Bibliothèque et transmission des savoirs

 

Sylvie Dallet (université Versailles-Saint Quentin) et Sylvie Ducas (université Paris Ouest-Nanterre-La Défense) lancent un appel à communication intitulé : « Bibliothèque et transmission des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs ». Débouchant sur une journée d’étude organisée le 4 mai prochain, cette proposition entend interroger le rapport au savoir d’un certain type de services et d’institutions (bibliothèque, services documentaires…), problème qui peut intéresser les chercheurs s’intéressant à la culture graphique. Comme en attestent les textes réunis au sein du numéro 51 de la revue Bibliothèque(s) ou mon propre article publié dans le Bulletin des Bibliothèques de France, ces établissements ont en effet entretenu un rapport on ne peut plus complexe à la bande dessinée ainsi qu’à toutes les formes de littérature que l’on pourrait qualifier de « populaire ». Il serait sans doute intéressant d’explorer celui-ci avant le 10 avril prochain.

Bibliothèques et transmissions des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs 

Cette journée s’inscrit dans un cycle de sept journées d’études et colloques consacrés en 2012 aux nouveaux savoirs contemporains, issus des migrations culturelles (vivantes, écrites, numériques ou analogiques) et notamment à la question de l’éthique et de la créativité. Ce séminaire a reçu le label 2012 de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord.

Les simulacres issus de l’audiovisuel et des offres d’Internet changent nos regards et notre perception du monde, du global au local, tandis que les savoirs se démultiplient et se déplient hors des disciplines enseignées (arts, sciences de l’information, histoire, philosophie…). Il convient désormais d’interroger les potentialités épistémologiques, économiques et symboliques de ce changement de paradigme, qui modifie en profondeur des expertises traditionnelles et, de fait, prépare des sociétés nouvelles. A la façon dont Michel Serres, dans sa pentalogie Hermès, pense un savoir « buissonnant » ou « en archipels », revisitant les frontières entre « savoir établi » et « savoir sauvage », notre expertise des « savoirs migrateurs » conjugue les arts et les sciences sur des hypothèses de travail attentives aux demandes de la société civile.

Fondamentalement, la bibliothèque se situe au coeur de ces problématiques. Lieu majeur de médiation et de transmission des connaissances, sur les supports traditionnels ou numériques, elle a de longue date, mission de conservation, surtout en notre temps de babil et d’oubli médiatique. La Bibliotheca Alexandrina, pour ne citer qu’un exemple, rappelle dans la Déclaration d’Alexandrie de mars 2004 que ce nouveau lieu de savoir « se réapproprie l’esprit de tolérance, de pluralisme régnant dans l’Alexandrie historiquement cosmopolite » et s’emploie activement à favoriser les initiatives des sociétés civiles. Or, face à un monde déchiré, aux violences et aux menaces de notre temps, les risques liés à ce que Dominique Wolton nomme la « troisième mondialisation » [la mondialisation culturelle, et son « triangle explosif », identité, culture et communication], la bibliothèque est appelée à jouer un rôle stratégique dans la sauvegarde des « savoirs-souches » et des sources vives, créatrices des sociétés de demain. La bibliothèque joue pleinement dans la transmission des savoirs nomades et migrateurs, toujours menacés d’oubli, de censure ou de confiscation, et s’implique également dans le développement interculturel de nos sociétés, sans le respect duquel elle risque de subir les effets de la mondialisation marchande, de la société des faussaires et du « savoir googlisé » ou « amazonisé ».

AXES D’ÉTUDE

La journée d’études du 4 mai 2012 se donne donc pour ambition de s’interroger sur les modes et les responsabilités d’accès aux savoirs et sur les contenus proposés dans la bibliothèque.

Plusieurs axes pourront être explorés en lien avec l’articulation critique entre transmission et circulation des savoirs :

– les distinctions des savoirs et, plus avant, des savoirs « illégitimes » : la bibliothèque est-elle toujours un espace de transmission des savoirs savants ? la question de l’assimilation floue de certains savoirs [populaires, savants, de masse…]

– la problématique de la traduction et de la production de littératures étrangères : quelles sources d’information? quelles politiques d’acquisition? quelles valorisations des collections face aux problèmes liés à la circulation transnationale des textes et aux déséquilibres entre les différentes aires linguistiques et géographiques

– l’identification de la collection : comment faire une place à l’ailleurs et à l’indéfini au sein d’une collection éditoriale et d’une collection bibliothécaire ?

le savoir et l’écrit : le livre comme vecteur privilégié du savoir et la place de la dimension multimédia, qui mobilise documents sonores, vidéos, sites internet (comme le Guichet du savoir)

– la question de l’apprentissage : quels dispositifs d’apprentissage créatifs en bibliothèque ? Comment animations, expositions, résidences d’auteurs, et plus largement action culturelle, peuvent-il participer de la construction d’un savoir ?

le numérique : en quoi permet-il une migration créative et éthique de la connaissance ? La question notamment des publications scientifiques et de l’open access.

FORME ET DATE LIMITE DE REMISE DES PROPOSITIONS

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 500 mots maximum, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire / institution ou laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Les propositions présenteront la problématique de recherche, la méthodologie employée, les axes de réflexion et les principales sources bibliographiques. Elles seront transmises par voie électronique avant le 10 avril 2012  aux adresses suivantes :

sylvie.dallet@laposte.net

sylvie.ducas@u-paris10.fr

Responsable : Sylvie Dallet et Sylvie Ducas

Adresse : Pôle métiers du livre 11 avenue Pozzo-di-Borgo92210 Saint-Cloud

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La lecture de bande dessinée

Plusieurs années qu’on attendait cela : à l’occasion du Salon du livre, le Ministère de la Culture a dévoilé la synthèse des résultats de l’enquête menée par Christophe Evans et Françoise Gaudet pour le compte du Département des études et de la prospective. Jusqu’à présent, les indicateurs quantitatifs dont on disposait pour appréhender le lectorat de la bande dessinée restaient rares : les états annuels du marché (bilans de Livres Hebdo ou de l’ACBD) dessinent des indices très indirects et, surtout, les enquêtes Pratiques culturelles des Français contiennent des éléments qui permettent d’inscrire la bande dessinée au sein des autres pratiques culturelles. Ces enquêtes, socle de la sociologie culturelle française, auxquelles les enquêtes de sociologie qualitative se réfèrent constamment (pour les compléter ou en discuter les présupposés) présentent un inconvénient majeur : elles excluent les moins de 15 ans. C’est évidemment gênant pour une pratique telle que la bande dessinée, qui rencontre un grand succès parmi les enfants et les jeunes adolescents…

L’enquête, sobrement intitulée « La lecture de bandes dessinées », offre donc un éclairage complémentaire particulièrement bienvenu en incluant les adolescents de 11 ans et plus – même si l’on peut évidemment regretter l’absence de prise en compte du lectorat enfantin (mais la lecture enfantine a fait l’objet de travaux « quali » nombreux). L’échantillon sur lequel repose l’enquête est particulièrement copieux (4 580 individus de 11 ans et plus, représentatifs de la population française).

Sur le fond, peu de révélations, mais une confirmation de ce qu’on peut appréhender à travers les enquêtes Pratiques culturelles des Français : le lectorat de la bande dessinée est ainsi plus masculin que féminin, appartiennent plutôt aux milieux sociaux favorisés, etc. C’est probablement sur la question du phénomène de « décrochage » que l’on observe dans la lecture au fil du temps et des générations que l’enquête amène ses résultats les plus intéressants, mais également sur les médiateurs du livre, le rapport parents / enfants sur la lecture de bande dessinée, ou encore les pratiques de lecture (moments de lecture, relectures…). Enfin, l’enquête présente l’intérêt d’articuler la lecture papier à la lecture numérique, et pose ainsi un jalon qu’il faudra prolonger.

La synthèse, qui appelle d’autres remarques, est téléchargeable sur le site du Ministère de la Culture.

Comics and Cultural Theory

La revue Studies in Comics lance un appel à communication intitulé : « Comics & Cultural Theory ». Cette proposition invite les chercheurs à inscrire leurs travaux sur la bande dessinée dans un horizon plus large : l’étude de la culture, qu’on la dise de « masse », « populaire » ou encore « médiatique »… L’accent est clairement mis sur un renouvellement puisqu’est pointé sans ambiguïté une risque de « fossilisation » autour des théories de Bourdieu, de l’école de Francfort ou encore de McLuhan… La liste de pistes que nous reproduisons ci-dessous pourrait ainsi donner quelques idées à nos abonnés et contribuer à tenter de renouveler l’approche de notre objet. La date limite est fixée au 1er mai prochain.

From Akira to Zizek : Comics and Contemporary Cultural Theory

Papers are invited for Studies in Comics volume 3.2. This special issue seeks to provide a forum for new articulations between comics studies and contemporary cultural theory. The importance and continued relevance of post-

structuralist/postmodernist thought, the Frankfurt school’s studies of mass culture, McLuhan’s media theory and Bourdieu’s critical sociology are rightly acknowledged. Such figures dominate theoretical academic discourse on comics, as in other areas of cultural studies, often at the expense of engagement with alternative

strands of critical thinking. Rather than risking stagnation, comics studies needs to critically engage with theoretical paradigms not yet sourced. Submissions are welcome from scholars and enthusiasts that explore the conjunctions of comics and cultural theory. These could be engagements with the work of specific thinkers or emergent schools including, but not limited to:

Bruno Latour and ANT – Michel Serres – Paul Virilio – eco-criticism – thing theory – N. Katherine Hayles – Teresa de Lauretis – Franco Moretti – Manuel De Landa – Manuel Castells – cognitive capitalism – transmedia narratives – Giorgio Agamben – Édouard Gissant – Jacques Rancière – Friedrich Kittler – non-representational theory – speculative realism/materialism – Alain Badiou – Zygmunt Bauman – Rosi Braidotti – Antonio Negri – Jan van Dijk – affect theory – Lev Manovitch – Kojin Karatani – visual culture studies – Slavoj _i_ek…

Articles should be 4,000-8,000 words from any discipline with a strong critical focus. Abstracts should be received by 1st May 2012 in the first instance. Please send 300 word abstracts to studiesincomics@googlemail.com and include the word ARTICLE in the subject heading. Please indicate the intended word count of the article. Completed papers will be required by 15th August 2012. All submissions are peer reviewed and papers must be in English. Reviews of publications and exhibitions are also welcome, as are creative submissions, by the same deadlines

indicated above.

Tony Venezia, guest editor

Tony Venezia

Email: studiesincomics@gmail.com

Visit the website at http://www.intellectbooks.co.uk/journals/view-journal,id=168/

From Akira to Zizek : Comics and Contemporary Cultural Theory

Papers are invited for Studies in Comics volume 3.2. This special issue seeks to provide a forum for new articulations between comics studies and contemporary cultural theory. The importance and continued relevance of post-structuralist/postmodernist thought, the Frankfurt school’s studies of mass culture, McLuhan’s media theory and Bourdieu’s critical sociology are rightly acknowledged. Such figures dominate theoretical academic discourse on comics, as in other areas of cultural studies, often at the expense of engagement with alternative strands of critical thinking.Rather than risking stagnation, comics studies needs to critically engage with theoretical paradigms not yet sourced. Submissions are welcome from scholars and enthusiasts that explore the conjunctions of comics and cultural theory. These could be engagements with the work of specific thinkers or emergent schools including, but not limited to:

Bruno Latour and ANT – Michel Serres – Paul Virilio – eco-criticism – thing theory – N. Katherine Hayles – Teresa de Lauretis – Franco Moretti – Manuel De Landa – Manuel Castells – cognitive capitalism – transmedia narratives – Giorgio Agamben – Édouard Gissant – Jacques Rancière – Friedrich Kittler – non-representational theory – speculative realism/materialism – Alain Badiou – Zygmunt Bauman – Rosi Braidotti – Antonio Negri – Jan van Dijk – affect theory – Lev Manovitch – Kojin Karatani – visual culture studies – Slavoj _i_ek…

Articles should be 4,000-8,000 words from any discipline with a strong critical focus. Abstracts should be received by 1st May 2012 in the first instance. Please send 300 word abstracts to studiesincomics@googlemail.com and include the word ARTICLE in the subject heading. Please indicate the intended word count of the article. Completed papers will be required by 15th August 2012. All submissions are peer reviewed and papers must be in English. Reviews of publications and exhibitions are also welcome, as are creative submissions, by the same deadlines indicated above.

Tony Venezia, guest editor

Email: studiesincomics@gmail.com

Visit the website at http://www.intellectbooks.co.uk/journals/view-journal,id=168/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le crépuscule des super héros

Le site Pop en stock propose une série de dossiers thématiques dont le dernier en date aborde : Le crépuscule des super héros et invite à considérer les comic books comme Superman, Watchmen, Batman… mais aussi des oeuvres qui s’inspirent de la figure du rebelle comme Persépolis de Marjane Satrapi… Sur le modèle de Comicalités, les dossiers thématiques sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration. Le(s) directeur(s) d’un dossier s’engage(nt) à évaluer et éditer les nouvelles propositions à leur dossier pour une durée de deux ans, sous la supervision des directeurs de la revue.

Voici l’éditorial du numéro sur le crépuscule des super héros :

Apparus aux lendemains du krach boursier comme personnages-phares des comic books adoptés comme lecture de prédilection par les enfants de l’époque, les super-héros, avec leurs costumes colorés et leurs pouvoirs extravagants, émergèrent comme la version américaine du mythe du surhomme. « Héros positif qui doit incarner, au-delà de toute limite, les exigences de puissance que le citadin ordinaire nourrit sans pouvoir les satisfaire » selon les termes de la célèbre analyse d´Umberto Eco dans Le mythe de Superman, le super-héros américain est condamné à perpétuer une série d´idéologèmes inscrits dans la structure de ses récits mêmes (ne pouvant se consumer, il est voué à une temporalité itérative qui annule toute progressivité; modèle de l´homme « hétérodirigé », il est une « conscience civile complètement séparée de la conscience politique »).

Toute une industrie culturelle se bâtira sur ces coordonnées initiales, créant un véritable système tout aussi itératif que les récits, les personnages et les actions qu´il met inlassablement en scène. Symptomatiquement ce système entrera en crise au moment même où le mythe du surhomme s´hypertrophie en pleine réaction néoconservatrice contre les supposés excès de la contre-culture (qui avait allègrement parodié ce même mythe dans les comix underground). En effet, c´est dans l´Angleterre de Thatcher et dans les Etats-Unis de Reagan et Rambo que surgissent deux romans graphiques séminaux publiés par l’éditeur DC Comics, The Dark Knight Returns de Frank Miller (1986) et Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons (1987). Miller propose une version glauque de Batman en en faisant un quinquagénaire sortant de sa retraite pour reprendre sa croisade contre le crime, poussant la logique d’application de la justice jusqu’à en devenir un vigilante tortionnaire au modus operandi versant dans le totalitarisme, alors que Moore et Gibbons créent un groupe de justiciers masqués dont la ligne de partage entre le bien et le mal est si floue qu´elle met en question une sorte de théodicée pervertie.

Chacune à leur manière, ces deux oeuvres interrogent les fondements même de la figure du super-héros en en problématisant toutes les coordonnées (la consumation temporelle, la crise de l´hétérodirection, la question de la progressivité et de la conscience politique, l’inflation de cosanguinité diégétique restreignant le lectorat, etc.). Ce dossier vise à aborder la problématisation et la dégradation du super-héros entamée par ces deux oeuvres charnières et approfondie par les multiples héritiers de ce véritable « crépuscule des idoles » nietzschéen.

Les dossiers thématiques sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration. Le(s) directeur(s) d’un dossier s’engage(nt) à évaluer et éditer les nouvelles propositions à leur dossier pour une durée de deux ans, sous la supervision des directeurs de la revue.

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

Biographie de Robert Crumb

Jean-Paul Gabilliet, professeur d’université à Bordeaux III et auteur des Comics et des hommes, vient de publier une biographie de Robert Crumb aux Presses Universitaires de Bordeaux. Produit par un éminent chercheur, dont les travaux sur la bande dessinée sont reconnus, et consacré à un auteur dont l’influence et l’importance ne peuvent être mises en doute, ce livre intéressera à coup sur nos lecteurs : nous reproduisons ci-dessous la présentation de l’ouvrage et vous proposons de télécharger le communiqué de presse du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines.

Robert Crumb devint à la fin des années 60 le pape de la bande dessinée underground américaine. Né en 1943 dans une famille typique de la petite classe moyenne de l’après-guerre, il s’imposa à l’âge adulte comme le premier satiriste de la contreculture, avec des personnages mémorables tels que Fritz le chat, jouisseur cynique et désabusé, et le gourou roublard Mr. Natural. Au détour de rencontres avec Janis Joplin, Jim Morrison, Charles Bukowski et bien d’autres, il marqua les années 70 en pornographe vilipendé par les féministes et les gardiens des bonnes moeurs. Mais il se révéla dans la suite de sa carrière comme un créateur aux facettes multiples, illustrateur et musicien aussi bien inspiré par sa nostalgie des années 20 et 30 que par la vie de Kafka et la Genèse.

De Philadelphie à Cleveland, de la Californie aux Cévennes, ce livre retrace la vie et l’oeuvre de R. Crumb, baby-boomer qui quitta à dix-neuf ans la famille dysfonctionnelle dans laquelle il avait grandi pour devenir d’abord l’auteur de bandes dessinées le plus emblématique de la révolution hippie puis, à la fin du XXe siècle, un des principaux pères spirituels des romans graphiques de la nouvelle BD américaine.

Cet ouvrage est la première biographie de R. Crumb. Dessinateur autodidacte au talent exceptionnel, il fait depuis toujours scandale en raison de ses incursions dans la pornographie mais aussi dans une satire sans concessions où il met en scène ses propres angoisses envers les femmes ainsi que toutes les pulsions honteuses de la société américaine, son racisme et son conservatisme.
Jean-Paul Gabilliet est professeur d’histoire et civilisation américaines à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Spécialisé dans l’histoire de la bande dessinée américaine, il est l’auteur de Des Comics et des hommes: histoire culturelle des comic books aux États-Unis (Éditions du Temps, 2005).

cpcrumb1_1330096932298(1)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts