Comicalités : nouvelles publications

En ce mois de septembre, Comicalités reprend ses activités en publiant deux articles qui, nous l’espérons, mettent en évidence la richesse de la culture graphique en s’interrogeant sur la portée de deux parti-pris éditoriaux. Si le premier entend proposer une lecture de l’histoire de la bande dessinée à travers la reproduction d’un ensemble de cases, le second nous invite à nous interroger par le choix d’un lettrage sur le « geste » qui est au fondement de création de bandes dessinées (résumés plus bas).

– « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante » d’Erwin Dejasse.

– « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel » de Laurent Gerbier.

Ces articles s’inscrivent dans le cadre de notre rubrique « Éclectiques » ainsi que de notre thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et nous entamerons avant Noël la publication des premiers articles de « Représenter l’auteur de bandes dessinées ». Nous rappelons à nos lecteurs que ces Carnets sont à leur disposition pour publier leurs réflexions à propos de ces publications ou tout esquisse d’article destiné à Comicalités.

 

Benoît Berthou

Université Paris 13

Directeur de Comicalités. Etudes de culture graphique

——————————————————————

 

Erwin Dejasse, « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante »

 

Entre 2006 et 2007, L’Association a publié les trois numéros de la revue L’Éprouvette. Ceux-ci sont notamment illustrés par trente-quatre hors-texte présentant des fragments de cases fortement agrandies. En les confrontant avec des réalisations comparables (l’exposition Bande dessinée et Figuration narrative, la rubrique « Cases mémorable » dans Les Cahiers de la bande dessinée), cet article s’interroge sur ce qu’implique la reproduction de fragments. Il tente aussi de déterminer le rôle joué par ces images au sein de la revue et les liens qu’elles entretiennent avec le reste du contenu. Enfin, toujours en les mettant en perspective avec les réalisations évoquées plus haut, il analyse dans quelle mesure ces images esquissent les contours d’une certaine histoire de la bande dessinée.

Laurent Gerbier, « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel »

Comment se fait-il que le lettrage mécanique utilisé dans certaines bandes dessinées, et tout particulièrement dans les traductions, donne parfois l’impression d’être si mal adapté au dessin ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut revenir à l’unité fondamentale du tracé de la lettre et du trait du dessin : en examinant cette unité non seulement dans la pratique des dessinateurs, mais aussi dans les rencontres du trait et de la lettre dans les manuscrits enluminés du Moyen Âge, on essaiera de montrer que le dessin et le lettrage de la bande dessinée sont liés par une contemporanéité qui est celle de la trace. Parce qu’une main les forme, ces traits constituent des vestiges de geste, dans lesquels se joue la temporalité particulière des iconotextes. Le lettrage mécanique, utilisé sans précaution et sans finesse, écrase cette temporalité subtile, qui révèle la solidarité du texte et de l’image dans la bande dessinée.

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations

Mathilde Lévèque (université Paris 13) et Anne Struve-Debeaux (universite Paris Ouest-Nanterre-La Défense) organisent les 27 et 28 septembre prochain un colloque intitulé : « La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations ». L’événement offrira un large panorama des productions éditoriales de la période et accueillera notamment Benoît Peeters et Julien Baudry : nous reproduisons son programme ci-dessous.

Colloque international

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2012

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

200 avenue de la République 92001, Nanterre Cedex

Bâtiment B, Salle des conférences.

Organisateurs : Anne STRUVE-DEBEAUX (Université Paris Ouest – CSLF) et Mathilde LEVEQUE (Université Paris 13 – CENEL)

Avec le soutien scientifique de l’AFRELOCE (Association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance).

Le colloque accompagne une exposition de Benoît Peeters, installée à la Bibliothèque Universitaire du 14 septembre au 31 octobre 2012.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Station « Nanterre Université » par le RER A (direction Saint-Germain-en-Laye) ou par le train (départ : gare Saint-Lazare)

Contacts : anne.struve-debeaux@u-paris10.fr, mathilde.leveque@univ-paris13.fr

En 1920, Hugh Lofting publie The Story of Doctor Dolittle, premier tome d’une suite de romans promise à un bel avenir. En Allemagne, à  partir de la fin des années 1920, Erich Kästner commence à écrire pour les enfants, créant les premiers romans allemands modernes pour la jeunesse, tandis qu’en France, en 1931, naît un petit éléphant nommé Babar, et qu’en Belgique, un jeune reporter travaillant pour Le Petit Vingtième devient célèbre dans le monde entier. Dans le domaine de l’écriture comme dans celui de l’image, l’entre-deux-guerres est une période de profondes mutations et de renouveau pour la littérature de  jeunesse. Comment analyser et comprendre ce phénomène ? Ce colloque propose de s’intéresser pour la première fois à cette période mal connue de la littérature pour la jeunesse, et aux multiples innovations et transformations que celle-ci a alors connues — esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques.

PROGRAMME

JEUDI 27 SEPTEMBRE 2012

10h-10h30 – Accueil des participants

Séance présidée par Mariella COLIN

10h30 –  Matthieu LETOURNEUX (Univ. Paris Ouest) : « Autres supports, autres réseaux, autres définitions – logiques sérielles et cohérences discursives dans les collections populaires pour la jeunesse de l’entre-deux guerres ».

10h50 –  Laurent DEOM (Univ. Lille III) : « Le roman scout dans les années trente ».

11h10 – Laurent BAZIN (Univ. de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : « Science et fiction pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres ».

11h30-11h50 – Discussion

12h-14h – Déjeuner

Séance présidée par Isabelle NIERES-CHEVREL

14 h – Yvon HOUSSAIS (Univ. de Franche-Comté) : « Marcel Aymé à contre-courant ».

14h20-14h-40 – Marie-Pierre LITAUDON (Univ. Rennes II) : « Léopold Chauveau : Cronos au coeur du style ».

14h40 – Carine PICAUD (BNF) : « Quand “Jean de Babar”, peintre poète, fit souffler un vent nouveau sur l’album pour enfants ».

15h – Discussion

15h15-15h30 – Pause

Séance présidée par Matthieu LETOURNEUX

15h30 – Martine JACQUES (IUFM/ Univ. de Bourgogne) : « L’Île rose et La Colonie de Vildrac. Le modèle utopique en question dans la littérature pour la jeunesse durant les années vingt ».

15h50 – Mathilde LEVEQUE (Univ. Paris XIII) : « Erich Kästner et l’apparition d’un roman moderne pour enfants dans l’Allemagne de Weimar ».

16h10 – Annie RENONCIAT (Univ. Paris VII) : « Les grandes mutations de l’univers éditorial ».

16h30-16h50 – Discussion

VENDREDI 28 SEPTEMBRE 2012

10h-10h45 – Conférence : Benoit PEETERS : « Hergé, la construction d’une oeuvre (1928-1948) ».

10h45-11h – Pause

Séance présidée par Benoit PEETERS

11h – Julien BAUDRY (Univ. Paris VII) : « Alain Saint-Ogan ou l’imagerie revisitée du merveilleux pour enfants »

11h20 – Laurence MESSONNIER (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La question animale dans l’entre-deux-guerres : renouveau iconographique et mutation axiologique dans Gédéon (1923-1939) ».

11h40 – Discussion

12h-14h – Déjeuner

Séance présidée par Mathilde LEVEQUE

14h – Virginie DOUGLAS (Univ. de Rouen) : « Les récits britanniques pour la jeunesse dans l’entre-deux-guerres : entre nostalgie et modernité, littérarité et production de masse ».

14h20 – Anne STRUVE-DEBEAUX (Univ. Paris Ouest) : « De la parodie à la recréation poétique : la réinvention du récit d’aventure scientifique dans l’oeuvre de Hugh Lofting ».

14h40 – Valérie CZERNY (East Georgia College, USA) : « Mary Poppins: The Inter-War, Outer-Mind Sojourner »

15h – Laurent POLIQUIN (Univ. de Manitoba, Canada) : « Polyphonie d’une crise scolaire en Saskatchewan : le discours journalistique du Patriote de l’Ouest en 1931 et les stratégies discursives de Tante Présentine. »

15h20-15h45 – Discussion

15h45-16h – Pause

Séance présidée par Annie RENONCIAT

16h20 – Mariella COLIN (Univ. de Caen) : « Le renouveau de la littérature de jeunesse en Italie dans les années vingt ».

16h40 – Katia GOLOUBINOVA-CENNET (Univ. Clermont-Ferrand II) : « La littérature de jeunesse au pays des Soviets ».

17h-17h30 – Discussion et conclusion

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La recherche sur la bande dessinée : construire une communauté

 Les Carnets de la bande dessinée écrivent petit à petit ce qui pourrait peut-être devenir une histoire. Aussi peu modeste soit-elle, cette formule nous semble toutefois rendre compte de notre effort. Ils se sont en effet ouverts en décembre 2009 en dressant un constat :

 Alors que le « 9e art » ne cesse, de l’avis général, de gagner en « légitimité », de s’imposer comme un secteur éditorial à part entière, de gagner de nouveaux publics et de faire montre d’une diversification de ses productions, il semble constituer un terrain qui est progressivement délaissé par la recherche, que ce soit à l’université ou dans d’autres institutions.

 Les Carnets se sont ainsi fixés pour mission d’animer et d’étoffer un réseau de chercheurs (toujours plus nombreux à en croire nos statistiques d’audience) et ont pour ce faire choisi de se constituer comme un outil d’information et plus encore d’intuition. Nous avons en effet choisi de relayer des appels à communication systématiquement assortis de pistes de réflexion susceptibles, nous l’espérons, de stimuler l’imagination de nos lecteurs et d’œuvrer à une meilleure représentation de la bande dessinée au sein des publications scientifiques (les Carnets adoptant une position résolument interdisciplinaire).

La seconde saison des Carnets est notamment marquée par une annonce : la création de la revue Comicalités. Études de culture graphique qui sera inaugurée lors de l’université d’été de la bande dessinée grâce au concours de Gilles Ciment et Jean-Philippe Martin. L’année (universitaire) se clôt d’ailleurs sur la publication d’un premier appel à communication (« Représenter l’auteur de bandes dessinées ») qui sera suivi de deux autres (« L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » et « Raconter à l’heure du numérique »). S’ouvre ainsi un espace de publication qui mobilise (dans les différents comités) 38 chercheurs et a offert aux Carnets une belle conclusion pour sa troisième saison d’exercice.

La revue Comicalités vient d’être officiellement intégrée au Directory of Open Access Journal (DOAJ). Sélectionnant des revues selon des critères rigoureusement scientifiques (administration de la revue par différents comités, production de travaux de recherche et non de vulgarisation), ce portail a vocation à mettre en valeur des revues adoptant un certain mode de diffusion de l’information : l’ « open access », c’est-à-dire la libre consultation des résultats de la recherche et sa mise à disposition auprès du nombre de chercheurs le plus étendu possible.

Le projet que nous avions présenté en ouverture du colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » organisé en juin 2009 a ainsi pris corps : l’étude de la bande dessinée, et plus largement de la culture graphique, peut désormais s’appuyer sur deux structures ayant trouvé leur place dans notre paysage scientifique.

Nous sommes bien évidemment satisfait de notre action, mais ne pouvons nous empêcher de considérer sa réelle fragilité : bien que reconnue, Comicalités reste une revue jeune et surtout isolée. C’est notamment ce dernier point qui nous semble poser problème : au sein du portail scientifique revues.org, Comicalités est ainsi placée dans les catégories « Représentations », dans laquelle on peut tout au plus la rapprocher de la revue Strenae qui s’intéresse à la littérature de jeunesse, et « Études visuelles » dans laquelle on ne lui trouve pas vraiment d’équivalent (une belle revue comme Études photographiques n’abordant par exemple nullement les terrains du graphisme ou du dessin). On retrouve également semblable isolement au sein du Directory of Open Access Journal puisqu’une recherche sur le terme « comics » pointe seulement deux revues : Comicalités et ImageText.

La chose est d’importance et semble montrer que les recherches sur la bande dessinée et plus largement le graphisme occupent une position marginale : elles sont reconnues, acceptées par la communauté scientifique, mais le risque est grand qu’elles soient également considérées comme un « micro-champ » du savoir qui serait l’affaire de quelques spécialistes et au sein duquel des chercheurs pourraient s’inscrire de façon occasionnelle. Il nous revient donc de démontrer que les publications de Comicalités peuvent être structurantes, informer d’autres domaines de la pensée et participer de l’effort scientifique en son entier. Pour ce faire, il nous semble que se présentent deux solutions.

  1.  Mettre en évidence la richesse et la vitalité des recherches sur la bande dessinée et le graphisme en exposant publiquement l’ensemble des problématiques et des domaines qu’elles sont susceptibles d’embrasser.
  2. Montrer que ces recherches rencontrent un réel écho au sein de la communauté scientifique et qu’elles s’appuient sur des problématiques partagées par de nombreux chercheurs en France et à l’étranger.

C’est afin de mener à bien ces deux objectifs que nous avons choisis de nous engager dans un projet lancé par la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image : né d’une idée de Thierry Smolderen, encadré par Gilles Ciment (directeur de la Cité), Catherine Ferreyrole (directrice de sa bibliothèque), Catherine Ternaux (centre de documentation) et moi-même, et développé par Élodie Arroyo, celui-ci prendra la forme d’un portail documentaire. Placé au sein de la rubrique « recherche » de neuviemeart 2.0, ce dispositif fonctionnera comme un agrégateur et constituera notamment un point de rencontre entre les publications scientifiques s’intéressant à la bande dessinée de par le monde. Doté d’un forum où seront discutés intuitions, méthodes ou corpus, nous espérons qu’il contribuera à rompre un isolement et à fortifier l’existence d’une communauté scientifique.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts