« Libre parcours », Revue des livres pour enfants

La Revue des livres pour enfants nous fait parvenir un appel à contributions urgent, dans lequel les propositions portant sur la bande dessinée pour la jeunesse sont les bienvenues. Comme il s’agit d’un dossier intitulé « Libre parcours », de très nombreux angles sont envisageables, l’objectif étant de favoriser la diversité des propositions. Précisons, pour ne rien enlever au plaisir, que ces articles sont rémunérés – ce qui est suffisamment rare pour être souligné – et que la revue connaît une diffusion importante (4000 exemplaires). Les articles sont à rendre pour le 9 mai, les propositions sont donc à adresser très vite…

La BNF/JPL (Bibliothèque Nationale de France/Joie Par les Livres) prépare, comme chaque année, le dossier de La Revue des livres pour enfants intitulé « Libre parcours » qui rassemble quelques articles (5 ou 6) de spécialistes (critiques, chercheurs, doctorants…) de la littérature pour la jeunesse française ou internationale (approche spécifique ou comparative d’un genre, d’un grand auteur (illustrateur), d’un éditeur, d’un type de support, de pratiques littéraires et culturelles, ou d’une œuvre du patrimoine classique et contemporain). Le principe auquel la revue tient est celui de la diversité des entrées (c’est-à-dire des domaines de recherche).

Les lecteurs de la revue ne sont pas des universitaires mais des professionnels du livre et de la lecture. Il s’agit donc d’articles de synthèse vulgarisée de travaux de recherche.

Le volume des articles est de 16 000 signes et ils sont à rendre pour le 9 mai. Les auteurs sont rétribués forfaitairement.

Ce numéro de la revue est tiré à 4000 exemplaires. Universitaires, chercheurs et doctorants sont les bienvenus.

Les propositions sont à adresser à Annick Lorant-Joly:

annick.lorant-jolly@bnf.fr
01 53 79 57 88
Annick Lorant-Jolly
Rédactrice en chef de La Revue des livres pour enfants
BNF / Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres

Female superheroes and media culture

L’université Monash (Melbourne, Australie) lance un appel à communication intitulé : « Female superheroes and media culture ». Cette proposition est ainsi l’occasion de penser au féminin une certaine partie des Comics américains (et peut-être quelques titres de notre bande dessinée « franco-belge » qui semble bien avare en héroïnes) à travers des thèmes aussi divers que l’accoutrement des « superhéroïnes » ou encore leur adaptation à d’autres supports. Notons qu’un livre comme L’Enfer des bulles de Jacques Sadoul fournit une piste intéressante : l’héroïsme est prétexte à une représentation sexuée, voire licencieuse, qu’il s’agira de mettre en mots avant le 11 avril prochain.

Monash University, Melbourne, Australia.

12-13 August 2011

« Tights and Tiaras : Female Superheroes and Media Cultures » is a one and a half day conference on the construct of the « superhero » as female and more generally of the representation of powerful female figures in fantasy and science fiction. Looking at a range of print and visual media, papers will explore the range of female characters in superhero narratives, the material history of the female superhero, and how visual and textual constructs of female heroes – and anti-heroes – have been re-imagined, re-invented and re- packaged over time.

Possible topics include :

  • The representation of female superheroes in print and visual media ¨C in comics, comix, graphic novels, novels, short stories, fan fiction, film, television, and other media forms
  • Distribution of narratives and images of female superheroes across multiple genres and media platforms
  • The female hero quest
  • Deconstructing the superhero trope ¨C studies in feminism, patriotism, politics, race, satire, comedy, and so on
  • Constructs of the female supervillain
  • Superhero fashions, including costumes, cosplay and sartorial signifiers
  • Female collaboration in comics
  • Female comics artists : historical and contemporary
  • Female comics audiences and fan communities
  • Analysis of the institutional, commercial and licensing histories of female superhero properties
  • The construction of powerful women in fantasy and science fiction genres

Sponsored by The Centre for the Book, Monash University

Please submit abstracts of no more than 250 words, accompanied by a brief bio, by emailed attachment to Dr Rebecca-Anne Do Rozario (Rebecca.DoRozario@monash.edu). The deadline for abstracts is 11 April, 2011.

Rebecca-Anne do Rozario
Monash University
Building 11
Phone : +61 3 9905 4225

Email : rebecca.dorozario@monash.edu

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comics and conflicts conference

Le Imperial War Museum de Londres lance un appel à communication intitulé : « Comics and Conflict ». Débouchant sur un colloque (prévu les 19 et 20 avril prochain) à Londres, celui-ci nous invite à réfléchir sur la « façon dont les bandes dessinées du monde entier représentent l’expérience et l’impact de la guerre et des conflits ». Faisant directement écho à un colloque de Cerisy organisé en juin 2010 (« Guerres et totalitarisme dans la bande dessinée »), cette proposition nous invite à considérer nombre de problématiques et d’œuvres que nous ne saurions toutes citer ici (Gen d’Hiroshima, La Guerre d’Alan, Gaza 1956…). Il est à noter que la collection « La BD de classe en classe » éditée par le CRDP Charente-Poitou propose plusieurs titres proposant un usage pédagogique d’œuvres portant sur la guerre : Enseigner la souffrance et la mort avec C’était la guerre des tranchées de Tardi, Dessiner l’indicible autour d’Auschwitz de Placal Croci ou encore La guerre d’Algérie avec Azrayen de Lax et Giroud. Il est sans doute possible, s’appuyant sur ses publications, de formuler une piste de recherche originale qu’il s’agira de concevoir avant le 31 mars prochain.

The Comics & Conflicts Conference will be held on 19-20 August, 2011 at the Imperial War Museum in London, and is aimed at comics scholars, practitioners, and enthusiasts. Invited conference speakers and guests will include: Pat Mills (Charley’s War); Martin Barker and Roger Sabin on Doonesbury; Garth Ennis (Troubled Souls, War Story); Jacques Tardi (It Was The War Of The Trenches) and Jean-Pierre Verney (Putain de Guerre), the latter two subject to confirmation.

Papers for the conference are welcomed that explore the ways in which comics around the world represent and articulate the experience and impact of war and conflict. For example, topics may include:

  • Depictions of conflict in comics created for children.
  • Representations of trauma in comic books, graphic novels, manga & other forms of international comics.
  • Visual representations of conflict in such places as Afghanistan, Britain, France, Germany, Japan, Korea, The Middle East, Northern Ireland, and Vietnam.
  • Journalism, biography, and memoir in comics on conflict.
  • Focus on key practitioners such as Guibert, Kubert, Mills, Sacco, Satrapi, Spiegelman, Tardi & Trudeau.
  • Comics as a space to depict/critique national ideology.
  • Comics as tools of propaganda, both of the state and of protest organisations.

In the first instance please email abstracts of 250 words, with a brief author biography, to a.kahn@roehampton.ac.uk, including ‘Comics & Conflicts 2011’ in the subject heading. The deadline for submissions is 31 March, 2011.

The Comics & Conflicts Conference is organised by Ariel Kahn (Senior Lecturer in Creative Writing at Roehampton University), Alex Fitch (presenter of Panel Borders, the UK’s only weekly broadcast radio show about comics) and Paul Gravett (Comica Director).

The Comics & Conflicts Conference will form part of a literary festival being held from 13-21 August 2011, which accompanies the Imperial War Museum’s new exhibition Once Upon A Wartime: Classic War Stories for Children.  For more information about the exhibition and the festival visit the Imperial War Museum web site.

Further details of this very special event (including details on the keynote speakers, special guests and registration) will be announced right here on the Comica News Blog.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Sites of visual and textual innovation

L’Institut Universitaire de Recherche et d’Etudes Nord Américaines Benjamin Franklin rattaché à l’université de Alcala (Madrid, Espagne) lance un appel à communication intitulé : « Sites of visual and textual innovation ». Première pierre de l’organisation d’une « First International Conference on Comics and Graphic Novel » (appellation quelque peu usurpée si l’on se réfère aux sept conférences déjà organisées par l’International Bande Dessinée Society), cette proposition semble vouloir réunir un large éventail de chercheurs puisque les trois thèmes proposés s’inscrivent aussi bien dans l’histoire que le devenir et les différents genres de la bande dessinée. Toutes les imaginations semblent donc les bienvenues et si vous souhaitez collaborer à cette initiative, il conviendra de faire acte de candidature avant le 31 mai prochain.

International Conference on Comics and Graphics Novels

“Sites of Visual and Textual Innovation”
Alcalá de Henares, Madrid.
November 10th-12th, 2011

The Instituto Franklin – UAH organizes an international conference on comics and graphic novels.

The main objective of the conference is to bring together the largest number of specialists and researchers of comics (graphic novels, manga, BD, etc) in order to reflect on the study of this area.

The theme is “Sites of visual and textual innovation” and it welcomes papers on (but not limited to):

  • The origins of comics,
  • Avant-garde and experimental works
  • Biography and autobiography.

The languages of the conference will be English and Spanish.

Abstracts of approximately 250-500 words can be submitted to
graphicnovel@institutofranklin.net . Deadline for acceptance: May, 31st 2011.

Conference will take place at Universidad de Alcalá in Spain.

For further information please visit this site.

ORGANIZED BY:

Instituto Franklin – Universidad de Alcalá

Esther Claudio
Instituto Franklin-Universidad de Alcalá
Colegio de Trinitarios. C/ Trinidad, 1
28801, Alcalá de Henares, Madrid, Spain
Email: graphicnovel@institutofranklin.net

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Cinema and comics

Barbara Maio, de l’université de Rome 3, lance, pour le compte de la revue OL3Media, un appel à communication intitulé : « Cinema and Comics ». Celui-ci doit déboucher sur la réalisation de courts essais (2000-3000 signes) portant sur des thèmes on ne peut plus divers dont nous publions ci-dessous une liste dans laquelle il s’agira de piocher (ou de compléter) avant le 15 mars prochain (contactés, les organisateurs sont prêts à accorder un court délai).

Ol3Media: Cinema and Comics

The 2011 is going to be a year in the sign of comics adaptations with the coming of Thor and Captain America, the origin of X-Men, the 3D technology. Those two forms of popular entertainment usually share a similar path but just in the last few years we have seen an invasion of comics adapted for the big screen, also with secondary characters.

Next issue of Ol3Media is looking for short essays about it. Some suggestions:

  • the aesthetic of the mise-en-scene of comics;
  • authorship adaptations (Tim Burton, Sam Raimi, Christopher Nolan etc.);
  • vertical (saga) and horizontal (spin-off) serialization;
  • aesthetics of DC Comics vs. Marvel;
  • digital elaboration of images (Sin City, V per Vendetta, 300 etc.);
  • non-US productions (Asterix, Akira, Adèle etc.)
  • Italian cases (Paz!, Dylan Dog etc.)
  • non mainstream adaptations (Ghost World, Scott Pilgrim, Constantine etc.)
  • less famous comics (Kick Ass, Tamara Drew, The Green Hornet, Green Lantern etc.)
  • adaptation between mainstream and cult;
  • 3D technology in recent adaptations;
  • tv adaptations (Walking Dead, Batman etc.).

but we are going to accept also proposal from different points of view.

Chosen essays will be published in the next number of Ol3Media on line by the middle of June 2011. Proposals with a short bio (5/6 lines) should arrive by March 15 while accepted essays should be finished by May 15 for the final editing. Essays could be in Italian or English and will be published in the original language. Final essays should be between 2.000 and 3.000 words.

For information and submission
ol3media@uniroma3.it or barbara.maio@uniroma3.it

Ol3Media is the online journal of Cinema, Television and Media Studies of the Cine&Tv Master’s, University Roma Tre: http://host.uniroma3.it/riviste/Ol3Media/

Barbara Maio
University Roma 3 – Italy
Email: barbara.maio@uniroma3.it
Visit the website at http://host.uniroma3.it/riviste/Ol3Media/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Jazz et bande dessinée

Thierry Maligne et Patrick Pac lancent un appel à communication pour un colloque intitulé « Jazz et bande dessinée » qui entend répondre à une question : « A quoi correspond l’image du jazz dans la bande dessinée ? » S’inscrivant dans la lignée de plusieurs « colloques jazz », cette manifestation pose une question d’autant plus pertinente que cette musique peut être considérée comme quelque chose de structurant pour nombre d’auteurs, comme le montre parfaitement l’œuvre de José Munoz, auteur de Carlos Gardel. La voix de l’Argentine ainsi que de L’Homme à l’affût (Futuropolis dans les deux cas) ou encore de Billie Hollyday (Casterman). Sans doute serait-il intéressant de mettre ces biographies en regard de l’étonnante vie nocturne du personnage de Waldo’s bar de Blutch ou de la passion dévorante pour le disque de jazz qu’évoque Harvey Pekar dans American Splendor pour aboutir à une proposition qu’il s’agira de transmettre aux organisateurs avant le 15 avril.

Jazz et Bande dessinée

Appel à contribution

Date limite : 15 avril 2011

COLLOQUE MONSEGUR 2011

Ce colloque est organisé par l’Office Monségurais de la Culture et des Loisirs (OMCL, 24 Heures du Swing), en partenariat avec le Collège Éléonore de Provence et l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.
Ce cinquième colloque s’inscrit dans un cycle bisannuel de journées d’études dont on trouvera l’historique sur le site du collège Éléonore de Provence (http://college.monsegur.free.fr/). Les actes des colloques de Monségur sont publiés aux Presses Universitaires de Bordeaux. Le souhait des organisateurs est de permettre que ce colloque jazz et bande dessinée ouvre une réflexion sur les rapports entre le jazz, sans aucune restriction de sens, et la bande dessinée, sans aucune restriction de dates ou de sous-genres.
A quoi correspond l’image du jazz dans la bande dessinée ? Toute approche permettant d’avancer sur cette question est bienvenue, qu’elle soit synchronique ou diachronique. La série des CD avec biographies et bandes dessinées des éditions Nocturne (Nocturne a été liquidée en 2009) témoigne d’une évolution quantitative en le domaine. Le thème de la biographie de musiciens de jazz dans la BD pourrait être un motif important d’étude.
La bande dessinée liée au jazz semble s’être modifiée récemment. Des parutions récentes semblent en témoigner – nous pensons ici à Jazz Club d’Alexandre Clérisse, ( Dargaud, 2007) mais il y aurait beaucoup d’autres oeuvres à évoquer – dans lesquelles le jazz est de plus en plus mis en avant. Qu’en est-il de la fonction de coloration, si l’on peut dire, de cette musique, cette fonction par laquelle le jazz apporte un décor d’ambiance aux teintes nocturnes et parfois glauques ? A-t-elle disparu ? Comment évolue-t-elle ? On pourra se demander comment la bande dessinée s’intéresse au jazz, aux jazz. Comment dessinateurs et scénaristes s’arrangent des questions de l’apparition des personnages du jazz, du dessin des clubs, des décors de scènes, des instruments, des sons… Quels sont les moyens picturaux dans le trait, la couleur, la forme, mais aussi ceux narratifs spécifiques à la bande dessinée, pour dire la musique, le rythme, le swing ?
Dans l’autre sens, le jazz s’intéresse aussi à la BD. Le Jazz a souvent fait appel au dessin. Les deux domaines entretiennent un rapport étroit, cela depuis le milieu du XXe siècle, et pas uniquement dans le film d’animation, ce proche cousin de la BD. Les dessins de couvertures, ceux illustrant les pochettes de vinyles – telles que présentées par exemple en mai 2009 au musée du quai Branly – en témoignent largement. En revanche, la bande dessinée était la grande absente dans l’exposition au Quai Branly. Une approche socio-critique pourrait ici être envisageable, qui permettrait d’interroger les statuts génériques tant du jazz, longtemps considéré comme une musique « à part », que de la bande dessinée parfois considérée comme appartenant à un genre littéraire « mineur ». Que penser de leur union dans le champ culturel officiel ?
Le groupe « Sayag Jazz Machine », dans un spectacle récent, met en scène et joue à partir d’une bande dessinée de Bézian. Faut-il dire que ces musiciens « jouent la BD de Bézian ? » Est-ce un cas isolé ? Le colloque s’attachera à proposer, à écouter et à voir, toute expérience créative de qualité, mettant en commun des musiciens de jazz et des auteurs de bande dessinée, tout en permettant un questionnement sur les procédures de création. Comment le dessin peut-il devenir musique ? En quoi certains musiciens sont-ils, ou ont-ils été influencés, dans leur art, par l’image et la bande dessinée ? Peut-on parler d’une « musique jazz-BD » ?
Le colloque jazz et bande dessinée se tiendra en deux temps. Les premières tables rondes et interventions sont prévues le mardi 10 mai 2011, en lien avec les « 24 Heures de la bande dessinée » et un concert de dessins au cinéma Utopia de Bordeaux. La plus grande partie des communications se fera le samedi 18 juin 2011 à Monségur.
Le colloque est en entrée libre, et nous maintenons le principe de donner la parole aux membres du public dans les espaces de discussion. Envoi des propositions de communication ou de participation aux adresses de courrier électronique ci-dessous.
Le collège Eléonore de Provence héberge sur son site tout l’historique des colloques jazz : http://college.monsegur.free.fr/spip.php?rubrique15
Responsables : Thierry Maligne, thierry.maligne@u-bordeaux1.fr
Patrick Pac, pac.patrick@neuf.fr
Monségur, le 2 décembre 2010
Revu le 2 février

Responsable : Thierry Maligne – Patrick Pac

Url de référence :

http://college.monsegur.free.fr/spip.php?rubrique15

Adresse : Espace OmégaUniversité Bordeaux 1351 cours de la Libération 33405 TALENCE Cedex

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée historique

Julie Gallego, membre du Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) lance un appel à communication intitulé : « La bande dessinée historique ». Souhaitant se focaliser sur des œuvres abordant l’Antiquité du bassin méditerranéen (de l’Egypte à la Perse), cette proposition entend prendre le neuvième art au sens large : l’impressionnante (et qui plus est non exhaustive) liste de pistes suggérées nous invite ainsi à penser la patrimonialisation, l’adaptation ainsi que les enjeux commerciaux ou pédagogiques de cette bande dessinée et n’entend donc pas s’en tenir à une analyse de contenu. Il serait ainsi possible de traiter de l’importance de la représentation de l’Antiquité au sein des dispositifs éditoriaux ayant donné naissance à la bande dessinée « franco-belge » : Tintin (avec Alix), Pilote (avec Astérix) et dans une moindre mesure Spirou (avec des séries comme Aurore et Ulysse ou certaines des planches des Histoires de l’Oncle Paul) firent ainsi tous une place à des travaux dont il serait intéressant d’examiner les tenants et les aboutissants en terme de publication. Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fxée au 30 avril prochain.

La bande dessinée historique

23-25 novembre 2011

Présentation du colloque

En janvier 2010 disparaissait l’un des derniers maîtres de la bande dessinée franco-belge de l’épopée du journal Tintin, Jacques Martin, dessinateur et scénariste de nombreuses séries, au premier rang desquelles Alix, à l’origine d’un nouveau courant dans la bande dessinée franco-belge : la bande dessinée historique. Chaque année, on constate la sortie de nombreuses bandes dessinées qui prennent l’Histoire comme trame de fond, comme architecture fondamentale ou simplement comme prétexte. Mais plus de soixante ans séparent le premier Alix du dernier Murena : étudier la bande dessinée historique, ce n’est pas seulement réfléchir à l’Histoire dans la bande dessinée, c’est aussi réfléchir à l’histoire de la bande dessinée, entre Alix « classique » reconnu et Murena désormais « incontournable » de l’Antiquité en BD, mais également à la bande dessinée dans l’Histoire, comme reflet de son époque.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Le colloque international, organisé par le Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL), qui se tiendra à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) du 23 au 25 novembre 2011 a pour but de mieux (faire) comprendre les spécificités de ce que l’on peut appeler la bande dessinée historique. Les invités d’honneur de ce colloque seront Jean Dufaux et Philippe Delaby, le scénariste et le dessinateur de Murena.

Ce colloque international comportera trois volets : scientifique, pédagogique et artistique ; il est destiné aux chercheurs, aux enseignants (de tout niveau et de toute matière), aux professionnels de la bande dessinée (dessinateurs, scénaristes, coloristes, éditeurs, conservateurs, galeristes, etc.) et aux autres spécialistes de l’image fixe ou mobile. Nous espérons que la diversité des intervenants sera le reflet de la richesse de la bande dessinée historique, ou plutôt des bandes dessinées historiques.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Quelle définition retenir pour la « bande dessinée historique » ? À quel corpus appliquer cette dénomination ? Quels sont les principes, les caractéristiques de ce genre narratif et graphique, dans son fonctionnement interne et dans ses interactions avec d’autres domaines littéraires et artistiques, avec d’autres médias ? Quel est son rapport à l’Histoire, un domaine qui par essence hésite déjà entre Art et Science, entre vérité et fiction, entre vrai et vraisemblable, entre Histoire et histoires ? La bande dessinée historique, à la fois convention discursive et medium, rejoint la conception souvent très romanesque de l’Histoire chez les historiens de l’Antiquité.

On pourra ainsi s’intéresser aux modalités d’inscription de l’Histoire en représentation dans la bande dessinée, mais sans limiter sa réflexion aux notions de vrai et de faux entre le support autonome qu’est la bande dessinée et les réalités historiques telles que les études scientifiques ont pu les établir. On analysera éventuellement le point de vue sur l’Histoire que met en avant l’auteur (qu’il soit scénariste, dessinateur ou coloriste) et qu’il veut faire partager à son lecteur, et l’étrange pacte de lecture qui lie alors l’auteur de bande dessinée historique et son lecteur. En effet, « mentir-vrai » et « effet d’Histoire »[1] sont des composantes essentielles de la bande dessinée historique, qui, par son degré de véracité narrative et graphique face à l’Histoire, engage auteur et lecteur dans une conception et une représentation du monde passé, oscillant entre historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire. Le matériel historique comme le lectorat apparaissent alors comme des objets d’étude pertinents, l’un en amont de l’œuvre, l’autre en aval.

Les liens entre bande dessinée et histoire culturelle[2] sont également une problématique majeure de la bande dessinée historique car elle est le reflet des mentalités conscientes ou inconscientes d’une époque, ce qui permet de lui donner aussi le statut de document historique ; comme le péplum, elle est aussi susceptible d’une lecture à plusieurs niveaux, lorsque la finalité de l’évocation des événements du passé est davantage une transposition d’événements contemporains qu’une représentation fidèle du passé. Parler de la romanisation, par exemple, dans la BD franco-belge des années cinquante ou soixante, ce n’est pas seulement parler de la Rome antique, c’est aussi (et, parfois, surtout) évoquer la (dé)colonialisation de la France ou de la Belgique (Astérix et les Goths s’inscrit ainsi dans un contexte où les rancœurs de la deuxième guerre mondiale sont encore sensibles, comme La griffe noire, peu de temps après la guerre d’Algérie). Car une bande dessinée historique appartient à son époque, même si elle transporte le lecteur loin dans le temps et dans l’espace, dans un temps et un espace qu’elle essaie de recréer, même si historique rime parfois (toujours ?) avec utopique et uchronique.

Essayant d’opérer un tri parmi les bandes dessinées qui « tiennent un discours sur l’Histoire », Michel Thiébaut[3] distingue 3 catégories (nous ajoutons la quatrième) :

  • les bandes dessinées didactiques, racontant des histoires dites « vraies » (un moment d’Histoire ou un personnage célèbre) ;
  • les bandes dessinées d’aventures humoristiques ;
  • les bandes dessinées de fiction réalistes, ou d’aventures fictives (catégorie la plus représentée) ;
  • les bandes dessinées érotiques historisantes.

Les communications pourront être l’occasion de revenir sur ce classement.

Limites chronologiques de cette première édition

La chronologie historique ira jusqu’à la Rome tardive mais l’axe majeur sera géographique, celui de l’Antiquité du bassin méditerranéen (Égypte, Carthage, Numidie, Grèce, Crète, Italie – Rome, bien sûr, mais aussi l’Étrurie –, Gaule et territoires celtes, Scythie, Perse, etc.). Des bandes dessinées dont l’histoire principale se déroule à une époque ultérieure mais dans lesquelles un lien est fait avec les périodes citées pourront faire l’objet d’une étude (on peut penser à des BD mettant en scène des personnages enquêtant sur le passé antique ou projetés dans ce passé).

Pistes suggérées (et non exhaustives)

1. Vers une définition de la bande dessinée historique

1.1. Généricité et typologie

1.2. Fonctions mimésique, didactique, narrative et historienne de la bande dessinée historique

1.3. La BD historique non franco-belge : caractéristiques des historical comics et des manga historiques

1.4. Spécificités de la bande dessinée historique à sujet antique par rapport aux bandes dessinées historiques se déroulant à d’autres périodes (notamment dans les œuvres de Jacques Martin, de Gilles Chaillet et de Jean Dufaux)

2. La patrimonialisation de la bande dessinée historique : des magazines au musée

2.1. Place de la bande dessinée historique dans la bande dessinée

2.2. Émergence et évolutions éditoriales (notamment l’influence de la pré-publication sur la narration)

2.3. L’œuvre de Jacques Martin (dans son ensemble ou œuvres ou thèmes précis) ; l’école Martin (notamment Gilles Chaillet)

2.4. Le renouveau de la bande dessinée historique : la série Murena, héritages et innovations de Jean Dufaux et de Philippe Delaby

3. La bande dessinée historique comme objet d’histoire : des choix révélateurs

3.1. La période et le lieu

3.2. Les héros

3.3. Les éléments narratifs

3.4. La création artistique face à la censure (Comics Code américain et loi de 1949)

4. Les enjeux esthétiques et narratifs de la bande dessinée historique face à la littérature, aux autres arts, aux médias interactifs

4.1. Bande dessinée historique et roman historique

4.2. Bande dessinée historique, sculpture et peinture (art classique et art pompier)

4.3. Bande dessinée historique et péplum (cinéma, TV)

4.4. Bande dessinée historique et jeux vidéo

5. Les enjeux scientifiques de la bande dessinée historique face aux autres représentations visuelles

5.1. L’illustration archéologique d’un ouvrage scientifique

5.2. Les maquettes en 2D et les reconstitutions archéologiques en 3D

5.3. Les reconstitutions d’Histoire vivante (troupes de spécialistes et troupes d’amateurs)

5.4. Une nouvelle source d’inspiration pour l’auteur de bande dessinée : la collaboration avec les scientifiques

6. Les enjeux pédagogiques de la bande dessinée historique : atouts et limites

6.1. Histoire ou uchronie

6.2. Héros fictionnels, héros réels

6.3. Entre le vrai et le faux, le réel et le rêvé : combler avec vraisemblance les béances de l’Histoire

6.4. Histoire(s), mythes et philosophie

7. Les enjeux commerciaux de la bande dessinée historique

7.1. Nouveaux titres et nouvelles collections

7.2. Anciens titres et rééditions

7.3. Réception et médiatisation

7.4. Traductions en langues anciennes ou en langues étrangères

Comité scientifique

Jean-Michel Agasse (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Christian Amalvi (Professeur en histoire contemporaine, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Eugenio Amato (Professeur de grec, Université de Nantes, France)

Pierre-Yves Ardoy (Maître de conférences en droit privé, UPPA, France)

Claude Aziza (Maître de conférences de latin, Université de la Sorbonne nouvelle, France)

Benoît Berthou (Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Paris 13, France ; organisateur du colloque international La bande dessinée : un art sans mémoire ?)

Pierre Bricage (Systémicien, Association Française de Sciences des Systèmes AFSCET, France)

Alain Chante (Docteur en Histoire, Maître de conférences HDR en Sciences de l’information et de la communication, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Christian Delporte (Professeur en histoire contemporaine, Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines, France)

Olivier Devillers (Professeur de latin, Bordeaux 3, France)

Jacques Dürrenmatt (Professeur de stylistique, Université de Toulouse 2 – Le Mirail, France)

Michel Eloy (Spécialiste de l’Antiquité au cinéma et en BD, auteur du site PEPLVM – images de l’antiquité, ancien collaborateur de J. Martin, Belgique)

Julie Gallego (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Muriel Lafond (Docteur en études latines, agrégée de Lettres Classiques, collège Félix del Marle, Aulnoye-Aymeries, France)

Cécile Leclercq (Agrégée d’Anglais, UPPA, France)

Pierre-Louis Malosse (Professeur de grec, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Valérie Mangin (Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste-paléographe ; actuellement scénariste de bande dessinée, France)

Sébastien Pelle (Professeur de droit privé et de sciences criminelles, UPPA, France)

Patrick Périn (Directeur du Musée d’Archéologie Nationale et Domaine national, Saint-Germain en Laye)

Bertrand Richet (Maître de conférences de langue anglaise, Sorbonne Nouvelle – Paris 3, France ; organisateur du colloque international Le Tour du Monde d’Astérix – Lectures, Traductions, Interprétations)

Cathy Rousset (Agrégée de Lettres Classiques, collège Émile Combes, Bordeaux, France ; chargée de cours, Bordeaux 3)

Nicolas Rouvière (Maître de conférences en littérature française et didactique de la littérature, IUFM de Grenoble, France ; organisateur du colloque international Lire et produire des bandes dessinées à l’École)

Claire Simon (Certifiée de Lettres Modernes, collège Michèle Pallet, Angoulême, France ; chargée de mission DAEC à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, Angoulême ; chargée du secteur « Bande dessinée » au Pôle pédagogique Rectorat de Poitiers)

Claire Sotinel (Professeur d’histoire antique, Université Paris-Est Créteil Val de Marne, France)

Antonio Stramaglia (Professeur de latin, Université de Cassino, Italie)

Michel Thiébaut (Docteur en histoire, certifié d’histoire et de géographie ; chargé de cours, Université de Franche-Comté, Besançon, France)

Comité d’organisation

Julie Gallego (responsable du colloque)

Cécile Leclercq

Marie-Françoise Marein

Liens et contact

URL de référence : http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011

Pour l’envoi des propositions ou tout autre renseignement : bd.historique2011@univ-pau.fr (Julie Gallego)

Envoi des propositions de communication

Les communications, inédites, pourront se faire en français ou en anglais et s’appuieront sur un diaporama.

Les propositions de communication compteront entre 4000 et 8000 caractères (espaces compris) et comporteront quelques images particulièrement significatives, accompagnées d’une présentation de l’auteur (maximum 2500 caractères, espaces compris).

Elles doivent parvenir avant le 30 avril 2011 à l’adresse bd.historique2011@univ-pau.fr. Consulter impérativement la page « Droits à l’image » du site du colloque http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011 pour prendre connaissance de toutes les consignes détaillées (notamment la liste des maisons d’édition qui ont autorisé les reproductions des scans dans les diaporamas des intervenants, les conditions de reproduction et les restrictions d’accord).

La durée exacte des communications sera précisée ultérieurement (environ 25 minutes).

Les éléments suivants seront clairement indiqués dans la proposition de communication :

  • un titre explicite (et éventuellement un sous-titre),
  • la thématique ou la problématique dans laquelle s’inscrirait le travail,
  • le corpus de bandes dessinées sur lequel elle s’appuierait (au moins approximatif).
  • des références bibliographiques (5 au minimum)

Chaque proposition de communication sera évaluée anonymement par au moins deux membres du comité scientifique. Les auteurs seront informés de l’acceptation de leur proposition au plus tard fin mai 2011.

Il est demandé aux intervenants de déposer au secrétariat du colloque un exemplaire papier de leur communication, le jour de leur passage (en cas d’absence de dépôt, l’article ne pourra être proposé à la publication). La version définitive pour la publication pourra néanmoins être enrichie ou modifiée ultérieurement en fonction des débats suscités durant le colloque.

Un comité de lecture évaluera, après le colloque, les communications qui seront retenues pour donner lieu à une publication. Les intervenants seront alors prévenus individuellement et les consignes exactes de présentation seront fournies pour les articles retenus.

Toutes les conférences seront filmées en vue d’une diffusion sur le site Internet de l’UPPA et/ en vue de la réalisation d’un DVD ; à cet effet, il sera demandé aux intervenants de renvoyer une convention de cession des droits d’auteur et une autorisation d’utilisation de données personnelles (en conformité avec la CNIL). En cas de refus de ces termes et conditions, la participation de l’intervenant ne pourra être retenue. Le document à remplir et à renvoyer par voie électronique sera disponible sur le site du colloque et sera à signer au secrétariat du colloque.

Calendrier (sous réserve de modifications, cf. site Internet du colloque)

Soumission des propositions : 30 avril 2011.

Évaluation des propositions par le comité scientifique : courant mai 2011.

Notification d’acceptation : 30 mai 2011.

Liste des images utilisées pour envoi aux maisons d’édition : 1er octobre 2011.

Envois des diaporamas pour les tests techniques : 15 novembre 2011.


[1] Pierre Fresnault-Deruelle, « L’effet d’Histoire », Histoire et bande dessinée. Actes du deuxième colloque international Éducation et bande dessinée, La Roque d’Anthéron, 16 et 17 janvier 1979, La Roque d’Anthéron, Objectif Promo-Durance, 1979, p. 98-104.

[2] Pour la bande dessinée comme objet d’histoire, nous renvoyons aux divers travaux de l’historien Pascal Ory.

[3] Michel Thiébaut, L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, Besançon, Université de Franche-Comté, thèse de doctorat (dir. M. Clavel-Lévêque), novembre 1997, 855 p.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

The aesthetics of security in literature and visual media

Kai Sicks, membre de l’International Graduate Center for the study of culture appartenant à la Justus Liebig University Giessen (Allemagne) lance un appel à communication intitulé : « The aesthetics of security in literature and visual media ». Cette proposition nous invite à penser la notion de « sécurité » comme un élément structurant des fictions littéraires, télévisuelles, cinématographiques ou « autres » et nous pensons qu’elle peut donc intéresser des chercheurs s’intéressant à la bande dessinée. Nombre d’œuvres appartenant au neuvième art s’intéressent en effet à des modes d’organisations spatiales pensées en termes de sécurité, à l’instar du Mystére d’Urbicande de Benoît Peeters et François Schuiten qui fait le portrait d’une ville administrée autour d’une démarcation entre quartiers populeux empreints d’insécurités et zones nettement plus aspetisées. L’urbain devient alors le reflet d’une organisation sociale, comme dans le cas de Social Fiction de Chantal Montellier (et notamment de Wonder City qui présente un monde aspetisé et sécurisé) ou, plus largement, d’œuvres construite autour de notions supposant une démarcation (comme la frontière dans La Frontière invisible de ces mêmes Schuiten et Peeters). Enfin, il est à signaler que nombre de comics semblent faire de la représentation de la sécurité ou de l’insécurité un véritable enjeu narratif et esthétique, et notamment Judge Dreed qui, créé par John Wagner et Carlos Ezquerra, s’organise autour d’un personnage cumulant pouvoirs de police et de justice afin d’incarner l’ordre au sein d’espaces voués à l’anarchie. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er juin prochain.

For the second issue of « eTransfers. A Postgraduate E-Journal for Comparative Literature and Cultural Studies », we are looking for contributions to

The Aesthetics of Security in Literature and Visual Media

The contemporary debate surrounding “communities of security” inquires, in particular, into culturally disseminated representations of normality, against which the dangerous is demarcated. At the same time, this debate is concerned with regulations that are designed to minimise the risk of danger and which create an atmosphere of fear; an atmosphere which in turn encourages further concerns about security. This debate frequently makes reference to Michel Foucault’s work on governmentality and to Ulrich Beck’s theory of the risk society; both theoreticians come to the conclusion that such processes of normalisation, regulation and the creation of fear are implemented and legitimised through strategies such as surveillance and inspection, measurement and statistical investigation. These strategies can also be described as mediating techniques of simultaneous inclusion and exclusion: those phenomena or people brought into view as threats are identified and included through the operations of observation, yet in the same process are relegated to being elements which, for the purposes of eliminating an imagined risk, must be excluded, if not completely eliminated. Communities of security do not implement these strategies of protection at all times and in all places, as the language of Big Brother would suggest; rather they create spatial, temporal and social Zones of Surveillance which structure awareness (of the State, of the police, and of private security communities) and make focused interventions possible.

Literature, film and television transform these zones of surveillance into semi-fictional stages of social inclusion and exclusion. Often they allow the dynamics of power to be performed by stereotypical protagonists, thereby contributing, on the one hand, to the reduction of complexity in the field of security. On the other hand, however, they render this selfsame field more complex: if literature, film and television aestheticize zones of security (border regions, prisons and camps, slums) as well as strategies of security (surveillance, inspection, measurement), then the security procedures which are depicted also continually interact with these staged and mediated processes. This is because the modes of inclusion and exclusion which are staged can equally, through the mediation of narrative, be affirmed, revised or rejected. In this way, narrative media become engaged in the negotiation of potential threats and types of safety, and are themselves integrated into the spectrum of the normalising and regulating modes of security.

For the second issue of eTransfers we are seeking contributions which — through the consideration of individual texts, films and television programmes (and possibly other formats from the new media) — analyse this aestheticization and narrativization of security. Contributions may address but should not necessarily be confined to the following questions:

  • Which spaces and strategies of security are represented in literary and visual media, and which types of plot proliferate in the context of security communities? • Which modes and behaviour and which types of persons are identified as being “dangerous”, how does this occur, which modes of inclusion and exclusion accompany the depicted strategies of security, and are there unambiguously “good” and “evil” protagonists?
  • Which modes of observation, inspection and measurement are depicted and how do they interact with the specific narrative medium under investigation?
  • To what extent do narrative media themselves either encourage processes of security or attempt to avoid instigating their own form of security politics, and are these narrative processes given to reinforcing or disturbing the readers’ senses of security (for example, through the technique of unreliable narration)?

We request the submission of completed essays, no longer than 6,000 words, written in either English or German, by 1 June 2011. Contributions should be sent to one of the following addresses: etransfers@gcsc.uni-giessen.de or arts-etransfers@ qmul.ac.uk. When making a submission please take note of our detailed submission instructions on http://eTransfers.uni-giessen.de or http://www.sllf.qmul.ac.uk /research/anglogerman/etransfers/

Dr Kai Sicks
International Graduate Center for the Study of Culture
Justus Liebig University Giessen (Germany)

Email: kai.sicks@gcsc.uni-giessen.de
Visit the website at http://www.sllf.qmul.ac.uk/research/anglogerman/etransfers/index.html

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts