« Précarité ». Texte et image de la crise dans la culture française contemporaine

Roswitha Böhm (Alfried Krupp Wissenschaftskolleg Greifswald) et Cécile Kovacshazy (université de Limoges) lancent un appel à communication intitulé : « “Précarité”. Texte et image de la crise dans la culture française contemporaine ». Prenant place dans le cadre du 8e congrès de l’association franco-romaniste qui aura lieu les 19 et 22 septembre à Leipzig, cette proposition nous invite à penser une « nouvelle sémantique de la pauvreté », et plus précisément les « procédés [qui] sont mobilisés dans la mise en récit et/ou mise en images de cette problématique de la précarité ». Entendant faire une place à un « imaginaire créateur » qui a été, selon les organisateurs, trop souvent négligé en la matière, gageons que cette initiative accueillera chaleureusement des travaux portant sur une bande dessinée qui s’est trop longtemps tenue à l’écart de cette thématique. Force est pourtant de constater qu’il y a fort à dire, notamment si l’on entend penser la précarité « en opposition à d’autres concepts (on pense notamment à celui de « pauvreté ») » et intégrant l’étude « du statut éventuellement “précaire” des médias eux-mêmes, leurs possibilités et leurs limites par rapport à une représentation ‘adéquate’ du précaire ». Nombre de bandes dessinées dites « alternatives » semblent en effet vouloir faire une place à ce thème : au-delà des limites chronologiques déterminées par les organisateurs (qui pourraient malgré tout être séduit par la proposition : nous vous invitons à les contacter), nous pourrions bien sur citer les travaux de Robert Crumb et d’Harvey Pekar (American Splendor) qui font le portrait d’individus mangeant à leur faim sans toutefois bénéficier d’aucun confort matériel et moral. Plus contemporain, le travail de Maximilien Le Roy semble développer un véritable vocabulaire graphique de la précarité : dans Hosni (la Boîte à Bulles), couleurs et traits ne cessent ainsi de varier afin de représenter plans de métro, affiches, presse gratuite, graffiti, bref tout l’univers « sémantique » d’un « bicot » ex-Sans Domicile Fixe, comme aime à se définir un narrateur tiré d’affaire mais revenant sur ses plus sombres années…

 

« Précarité ». Textes et images de la crise dans la culture française contemporaine

Ces vingt dernières années, une nouvelle sémantique de la pauvreté a émergé, qui recouvre aussi de nouvelles réalités. C’est ainsi que, parmi elles, on souligne dans les médias et dans grand nombre de publications en sciences sociales la « précarité », la « précarisation » et les « personnes précaires ». Mais qu’entend-on derrière ces termes, non pas nouveaux, mais entrés récemment dans le vocabulaire courant ? Peut-on assembler sous le concept de « crise » les différents processus de marginalisation sociale ? Quelles sont les spécificités de ces situations économiques et politiques en France et dans leurs représentations esthétiques ? Quelles en sont les imbrications, les recoupements, les interactions discursives ? Quelles formes artistiques et quels procédés sont mobilisés dans la mise en récit et/ou mise en images de cette problématique de la précarité et quelles nouvelles thématiques engendre-t-elle dans le domaine des études littéraires, culturelles et médiatiques ?

Ce sont ces questions qui seront abordées dans notre section. En histoire, la question a été déjà bien étudiée pour d’autres périodes, que l’on pense aux discussions autour de la pauvreté et des ordres au Moyen-âge et dans la première modernité, ou aux analyses de la rupture qu’a consacrée l’industrialisation au XIXe siècle avec la dilution des trois ordres dans une société de classes. L’intérêt de la sociologie est plus récent à travers notamment le concept d’« exclusion » et l’établissement de typologies des « exclus ». Reste que l’imaginaire créateur est encore amplement négligé dans les recherches sur la précarité. C’est donc l’intention de la section que d’interroger ce phénomène social actuel à travers les productions culturelles qu’il a générées et génère. On partira de l’hypothèse que non seulement ce processus au fondement du néologisme de « précarisation » s’illustre particulièrement bien au moyen de stratégies narratives spécifiques, mais de surcroît que des pans de cette réalité, non encore abordés dans les discours politiques ou scientifiques, sont déjà visibles dans les formes d’expressions artistiques.

Les contributions attendues porteront sur les discours (textes et images) qui traitent des évolutions économiques, sociales et politiques engendrées par la globalisation et les migrations, au tournant du millénaire – et cela non seulement dans les media ‘traditionnels’ tels que le livre, la photographie ou le film, mais aussi dans les ‘nouveaux’ media (blogs ou vidéos internet). Un retour sur la genèse du concept de la précarité, son émergence, à côté, ou en opposition à d’autres concepts (on pense notamment à celui de « pauvreté ») et les conditions de la diffusion de ce registre sémantique sera le bienvenu. Une réflexion sur le statut éventuellement ‘précaire’ des media eux-mêmes, leurs possibilités et leurs limites par rapport à une représentation ‘adéquate’ du précaire sera également envisageable.

Précisons cependant que la section se consacrera centralement à la production de textes et d’images des années 1990 jusqu’à nos jours.

Les langues de cette section sont l’allemand et le français.

Envoi des propositions de communications avant le 15 février 2012 à Roswitha Böhm & Cécile Kovacshazy: cecilekova@yahoo.fr

Sektionsleitung / Présidence :

Dr. Roswitha Böhm

Alfried Krupp Wissenschaftskolleg Greifswald

D-17487 Greifswald

Tel.: +49 (0)3834 – 86 19012

Email: roswitha.boehm@fu-berlin.de

&

Dr. Cécile Kovacshazy

Université de Limoges

39 E, rue Camille Guérin

F-87036 Limoges

Tel.: +33 (0)6 73 88 46 75

Email: cecilekova@yahoo.fr

Responsable : Roswitha Böhm & Cécile Kovacshazy

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Poétique de l’enfance

Kodjo Attikpoé lance un appel à communication intitulé : « Poétique de l’enfance : perspectives contemporaines ». S’inscrivant dans le cadre du 80e Congrès de l’Association Francophone pour le savoir (Acfas) qui se tiendra à Montreal les 9 et 10 mai 2012, cette proposition invite les chercheurs à interroger une notion que l’on peu penser étrangère à la bande dessinée européenne. Celle-ci semble en effet s’être construite autour d’une idée on ne peut plus vague d’une jeunesse allant « de 7 à 77 ans » (pour reprendre le célèbre slogan de Tintin), c’est-à-dire se positionnant comme un mode d’expression « tout public ». À bien des égards, la « jeunesse » est donc une notion relativement nouvelle pour le neuvième art et poser la question des « poétiques » que mobilise son invention est une véritable question : l’analyse de propositions comme Le Petit Poilu de Bailly et Frappont ou Allez Raconte de Trandheim et Parondo ou encore d’Anna et Froga d’Anouk Ricard pourrait fournir des éléments de réponse qu’il s’agira de formuler avant le 5 février prochain.

 

Poétique de l’enfance : perspectives contemporaines

Ce colloque s’inscrit dans le cadre du 80e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas) qui se tiendra au Palais des Congrès de Montréal. Il se déroulera les 9 et 10 mai 2012.


Concept dynamique, l’enfance est souvent pensée et repensée du point de vue des adultes au point qu’elle apparaît comme une invention, une construction. Dans l’espace et dans le temps, les conceptions de l’enfance se sont sans cesse renouvelées. Aussi l’histoire de l’enfance peut-elle se décliner en termes d’histoire culturelle. Abordée dans des cadres tels que la sociologie, l’anthropologie et l’éducation, l’enfance fait également l’objet de réflexions poétiques et philosophiques, par exemple, au siècle des Lumières chez des auteurs comme Herder, Novalis, Jean Paul et Tieck. À ce sujet, on peut se référer à l’ouvrage fondamental (paru en allemand, 1989) de Hans-Heino Ewers L’enfance comme forme d’existence poétique. Études relatives à l’émergence de l’utopie romantique autour de l’enfance au XVIIIe siècle. Dans la même perspective, il est à noter que la littérature de jeunesse en Europe peut être comprise comme étant le produit de ces constructions poétiques et philosophiques de l’enfance au siècle des Lumières et du romantisme (Emer O’Sullivan, 2000).

Le contexte contemporain est marqué par de nouvelles représentations de l’enfance. Le statut de l’enfant a radicalement changé. Disposant désormais de divers droits qui le protègent et lui assurent une certaine autonomie, l’enfant devient ainsi un sujet, un acteur dans la vie sociale. En ce qui concerne la nature du véhicule de ses droits, on pourrait citer, par exemple, la Déclaration des droits de l’enfant (1959) et la Convention internationale des droits de l’enfant (1989).

L’objectif du colloque est d’examiner les enjeux poétiques et esthétiques qu’implique le nouveau statut de l’enfant dans la littérature contemporaine (jeunesse et générale) d’expression française. Les œuvres vont-elles au-delà de la réalité de l’enfance, pour en proposer par exemple une nouvelle utopie ? Il s’agira d’appréhender les stratégies d’écriture mises en oeuvre pour construire une poétique de l’enfance. On pourra étendre la réflexion au cinéma. Ce dernier porte-t-il un regard poétique sur l’enfance ?

Les communications pourront porter, sans s’y limiter, sur les axes suivants : l’imaginaire enfantin, discours et réflexions d’ordre théorique et philosophique, l’enfance heureuse, l’enfance comme utopie, l’enfant comme personnage narrateur, l’enfant-héros, relations familiales.

Veuillez soumettre vos propositions de communication d’environ 1500 caractères (espaces compris), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, au plus tard le 5 février 2012 aux adresses suivantes : attiko@gmx.de, fode@sympatico.ca

Responsables du colloque : Kodjo Attikpoé, Fodé Sarr

Responsable : Kodjo Attikpoé

Url de référence :
http://aclej.mshparisnord.org

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Révolutions de l’animation à l’ère postmoderne : programme

Vanessa Besand et Victor-Arthur Piegay de l’Université de Bourgogne ont eu l’excellente idée de doter le colloque qu’ils organisent à Dijon les 16 et 17 février prochain d’un site Internet. Celui-ci présente l’événement de façon exhaustive : outre une longue introduction sur le cinéma d’animation, celui-ci présente les différents intervenants et offre un résumé de leurs communications. Autant d’information permettant de se familiariser avec un domaine encore délaissé par des chercheurs bien que témoignant d’une richesse qu’illustre parfaitement le programme que nous reproduisons ci-dessous.

 

Révolutions de l’animation à l’ère postmoderne

Dijon, 16 et 17 février 2012

Jeudi 16 février

09h00 : Accueil des participants et ouverture du colloque.

09h30 – 11h00 : Séance plénière

Présidence : Victor-Arthur Piégay


09h30 – 10h15 : Yvan West Laurence
« Présentation du monde de l’animation »

10h15 – 10h30 : Discussion

10h30 – 11h00 : Pause

11h00 – 13h00 : Première séance : Le domaine français

Présidence : Sylvie Laigneau-Fontaine

11h00 – 11h30 : Georges Zaragoza (Université de Bourgogne)
« Persepolis »

11h30 – 12h00 : Vanessa Besand (Université de Bourgogne)
« Le Court-métrage Logorama : une prouesse technique au service de la pluralité interprétative »

12h00 – 12h30 : François-Ronan Dubois (Université Stendhal – Grenoble 3)
« Les Courts-métrages d’animation de fin d’études en France : un genre ? »

12h30 – 13h00 : Discussion

13h00 – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 17h00 : Deuxième séance : L’animation japonaise : un univers polymorphe

Présidence : Pierre Ancet

14h30 – 15h00 : Antonio Dominguez Leiva (Université du Québec à Montréal)
« Le Jardin des supplices de l’anime, de la cyberviolence au Ero Guro »

15h00 – 15h30 : Victor-Arthur Piégay (Université de Bourgogne)
« Metropolis ou Babel animée »

15h30 – 16h00 : André Laidli (Université Jean Moulin – Lyon 3)
« Peindre la réalité quotidienne : le cinéma d’animation « à voix basse » d’Isao Takahata »

16h00 – 16h30 : Discussion

16h30 – 17h00 : Pause

17h00 – 18h30 : Troisième séance : L’Amérique et ses valeurs

Présidence : Jacques Poirier

17h00 – 17h30 : Sébastien Hubier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
« Team America, World Police : pastiche, parodie et satire du rêve américain »

17h30 – 18h00 : Chloé Gauzi (Université de Reims Champagne-Ardenne)
« “Do I dare live out the American dream?” : subversion et réaffirmation des discours fondateurs dans The Simpsons »

18h00 – 18h30 : Discussion

20h30 : Projection-débat au cinéma L’Eldorado à Dijon

Vendredi 17 février

09h00 – 11h30 : Quatrième séance : Réécriture, clins d’oeil et parodie

Présidence : Vanessa Besand

09h00 – 09h30 : Lucie Merijeau (Université Paris 3)
« Le Studio Pixar : (dé)construction d’un mythe auteuriste »

09h30 – 10h00 : Sébastien Decerle (Université de Bourgogne)
« Désillusion du personnage et transformation du genre : mise en scène de l’évolution du cinéma d’animation dans Toy Story, Shrek et Il était une fois »

10h00 – 10h30 : Bérénice Bonhomme (Université Paris 3)
« Quand le cinéma d’animation enfile la panoplie du cinéma en prise de vue réelle »

10h30 – 11h00 : Discussion

11h00 – 11h30 : Pause

11h30 – 13h00 : Cinquième séance : Le film d’animation aux prises avec le monde actuel

Présidence : Didier Souiller

11h30 – 12h00 : Sébastien Denis (Université d’Aix-Marseille)
« Que l’animation documente-t-elle ? De l’Histoire à l’animateur »

12h00 – 12h30 : Pierre Ancet (Université de Bourgogne)
« La Reconstruction de la mémoire dans Valse avec Bachir d’Ari Folman »

12h30 – 13h00 : Discussion

13h00 – 15h00 : Déjeuner


15h00 – 16h30 : Sixième séance : Les spécificités du medium de l’animation

Présidence : Sébastien Denis

15h00 – 15h30 : Gabriel Tremblay-Gaudette (Université du Québec à Montréal)
« L’Élasticité plastique contrainte à la rigidité : quand le manga devient anime »

15h30 – 16h00 : Jean-Baptiste Massuet (Université Rennes 2)
« Préparer la « seconde venue » du cinéma : l’aventure du studio ImageMovers de Robert Zemeckis (2004-2010), pour une révolution du cinéma d’animation sans l’animation »

16h-16h30 : Discussion

16h30 – 17h00 : Clôture du colloque

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique

Isabelle Boisclair, de l’université de Sherbrooke, lance pour le 80e congrès de l’Acfas qui aura lieu à Sherbrooke (9 et 10 mai 2012), un appel à communication intitulé « Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique ». Ouvert à toutes les formes de création (puisqu’il est question aussi bien de « culture des médias que d’arts médiatiques »), cette proposition nous invite à interroger l’impact de la « prise de parole des femmes » sur des productions culturelles et à nous demander si les « créateurs masculins prennent […] acte de cette nouvelle possibilité d’une subjectivité désirante au féminin ». Le champ des possibles propositions est ainsi assez large et on pourra aussi bien s’intéresser à la forme que prendrait en bande dessinée l’affirmation par un auteur d’une identité sexuelle, voire d’une sexualité, proprement féminine (à ce titre, l’étude de Fraise et Chocolat d’Aurélia Aurita s’impose) qu’interroger la position de créateurs masculins s’interrogeant clairement sur le désir au féminin. Si la chose est évidente dans le cas des œuvres de Guido Crepax (et de son héroïne Valentina à qui il prête superbement toutes formes de désirs prenant les formes on ne peut plus étonnantes), d’autres œuvres gagneraient certainement à être également étudiées et notamment les productions de Jean-Marc Reiser tel un Vive les femmes qui semble esquisser les contours d’une nouvelle « condition masculine » pas forcément exempte d’a priori déterminée par les femmes. Notons enfin qu’un article de Virgine Talet, disponible en ligne sur la revue Clio, s’intéresse au cas du magazine Ah ! Nana qui, réalisé par des femmes, visait un public féminin.

 

 

Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique

Colloque du Centre Anne-Hébert (Université de Sherbrooke)

et VersUS (Groupe de recherche en études littéraires et culturelles comparées de l’Université de Sherbrooke)

80e Congrès de l’Acfas

Sherbrooke, 9 et 10 mai 2012

La notion de désir a jusqu’ici été pensée comme appartenant au masculin, tandis qu’au féminin il incombe d’incarner l’objet du désir de l’homme. Depuis peu, les femmes s’approprient le discours érotique. Émancipées qu’elles sont des injonctions à la pudeur, elles projettent désormais la possibilité d’une subjectivité désirante.

Dans la mesure où les textes littéraires reconduisent les scripts sexuels (Gagnon) dominants, reposant sur la dyade Homme-sujet-actif-désirant/Femme-objet-passif-désiré, on peut affirmer, avec De Lauretis, qu’ils constituent une technologie du genre – cela se reflète tant dans la syntaxe érotique (« Il la prit », « Elle se donna à lui ») que dans la représentation des scènes sexuelles et, plus largement, dans la façon dont circule le désir.

Aussi, ce colloque se penchera sur la figure de la femme désirante dans les productions littéraires et médiatiques contemporaines, celles-ci entendues dans leur sens large, incluant aussi bien la culture des médias que celle des arts médiatiques.

Les productions culturelles se voient-elles transformées par la prise de parole des femmes? Les créateurs masculins prennent-ils acte de cette nouvelle possibilité d’une subjectivité désirante au féminin, la mettent-il en jeu dans leurs textes littéraires et autres productions culturelles ?

Responsables du colloque :

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke)

Catherine Dussault-Frenette (Université de Sherbrooke)

Les propositions (maximum 1500 caractères espaces comprises) doivent être envoyées au plus tard le 31 janvier 2012, accompagnées de vos coordonnées complètes et du nom de votre institution d’attache à chacune des deux responsables aux adresses suivantes :

isabelle.boisclair@usherbrooke.ca

catherine.dussault.frenette@usherbrooke.ca

Responsable : Isabelle Boisclair

Url de référence :
http://www.acfas.ca/

Adresse : Département des lettres et communicationsFaculté des lettres et sciences humainesUniversité de SherbrookeSherbrooke (Québec) J1K 2R1

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts