Exposer la bande dessinée : après-midi d’études

Le groupe de travail « Histoire culturelle de la bande dessinée », créé au sein du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université Versailles-Saint-Quentin), organise le 4 mai une après-midi d’études consacrée à la question de l’exposition de la bande dessinée.

Depuis l’exposition fondatrice Bande Dessinée et Figuration Narrative, présentée au Musée des Arts Décoratifs en 1967, les expositions de bande dessinée se sont multipliées en France. Le passage du livre au mur, de l’horizontal au vertical pose de nombreuses questions : quel est le statut de la planche originale ? quelle relation l’exposition entretient avec la narration ? avec le livre ? comment organiser la rencontre de la bande dessinée avec d’autres formes d’art ?… Les techniques et les savoir faire de l’exposition (du commissariat à la scénographie) doivent aussi être réinterrogés en considération de l’objet particulier qu’est la bande dessinée.

L’événement se déroulera le 4 mai 2011, de 14h à 17h, à la Bibliothèque Buffon (Centre de documentation sur les métiers du Livre), 15 bis rue Buffon, Paris (5e).

En voici le programme :

Julien Baudry
(Doctorant Paris 7 – Conservateur stagiaire ENSSIB)
Les expositions dans les premiers festivals de bande dessinée : les exemples de Toulouse et Angoulême (1973-1975)

Jean-Pierre Mercier
(Conseiller scientifique, Cité de la bande dessinée et de l’image, Angoulême)
Vingt ans de musée(s) de la bande dessinée à Angoulême

Pierre-Laurent Daures (Ecole Européenne Supérieure de l’Image)
L’exposition, acte de création : autour de Benoît Jacques et Jochen Gerner

Jean-Marc Thévenet
(ancien directeur du FIBD, commissaire de l’exposition Archi et bande dessinée)
Du festival d’Angoulême à la Cité de l’Architecture, dix ans d’exposition
Débat animé par Sylvain Lesage (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines) et Pierre-Laurent Daures (Ecole Européenne Supérieure de l’Image)

Contact : Sylvain Lesage (lesage(point)sylvain[at]gmail(point)com), Pierre-Laurent Daures (pilau[at]noos(point)fr)

Fantômas a 100 ans

… ou presque ! Si le personnage naît en 1909 sous les plumes de Pierre Souvestre et Marcel Allain, c’est en 1911 que le personnage est publié en livre, par la librairie Arthème Fayard. Rapidement déclinée en films, pièces de théâtres ou feuilletons radiophoniques, la série s’impose comme l’un des feuilletons les plus marquants de la littérature populaire française.

A l’occasion du centenaire du premier roman, la Bibliothèque nationale de France organise le vendredi 29 avril une après-midi d’étude consacrée au personnage, son mythe et ses déclinaisons. Parmi les interventions proposées, on remarquera celle d’Yves Frémion : « Fantômas dans la bande dessinée. »

Ci-dessous le programme complet :

Fantômas a 100 ans

L’année 1911 voit naître Fantômas, « L’empereur du crime ». Ce dandy étrange inventé grâce à la plume complice de Marcel Allain et Pierre Souvestre va rapidement se transformer en légende, en mythe. Poètes, écrivains, peintres, cinéastes font de Fantômas un héros, très certainement le premier du XXe siècle. « Le Maître de l’effroi » régne sur la capitale au rythme des 32 volumes publiés chez Fayard. Dès 1913, Louis Feuillade adapte ses épisodes pour le cinéma. La BnF a décidé, pour le centenaire, de rendre hommage à ce héros inscrit profondément dans l’inconscient collectif.

Présentant des bandes dessinées, films, adaptations théâtrales, l’après-midi sera ponctuée par la projection de Monsieur Fantômas (1937), un très rare film du poète belge Ernst Moerman qui écrivait : « Fantômas qui êtes aux cieux, sauvez la poésie ».

L’intégralité de la première édition des Fantômas sera exposée dans le foyer du petit auditorium.

Présentation de l’après-midi
Par Denis Bruckmann, directeur des Collections, BnF

14h-14h30
L’apparition de Fantômas : 1911-1913
Par Dominique Kalifa, professeur d’histoire contemporaine

14h30-15h
L’ombre de Fantômas, figure surréaliste de la révolte et de la liberté, dans l’œuvre de Robert Desnos
Par Marie-Claire Dumas, professeur honoraire de l’Université Paris 7-Denis Diderot, éditrice des Œuvres de Robert Desnos, Gallimard, collection « Quarto »

15h-15h30
Fantômas et Ernst Moerman
Par Stéphane Mahieu, écrivain
suivi de la projection de Monsieur Fantômas de Ernst Moerman, 1937 (durée 17 min)

16h-16h30
Fantômas dans la bande dessinée
Par Yves Frémion, écrivain, rédacteur en chef de Papiers Nickelés

16h30-17h
Expérience d’un collectionneur
Par Pierre David, journaliste

17h-17h30
Feuillade : une filature de Fantômas
Par Didier Blonde, écrivain

18h
Présentation des films restaurés
Par Jacques Champreux, auteur, acteur et réalisateur

18h30
Projections
À l’ombre de la guillotine, film de Louis Feuillade, 1913 (durée 55 min)
Juve contre Fantômas, film de Louis Feuillade, 1913 (durée 45 min)

4th annual comics and popular culture conference

The Institute for Comics Studies (dont la mission est de « promouvoir l’étude, la compréhension et la légitimité culturelle de la bande dessinée et de soutenir la diffusion de cette étude et sa compréhension par le biais d’événements publics) et Dragon*Con (structure organisant, selon ses dires, « la plus grande convention multi-médias portant sur la culture populaire, et s’intéressant à des genres comme la science-fiction et la fantasy à travers des jeux, des bandes dessinées, la littérature, l’art, la musique et le cinéma ») lancent un appel à communication pour leur quatrième conférence annuelle qui aura lieu à Atlanta (USA). Comme à son habitude, celle-ci est extrêmement ouverte et toutes les approches de la bande dessinée « populaire » semblent être les bienvenues, ainsi qu’en attestent les programmes des années précédentes qu’il s’agira de compléter en rendant une proposition avant le 15 mai prochain.

4th ANNUAL COMICS & POPULAR ARTS CONFERENCE at DRAGON*CON

Atlanta, Georgia September 2-5, 2011


The Institute for Comic Studies and Dragon*Con present their fourth annual academic conference for the studies of comics and the popular arts. The conference will take place at Dragon*Con, the largest multi-media, popular culture convention focusing on science fiction and fantasy, gaming, comics, literature, art, music, and film in the US. For more info on Dragon*Con, visit http://dragoncon.org

Please submit a proposal that engages in substantial scholarly examinations of comic books, manga, graphic novels, anime, science/speculative fiction, fantasy, or other parts of popular culture. A broad range of disciplinary and theoretical perspectives is being sought, including literary and art criticism, philosophy, linguistics, history, and communication. Proposals may range from discussions of the nature of the comics medium, analyses of particular works and authors, discussions of the visual language of comics and manga, comics and pop culture in the classroom, cross-cultural and cross-medium comparisons, and more. We’re open to any topics relevant to the study of comics and the popular arts.

More information, including programs and topics from previous years can be found at the conference website:

http://utdallas.edu/~mattbrown/DragonCon.html

This conference at Dragon*Con represents the Institute for Comics Studies’ mission to promote the study, understanding, and cultural legitimacy of comics and to support the discussion and dissemination of this study and understanding via public venues.

DEADLINE: May 15, 2010

Please submit your proposals at:

https://spreadsheets.google.com/viewform?formkey=dFlZTU5JVDFYMW1PWWVoT183LVF3N3c6MQ

Send any questions to: thehangedman@gmail.com Participants must register for the convention. Information can be found here:

http://dragoncon.org/members.php#DC_Memb

Prospective participants are welcome to submit a guest application to Dragon*Con in advance at the following address:

http://dragoncon.org/dc_guest_app.php

Acceptance to the academic conference is no guarantee of « guest » status at the convention. In the past, no presenters have received guest status simply for participating in the conference. Dragon*Con is a fan convention and only gives VIP status to celebrity guests. Most presenters and creators pay their own way to the convention.

Conference Coordinator: Matthew J. Brown, UT Dallas
Conference Co-coordinator: R. Scott Nokes, Troy University
Programming Chair: Damien Williams, Needcoffee.com

Matthew Brown, Ph.D.
C&PAC Coordinator
Assistant Professor
School of Arts & Humanities
The University of Texas at Dallas
800 W Campbell Road, JO31
Richardson, TX 75080
Email:
thehangedman@gmail.com
Visit the website at
http://www.utdallas.edu/~mattbrown/DragonCon.html

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mythification

Le centre de recherche FIGURA (à travers son équipe joliment nommée ERIC LINT) de l’université du Québec à Montréal (UQAM) et le LERMA (Aix-en Provence) lance un appel à communication intitulé : « L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mythification ». Faisant suite à un premier colloque consacré aux fictions et images du 11 septembre, cet événement est susceptible d’intéresser les chercheurs travaillant sur la bande dessinée puisqu’il « propose de s’arrêter à l’impact des attentats du 11 septembre en art » en posant la question du « passage de la fictionnalisation à la mythification ». L’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous propose d’étudier des « figures », des « représentations » ou des « canons » plus que des récits, et il sera possible pour les étudier de s’appuyer sur deux articles d’Eric Villagordo : « La représentation du 11 septembre dans les bandes dessinées : frontière du réel et de l’imaginaire » ainsi que « La mort le 11 septembre 2001 : distance et représentation dans la bande dessinée ». La date limite est fixée au 15 mai prochain.

L’imaginaire du 11 septembre 2001: de la fictionnalisation à la mythification

Date limite : 15 mai 2011

Il ne fait plus aucun doute que les attentats du 11 septembre 2001 aient constitué pour plusieurs un moment de rupture important, certains y voyant la naissance même du 21e siècle et du troisième millénaire. Charnière, l’événement ne pouvait peut-être faire autrement que de l’être : les États-Unis, attaqués sur leur sol, là même où le pouvoir est en jeu, par le commerce dans les tours du World Trade Center, et la force militaire au Pentagone. 19 terroristes, formés dans les écoles d’aviation des États-Unis, réussissant à détourner quatre avions et à les transformer en missiles, atteignant des symboles de la force des États-Unis sans que ces derniers aient le temps de répliquer. L’attaque, rythmée par les écrasements des avions et les effondrements des tours, s’est déroulée en 102 minutes, comme un blockbuster, et a été diffusée en direct à la télévision.

L’événement ne serait pas le même sans sa diffusion. Dans les jours et les mois qui ont suivi, les médias ont diffusé de manière répétitive des images fixes et filmées de l’événement, cristallisant la représentation qui serait donnée des événements en une série d’icônes : l’homme qui tombe, les papiers tombant, le nuage de débris, l’explosion de l’avion dans la tour sont autant d’images qui, transformées en tropes, traversent les représentations du 11 septembre, que ce soit en littérature, en arts visuels ou au cinéma. Marianne Hirsch, dans un article de 2003 sur les images iconiques du 11 septembre, demandait : « What elements determine this process of reduction and iconization? And in what ways will this process be in fact determined by aesthetic factors? » À l’approche du 10e anniversaire des attentats, le moment semble tout indiqué pour relancer cette question afin de voir comment les arts ont répondu à l’événement, l’ont intégré ou n’ont pas réussi à le faire de manière jugée satisfaisante, comme c’est le cas avec le cinéma main Stream qui, après World Trade Center d’Oliver Stone, s’est contenté d’évoquer l’événement de manière plus ou moins lointaine.

Ce colloque, qui fait suite aux colloques Fictions et images du 11 septembre 2001 (UQAM-2007) et Regards croisés sur le 11 septembre (Aix-en-Provence, 2010), propose de s’arrêter à l’impact des attentats du 11 septembre en art. Dix ans après, comment le cinéma, le théâtre, les arts visuels et la littérature négocient-ils avec l’événement? Que les oeuvres d’art le fassent sur le mode mineur de l’évocation ou en situant les attentats au centre de l’oeuvre, quelles images utilisent-elles? Partant de la prémisse que le 11 septembre marque, dans les faits, la naissance d’un mythe d’origine du 21e siècle, comment s’effectue dans la création même ce passage de la fictionnalisation à la mythification? Quelles figures, quelles représentations sont choisies? Quelles figures sont, au contraire, rejetées, négligées, alors qu’on les croyait centrales après les attentats?

Voici, à titre indicatif, quelques pistes de réflexion :

· Figures récurrentes dans les romans du 11 septembre

· Enjeux de la commémoration : entre les souvenirs, la mémoire et la reconstruction

· Les canons du 11 septembre en photographie

· Cristallisation des figures et du récit

· Impuissances du cinéma

· Le 11 septembre et la télévision

· La réception critique des romans du 11 septembre

· Réponses de l’institution (littéraire, cinématographique, artistique) aux représentations de l’événement

· Processus de mythification de l’événement

· Le 11 septembre 2001 et l’autre 11 septembre (Chili)

· Le recours à d’autres événements historiques pour parler du 11 septembre.

· Etc.

Le colloque, organisé conjointement par ERIC LINT (UQAM) et le LERMA (Aix-en-Provence), aura lieu les 7 et 8 octobre 2011 à l’Université du Québec à Montréal.

Les propositions (250 mots) doivent être adressées à Annie Dulong (annie.dulong@videotron.ca) avant le 15 mai 2011.

Comité scientifique

Annie Dulong

Bertrand Gervais

Responsable : Dulong Annie

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’exploration du corps dans les arts

L’association de doctorants « Les têtes chercheuses » lance un appel à communication intitulé : « L’exploration du corps dans les arts ». Organisée autour de plusieurs axes, cette proposition est susceptible d’intéresser de (jeunes) chercheurs travaillant sur la bande dessinée puisqu’elle entend interroger, entre autres, un « corps personnage » transformé « en figure, en symbole » et susceptible de se faire « “signature” d’un personnage ». Du Popeye d’Elzie Crisler Segar aux énormes avant-bras si reconnaissables, au RanXerox de Tanino Liberatore en passant par la silhouette avachie de Gaston Lagaffe et les multiples uniformes et travestissements (du groom Spirou au prisonnier Bobo…), le neuvième art regorge d’exemples susceptibles de donner corps à un questionnement qu’il s’agira de formuler avant le 30 avril prochain.

L’exploration du corps dans les arts

Date limite : 30 avril 2011

Colloque du 8 et 9 décembre 2011 – Association Les Têtes Chercheuses

http://tetes-chercheuses.com

Déjà un sujet incontournable des représentations classiques, le corps reste un terrain d’exploration pour les différents médiums artistiques du XXIe siècle. Cette constance dans sa représentation fait du corps un thème fédérateur et riche en références. Ce colloque, organisé par l’association Les Têtes Chercheuses les 8 et 9 décembre 2011, cherchera à réfléchir, par le truchement de nos sujets de thèse, à l’exploration du corps dans les arts. L’originalité de cette manifestation réside dans son organisation. Mis en place par et pour des doctorants et des jeunes chercheurs en Lettres, Langues, Linguistique et Arts, il sera l’occasion de croiser les pratiques, de mêler les approches disciplinaires, en somme de déplier les possibilités qu’offre le corps dans un médium artistique. Nous souhaitons faire de ce colloque un espace de rencontres et d’échanges dynamiques nourri par la confrontation de recherches à la pointe de l’actualité avec la pratique artistique. Ainsi, des professionnels invités nous présenteront leurs créations autour du corps et une table ronde entre praticiens et universitaires clôturera ces journées de rencontres.

Doctorants et jeunes chercheurs (ayant soutenu leur thèse depuis 5 ans maximum) sont ici invités à se saisir de la thématique du corps, compris dans une acception très large. Les critères de sélection proposés ci-dessous sont ouverts afin de faire place à l’inattendu. Il s’agira moins de dresser un inventaire des différentes représentations du corps à travers les arts que de privilégier une analyse capable non seulement de mettre à jour l’inscription du corps dans le médium artistique, mais également de rendre compte des interactions qui s’opèrent entre le corps et le médium. Le corps est alors envisagé tout autant comme incarnation concrète que comme idéologie.

AXE 1 : CORPS SCIENTIFIQUE
En prenant le corps humain ou animal pour objet d’étude photographique à la fin du XIXe siècle, Edward Muybridge et Jules Marey ont non seulement participé aux progrès de l’exploration scientifique du corps, mais ont surtout initié un virage dans l’histoire des représentations. D’autre part, le corps, du point de vue médical, physiologique, se révèle être le truchement sans lequel la parole ne pourrait naître.

Que peuvent les arts pour la « norme » des corps ? Que peuvent les arts pour l’étude du corps ?

AXE 2 : CORPS PERSONNAGE
Parfois, le corps ne fait plus qu’un avec un personnage et devient, dans une sorte d’antonomase, un « Rambo », « un Marlon Brando ». Une posture (la Marianne), une corpulence (le Petit et le Gros dans le cinéma burlesque) transforment le corps en figure, en symbole. En outre, certaines pratiques artistiques amènent à penser l’autre comme une présence dématérialisée et l’incarnation ne passe plus nécessairement par le corps.
Que dire du corps qui se fait « signature » d’un personnage ? Quels sont les enjeux du corps pour la construction de la persona d’un acteur ? Comment l’art prend-il en charge cette disparition des corps ? Comment envisager, donner un visage à l’absence du corps ?

AXE 3 : CORPS DU PUBLIC
Pris en compte du point de vue social, le corps est aussi celui du récepteur de l’art. Au théâtre, le public est parti prenante du spectacle, intervenant plus ou moins selon le type de théâtre et de spectacle représenté. Si, comme le souligne Denis Guénoun, au cinéma, être seul dans la salle est une chance, cela n’est pas le cas au théâtre, moins encore à un concert. Le corps du spectateur s’envisage aussi dans la déambulation muséale.
Que dire du corps du spectateur ? Statique ou mouvante comment la spectature s’inscrit-elle dans le lieu de représentation ou d’exposition ? Comment envisager la foule des corps, qu’est-ce que la « masse » ?

Axe 4 : CORPS PHYSIQUE
Nombre d’images aujourd’hui nous montrent un corps retravaillé, manipulé, objectivé. Jouant avec les codes du genre, sexe, race, religion, etc., les arts explorent la question de l’identité. Prenons pour exemple les photographies de Claude Cahun ou de David Lachapelle qui procèdent, chacun à leur manière, au brouillage des identités ; ou à l’inverse le film du coréen Chan-wook Park, I’m a Cyborg, But That’s OK, qui expose le corps vers un non-lieu physique. Aux antipodes de cette stylisation du corps, la représentation, chère à Bakhtine, de la déchéance dans les arts de la scène et de l’image serait aussi à explorer, notamment la réappropriation et la réinterprétation de la notion de « bas corporel » par un artiste contemporain tel que le photographe américain Andres Serrano.
Comment le physique participe-t-il de la construction de l’identité ? Y a-t-il un « excès » de corps ? Quels sont les enjeux d’un corps déconstruit par l’œuvre d’art ? Lorsque la chair se fait matière, que dire de l’effet d’haptique ?

Axe 5 : CORPS MÉDIUM
Les pratiques artistiques sont nombreuses à utiliser le corps comme outil de leur création. Les travaux de Pipo Delbono ou de Marina Abramovic montrent le corps comme élément de l’œuvre artistique et revendiquent un corps « réel ». La recherche d’une fusion entre l’image, l’écriture et le corps fait parfois de celui-ci un moyen direct d’expression, parfois le support de l’œuvre, comme dans la pratique du tatouage.
De quoi le corps se fait-il le véhicule dans l’œuvre artistique ? Que dire du corps « support », du corps « écran » de l’œuvre? Que dire du corps qui se fait espace du spectacle ?

Date limite d’envoi de la proposition : La proposition de communication pour le colloque, d’une quinzaine de lignes maximum, accompagnée d’une notice biographique (Université d’attache et département, sujet de thèse et directeur de recherche), doit être envoyée au plus tard pour le 30 avril 2011, à groupe.doctoral@gmail.com

Responsable : Association de doctorants Les Têtes Chercheuses

Url de référence :
http://tetes-chercheuses.com

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comics, censorship and freedom of expression

Deux laboratoires de recherche de l’université Ben Gurion of the Negev ainsi que le Israeli Cartoon Museum lancent un appel à communication intitulé : « Comics, censorship and freedom of expression ». Intégré au sein d’un programme nommé « Bande dessinée et politique », celui-ci entend poser la question de la censure d’une façon originale : quelle menace la bande dessinée constitue-t-elle ? Il s’agit dès lors de questionner les possibilités d’expression qu’offrent le langage et le mode de publication du neuvième art, ainsi que les dispositifs de contrôle auquel celui-ci fut confronté. La lecture de l’ouvrage d’Yves Frémion et Bernard Joubert (Images interdites, éditions Alternatives) aidera sans aucun doute les chercheurs à formuler une proposition pour ce colloque fixé au 17 mai prochain.

Second Workshop on Comics and Politics

Comics, Censorship and Freedom of Expression

The Centre for the Study of European Politics and Society (CSEPS) at Ben Gurion University of the Negev, the Israeli Cartoon Museum in Holon and the Department of Politics and Government at Ben Gurion University of the Negev invite researchers and creators to propose papers for the Second Workshop on Comics and Politics. This year the workshop will address topics on Censorship and Freedom of Expression. The workshop will take place both in Holon and in Beer Sheva on May 17-19 2011.

The comics’ genre has been subjected to many attempts to control its contents and form : the infamous Comic Code in the United States, censorship under non-democratic regimes, or censorship and control of comics’ production under occupation. We propose to discuss and think together about the kind of “threats” represented by comics, the different attempts to censor and control comics and the ways in which writers and artists attempted to cope with the threats to freedom of expression. The workshop will be organized in four panels : (i) Comics under non-democratic regimes and anti-democratic threats, (ii) Comics under occupation, (iii) Queer comics and censorship and self-censorship, (iv) What happened to Israeli radical political comics ?

Please send your proposals to

Tomer Spector tomer@dmh.org.il

Dani Filc dfilc@bgu.ac.il

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Thèses et mémoires en ligne

Depuis plusieurs années maintenant, la Cité de la bande dessinée et de l’image stocke dans son centre de documentation de nombreux mémoires, ainsi que quelques thèses. Malheureusement, il en va pour cette documentation comme pour le reste des riches collections de la Cité : la localisation angoumoisine ne facilite pas sa diffusion la plus large… C’est dire si l’initiative qui aboutit ces jours-ci était attendue : la mise en ligne de mémoires, sur le site neuviemeart2.0.

Cette rubrique offre des fonctions de recherche très poussées, qui rendra à terme de grands services : recherches par auteurs, disciplines, établissements, mots-clés thématiques, mots-clés auteurs, etc. Les sommaires sont consultables en ligne, via une page qui permet non seulement de télécharger l’intégralité du mémoire en version pdf, mais également de contacter l’auteur, une fonctionnalité que l’on ne peut que saluer, tant elle devrait permettre d’instaurer un dialogue fructueux.

Pour l’instant, seuls six mémoires sont disponibles,  mais il s’agit visiblement d’une « vitrine » destinée à susciter d’autres dépôts, par le biais d’un formulaire que vous trouverez ici : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?page=memoire_deposer. En attendant l’enrichissement de la rubrique, on explorera des mémoires prometteurs dans ce premier bouquet. Citons par exemple le travail de Julien Baudry sur Alain Saint-Ogan. Julien Baudry, qui vient de soutenir sa thèse de l’Ecole des Chartes, pour l’obtention du diplôme d’archiviste-paléographe. Celle-ci était consacrée à la carrière d’Alain Saint-Ogan, de la presse à l’enfance. Le mémoire de master déposé ici complète l’approche, par une étude sur Alain Saint-Ogan et l’univers de l’enfance, qui met en perspective le travail d’Alain Saint-Ogan dans la bande dessinée avec d’autres dimensions de son oeuvre et de sa carrière (dessin de presse, collaborations pour le théâtre, la radio, etc.). On peut également mentionner l’étude de Xavier Brysbaert sur le théâtre chez Marc-Antoine Mathieu, ou celle de Fabrice Hagmann sur la nouvelle bande dessinée derrière la caméra. On le voit, les angles d’approches sont particulièrement variés !

A l’heure où de nombreuses universités hésitent encore à s’engager sur la voie du dépôt électronique, on ne peut donc que saluer l’initiative de la Cité, qui devrait permettre de renforcer la visibilité de la recherche sur la bande dessinée. Et encourager les étudiants à déposer leurs mémoires !

NB : une liste des mémoires disponibles uniquement en version papier est disponible sur le site de la bibliothèque de la Cité, en interrogeant sujet=travail universitaire.

Comics as history, comics as litterature

Un appel à communication intitulé « Comics as history, comics as litterature : Roles of the Comic Book in Scholarship, Society, and Entertainment » vient d’être publié. Il nous invite à réfléchir à la « valeur de la bande dessinée comme vecteur de recherches historiques et académiques » (ma traduction). Même si cet appel peut sembler intéressant, nous invitons nos lecteurs à la méfiance. Le texte que nous reproduisons ci-dessous s’appuie sur un corpus réduit (et notamment sur une large évocation de Persepolis) et aucun nom de chercheur n’est indiqué. Nous avons contacté son auteur qui nous assure, sans plus de précision, disposer d’un éditeur mais ne pouvoir signer un contrat qu’après avoir rassemblé quelques chapitres. Louche ?

Comics as History, Comics as Literature: Roles of the Comic Book in Scholarship, Society, and Entertainment

Even with recent waves of scholarship comics still fall in the gutters of placement, research, and understanding. They are hiding in the white matter between respectable, acceptable, educational, and academic. This anthology takes another step in bridging the gap of scholarly resources and documents, bringing comics closer to the center of the academic debate. The forms of comics have morphed into graphic novels, which while a different genre per se they also attest to the popularity and credibility of comics themselves. The 9/11 Report, Comic Encyclopedia, History of the World, The Watchmen, and Perepolis are just some examples of the power of comics to change the way we look at popular culture products. The 9/11 Report and The Watchmen both deal with political moments—real and fictionalized—and in their texts they capture senses of American racisms, hatred, care, and concern. These books grapple with terrifying and compelling subjects, making them readily available to the reader, and in a round about way they make political turmoil understandable. Along these same lines, Marisa Acocella Marchetto’s Cancer Vixen and Marjane Satrapi’s The Complete Persepolis weave female narratives, subject matters, and even political turmoil into the pages of their captivating tales. Cancer Vixen puts the breast cancer battle of a freelance cartoonist into a perspective of humor, fight, pretty shoes. In its pages references are made to access to health insurance, but the story really focuses on the battle of cancer through the eyes of laughter and living life. Satrapi’s narrative tells the story of a young girl in Iran, the failed Iranian revolution, her parents desire to protect her sends her off to boarding school, her marriage and divorce, and the quest for freedom of expression. These brutal and poetic tales illustrate the story of life and history, much like comic books have been doing since their inception in 1837.

This anthology will host a collection of essays examining the role of comics as portals for historical and academic content, while keeping the approach on an international market verse the American one. Few resources currently exist showing the cross-disciplinary aspects of comics. Some of the chapters will look at the use of Wonder Woman during World War II, the brief Jungle Wars comic series in regards to the Vietnam conflict, and European comics for the Cold War and prior. More so, the continual use of comics for the retelling of classic tales and current events demonstrates that the genre has long passed the phase of for children’s eyes only. • Comics as war
• Comics as social movements
• Messages of gender
• Nation/state dialogues
• Racial tolerance
• Promoting racism (overly or accidentally)
• Comics as a voice of literature
• Other ideas are welcome, as long as the subject of comics and their meaning is central to the argument.
Please submit your abstract (no more than 500 words) and a brief CV by 15 April 2011. Invited essays of 5,000 to 8,000 words will be due by 30 June 2011. Chicago format is required. Contact: comicsashistory@gmail.com.

Editor
Comics as History, Comics as Literature
Email: comicsashistory@gmail.com

(Néo-)baroque aujourd’hui, le baroque comme dispositif

La revue Image & Narratives lance un appel à communication intitulé : « (Néo-)baroque aujourd’hui : le baroque comme dispositif ». Rédigé par 4 chercheurs, celui-ci nous invite à penser l’importance d’un courant artistique (caractérisé par « une prééminence du spectaculaire, de l’excentricité, de la polysémie, de la multiplicité des points de perspective ainsi que par des processus de transformation ou de dégénérescence ») au sein de toutes sortes de créations et, en ce qui nous concerne, de la bande dessinée. Cette appel à communication semble vouloir questionner les travaux d’Angela Ndalianis (Neo-baroque Aesthetics and Contemporary entertainment) qui voient effectivement dans une certaine bande dessinée l’expression d’une esthétique de la surenchère et de l’accumulation d’effets. Et il s’agira donc de lire ce brillant ouvrage avant le 15 mai prochain.

Image & narratives

Numéro spécial

« (Néo-)Baroque aujourd’hui : le baroque comme dispositif »

Dirigé par J. Post (Maastricht), K. Vanhaesebrouck (VUB & Maastricht), Chr. Biet (Paris X), A. Guiderdoni (UCL) and R. Dekoninck (UCL)

  • Date limite pour les propositions (500 mots) : 15 Mai 2011
  • Date limite pour la remise des articles : 1er Novembre 2011
  • Date limite pour les rapports des lecteurs : 1er Janvier 2012
  • Date limite pour la seconde version corrigée : 1er Février 2012
  • Publication du numéro spécial : 1er Mai 2012
  • Instructions pour la soumission des articles : voir le website.
  • Tous les articles seront soumis à au moins deux lecteurs anonymes
  • Longueur : 5000 mots par article
  • Langue : Anglais ou Français
  • Merci d’inclure les mots-clés, un résumé en Anglais et en Français, ainsi qu’une brève notice biographique.
  • Il est vivement recommandé d’inclure des illustrations mais elles doivent être libres de droit.
  • Style éditorial utilisé : MLA

Dans la culture contemporaine et l’univers du divertissement actuel, un courant « baroque » semble resurgir sous diverses formes et appellations, notamment en tant que « néo-baroque ». Ce numéro spécial s’interrogera sur ces manifestions qui émergent à la fois dans les arts contemporains et dans la culture populaire (parcs d’attractions à thème, installations illusionnistes des media numériques, séries télévisées et effets spéciaux au cinéma, ou encore jeux électroniques). Le concept de « néobaroque » est-il approprié pour repenser notre culture contemporaine ou n’est-ce qu’un autre mot pour postmodernité/postmodernisme, ajoutant un peu plus de confusion dans la définition fluctuante de ces concepts ? Quels sont les enjeux et implications de ces approches transhistoriques dans lesquelles des régimes historiques spécifiques et leurs contextes sont figés dans leur répétition, transmis sans questionnement et appliqués à d’autres périodes et vers d’autres champs d’étude ? Peut-on établir un lien entre les caractéristiques rhétoriques du baroque défini historiquement et, d’une part, sa portée performative et, d’autre part, les phénomènes culturels qualifiés aujourd’hui de « néo-baroques » ?  Dans quelle mesure le baroque – à la fois historique et contemporain – peut-il être décrit en termes de « dispositif » (Giorgio Agamben) enracinant l’expérience culturelle dans son niveau le plus profond et le plus large ?

La question centrale sera donc de déterminer s’il est possible d’utiliser le régime artistique baroque, caractérisé par une prééminence du spectaculaire, de l’excentricité, de la polysémie, de la multiplicité des points de perspective ainsi que par des processus de transformation ou de dégénérescence, en tant que catégorie heuristique, théorique et historiographique pour analyser les phénomènes artistiques actuels dans leur contexte scientifique, intellectuel et surtout technologique propre. Une question connexe concerne l’opposition traditionnelle entre baroque et classicisme : est-elle encore une option viable dans notre culture moderne ? De nombreux phénomènes néo-baroques ne sont-ils pas en fait l’expression d’une sensibilité maniériste et, par conséquent, l’opposition entre baroque et maniérisme n’est-elle pas d’un point de vue heuristique plus pertinente et plus féconde – en particulier quand on observe, par comparaison avec le maniérisme, la façon dont le (néo-)baroque interpelle son public par le biais de dispositifs souvent complexes.

De manière générale, il est demandé aux contributeurs d’explorer (1) la possible interférence (et tension) entre des pratiques artistiques (néo-) baroques et leurs contextes épistémologiques, scientifiques et technologiques propres, (2) les potentialités heuristiques de l’opposition entre les stratégies artistiques baroques et maniéristes et (3) la performativité du dispositif baroque. Chaque article prendra de préférence un cas concret comme point de départ.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts