The Comics get medieval 2012

Michael A. Torregrossa de la « Société virtuelle pour l’étude de la culture populaire et du Moyen âge » lance un appel à communication intitulé pour « The Comics get Medieval », événement annuel se déroulant à Boston. Son objectif est de « renforcer les liens entre médiévistes, chercheurs travaillant sur la bande dessinée et spécialistes de la culture populaire », mais l’édition 2012 sera principalement axée autour d’un anniversaire : les 75 ans du Prince Vaillant d’Hal Foster. Il serait sans doute bienvenu, de la part de chercheurs français, de proposer des travaux portant sur les successeurs, voire les clones, du chevalier de Thule, à commencer par le Chevalier ardent de François Craenhals. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er décembre 2012.

 

The comics get medieval 2012 :

a celebration of medieval-themed comics in commemoration of the 75th anniversary of Prince valiant

 

Celebrating our sixth year in 2012, proposals are now being considered for inclusion at “The Comics Get Medieval 2012,” a series of panels and roundtables sponsored by The Virtual Society for the Study of Popular Culture and the Middle Ages and to be hosted by the Comics & Comic Art Area of the Popular Culture Association (PCA) for the 2012 Joint Conference of the National Popular Culture and American Culture Associations to be held from 4-7 April 2012 in Boston, Massachusetts.

The goal of these sessions is to foster communication between medievalists, comics scholars, and specialists in popular culture studies in general. The organizers define “medieval comics” as any aspect of the comics medium (panel cartoons, comic strips, comics books, comics albums, band dessinée, graphic novels, manga, webcomics, comics to film/film to comics, etc.) that feature medieval themes either in stories set during the Middle Ages or in stories presenting some element of the medieval in the post-medieval era. We are also interested in papers looking at medieval comics from a pedagogical perspective.

Completed papers should be delivered in 15-20 minutes (depending on the number of presenters). All proposals will also be considered for inclusion in an essay collection to be edited by the panel organizers beginning in late 2011/early 2012. (Individuals only interested in submitting for the collection should also send proposals by 1 December 2011 deadline and indicate their preference in the email.)

In addition, a select list of potential topics and a bibliographic guide to medieval comics will appear as part of THE MEDIEVAL COMICS PROJECT web site available at ComicsProject.org> and THE ARTHUR OF THE COMICS website available at Comics.org/>, both organized by the Virtual Society for the Study of Popular Culture and the Middle Ages.

No later that 1 December 2011, interested individuals (who must be members of PCA or ACA or join for 2012) should submit full contact information (name, address, phone/cell, and email), titles, and abstracts of 300-500 words to the sessions’ organizers, who will then forward them to area chair.

Address all inquiries and proposals to the organizers at the following address: <medieval.Comics.Project@gmail.com> and include “Comics Get Medieval 2012” in the subject line. </medieval.

 

Michael A. Torregrossa
The Virtual Society for the Study of Popular Culture and the Middle Ages

Email: medieval.comics.project@gmail.com
Visit the website at http://MedievalComicsProject.org

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

Matthieu Letourneux, du laboratoire CSLF-PHISTEM de l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense lance un appel à communication pour un colloque intitulé : « Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques ». Cette proposition nous invite à considérer « l’ensemble de ces mécanismes sériels, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder en se concentrant sur la période qui correspond à la montée en puissance de la culture médiatique, les années 1840-1940 ». Force est de constater que c’est durant cette période qu’émergent, pour la bande dessinée, certains des problèmes esquissés ci-dessus : Bécassine (dans La Semaine de Suzette) Little Nemo in Slumberland (dans le New York Herald) ou Les Pieds Nickelés (dans L’Epatant) commencent à paraître en 1904, alors que le Petit Vingtième (1929), Le Journal de Spirou ou Action Comics (1938) naissent dans l’entre-deux-guerres. Il y a donc tout lieu de s’intéresser à la mise en place de « modes de lecture et d’écriture sériels, en tentant de décrire les spécificités de communication, les jeux plus ou moins subtils que les auteurs proposent aux lecteurs, les attentes de ces derniers et la façon dont les écrivains peuvent les surprendre ou les tromper. » Et il s’agira donc de formuler une proposition portant sur ce mode de création animé par des « contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.) » avant le 15 novembre prochain.

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

10-11 mai 2012

 

Université Paris Ouest-Nanterre

CSLF-PHISTEM

LPCM

 

 

Les productions de la culture médiatique et les fictions imprimées de grande consommation reposent sur des principes de communication qui mettent en jeu des logiques sérielles. Ce qui les caractérise est une tendance à saisir la relation à l’œuvre médiatisée par un ensemble plus vaste à partir duquel elle se conçoit. C’est bien un tel mécanisme que l’on peut repérer dans la décision d’écrire ou de lire une œuvre de genre (récit policier, d’aventures, de science fiction, etc.) ou d’investir des ensembles stéréotypiques et des scénarios intertextuels moins formalisés à l’aune desquels le récit demande à être évalué. C’est également dans cette perspective que se situent les auteurs qui choisissent d’écrire pour une collection éditoriale dominée par des contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.). De même, les auteurs qui se lancent dans des séries à personnages récurrents thématisent-ils les mécanismes de la communication sérielle dans leur œuvre. Enfin, les créateurs d’univers de fiction transmédiatiques conçoivent des séries avant d’inventer une œuvre. Le développement de telles pratiques s’explique en partie par l’histoire des supports et de leur usage dans les productions de grande consommation qui, du feuilleton à la collection en passant par les livraisons et les fascicules, ont généralement sérialisé le texte, soit en le traitant comme une série, soit en l’inscrivant dans un ensemble plus vaste.

Ainsi est-ce l’ensemble de la communication qui est affecté par ces mécanismes sériels. Ils se traduisent par des modes d’écriture et de lecture particuliers. Le lecteur compare les œuvres, aussi bien pour les rapporter à ces ensembles plus vastes que pour tenter de saisir ce qui en fait l’originalité au sein de la série. L’auteur quant à lui s’inscrit dans une perspective dialogique dans laquelle le processus de singularisation se pense dans la relation aux principes sériels. Ainsi, loin de se concevoir uniquement en termes de ressassement, les pratiques sérielles s’inscrivent tout autant dans une perspective de variation, voire de distinction, qui explique pourquoi les goûts des amateurs mettent en jeu des postures discriminantes, et combien les auteurs, loin de se contenter d’exploiter des filons du genre, peuvent chercher à le renouveler ou à le sublimer.

C’est l’ensemble de ces mécanismes sériels, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder en se concentrant sur la période qui correspond à la montée en puissance de la culture médiatique, les années 1840-1940, mais sans s’interdire les détours vers des périodes plus récentes. On cherchera autant que possible à mettre en évidence les articulations existant entre les différents niveaux entrant en jeu dans la communication sérielle (support, éditeur, conditions de production, relation aux architextes, etc.), et tentera d’en tirer les conséquences en termes de poétique et d’esthétique.

On s’intéressera aux modes de lecture et d’écriture sériels, en tentant de décrire les spécificités de communication, les jeux plus ou moins subtils que les auteurs proposent aux lecteurs, les attentes de ces derniers et la façon dont les écrivains peuvent les surprendre ou les tromper.

On étudiera les stratégies d’appropriation, de singularisation et de resémantisation que peuvent mettre en place les auteurs qui s’inscrivent dans des logiques sérielles, en essayant de décrire le dialogue entre reprise des codes (collection, genre, personnage récurrent) et réarticulations.

On tentera de réfléchir aux transformations que subissent les figures sérielles : mutations de genres, réinvention de personnages sur la longue durée, redéfinition des traits sériels suivant les pays, les époques et les variations des situations sociales, politiques et culturelles. On essaiera de montrer quelles sont les logiques qui permettent de concilier principes de transformation et de répétition.

On s’interrogera sur les relations entre sérialité et circulation, en se demandant comment une même œuvre ou un même personnage peuvent s’inscrire dans des systèmes intertextuels et architextuels différents suivant les pays, les époques et les contextes culturels.

On s’intéressera aux rôles des autres figures intervenant dans la production du sens – éditeurs, illustrateurs, traducteurs – par la mise en résonance du texte avec d’autres textes, et à la façon dont ils peuvent reformuler les œuvres et leur lecture.

 

 

Les propositions sont à renvoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr), avant le 15 novembre 2011.

Matthieu Letourneux

Université Paris Ouest-Nanterre ; CSLF-PHISTEM

LPCM (association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique)

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Screen superheroes in national, international and transnational contexts

Rayna Denison, Derek Johnston et Rachel Mizsei-Ward, de l’université East Anglia (UK) lancent un appel à communication intitulé : « Not Just The American Way : screen Superheroes in National, International and Transnational Contexts ». Cette proposition nous invite à appréhender les personnages de « superhéros » adaptés au cinéma à travers une question on ne peut plus originale : quel rapport entretiennent-ils avec les différentes cultures ? L’appel à communication, que nous reproduisons ci-dessous, invite en effet des chercheurs à réfléchir à la création de « superhéros nationaux », aux modes de circulation de productions cinématographiques ambitieuses ou encore aux modes de réception de celles-ci, touches choses qu’il faudra formaliser avant le 31 juillet prochain. Il est à noter que le blog ouvert par les organisateurs, dont le lien figure en bas de cette page, donne plusieurs exemples intéressants, à commencer par Crying Freeman (production américaine, française et japonaise).

 

Not Just The American Way :

screen Superheroes in National, International and Transnational Contexts

The figure of the superhero is primarily seen as an American one, dominated by Marvel and DC comics and their adaptations across multiple media. These superhero franchises operate across media networks within many of the world’s global markets, influencing local representations of heroism and being altered to meet local expectations of the superhero in turn. American culture and, indeed, American superheroes play significant roles in these phenomena and historically have often led the way in debates around the representations around superheroes in culture. However, super-powered and costumed heroes are not just American in origin ; they appear in screen media across many cultures, whether as the anti-social teenagers of Britain’s Misfits, India’s alien-empowered Krrish or Japan’s Ultraman. This collection examines super-heroes and heroines as they travel around the world, exploring the figure of the superhero beyond the North American context. As such, we are interested in the local, international and transnational manifestations of superheroes, as well as in their reach beyond their originating contexts. Furthermore, we are seeking papers on the importance of the superhero to global media markets.

Potential subjects include, but are not limited to :

Local and national superheroes outside the United States US superheroes in global markets
Co-produced superheroes
Transmedia franchising and the superhero
Superheroes on TV
Iconography and aesthetics
The reception of the superhero
Gender, sexuality and ideology and the superhero
Marketing the superhero internationally
Geographically dislocated superheroes
Cultural specificity of the superhero
Special effects and the superhero in film and/or television
Superhero adaptations
Industrial and narrative origins
The geography of superheroes
International cultural flows and exchanges in superhero phenomena

Abstracts of no more than 250 words should be sent no later than 31st July 2011 to : superheroesonscreen@gmail.com

Please see the blog for this project at
http://superheroesonscreen.blogspot.com/

The collection will be edited by Rayna Denison, Derek Johnston and Rachel Mizsei-Ward.

 

Derek Johnston

superheroesonscreen@gmail.com

http://superheroesonscreen.blogspot.com/

 

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Parutions : « légitimité culturelle » et « matérialité » de la bande dessinée

Deux récentes publications sont susceptibles d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée.

– Kinéphanos, revue canadienne de recherche sur le cinéma et les « médias populaires », vient de faire paraître un numéro consacré aux logiques de légitimation culturelle. Ce numéro contient un article de Gabriel Gaudette portant sur le graphic novel : « Tensions, prétentions et galvaudage; gains et écueils du roman graphique comme stratégie du cheval de Troie en Amérique du Nord ».

Si l’article en lui-même n’a rien de bien révolutionnaire, il a cependant le mérite de s’intéresser aux effets symboliques d’une forme éditoriale, dans un contexte canadien très éloigné de la situation européenne.

La suite de l’article peut être lue à l’adresse suivante : http://www.kinephanos.ca/2011/romans-graphiques/

-La revue Communication & Langages consacre son n°167 (coordonné par
Pauline Escande-Gauquié et Emmanuël Souchier) au thème : « Bande dessinée : le pari de la matérialité ».

 

PAULINE ESCANDE-GAUQUIÉ ET EMMANUËL SOUCHIER

Matières et supports, la bande dessinée dans tous ses états

PIERRE FRESNAULT-DERUELLE

Scénariographie

ELENI MOURATIDOU

D’une scène à l’autre. Matérialités et théâtralités de la bande dessinée

PASCAL ROBERT

De la « subversion sémiotique » comme mode d’existence matériel de la BD

ÉMELINE SEIGNOBOS ET AUDE SEURRAT

La série commémorée dans L’Anniversaire d’Astérix et Obélix

JULIA BONACCORSI

La bande dessinée aux prises avec la « machinerie éditoriale » du smartphone

NICOLAS GENEIX ET JEAN-FRANÇOIS GUENNOC

Le Photographe au défi de la BD

Ce numéro interroge la matérialité de la bande dessinée, une dimension souvent omise dans les analyses. Or la matérialité fonde les conditions de possibilité de l’énonciation éditoriale, elle forge l’appareil énonciatif et justifie la métamorphose des supports. C’est une condition instituante du média qui participe des nouveaux usages et des pratiques culturelles émergentes.

La bande dessinée a acquis ses lettres de noblesse et sa légitimité depuis la fin des années 1970. Légitimité esthétique et artistique avec ses rituels, ses prix et ses salons, légitimité éducative et culturelle avec ses écoles, ses arts et ses professions, légitimité industrielle enfin avec ses éditeurs, ses imprimeurs et ses diffuseurs qui se sont inscrits dans le tissu économique et social. Elle a accompagné le déploiement intellectuel et éditorial des sciences humaines et sociales, faisant l’objet de nombreux travaux universitaires dans l’ordre sémiotique et esthétique, psychanalytique et politique avec quelques incursions dans l’espace des études littéraires ou celui des cultural studies.

Avec une approche ancrée en Sciences de l’information et de la communication, ce dossier se propose d’aborder le champ croisé de la matérialité et des supports de la bande dessinée. À l’heure de la « plurimédiatisation » et des industries dites « créatives», la discipline présente en effet un certain nombre d’atouts pour analyser cet art en pleine effervescence qui recouvre des réalités médiatiques protéiformes allant du strip traditionnel à l’album en passant par le « blog-BD » et les smartphones.

 

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

Dans le cadre d’un projet de recherche ANR, la Joie par les livres (Centre national de la littérature pour la jeunesse / BnF), l’université Blaise-Pascal et l’AFRELOCE organisent un colloque à l’automne 2012 consacré à la question des enfants en temps de guerre. De l’embrigadement des enfants dans les bandes dessinées des deux conflits mondiaux (évoqués notamment à travers les travaux de Manon Pignot ou Gilles Ragache), à l’encadrement des lectures enfantines (on pense évidemment aux travaux de Thierry Crépin sur la Commission de Surveillance et de Contrôle des publications destinées à la jeunesse), les pistes abondent dans le domaine de la bande dessinée. Ce colloque s’intéressant particulièrement aux points de vue à hauteur d’enfants, on pense immédiatement à une oeuvre telle que Gen d’Hiroshima. Plus profondément, la tension entre aspirations pacifistes et logiques bellicistes trouvera, dans le champ de la bande dessinée, un terreau fertile, cette tension apparaissant comme un des fondements de la bande dite « dessinée franco-belge ».

 

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse
Colloque international à la Bibliothèque nationale de France et à l’Ecole Normale Supérieure de Paris

18-19 octobre 2012

Délai : 30 septembre 2011

Dans le cadre du programme de l’Agence Nationale pour la Recherche Enfance Violence Exil, la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (UBP-CELIS) organisent, les 18-19 octobre 2012, un colloque consacré aux Enfances en guerre et littératures de jeunesse, avec le concours de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

La littérature de jeunesse, en tant que champ littéraire spécifique destiné à un public défini par son âge, s’inscrit dans des cadres nationaux souvent contraints, où peuvent s’exercer différentes formes d’interdictions, voire d’autocensure, et où l’audace de la pensée trouve parfois des chemins de traverse pour s’imposer. Dans le même temps et un peu partout dans le monde, les littératures de jeunesse ont acquis une légitimité et une complexité qui les autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. Mais jusqu’où s’aventurent-elles ?

De ce point de vue, il serait intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires géographiques et culturelles mettent en scène textuelle et/ou iconique telle guerre à partir du 20e siècle (sans exclure les perspectives ouvertes par l’anticipation) ou l’état de guerre en général (lorsque cette dernière demeure indéfinie d’un point de vue spatio-temporel). La thématique de l’exil forcé sera prise en compte, dès lors que celui-ci touche directement des enfants et qu’il est une conséquence directe des guerres.

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en particulier ainsi que les migrations contraintes, assorties des effets désastreux (politiques, économiques, sociaux, etc.) sur les populations qu’elles occasionnent, soient très différemment représentées. Le souci souvent consensuel, pour ne pas dire politiquement correct, en France et depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de comportements patriotiques ? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction des contextes historiques, idéologiques et socioéconomiques ? Que deviennent aussi l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation, omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ? On peut également se demander dans quelle mesure cette représentation interroge les débats sur la mémoire, ses silences ou ses excès.

Dans le sillage du colloque « Guerres et totalitarismes dans la bande dessinée » (Cerisy-la-Salle,7-10 juin 2010, co-organisé par Viviane Alary – UBP/EVE), ce colloque international voudrait sonder les littératures de jeunesse françaises ou publiées en France et les littératures de jeunesse étrangères dès lors qu’elle mettent en scène des enfants en temps de guerre, victimes des totalitarismes ou/et des exils forcés.

Des chercheur-e-s de différentes disciplines – littéraires, linguistes, historien-ne-s, sociologues, psychologues, psychanalystes, anthropologues, ethnologues, sémiologues, historien-ne-s de l’art, etc.- pourraient apporter leurs précieux éclairages, que leurs analyses, inscrites dans une dimension synchronique ou diachronique, portent sur l’étude de corpus ou sur celle d’oeuvres isolées. Nous pourrions ainsi avoir une plus juste idée de l’état des représentations de ces événements en fonction des pays, des époques et des idéologies.

Outre la volonté de faire ressortir l’existence de patrimoines littéraires et iconographiques connus ou plus confidentiels, ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes dessinées, mangas, documentaires, etc. Une attention particulière sera accordée à la question des points de vue qui engagent diversement le discours textuel et/ou iconique : à hauteur d’enfant – récits ou témoignages d’enfants – ou à hauteur d’un-e adulte créateur-trice visant un jeune lectorat – (auto)fiction, (auto)biographie, souvenir, mémoires, récit, documentaire, docu-fiction, ou autre.

 

Comité scientifique du colloque :

Nelly Chabrol Gagne (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Michel Defourny (Université de Liège), Claudine Hervouët (BnF/CNLJ – La Joie par les livres), Claude Hubert-Ganiayre (enseignante honoraire), Mathilde Lévêque (Université de Paris 13 – Afreloce), Mathieu Lescuyer (Bibliothèque Universitaire Paris IV et de l’Université de Clermont-Ferrand), Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Olivier Piffault (BnF/CNLJ-La Joie par les livres), Jacques Vidal-Naquet (BnF/CNLJ – La Joie par les livres).

 

Modalités

Le colloque se déroulera à Paris, le 18 octobre à la BnF et le 19 octobre à l’ENS de Paris.

Langues : français, anglais, espagnol.

Les communications seront enregistrées afin d’être mises en ligne sur le portail d’EVE (avec l’accord des intervenant-e-s)et éventuellement sur un site de la BnF.

La durée de chaque communication est limitée à 25 minutes.

Les propositions de communication (titre et résumé de 1000 signes maximum), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique devront parvenir (par courriel)

avant le 30 septembre 2011 à :

Marion Caliyannis

BnF – CNLJ-La Joie par les Livres

marion.caliyannis@bnf.fr

 

Contexte : le programme Enfance Violence Exil

Le programme de l’Agence Nationale pour la Recherche « Enfance Violence Exil », élaboré par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Socio-poétique (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), en partenariat avec l’Université d’Amiens et l’Université de Regensburg, consiste en la collecte, l’exploitation en matière de recherche et la valorisation de différents fonds relatifs à l’expérience de la guerre, de l’exil consécutif aux violences civiles, de la violence subie par des enfants au cours ou à la suite des conflits du 20e siècle, principalement en Europe (de la Première Guerre mondiale à l’aube du 21e siècle). Le fonds Brauner (dessins d’enfants), d’autres fonds de dessins, de journaux scolaires et collectifs, des gisements archivistiques de l’intime sont explorés, en regard des représentations culturelles de l’enfance en guerre. Ce projet s’inscrit dans un champ de recherches interdisciplinaire qui associe en particulier les approches littéraires, historiques, linguistiques, psychologique, humanitaires. La documentation exploitée reconstitue, dans une période historique et une aire culturelle déterminées, une véritable histoire du 20e siècle à « hauteur d’enfant », à travers le vécu des enfants victimes et de la représentation qu’ils en ont donnée ou dont ils ont fait l’objet par l’intermédiaire des médias les plus variés.

Les réalisations de ce programme de recherche sont accessibles sur le portail de ressources :

http://www.enfance-violence-exil.net

Frontières de la « non-fiction » : l’esthétique documentaire et ses objets

Deux chercheurs (Alison James et Christopher Reig) lancent, pour un colloque organisé par le Centre de l’université de Chicago à Paris lance, un appel à communication intitulé : « Frontières de la “non-fiction” : l’esthétique documentaire et ses objets ». Cette proposition nous invite à considérer l’émergence d’une « sensibilité “documentaire” qui traverse depuis plus d’un siècle les genres et les formes artistiques » et qui serait distincte d’un « réalisme qui vise, de son côté, à construire une fiction vraisemblable ». Il s’agit donc de s’interroger sur un « réel » qui ne serait pas une simple question de « style » ou de « registre », mais qui constituerait un objet à part entière susceptible de bousculer des formes artistiques établies : le reportage littéraire et les rapprochements entre fictions et documentaires sont ainsi proposés comme pistes de réflexion. Même si la bande dessinée n’est pas nommément désignée, gageons que des organisateurs entendant se situer « à la croisée du cinéma et de la littérature » et se disant ouvert à « toute forme artistique des XXe et XXIe siècle » devraient voir d’un bon œil des propositions s’appuyant, par exemple, sur les travaux de Joe Sacco ou d’Étienne Davodeau. La date limite de l’envoi des propositions est fixée au 15 juillet prochain.

 

Frontières de la « non-fiction » : l’esthétique documentaire et ses objets

Date limite : 15 juillet 2011

Centre de l’Université de Chicago à Paris

Alors que les usages et les fonctions de la fiction constituent un terrain de prédilection pour les théoriciens de la littérature, la « non-fiction » a plus rarement retenu l’attention des chercheurs (à quelques exceptions près – Gérard Genette, Dorrit Cohn). Si certains travaux récents sur les genres « factuels » (tels ceux de Jean-Louis Jeannelle, par exemple) commencent à remédier à cette situation, il resterait à ouvrir un champ de réflexion plus large sur l’émergence et l’affirmation d’une sensibilité « documentaire » qui traverse depuis plus d’un siècle les genres et les formes artistiques.

Précisons d’emblée que ce souci documentaire se distingue du réalisme qui vise, de son côté, à construire une fiction vraisemblable. Dans cette perspective, il s’agira également moins de définir un genre (de film, d’image ou de texte), que d’interroger les possibilités (ou les postures) de prise plus ou moins directe sur le réel qu’offrent les moyens propres à chaque art, et en particulier l’art d’écrire.

À la croisée du cinéma et de la littérature, cette journée d’étude vise à interroger la notion d’« esthétique documentaire » qui, plus encore que celle de « roman réaliste », peut paraître antinomique.

D’abord, l’on ne saurait nier que le cinéma a profondément modifié le rapport de la littérature, tant au visuel qu’à la présentation de « faits réels ». Les études sur le cinéma documentaire peuvent donc initier notre réflexion sur les conditions déterminantes, des modalités d’énonciation et de réception de telles « non-fictions » littéraires. Pour un film documentaire, comme le dit Jacques Rancière, « le réel n’est pas un effet à produire [mais] un donné à comprendre » (La Fable cinématographique). Cette description d’un genre cinématographique peut-elle légitimement être étendue à des textes littéraires qui refusent les modèles de la fiction ? Ou tient-elle au contraire à la spécificité du cinéma qui, comme le rappelle à juste titre François Niney, « est né documentaire » – « documentaire » désignant en premier lieu une propriété de la caméra, la prise de vue qui saisit la vie « sur le vif » (Le Documentaire et ses faux-semblants)?

Or, l’on sait bien que la littérature ne relève pas de la même logique indicielle et que la prose non-fictionnelle s’inscrit dans un régime extrêmement conditionnel de littérarité, selon le critère rhématique des modes de diction (Genette). De fait, l’esthétique documentaire semble prôner la restitution exemplaire des faits, par le biais de stratégies discursives diverses. Tantôt refusant le montage, d’autres fois effaçant les soubassements idéologiques de sa pratique, elle affirme l’intention d’écrire « au fil du temps » (pour reprendre un titre de Wenders), ou, du moins, d’ancrer le document dans son temps. Pari risqué tant rares sont effectivement les « documents » qui deviennent des « monuments » (littéraires, cinématographiques, etc.). Optant pour une focale longue, le « documentaire » semble jouer avec la réalité, comme le contemporain, selon Agamben, s’éblouit avec son propre temps. « Ceux qui coïncident trop pleinement avec l’époque, qui conviennent parfaitement avec elle sur tous les points, ne sont pas des contemporains parce que, pour ces raisons mêmes, ils n’arrivent pas à la voir. Ils ne peuvent pas fixer le regard qu’ils portent sur elle. » (Qu’est-ce que le contemporain ?)

L’esthétique documentaire n’est pas pour autant univoque. On assiste, par ailleurs, à une prolifération de formes de l’entre-deux (autofiction, docu-fiction, et même télé-réalité) – autant de symptômes d’une « soif du réel » (voir David Shields, Reality Hunger) qui allie de manière ambiguë la force des faits et la fascination de la fiction. Pour ne prendre que quelques exemples, L’Adversaire (Emmanuel Carrère), certains récits de Régis Jauffret, des textes/photographies d’Édouard Levé, Dans la foule de Laurent Mauvignier, ou peut-être, dans un genre différent, Je me souviens (Perec) relèvent vraisemblablement de telles catégories hybrides.

Les contributions proposées pourront donc porter sur la littérature ou toute autre forme artistique des XXe et XXIe siècles, ainsi que sur des perspectives théoriques. Il sera éventuellement possible de confronter les théories et pratiques du cinéma documentaire à celles de l’écriture non-fictionnelle, afin de dégager de leur éclaircissement mutuel des principes (pragmatiques ou formels) de distinction et de jugement. Pourront être notamment envisagées les pistes de réflexion suivantes : rapports entre le récit et la fiction, ou entre le fictionnel et le factuel ; les cas d’ambiguïté ou d’indétermination entre fiction et documentaire, l’entre-deux, la feinte, le faux, mais encore, les genres et les frontières des genres, la temporalité du documentaire, le reportage littéraire, la transcription du fait divers, les enjeux éthiques du récit documentaire… La parution des actes est prévue.

Propositions de communication à adresser à Alison James (asj@uchicago.edu) et Christophe Reig (reig.christophe@orange.fr) avant le 15 juillet 2011.

 

Responsable : Alison James, Christophe Reig

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Circulations entre les arts : interroger l’intersémioticité

Marie Bouchet, du laboratoire « Cultures anglo-saxonne » de l’université Toulouse-Le Mirail, lance un appel à communication intitulé : « Circulations entre les arts : interroger l’intersémioticité ». S’inscrivant dans une thématique qui, présente dans moult appels relayés par les Carnets de la bande dessinée (voir ici), semble progressivement s’affirmer comme structurante sur le plan scientifique, cette proposition nous invite à penser la « circulation de la représentation d’un code à l’autre » et « d’une forme à l’autre », c’est-à-dire l’état d’une œuvre mêlant ce qui est présenté comme des « codes sémiotiques ». Les brèves pistes de recherche que nous présentons ci-dessous laissent toute latitude pour proposer des interventions ayant trait à une bande dessinée qui est, pour une fois, nommément mentionnée.

 

Circulations entre les arts : interroger l’intersémioticité

Date limite : 30 juin 2011

Journée d’Études le 31 mars 2012, Université Toulouse II-Le Mirail

Comment penser la circulation de la représentation d’un code à l’autre dans les œuvres intersémiotiques ? Que se joue-t-il lorsque l’on passe d’une forme à une autre, comme dans l’adaptation, ou lorsque l’œuvre elle-même circule entre les codes sémiotiques et les mêle (opéra, film, bande dessinée, insertion d’une image dans le texte ou de texte dans l’image, installation) ? Y-a-t-il circulation fluide entre les codes ou prééminence d’un code sur l’autre, voire illusion de circulation, simple « effet » d’un autre code ?

Dans cette perspective, plusieurs thèmes peuvent être abordés :

· Dissémination d’un thème ou d’une histoire à travers les arts au fil de ses adaptations

· Écriture intersémiotique : comment opère la circulation d’un code à un autre

· Formes de création multisémiotiques

Les propositions de communication en anglais ou en français (environ 300 mots) sont à envoyer d’ici le 30 juin 2011 au plus tard à : marie.bouchet@univ-tlse2.fr

 

Responsable : Marie Bouchet

 

Url de référence :
http://w3.cas.univ-tlse2.fr/spip.php?rubrique5

 

Adresse : Département Etudes du Monde AnglophoneUniversité Toulouse II-Le Mirail5 allées Antonio Machado31058 Toulouse Cedex 9

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le roman en question

La revue Chameaux, créée par six étudiants de l’université de Laval (Québec), poursuit son exploration des frontières de la littérature. Après les Amalgames (n°1) et les voyages (n°2), le comité de rédaction lance ainsi un appel à communication intitulé : « Le roman en question ». Cette proposition nous invite à mettre en perceptive le « genre le plus visible de la littérature » vis-à-vis de son ascendance (par exemple, le roman-feuilleton) et d’une « hybridation des genres » qui reste à mieux cerner. Des chercheurs travaillant sur la bande dessinée se voient ainsi offrir l’occasion de revenir sur la notion si vague et controversée de « roman graphique » qui semble précisément faire de la « contingence de [la] position occupée par le roman » un véritable enjeu. Pour Will Eisner, le recours au « roman » semble

ainsi l’occasion d’affirmer une esthétique passant par une conduite du récit et l’emploi de procédés rhétoriques qu’il détaille dans La Bande dessinée : un art séquentiel (Vertige Graphic). Pour Jean-Christophe Menu, l’inscription dans le « roman » semble être à l’inverse affaire de légitimité puisqu’il permet d’affirmer une proximité entre bande dessinée et littérature afin de permettre au neuvième art de quitter le carcan dans lequel il est, selon l’auteur de Plate-bandes, bien à l’étroit. Ces positions d’auteur et d’éditeur ne sont en rien antinomiques, et il nous semble possible (entre autres propositions) de les synthétiser avant le 15 juin prochain.

 

Le roman en question

Date limite : 15 juin 2011

Le roman est à l’heure actuelle le genre le plus visible de la littérature. Il prévaut sur la poésie, la nouvelle ou l’essai dans les colonnes des magazines culturels, domine les sections littéraires des librairies, s’exhibe sur les plages, prend l’autobus, le train, l’avion. Le roman est versatile et sa forme, malléable : il parle toutes les langues, s’acclimate aux circonstances les plus variées. Il est davantage produit, acheté, vanté, critiqué et discuté que tout autre genre littéraire, si bien qu’on entend parfois – et même souvent − son nom employé comme synonyme de son genre prochain, « littérature ».

L’histoire nous enseigne à reconnaître la contingence de cette position occupée par le roman. Il fut un temps, pas si lointain, où la littérarité se mesurait surtout à l’aune de la poésie et où le roman, jugé frivole et nuisible aux bonnes mœurs, était marginalité par l’institution littéraire. Cette perspective invite à réviser le regard que nous portons intuitivement sur le roman et à interroger son statut dans la culture d’aujourd’hui. C’est dans cette ligne de pensée que l’équipe de Chameaux propose, pour son cinquième numéro, un dossier intitulé « Le roman en question ». Par la formulation de ce thème directeur, nous souhaitons autant convier les auteurs à « se questionner sur » le genre romanesque que réfléchir à la place qui lui est accordée dans l’optique d’une « remise en question ».

Dans le cadre de ce zoom critique sur le roman, plusieurs avenues, plusieurs perspectives peuvent être empruntées. Rappelons toutefois que Chameaux, tout en privilégiant un thème large qui laisse la porte ouverte aux intérêts les plus diversifiés possibles, ne souhaite pas, avec « Le roman en question », former un dossier fourre-tout. Nous spécifions donc que les analyses d’œuvres romanesques, à moins de servir un propos plus général sur la nature du roman, son histoire, sa place dans la littérature ou la société, ne seront pas acceptées. Afin de donner le premier élan à la création, nous vous proposons une liste de sujets et de questions susceptibles d’être abordés.

Sujets

– Les causes de la prépondérance du genre sur la littérature occidentale actuelle

– Le roman-feuilleton et le rapport du roman à la presse au XIXe siècle

– La place du roman dans les littératures de l’Antiquité, du Moyen Âge, de la Renaissance, du XVIe siècle, etc.

– La contamination du roman par d’autres formes littéraires

– Les tentatives de déconstruction (Nouveau Roman et autres écritures qui rompent avec les normes du genre romanesque)

– L’autofiction et le rapport du roman à la fiction

– L’hybridation des genres

– L’influence de la littérature électronique sur le roman

Questions

– De quoi la popularité du roman est-elle le symptôme dans notre société ?

– Qu’est-ce que le roman ?

– Que nous apporte la fiction romanesque ?

– Le roman appelle-t-il un type particulier de lecture ?

– Est-on à l’apogée de la dominance du roman sur la littérature ou déjà entrés dans la période de son déclin ?

Pour terminer, nous aimerions rappeler le ton privilégié par le comité éditorial de Chameaux pour la sélection des articles. La revue Chameaux souhaite publier des essais critiques qui s’éloignent du ton « scolaire » adopté lors de l’écriture de la dissertation. Nous recherchons avant tout des réflexions personnelles et approfondies, qui traitent d’un sujet général de manière fluide et plaisante. Nous ne faisons pas prévaloir le ton scientifique, objectif et spécialisé, mais plutôt une pensée autonome et libre qui, tout en ayant pour objectif le partage des connaissances, s’incarne dans un style travaillé.

Nous attendons vos contributions sous la forme d’articles d’une longueur maximale de 5000 mots, soumis aux normes de notre politique éditoriale (http://revuechameaux.wordpress.com).

La date limite pour l’envoi des articles (chameaux@lit.ulaval.ca) est le 15 juin 2011.

Veuillez prendre note que les propositions d’articles ne seront pas évaluées, mais seuls les textes entiers.

Au plaisir de vous lire !

 

Responsable : Revue « Chameaux »

 

Url de référence :
http://revuechameaux.wordpress.com/

 

Adresse : Pavillon Charles-De Koninck, bureau 33071030, avenue des Sciences-HumainesQuébec (Québec) G1V 0A6Canada

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Colloque « Disney »

Christian Chelebourg, de l’université Nancy 2, organise au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle un colloque « Walt Disney ». Ces cinq jours (16-23 août 2011) permettront de s’intéresser à tous les aspects de l’univers de Disney : création (thèmes récurrents, chorégraphies dans les films…), adaptation (Fantasia, Tim Burton…), entreprise (Disneyland), histoire (Disney pendant la guerre), idéologie (capitalisme). Aucun titre de communication ne fait directement référence à la bande dessinée, mais il en sera sans aucun doute question.

Walt Disney

Résumé

Ce colloque sera l’occasion de revenir sur la carrière créative de Walt Disney et son ingénierie du divertissement. L’homme sera abordé dans ses diverses dimensions, en tant que dessinateur d’animation, cartooneur, créateur de parcs à thème, découvreur de talents. Ses principaux collaborateurs — d’Ub Iwerks à Carl Barks ou Jack Hannah, de Wolfgang Reitherman à Clyde Geronimi — comme ses principaux personnages pourront faire l’objet d’études monographiques ou synthétiques. L’accent sera mis sur les processus créatifs et les imaginaires qu’ils véhiculent, aussi bien que sur les procédés techniques qui les sous-tendent. L’œuvre de Walt Disney sera abordée sous les deux angles de la production et de la réception. Enfin, on s’intéressera aussi bien à ses apports personnels qu’à sa fortune à travers les studios qui portent son nom et les évolutions qui en ont marqué l’histoire.

Argument

Walt Disney (1901-1966) a contribué à renouveler profondément l’approche et la diffusion des productions artistiques à destination de la jeunesse. S’il n’a pas inventé le dessin animé, et s’il a largement puisé à la source des littératures européennes, on lui doit d’avoir popularisé ce qui est devenu un des médias majeurs de la culture jeune, et d’avoir œuvré à l’internationalisation, voire à la mondialisation de la culture occidentale.

Ce colloque sera l’occasion de revenir sur la carrière créative de Walt Disney et son ingénierie du divertissement. L’homme sera abordé dans ses diverses dimensions, en tant que dessinateur d’animation, cartooneur, créateur de parcs à thème, découvreur de talents. Ses principaux collaborateurs — d’Ub Iwerks à Carl Barks ou Jack Hannah, de Wolfgang Reitherman à Clyde Geronimi — comme ses principaux personnages pourront faire l’objet d’études monographiques ou synthétiques. L’accent sera mis sur les processus créatifs et les imaginaires qu’ils véhiculent, aussi bien que sur les procédés techniques qui les sous-tendent. L’œuvre de Walt Disney sera abordée sous les deux angles de la production et de la réception. Enfin, on s’intéressera aussi bien à ses apports personnels qu’à sa fortune à travers les studios qui portent son nom et les évolutions qui en ont marqué l’histoire.

Communications

Danièle ANDRÉ : « D’un Z qui veut dire… Disney – l’Ouest américain selon Zorro »

Marc BERDET : « La fantasmagorie des parcs à thème »

David CALVO : « Disneyland, archéologie mythique d’un imaginaire »

Christian CHELEBOURG : « Walt Disney et la médiatisation des contes »

Barbara CISE : « Disney Princess : élaboration et destin d’une figure topique »

Thierry CORMIER : « Disney ou le monde merveilleux de nos peurs infantiles »

Adela CORTIJO TALAVERA : « La Belle et la Bête, de Cocteau aux studios Disney »

Laurent DÉOM : « Walt Disney ou le regard émerveillé »

Virginie DUREY : « Walt Disney et l’idéologie américaine »

Hervé GUINERET : « Walt Disney ou le capitalisme enchanté »

Pierre-Eric JEL : « Disney à l’ombre du polar : Who framed Roger Rabbit de Robert Zemeckis (1987) ou l’interrogation sur le devenir de l’animation »

Sylvain LEDDA : « Visages de la mort chez Walt Disney »

Isabelle LIMOUSIN : « Mickey au musée d’art moderne »

Arnaud MAILLET : « Regard, pièges et fascination chez Walt Disney »

Francis MARCOIN : « Les vies multiples de Scrooge McDuck »

Gilles MENEGALDO : « Tim Burton et les studios Disney : subversion et dynamique créative »

Samuel MINNE : « The Sword in the Stone : indétermination générique et vision du genre »

William MOEBIUS : « Le contact et la coordination des corps dans l’œuvre de Disney de 1927 à 1940 »

Philippe MORLOT : « Walt Disney et les arts visuels »

Maryse PETIT : « À propos de Fantasia : création et mise en “anima” »

Christine PRÉVOST : « De la transmission des valeurs morales à la mise en scène d’un patrimoine national illustrant une Amérique aux identités multiples : Disney-Pixar et la géographie de la nostalgie »

Dick TOMASOVIC : « Walt Disney chorégraphe — vers une redéfinition de l’art du mouvement »

Daniel TRON : « Technique et créativité dans les productions Disney »

Aurélie VILLERS : « Walt Disney et l’effort de guerre »

Lieu

Cerisy-La-Salle (50210) (Centre culturel international de Cerisy, Le Château)

Dates

mardi 16 août 2011

mercredi 17 août 2011

jeudi 18 août 2011

vendredi 19 août 2011

samedi 20 août 2011

dimanche 21 août 2011

lundi 22 août 2011

mardi 23 août 2011

Contact

Centre Culturel International de Cerisy
courriel : info [point] cerisy (at) ccic-cerisy.asso [point] fr

Le Château 50210 Cerisy-La-Salle

Url de référence

Site du CCIC

Source de l’information

Michaël Morel
courriel : michael [point] morel (at) ccic-cerisy.asso [point] fr