’Incal). Et il est assez étonnant de constater que l’une des publications qui donne au neuvième art ses premières lettres de noblesse s’est organisée autour d’un genre longtemps synonyme de « para » et « sous » littérature : nous sommes ici aux antipodes des traditionnels discours sur la légitimation culturelle. Nous invitons nos lecteurs à faire leur cette idée avant le 20 décembre prochain.

 

 

La science-fiction française depuis 1970

ReS Futurae, numéro 3

Date limite : 20 décembre 2012

Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques oeuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les oeuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertainCette chère humanitéDelirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (BlueRempart des naufrageursPoupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner CityF.A.U.S.T.La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraieLes Guerriers du silenceLe Chant du cosmosAucune étoile aussi lointaineUne porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalitéStructura maximaPollenPlaguersRêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera proposer des études sur des oeuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, tels que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvageLes Maîtres du tempsGandahar), ou les oeuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace HotelTykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae :

Responsable : Irène Langlet

Url de référence :
http://resf.hypotheses.org/1142

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Média(li)tures, média(scrip)tures

Le Centre de Recherches en Littérature Comparée (CERLICO) de l’ENS de Yaoundé lance un appel à communication intitulé : « Média(li)tures, média(scrip)tures ». Débouchant sur un ouvrage collectif, cette proposition présente une originalité : elle esquisse un cadre conceptuel, ou plutôt une approche de l’écrit, faisant une place à un fonctionnement en réseau de différents médias. Au principe de « littérarité », on propose ici de substituer celui d’ « intermédialité » : en d’autres termes, il s’agit de penser un écrit ne s’imposant plus tant par son texte que par une capacité de relation avec d’autres formes d’expression. Se pose dès lors aussi bien le problème de sa conception (déjà largement appréhendé par ailleurs) que celui de son évaluation : la meilleure œuvre n’est-elle pas celle qui s’adapte, se décline, est à même de s’inscrire dans un ensemble de produits culturels ? À l’heure où des productions relevant du champ de la bande dessinée (pensons à Uropa d’Yslaire diffusé sur l’Applestore par Casterman) empruntent cette voix, cette proposition mérite assurément d’être discutée et nous invitons les chercheurs à s’en emparer avant le 30 novembre prochain.

 

Média (li) tures / Média (scrip) tures

Le domaine des études intermédiales entretient, par nécessité, la veine des néologismes en cette matière. Ce sont la médialité, l’intermédialité, l’hypermédialité, l’hypomédialité, la médialité, l’im-médiateté…, tous attestant de dynamiques des relations entre les médias, au sens large de ce terme. Il ne nous semble pas que la notion de médialiture figure déjà dans cette liste.

Se pose donc la question de savoir si cette notion ne s’impose pas elle aussi en tant que déclinaison spécifique de cet « axe de pertinence » que constitue la théorie intermédiale. D’où la problématique suivante : qu’est-ce que le phénomène intermédial ? Á quoi peuvent correspondre ses manifestations spécifiques ? En quoi la médialiture pourrait-elle figurer de manière pertinente dans la nomenclature de ces dernières ?

On posera que la notion de médialiture s’impose en ce qu’elle est susceptible de rendre compte du phénomène  intermédial, et plus précisément interartial, dans le cadre spécifique de l’art littéraire. Pour étayer cette hypothèse générale, nous suggérons le raisonnement ci-après, dont les articulations se rapportent aux questions de la problématique ci-dessus :

L’intermédialité réfère à l’intrication des médias sur le double plan synchronique et diachronique, de sorte qu’on puisse les hiérarchiser en médias englobants et englobés, transcendants et transcendés, c’est-à-dire en  hypermédias et hypomédias, les uns relativement aux autres. Dans ces conditions, la spécificité d’un média se rapporterait à son caractère englobant, transcendant ou hypermédiatique (ou, à l’inverse, englobé, transcendé, hypomédiatique) par rapport aux autres médias, ce caractère étant donc patent, qui correspond à une mise en abyme de tous les autres médias en présence par ce média dominant, et ce suivant diverses modalités que l’on peut emprunter à l’intertextualité genettienne. Dès lors,  la médialiture correspondrait bien à une pratique littéraire englobant, transcendant ou dominant les autres pratiques artistiques en les intégrant en son sein suivant une logique de mise en abyme systématique, foisonnante et généralisée de celles-ci, comme dans une sorte de Gesamtkunstwerk wagnérienne mais polarisée par la littérature. Dès lors, on peut prendre les concepts de médialiture et de médiascripture, qui sont presque synonymes, au sens d’intermédialité dans la / en  littérature, mais surtout, de manière plus précise, au sens de littérature intermédiale, ce qui nous semble conforter leur pertinence conceptuelle. En effet, ce sur quoi ils insistent et qui sera au centre de la réflexion est qu’ils servent à caractériser une production ou une tendance littéraire (post)moderne dans laquelle le scriptural est réduit à l’essentiel, ce scriptural n’étant plus alors qu’un biais qui pourrait bien être remplacé par un autre (peinture, architecture, musique, danse, etc.) sans que le contenu de l’oeuvre en soit altéré. En d’autres termes, ces concepts insistent sur le fait, non pas de la littérarité de l’oeuvre mais sur celui de son intermédialité à laquelle est subordonnée une littérarité qui ne sert ici que de vecteur ou de plateforme interartial. Un peu comme si le principe de l’oeuvre d’art totale était repris littérairement, comme il pourrait l’être musicalement, architecturalement ou picturalement.

De telles hypothèses requièrent, comme outils d’analyse généraux, les théories intermédiale et intertextuelle, ainsi que celle de l’art total de Richard Wagner. Le premier outil servira à analyser les jeux et les enjeux épistémologiques des notions d’intermédialité et de médialiture ; le deuxième outil servira de tremplin heuristique dans la mise en évidence des possibles médiascripturaux ; et le troisième outil servira éventuellement de repère manifestaire garantissant la nécessité de la notion de médialiture. Il devait alors apparaitre que la création littéraire a évolué de plus en plus vers le médialittéraire depuis l’époque du modernisme.

Des hypothèses ci-dessus découlent aussi trois grands axes de réflexion :

  • L’histoire générale de la médialiture
  • Les possibles médiascripturaires / médialittéraires
  • Les études de cas (la médialiture dans telle ou telle oeuvre ; la poétique de la médialiture chez tel auteur ; etc.)

Comme le suggèrent les parenthèses dans l’intitulé du présent appel à contributions, les analyses peuvent s’ouvrir ou s’étendre aux autres arts en tant qu’hyperarts, autorisant alors, de ce fait, un quatrième axe de réflexion.

Les propositions d’articles sont à envoyer avant le 30 novembre 2012 à l’adresse électronique : gfranguiyoba@yahoo.fr

Après avis du comité scientifique, les auteurs des propositions retenues seront informés avant le 30 décembre 2012.

La parution de l’ouvrage est prévue pour décembre 2013.

Comité scientifique :

 Matthijs Engelberts (Université d’Amsterdam, Pays-Bas)

 François Guiyoba (ENS de Yaoundé, Cameroun)

 Eric Méchoulan (Université de Montréal, Canada)

 Salma Mobarak (Université du Caire, Egypte)

 Jürgen Erich Müller (Université de Bayreuth, Allemagne)

 Isabel Rio Novo (ISMAIA, Porto, Portugal)

 Jean Christophe Valtat (Université de Montpellier, France)

 Célia Vieira (ISMAIA, Porto, Portugal)

Responsable : Centre de Recherches en Littérature Comparée (CERLICO) de l’ENS de Yaoundé, BP 47 Yaoundé (Cameroun).

Selon l’expression de Jürgen E. Müller qui la préfère à celle de discipline pour désigner cette théorie.

Responsable : Centre de recherches en littérature comparée (CERLICO)

Adresse : BP 47 Yaoundé (Cameroun)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Sphères sémiotiques

L’Association des Jeunes Chercheurs en Sémiotique lance un appel à communication pour son séminaire intitulé « Sphères sémiotiques ». Se tenant à plusieurs dates et sur 3 sites (Limoges, Paris, Luxembourg), celui-ci accueille diverses interventions dont, bizarrement, aucune ne porte sur la bande dessinée : à vrai dire, seule les travaux de Dalila Harir (« Le discours littéraire dans la publicité ») ou de Justine Simon (« Approche sémio-discursive de l’hyperstructure dans la presse d’actualité destinée aux jeunes ») semblent approcher (de par leurs titres puisque nous n’avons pas assisté à ces conférences) le champ de la culture graphique telle que nous l’entendons. La chose est d’autant plus étrange que si une étude nous semble avoir permis de renouveler les conceptions des liens entre texte et image, c’est bien celle de la bande dessinée : une comparaison entre le premier Système de la bande dessinée de Thierry Groensteen et sa « suite » (Bande dessinée et narration) montre bien que nous sommes face à un art nous invitant à appréhender toute la complexité de la notion de « signification », comme le montrent les rapprochements problématisés dans l’ouvrage cité ci-dessus entre bande dessinée, littérature de jeunesse et art contemporain. Nous invitons ainsi nos lecteurs à contribuer à l’effort de ces jeunes chercheurs en proposant avant le 20 novembre prochain des interventions portant sur leurs travaux.

SÉMINAIRE « SPHÈRES SÉMIOTIQUES » (AJCS) 

Organisation : l’Association de Jeunes Chercheurs en Sémiotique (AJCS)

“Sphères sémiotiques” est un séminaire des jeunes chercheurs en sémiotique, organisé par l’AJCS. Il est un moyen pour les jeunes chercheurs en sémiotique de partager l’état de leur recherche et de dialoguer avec d’autres chercheurs. Le séminaire n’est pas organisé sous la forme de thématiques de manière à laisser place à la diversité des interventions. Pour chaque date, deux interventions seront programmées.

Ainsi, nous invitons cordialement tous les jeunes chercheurs en sémiotique à nous rejoindre. Si cela vous intéresse, nous vous demandons de bien vouloir nous envoyer votre proposition, en précisant la date qui vous conviendrait parmi les dates indiquées ci-dessous, et le lieu qui vous conviendrait parmi les villes mentionnées ci-dessous.

Pour information :

Le séminaire se déroulera de 14h à 16h.

Il s’agira d’interventions de 30 minutes (2 interventions pas date), suivies de 20 minutes de discussion. Le public est composé de jeunes chercheurs, chercheurs confirmés, maîtres de conférences et professeurs des universités.

6 dates sont prévues : 24 janvier, 14 février, 21 mars, 25 avril, 23 mai, 27 juin, ce qui nous fait un total de 12 interventions possibles.

Les villes où les séminaires auront lieu : Limoges, Paris, Luxembourg

N’oubliez pas de préciser les points suivants :

* Nom prénom

* Université de rattachement

* Votre statut (doctorant, maître de conférences…)

* Si doctorant (votre directeur de thèse)

* Titre de l’intervention

* Résumé de l’intervention  (250 mots maximum)

* Choix des dates et lieux (si possible, proposez plus d’une date et plus d’un lieu)

Les propositions de communication devront être envoyées le 20 novembre 2012 au plus tard à l’adresse de contact : semio.ajcs@gmail.com

Date de la notification des propositions et de l’annonce du programme : 30 novembre 2012

 

Responsable : AJCS

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts