Apparitions fantastiques

« Apparitions fantastiques » : c’est le thème qu’ont choisi les CRILA, CERLI et CERIEC de l’université d’Angers pour un colloque en novembre 2011. Intitulé « Apparition et disparition dans la fiction brève (littérature et arts de l’image) », celui-ci est organisé autour de trois thèmes : « l’imaginaire, le texte bref et la question de l’apparition ». « Le fantastique commence donc par l’émergence, le jaillissement de quelque chose », et il s’agit donc d’interroger l’apparition à travers, en ce qui concerne l’image, de la « transposition des textes dans les arts visuels ». Au vu du corpus que propose l’appel à communication, nous pensons qu’il serait intéressant pour des chercheurs de travailler sur :

  • Des adaptations d’Edgar Alan Poe comme Adam Sarlech (Frédéric Bézian aux Human), La Chute de la maison Usher (Richard Corben chez Albin Michel) ou encore Le Portrait ovale (Pascal Somon chez Nucléa).
  • Des adaptations de Lovecraft comme Les Montagnes hallucinées (Culbard chez Akiléos), Les Mythes de Cthulhu (Breccia chez Rackham), Le Temple (Rodriguez chez Emmanuel Proust Éditions).

La date limite est fixée au 30 juin.

COLLOQUE CRILA-CERLI-CERIEC

Université d’Angers

24-26 NOVEMBRE 2011

Apparitions fantastiques

Apparition et disparition dans la fiction brève (littérature et arts de l’image)

Il s’agira dans ce colloque pluridisciplinaire d’organiser la réflexion autour de trois axes : l’imaginaire, le texte bref et la question de l’apparition. Pourquoi ce choix ? On sait d’abord que « le fantastique excelle lorsqu’il est porté par un texte court et le plus souvent par la brièveté de la nouvelle » (N. Prince, Le fantastique, A. Colin, p. 77) : Poe, James, Hawthorne, Maupassant, Richepin, Schwob, Nodier, Gautier, Lorrain sont autant d’auteurs qui ont porté la nouvelle aux nues, et leurs écrits permettent d’envisager le rapport étroit entre le fantastique et la nouvelle. « La nouvelle réussit à merveille à créer la tension nécessaire et l’émotion propre au genre. Il s’agit d’un récit bref et rectiligne, concentré sur peu de personnages, sur un événement unique au caractère insolite, inouï et inédit […] Tout dans la nouvelle est au service de l’efficacité fantastique » (Id., p. 78) : « [la nouvelle] a sur le roman à vastes proportions cet immense avantage que sa brièveté ajoute à l’intensité de l’effet » (Baudelaire).

Le fantastique, dit-on communément, déclenche « l’apparition » (R. Caillois) : apparition de l’insolite, de l’inadmissible, de la chose ou de l’être surnaturel. Le mot fantastique se rapporte au verbe grec phantasein qui signifie « faire voir en apparence, montrer, apparaître ». Le fantastique commence donc par l’émergence, le jaillissement de quelque chose. Le même mot phantasein est lié à phantasia, « l’apparition », et à phantasma, « le spectre, le fantôme », réunissant dans une même origine apparition et surnaturel. L’apparition est le principe actif par lequel l’événement surprenant se manifeste. Elle atteint le héros, ouvre son expérience à l’indicible. Quelque chose apparaît qui implique « l’infraction du réel » (J.-L. Steinmetz). Ce basculement correspond souvent à une « monstration » (D. Mellier) qui consiste à « montrer de manière excessive et hyperréaliste des créatures surnaturelles ».

Mais comme son double au miroir, la disparition participe elle aussi au jeu de/avec la peur ou de l’insolite. Disparition d’une personne, d’une partie de son corps, d’un objet, voire d’un lieu. Il existe aussi, au coeur du fantastique, un paradoxe lié à la lacune, au manque, à la manifestation ou à « l’apparition » de l’invisible, à « l’image absente » (H. de Régnier), au « visible paradoxal » (N. Prince). Comment alors exprimer ce qui échappe à la représentation, sinon par le texte même, par ses figurations et ses escamotages stylistiques ? C’est en s’effaçant que le texte de l’invisible en vient finalement à l’exhiber. L’écriture de la disparition s’achève alors par une disparition de l’écriture.

Notre colloque se propose de développer ces pistes sur un mode transversal en réunissant des spécialistes du texte court et des analystes de la littérature ou des arts visuels. Les formes brèves sont toutes convoquées : nouvelle, novella, tale, short story, conte. De même pour les genres ou sous-genres de l’imaginaire : fantastique, gothique, horreur, terreur, merveilleux, fantasy, science-fiction, littérature de jeunesse, mythe. Aucune périodisation précise ne sera préconisée.

Sur le plan de l’image, on s’intéressera à la transposition des textes dans les arts visuels. L’adaptation de la nouvelle fantastique à l’écran pose des problèmes spécifiques. La forme brève peut être conservée ou même condensée. A l’inverse, la fiction, largement étoffée peut donner lieu à un long métrage qui permet aux motifs et figures (comme le spectral) de s’inscrire dans un espace et de se déployer dans la durée. La question de l’apparition/disparition est cruciale et donne lieu à des choix de mise en scène (monstration ou évitement, suggestion ou fragmentation de la figure, répétition/variation, jeu sur le hors champ, la lumière et l’ombre, les bruits diégétiques etc.) qui rejoignent des préoccupations théoriques importantes. Il nous semble loisible enfin d’ouvrir un atelier aux spécialistes de traductologie afin de réfléchir sur la pratique de la traduction en matière de nouvelles fantastiques (des nouvelles « classiques » ont été traduites plusieurs fois).

Responsables de l’organisation :

-locaux (pour le CRILA) : Lauric Guillaud, Emmanuel Verdanakis, Pascale Denance, Alice Clark (Université de Nantes) : mise en place des ateliers. Contact CERIEC : Anne-Simone Dufief

-extérieurs : (pour le CERLI) Gilles Menegaldo (Université de Poitiers) : aire cinématographique.

Des ateliers thématiques seront définis en fonction des propositions. La majorité des communications sera faite en français. Toutefois, un atelier sera prévu pour les communications en anglais (fonctionnement habituel du CRILA). Un autre atelier pourrait réunir les théoriciens du genre.

Une journée d’étude préparatoire sous forme de séminaire ou de table ronde aura lieu le 23 juin. Le sujet sera « la nouvelle fantastique ».

Temps de parole imparti : 25 minutes + 5.

Merci d’envoyer vos propositions conjointement aux deux adresses mail suivantes, avant fin juin :

-Lauric Guillaud : lauric.guillaud@sfr.fr

-Anne-Simone Dufief : simone.dufief@univ-angers.fr

Quelques auteurs anglophones célèbres du genre :

Coleridge, Lord Byron, John Keats, Washington Irving, William Austin, James Hogg, Mary Shelley, Nathaniel Hawthorne, Poe, Emily Dickinson, J. S. Le Fanu, Lewis Carroll, Henry James, Dickens, Oscar Wilde, Yeats, Ambrose Bierce, R.-L. Stevenson, Bram Stoker, Arthur Machen, H.G. Wells, Robert Chambers, W.W. Jacobs, M.R. James, Kipling, Lord Dunsany, Saki, E.M. Forster, A. Conan Doyle, Edith Wharton, Walter de la Mare, Mark Twain, Virginia Woolf, Algernon Blackwood, D.H. Lawrence, Graham Greene, Somerset Maugham, O’Henry, H.P. Lovecraft, Daphne du Maurier, Ray Bradbury, Ursula Le Guin, Nabokov, Charlotte Perkins Gilman, Stephen King, Richard Matheson, etc.

Aire francophone :

Jean Cocteau, Marguerite Yourcenar, Léon Bloy, Jules Claretie, André Pieyre de Mandiargues, Marcel Aymé, Théophile Gautier, Jules Lermina, Prosper Mérimée, Maupassant, George Sand, Jean Richepin, Villiers de l’Isle-Adam, M. Renard, Henri de Régnier, Gaston Danville, Catulle Mendès, Remy de Gourmont, Balzac, Charles Nodier, Michel de Ghelderode, Jean Ray, Claude Seignolle, J.-L. Bouquet, Alexandre Dumas, Nerval, etc.

Bibliographie sommaire sur la nouvelle :

– BONHEIM, Helmut, The Narrative Modes. Techniques of the Short Story, Brewer, 1982, 197 p.

– BOUCHER, Jean-Pierre, «Le titre du recueil: le premier récit. Le Torrent d’Anne Hébert», Écrits du Canada français, no 65, 1989, p. 27-46.

– Id., Le recueil de nouvelles, Montréal, Fides, 1992, 216 p.

– CHKLOVSKI, V., «La construction de la nouvelle et du roman», Théorie de la littérature, textes des formalistes russes réunis et traduits par T. Todorov, Paris, Seuil, «Tel Quel», 1965, p. 170-196.

– DELOFFRE, Frédéric, La Nouvelle en France à l’âge classique, Paris, Didier, 1967, 130 p.

– ETIEMBLE, René, «Problématique de la nouvelle», Essais de littérature (vraiment) générale, Paris, Gallimard, 1975, p. 220-236.

– FONYI, A., «Nouvelle, subjectivité, structure. Un chapitre de l’histoire de la théorie de la nouvelle et une tentative de description structurale», Revue de littérature comparée, vol. 50, no 4, oct.-déc. 1976, «Problématique de la nouvelle», p. 355-375.

– GODENNE, René, La nouvelle française, Paris, P.U.F., collection SUP, 1974, 176 p.

– Id., « Comment appeler un auteur de nouvelles?», Romanic Review, fév. 1967, vol. LVIII, no 1, p. 38-43, Columbia University Press, New York & London.

– MORIN L., De la nouvelle fantastique au roman fantastique, Etudes Canadiennes, 1996, vol. 22, n° 40, pp. 17-28.

– PELLERIN, Gilles, Nous aurions un petit genre, Québec, L’Instant même, 1997, 217 p.

– PRINCE, Nathalie, Le fantastique, Paris, Armand Colin, collection « 128 », 2008, 128 p.

– Id., Petit musée des horreurs. Nouvelles fantastiques, cruelles et macabres, Paris, Robert Laffont, collection « Bouquins », 2008, 1152 pages.

– Id., « L’image absente. Une dialectique de l’invisible », dans Le livre et l’image dans la littérature fantastique et les oeuvres de fiction (F. Dupeyron-Lafay dir.), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, p. 237 à 256.

– SHAW, Valérie, The Short Story: a Critical Introduction, London, New-York, Longman, 1983, 294 p.

Responsable : Lauric Guillaud, Emmanuel Verdanakis, Pascale Denance, Alice Clark, Anne-Simone Dufief, Gilles Menegaldo

Spectres ! Journée d’études et exposition

Les élèves du master BD de l’EESI organisent, avec Lucie Campos et Thierry Smolderen et en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université de Poitiers, une journée d’études le 7 juin 2011 autour du thème des spectres. Du comique à l’aventure, la figure du fantôme traverse tous les genres de la bande dessinée, et ses multiples avatars seront abordés lors de cette journée.

L’image fixe-t-elle le spectre ? Marqué par son affiliation à un autre monde, celui des morts et du passé, le spectre se définit aussi par l’inconstance des rapports qu’il entretient avec le monde visible. Lorsque la bande dessinée s’empare de la figure du spectre, elle lui applique ses règles de représentation, ses dispositifs de narration, son rapport au temps. Que devient alors le spectre, arraché à son temps et fixé dans des images ? Quelles fonctions prend-il dans le récit ? Assujetti au système de la bande dessinée, un spectre devient-il un bon fantôme ? Perd-il son aura ? Perd-il de son pouvoir ? Gagne-t-il d’autres  propriétés ?

  • Thierry Groensteen (historien et théoricien de la bande dessinée, professeur à l’EESI) : Petite revue de la hantise dans les bandes dessinées
  • Ben Katchor (auteur de bande dessinée) : L’impression et ses effets fantomatiques (en anglais)
  • Vincent Marie (professeur d’histoire, spécialiste de Tardi et de la première guerre mondiale) : Le spectre de la guerre dans l’oeuvre de Tardi
  • Denis Mellier (professeur de Littérature Générale Comparée à l´université de Poitiers)
  • Thierry Smolderen (essayiste et scénariste de bande dessinée, professeur à l’EESI)
  • Cléry Dubourg, Léo Louis-Honoré, Maxime Jeune (élèves en master BD) : Le fantôme, figure sympathique
  • Emilie Fabre, Pierre-Laurent Daures (élèves en master BD) : Le spectre, figure traumatique
  • Morgane Parisi et Alvaro Nofuentes (élèves en master BD) : L’auteur comme influence fantasmatique

INTERVENTIONS GRAPHIQUES durant la journée : François Henninger, Thomas Gosselin…

SOIREE MARDI FANTASTIQUE « PROPRIETE HANTEE » au cinéma de la Cité, double projection suivie d’un débat, animé par Hidden Circle : La Maison du diable (Robert Wise, 1963) à 19h, The Silent house (Gustavo Hernandez, 2010) à 21h30.

GALERIE DE FANTOMES, exposition aux abords de l’Auditorium.

Cette journée, aura lieu le 7 juin de 9h30 à minuit au sein de l’auditorium de la Cité. Pour plus d’informations, colloque.spectre@gmail.com.

Argumentaire spectre

Le translucide : entre transparence et lucidité

La revue électronique Post-Scriptum lance un appel à communication intitulé « Le translucide : entre transparence et lucidité ». Cette proposition nous invite à réfléchir à une notion présentée comme « le lieu d’une tension entre transparence et opacité. C’est ce qui, malgré sa matérialité, ne compromet pas l’essentiel du sens, de la signification ; qui ne déforme pas l’original. » Parmi les pistes indiquées, la bande dessinée n’est pas mentionnée (fainéants !), et cela nous semble d’autant plus regrettable que la notion de « translucide » nous semble constituer un véritable enjeu sur le plan esthétique. Toute une partie du neuvième art semble en effet vouloir s’en écarter, comme le montre Thierry Groensteen dans Asterix, Barbarella et Cie : « L’une des premières qualités du dessin hergéen est sa parfaite lisibilité, son apparente simplicité. Cette transparence nous ferait presque oublier qu’Hergé dessine » (Somogy, 2000, p. 56). A l’inverse, d’autres modes de création semblent s’en réclamer, à l’instar de  celui d’un Alberto Breccia qui n’a de cesse (dans Les Mythes de Cthulhu) de faire subir tous les outrages à la page (salissure, entailles, humidification…) pour aboutir à un résultat on ne peut plus monstrueux, ou encore d’un Hugo Pratt dont les aquarelles (rééditées en 1996 par Casterman) développent une véritable poétique du translucide qu’il s’agira d’analyser avant le 15 juin prochain.

Post-Scriptum

Revue électronique interdisciplinaire en textes et médias.

Département de littérature comparée Université de Montréal

Numéro 14 – Automne 2011

Le translucide : entre transparence et lucidité


Post-Scriptum invite tous les étudiants/es de deuxième et troisième cycles universitaires à réfléchir sur les rapports entre transparence et lucidité, ceux-ci appréhendés à travers leur forme téléscopée : le translucide. Le translucide est à penser comme un intervalle : le lieu d’une tension entre transparence et opacité. C’est ce qui, malgré sa matérialité, ne compromet pas l’essentiel du sens, de la signification ; qui ne déforme pas l’original. Le translucide rend manifeste la médiation alors que le dispositif qu’il sous-tend se distingue de la transparence qui occulte le rapport à la matière.

Si le transparent répond d’un désir d’appréhension immédiate et authentique de l’objet, il appelle aussi une certaine lucidité qui paraît problématique. Car cette lucidité, comprise comme clairvoyance, peut être considérée autant comme révélation mystique que comme élucidation rationnelle. La parfaite translucidité est-elle utopique ou réelle ? Celle-ci est-elle à penser comme absence de médiation ou comme monstration de la médiation ? Est-ce que la reconnaissance de l’entre-deux compromet le savoir ou le permet ?

Le comité de rédaction de Post-Scriptum invite les collaborateurs de toutes les disciplines à penser le translucide dans les champs d’études suivants :

  • La transparence médiatique et politique, wikileaks et l’information publique.
  • Clarté, objectivité et lucidité en philosophie.
  • L’effacement du médium comme idéologie de la technologie ; la réalité virtuelle, la transparence et l’hypermédialité.
  • L’inframince, tel que conceptualisé par Marcel Duchamp, la matérialité de l’interstice ou de la strate en art moderne et contemporain.
  • L’honnêteté intellectuelle et ses implications éthiques.
  • Transparence et matérialité du langage en littérature et en poésie.
  • Le poreux des frontières linguistiques, identitaires, géographiques, idéologiques.
  • Un état de la matière entre le visible et l’invisible : le visqueux, le laiteux, le halo et l’aura.

Les collaborateurs sont invités à soumettre leurs propositions d’articles de 250-300 mots avant le 15 juin 2011 à l’adresse post.scriptum.org@gmail.com.

Url de référence :
http://www.post-scriptum.org/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Zones humides et littérature

Le Groupe d’Histoire des Zones Humides appartenant à l’École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage de Blois lance un appel à communication intitulé : « Zones humides et littérature ». Franchement originale, cette proposition nous invite à réfléchir à l’importance esthétique d’un marais qui semble fort riche : « Objet de fascination, le marais a une dimension épique quand il s’agit de le traverser, mythique dès lors qu’on y rencontre ou y combat des forces surnaturelles, éthique et initiatique enfin quand, les forces du mal vaincues, on y trouve sa voie ». Même si l’appel à communication ne mentionne nullement la bande dessinée et préfère se concentrer sur la littérature, gageons que le comité scientifique sera sensible à des propositions s’appuyant sur des œuvres développant une véritable poétique de la « zone humide » : outre nombre d’albums de fantasy (Les Griffes du marais de Corbeyran et Amblevert, Les Yeux du marais de Marc-Rénier…) ou de fantastique (telle La balade au bout du monde dont les 16 tomes scénarisés par Makyo se déroulent dans un village caché dans des marais), nous ne pouvons nous empêcher de penser à la très belle œuvre de Stéphane Blanquet, La Vénéneuse aux deux éperons, dans laquelle le marais semble cohabiter avec toutes sortes d’espaces marginaux (forêts, terrains vagues) et renfermer une vie tout aussi luxuriante qu’insignifiante pour le commun des mortels. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er juillet prochain.

Zones humides et littérature

Appel à communication

7émes Journées d’Études du Groupe d’Histoire des Zones Humides

École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage

Blois, 2-3 décembre 2011

Étrange, captivant, le marais, et l’ensemble des zones humides, ont de tout temps intrigué et exalté l’imaginaire des écrivains et des artistes en même temps qu’ils motivaient de savantes études et d’innombrables compte rendus d’explorateurs et de voyageurs. Objet de fascination, le marais a une dimension épique quand il s’agit de le traverser, mythique dès lors qu’on y rencontre ou y combat des forces surnaturelles, éthique et initiatique enfin quand, les forces du mal vaincues, on y trouve sa voie. La sémiotique des zones humides, c’est-à-dire le système de symbolisation qui s’y applique, est donc particulièrement riche et reflète, pour ces objets de nature investis par la culture de sens et de valeurs spécifiques, des perceptions et des représentations originales. Magistralement exposée dans l’ouvrage de Gaston Bachelard L’eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière (Joseph Corti, 1942), cette sémiotique de l’eau perçue à travers la littérature classique, notamment poétique, s’appuie sur les états de l’eau, stagnante, courante, claire, profonde, calme, violente afin de dégager les diverses imaginations matérielles qui s’attachent à l’eau. Celle-ci au gré des chapitres apparaît printanière, vive, courante, transparente, odorante et renvoie au narcissisme et au sentiment amoureux ; c’est une eau érotique, passionnelle dont l’odeur mêlée d’humus est celle du désir. Dormante, lourde, sombre, insondable, l’eau véhicule alors une méditation sur la mort et l’inexorabilité du temps. Étale, l’eau est un passeur du temps, elle brouille les repères chronologiques, féconde les souvenirs voire assure des ruptures surnaturelles dans l’espace-temps. Cette eau stagnante est aussi celle de la mort consentie, du suicide féminin, l’eau ophélienne par excellence d’où surgissent infinie tristesse et mélancolie : c’est la matière du désespoir. Mélangée à la terre, matricielle, l’eau compose encore la boue des origines d’où sort la vie et la prodigalité naturelle et qui, par une souille symbolique, permet une renaissance spirituelle. Cette même eau boueuse est aussi celle d’une peur singulière, d’une peur humide qui, à l’image des lavandières de Georges Sand dans les Légendes rustiques nourrit contes et légendes fantastiques. Mais l’eau est également maternelle, c’est le lait de la Terre, de la Nature ; c’est une eau qui berce, qui console, une eau qui purifie. C’est une eau de Jouvence qui rajeunit et guérit. Violente enfin, torrentielle, déchainée, l’eau incarne la colère divine et renvoie à tous les figures cosmogoniques du châtiment. Pourtant, de l’aveu même de l’auteur, cet ouvrage n’épuise pas la question : l’eau, trop intiment, trop organiquement liée à l’homme, à son imaginaire résiste à toute approche rationnelle. L’ambition de ces septièmes journées d’études du Groupe d’Histoire des Zones Humides est donc de poursuivre l’exploration littéraire de cet imaginaire de l’eau, et ce à travers quatre thématiques.

1. Les travaux sur la sémiotique de l’eau concernent davantage l’eau et ses états que les objets, naturels ou anthropiques, créés par l’eau. Dès lors, y a t il une sémiotique liée à chacun des principaux types de zones humides ? Peut-on distinguer des figures littéraires distinctes pour les tourbières, les étangs, les estuaires, les marais, les mares, les bras morts et les canaux inactifs ? De même, le discours apparaît quasiment a-géographique. Y a t il ainsi une spécificité régionale, à l’échelle européenne, voire planétaire, des perceptions et représentations littéraires des zones humides ? Peut-on distinguer dans la littérature anglo-saxonne des figures qui la distinguerait d’une tradition francophone ou scandinave ? De même, entre deux régions humides proches, la Sologne et la Brenne, la Dombes et la Champagne Humide, les landes de Gascogne ou celles du Cotentin par exemple, ne peut-on esquisser les contours d’une géographie littéraire ? Ceci invite bien sûr à donner à la littérature régionale (Barbey d’Aurevilly, Genevoix, Maupassant, G. Sand mais aussi bon nombre d’auteurs ayant exalté leurs terroirs…), non entendue comme un sous-genre littéraire mais bien comme une littérature incarnée, une importance particulière.

2. Le corpus de Bachelard apparaît d’une part principalement constitué d’oeuvres classiques allant du XIXe aux années 1940 et d’autre part surtout étayé par des oeuvres poétiques. La question est donc de savoir quelles sont les évolutions récentes enregistrées dans la sémiotique des zones humides. Quelles sont les figures du marais dans la littérature contemporaine, abordée dans toutes ces composantes (littérature policière, littérature fantastique, contes et légendes, littérature enfantine mais aussi bandes dessinées). De même, si l’on se demande comment la littérature représente le marais, il s’agit également de comprendre comment le marais, ou la zone humide, lui sert à représenter d’autres réalités, impossibles à appréhender directement.

3. Les travaux afférents aux perceptions et représentations des zones humides dans la littérature font peu de cas des évolutions historiques de ces mêmes images et des lieux dans lesquels elles se forment. La figure littéraire du marais n’est ni historicisée, ni replacée dans la matrice socio-culturelle qui l’a produite. L’objectif est donc, dans une perspective historique, de tenter de suivre les étapes d’une construction symbolique et d’examiner ses variances tant au sein d’une même époque selon la diversité des sociétés que sur le temps plus long de l’évolution des perceptions de l’environnement.

4. Enfin, on ne peut isoler la sémiotique afférente aux zones humides des impacts qu’elle suscite sur le milieu. Aiguillonnée par la géographie culturelle, et plus généralement par l’importance des perceptions et représentations dans les choix de valorisation de l’espace, nous proposons d’explorer la notion de paysage littéraire en émettant l’hypothèse que la prégnance des grandes oeuvres romanesques influence le façonnement des milieux naturels. Par leur ambivalence physique et symbolique, par leur moindre intégration dans les marchés économiques mondialisés qui autorise une plus grande expression de l’imaginaire de leurs gestionnaires, les zones humides continentales, entre terres et eaux, entre vie et mort, se prêtent à merveille à cet exercice de géographie culturelle. Elles constituent même, davantage encore que les montagnes ou les littoraux aujourd’hui plus atteints par les courants d’échanges planétaires, un véritable laboratoire de géographie psychosociale. On y traquera ainsi les fondements du paysage littéraire, c’est-à-dire d’un paysage dans lequel la littérature laisse des traces matériellement perceptibles. Notre propos est d’évaluer en quoi le traitement littéraire des zones humides forge des représentations susceptibles de guider le choix des gestionnaires. Il s’agit de montrer que de subtils échanges s’opèrent entre les lecteurs et les lieux d’eau et que la littérature est in fine à même de forger des paradigmes paysagers dont les gestionnaires, privés ou publics, sont pénétrés lors de leurs décisions d’aménagement de l’espace palustre.

Comité Scientifique :

Corinne Beck (Groupe d’Histoire des Zones Humides, Université de Valenciennes)

Dominique Chevallier (Groupe d’Histoire des Zones Humides)

Jean-Michel Derex (Groupe d’Histoire des Zones Humides)

Bertrand Sajaloli (Groupe Histoire des Zones Humides et Université d’Orléans, CEDETE EA 1210)

Muriel Rosemberg (Université d’Amiens, UMR 8504 Géographie-Cités))

Sylvie Servain-Courant (Groupe d’Histoire des Zones Humides et Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage, UMR 6173 CITERES)

Les propositions de communications doivent être soumises sous forme d’un résumé d’une page maximum avec un titre accompagné de trois à quatre mots clés. Il doit être fait explicitement référence à la thématique dans laquelle la contribution s’inscrit.

Les propositions doivent parvenir par voie électronique à l’adresse du colloque ghzh2011@ensnp.fr avant le 1 juillet 2011.

Les auteurs seront informés de la décision du comité scientifique fin juillet 2011. Les résumés acceptés ainsi que le programme seront publiés sur le site de l’ENSNP et sur celui du Groupe d’Histoire des Zones Humides en septembre 2011. Il sera alors envoyé aux auteurs retenus plus d’informations sur les normes de présentation des articles. Les textes devront parvenir aux organisateurs au plus tard le jour du colloque.

Les actes seront publiés dans le numéro 7 de la collection Journées d’Études du Groupe d’Histoire des Zones Humides.

Responsable : Sylvie Servain Courant (GHZH)

Url de référence :
http://ghzh.free.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée dans l’ordre des guerres et des génocides

La revue pluridisciplinaire de la fondation d’Auschwitz : Témoigner entre histoire et mémoire propose, dans son numéro 109 de mars 2011, un important et passionnant dossier sur la bande dessinée dans l’orbe des guerres et des génocides du XXe siècle. Ainsi, selon Fransiska Louwagie et Daniel Weyssow (les deux coordonnateurs du dossier) mise au service ou revenant sur les guerres et génocides du XXe siècle, la bande dessinée fut mêlée aux plus sombres événements de notre Histoire.

La première partie du dossier intitulée Propagande évoque le rôle joué (en France, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas) durant la Seconde Guerre mondiale par des éditeurs et auteurs de bandes dessinées qui se mirent au service de l’envahisseur ou qui, au contraire, lui résistèrent. En relevant les contributions de la bande dessinée aux efforts de guerre, c’est son potentiel même en tant que moyen d’action et de propagande qui est ici mis en exergue.

Thierry Crépin : Les éditeurs de bandes dessinées en France sous l’occupation

Dans les années quarante, la presse enfantine est en France le principal support éditorial de la bande dessinée. La défaite militaire a favorisé un renouvellement des éditeurs, la limitation du champ de diffusion des illustrés, l’éclatement des centres de production et une soumission aux censures allemande et vichyste. Confrontés à une situation inédite, les éditeurs français adoptent des comportements d’une grande diversité, entre accommodement des anciens et complaisance des derniers arrivés pour les temps nouveaux.

Renée Dickason : Les bandes dessinées britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale : effort de guerre et messages patriotiques

Dans cet art qu’est le façonnement du « bon citoyen », la propagande met tout en œuvre pour rassembler les esprits et mobiliser un peuple autour d’objectifs communs. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne vit dans la menace d’une invasion de l’ennemi allemand. Sacrifices, adaptations aux exigences d’une période où la pénurie est de rigueur, participation à l’effort de guerre figurent parmi les attentes du gouvernement d’alors. Compléments ludiques aux émissions radio, aux informations diffusées au cinéma ou aux articles publiés dans les journaux, les bandes dessinées apportent une part de rêve et de réconfort à leurs lecteurs. Ici, le but n’est pas d’affoler les jeunes en suscitant chez eux des sentiments anxiogènes face aux exactions qui sévissent dans les régimes totalitaires, il s’agit bien de les rassurer. Si divertir et éduquer sont les principales missions des bandes dessinées, en temps de guerre, elles contribuent aussi inévitablement à informer et à guider les opinions.

Kees Ribbens : Préjugés mis en images. Stéréotypes antisémites dans une bande dessinée aux Pays-Bas sous le régime national-socialiste

Le magazine Volk en Vaderland [Peuple et Patrie], en tant que principal porte-parole du parti national-socialiste néerlandais, colportant les croyances politiques propagées par les sbires de l’occupant allemand, a publié en 1942 une bande dessinée hebdomadaire intitulée « Rare, maar ware commentaren » [Commentaires étranges mais vrais]. Au cours des 45 épisodes publiés, relativement indépendants, Peter Beekman, son créateur, a commenté les événements et l’évolution de l’actualité. Sa représentation de divers ennemis éclaire la façon dont la bande dessinée a été utilisée comme une façon assez nouvelle de propager des opinions clairement racistes. La question centrale développée dans l’article porte sur les différents stéréotypes utilisés pour représenter les Juifs, sur la vision qu’a Beekman des Juifs et sur l’impact possible de ses images antisémites. L’article présente les travaux de Beekman dans le context de l’émergence de la bande dessinée néerlandaise et analyse la présence prégnante de l’antisémitisme dans ce cas spécifique à partir de six thèmes dominants.

La seconde partie intitulée  Guerres et génocides du XXe siècle concerne les possibilités d’évocation des auteurs de bandes dessinées lorsqu’ils reviennent sur les événements. De la première à la Seconde Guerre mondiale, des génocides commis à l’encontre des Arméniens, des Juifs, des Cambodgiens ou des Tutsi aux massacres de Sabra et Chatila, la dimension créative dont fait preuve la bande dessinée en abordant ces sujets longtemps tenus pour inaccessibles atteste de ses capacités à opérer au-delà de la « simple » restitution des faits.

Laurence Messonnier : André Hellé, Le Livre des heures héroïques et douloureuses, 1914-1915-1916-1917-1918. L’album entre témoignage et devoir de mémoire, la guerre à hauteur d’enfant

L’album de Hellé expose un témoignage de guerre selon le concept défini par Jean Norton Cru : souci de véracité historique sans fioriture. Il s’inscrit dans la double problématique de l’expression d’un trauma à destination des enfants et de l’intention mémorielle. Pour cela il associe voix officielle émanant des états-majors belligérants et illustrations à polychromie cryptique. L’intertextualité occupe le devant de la scène, tandis que l’autocitation iconique renvoie aux jouets-enfants de la Boîte à joujoux et l’inter-iconographie aux clichés de L’Illustration. La représentation canonisée de la Grande Guerre est conforme à ce que retient la mémoire collective, mais la stratification temporelle laisse filtrer la subjectivité auctoriale à travers les légendes et les textes sélectionnés qui servent de cartouches à une image panoramique oscillant entre art primitif et dessin animé. L’illustration à hauteur d’enfant dédramatise la violence pour aboutir à une miniaturisation du sublime.

Isabelle Delorme : Le génocide arménien. De la reconnaissance sur la scène internationale à son émergence dans la bande dessinée : histoire d’une rencontre mémorielle

Le génocide arménien (1915-1916) a été peu représenté dans le neuvième art. Sa reconnaissance récente et de plus en plus importante sur la scène internationale s’est traduite par la publication de plusieurs bandes dessinées, entre 1979 et 2010. Dans ces albums, la question arménienne est d’abord posée, puis on y voit planer l’ombre du génocide, avant que celui-ci ne soit violemment mis en texte et en images.

Yannick Malgouzou : Du récit familial au témoignage historique : Maus d’Art Spiegelman

Si Maus d’Art Spiegelman est un succès critique et public, c’est grâce à la rigueur de sa démarche où théorie et pratique, réflexion et figuration se questionnent et s’enrichissent mutuellement. L’auteur a en effet créé une forme dynamique qui transforme le récit d’une mémoire individuelle en récit d’une création artistique ; mais ce récit d’une création difficile se transforme à son tour en récit d’une transmission possible de l’expérience du génocide. Ces trois niveaux narratifs se mélangent pour donner à voir les difficultés de figuration et de communication inhérentes au génocide juif et pour montrer, parallèlement, comment l’œuvre artistique doit les dépasser par un ensemble de choix esthétiques. Ainsi, par le biais du récit familial, Spiegelman construit une histoire fortement individualisée qu’il ouvre aux dimensions de l’universel par un ensemble de stratégies exploitant les ressources de la bande dessinée.

Andreas Huyssen : Des souris ou des hommes ? La question de la mimesis d’Adorno à Spiegelman

Partant de la question de la représentabilité de la Shoah et de la plasticité du concept de mimesis, Andreas Huyssen étudie Maus d’Art Spiegelman comme une œuvre qui a choisi l’écart maximal avec les formes traditionnellement usitées pour relater une tragédie historique. Le suicide de la mère d’Artie est, dans l’œuvre autobiographique de Spiegelman, posé comme l’élément déclencheur d’une quête des origines qui conduit le personnage à interroger son père et à relater les années de guerre et de déportation. La mimesis, dont Adorno a théorisé l’implication dans le processus de civilisation et sa relation paradoxale à la Bilderverbot (l’interdit des images), est ici conceptualisée comme le moyen de surmonter le clivage entre l’indicible de ce que l’auteur/narrateur entend rapporter et la nécessité de sortir de l’état mélancolique dans lequel il est plongé. Se rattachant à la tradition des comics américains dont l’aspect satirique est appuyé du côté du mot d’esprit (« Mauschwitz »), la transposition animalière permet à l’auteur/narrateur de se confronter de biais au sentiment insurmontable de la perte.

Jonathan Haudot : Rire et Shoah : La réception de la BD Hitler=SS

Au regard de l’ampleur de la tragédie, si associer le rire à la Shoah peut apparaître antinomique car moralement déplacé, force est de constater que de nombreux auteurs juifs et non-juifs ont abordé cette catastrophe via le prisme de l’humour. Entre autres artistes, cela a été le cas de Romain Gary, Edgar Hilsenrath en Roberto Benigni. Dans le cas de la BD Hitler = SS du duo Philippe Vuillemin et Jean-Marie Gourio, la réception en France a été des plus sévères puisque l’éditeur et les auteurs de cet album ont été poursuivis et condamnés pour « injures raciales » et « complicités d’injures raciales ». Le récit de cette condamnation demeurant vague dans l’historiographie de la bande dessinée, la présente contribution retranscrit donc et interprète les arguments avancés au cours des débats et procès découlant de la publication d’Hitler = SS. Au total, cette étude expose et décrypte les trois grands axes de la réception de ce titre, à savoir : le récit de la genèse de l’album comme discours de justification des auteurs incriminés, l’utilisation de la caricature et de la dérision comme siège d’ambiguïtés interprétatives et enfin, la remise en cause du mode de diffusion de cette bande dessinée.

Catherine Ojalvo : Séra face à la mémoire cambodgienne : le noir de la mémoire

La bande dessinée, a priori considérée comme un « art mineur » peut-elle soutenir et endosser une fonction testimoniale au même titre que des textes produits par Antelme, Kertesz ou Levi ? C’est la validité de cette interrogation que nous nous proposons de développer dans cette contribution en nous appuyant sur les productions de Séra, auteur franco-cambodgien de bande dessinée, mais aussi peintre et sculpteur. Nous examinons trois bandes dessinées qui constituent un ensemble relatant différentes périodes du régime khmer rouge au Cambodge, afin de voir de quelle manière le génocide est représenté par Séra. L’analyse prête une attention particulière à l’usage des couleurs dans les bandes dessinées.

Fabrice Picon : Les traces de l’histoire. De l’histoire dans la bande dessinée Rwanda 1994 : Descente en enfer

L’histoire fictionnelle racontée dans la bande dessinée Rwanda 1994 : Descente en enfer incorpore des traces de l’histoire (factuelle) complexe du génocide rwandais. Les références dans le texte évoquent à la fois l’héritage du Rwanda qui a établi les circonstances du génocide ainsi que l’implication de la France dans le « dernier génocide du XXe siècle ». Cet article analyse les allusions historiques au génocide rwandais telles que (re)présentées dans cet unique médium littéraire.

Vincent Marie : Entre Histoire et mémoire : La fabrique d’un imaginaire Tutsi dans la bande dessinée Déogratias de Stassen

En 1994, du 6 avril au 4 juillet le Rwanda était plongé dans la tourmente d’un génocide. Parallèlement en occident, les médias restèrent étonnamment silencieux sur le sujet. Il faut en effet attendre le mois d’août pour voir le génocide traité à la une des magazines ou des journaux occidentaux. Aujourd’hui, le cinéma et la bande dessinée se sont emparés de l’événement et participent de la médiatisation et de la reconstruction mémorielle du génocide. Pourquoi et sous quelle forme ? Peut-on esthétiser la souffrance et la mort ? Cette étude paradigmatique s’appuiera sur le cas de la bande dessinée Déogratias de Jean-Philippe Stassen qui pose de façon originale la question de la fabrique mémorielle d’un événement traumatisant. Dans Déogratias, c’est au répertoire du reportage que le dessinateur vient puiser son inspiration pour raconter l’histoire du génocide tutsi et de ses conséquences sociales. Il fait alors le choix de centrer son récit/reportage sur le destin d’un jeune Hutu. En regard de l’investigation historienne, suivre le parcours de cet adolescent de papier permet alors de réfléchir sur les mécanismes d’un génocide mais surtout de réfléchir sur les rapports entre temps et récit, mémoire et oubli ou encore entre vérité et subjectivité pour comprendre l’impact de la bande dessinée dans la construction d’une mémoire du génocide tutsi.

Yael Munk : Waltz with Bashir. A Lebanon war story : Lorsqu’un film se transforme en roman graphique

Valse avec Bachir : Une histoire de guerre libanaise (2009) de Ari Folman et David Polonsky constitue une adaptation unique d’un script cinématographique en bande dessinée. Sur la base du documentaire d’animation éponyme primé, sorti un an plus tôt, le récit présente l’expérience autobiographique de Folman en tant que jeune soldat israélien durant la première guerre du Liban (1982). Cet article soutient que cette adaptation a subtilement servi le cinéaste en lui permettant de fournir un témoignage amendé de son expérience traumatisante.

Tous ces articles  sont disponibles en version PDF sur le site de la revue.

http://www.auschwitz.be/index.php?option=com_content&view=article&id=61&Itemid=402

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

Le Métropolis

La revue Arena Romanistica, publiée par l’université de Bergen, lance un appel à communication intitulé : « Metropolis ». Le terme est ici pris comme une « notion » permettant de penser « l’urbanité comme un phénomène mondial, moderne et interculturel » dont on peut trouver trace dans le « cinéma, dans la littérature et dans la langue ». La bande dessinée est donc, encore une fois, oubliée et nous invitons donc tous les chercheurs disponibles (aux alentours du 1er juin prochain du moins) à envoyer une proposition démontrant aux directeurs de publications qu’il s’agit d’une grave erreur. Car, s’il est un art qui se distingue par « ses » villes, c’est bien le neuvième : la célèbre série des Cités Obscures de Benoît Peeters et François Schuiten est susceptible à elle seule de couvrir l’ensemble des thèmes proposés dans l’appel à communication, mais nous pourrions également évoquer Les Cercles du pouvoir (quinzième tome de la série Valérian et Laureline) ou L’Incal de Moebius qui donnent tous deux lieu à une réflexion sur l’organisation politique, linguistique ou ethnique d’impressionnantes Metropolis.

Le Métropolis

Date limite : 1 juin 2011


Dans son prochain numéro, Arena Romanistica portera l’attention sur les grandes villes et les agglomérations urbaines. Dans cette époque post-industrielle, de nouvelles économies et des tendances migratoires altérées ont transformé la ville. Pour rendre compte de cette transformation, la notion de métropolis peut contribuer à nous faire repenser l’urbanité comme un phénomène mondial, moderne et interculturel. Comment se reflètent ces échanges socio-culturels dans le cinéma, dans la littérature et dans la langue ?

Les sujets traités possibles sont (la liste ne se voulant pas exhaustive) :

– l’identité urbaine ;

– les rapports humains dans la ville mondiale et post-industrielle ;

– le temps et l’espace ;

– les rencontres du vieux et du nouveau temps, des cultures et des langues différentes ;

– la banlieue ;

– les dialectes et les sociolectes dans les métropoles ;

– la représentation de la métropole dans le cinéma et dans la littérature ;

– le centre et la périphérie, l’extension et la concentration ;

– l’esthétique et la sémiotique de l’espace urbaine.

Nous accueillerons des contributions dans les langues romanes et en anglais qui relèvent de la linguistique, de la littérature, du cinéma et des études culturelles.

Date de soumission de contributions : le 1 juin 2011

Pour les consignes de mise en page et la procédure de soumission, visitez notre site web : http://arenaromanistica.uib.no/

Pour d’autres informations : arenaromanistica@uib.no

Responsable : Arena Romanistica

Url de référence :
http://arenaromanistica.uib.no/?document_id=21〈=fra

Adresse : Pb. 7800N-5020 BergenNorvège

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les musées d’histoire et la bande dessinée

Qu’il est loin le temps où la bande dessinée était considérée comme un art mineur ! Objet d’étude, analysée dans des ouvrages scientifiques, des colloques, des séminaires de grandes universités, la bande dessinée fait depuis quelques années une entrée triomphale dans nos musées. Conservateurs, commissaires d’expositions reviennent sur les expériences conduites dans cette famille particulière de musées que sont les musées d’histoire, quand la bande dessinée – expression d’une culture vivante – permet d’éclairer l’écriture de l’histoire.

Voici la programmation de la journée d’étude du mercredi 11 mai 2011 au centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation:

Modérateur : Xavier de La Selle, directeur du Rize, centre Mémoires et Société à Villeurbanne

10h Accueil par I sabelle Doré-Rivé et Xavier de La Selle.

10h30 : De l’exposition à la bande dessinée, quand la fiction s’attaque à l’histoire par Emmanuelle Polack, historienne, commissaire de l’exposition « Rose Valland sur le front de l’art ». L’élaboration de la grande exposition consacrée au parcours de Rose Valland (CHRD, 2009) a parallèlement nourri l’écriture d’un scénario de bande dessinée, révélant les qualités fictionnelles d’un personnage historique épique et attachant. Cet exemple permet d’interroger les relations entre la fiction propre à toute oeuvre littéraire et le matériel historique mis à disposition des scénaristes et des illustrateurs. Pour démontrer enfin qu’une bande dessinée particulièrement documentée est un médium intéressant pour l’historien.
11h15 : Lecture croisée entre des objets de collection et des auteurs de bande dessinée par Xavier Aumage, Archiviste, musée de la Résistance nationale (Champigny-sur-Marne), commissaire de l’exposition « Traits résistants ».
À l’inverse de ce qui se fait depuis des années pour la Première Guerre mondiale, l’image du résistant n’avait pas encore étudiée sous l’angle de la bande dessinée. Fruit du travail de deux musées « de la Résistance », l’exposition a souhaité renouveler le champ historiographique de la période à partir de cette forme d’expression artistique très prisée. Déroulant le fil de plus de soixante ans de création, l’exposition a également permis d’impulser de nouveaux projets de bande dessinée.

12h : Visite libre de l’exposition Traits résistants en présence du commissaire, Xavier Aumage

La genèse du projet : Deux musées de France, le CHRD à Lyon et le Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne, s’associent pour créer une exposition sur la Résistance dans la bande dessinée, exposition présentée à Lyon d’avril à septembre 2011.

Le projet : L’exposition présente plus de soixante ans de création artistique. Elle rend compte tout à la fois de la reconnaissance progressive de cet objet particulier qu’est la bande dessinée et de l’importance réelle et symbolique de la Résistance dans nos consciences et notre imaginaire collectif depuis plus d’un demi-siècle.
Dès la Libération, lorsque les résistants sortent de la clandestinité, la diffusion d’affiches et d’imprimés, de photographies sur les maquis et la période insurrectionnelle cristallise pour des décennies l’archétype du résistant. Dans les illustrés pour la jeunesse, un trait particulier permet alors de définir son image : celle du maquisard, fier et courageux, surgissant de l’ombre.
Icône choisie pour le visuel de l’exposition, une vignette de la série « Le capitaine invisible », illustrée par Robert Rigot en 1945 pour le périodique Message aux Coeurs Vaillants, symbolise parfaitement cette représentation et sa puissance d’évocation.
L’exposition Traits résistants propose d’interroger la constance de cette image et de ses archétypes au fil du temps et des infléchissements de l’historiographie de la Résistance. S’attachant aux grands classiques de la bande dessinée, issus des périodiques comme Vaillant, Coq Hardi, Tarzan, etc., l’exposition aborde également la présence du thème dans la bande dessinée contemporaine.
Auteurs-acteurs de la Seconde Guerre mondiale, Edmond- François Calvo, René Brantonne, Jacques Dumas (alias Marijac), Pierre Mouchot (alias Chott), Roger Lecureux, Robert Rigot et Albert Uderzo sont quelques-unes de ces grandes figures auxquelles répond, dans l’espace d’exposition et dans un contexte marqué par l’élargissement de la notion de résistance, l’oeuvre de Stéphane Levallois, Jean-Pierre Gibrat, Sylvain Vallée et Fabien Nury.

Un catalogue : Enfin, on conseillera la lecture du catalogue de l’exposition envisagé comme un recueil de textes permettant de dresser un état du sujet. Parmi les contributeurs figurent l’archiviste Xavier Aumage, les historiens Laurent Douzou et Sylvain Lesage, l’historien du cinéma d’animation Philippe Moins, le spécialiste de bande dessinée Didier Pasamonik, le bibliothécaire Henri Champanhet, ainsi que le conseiller scientifique de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image Jean-Pierre Mercier. Fort d’une liste des sources (albums, séries et récits complets) sur le thème de la Résistance intérieure en France, l’ouvrage présente également la retranscription d’une interview de Stéphane Levallois, auteur en 2008 de « La résistance du sanglier » chez Futuropolis.

http://www.editions-libel.fr/agence-maison-edition/

13h : Pause déjeuner

14h30 : Exposer la bande dessinée historique : quels enjeux ? par Vincent Marie, Historien, commissaire de l’exposition « Mobilisation générale, 14-18 dans la bande dessinée » et « Tardi », Historial de la Grande Guerre (Péronne). Quelles que soient les époques, la bande dessinée apparaît comme un véritable laboratoire de création d’images sur la Première guerre mondiale. Avec « Mobilisation générale », qui présentait l’ensemble des bandes dessinées sur la Grande Guerre dans leur contexte d’époque, et l’exposition monographique consacrée à l’oeuvre de Tardi, l’Historial de la Grande Guerre soulève la question des enjeux esthétiques et scientifiques qui président lors de l’élaboration de ces manifestations.

15h15 : « De superman au chat du rabbin » : une porte d ’entrée dans l’univers des codes visuels se référant à la mémoire et à l’histoire par Anne-Hélène Hoog, Conservatrice, musée d’art et d’histoire du Judaïsme (Paris), commissaire de l’exposition « De superman au chat du rabbin ».
Première manifestation d’envergure consacrée au 9e art dans un musée d’histoire, « De superman au chat du rabbin » mettait en évidence la présence et le rôle de nombreux auteurs juifs dans la bande dessinée, des années 1912-1930 à nos jours. 230 oeuvres issues du travail d’artistes américains et européens évoquaient la manière dont la bande dessinée a contribué, essentiellement par le roman graphique, à créer et diffuser différentes visions du passé juif.

16h00: L’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! Regards dessinés sur les génocides » : quelle matière pour dire les processus ? par Laure Piaton, Directrice du Centre du Patrimoine Arménien (Valence), commissaire de l’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! ». Qu’elles s’inscrivent de manière « frontale » ou « distanciée » dans le génocide dont elles traitent, les bandes dessinées sur le sujet participent toutes d’un même objectif : contribuer à la connaissance et à la reconnaissance. Privilégiant l’approche comparative, qui permet de saisir la singularité de chaque génocide et en révèle les traits communs, l’exposition propose un parcours thématique entre les planches afin de montrer comment, malgré leurs différences, l’ensemble des oeuvres présentées expriment l’essence du génocide.

16h45 : Débat
17h : Conclusion par Xavier de La Selle

Pour plus d’informations : http://www.chrd.lyon.fr/chrd/

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

Bande dessinée numérique : table ronde à l’Enssib

L’Enssib de Villeurbanne organise le 12 mai une table ronde sur la bande dessinée numérique. Intitulée La bande dessinée en perspective : production, diffusion et conservation, cette table ronde se propose d’éclaircir les enjeux actuels de la bande dessinée numérique. Elle rassemblera Arnaud Bauer, Julien Falgas et Catherine Ferreyrolle :

  • Arnaud Bauer est le président de Manolosanctis, maison d’édition participative s’appuyant sur la complémentarité entre la publication électronique et la publication papier. Diplômé de l’École centrale de Nantes et de l’Essec, Arnaud Bauer a fondé Manolosanctis en mars 2009 avec Mathieu Weber et Maxime Marion. Depuis deux ans, Manolosanctis a diffusé en ligne environ 1800 albums et édité en version papier de qualité les œuvres de plus de 70 auteurs.
  • Julien Falgas, webmestre à l’université de Metz, est le fondateur de Webcomics.fr, un service d’hébergement en ligne qui permet d’auto-éditer ses bandes dessinées. Fondé en janvier 2007 au moment du grand boom des blogs bd, Webcomics.fr offre à de nombreux auteurs une plateforme de publication gratuite et sans publicité.
  • Catherine Ferreyrolle, quant à elle, est directrice de la bibliothèque de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême. La Cité de la BD accueille depuis 1990 un grand nombre de manifestations en rapport avec la bande dessinée et a organisé ces dernières années de nombreuses formations et conférences en lien avec la bande dessinée numérique. Sa bibliothèque, pôle associé de la BNF pour la bande dessinée, rassemble aussi bien de la documentation contemporaine sur la bande dessinée que des fonds patrimoniaux qui font l’objet d’une active politique de numérisation.

L’idée de la table ronde est de montrer la diversité de ce que l’on peut appeler bande dessinée numérique, d’avoir un aperçu du paysage éditorial en la matière et de réfléchir aux modèles qui se développeront dans les années à venir.

Tout en s’insérant dans les problématiques générales du livre numérique, la bande dessinée numérique s’en démarque fortement par son histoire, par ses caractéristiques techniques mais aussi par les auteurs qui la produisent et les lecteurs qui la lisent. Le monde de la bande dessinée numérique existe à présent depuis une bonne dizaine d’années et est aujourd’hui en prise avec l’évolution des supports de lecture (écran d’ordinateur, liseuses, tablettes, téléphones)  ainsi qu’avec l’arrivée de nouveaux acteurs commerciaux.

Au-delà des oppositions entre pratique professionnelle et pratique amatrice, entre numérique natif et numérisation homothétique, entre communautés de bénévoles et acteurs commerciaux, cet événement sera l’occasion de porter un regard aussi large que possible sur un objet culturel dont l’importance est déjà bien établie et ne fera sans doute que s’accroître.

Pour se replonger dans ces questions, on se replongera avec beaucoup de profit dans les articles de Mr Petch sur Phylacterium.

La bande dessinée numérique en perspective : production, diffusion et conservation, jeudi 12 mai 2011, de 14h à 17h à l’Enssib, 17-21 boulevard du 11 novembre 1918, Villeurbanne.

Hybridations textes & images

La résidence d’artiste de Marc-Antoine Mathieu à l’Université de Tours se conclut par un colloque consacré aux Hybridations textes & images. Ce colloque est organisé par le laboratoire Intru, qui a développé cette année un axe de travail précisément consacré aux iconotextes. Le colloque se déroulera du 11 au 13 mai, au 5e étage de la Bibliothèque Universitaire de l’Université de Tours. Voici son programme :

Mercredi 11 mai (après-midi)

  • 17h30 : Accueil des intervenants
  • 18h : Laurent GERBIER (Université de Tours) & Marc-Antoine MATHIEU (artiste en résidence) – « Détournement et hybridation : la résidence d’artiste 2010-2011 »
  • 19h : Pot d’accueil et visite de l’exposition

Jeudi 12 mai (matinée)

  • 9h30 : Hélène VIAL (Université de Clermont-Ferrand II) – « Les Métamorphoses d’Ovide illustrées au fil des siècles ou l’hybridation démultipliée »
  • 10h15 : Anna FIERRO (Università di Firenze) – « Théâtre à lire, roman à jouer : l’hybridation dans Petites misères de la vie conjugale de Balzac »
  • 11h : Pause
  • 11h15 : François FIEVRE (Université de Tours) – « Le mariage est-il une hybridation ? The Marriage of Heaven and Hell de William Blake entre texte et image »
  • 12h : Elisabetta SIBILIO (Università di Cassino) – « Un auteur hybride : Jean Bruller alias Vercors »

Jeudi 12 mai (après-midi)

  • 14h45 : Pierre FRESNAULT-DERUELLE (Université de Paris I) – « Le malin génie des images (réflexions sur l’iconotexte) »
  • 15h30 : Christophe MEUNIER (IUFM d’Orléans) – « Peter Sis ou l’imagier des espaces »
  • 16h15 : Pause
  • 16h30 : Constance MORETEAU (Université de Paris X) – « The Big Book d’Alison Knowles : un sur-livre en hybridation continue ? »
  • 17h15 : Valérie MORISSON (Université de Bourgogne) – « David Godbold, The Unreliable Narrator : hybridation et subversion »

Vendredi 13 mai (matinée)

  • 9h30 : Thierry SMOLDEREN (EESI Angoulême) – « L’hybridation graphique, creuset de la bande dessinée »
  • 10h15 : Thierry GROENSTEEN (EESI Angoulême) – « L’hybridation graphique, ou le patchwork des styles »
  • 11h : Pause
  • 11h15 : Anthony RAGEUL (Université de Rennes II) – « La bande dessinée numérique, si loin et si proche de la bande dessinée. Figures et tensions d’un médium hybride »
  • 12h : Benoît BERTHOU (Université de Paris XIII) – « L’hybridation : un nouveau mode de création »

Vendredi 13 mai (après-midi)

  • 14h45 : Matthieu LETOURNEUX (Université de Paris X) – « ’Les deux camps déployèrent leurs patrouilles’ : hybridité icono-textuelle et hybridité ludo-narrative dans les parties racontées de White Dwarf »
  • 15h30 : Sandra RAGUENET (Université de Provence) – « Hybridations intermédiales : quand la revue informe les frontières icono-textuelles »
  • 16h15 : Pause
  • 16h30 :  Valérie VIGNAUX (Université de Tours) – « Émile Cohl ou l’« invention » du cinéma d’animation : un iconotexte iconoclaste ? Mots-images et séries culturelles dans le cinéma d’animation des premiers temps »
  • 17h15 : Hélène PREVERAUD (Université de Poitiers) – « Le film religieux muet, ou la possibilité d’un ‘évangile filmique’ »

Pour plus d’informations sur le colloque et sur la résidence d’artiste, on peut consulter le blog de la résidence.