Religion and the politics of humor

Craig Martin du St. Thomas Aquinas College (Sparkill, USA) lance, pour le Bulletin for the study of religion, un appel à communication intitulé : « Religion and the politic of humor ». Proposant d’étudier des œuvres de bande dessinée, celui-ci nous invite à envisager leur dimension parodique (pensons par exemple, pour donner un exemple français, au Grand pouvoir du Chninkel ou encore, côté américain, à la série Battle Pope qui met en scène un pape spécialiste des arts martiaux), mais également au rapport de chaque religion à l’humour (sur ce plan, l’analyse d’une œuvre comme Le chat du rabbin nous semble s’imposer). Nos lecteurs auront tout le temps de compléter cette liste puisque la date limite est fixée au 1er juillet prochain, mais Les Carnets de la bande dessinée profitent de cet appel aux Saints pour vous souhaiter un joyeux Noël et vous donner rendez-vous début 2012.

CALL FOR PAPERS on the topic “Religion and the Politics of Humor”

The Bulletin for the Study of Religion is accepting submissions for a special issue on humor and religion. Articles engaging any aspect of the theme are welcome, especially the politics of parody, but including in general studies of religious parodies, the presence of humor on the Internet (e.g., video clips, web comics, etc), and cultural analyses of the use of humor in various religious traditions (including comparative analysis but also specific area studies). Articles engaging theoretical and methodological issues in the study of humor and religion are especially desired. Queries should be sent to the editors, Craig Martin (cmartin.rel@gmail.com) and Philip Tite (philip.tite@mail.mcgill.ca). Online submissions and guidelines: http://www.equinoxpub.com/bulletin/ Deadline for submissions: July 1, 2012.

Craig Martin
St. Thomas Aquinas College
Sparkill, NY 10976
USA
Email: philip.tite@mail.mcgill.ca
Visit the website at http://www.equinoxpub.com/bulletin/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Pan ! Dans l’œil de la lune

 Philip Mather du Campion collage (université de Régina, Canada) lance un appel à communication pour une conférence intitulée : « Pan ! Dans l’œil de la lune » et consacrée à la science-fiction française. La bande dessinée figure parmi les axes qu’il serait le bienvenu d’explorer, positionnement qui nous semble judicieux tant le retard en la matière est grand. La plupart des anthologies de science-fiction (à l’instar de Critique de la science fiction de Jacques Goimard) laissent en effet de côté le neuvième art, chose d’autant plus étrange que le domaine français est particulièrement riche. Il possède des classiques (comme Futuropolis de Pellos), des séries ayant contribué au succès de la bande dessinée « franco-belge » (Yoko Tsuno de Roger Leloup, Valérian et Laureline de Mézières et Christin) ainsi qu’à son renouveau (L’Incal de Moebius, La Caste de métabarons de Gimenez et Jodorowsky) et des œuvres modernes se voulant novatrice (par exemple La Brigade chimérique de Serge Lehman et Fabrice Colin) qu’il serait intéressant d’appréhender à travers une question : existe-t-il une spécificité française en terme de bande dessinée de science-fiction ? Quelle que soit la réponse que nos lecteurs entendent proposer, il s’agira de la formuler (brièvement) avant le 1er janvier prochain.

 PAN! DANS L’OEIL DE LA LUNE!

Conférence sur la science-fiction française
Université de Regina
2 et 3 Novembre 2012

Le comité organisateur de la conférence vous invite à soumettre une proposition de communication sur tout sujet touchant la science-fiction française.

La science-fiction française date d’aussi loin que la langue française moderne. Cyrano de Bergerac décrivit un voyage sur la lune qui fut publié en 1657. Jules vernes fit de même en 1865, en s’inspirant cette fois des progrès scientifiques récents. Le premier film à montrer un voyage sur la lune fut réalisé par Georges Méliès en 1902. En bande dessinée, Hergé envoya Tintin marcher sur la lune en 1954, soit 15 ans avant Armstrong. Cet échantillon restreint suffit à prouver que les oeuvres de science- fiction françaises méritent une meilleure reconnaissance internationale, ce qui est un des buts de la conférence. Mais ce sera aussi le lieu d’échanges interdisciplinaires puisque le genre de la science-fiction apparaît dans des média qui sont traditionnellement les domaines respectifs des arts et des beaux- arts.

Voici des suggestions de sujets qui peuvent être traités:
– La littérature de science-fiction française
– Le cinéma de science-fiction français
– La science-fiction à la télévision française
– La science-fiction dans la bande dessinée française
– La réception internationale de la science-fiction française

Les communications présentées à la conférence seront soumises à un comité de lecture puis publiées en actes.

Soumission des propositions:
– Les communications peuvent être présentées en français ou en anglais.
– Les propositions devraient avoir une longueur de 250 mots et inclure un titre descriptif.
– Des équipements audio-visuels sont disponibles sur demande.
– Des frais d’inscription de 25$ seront exigés si votre communication est acceptée.
– Les propositions doivent être envoyées par courriel au plus tard le 1er janvier 2012 à:

Philippe Mather
Courriel: philippe.mather@uregina.ca
Téléphone: (306) 359-1229

Campion College
Université de Regina
3737 Wascana Parkway
Regina, Saskatchewan S4S 0A2
CANADA

Responsable : Philippe Mather

Url de référence :
http://uregina.ca/~fscifi/index.html

Adresse : Campion College University of Regina 3737 Wascana Parkway Regina, Saskatchewan S4S 0A2 CANADA

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Figures du héros. Littérature, cinéma, bande dessinée

Cristina Alvares, de l’université do Minho (Braga, Portugal) lance un appel à communication intitulé : « Figures du héros. Littérature, cinéma, bande dessinée ». Constituant la première pierre d’un colloque qui se tiendra les 26 et 27 avril prochain, cette proposition invite les chercheurs à s’emparer d’une notion extrêmement diverse puisqu’il y a des « héros et des héroïnes mythiques, tragiques, comiques, épiques, romanesques, picaresques, classiques, traditionnelles, modernes, contemporains, des anti-héros, des super-héros ». Ce sont ainsi toutes sortes de personnages qu’il sera possible d’étudier selon des axes eux aussi variés puisqu’à côté du rapport à la loi et à la littérature (ou plus précisément à l’aventure), l’appel à communication fait clairement une place à des analyses textuelles ou graphiques. Il serait d’ailleurs intéressant d’inscrire dans le temps ces différentes pistes de réflexion : le Batman de Frank Miller ou le Spirou d’Émile Bravo font ainsi montre d’un tout autre rapport à l’autorité (Batman s’interrogeant sur le bien fondé de son action) et à l’histoire (Spirou se trouvant dans ce dernier cas mêlé aux négociations de l’accord de Munich) alors que les deux auteurs font montre de choix graphiques renouvelant aux aussi l’approche de la série. Nous laissons à nos lecteurs le soin de trouver des exemples semblables avant le 30 janvier prochain.

 

Colloque Figures du héros. Littérature, cinéma, bande dessinée

Université du Minho, Braga, Portugal

Depuis la nuit des temps, les groupes humains ont créé des héros pour y projeter leurs idéaux et valeurs, justifier leur existence et interroger leur structure éthique. Depuis le demi-dieu antique jusqu’au héros urbain postmoderne, les configurations historiques et culturelles du héros sont multiples et variées. Il y a des héros et des héroïnes mythiques, tragiques, comiques, épiques, romanesques, picaresques, classiques, traditionnelles, modernes, contemporains, des anti-héros, des super-héros. Le héros a mille visages. Cependant, une telle diversité n’a pas empêché l’identification d’une structure ou morphologie invariante – le monomythe, l’archétype ou le mythologème héroïque -, déterminée surtout par la fonction du héros dans les mythes : fondateur et transgresseur, il ou elle instaure l’ordre humain par la rupture avec l’ordre divin. Situé au-delà de la loi et de l’ordre que lui-même a fondé, le héros mythique constitue la référence et la mesure des typologies ou profils héroïques. Aussi tout héros garde-t-il quelque chose de ce modèle : médiateur entre ordre et contre-ordre, il prend une attitude de dénégation de la loi, tout en agissant à son service mais l’excédant, la subvertissant même. D’où son hybridité et sa liminarité, ses déplacements entre deux mondes : les vivants et les morts, le rêve et la réalité, la civilisation et la sauvagerie. Le héros est fondamentalement celui ou celle qui s’expose à ce qui advient (advenir, a(d)venture), qui est disponible à rencontrer l’altérité radicale, à chercher une dimension perdue, matérielle ou immatérielle, à changer son être et l’être du monde.

Dissident, déserteur, métis, pirate, missionnaire, réporter, voyageur, séducteur, détective, explorateur, archéologue, justicier – ces figures héroïques et bien d’autres se retrouvent, au masculin et au féminin, dans des mythes, des contes, des romans, au théâtre, au cinéma, dans la bande dessinée, dans des jeux-video. Dans ce colloque nous voulons analyser et discuter les figures héroïques qui apparaissent dans des textes et des supports différents, moyennant différents abordages (inter)disciplinaires (narratologie, études sur l’imaginaire, études culturelles, études intermédiales, psychanalyse, néo-comparatisme, etc).

Topiques

Les communications peuvent aborder une de ces topiques ou en combiner plusieurs.

Le héros et la loi

Prométhée, Ève, Roland, D. Juan, Antigone… incarnent différents régimes du rapport du héros à la loi (fondation, transgression, défi, soumission, soustraction, résistance). Comment fonctionnent ces régimes ? Quelle(s) éthique(s) héroïque(s) soutiennent-ils ? Est-elle compatible avec la morale collective ? Quel est le poids des intérêts et des inclinaisons personnels (la vengeance, par exemple) dans l’aventure ? Que signifie du point de vue éthique la fonction de victime sacrificielle que le héros assume fréquemment pour servir au mieux le bien collectif ? Ceux qui brisent les lois fondamentales de l’ordre humain (Oedipe, D. Juan, Fantômas) peuvent être considérés des héros ? Y a-t-il de l’ héroïsme chez l’anti-héros ? Le passage entre héros et anti-héros constitue-il une continuité ou alors une discontinuité ?

L’ anti-héros

Au contraire des récits plus classiques, la postmodernité a assisté à la consolidation de la figure du anti-héros, très présent notamment au cinéma. Son origine plus ou moins lointaine peut être située dans le Romantisme, bien qu’il y ait des anti-héros dans la littérature médiévale. Ce profil (anti)héroïque ne vise pas forcément à sauver un bien commun et cède facilement à des dérives marginales. Sur le plan éthique, il suit une moralité assez douteuse qui n’hésite pas à commettre le crime au nom d’une valeur supérieure ou même au nom d’un intérêt personnel. C’est le cas du protagoniste anonyme des westerns de Sérgio Leone, joué par le charismatique Clint Eastwood, par exemple.

Morphologies de l’aventure

L’aventure peut consister soit en un processus externe de purification du monde, laquelle peut avoir une signification historique et politique : chercher un trésor, libérer quelqu’un, capturer un criminel, combattre des terroristes, des trafiquants, des tyrans ; soit en un processus interne de purification spirituel et d’accès à un savoir ou à une vérité sur soi-même, sur le monde et sur la vie ; soit en des combinaisons variées des deux formes dont il importe d’étudier les régimes. Quel est, par exemple, le rapport de l’aventure avec la vie quotidienne ? S’insère-t-elle dans l’existence comprise entre le ‘il était une fois’ et le ‘et ils ont vécu heureux pour toujours’ ? Ou, au contraire, l’aventure est-elle une discontinuité dans le temps linéaire de l’existence individuelle qui la projette sur un plan transbiologique dans lequel le héros n’a ni passé ni futur ? Quelles sont les stratégies de déconstruction de l’aventure et de son absorption par le everyday life ?

Les morphologies et régimes pourront-ils déterminer ou conditionner des paradigmes de l’aventure ? Y a-t-il des paradigmes ou modèles traditionnels, modernes et postmodernes de l’aventure ?

Héros et Famille

Héraklès, Arthur, Tintin, Wonder Woman, Moise, Perceval, Beatrix K.… Orphelins, bâtards, enfants exposés, sans famille, matricides … Les relations du héros avec sa famille d’origine et/ou la famille qu’il ou elle a constituée sont problématiques. Clivé entre l’aventure et la famille – abandonnée, trahie, oubliée pour un temps ou pour toujours ou au contraire/mais aussi protégée, sauvée, recomposée, réunie – le héros apparaît fréquemment inscrit dans la sphère publique et la sphère privée de l’existence, tout en les gardant en tension ou en essayant de les faire coïncider. Quelles configurations du rapport entre public et privé trouve-t-on et quels profils héroïques leur sont associés ?

Héros et masques

Les profils héroïques résultent d’une rhétorique de l'(auto)présentation et (auto) représentation : portrait et autoportrait, pose, attitude, mise en scène de son ego ou de son opacité subjective. Depuis le Bel Inconnu des romans arthuriens, le chevalier incognito des romans médiévaux, jusqu’à Zorro ou Spirit, et aux super-héros, costumes, armes, masques et marcarilles donnent des contours d’ombre et de mystère à l’identité opaque ou perdue du héros. Il y a pourtant d’autres façons de mettre en scène une opacité subjective ou une personnalité énigmatique (la pose de Corto Maltese, par exemple). Comment fonctionnent ces formes de masque sans masque ?

Héros digitaux

Le développement du cinéma d’animation digital a créé de nouveaux protagonistes qui s’assument explicitement comme des successeurs de figures autrefois célèbres, notamment celles de l’imaginaire de Disney mais pas seulement. Ces figures héroïques tirées aussi bien de personnes réelles que de domaines tout à fait non-humains (par exemple, des voitures qui parlent et gagnent des courses héroïquement ou des jouets qui interagissent avec des humains, tout en s’en détachant par l’aventure dont ils sont les protagonistes), peuvent (d)énoncer une dimension héroïque postmoderne.

Héros et parodie

La postmodernité reformule parodiquement des récits patrimoniaux entre autres. L’imaginaire des contes de fées est réécrit à partir de la figure grotesque d’un ogre sympa qui fait un trajet héroïque tout à fait traditionnel, sauf pour la subversion des composantes canoniques du genre, avec des effets d’humour parodiques. Le célèbre agent secret 007 n’échappe pas non plus à la parodie par le non moins célèbre double parodique Johnny English (Rowan Atkinson). Quels rapports gardent les héros avec leurs doubles parodiques ? Quelles sont les composantes sur lesquelles se fonde la parodie et la déconstruction comique de la figure du héros ?

Date limite de réponse à l’appel à communication : 30 janvier 2011.

Le colloque a lieu les 26 et 27 avril 2012 à l’auditorium de l’Institut des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Minho, à Braga, Portugal

Les communications ne dépasseront pas les 20 minutes.

Langues de travail : Portugais, Espagnol, Français, Anglais.

Les résumés de communication (300 mots maximum) doivent être soumis jusqu’au 30 janvier 2012 aux adresses martagomes100@hotmail.com, spgsousa@ilch.uminho.pt, calvares@ilch.uminho.pt

Inscriptions :

Jusqu’au 5 avril :

avec communication : 85 €

sans communication : 70 €

Après le 5 avril :

avec communication : 95 €

Responsable : Cristina Alvares

Url de référence :
http://www3.ilch.uminho.pt/figurasdoheroi

Adresse : Colloque Figures du héros Instituto de Letras e Ciências Humanas Universida de do Minho 4710-052 Braga Portugal

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’Allemagne : quelle(s) image(s)?


Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et « Représenter l’auteur de bande dessinée » (qui sont, nous vous le rappelons, toujours valables: voir ici), Comicalités. Études de culture graphique lance aujourd’hui son troisième appel à communication intitulé « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? ». La date limite est fixée au 1er mars prochain.

 

L’Allemagne : quelle(s) image(s) ?

« Thématique » dirigée par Marc Hieronimus

Deuxième pays exportateur dans le monde, quatrième puissance économique, et le pays le plus peuplé de l’Union européenne, l’Allemagne peut être vue comme le pays du livre : lors des foires du livre de Francfort et de Leipzig, quelque 94000 nouvelles parutions ou rééditions sont présentés chaque année, dont presque 3000 bandes dessinées.

Décrit comme le pays de la musique et de l’hospitalité, des poètes et des penseurs (Dichter und Denker), comme celui des juges et des bourreaux (Richter und Henker), l’Allemagne d’aujourd’hui est le pays des idées, lit-on. Sa société, pour un moment « la plus heureuse du monde », se caractérise par le pluralisme des modes de vie et une grande diversité ethnique et culturelle.

Tous les faits et clichés portent à croire que le pays de Wilhelm Busch se range également parmi les « grandes puissances » du neuvième art et que celui-ci est un de ses modes d’expression de prédilection. On connaît certainement Ralf König, peut-être l’humoriste Walter Moers ou le « prix de l’audace » 2010 du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême (Jens Harder), et tout le monde a déjà feuilleté un tome d’une série lambda dont le héro a une mission en Allemagne… Autrement dit : on ne sait rien de l’Allemagne et de la bande dessinée !

Pourtant, il existe une recherche sur la bande dessinée : des magazines spécialisés tels Comixene ou Comic ! Jahrbuch, les travaux de la société pour la recherche en bande-dessinée Comfor, des portails comme Deutscher Comicguide ou la bibliographie spécialisée de l’université de Bonn montrent bien l’intérêt croissant des universitaires, et ce même si les œuvres scientifiques d’une portée internationale restent l’exception.

C’est pourquoi nous lançons aujourd’hui un appel à communication intitulé « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » : nous espérons recevoir des articles s’inscrivant dans l’une des trois problématiques suivantes.

 

1.Quel système éditorial pour la bande dessinée allemande ?

– Il serait intéressant d’analyser les tendances du marché et les caractéristiques économiques de la production de bande dessinée en langue allemande à travers l’analyse d’indicateurs (nombre de titres, volumes de vente…) et des comparaisons avec la France ou d’autres pays…

– La production de bande dessinée en langue allemande pourrait également être étudiée en se focalisant sur la diversité des genres (place de la « franco-belge », du manga, des comics ?), la structuration de l’offre (collections, séries ?), la typologie des différents éditeurs (« indépendants », « groupes éditoriaux » ?)…

– Les publics allemands de la bande dessinée pourraient être étudiés, que ce soit en terme de structuration du lectorat (répartition par âge, par classes sociales ?), de pratiques de lecture (fréquence, genres préférés ?), de diversité de modes d’acquisition (achats occasionnels, collection ?)…

– Les processus de traduction de bandes dessinées posent nombre de problèmes, à commencer par celui des pays-sources (USA, Japon, France ?), des traducteurs (formation, rémunération) et des modes de diffusion (remontage ou respect du format original, place de l’album ?)…

– Il en est de même du mode de diffusion, de commercialisation et de médiation : la place de la bande dessinée en librairie, sa présentation en bibliothèque, ses dispositifs de médiation (expositions, rencontres avec les auteurs, festivals ?), le discours des médias et/ou des intellectuels autour de la bande dessinée (et en particulier l’état de la critique) restent à expliciter.

– La situation des auteurs pourrait également faire l’objet d’une étude : quid de leur formation (école d’art, université?), de leur mode de publication (à l’étranger, en Allemagne ?), de leurs conditions de travail et de rémunération ainsi que de leur statut social ?

 

2.Allemagne et culture graphique

– L’identité de la bande dessinée allemande reste à cerner. Il serait sans doute intéressant de tenter une approche stylistique (graphisme et scénario) des productions allemandes, et de s’interroger sur les influences étrangères afin de questionner l’existence d’une « école allemande » de bande dessinée.

– L’existence d’une tradition graphique propre à l’Allemagne pourraient faire l’objet d’un ou plusieurs articles, notamment pour déterminer quelles filiations, influences, proximités il est possible d’observer entre les actuelles propositions de bandes dessinées et la place de l’image narrative dans la presse imprimée et le livre (caricature, dessins de publicité, récit de guerre (« Kriegsbilderbogen »).

– Le rôle pédagogique de l’image imprimée en Allemagne reste de même à expliciter : des travaux pourraient porter sur la place de la bande dessinée (voire de l’image dessinée) dans le système éducatif (en Allemagne ou pour l’étude de la langue allemande) ainsi que sur les techniques d’analyse et d’étude de la bande dessinée (par exemple à travers une comparaison avec d’autres pays européens).

 

3. L’Allemagne dans la bande dessinée

– La représentation de l’Allemagne et des Allemands pose nombre de problèmes, et il serait intéressant de développer une approche critique des sujets et lieux fétiches de la bande dessinée (par exemple, qu’est-ce que Berlin pour les auteurs : la capitale de l’Empire, celle de la république de Weimar, « Germania », la ville divisée puis réunifié, la capitale de la musique électro, etc. ?)

– L’évocation de l’histoire allemande dans la bande dessinée reste également à faire, notamment en s’interrogeant sur les époques ou événements du XXe siècle et des siècles précédents qui ont inspiré les auteurs ou les éditeurs : quelques tentatives d’explication et d’approche esthétique (styles graphiques, procédés narratifs) seraient les bienvenus…

– Les années 1933-1945 ne constituent-elles pas la principale toile de fond de l’histoire allemande en bandes dessinées ? Il serait intéressant d’étudier les caractéristiques de la production centrée sur la période, la diversité des approches (polar, humour ?) et l’évolution de son traitement (comment la représentation de cette histoire difficile a-t-elle changée depuis La bête est morte ?).

– L’analyse des « clichés » de l’Allemagne en bande dessinée pose également nombre de questions : qu’est-ce qui est typique de l’Allemand et de son pays ? Ne retrouve-t-on pas des procédés proches de la caricature (le casque à pointe dans Astérix chez les Goths, les crypto-allemands ou les « germanomorphes » dans QRN sur Bretzelburg de Franquin) ?

 

Le présent appel à communication est ouvert à tous les chercheurs, quel que soit leur statut (universitaire ou non) et leur origine (même si nous ne pouvons publier que des textes écrits en français ou en anglais). Nous les invitons à nous répondre en nous soumettant deux documents :

 

– Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.

– Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

 

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes avant le 1er mars 2012.

 

Marc Hieronimus, responsable de la « thématique »

marc.hieronimus@u-picardie.fr

Benoît Berthou, directeur de Comicalités.

ben.berthou@orange.fr

 

 

Pour plus d’information :

http://comicalites.revues.org/

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Dossier Daniel Clowes

La revue Salon Double, qui entend se situer « entre la critique journalistique et la critique spécialisée de type universitaire » et qui publie donc des études critiques lance un appel à textes pour un « dossier Daniel Clowes ». Cette proposition nous invite donc à traiter de l’œuvre d’un auteur qui est présenté comme « l’un des artistes les plus importants et influents de la bande dessinée alternative américaine des trois dernières décennies, [qui] a énormément contribué à repousser les préjugés de puérilité et de pauvreté littéraire trop longtemps associés au 9e art en Amérique ». Le risque est donc grand de tomber dans l’hagiographie, et les chercheurs souhaitant formuler une proposition seraient bien inspirés de retenir une piste au sein du texte que nous reproduisons ci-dessous : celui-ci décrit en effet un auteur s’emparant de thèmes et de formes variées tout en faisant preuve d’une liberté de ton (« de cynique friand d’humour noir ») qui est ici comparée à celle de David Lynch. Pour mieux caractériser ce « cynisme », il serait intéressant de se référer au dossier que neuvième art 2.0 a consacré à l’auteur, et notamment à l’intéressant article de Xavier Guilbert qui met en évidence le refus du corps, et plus largement de l’exercice d’une sexualité, sensible dans toute l’œuvre de l’auteur américain. La date limite de cet appel à communication est fixée au 15 décembre prochain.

 

Dossier Daniel Clowes

Daniel Clowes, l’un des artistes les plus importants et influents de la bande dessinée alternative américaine des trois dernières décennies, a énormément contribué à repousser les préjugés de puérilité et de pauvreté littéraire trop longtemps associés au 9e art en Amérique. Son dessin, qui peut aussi bien être précis que caricatural, ses compositions visuelles fouillées, son sens aigu du dialogue et ses récits construits à grands renforts de symbolisme et d’un mystère invitant à la lecture attentive font de lui un incontournable sur la scène de la bande dessinée. Travaillant aussi bien le récit court (les recueils Caricature et 20th Century Eightball) que les romans graphiques (David Boring) en passant par les comic strips à continuité narrative (Ice Haven, Mister Wonderful et Wilson), Clowes a su tirer le maximum des différents formats du médium. Capable de créer une ambiance onirique glauque que David Lynch ne renierait pas (Like a Velvet Glove Cast in Iron) comme de représenter de manière amusante et poignante la relation d’amitié de deux adolescentes blasées (Ghost World), Clowes a exploré des thèmes variés en y apposant à chaque fois sa marque de cynique friand d’humour noir. Il a également été étroitement impliqué avec le réalisateur Terry Zwigoff dans les deux adaptations filmiques tirées de ses œuvres, soit Ghost World (2001) et Art School Confidential (2006).

Ce dossier critique de Salon double s’intéresse à l’œuvre de Clowes, et nous recevons les contributions en tous genres, qui peuvent porter sur une œuvre en particulier ou sur une thématique traversant la carrière de l’auteur. Le protocole de rédaction de Salon double est disponible à l’adresse suivante : http://salondouble.contemporain.info/protocole-de-redaction-du-salon-double

Les propositions de lecture doivent être envoyées à salondouble@contemporain.info avant le 15 décembre 2011.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts