Rocky Mountain Conference on Comics and Graphic Novels

La Denver Comic Con investira les 13 et 15 juin 2010 le Colorado Convention Center pour proposer un nouvel événement : la Rocky Mountain Conference on Comics and Graphic Novels. À en croire le texte que nous reproduisons ci-dessous, cette manifestation entend avant tout favoriser l’essor de la bande dessinée en tant qu’objet de recherche et d’enseignement. Même si tous les types de propositions sont apparemment les bienvenues, gageons que celles qui entendent appréhender le neuvième art en terme de transmission seront au centre des débats.

 

Rocky Mountain Conference on Comics and Graphic Novels, June 13-15, 2012, is a new literary conference devoted solely to the scholarly study and teaching of the sequential arts. What sets this conference apart from others is its unique mission to combine an educational classroom initiative with the benefits of theoretical and critical discourse. RMCCGN is being held in conjunction with the newly-emerging Denver Comic Con at the top-rated Colorado Convention Center, June 15-17 2012. All profits from both events directly benefit Comic Book Classroom, a nonprofit free after-school program for children, whose focus is raising literacy through comic books and graphic storytelling.

The conference is designed to bring together a wide range of theoretical, pedagogical, and disciplinary perspectives, and is open to both undergraduate and graduate students, as well as academic, independent, and fan scholars. Any topics in the field of comics and graphic novels are welcome.

We seek proposals of 200-300 words for talks of 15-20 minutes in length and should be sent along with a brief, 100-word biography to Christina Angel. Deadline for submission is January 15, 2012 and notification of acceptance or rejection will be emailed by or before March 1, 2012.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’engendrement des images, colloque 3-5 octobre, Lyon

L’ENS de Lyon organise en octobre un colloque consacré aux processus d’engendrement des images. Croisant regards de chercheurs reconnus dans le champ de la bande dessinée (Thierry Smolderen, Thierry Groensteen, Björn-Olav Dozo, Laurence Grove…), de chercheurs nouveaux venus sur ce terrain (Henri Garric), de jeunes chercheurs (élèves à l’ENS) mais aussi de créateurs aussi intéressants que Benoît Peeters ou Marc-Antoine Mathieu, dont on sait à quel point leur pratique est traversée par les questionnements théoriques. Le colloque accueillera également l’intervention de Camille Baurin, membre du comité de rédaction des Carnets.

En voici ci-dessous le programme :

L’engendrement des images

Colloque international sur la bande dessinée

ENS de Lyon
Amphithéâtre Descartes
3 au 5 octobre 2011

La bande des­si­née est long­temps restée en situa­tion mar­gi­nale, tout à la fois dans les domai­nes de l’édition, de l’ensei­gne­ment et de la recher­che. Ce n’est plus aujourd’hui le cas : la bande des­si­née est main­te­nant reconnue comme un art à part entière. Les éditeurs de bande des­si­née ont créé, depuis vingt ans, des col­lec­tions de qua­lité (Aire Libre, chez Dupuis, Shampoing, chez Delcourt, Poisson Pilote chez Dargaud, etc.), accueillant des albums remar­qua­bles et reconnus par la cri­ti­que ; ils accor­dent par ailleurs de plus en plus de place à la tra­di­tion, avec de nom­breu­ses réé­di­tions patri­mo­nia­les, per­met­tant ainsi une meilleure connais­sance des filia­tions artis­ti­ques (tra­vail notam­ment accom­pli par les éditions Futuropolis). Pour ce qui est de l’ensei­gne­ment, les pro­gram­mes du secondaire font une place de plus en plus impor­tante aux bandes des­si­nées, notam­ment dans le cadre de l’appren­tis­sage de l’ana­lyse du récit. Enfin, la recher­che s’est empa­rée de cet objet, pro­po­sant de nou­vel­les théo­ries sti­mu­lan­tes et des ana­ly­ses pré­ci­ses de la tra­di­tion « bédéi­que ». Elle impli­que aujourd’hui de plus en plus de cher­cheurs uni­ver­si­tai­res. Avec le col­lo­que « L’engen­dre­ment des images » nous pro­po­sons de pren­dre acte de cette évolution en organisant à l’ENS de Lyon un grand événement cultu­rel et scien­ti­fi­que autour de la bande des­si­née, un des pre­miers dans l’uni­ver­sité fran­çaise.

1) Un événement cultu­rel.

Le col­lo­que pro­pre­ment dit sera accom­pa­gné de plu­sieurs mani­fes­ta­tions des­ti­nées à animer la vie cultu­relle de l’ENS au cours du mois d’octo­bre. Une expo­si­tion consa­crée à l’oeuvre de Rodolphe Töpffer sera orga­ni­sée dans la gale­rie « La Librairie ». Des repro­duc­tions de Les Amours de Mr. Vieux-Bois, album d’ « his­toi­res en estampe » consi­déré comme une des pre­miè­res bandes des­si­nées, seront accom­pa­gnées de pan­neaux pré­sen­tant les enjeux essen­tiels de l’oeuvre de Töpffer. Accompagnant le col­lo­que pro­pre­ment dit, une table-ronde aura lieu, ras­sem­blant des auteurs de bande des­si­née contem­po­rains (Boulet, Thomas Cadène, Jean-Paul Krassinsky, Benjamin Lacombe, Marc-Antoine Mathieu) dont les oeuvres auront été évoqués dans les dis­cus­sions.

2) Un événement scien­ti­fi­que excep­tion­nel.

Le point de vue choisi se veut réso­lu­ment lié aux carac­té­ris­ti­ques pro­pres de la bande des­si­née : il ne s’agira pas de pro­po­ser une jus­ti­fi­ca­tion « lit­té­raire » ou socio­lo­gi­que. C’est pour­quoi nous avons pro­posé aux inter­ve­nants de réflé­chir sur la ques­tion de l’ « engen­dre­ment des images », ques­tion qui se prête tout à la fois à une réflexion géné­ti­que, esthé­ti­que et sémio­ti­que et qui permet d’inter­ro­ger aussi bien la tra­di­tion de la bande des­si­née dans ses com­men­ce­ments au XIXe siècle, son évolution tout au long du XXe siècle, que la pro­duc­tion contem­po­raine. Interviendront Benoît Peeters, grand spé­cia­liste de la bande des­si­née avec Case, plan­che, récit, scé­na­riste des Cités obs­cu­res et auteur récent de la pre­mière bio­gra­phie de Jacques Derrida ; Thierry Groensteen, ancien direc­teur de la Cité inter­na­tio­nale de la bande des­si­née, auteur à ce jour d’ouvra­ges qui sont des clas­si­ques, consa­crés non seu­le­ment à l’ana­lyse sémio­ti­que de la bande des­si­née (Le sys­tème de la bande des­si­née), aux auteurs récents (Tardi, En chemin avec Baudoin), mais aussi au recen­se­ment patri­mo­nial (Krazy Herriman, Les Années Caran d’Ache) ; Thierry Smolderen, ensei­gnant à l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image à Angoulême, auteur remar­qué de Naissances de la bande des­si­née, qui replace la nais­sance de la bande des­si­née dans le contexte des tra­di­tions ico­no­gra­phi­ques clas­si­ques et du roman­tisme nais­sant ; Laurent Dubreuil, pro­fes­seur à l’Université de Cornell, spé­cia­liste de lit­té­ra­ture fran­çaise et auteur de plu­sieurs tra­vaux sur la bande des­si­née ; Laurence Grove, direc­teur du centre des études fran­çai­ses à l’Université de Glasgow, spé­cia­liste des emblè­mes en lit­té­ra­ture et auteur d’un ouvrage consa­cré à la bande des­si­née fran­çaise (Comics in French : the European Bande des­si­née). Cependant, notre col­lo­que ne s’appuiera pas uni­que­ment sur des spé­cia­lis­tes renom­més et déjà reconnus. Nous tenions à asso­cier de la façon la plus étroite des étudiants et anciens élèves de l’ENS à cet événement. Les mas­ters et thèses por­tant sur la bande des­si­née se sont en effet mul­ti­pliés ces der­niè­res années et nous pen­sons que l’asso­cia­tion entre cher­cheurs reconnus et jeunes cher­cheurs contri­bue de façon par­ti­cu­liè­re­ment effi­cace à la créa­tion scien­ti­fi­que, notam­ment dans un domaine que l’uni­ver­sité s’appro­prie depuis peu. Cinq élèves ou anciens élèves inter­vie­ndront, per­met­tant ainsi une imbri­ca­tion directe du col­lo­que dans le sol de l’Ecole.

Lundi 3 octobre 2011

Accueil
9 h : Ouverture du colloque
9 h 15 : Présentation par Eric Dayre, directeur du CERCC (ENS de Lyon)

Processus créateurs de l’image
Président de séance : Henri Garric (ENS de Lyon)

9 h 30 : Benoît Peeters :
« Le scénariste et l’engendrement des images : quelques paradoxes »

10 h 15 : Sergio Garcia Sanchez (Ecole des Beaux-Arts de Grenade)
« Histoire d’une page : processus créatif en bande dessinée »

11 h 15 : Didier Ottaviani (ENS de Lyon)
« Temporalités et engendrement des images »

Réflexion des images dans le domaine anglo-saxon
Président de séance : Thierry Groensteen (EESI d’Angoulême)

14 h : Camille Baurin (Université de Poitiers) : « Le déploiement de l’image dans l’oeuvre d’Alan Moore : engendrement, métalepse et réflexivité »

14 h 45 : Laurent Dubreuil (University of Cornell) : « Auto-présentation, auto-engendrement : Krazy Kat, Asterios Polyp, etc. »

16 h 00 : Denis Mellier (Université de Poitiers) : « Fiction générale et engendrement intermédial : le cas du Steampunk »

21 h : Projection du film de Stephen Frears, Tamara Drewe au Théâtre Kantor.

Mardi 4 octobre 2011
Au coeur des albums (1) : le mouvement des images

Président: Denis Mellier (Université de Poitiers)

9h : Marion Rostam (ENS de Lyon) :
« Naissance d’un imaginaire graphique dans L’Ascension du Haut-Mal de David B. »

9 h 45 : Björn-Olav Dozo (Université de Liège) :
« L’engendrement narratif par contamination de cases juxtaposées chez Trondheim »

10 h 45 : Marion Lejeune (ENS de Lyon) :
« La reprise des dessins dans les bandes dessinées sans paroles »

11 h 30 : Thierry Groensteen (EESI d’Angoulême) :
« La Cage de Vaughn-James et ses avatars contemporains »

Au coeur de l’album (2) : de la planche au récit
Président : Thierry Smolderen (EESI d’Angoulême)

14 h : Laurence Grove (Université de Glasgow) : « Le récit en une planche du Moyen Âge à l’OUBAPO »

14 h 45 : Morgane Parisi (EESI d’Angoulême) : « Engendrement et genèse : l’élaboration d’un album de bande dessinée »

15 h 30 : Table-ronde : « Comment engendrer les images ? » (avec Boulet, Thomas Cadène, Jean-Paul Krassinsky, Benjamin Lacombe, Marc-Antoine Mathieu)

18 h 30 : Inauguration de l’exposition « Töpffer » dans la Galerie « La Librairie » (Forum)

 

Mercredi 5 octobre 2011
Album, Blogs, feuilletons : les diverses formes de l’engendrement

Président de séance : Didier Ottaviani (ENS de Lyon)

9 h : Henri Garric (ENS de Lyon) :
« Engendrement du gag : mécanisme et souplesse du corps dessiné »

10 h : Elsa Caboche (ENS de Lyon) :
« Narration en images dans les blogs BD : modes d’expression, spécificités, expérimentations »

11 h : Thierry Smolderen (EESI d’Angoulême) :
« Milton Caniff : l’engendrement de l’image comme attracteur feuilletonesque »

Conclusion : Henri Garric et Didier Ottaviani

Masculinity in superhero comic books and films

Derek McGrath, de l’université Stony Brooks (New York, USA), lance un appel à communication intitulé : « Masculinity in Superhero Comic Book and film ». Constituant l’ossature de l’une des sessions de la convention organisée par la Northeast Modern Langage Association, cette proposition entend interroger le « mâle superhéros » (notre traduction, et nous optons pour du littéral), et ce à une très large échelle puisque sont évoqués la bande dessinée, le cinéma, les pièces de théâtre et toutes les productions culturelles. Il s’agira d’aborder ce vaste champ selon un angle : celui de « la subversion des archétypes masculins ». Même si cette notion n’est pas clairement définie, gageons que l’étude de nombreuses œuvres contemporaines pourrait rentrer dans ce cadre : la série des Boys de Garth Ennis et Darick Robertson met en scène des héros on ne peut plus immoraux et à l’apparence parfois étonnante, tandis que le travail de Mark Millar (Wanted) se focalise sur un « M. tout le monde » se découvrant des superpouvoirs dont il ne sait trop que faire. Il s’agira de compléter cette liste avant le 30 septembre prochain.

Masculinity in superhero comic books and films

Northeast Modern Language Association (NeMLA)

March 15 to 18, 2012

Rochester, New York

With comic books becoming more mainstream, thanks to numerous summer blockbuster films focusing on superheroes—2011 bringing audiences Super, Thor, The Green Hornet, Captain America, X-Men: First Class, and Green Lantern—this session welcomes all papers looking at ongoing portrayals of masculinity in works of popular culture that focus on male superheroes. Possible topics include but are not limited to adherence or subversion of masculine archetypes in superhero comic books, graphic novels, films, plays, and other works in popular culture.

Please include with your abstract the following: Name, affiliation, email address, and A/V requirements if any ($10 handling fee with registration).

Interested participants may submit abstracts to more than one NeMLA session; however, panelists may only present one paper (panel or seminar). Convention participants may present a paper at a panel and also present at a creative session or participate in a roundtable. For more information, visit the NEMLA online at http://www.nemla.org/convention/2012/cfp.html.

Submit 250- to 500-word proposals to Derek McGrath (derek.mcgrath@stonybrook.edu).

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les révolutions de l’animation

Vanessa Besand et Victor-Arthur Piégay du Centre Pluridisciplinaire Texte et Culture (CPTC) de l’université de Bourgogne lancent un appel à communication intitulé : « Les révolutions de l’animation à l’ère postmoderne ». Ce dernier adjectif fait ici référence à une période précise : celle qui suit 1988 et l’apparition des dessins animés japonais. C’est bien une animation en « révolution », qui est présentée ici comme n’étant plus forcément liée à l’enfance et ne constituant pas un produit de divertissement, que les organisateurs proposent aux chercheurs d’étudier à travers trois axes d’étude (technique, culturel et sociologique pourrions nous résumer en faisant remarquer que l’axe « transmédiatique » semble laissé de côté). La date limite de réponse est fixée au 15 octobre prochain.

 

Les révolutions de l’animation à l’ère postmoderne

(de la fin des années 80 à nos jours)

Colloque organisé par le CPTC

Université de Bourgogne, Dijon

16 et 17 février 2012

Depuis quelques années, le film d’animation semble être devenu un genre à part entière ; un genre non plus cantonné à la sphère enfantine, mais s’adressant désormais à tous les publics. La multiplication des réalisations et des sorties en salle, comme le succès de ces films, prouve cette émulation nouvelle. Le film d’animation semble même avoir conquis sa dignité et sa respectabilité puisqu’un Oscar dans cette catégorie est désormais attribué à Hollywood depuis 2002, signe de la spécificité du genre de l’animation par rapport aux autres réalisations filmiques.

Mais quelle date assigner à ce passage du dessin animé à l’âge adulte ? En convoquant les grands succès de la dernière décennie – les longs-métrages des studios Pixar, la tétralogie Shrek ou les films de Hayao Miyazaki – nous pourrions être tentés de voir une coïncidence entre la maturité du film d’animation et le tournant des XXe et XXIe siècles. Mais il semble que les bouleversements à l’intérieur du genre se soient produits plus tôt encore, principalement dans les productions américaines et nippones. Or ces changements ne semblent pas tant renvoyer au domaine technique qu’à une double innovation : la transposition dans le medium qu’est le dessin animé du film de genre, mais aussi l’élargissement massif du public visé par ces productions.

L’année 1988 voit ainsi la sortie de deux longs-métrages fondateurs de l’animation postmoderne : Qui veut la peau de Roger Rabbit réalisé par Robert Zemeckis et Akira de Katsuhiro Ōtomo. Le premier vise un public élargi par rapport aux productions habituelles de Disney : il multiplie les niveaux de lecture en (se) jouant de multiples références culturelles et en proposant une brillante relecture parodique du film noir. Le second permet quant à lui au dessin-animé d’investir le genre de la science-fiction avec un ton résolument adulte qui ouvrira la voie à des réalisateurs nippons désormais bien connus des amateurs d’animation japonaise autant que du grand public : Mamoru Oshii (Ghost in the Shell), Hayao Miyazaki (Princesse Mononoke, Le Voyage de Chihiro) ou feu-Satoshi Kon (Perfect Blue, Paprika).

Ces deux grandes réussites artistiques nous semblent pouvoir marquer symboliquement le commencement d’un cinéma d’animation mature et adulte. Sans constituer une limite rigide, l’année 1988 sera ainsi considérée comme commencement de la période étudiée et les communications ne devront pas excéder trop largement en amont cette date symbolique. Cela nous semble d’autant plus important que la fin des années 1980 illustre aussi l’explosion de l’animation sérielle. Certaines séries animées deviennent en effet de véritables phénomènes de société à l’instar des Simpson ou des programmes nippons massivement diffusés par le Club Dorothée lesquelles participent, qu’on le veuille ou non, de l’évolution et de la révolution de l’animation depuis la fin des années 80 et pourront parfaitement trouver leur place dans ce colloque, comme d’autres productions américaines qui, suivant le modèle des Simpson, s’adressent à un très large public : Beavis and Butt-Head, Daria ou, plus récemment, South Park.

Dans cette perspective, nous voudrions vous suggérer ici quelques pistes de réflexion destinées à mettre en lumière la généricité bien spécifique de l’animation et son lien à la postmodernité :

– La question de la technique et du progrès technologique :

L’animation devenue genre à part entière se décline sous différentes formes liées à la créativité de chacun et à la diversité des supports employés : certains demeurent attachés au dessin traditionnel (Sylvain Chomet) quand d’autres lui préfèrent les images de synthèse (tous les films des studios Pixar) ou d’autres encore, la pâte à modeler (Nick Park avec Wallace et Gromit ou Adam Elliot avec le mélancolique Mary and Max). Cette question de la diversité des supports dans l’animation contemporaine pose indiscutablement celle de la place des nouvelles technologies dans les films d’animation. L’animation ne peut en effet se penser sans la technique. En ce sens, elle invite, depuis les années 80, à une réflexion sur les progrès de la technologie et corrélativement, sur ses pouvoirs et ses dangers. Le problème de la virtualité est de plus en plus au centre de films d’animation qui cherchent à copier la réalité et à lui faire ainsi concurrence. Des films comme Mary Poppins (1963) ou Peter et Elliot le dragon (1977) repoussaient déjà les limites techniques du film d’animation en faisant cohabiter acteurs de chair et personnages animés. Mais aujourd’hui, la problématique n’est plus de cet ordre. Le but s’est déplacé de la virtuosité technique à l’illusion de réalité et à la volonté de faire concurrence, grâce à des personnages de plus en plus anthropomorphes, aux acteurs réels. Sur ce point, l’adaptation animée du jeu vidéo Final Fantasy (2001) est révélatrice, de même que la tentative de création de personnages animés empruntant leurs traits à des acteurs réels (Tom Hanks dans Le Pôle Express de Robert Zemeckis).

– La question de la réécriture, de la parodie et du décalage :

Nous aimerions aussi interroger durant ce colloque la place accordée à la réécriture dans l’animation postmoderne. Une telle perspective impose tout naturellement une réflexion sur la tradition du film d’animation et sur son traitement actuel. Le cas Disney semble sur ce point extrêmement révélateur. Loin de se cantonner à la féérie d’antan, l’animation américaine a récemment tenté de se détacher de la fiction pour enfants, qui mettait en scène princes et princesses avec solennité et candeur. L’évolution sociale et artistique a en effet imposé de nouveaux modèles de représentation qui consistent en une reprise parodique et détournée de la féérie traditionnelle. Bien que toujours inspirés de contes de fées, les nouveaux films des studios Dreamworks (la série des Shrek) ou Disney (Raiponce) jouent volontairement du choc entre les époques en présentant des couples issus du hors-temps du conte et faisant preuve d’une modernité à toute épreuve. Les princesses, désormais maîtresses-femmes, s’y révèlent tout aussi actives que leur prince et non plus cantonnées à la passivité.

Toutefois, la question de la réécriture et de la parodie ne se limite pas au film féérique. Wall-E par exemple n’hésite pas à réécrire explicitement et avec beaucoup d’humour le 2001: A Space Odyssey de Stanley Kubrick. Ce principe de réécriture permanente mérite donc d’être interrogé très largement. Il peut concerner la tradition de l’animation, mais aussi d’autres formes de traditions artistiques, telles que le cinéma dans son ensemble ou la littérature, à partir du moment où ces formes mettent en jeu une réflexion sur le mouvement postmoderne et sur ses principes de reprise décalée ou parodique. C’est la notion d’ironie propre à la postmodernité, telle qu’elle est mentionnée et analysée par divers théoriciens (Umberto Eco, Ihab Hassan), qui se profile ici et gagnera à être étudiée.

– La question du rapport de l’animation postmoderne à l’Histoire, à la société et à l’idéologie :

Les récents Persepolis de Marjane Satrapi (2007) et Valse avec Bachir de Ari Folman (2008), qui tissent des liens avec le monde contemporain, ont montré à quel point l’animation pouvait être en prise avec l’actualité et l’Histoire. Grâce à différents outils techniques et esthétiques, le film d’animation cherche désormais à dire le monde qui l’entoure et/ou à véhiculer un message politique, idéologique ou social. Les films de Miyazaki ont ainsi tous trait à des questions d’ordre écologique qui sont en résonnance directe avec les préoccupations internationales contemporaines.

Mais l’intérêt pour nous dans ce colloque serait, non de nous interroger sur le pur traitement thématique d’une donnée idéologique ou historique, mais bien de montrer en quoi la forme animée se présente comme un vecteur opérant dans ce domaine. Il serait ainsi intéressant de se demander pourquoi Ari Folman a choisi l’animation dans Valse avec Bachir et pourquoi celle-ci lui a semblé plus pertinente qu’un film à acteurs pour évoquer les massacres des camps de Sabra et Chatila en 1982.

Ces trois axes, qui pourront donner lieu à des propositions très diverses, ne sont naturellement pas exhaustifs. Des propositions portant sur la question de la mondialisation, sur le tiraillement entre spécificité(s) (d’un pays, d’un auteur) et uniformisation, sur la frontière entre art et entertainment dans l’univers de l’animation (en raison du poids des studios et des sociétés de production) et par conséquent, sur le lien entre postmodernité et marchandisation de l’art seront aussi les bienvenues.

Les propositions de communication, de 500 mots maximum et accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique (nom, discipline, affiliation, domaine(s) de recherche), sont à envoyer à Vanessa Besand et Victor-Arthur Piégay à l’adresse colloque.animation@gmail.com avant le 15 octobre 2011.

Responsable : Vanessa Besand et Victor-Arthur Piégay

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les narrations fantastiques et le monde naturel

Elisa Segnini et Vittorio Frigerio (directeur de la revue Belphegor et membre du comité de lecture de Comicalités) lancent un appel à communication pour un colloque organisé les 27 et 28 avril 2011 à l’université Dalhousie (Canada) : « Les narrations fantastiques et le monde naturel ». Cet appel à communication intéresse au premier chef les chercheurs travaillant sur la bande dessinée et les invite à reconsidérer un ensemble d’œuvres à l’aune d’une proposition (« La littérature fantastique a toujours entretenu une étroite relation avec le monde naturel »). Force est de constater que le neuvième art regorge d’exemples susceptibles d’étayer semblable affirmation et de mettre en évidence les ressorts de ce genre littéraire : pensons par exemple au remarquable (et malheureusement trop souvent méconnu) travail de Comes (et notamment à La Belette ou Iris dans lesquelles la nature semble transcender toute forme de raison) ou encore à l’entêtante œuvre de Stéphane Blanquet (une Vénéneuse aux deux éperons où masques d’animaux et autres insectes ne sont que déguisements pour une fort vile humanité). Nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter cette liste (Tardi avec Adèle Blanc Sec, Charles Burns avec Black Hole…) avant le 30 septembre prochain, date limite de l’appel à communication.

 

Les narrations fantastiques et le monde naturel

La littérature fantastique a toujours entretenu une étroite relation avec le monde naturel. Pour que s’affichent leur spécificité, les événements contre nature ou surnaturels nécessitent un arrière-plan contre lequel se dessiner. Dans son étude consacrée à l’inquiétante étrangeté, Freud remarquait que le mot allemand unheimlich est à la fois un antonyme et un synonyme de heimlich, un terme évoquant le bien-être et la familiarité, mais également le secret et la dissimulation. Le surnaturel ne peut émerger que du naturel, et c’est ce qui est beau, attrayant et sublime, qui se transforme le mieux d’inquiétantes forces, créant ainsi le lieu de l’incertitude que Todorov identifie comme étant la caractéristique déterminante du fantastique.

L’Histoire naturelle de Pline illustrait déjà les particularités du monde animal et végétal à l’aide de légendes et d’histoires où se mêlent savoir et mystères, où s’allient l’étude scientifique et la recherche de l’inexplicable. Alors que le recours au surnaturel est une stratégie courante pour expliquer le naturel, ce dernier sous-tend notre compréhension et notre représentation de ce qui se trouve au-delà de ses limites. Lors de sa descente aux enfers, Dante parcourt différents paysages peuplés d’être hybrides, et caractérisés par leurs infractions aux lois naturelles ; néanmoins, le Paradis terrestre y est simplement comparé à la forêt de pins aux abords de Ravenne. Dans Macbeth, quand Birnam Wood parvient à Dunsinane, le fantastique n’y est qu’un bref éclair, car aussitôt la réalité est rétablie par l’explication rationnelle. Quand, dans Le Seigneur des Anneaux, les Ents de Fangorn attaquent Isengard, la signification même de la réalité est mise en doute.

Tout comme la flore, la faune est loisible de dépasser sa représentation traditionnelle en force étrangère à maîtriser, de se métamorphoser et d’inspirer quelques déconcertantes identifications. La pseudo-science de la physiognomonie (littéralement : « connaissance de la nature ») et ses adeptes proposaient une concordance entre les traits humains et les espèces animales ; dans la littérature fantastique, ces affinités s’expriment parfois littéralement, alors que l’humain et l’animal se métamorphosent l’un en l’autre. Pareillement, les théories darwiniennes ont inspiré certaines narrations fantastiques qui, en poussant la notion de sélection naturelle jusqu’à d’extrêmes conséquences, ont illustré la correspondance de l’ontogenèse et de la phylogenèse, les origines des organismes individuels et le développement des espèces.

Nous invitons donc les propositions de communication abordant les problèmes d’intersection entre le monde naturel et le fantastique, et tout particulièrement d’approches pan-culturelles ou pluridisciplinaires. Prière d’envoyer un résumé de 300 mots et un CV d’une seule page à l’adresse fantasticnarratives@gmail.com avant le 30 septembre 2011. Le colloque aura lieu à l’Université Dalhousie, les 27 et 28 avril 2012. Une sélection des contributions à la conférence servira de base à un numéro thématique de la revue arbitrée Belphégor – Littérature populaire et culture médiatique (http://etc.dal.ca/belphegor/)(http://etc.dal.ca/belphegor/)

Voici, à titre indicatif, quelques pistes de réflexion :

– La nature comme arrière-plan ou comme personnage du fantastique

– La nature fantastique, merveilleuse, étrange

– Les lectures allégoriques et poétiques de paysages imaginaires

– Les forêts enchantées

– Les végétations imaginaires et les écosystèmes impossibles

– Les métamorphoses et les créatures hybrides

– L’intrusion du fantastique dans les sciences de la nature

Responsable : Vittorio Frigerio, Elisa Segnini

Adresse : French DepartmentDalhousie UniversityHalifax, N.S. B3H 4P9Canada902-494-6805

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Où vont donc les Carnets ?

Les Carnets de la bande dessinée ont achevé leur seconde saison d’exercice sur une publication hautement symbolique : le premier appel à communication de la revue Comicalités. Études de culture graphique intitulé « Représenter l’auteur de bande dessinée ». Hébergé sur revues.org, ce dispositif représente la seconde étape de notre projet pour doter l’ensemble des chercheurs travaillant sur la « culture graphique » (c’est-à-dire l’ensemble des formes d’expression dessinées, au premier rang desquelles la bande dessinée) d’espaces idoines : après avoir conçu un outil d’information (ces Carnets), ils disposent désormais d’un espace de publication répondant en tout point aux réquisits d’une revue scientifique (les propositions sont avalisées par un comité scientifique et les articles évalués par deux membres du comité de lecture, processus qui garantit la qualité de la publication et valorise donc le travail des auteurs).

Les Carnets de la bande dessinée et Comicalités sont également le fruit d’une réflexion sur le mode de production et de partage de la recherche à l’heure des technologies numériques : celles-ci nous semblent en effet démontrer que la notion de « publication » est trop souvent appréhendée par les chercheurs de façon réductrice. Créant Comicalités, nous avons ainsi souhaité revisiter la forme de la revue : notre projet s’organise autour d’appels à communication qui ne correspondent pas à des « numéros », mais renvoient à des « thématiques » (c’est-à-dire à des ensembles d’articles formant une unité mais n’étant jamais close et restant sans cesse susceptible d’intégrer de nouveaux travaux). Offrant aux chercheurs un appui scientifique, les articles publiés nous semblent donc être à même de susciter de nouvelles publications et donc de permettre l’émergence du champ de recherche qui nous intéresse.

Ce dispositif n’est pas sans influence sur Les Carnets de la bande dessinée : si ceux-ci restent un outil d’information relayant toutes sortes d’information scientifique, nous aimerions qu’ils constituent un réel complément de Comicalités. Outre les appels à communication de la revue, Les Carnets… pourraient ainsi héberger des interventions des responsables de « thématiques » ou des directeurs de publication : ceux-ci seront ainsi à même de préciser les champs restant selon eux à explorer au sein de l’espace qu’a jugé bon de leur confier le comité scientifique. De même, les auteurs pourront s’exprimer à propos de leurs productions ou d’autres, voire développer les notes de bas de page de Comicalités qui sont réservées à l’expression de toutes sortes de précisions ou d’intuitions. Bref : nous souhaitons que, grâce aux Carnets de la bande dessinée, la recherche puisse être pensée comme un processus collectif.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts