Annual Florida Conference of Historians/superheroes

Julian Chambliss, professeur d’histoire au Rollins College (Floride, USA), lance un appel à communication pour la 52e conférence annuelle des historiens de Floride. Prenant place dans la section « Media Art and culture », celui-ci se focalise sur les « superhéros » et constitue donc le pendant du récent appel à communication « Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire ». S’il entend permettre d’explorer la plce de ces personnages dans la culture américaine, cet appel à communication met en effet l’accent sur les pratiques d’adaptation de ces Comics au cinéma, à la télévision ou en musique : il ne manque que les jeux vidéos auxquels pourraient s’intéresser quelques propositions qu’il s’agira d’élaborer avant le 16 décembre prochain.

 

From Superman’s 1938 debut through recent tales of identity crisis and political divide, superhero comic books have made an indelible mark on American culture. The current popularity of stories and characters originating in comic books has expanded interest in the medium and in the symbolic power of the superhero. Recent scholarship has attempted to define the superhero’s unique relationship to American culture. The Florida Conference of Historian Special Interest Section (SIS) on Media Arts and Culture welcome submission to the 52nd annual Florida Conference of Historian meeting that address the ways the comic book superhero represents, constructs, and distorts American culture are welcomed. Special consideration will be given to papers that explore comics-inspired movie, television, and music. The Media Arts and Culture SIS welcomes submission from graduate students, undergraduates, and independent scholars who wish to participate. All conference invitees are eligible for review for inclusion in the FCH refereed published proceedings.

1. Paper title and abstract/proposal (300-500 words)
2. Brief vita or biography (one page max)
3. Complete personal information: name, department, academic affiliation, mailing address, and e-mail address.

Worthwhile topics include (but are not limited to):

Ethnicity and the Superhero / Gender and the Superhero / Superheroes and Nationalism / Religion and the Superhero / The Superhero in the Media / Marvel Cinematic Universe: Past and Presence / Superhero and Identity / Class Identity and the Superhero/ Violence and the Superhero / Political Identity and the Superhero

Dr. Julian Chambliss
Rollins College
1000 Holt Avenue-2762
Winter Park, FL 32789
407-646-2214
Email: jchambliss@rollins.edu
Visit the website at http://myweb.rollins.edu/jchambliss/Julian_C._Chambliss/Homepage.html

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La BD fenêtre sur le monde, la BD hors d’Europe

Les enseignants qui s’intéressent à la bande dessinée ont bien de la chance ! En effet, après un stage à dimension journalistique et citoyenne « La BD reportage, une nouvelle forme d’investigation » en 2011, en 2012 l’équipe du PREAC Bande dessinée (pôle national de ressources en éducation artistique et culturelle du CDDP de la Charente) organise, en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et le Festival International de la Bande Dessinée, un séminaire national sur le thème « la BD fenêtre sur le monde, la BD hors d’Europe ».

Interroger la bande dessinée sous l’angle international est l’occasion pour Laurent Lessous (le maître d’oeuvre de ce séminaire) de se confronter à d’autres cultures, d’autres récits, d’autres témoignages. Ce média innovant et universel qu’est la bande dessinée est commun à toutes les sociétés mais chacune a développé ses propres codes qu’il est important de décrypter pour nos élèves, citoyen d’un monde en mouvement. Étudier la bande dessinée non européenne soulève des problématiques artistiques, historiques mais aussi typiquement littéraires.
En voici le programme :

Lundi 23 janvier

CDDP de la Charente.

Tristan Robert : Comment transmettre son histoire, son passé, sa culture ? (Une vie chinoise, tome 1, Dire l’enfance et l’adolescence sous Mao)
Philippe Tomblaine : Crises et cris en bulles autour de Carne Argentina
Alain Demarco : Jirô Taniguchi le Proche-Orient ?
Isabelle Delorme : Israël au prisme de la bande dessinée, regards croisés sur une société en mouvement
Youmna Thome : La BD libanaise
Christophe Richard : la BD sud-africaine
Agnès Deyzieux : Le manga aujourd’hui

Mardi 24 janvier

Cité internationale de la bande dessinée et de l’image

9h00 accueil par Gilles Ciment, Directeur général de la Cité
9h30 Jean-Pierre Mercier : Le renouveau de la bande dessinée états-unienne, les héritiers d’Art Spiegelman
10h45 Table ronde, débat avec Serge Ewenczik, éditions Cà et là autour des parutions états-unienne en France aujourd’hui
12h00 déjeuner
14h00 L’édition du manga au Japon aujourd’hui, table ronde avec Stéphane Duval (Le Lézard Noir), Xavier Guilbert (www.du9.org) , Stéphane Beaujean (Les Inrocks)
15h30 Autour de la bande dessinée coréenne avec Choi Juhyun et Park Yoon-sun, débat animé par Laurent Lessous
17h00 Visite d’expositions et des réserves de la bibliothèque et du nouveau centre de documentation
18h30 Apéritif avec le Préac

Mercredi 25 janvier

Festival International de la Bande Dessinée et Cité internationale de la bande dessinée et de l’image

9h00–12h00 Matinée réservée au FIBD : visites d’expositions la veille de l’ouverture du festival
14h00–16h30 Rencontre des auteurs Zeina Abirached et Marguerite Aboué (à confirmer) et possibilité d’un débat autour d’auteurs israéliens.
17h00 Bilan du stage

Jeudi 26 janvier

Festival International de la Bande Dessinée
Journée libre pendant la première journée du FIBD 2012

Informations pratiques

Etablissement coordonnateur : CDDP de la Charente
Contact : Guylaine Merle 05 45 67 31 67
Public : enseignants du 1er et 2d degré, responsables et médiateurs des structures culturelles
Durée : 4 jours (du lundi 23 au jeudi 26 janvier 2012)
lieux
– Centre départemental de documentation pédagogique de la Charente
Château de l’Oisellerie
16400 La Couronne
– Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
121 rue de Bordeaux
16023 Angoulême Cedex

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire

François Emmanuël Boucher (Collège militaire royal du Canada), Pascal Brissette (Université McGill), Sylvain David (Université Concordia) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa) lancent un appel à communication intitulé « Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire ». Débouchant sur un ouvrage qui sera publié aux Presses Universitaires de Liège dans la collection ACME (du nom du groupe de recherche qui a récemment organisé le colloque « figures indépendantes de la bande dessinée mondiale »), cette proposition nous invite à prendre la notion de superhéros au sens large puisqu’il s’agit d’appréhender ces personnages dans leur rapport au temps (en les replaçant dans une histoire de la littérature populaire), à l’espace (que celui-ci soit fictionnel, comme le Gotham City de Batman, ou politique, comme les États-Unis d’Amérique) et à un « imaginaire collectif » (faisant que ces héros, pourtant soumis à toutes les variations, demeurent empreints d’une forme de permanence). Notons que cet appel à communication très complet n’aborde pas frontalement une piste que les directeurs d’ouvrages pourraient voir explorée : celle du mode de production de ces Comics, c’est-à-dire l’analyse des dispositifs économiques, juridiques ou des auteurs leur donnant naissance. La lecture de l’ouvrage de Jean-Paul Gabilliet (Des Comics et des hommes) pourrait ainsi donner quelques idées aux chercheurs qui ne trouveraient pas leur place dans un espace scientifique qu’il s’agira d’investir avant le 1er décembre prochain.

 

Mythologies du superhéros : physiologie, géographie, histoire

Ouvrage collectif dirigé par François Emmanuël Boucher (Collège militaire royal du Canada), Pascal Brissette (Université McGill), Sylvain David (Université Concordia) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

Date limite : 1er décembre 2011

Les superhéros, demi-dieux d’un monde sans Dieu, constituent collectivement une mythologie laïque qui se diffracte en sous-ensembles de mythologies au sens où l’entendait Roland Barthes. Mais qu’est-ce qui fait le superhéros? Son incapacité à rester tranquille quand les forces du mal se manifestent? Son costume qu’on voudrait parfois plus discret et moins moulant, et qui fait systématiquement converger les regards vers lui (ou vers elle)? En quoi le superhéros se signale-t-il comme tel et qu’est-ce qui le distingue du simple héros? Partant de l’affirmation d’Ernst Cassirer selon laquelle le mythe est «l’objectivation de l’expérience sociale de l’humanité», on pourra s’interroger sur la socialité de ces êtres d’irréalisme pur : comment, à quelles conditions et pourquoi est-il permis au lecteur ou au spectateur de s’identifier à un personnage dont les caractéristiques transcendent celle de l’humanité ordinaire? Cet ouvrage collectif se fixe comme premier objectif de répondre à ces questions à la lumière tant de l’histoire culturelle que de la sociocritique et de l’analyse du discours social.

Le superhéros est né dans une Amérique triomphante à la veille de la Seconde Guerre mondiale et, même s’il est largement associé au corpus bédéesque des maisons DC (Superman, Batman, Wonder Woman, Green Lantern, Flash) et Marvel (Spiderman, Fantastic Four, Hulk, X-Men), il a infiltré massivement les productions télévisuelles et cinématographiques des cinquante dernières années, et a su, en dépit (peut-être en raison) de l’apparente fixité de ses traits sémiotiques et de la minceur des scénarios auxquels il a souvent été intégré, se maintenir dans la faveur publique. Ce livre consacré à la mythologie du superhéros ne cherchera évidemment pas à pourfendre — ni d’ailleurs à défendre —, les productions culturelles de grande diffusion qui ont servi de véhicule au type du superhéros, mais à contribuer à une meilleure compréhension de ces personnages, de leurs conditions d’apparition et modes de diffusion.

3 axes de recherche :

Physiologie du superhéros. On sait que, au cours du premier xixe siècle, les physiologies, ces petits livres illustrés qui s’attachaient à décrire un phénomène du monde extérieur, se voulaient une méthode positive d’analyse des faits sociaux. Par sa survie durable dans l’imaginaire collectif, la mythologie du superhéros s’impose bien comme un phénomène social, quoique non référentiel, dont il sera pertinent de mettre en lumière la topique et les principales caractéristiques. Puisque tout superhéros qui s’implante dans l’imaginaire collectif atteint «une fixité emblématique qui le ren[d] facilement reconnaissable» (Umberto Eco), les contributions à ce collectif pourront aussi s’attacher à un seul personnage afin d’isoler les signes par lesquels il demeure le même au gré de ses divers avatars (littéraires, graphiques, télévisuels, cinématographiques).

Géographie du superhéros. On imagine sans peine le héros à la campagne, un peu ennuyé parfois, certes, et lorgnant souvent le chemin de la ville, mais on peut l’y situer et le forcer à y rester, le temps d’un roman, du moins. Peut-on faire de même avec le superhéros? Que ferait Spiderman sans les gratte-ciels de New York ou Batman en banlieue de Gotham City, loin du bruit, des journalistes et des foules? Le phénomène est-il généralisé? Clark Kent grandit à Smallville, au Kensas, mais c’est à Metropolis qu’il passe sa vie adulte. Un certain Actarus et son robot Goldarak, issus des Mangas japonais, cherchent à se faire oublier à la campagne, mais ils doivent systématiquement en sortir lorsque les forces de Vega envoient depuis l’espace les puissants Golgoth tuer les citadins et faire sauter les puits de pétrole (ou, encore, découvrir des super-métaux). Qu’indique ce rapport à l’espace (sans jeu de mot) du superhéros? En outre, comment les superhéros s’imposent-ils comme des héros «nationaux», qui condensent et amplifient les qualités présumées de leur nation d’appartenance (Wolverine, l’homme sauvage du Nord canadien; Captain America, protégé par un bouclier à l’effigie du drapeau américain)? Existe-t-il au contraire des superhéros internationaux, dont l’essence aurait partie liée à la citoyenneté du monde?

Histoire du superhéroïsme. On connaissait le héros épique, qui se livra sur les champs de bataille de Troie ou de Roncevaux à des carnages mémorables sous le regard approbateur des dieux; on connaissait également le héros romanesque évoluant dans un monde opaque, déserté par la transcendance (Lukács). Qu’est-ce qui laissait présager l’émergence du superhéros? L’un des axes de réflexion sera ce passage historique du personnage humain, quelquefois doué, voire intellectuellement surdoué (Sherlock Holmes, Rouletabille), parfois pourvu d’une force physique extraordinaire (Porthos, Jean Valjean), mais appartenant résolument à l’humanité, à un personnage de surhomme, transformé, transfiguré ou génétiquement modifié par la science et la technologie. Comment et à quel moment s’effectue cette transition? Quels en sont les moments clés? Sur quels facteurs historiques, culturels, discursifs, économiques, politiques ou sociologiques s’est-elle appuyée?

La publication de ce collectif se fera aux Presses Universitaires de Liège – Sciences humaines (PULg), dans la collection ACME. Les contributions soumises feront l’objet d’une évaluation par les pairs (« peer review »). La parution du recueil est prévue pour l’automne 2012.

Les propositions de textes, en français, doivent inclure un résumé de 400 mots, un titre, l’axe de recherche privilégié et les coordonnées de l’université et du département d’attache. Elles doivent parvenir à l’adresse suivante avant le 1er décembre 2011 : boucher-f@rmc.ca

Responsable : François-Emmanuël Boucher

Url de référence :
http://www.rmc.ca/aca/fs-ef/per/bou/index-fra.asp

Adresse : François-Emmanuël Boucher Directeur du Département d’études françaises Professeur agrégé Collège militaire royal du Canada CP 17000, Succ. Forces Kingston, Ontario (Canada) K7K 7B4 Tél. : (613) 541-6000 ext.6436 Courriel: boucher-f@rmc.ca

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : programme

Le programme du colloque « Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : tirer un trait/tisser des liens », aura lieu les 16, 17 et 18 novembre à l’université de Liège, est désormais disponible sur le site de l’ACME. Il semble bien mettre en évidence le caractère absolument protéiforme d’une notion d’indépendance que l’on peine décidément à définir précisément : se rencontrent en effet ici des réflexions ayant trait au monde du livre (et mobilisant des notions comme « autoédition », « édition sauvage » ou « commercialisation »…), relevant d’une approche esthétique de la bande dessinée (avec des réflexions sur le documentaire, l’autobiographie ou l’exposition…) ou interrogeant plus largement la valeur culturelle de ces œuvres (il sera ainsi question de « mainstream », d’ « underground » ou encore de bande dessinée libanaise)… Bref : la bande dessinée indépendante semble être ici pensée comme un espace de rencontre pour des axes de recherche fort différents et il y a tout lieu de penser que ces trois jours seront l’occasion de croisements on ne peut plus fructueux.

 

Programme ici.

Dates du colloque : 16-17-18 novembre.

Lieu : université de Liège.

Organisateurs : groupe ACME

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée historique : programme

Le programme du colloque « La bande dessinée historique » qui aura lieu à l’université de Pau du 23 au 26 novembre prochain est désormais en ligne. Même si l’événement porte un nom quelque peu ursupé (puisqu’il est consacré à la seule Antiquité et non à l’Histoire en son entier), il dispose toutefois d’un site Internet assez complet puisque, outre le déroulement chronologique de l’événement, celui-ci propose (en bas de page) un accès thématique. Si les enjeux commerciaux de la bande dessinée « historique » sont clairement laissés de côté, ses enjeux pédagogiques sont par contre particulièrement mis à l’honneur (avec pas moins de 8 propositions), et l’événement entend apparemment faire une large place à l’étude de la valeur documentaire du neuvième art : Jessica Fèvres-De Biran propose ainsi une intervention intitulée « La restitution infographique à la lumière de la bande dessinée historique », alors que Jean-Claude Golvin explorera peut-être dans « Restitution patrimoniale et BD » les tenants et aboutissants de ce passé devenu simulation. Notons enfin que les organisateurs ont pris le parti de proposer une ouverture spatiale puisqu’à Aurélien Pigeat proposant d’explorer des « imaginaires de l’Antiquité dans le manga. Entre mythes et mythologies », répond Harry Morgan (qui vient de publier un article sur Comicalités, revue que nous ne nous lassons pas de citer) avec « L’Antiquité mythique dans les Comics américains ».

 

Lieu : université de Pau

Dates: 23, 24, 25 et 26 novembre

Le programme du colloque est consultable ici.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bande dessinée et narration. Système de la bande dessinée 2


Bande dessinée et narration de Thierry Groensteen, publié en 2011 chez PUF, fait suite au Système de la bande dessinée du même auteur, paru en 1999 (et rebaptisé pour l’occasion Système 1). Il souligne la volonté de l’essayiste de poursuivre les réflexions qu’il avait développées alors au sujet des « fondements du langage de la bande dessinée » (p.1). Ce second volume se centre sur des questions d’ordre narratologique, déclinées en plusieurs chapitres qui suivent chacun un objet d’étude précis, tel, par exemple, la séquentialité (Chapitre 2), la mise en page (Chapitre 3), ou encore la notion de narrateur (Chapitre 5). L’ouvrage s’avère en cela très riche : tout d’abord par la manière dont il s’inscrit dans la continuité de Système 1 tout en développant de nouvelles théories, puis par les spécificités du corpus sur lequel il s’appuie.

La place de Bande dessinée et narration dans la théorie sur la bande dessinée

Système 2 part d’un premier constat, celui de la décennie qui s’est déroulée depuis la parution du premier tome et, par là, du parcours réalisé depuis, tant par la théorie de la bande dessinée que par la création. L’introduction de l’ouvrage consiste de fait en un état des lieux de la recherche à travers notamment les travaux de Thierry Smolderen, Jean-Christophe Menu, et Harry Morgan. L’auteur présente en parallèle les grands axes de recherche développés au cours de cette dernière décennie, comme le « rapport de la bande dessinée à l’Histoire et à la représentation de la société » (p.2) ou « les relations […] entre la bande dessinée et la littérature, le théâtre, le cinéma et la photographie. » (p.2) Ce rapide aperçu lui permet alors de justifier la démarche gouvernant son propre livre :

Alors que toutes ces formes d’investigation connaissent un certain essor, il me semble que la théorie sémiotique (au sens large), qui représente en quelque sorte pour la bande dessinée la recherche fondamentale, celle qui, analysant ses mécanismes constitutifs, ouvre sur une compréhension plus fine du média lui-même et de ses potentialités, […] a relativement peu progressé. (p.3)

C’est donc en toute logique que l’on retrouve l’angle d’approche qui avait déjà cours pour Système 1 : inspiré de la sémiotique, celui-ci relève de l’arthrologie, science de l’articulation, qui permet à l’auteur de s’appuyer sur son principe fondateur de « solidarité iconique » pour désigner les mécanismes spécifiques à la bande dessinée. De fait, Groensteen a recours aux notions qu’il avait alors élaborées, telles par exemple le dispositif spatio-topique (« l’espace tel que la bande dessinée se l’approprie et l’aménage.[1] ») ou le « multicadre » (défini comme « la réduction des images à leur cadre, c’est-à-dire à leur contour, et, spécialement, au trait qui le délimite.[2] »).

L’introduction de cet essai est à elle seule très intéressante en ce qu’elle permet à Groensteen d’exposer très clairement les gains de sa démarche au sein d’un ensemble théorique de plus en plus important. Elle reflète la cohérence et la solidité de son discours que l’on retrouve également dans le sommaire très détaillé de l’ouvrage, ainsi que dans les renvois très précis, dans le corps du texte, à d’autres passages ou livres.

La question du corpus : considérer la bande dessinée depuis ses frontières

Mais c’est également dans la manière dont il se démarque de Système 1 que ce nouvel essai trouve l’un de ses plus grands intérêts. En effet, sa particularité est de se fonder sur un corpus spécifique, alimenté essentiellement par des bandes dessinées contemporaines issues aussi bien de la création franco-belge, qu’américaine ou japonaise : « Narration et bande dessinée se veut beaucoup plus en prise avec les évolutions récentes du média [que Système 1]. […] Il cherche à mettre la théorie le plus possible en phase avec les évolutions modernes de la bande dessinée sur le plan esthétique. » (pp.3-4) L’index des auteurs mentionnés est en cela très révélateur puisque des artistes « classiques », tels Hergé ou McCay, y côtoient des créateurs plus récents comme Chris Ware, Joe Matt ou Marc-Antoine Mathieu. La démarche, ainsi exposée, met alors en évidence la manière dont l’essayiste puise dans la création contemporaine pour développer une nouvelle poétique de la bande dessinée.

Partant, ce corpus permet d’interroger les spécificités de la bande dessinée contemporaine, spécificités dont le caractère novateur élargit le champ définitionnel de la bande dessinée établi dans Système 1. Groensteen relève ainsi dans la production contemporaine plusieurs formes frontalières à partir desquelles il va fonder ses nouvelles théories, telles le genre autobiographique ou la bande dessinée abstraite. La conception de cette dernière, notamment, exemplifie la démarche générale de l’auteur, puisqu’« elle oblige à reproblématiser la définition même de la bande dessinée » (p.9). Son étude se consacre à deux paradigmes : une bande dessinée composée de dessins non figuratifs et une autre aux représentations explicites, mais dont la relation entre les cases n’est pas forcément fondée sur la cohérence, sollicitant davantage le lecteur pour en retirer du sens. En cela, la bande dessinée abstraite est proche d’une autre forme que Groensteen relève par la suite, la bande dessinée poétique, dont « les images sont « liées par un système de correspondances iconiques, plastiques, ou sémantiques », qui ne sont pas directement de l’ordre de la causalité, pas gouvernées par la logique de l’action ou la tyrannie de l’intrigue. » (p.33) Autant d’œuvres qui permettent de démontrer comment la bande dessinée peut produire du sens même quand elle n’est pas soumise à un régime narratif explicite.

En plus de s’intéresser à la bande dessinée dans ses formes expérimentales, l’auteur se penche également sur des supports qui lui sont proches, tels l’album pour enfant et la bande dessinée numérique, de manière à la « réinterroger […] depuis ses marges ou ses frontières. » (p.53) Ainsi, par exemple, aux « configurations plus libres » de l’album pour enfant (p.57) répond le système normé de la bande dessinée. A travers l’exemple d’Anne Herbauts, à la fois auteur de livres pour la jeunesse et de bandes dessinées poétiques, Groensteen examine les mouvements parallèles de ces deux supports, ainsi que leurs interactions possibles, par l’introduction du jeu dans le dispositif spatio-topique, « quelque peu mécanique et normatif », de la bande dessinée (p.59). Concernant la bande dessinée numérique, Groensteen discute notamment les notions d’immersion et d’interactivité qu’on a tendance à lui prêter (lui sont-elles vraiment spécifiques ?) et annonce par là l’effet d’une nouvelle culture qu’elle semble potentiellement représenter.

C’est donc à partir de ce vaste corpus que l’auteur réenvisage sa conception de la bande dessinée, en fonction des formes que celle-ci peut prendre désormais et qui invitent à enrichir les dispositifs dégagés jusque-là par la théorie.

La narration en bande dessinée

L’approche de Groensteen est d’autant plus singulière que c’est par le recours à la bande dessinée dans ce qu’elle a de plus expérimental qu’il met à jour les théories développées jusque-là sur la narration en bande dessiné. Et de fait, celle-ci est mise en avant dès le titre de l’ouvrage et est sans cesse interrogée par la suite dans ses multiples aspects, lui conférant le rôle de fil conducteur. Les réflexions de Groensteen étant trop nombreuses pour être toutes nommées, on ne peut ici qu’en signaler certaines qui paraissent particulièrement riches en perspectives.

Par exemple, partant d’une description dans Système 1 de l’image de bande dessinée comme « énonçable » à convertir en énoncé, c’est-à-dire à relier à l’ensemble du dispositif dont elle fait partie, Groensteen en distingue trois nouveaux types  : « J’appellerai désormais ce qui est à voir le montré ; et je voudrais suggérer que la complexité (relative) du langage de la bande dessinée tient à ceci, que ce qui est à lire doit être pensé tantôt en terme d’advenu, tantôt en terme de signifié. » (p.36) Ainsi, l’advenu fait sens dans la nature elliptique de la bande dessinée, permettant de rattacher une vignette, le montré, à celles la précédant :

La notion d’advenu ne prend son sens que si le temps a passé. Nous sommes déportés vers la suite des événements, et il nous faut raccrocher cette suite à ce qui a été lu précédemment ; […] l’opération de lecture consiste à inférer, à partir de ce que nous voyons, quel(s) phénomène(s) est (sont) advenu(s). (p.37)

Le signifié répond à une même logique si ce n’est que ce qui est montré ne correspond pas à un nouveau moment chronologique de la narration, mais à un autre état ontologique, comme le rêve ou l’hallucination. Prenant l’exemple d’une planche de Jimmy Corrigan de Chris Ware, Groensteen souligne comment d’une vignette à l’autre, on peut passer d’un état réel à un état fantasmé. Le signifié reflète ainsi un lien entre les cases autre que temporel, davantage de l’ordre de l’évocation : « Le blanc qui sépare [les images] est ici le lieu, non d’une articulation temporelle et causale, mais d’une conversion idéelle. […] Le montré ne sert pas à montrer ce qui est advenu mais bien ce qui est signifié. » (p.39)

La distinction entre l’advenu et le signifié lui permet alors de s’attacher aux perturbations volontaires occasionnées par le passage de l’un à l’autre et sur lesquelles joue une partie de la bande dessinée contemporaine, davantage poétique que narrative : « Elle se reconnaît précisément à ceci que la catégorie de l’advenu ne permet plus de rendre compte de ce qui se passe. L’« acte délibéré » de la lecture passe alors par un travail d’interprétation sous la catégorie du signifié. » (p.40)

Au même titre, l’essayiste s’intéresse à la représentation du narrateur en bande dessinée, divisé selon lui en trois instances : le « narrateur fondamental », responsable de l’enchaînement des séquences, s’accompagne en effet d’un « monstrateur » sur le plan iconique et d’un « récitant » sur le plan textuel. Le choix du terme « monstrateur » se justifie en ce que la monstration « fait ressortir le fait que ce qui est vu résulte d’un montré et donc d’une décision d’ordre énonciatif. » (p.93) Le récitant, quant à lui, est responsable de la narration textuelle des cadres récitatifs. L’intérêt de ces trois instances est la manière dont elles dialoguent entre elles dans l’ensemble de la narration, chacune d’elles ayant une posture par rapport au récit, en retrait ou interventionniste, neutre ou impliqué, loyal ou trompeur (p.101). Leur distinction permet alors de relever dans leurs rapports des effets de concordance ou de dissonance. Groensteen en examine notamment les jeux ironiques pour le cas de récits à la première personne, à travers l’exemple de décalage « entre telle assertion verbale et telle image corrélée et cependant porteuse d’une autre évidence. » (p.116)

Si l’on s’est attaché à deux éléments spécifiques de l’ouvrage, d’autres ont également leur importance. On notera par exemple des études sur la bande dessinée autobiographique et sur les narrations à la première personne, prise en charge par ce que Groensteen appelle le « narrateur actorialisé » (p.106), ou encore sur un phénomène de plus en plus récurrent, la polygraphie, qui permet d’envisager « la bande dessiné comme patchwork de styles hétérogènes » (p.125), à l’image, par exemple, d’Asterios Polyp de Mazzuchelli.

Bande dessinée et narration : des angles d’approche complémentaires

Bande dessinée et narration est donc un ouvrage qui pourra servir à tous chercheurs sur la bande dessinée, d’autant plus que la plupart des planches sur lesquelles il s’appuie y sont reproduites. Si les chapitres sont relativement autonomes, une lecture de l’ensemble fait mieux voir les spécificités de la narration en bande dessinée, de la production traditionnelle à ses formes plus marginales.

L’étude de la narration reflète de plus la complémentarité des différents angles d’approche adoptés dans l’ouvrage, principalement la narratologie et l’étude culturelle. Ainsi, le dernier chapitre se consacre à la critique d’expositions confrontant art contemporain et bande dessinée et à l’erreur de vouloir comparer « deux « mondes de l’art » différents » (p.194), alors que chacun a une vocation propre. En effet, l’une des spécificités de la bande dessinée est le récit qu’elle porte en elle. Or, la mettre en rapport avec l’art contemporain, en faisant primer une image sur sa séquence, reviendrait à nier cette caractéristique. De fait, la question de la narration se retrouve même lorsque la bande dessinée est abordée sous un angle culturel, servant de point d’appui pour contrer une tendance de plus en plus accrue à faire de ce média un genre de l’art contemporain : « […] Dans la bande dessinée, le dessin ne se déploie pas souverainement et n’y poursuit pas ses propres fins, puisqu’il est inféodé à un dessein supérieur, assujetti à un projet narratif, à une forme ou une autre de récit. » (p.192)

Cet ouvrage permet donc de montrer en quoi, au-delà des discours que l’on peut développer à son sujet, la narration en bande dessinée est primordiale. Elle permet de souligner non seulement les spécificités de ce support, mais aussi la complémentarité des différents champs d’investigation, narratologique ou culturelle, lorsqu’ils examinent son cas.

 

Référence

Thierry Groensteen, Bande dessinée et narration. Système de la bande dessinée 2. Paris : PUF, coll. « Formes sémiotiques », 2011. ISBN 9782130584872.

 


[1] In Système de la bande dessiné [Système I], 1999, PUF, p.27

[2] Ibid, p.31