Représenter l’auteur de bande dessinée

« Représenter l’auteur de bande dessinée »

Comicalités. Études de culture graphique est une revue en ligne avec comité de lecture entendant aborder la bande dessinée, et plus largement les formes de rencontre entre textes et images, selon des approches esthétiques, économiques et sociologiques. Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? », nous lançons aujourd’hui un nouvel appel à communication intitulé : « Représenter l’auteur de bande dessinée ».

Confondue avec son noble alter ego – l’écrivain – ou sa variante romantique – l’artiste, l’auteur est, en effet, ce complexe faux ami mis à toutes les sauces par tous ceux qui prétendent poser l’épineuse question de la création artistique. Appliqué au « mauvais genre » de la « BD », cet auteur n’en avance pas moins masqué : est-il une figure, une simple représentation de celui qui prend le crayon et signe le livre ? le sujet de l’énonciation (qui n’existe que dans l’espace de la planche) ? une représentation de soi imaginaire, voire fantasmée ? ou les trois à la fois ? et que déduire d’une telle « fonction auteur » des réalités nouvelles liées aux industries du livre et de la culture dont la BD est une incarnation ?

Cette « thématique » invite les chercheurs à s’appuyer sur des dessins représentant l’auteur de bande dessinée dans son activité créatrice, que celui-ci apparaisse dans une simple case (à l’instar d’Hergé dans Tintin ou Quick et Flupke) ou se voit accordé une place prépondérante dans le récit. Nous sommes donc ouverts à l’analyse de toutes sortes de productions que nous pouvons sommairement ranger dans plusieurs catégories.

  • Autoreprésentation lorsque l’auteur se met en scène lui-même, comme dans le cas de l’autobiographie ou de l’autofiction, selon des modalités qu’il serait intéressant d’étudier (Fabrice Neaud se représente ainsi, dans le quatrième tome de son Journal[1], sous les apparences d’un petit personnage rappelant une marionnette et contrastant avec le trait précis du reste du récit, alors que Jean-Christophe Menu semble oscille dans Livret de phamille[2] entre dessin d’après nature et caricature). On pourra notamment interroger la mise en abyme des outils et du geste de la création, ainsi que celle de l’album ou de la planche en train d’être créé(e) dans ce qui s’apparente alors à des autoportraits. Seront les bienvenues des propositions se demandant quels rapports (contestation ? imitation ? indifférence ?) entretiennent ces représentations avec les postures auctoriales littéraires et se demandant quels nouveaux modes d’apparition se construisent avec l’auteur de bande dessinée.
  • Représentation de ses pairs lorsque l’auteur semble vouloir porter un regard sur d’autres auteurs, que celui-ci soit particulièrement sarcastique (dans le cas des Mauvaises humeurs de James et la Tête X[3], voire d’Approximativement[4] de Lewis Trondheim) ou mette l’accent sur leur place au sein d’un dispositif de publication (à l’instar du Journal[5] de Serge Clerc qui relate la création de Métal Hurlant et des Humanoïdes Associés ou encore de La Véritable Histoire de Futuropolis). Le travail biographique consistant à évoquer la vie ou l’œuvre d’autres auteurs nous semble également relever de modalités qu’il nous semble très intéressant d’examiner : au parti-pris que l’on pourrait dire « critique » du McCay[6] dessiné par Bramanti et construit autour de la notion « d’attraction » chère au scénariste Thierry Smolderen, s’oppose ainsi sans doute le parti-pris « épique » de la très longue biographie consacrée à Tezuka[7]

Cette liste est très loin d’être exhaustive et nous invitons des chercheurs à la compléter par des œuvres ou des représentations d’auteurs par exemple issus de bandes dessinées japonaises ou américaines. Nous entendons, en effet, avant tout permettre le traitement le plus exhaustif possible d’une question : quelle valeur et quels enjeux recouvrent la représentation de l’auteur de bande dessinée ?

Il est en effet frappant de constater qu’une représentation de l’auteur encore complètement marginale il y a 30 ans (au sens propre, pensons aux « Hauts de page » de Yann et Conrad ou au caractère cocasse des signatures de Franquin qui s’exprimait en périphérie de la planche) est aujourd’hui extrêmement courante et nous semble pouvoir donner lieu à plusieurs approches que nous soumettons à titre d’exemples.

  • Approche éditoriale : il serait intéressant de mieux cerner (dans le temps ou l’espace) les modalités d’apparition de l’auteur de bande dessinée, autrement dit de s’interroger sur les modes de publication (collections, traductions…) des œuvres concernées ainsi que sur l’aspect structurant (au sein de la pratique du « blogging » ou encore à travers la définition du « roman graphique ») de cette pratique ;
  • Approche esthétique : il s’agit de cerner les modalités d’apparition de l’auteur, que ce soit sur le plan graphique (s’apparente-t-elle à des genres comme le portrait, la caricature ?) ou narratif (l’auteur devient-il un personnage à part entière ou est-il traité sur le mode de la référence, voire de la connivence ?)
  • Approche symbolique : elle s’interroge sur la valeur qu’acquiert cette représentation de l’auteur sur le plan des filiations (comment se réclame-t-on d’un auteur ou d’une école en bande dessinée ?) ou plus largement d’une inscription dans le champ de la littérature (en représentant un auteur de bande dessinée à côté d’écrivains ou en s’inscrivant dans un dispositif comme le pacte autobiographique). Pastiche et hommage, ou parodie et subversion des héritages, pourront notamment être examinés à l’aune de la question des filiations ou au contraire des avant-gardes dans la création artistique initiée par la bande dessinée.

Le présent appel à communication est ouvert à tous les chercheurs, quel que soit leur statut (universitaire ou non) et leur origine (même si nous ne pouvons publier que des textes écrits en français ou en anglais). Nous les invitons à nous répondre en nous soumettant deux documents :

  • Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.
  • Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris.

La proposition doit parvenir avant le 1er novembre 2011 aux deux responsables de la « thématique » :

Benoît Berthou – ben.berthou@orange.fr

Sylvie Ducas – sylvie.ducas@wanadoo.fr

Bibliographie (non exhaustive et non indicative)

Ayroles François, Nouveaux moment clés de l’Histoire de la bande dessinée, Alain Beaulet Editeur, 2008.

Ayroles François, Mon Killoffer de poche, L’Association, 2006.

Baladi Alex, Encore un effort, L’Association, 2009.

Cauvin Raoul, Pauvre Lampil, Dupuis, 1977.

Cestac Florence, Comment faire de la bédé sans passer pour un pied nickelé, Dargaud, 1998.

Cestac Florence, La Véritable histoire de Futuropolis, Dargaud, 2007.

Cestac Florence, La Vie d’artiste, Dargaud, 2002.

Clerc Serge, Journal, Denoël, 2008.

Clowes Daniel, Pussey !, Rackham, 2002.

Crumb Robert, Mes problèmes avec les femmes, Cornelius, 2007.

Davodeau Etienne, L’Atelier, PMJ-Les Rêveurs, 2002.

Dupuy et Berberian, Journal d’un album, L’Association, 1994.

Eisner Will, Le Rêveur, Delcourt, 2009.

Fabcaro, La Clôture, 6 pieds sous terre, 2009.

Fromental Jean-Luc et Stanislas, Les Aventures d’Hergé, Reporter, 2007.

Gaudelette Michel, La Vie des festivals, Fluide Glacial, 2001.

Guillevic Joëlle, Le Journal de Joe Manix, Flblb, 2009.

Horrocks Dylan, Hicksville, L’Association, 2002.

James et la Tête X, Les Mauvaises humeurs, 6 pieds sous terre, 2007.

Killoffer, 676 apparitions de Killoffer, L’Association.

Larcenet Manu, Critixman, Les Rêveurs, 2006.

Long Guillaume, Comme un poisson dans l’huile, Vertige Graphic, 2002.

Malher Nicolas, L’Art selon madame Goldgruber et L’Art sans madame Golgruber, L’Association.

Matt Joe, Le Pauvre type, Delcourt, 2001.

Matt Joe, Strip-tease, Le Seuil, 2004.

Menu Jean-Christophe, Livret de phamille, L’Association, 1995.

Neaud Fabrice, Journal (4 tomes), Ego comme x.

Ohba Tsugumi, Bakuman, Kana, 2010.

Osamu Tezuka. Biographie, Casterman, 2004.

Pekar Harvey, American splendor. Lire la série éditée par Ballantine Books et traduite en Français aux éditions ça et là sous le titre de Harvey Pekar, Anthologie, volume 1.

Roosevelt José, Juanalberto Dessinator, La Boîte à bulles, 2007.

Seth, La Vie est belle malgré tout, Delcourt, 1998.

Sfar Joann, Harmonica (l’un des Carnets de Joann sfar, 9 tomes), L’Association, 2002.

Smolderen Thierry et Bramanti Jean-Philippe, McCay, Delcourt, 2004.

Spiegelman Art, Breakdowns, Casterman, 2008.

Taniguchi Jiro, Un zoo en hiver, Casterman, 2009.

Tatsumi Yoshihiro, Une vie dans les marges, Cornelius, 2011.

Trondheim Lewis, Carnets de bord, L’Association, 2002.

Trondheim Lewis, Désoeuvré, L’Association, 2005.

Yann et Léturgie Simon, Spirou dream team, Dupuis, 2011.

Zep, Le Portrait dessiné, Glénat, 2010.


[1] Fabrice Neaud, Journal (4). Les Riches heures, Ego comme x, 2002.

[2] Jean-Christophe Menu, Livret de phamille, L’Association, 2003.

[3] James et la tête X, Les mauvaises humeurs de James et la tête X, 6 pieds sous terre, 2007.

[4] Lewis Trondheim, Approximativement, Cornelius, 1995.

[5] Serge Clerc, Le Journal, Editions Denoël, 2008.

[6] Bramanti et Smolderen, McCay (4 tomes), Delcourt, 2004.

[7] Tezuka Productions, Osamu Tezuka, Casterman, coll. « Ecritures », 2004.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Graphic medicine: visualizing the stigma of illness

Columba Quigley, Maria Vaccarella et Ian Williams lancent un appel à communication pour un colloque intitulé : « Graphic Medicine: Visualizing the Stigma of Illness ». Cette proposition, qui a pour but de préparer une rencontre de 3 jours se tenant à la Leeds Art Gallery, nous invite donc à interroger la bande dessinée, et plus largement la pratique du dessin, de façon particulièrement large : il est en effet possible de s’intéresser à ses vertus pédagogiques, thérapeutiques et esthétiques (puisque l’une des pistes de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous invite les chercheurs à s’intéresser à la représentation du stigmate). La date limite de réception des propositions est fixée au 18 juillet prochain.

 

 

 

Graphic Medicine: Visualizing the Stigma of Illness

17th November


This one-day interdisciplinary conference aims to explore medical narrative in graphic novels and comics with an emphasis on the stigma of illness, disease or disability, both physical and mental. A subgenre of graphic narrative known as graphic medicine is emerging as a field of interest to both scholars and creators of comics, and members of the healthcare professions are beginning to turn to comics as a source of illness narratives and documents of the patient and carer experience.

We invite proposals for scholarly papers (20 minutes) or panel discussions (60 minutes), focused on medicine and comics in any form (e.g. graphic novels, comic strips, graphic pathographies, manga, and/or web comics) on the following—and related—topics:

  • notions of stigma in graphic pathographies of illness and disability
  • the use of comics to explain, highlight and eradicate stigma
  • the use of comics in patient care
  • the interface of graphic medicine and other visual arts in popular culture
  • ethical implications of patient representation in comics by healthcare providers
  • trends in international use of comics in healthcare settings
  • the role of comics in provider/patient communication
  • comics as a virtual support group for patients and caregivers
  • the use of comics in bioethics discussions and education

Contributions are sought from humanities scholars, comics scholars, healthcare professionals, comics enthusiasts, writers and cartoonists.

300 word proposals for a 20 minute paper should be submitted by 18/07/2011 to submissions@graphicmedicine.org and notice of acceptance or rejection may be expected by 1/8/2011

Abstracts may be in Word, WordPerfect, or RTF formats, following this order: author(s), affiliation, email address, title of abstract, body of abstract

All proposals submitted will receive and acknowledgement. Abstracts will be blind peer reviewed.

Drs. Columba Quigley, Maria Vaccarella and Ian Williams

Ian Williams

www.graphicmedicine.org
Email: submissions@graphicmedicine.org
Visit the website at http://comicsforum.files.wordpress.com/2011/05/comics-forum-2011-cfp.pdf

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« Comicalités. Etudes de culture graphique » : ouverture

La revue Comicalités.Etudes de culture graphique est désormais disponible à l’adresse suivante :

 

http://comicalites.revues.org/

 

Vous trouverez ci-dessous la présentation de ses cinq premières publications : ne fonctionnant pas par numéro, la revue fera l’objet de mises à jour régulières et tous les abonnés des Carnets de la bande dessinée sont invités à proposer leurs travaux pour publication (dont les modalités sont présentées dans la rubrique « la revue »).

 

Comicalités. Etudes de culture graphique.

Publications du 6 juillet 2011.

 

Thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? »

 

Le Grand Prix de l’image française, une existence éphémère

Thierry Crépin

Du long parcours de la reconnaissance de la bande dessinée, on retient généralement quelques faits : la création du Club des bandes dessinées animé par Francis Lacassin dans les années 1960, puis celle du festival d’Angoulême et du CNBDI dans la décennie suivante. Mais il est une initiative qui est oubliée : la création, à l’initiative d’Auguste Liquois et du Syndicat des dessinateurs de journaux d’enfants, d’un Grand Prix de l’image française qui entendait doter les auteurs de bande dessinée d’un dispositif de consécration comparable à ceux que connaissent les écrivains. Voyant le jour en 1946, ce prix se solde par un échec à la mesure de la place occupée dans la culture d’alors par une bande dessinée accusée de tous les maux qui frappent la jeunesse.

 

L’impossible seconde vie ? Le poids des standards éditoriaux et la résistance de la bande dessinée franco-belge au format de poche

Sylvain Lesage

Si le livre de poche a joué un rôle central dans la diffusion du patrimoine littéraire, la bande dessinée ne dispose pas de cet outil permettant la constitution d’un corpus de classiques aisément accessibles au plus grand nombre. En ceci, la bande dessinée constitue bien une véritable exception dans le champ éditorial français, par la quasi-absence de collections permettant de republier des classiques en format de poche. L’importance de l’image et l’impératif de lisibilité compliquent en effet le problème de l’adaptation du « grand format » vers le poche, mais demeurent insuffisants pour comprendre la réticence de la bande dessinée au poche. Le présent article propose un retour en arrière sur les expériences des années 1980-1990, afin de mieux cerner cette singularité éditoriale.

 

Le classique en bande dessinée

Frank-Michel Gorgeard

Quelles sont les grandes œuvres de la bande dessinée, celles qui font son histoire, ses « classiques » ? Sont-ils bien ceux que l’on croit ? On s’efforce ici de répondre à cette question en confrontant les discours et les pratiques des auteurs, de la critique et des éditeurs. La notion de classique, particulièrement polysémique, apparaît d’autant plus brouillée que les producteurs font rarement référence au travail de leurs pairs en raison notamment de l’incapacité supposée ou réelle du public à les comprendre. Elle-même s’explique par l’état du champ, en cours d’autonomisation : en l’absence d’un arbitre faisant autorité et qui serait l’école, la notion de « classsique » se retrouve au cœur d’une lutte entre deux pôles antagonistes. Alors qu’une partie de la critique et des éditeurs célèbre des « classiques » qui sont autant de bandes dessinées conventionelles, établissant ainsi une « confusion du langage », d’autres, qui affirment des positions artistiques exigeantes, rejettent le mot de classique mais identifient des maîtres, reconnaissent des précurseurs, prospectent du côté de l’avant-garde.

 

Eclectiques

 

La légitimation en devenir de la bande dessinée

Xavier Guilbert

Qualifiée d’ « objet culturel non identifié » par Thierry Groensteen en 2006, la bande dessinée semble aujourd’hui encore à la recherche d’une reconnaissance culturelle qui lui échappe. Cet article se propose de faire le tour des différentes modalités selon lesquelles s’établit le discours de sa légitimation. Il sera ainsi question de l’importance du discours économique et de l’attachement à une bande dessinée lue par « les jeunes de 7 à 77 ans ». Ensuite, on considérera l’émergence relativement récente d’une bande dessinée dite d’auteur, et les tensions qu’elle a pu susciter vis-à-vis des garants d’une bande dessinée « populaire ». Ensuite, on examinera la place centrale du Festival d’Angoulême dans le traitement médiatique, la rareté du discours critique au sein des supports généralistes et spécialistes, et, enfin, la problématique de l’exposition de la bande dessinée, en particulier au musée.

 

Two Flashes. Entertainment, Adaptation : Flash Gordon as comic strip and serial.

Nicolas Labarre

Cet article examine les relations entre le comic strip Flash Gordon, d’Alex Raymond, et son adaptation sous forme de serial en 1936. Le second épisode de celui-ci, « The Tunnel of Terror », et les trois pages dominicales de février 1934 sur lesquelles il est basé sont l’occasion d’une étude des techniques et enjeu de l’adaptation de ce récit sériel. Le serial affiche une volonté de fidélité à l’œuvre de Raymond permettant des comparaisons fines entre des scènes parfois très similaires. Outre des transpositions directes, dans le cas de certaines cases, le serial développe des techniques de narration permettant de reproduire les effets et la temporalité de certains passages du comic strip. L’étude suggère que c’est au niveau de l’articulation entre les scènes mais aussi du rapport de proximité avec les personnages que les deux versions divergent.

This article studies the relationship between Alex Raymond’s Flash Gordon comic strip and its adaptation as a serial in 1936. It focuses on the second episode, “The Tunnel of Terror”, and on the three Sunday pages from February 1934 on which this episode was based, in order to examine the adaptation process from a technical and pragmatic point of view. Because the serial aims at being faithful to its source material, very similar scenes exist in both versions, which makes it possible to conduct a detailed comparison of narrative techniques. In addition to replicating certain panels from the comic strip, the serial contains examples of alternative narrative choices devised to replicate some of the effects of the source material, notably its temporality. This study suggests that the two versions differ mostly in the articulation between scenes and in the proximity established between the reader/viewer and the characters.

 

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités. Etudes de culture graphique : ouverture prochaine

La mise en ligne de Comicalités. Etudes de culture graphique est prévue dans deux jours. La revue sera brièvement présentée au public lors de l’université d’été de la bande dessinée. Vous trouverez ci-dessous la présentation du projet : l’adresse du site vous sera communiquée par un billet posté automatiquement le mercredi 6 juillet à 14h exactement.

Je tiens à remercier tous ceux, au premier rang desquels Sylvain Lesage, qui ont permis aux Carnets de la bande dessinée de constituer la première pierre d’un édifice plus vaste.

Benoît Berthou, directeur des Carnets de la bande dessinée et de Comicalités.

Comicalités. Etudes de culture graphique se propose d’explorer une « culture graphique » sensible dans des pratiques comme la bande dessinée, l’illustration, le dessin de presse, la caricature, le dessin animé, le cinéma d’animation, voire le jeu vidéo… Il s’agit d’appréhender celle-ci en tant qu’objet culturel afin de cerner la spécificité et le devenir de leurs modes d’expression, de production et de réception.

 

1.Comicalités : quel projet ?

 

Notre revue entend permettre à des chercheurs de cerner les tenants et aboutissants d’un mode de création se proposant de construire une signification en disposant des lignes et des courbes sur une surface plane. La bande dessinée y occupe une place de choix et nous entendons la concevoir comme un objet en perpétuel devenir, susceptible d’emprunter des formes extrêmement variées tant au niveau de ses propositions esthétiques que de ses dispositifs médiatiques.

Publication résolument scientifique, organisée autour d’un directeur de la publication, d’un comité scientifique et d’un comité de lecture, Comicalités est née d’un constat.

  • L’intérêt des chercheurs pour la bande dessinée et la « culture graphique » est réel. L’audience d’un outil de veille scientifique comme Les Carnets de la bande dessinée, que nous avons créés en décembre 2009, s’est ainsi stabilisée entre 1600 et 1800 visiteurs uniques par mois alors que des revues généralistes reconnues comme Communication et langage, Hermes ou encore Mots (qui a consacré un numéro entier à la caricature) n’hésitent pas à aborder des thèmes relevant directement de la « culture graphique ».
  • Ce réel enthousiasme n’est pas pour autant structuré au sein de l’université, et plus largement de la recherche française : aucun centre de recherche ne mène à l’heure actuelle de programmes ambitieux concernant le neuvième art, état de fait d’autant plus étrange que les travaux de nombreux théoriciens (Pierre Couperie, Pierre Fresnault-Deruelle, Thierry Groensteen…) ont depuis longtemps franchi les frontières. Il semble bien qu’un lien ne se soit pas fait entre des recherches en plein essor dans les deux dernières décennies et les institutions qui seraient à même de les stimuler.

 

Ce manque de points de ralliement entre chercheurs s’explique sans doute en partie par le manque de revues spécialisées, les fameux Cahiers de la bande dessinée n’ayant pas connu de successeurs : une revue comme Comicalités nous semble donc pouvoir prendre toute sa place dans l’actuel paysage français des publications scientifiques.

 

2.Comicalités : quel positionnement ?

 

Comicalités entend entretenir des relations avec d’autres publications scientifiques comme Neuvième Art, European Comic Art, Studies in Comics ou Image [&] Narrative afin de participer efficacement à la construction d’un champ scientifique émergent.

Elle entend appréhender la « culture graphique » et la bande dessinée comme un objet culturel et ainsi poser des problèmes rarement abordés.

  • La place de la bande dessinée au sein des pratiques de lecture, et plus largement des pratiques culturelles de certains groupes sociaux. Pourraient ainsi être envisagés des espaces scientifiques comme : « bande dessinée et adolescence », « bande dessinée et culture de l’enfance », « la bande dessinée : un art populaire ? », « la lecture de bande dessinée : quelles compétences ? », etc.
  • La construction et l’évolution de son système éditorial, ce afin de poser le problème des pouvoirs, acteurs et objets qui le constituent. Nous avons ainsi d’ores et déjà envisagé des appels à communication comme : « Le roman graphique : quelle identité ? », « Édition indépendante, édition dépendante ? », « (A suivre) : histoire d’une collection » etc.
  • Le rapport de la bande dessinée à l’environnement médiatique dans lequel elle opère et l’étude des différentes formes qu’engendre son inscription dans la presse, le livre ou le numérique. Seront ainsi proposés : « La bande dessinée : un art du livre ? », « Le strip : du journal à l’écran », « L’album de bande dessinée »…
  • Les relations qu’entretient la bande dessinée avec d’autres formes de création, tant au niveau des méthodes que des finalités de celles-ci. Semblable problème pourrait déboucher sur des appels à communication comme : « La couleur en bande dessinée », « La littérature : horizon du neuvième art ? », « Bande dessinée et dessin animé », etc.

 

À travers ces axes, Comicalités s’inscrit dans le champ des « études culturelles » et constitue un espace empreint d’hospitalité pour des chercheurs issus de la sociologie, de l’histoire, de l’anthropologie culturelle, des sciences de l’information et de la communication…

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts