La surface instable

L’équipe « Littératures » du laboratoire Langage, Littérature et Sociétés de l’Université de Savoie à Chambéry lance un appel à communication intitulé : « La surface instable ». Conçu dans l’optique d’une rencontre les 14 et 15 octobre 2011, cette proposition entend initier une « réflexion sur la surface » afin d’obtenir « sa réhabilitation comme espace signifiant », ambition qui est susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant la bande dessinée. Même si cette dimension est rarement traitée dans les essais portant sur le neuvième art, force est en effet de constater que la surface peut participer d’un véritable dispositif esthétique à l’instar de celui que met en place un Alberto Breccia représentant, dans Les Mythes de Cthulhu (Rackham), un monstre en usant de ratures, lacérations, surcharges et de toutes sortes de procédés altérant la surface de la planche. Proposant d’aborder « la surface dans son instabilité, de nous engager dans un parcours toujours horizontal mais indécis, de considérer les espaces mouvants, trompeurs, les paysages fluctuants comme les déserts, les océans », le présent appel à communication nous entraîne vers d’autres pistes. Il serait ainsi sans doute intéressant de s’intéresser à la « couleur directe », procédé prenant le contre-pied de l’encrage et instituant effectivement une forme d’instabilité comme dans le travail de Denis Deprez : la mer de Frankenstein ou de Moby Dick semble ainsi pouvoir se prêter à toutes sortes de configurations, comme d’ailleurs la figure du monstre de Mary Shelley qui n’est pas sans rappeler la série des Otages de Fautrier. La date limite est fixée au 30 avril et nous reproduisons ci-dessous cet intéressant appel à communication.

La Surface instable
14 et 15 octobre 2011

Dans le cadre de ses recherches entreprises sur la surface, l’équipe Littératures du laboratoire LLS de l’Université de Savoie à Chambéry organise une quatrième rencontre les 14 et 15 octobre 2011.
A l’origine de la réflexion sur la surface était sa réhabilitation comme espace signifiant, réflexion poursuivie autour des jeux qui créent ou déconstruisent le sens à la surface de l’oeuvre littéraire, picturale, cinématographique ou photographique. Lors de la troisième rencontre, notre attention s’est portée sur les accidents, les altérations de la surface, c’est-à-dire la violence exercée sur une surface au point de l’abîmer, de la défigurer, et de la constituer en lieu de crise, cristallisant angoisse ou obsession dans la représentation.
Nous proposons cette fois d’aborder la surface dans son instabilité, de nous engager dans un parcours toujours horizontal mais indécis, de considérer les espaces mouvants, trompeurs, les paysages fluctuants comme les déserts, les océans.
On pourra penser en littérature à des surfaces comme celles présentées par Virginia Woolf, qui mentionne, dans son essai «Modern Fiction», «la pluie d’atomes évanescents» génératrice de sensations instables et incohérentes qui ruissellent sur la surface de l’être.
La surface vient alors déstabiliser les sens, parfois jusqu’au vertige, à la nausée, à la chute. En peinture, David Batchelor dans Chromophobia, une réflexion sur le rejet de la couleur dans la culture occidentale, évoque ainsi l’instabilité dérangeante apportée dans une oeuvre par la couleur, la chute dans la couleur. Nous nous intéresserons à ces surfaces où l’ancrage, voire l’encrage, est impossible (sand-painting des Navajos, art éphémère, films caméra à l’épaule tel Breaking the Waves de Lars Von Trier).
L’instabilité est également celle du sens, un sens fluctuant ou indécidable à la lecture d’ouvrages hybrides comme les livres texte et images ou d’oeuvres à plusieurs entrées, où la surface est sujette à de multiples défigurations et reconfigurations. Certains effets de palimpseste peuvent aussi contribuer à cette indécidabilité du sens, en ce qu’ils troublent la surface d’un texte remué par la rémanence du passé.
La surface est donc source de questionnement. Instable, elle génère l’instabilité chez son récepteur. Quelle stratégie sera celle du lecteur ou spectateur, s’abandonner au vertige ou se lancer dans un arpentage à la recherche de sens et de stabilité ?

Les propositions sont à communiquer avant le 30 avril 2011 à : Catherine.Brun@univ-savoie.fr

Responsable : M. Maigron et A.-L. Perotto

Url de référence :
http://www.lls.univ-savoie.fr//index.php?dossier_nav=1164

Adresse : Université de Savoie-Laboratoire LLS-Maryline Maigron-BP 1104-73011 CHAMBERY CEDEX

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature et le monde du travail. Inspiration, représentation et mutation

Maria João Reynaud et José Domingues de Almeida, enseignants-chercheurs à l’université de Porto et membres de l’APEF (Association Portugaise des Études Francaises), lancent un appel à communication intitulé : « La littérature et le monde du travail. Inspiration, représentation et mutation ». Le neuvième art n’y est absolument pas mentionné, mais ce thème original nous semble poser un problème des plus intéressants : comment la bande dessinée est-elle à même de représenter une organisation ? Plusieurs œuvres fournissent des éléments de réponse que ce soit en se focalisant sur une hiérarchie (le « principe d’incompétence » cher au Dilbert de Scott Adams), sur une division du travail (DRH, manager ou assistante de direction se succède ainsi au sein de Dans mon open space de James) ou sur une forme de cruauté immanente aux relations professionnelles (Travail m’a tuer de Philippe Vuillemin). Il s’agira de compléter cette liste avant le 15 juillet prochain.

La littérature et le monde du travail Inspiration, représentations & mutation

Colloque international

Porto – FLUP – 29 et 30 novembre 2011

APPEL À COMMUNICATION

Une fois dépassés ou assagis les débats idéologiques et sociaux qui impliquèrent naguère le monde du travail dans le contexte politique et culturel des sociétés occidentales, et dans un cadre mondialisé où l’exercice du travail suppose des circonstances nouvelles, voire imprévisibles, il y a lieu de se pencher sur le rôle que peut encore jouer ce domaine essentiel, quoique changeant, de l’existence humaine dans la littérature, et l’inspiration qu’il apporte à la création et à l’imaginaire romanesque moderne et contemporain

Il s’agit de mesurer l’importance, l’insignifiance, voire l’absence, du monde du travail dans la littérature actuelle et de décrire le traitement qu’il subit chez plusieurs romanciers qui se sont penchés d’un point de vue narratif sur les mutations en cours dans l’entreprise, l’usine ou le bureau.

En France, par exemple, le «roman de bureau» est devenu une sorte de sous-genre romanesque à part entière depuis le succès de 99 Francs de Frédéric Beigbeder. Mais bien d’autres romanciers (Nothomb, Houellebecq, Bon, Quintreaux, etc.) ont investi cet univers et glosé les composantes thématiques, et les déboires, de la vie d’entreprise d’hier et d’aujourd’hui.

Licenciements, administration inflexible, pression patronale, rivalités entre cadres, harcèlement, mondialisation…, les sujets ne manquent pas et inspirent les romanciers qui renouent de la sorte avec une littérature aux accents naturalistes et engagés, à l’encontre d’une tendance minimaliste et autofictionnelle tant décriée para les détracteurs de la prose narrative française contemporaine.

Ainsi, nous avons le plaisir d’annoncer le Colloque international que nous organisons, les 29 et 30 novembre 2011 à Porto, et en vue duquel nous lançons cet appel à communication aux chercheurs que cette thématique intéressera.

Nous proposons les axes d’approche et d’intervention suivants

Traitement romanesque du monde du travail et de l’entreprise ; Crise, conflits sociaux, syndicalisme et mondialisation vus par / dans le roman ; Acteurs, rôles et rituels de / dans l’entreprise incarnés ou vécus par les personnages romanesques ; Travail, chômage, loisirs et tourisme : mutations perçues par la littérature.

langues du colloque :

Les langues du colloque sont le français, le portugais, l’espagnol et l’anglais.

calendrier et conditions:

15 juillet 2011 : date butoir pour présenter des propositions de communication. (150 mots). Les communications admises ne dépasseront pas les 20 minutes.

15 septembre 2011 : date limite pour la réponse de l’organisation aux propositions de communication.

15 octobre 2011 : diffusion du programme prévisionnel.

15 novembre 2010 : diffusion du programme définitif.

(L’inscription est gratuite).

Comité organisateur :

  • Maria João Reynaud (UP – CITCEM & APEF)
  • José Domingues de Almeida (UP – ILC ML & APEF)

Adresse :

Les propositions de communication (résumé et brève notice cv, avec nom, institution et courriel) sont à envoyer aux deux courriels suivants : reynaud@letras.up.pt et jalmeida@letras.up.pt

Les textes des communications feront l’objet d’une publication dans la revue en ligne d’Etudes Françaises Carnets (voir rubrique sur le site www.apef.org.pt)

Renseignements :

Merci d’entrer sur les sites http://www.apef.org.pt/ et / ou http://www.flup.up.pt

Responsable : José Almeida & Maria João Reynaud

Url de référence :
http://www.apef.org.pt

Adresse : Via Panorâmica, s/n 4150-564 Porto Portugal

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La parole imagée : la bande dessinée chinoise

Pour le profane, la bande dessinée chinoise demeure un vaste continent mal connu. Peu traduite en France, elle ne bénéficie que d’un ouvrage de référence, fort ancien maintenant : le catalogue de l’exposition du centre Pompidou, qui remonte à 1982.

Autant dire que l’exposition qui s’ouvre au Cartoon Museum de Bâle s’annonce comme un événement important. Intitulée La Parole imagée, l’exposition présente pendant quatre mois un vaste éventail de bandes dessinées chinoises actuelles, de leurs principaux prédécesseurs, et d’images tirées de dessins animés populaires. Organisée en partenariat avec le NAMOC (National Art Museum of China), l’exposition présente de nombreux originaux issues des collections de ce musée.

Elle s’organise en trois parties. La première partie présente l’évolution historique de l’imagerie en Chine qui puise aux sources de la littérature classique de ce pays. La deuxième partie illustre le style né de la révolution et d’abord voué à l’éducation des masses. Quant à la troisième partie, elle est consacrée aux aspects modernes et actuels de la bande dessinée en Chine.

Tout compte-rendu de l’exposition par un lecteur des Carnets passant par Bâle est évidemment la bienvenue !

Exposition du 6 novembre 2010 au 13 mars 2011, au musée de la bande dessinée de Bâle
Cartoonmuseum. St Alban-Vorstadt 28.  Suisse 4052 Bâle

Appel pour une association de recherche sur les fictions de grande consommation

Le Centre de Recherche sur les Littérature Populaires et les Cultures Médiatiques de l’université de Limoges, dirigé par Jacques Migozzi, lance un appel à tous ceux dont les « recherches et publications portent au moins pour partie sur des corpus fictionnels consommés largement par le grand public sur différents supports » afin de créer une association internationale qui conférera une forme plus aboutie à l’actuelle Coordination Internationale en Littératures Populaires et Cultures Médiatiques dont le site-portail est accessible ici. Semblable initiative est effectivement susceptible d’intéresser un grand nombre de chercheurs travaillant sur la bande dessinée, que ce soit en offrant plus de visibilité à des travaux peinant encore à se faire une place dans le paysage universitaire, ou en offrant la possibilité de confronter des recherches (rencontrant par exemple des phénomènes de sérialité ou transmédialité) avec d’autre corpus et d’autres disciplines. Les Carnets de la bande dessinée s’en font donc l’écho et nous reproduisons ici le projet fondateur de cette association dont l’acte inaugural est fixé au 26 mai prochain.

Littératures Populaires et Culture médiatique : appel pour une association internationale des chercheurs

Vos recherches et publications portent au moins pour partie sur des corpus fictionnels consommés largement par le grand public sur différents supports ?

Ces récits  et leurs usages, nous en sommes certains, sont au cœur de l’imaginaire partagé moderne et contemporain et méritent qu’on les étudie avec rigueur et sans préventions de principe, dans une optique résolument pluridisciplinaire et intermédiale. D’où notre appel, sans exclusives à des convergences inédites, et notre proposition : celle de fonder dès le printemps une Association internationale de chercheurs, à partir de synergies existantes et de projets en cours.

Contexte institutionnel : les animateurs de la Coordination internationale des chercheurs en Littératures Populaires et  Culture Médiatique, fondée en 1997, n’avaient pas pris jusqu’à présent le parti d’une structuration formalisée sur le plan juridique (a minima par exemple grâce au statut français des associations régies par la loi de 1901).
Cette Coordination, souple et conviviale, en son nom propre ou en soutenant les initiatives de certains de ses piliers institutionnels, a contribué par exemple entre autres aux succès des rencontres de travail de Louvain (1999) sur la culture médiatique, de Limoges (2003) sur le genre en régime médiatique, ainsi qu’aux multiples colloques internationaux organisés par l’équipe LPCM de Limoges (1998, 2002, 2006/2007) ; elle a suscité la création de la revue électronique à comité de lecture Belphégor qui a mis en ligne  19 numéros depuis 2001.
Lors de la dernière assemblée du réseau, en avril 2010, à l’occasion du colloque international de Leeds « Finding the plot. On the importance of storytelling in popular fictions » (coorganisé par l’équipe LPCM de Limoges et le Popular Cultures Research Network de l’Université de Leeds), l’ensemble des présents a jugé nécessaire de donner plus de visibilité institutionnelle à nos activités et surtout d’impulser de nouvelles dynamiques de coopération, en suscitant échanges et rencontres sur une base internationale plurilingue élargie.
Démarche : L’équipe de Limoges a été mandatée pour mettre en place un portail web qui a vocation à se faire le relais de vos initiatives, publications, projets… et pourrait également accueillir des débats. Vous pouvez dès à présent à vous emparer de cet outil collaboratif de liaison, quel que soient vos choix sur nos propositions et perspectives, en utilisant le formulaire de suggestion. Mais nous vous proposons plus!

Nos propositions en 4 points : une association formalisée; un musée en ligne; une base de données; un consortium de recherche.

1) Fédérer  sur une base internationale les chercheurs en Littératures populaires et Culture médiatique en créant une Association, dont le nom exact n’est pas arrêté et pourra bien sûr faire l’objet de débats entre tous les membres fondateurs. Nous désignons ce projet, de manière conservatoire, par le tandem terminologique choisi voici une quinzaine d’années. Ce tandem soulignait d’une part la nécessité de conjoindre scientifiquement l’étude des récits imprimés de grande consommation  liés à « la civilisation du journal » et à « l’âge du papier » à celle de leurs avatars audiovisuels multimédiatiques plus contemporains, impliquant écrans grands et petits. Il entendait d’autre part appeler à une vision plus englobante et pluridisciplinaire de la circulation des représentations et des usages culturels en régime mass médiatique, à laquelle pourraient contribuer, en croisant leurs regards et leurs méthodologies, des historiens de la littérature, du livre, de l’édition, de la culture des médias mais aussi des sociopoéticiens du texte ou de l’image, des sociologues de la culture, des spécialistes de l’information-communication ou d’études culturelles  scrutant les récits multimédiatiques et leurs pratiques de « réception »…

La création de cette Association est prévue à Limoges les 26 et 27 mai 2011, à l’occasion d’une des séances du séminaire international « Les Littératures populaires en France aujourd’hui » consacrée le 26 mai à la littérature fantastique (conférence de Denis Mellier). Nous espérons vivement que cette initiative suscitera votre intérêt et que vous nous accompagnerez dans cette entreprise  en participant à l’Assemblée générale constituante ou, à défaut, en  marquant même à distance votre volonté de vous inscrire d’emblée dans le cercle des fondateurs.

2) Doter l’Association à sa naissance d’un outil de valorisation des recherches multiples menées en son sein. L’équipe LPCM de Limoges propose de tirer parti de l’existence du musée virtuel « Popular roots of european culture ».

Ce musée virtuel a été conçu dans le cadre du programme « EPOP : Popular Roots of European Culture through Films, Comics and Serialized Literature », lauréat d’un appel à projets de la commission européenne dans le cadre du Culture Programme  2007-2013. Il pourrait constituer en quelque sorte la collection permanente d’un espace muséographique en ligne, qui aurait vocation à accueillir  en sus régulièrement des expositions temporaires thématiques, proposées  par les membres de l’Association en fonction de leurs recherches en cours ou abouties qu’ils voudraient exposer «  en vitrine » à destination d’un large public. Très bientôt, l’équipe de Limoges fêtera ainsi à sa manière le centenaire de Fantômas en proposant dans une nouvelle interface encore plus ergonomique et séduisante pour le visiteur une exposition sur le Maître de l’effroi à la Belle Époque. Nous proposons de mettre en place un Conseil scientifique pluripartite pour piloter ce musée, à qui il incomberait entre autres d’évaluer les projets soumis, d’adouber les commissaires d’exposition et d’arrêter la programmation.

3) Mettre en place une base de données de grande ampleur : Pour permettre de manière inédite des recherches de grande ampleur et de tous ordres sur la circulation transnationale des récits multimédiatiques (impliquant transferts culturels, logiques médiatiques, adaptations, traductions et appropriations, jeux d’acteurs du pôle de la production comme des publics en leurs pratiques culturelles éclectiques… ), nous avançons enfin le projet de collaborer à la mise en place d’un «silo de données » en open source sur les fictions populaires. Le contenu de cet entrepôt de données, interrogeable par requêtes multicritérisées, serait exploitable scientifiquement en toute autonomie par les différents contributeurs de cette entreprise collective de longue haleine, et les résultats pourraient être retranscrits si nécessaire automatiquement sous des formes graphiques ou spatialisées.

Lors de la rencontre de Limoges des 26 et 27 mai 2011, nous tenterons à l’appui de cette proposition de présenter quelques  courts exposés de travail visant à suggérer l’intérêt de recourir à de tels outils, qui devraient permettre de discerner et de penser, dans une optique de « distant reading » (Franco Moretti), nos traditionnels objets d’étude selon des perspectives renouvelées. Dans le cadre du projet EPOP précédemment évoqué, la construction d’une base de données a en effet été engagée grâce aux ressources locales en ingénierie informatique. Nous visons actuellement à en optimiser le fonctionnement pour la rendre pleinement opérationnelle et nous nous confrontons à toutes les exigences  liées au moissonnage automatique des données à partir du catalogue de la Bibliothèque Nationale de France, qui a marqué sur le principe son intérêt pour une telle exploitation : par ces tests et ces  tâtonnements expérimentaux, que nous pourrons si nécessaire exposer en mai, nous pensons préparer le terrain au projet ultérieur plus ambitieux de « silo » (offrant des garanties supérieures en termes d’interopérabilité et de pérennité des données stockées), en mesurant certains des enjeux théoriques et méthodologiques de ce type de démarche.

4) Constituer un consortium de recherche : L’équipe LPCM de Limoges souhaite poursuivre le  travail au long cours initié par le projet EPOP sur la circulation en Europe des fictions de grande consommation et pour ce faire, en vue de répondre à  court ou moyen terme à des appels à projets nationaux (ANR française) ou internationaux (PCRD européen), ambitionne de s’allier à des partenaires en constituant  un consortium de recherche.

Si certaines des  4 propositions présentées ci dessus, comme le portail LPCM, retiennent votre attention, nous aurions  plaisir à le savoir dans les semaines à venir, car nous espérons que la création de l’Association à la fin mai provoquera des synergies nouvelles.

Nous vous invitons d’ailleurs  en ce sens à faire largement circuler cet appel au sein de vos réseaux de travail.

Pour tous contacts avec l’équipe LPCM de Limoges, organisatrice de la rencontre de mai 2011:

jacques.migozzi@unilim.fr
irene.langlet@unilim.fr
loic.artiaga@unilim.fr
f.pagello@gmail.com

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le regard à l’oeuvre. Lecteurs de l’image, spectateurs du texte

Le LASLAR (Lettres, Arts du spectacle, Langues romanes) de l’université de Caen Basse-Normandie lance, pour un colloque international, un appel à communication intitulé : « Le regard à l’œuvre. Lecteurs de l’image, spectateurs du texte ». Souhaitant « faire dialoguer et se rencontrer les approches spécifiques de la relation texte/image dans les études littéraires, théâtrales, cinématographiques et iconographiques », cette proposition nous invite à « explorer les relations possibles entre visibilité du texte et lisibilité de l’image » et ne mentionne aucunement la bande dessinée. La chose semble tellement incongrue, au regard du champ scientifique ainsi ouvert, que nous invitons des chercheurs à se saisir de l’occasion pour candidater et mettre en évidence le mode de construction de la « relation texte/image » propre au neuvième art. Une proposition entendant revisiter les quatre conceptions de la planche qu’évoque Benoît Peeters dans Case, planche, récit, et plus largement expliciter la « solidarité iconique » qu’évoque Thierry Groensteen en ouverture de Système de la bande dessinée, ne pourrait qu’apporter des éléments de réponse à des thèmes comme « définition du regard » ou « scénographie du regard » (voir plus bas). Elle devrait donc (sauf mauvaise grâce) rencontrer l’adhésion des administrateurs d’un espace scientifique qu’il s’agit d’investir avant le 31 mars.

Le Regard à l’œuvre. Lecteurs de l’image, spectateurs du texte

Date limite : 31 mars 2011

APPEL À COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL

16-17-18 novembre 2011

Université de Caen Basse-Normandie

LASLAR (Lettres, Arts du Spectacle, Langues Romanes, EA 4256). Directrice : Brigitte Diaz

Comité d’organisation : Teresa Orecchia Havas, Anne Surgers, Marie-José Tramuta, Julie Wolkenstein, Baptiste Villenave

Né du souhait de faire dialoguer et se rencontrer les approches spécifiques de la relation texte/image dans les études littéraires, théâtrales, cinématographiques et iconographiques, ce colloque propose d’explorer les relations possibles entre visibilité du texte et lisibilité de l’image. L’expression de « regard à l’œuvre » implique qu’une œuvre n’existe que dans l’échange, la coïncidence ou la confrontation de plusieurs regards : celui des auteurs, celui de l’énonciateur, celui des personnages, celui des acteurs, celui du spectateur, celui du lecteur. En rapprochant les modalités de production et de réception de l’image dans le texte (soit que le texte se substitue, avec ses moyens propres, à l’image, pour donner à voir, représenter une œuvre picturale, théâtrale, cinématographique, photographique, qu’elle soit réelle ou fictive, soit qu’il intègre, juxtapose l’image à l’écriture), et du texte dans l’image (là encore, par mimétisme ou par inclusion de la structure textuelle dans la mise en scène, théâtrale ou cinématographique), on étudiera les propriétés et les similitudes des regards du lecteur et du spectateur. Y a-t-il équivalence ? Donne-t-on à voir pour donner à lire ? Donne-t-on à lire comme on donne à voir ? Le colloque s’interrogera sur ces différents regards et leurs interactions historiques, culturelles, techniques, poétiques.

Axes principaux :

  • Histoire du regard : dans quelle mesure le regard est-il culturellement construit ? Comment la définition et le rôle du regard évoluent-ils en fonction des époques, des cultures et des contextes ? Y a-t-il extension du domaine de l’image ? Les effets d’image créés par le discours littéraire se sont-ils transformés, depuis le XIXème siècle où Balzac évoque l’hypertrophie de l’oeil comme organe essentiel à la saisie de la modernité, « l’organe le plus avide et le plus blasé qui se soit développé chez l’homme depuis la société romaine et dont l’exigence est devenue sans bornes, grâce aux efforts de la civilisation la plus raffinée », jusqu’à l’écriture de la poésie contemporaine comme image, en passant par les avant-gardes et le privilège qu’elles accordent à l’oeil ? Le regard convoqué par le texte s’est-il modifié ? Quelles ont été les fonctions successives de l’image (illustrations picturales ou photographiques) insérées dans l’œuvre littéraire ? Et, inversement, celles du texte comme élément, référent ou modèle d’une représentation théâtrale ou d’une œuvre cinématographique ?Définition du regard : en quoi le regard se démarque-t-il de la vue et de la vision ? L’œuvre programme-t-elle, ou du moins oriente-t-elle le regard que l’on doit porter sur elle ? En les comparant, peut-on articuler l’image produite par le texte ou dans ses marges et le texte tel que le donnent à voir les mises en scène théâtrales ou cinématographiques ? Y a-t-il une perspective commune au récit littéraire du visible et à la narration dramaturgique ou cinématographique ?
  • Scénographies du regard : peut-on identifier les personnages génériques de l’observateur, du voyeur, du peintre, du photographe dans les œuvres littéraires et ceux du lecteur ou de l’écrivain dans les arts du spectacle ? Les effets et la réception de l’image dans un texte littéraire ont-ils des points communs avec ceux du texte mis en scène au théâtre ou au cinéma ?
  • Limites du regard : on évoquera aussi ce qui échappe à l’image, ou l’excède. Au théâtre comme au cinéma, la primauté accordée à la vue n’est-elle pas l’arbre qui cache la forêt ? Qu’en est-il de l’écoute, de l’architecture de la salle, du corps de l’acteur ? Le regard contribue-t-il à agencer ces diverses composantes du spectacle ? Comment, d’autre part, envisager la relation nécessairement destructrice que le texte littéraire entretient avec l’image qu’il prétend « montrer » ? Dans les deux cas, pour reprendre les termes de Jean-Pierre Guillerm, lorsqu’on « ramène » l’image au texte ou le texte à l’image, n’est-ce pas « boucler l’opération de référence par l’effacement décisif du référent » ? Autrement dit, la convocation du modèle scriptural dans les arts du visible et celle du modèle iconique dans la littérature ne sont-elles pas toutes deux « d’habiles dévorations » ?

Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots environ + CV et liste des publications significatives en une page maximum) sont à envoyer, sous format word, avant le 31 mars 2011 à Catherine Bienvenu (catherine.bienvenu@unicaen.fr) pour transmission au comité scientifique du colloque. Préciser « Colloque Le Regard à l’œuvre » dans la rubrique « Objet ».

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’intertextualité dans la littérature et les arts

« L’intertextualité dans la littérature et dans les arts » : voici le titre d’un un appel à communication pour un colloque international organisé par une faculté de Lettres de l’université Ibn Zohr (Maroc) pour qui « L’intertextualité permet de penser la littérature comme un vaste réseau de textes entretenant entre eux des rapports qui se jouent de la chronologie linéaire et de la logique causale ». Dans la bande dessinée, cette « intertextualité » peut prendre plusieurs formes : Parodies de Thierry Groensteen (auquel nous avons consacré une recension) analyse les « réseaux » tissés entre œuvre appartenant au neuvième art, mais il serait sans doute également intéressant de s’intéresser aux allusions littéraires dans la bande dessinée. Beaucoup d’œuvres n’hésitent pas en effet à se référer à d’autres textes, ou à un patrimoine iconographique : d’Asterix au Journal de Serge Clerc (dans lequel Dieu apparaît pour demander à Mauriac et Jean-Pierre Dionet de fonder une revue de bande dessinée), les exemples sont nombreux et il s’agira de les examiner avant le 15 mars prochain.

L’intertextualité dans la littérature et les arts

UNIVERSITE IBN ZOHR

Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Agadir – Maroc

Colloque international

L’intertextualité dans la littérature et les arts

O9-10 mai 2011

Colloque International organisé par le Département d’Etudes Françaises, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Ibn Zohr, Agadir-Maroc.

Responsables : Sad SLAMTI et Hanane ESSAYDI

Argumentaire

Les œuvres d’art, qu’elles soient littéraires ou plastiques, posséderaient une mémoire. Voilà, un postulat qui nous ferait considérer l’intertextualité comme « une bibliothèque ou chaque texte transforme les autres qui le modifient en retour »[1]. L’intertextualité permet alors de penser la littérature comme un vaste réseau de textes entretenant entre eux des rapports qui se jouent de la chronologie linéaire et de la logique causale. L’auteur, pour emprunter une expression à Umberto Eco, devrait certainement « mourir pour ne pas gêner le cheminement de son œuvre » [2]. Sa mort à son insu, puisqu’on peut l’enterrer même de son vivant, est en tout cas un engagement théorique qui permet au dialogue entre les textes de s’enrichir et de faire de l’œuvre ce livre à venir. Elle est d’autant plus inhérente au plaisir du texte fait de fascination et de renvois et à cette incessante quête toujours à renouveler de la signification

La place du lecteur dans l’approche intertextuelle est de ce fait sans appel. Il est un élément fondateur de cette modification que fait finalement un texte d’un autre texte. Aussi, parmi les questions qui vont intéresser ce colloque sont les suivantes : que faire du lecteur placé au centre de cette rencontre autour des idées ? A-t-il une autorité dans ce festin intertextuel ? Comment comprendre le clin d’œil que fait un texte à un autre texte ? Que faire des allusions souterraines que l’œuvre littéraire imprime de manière subreptice non dite, parfois innommable, d’autres fois inavouée ? Que faire, en fin de compte, de cette incontournable question des clés, si nous-mêmes nous n’en avions pas repéré sans l’aide de l’histoire des idées. Combien d’autres clés, hébergées par le texte, seraient indispensables à la découverte de son secret dialogique ?

Et comme dit Marc Escola, un texte ou pour élargir le débat nous dirions une œuvre est « faite des œuvres dont elle vient mais aussi des œuvres qui viendront après elle et qu’il sera possible de mettre en relation avec elle. L’identité d’une œuvre ne coïncide pas seulement avec les œuvres à venir, mais encore avec des interprétations qu’il sera possible de donner de cette même œuvre d’une époque à une autre de l’histoire littéraire ».

Au-delà de sa fonction définitoire, laquelle permet d’appréhender le texte différemment, l’approche intertextuelle nous paraît de ce fait, dotée d’une fonction opératoire dans la mesure où elle constitue un outil d’analyse à même de décrire une poétique du texte littéraire. C’est cette dimension qui sera privilégiée dans le cadre de ce colloque. Dans sa troisième édition, nous nous proposons de réfléchir sur les procédés par lesquels un texte s’approprie un ou plusieurs textes. Autrement dit, il s’agit d’étudier ce que le texte fait des autres textes qu’il invoque, comment il les modifie, les phagocyte, les transforme ou les révoque.

Axes du Colloque

  • – L’ironie littéraire : un acte fondateur de l’intertextualité
  • – La réception en tant que dimension principale de l’intertextualité
  • – L’intertextualité comme champ des possibles des textes ou comme mémoire des œuvres
  • – Le plagiat par anticipation, ou l’intertextualité par anachronisme
  • – La stylistique, une clef indispensable dans le décodage de l’intertextualité inavouée
  • – Intertextualité et altérité
  • – Histoire des idées et intertextualité
  • – Intertextualité et interdiscursivité
  • – Cinéma et peinture (l’intertextualité de l’image)
  • – Hypertextualité, parodie ou pastiche
  • – Intertextualité en art
  • – intertextualité et publicité
  • – La mise en abyme comme forme générique de l’intertextualité.
  • – La photographie et le texte ethnographique

COMITE SCIENTIFIQUE

  • Abrighach Mohamed (Université Ibn Zohr Agadir Maroc)
  • Astruc Rémi (Université de Cergy-Pontoise France)
  • Bissani Atmane (Faculté Multidisciplinaire Errachdia Maroc)
  • Chaiab Mohamed (Université Ibn Zohr Agadir Maroc)
  • Dakir Abdenbi (Université Ibn ZOHR Agadir Maroc)
  • Diop Cheikh (Université de Dakar Sénegal)
  • Jayed Abdekhaleq (Université Ibn Zohr Agadir Maroc)
  • Ndiaye Christiane (Université de Montréal Canada)
  • Simedoh Vincent (University of Lethbridge Canada)

COMITE D’ORGANISATION

  • Slamti Sad (Université Ibn Zohr)
  • Essaydi Hanane (Université Ibn Zohr)
  • Bouachraoui Farida (Université Ibn Zohr)
  • Alaoui Hafid Ismail (Université Ibn Zohr)

A CONTACTER

M. Sad SLAMTI

Tél. : 00 212 6 61 85 51 60

E-mail : de_saaade@hotmail.com

Mme. Hanane ESSAYDI

Tél : 00 212 6 61 34 38 01

E-mail :hanane.essaydi@gmail.com

CONDITIONS DE PARTICIPATION

1-Obligation de s’engager à participer dans l’un de ces axes précités.

2-Envoi d’un résumé du travail de recherche avant le 15 mars 2011.

3-Date de communication de l’avis favorable du comité scientifique : le 15 AVRIL 2011

4-Le travail de recherche doit parvenir avant le 20 mai 2011

5-Langues du Colloque : Arabe, Français, Anglais, Amazighe

[1] Sophie Rabau, L’Intertextualité, Paris, Flammarion, Coll. « Corpus », 2002, p. 15.

[2] Umberto Eco, Pastiche et postiche, Paris, Grasset, 1992, p. 15.

Responsable : Sad SLAMTI et Hanane ESSAYDI

Adresse : Département d’Etudes FrançaisesFaculté des Lettres et Sciences HumainesUniversité Ibn ZohrAgadir Maroc


[1]

La figure du rebelle : écriture de soi et autolégitimation

L’Observatoire scientifique de la mémoire écrite, orale, filmique, et du patrimoine autobiographique lance, pour sa dixième rencontre qui aura lieu du 4 au 7 août prochain, un appel à communication intitulé : « La figure du rebelle : écriture de soi et formes d’autolégitimation » Ouverte à « l’iconographique et au filmique », cette proposition nous invite à considérer l’entreprise autobiographique comme un discours portant à la fois sur l’intime et le social : « Les autobiographies de rebelles signent d’une part la volonté des auteurs de légitimer leur propre œuvre en opposition aux normes sociales constituées, et tracent d’autre part, plus ou moins intentionnellement, le portrait d’une société qui les refuse, et qu’ils ont refusée. » Se représenter signifierait alors représenter le monde et « l’écriture de soi » serait alors porteuse d’un propos on ne peut plus fort dont on retrouve trace dans de nombreuses œuvres de bande dessinée. Il serait ainsi intéressant d’évoquer le Journal de Fabrice Néaud (Ego comme x), qui n’hésite pas à faire le portrait au vitriol de sa ville ou de ses proches, ou encore Ma vie mal dessinée de Gipi (Futuropolis), dans laquelle l’auteur évoque une errance stupéfiante lui permettant de prendre ses distances avec un environnement placé sous le signe de la vulgarité. Nous invitons nos lecteurs à compléter cette liste de références avant le 28 février prochain.

L’Observatoire scientifique de la mémoire écrite, orale, filmique, et du patrimoine autobiographique) organise cette année la dixième rencontre du 4 au 7 aout à Bovino (Foggia-Italia) sur le thème suivant :

La figure du rebelle : écriture de soi et formes d’autolégitimation

Les autobiographies de rebelles signent d’une part la volonté des auteurs de légitimer leur propre œuvre en opposition aux normes sociales constituées, et tracent d’autre part, plus ou moins intentionnellement, le portrait d’une société qui les refuse, et qu’ils ont refusée. Contenu et style, c’est-à dire le choix d’épisodes de leur vie et leurs formes d’écriture, sont à la base de la construction de l’image qu’on veut transmettre.

Un rebelle, un révolutionnaire, un brigand, qui se place en dehors de schémas conventionnels, communique, en écrivant son autobiographie, sa manière de penser, explique son œuvre et défend sa singularité.

Le brigand Crocco – né à Rionero in Vulture (Potenza) en 1830, et mort en prison à Portoferraio (Livorno) en 1905 – écrivait : « À 15 ans je me sentais adulte ; je n’avais peur de personne, et je ressentais le besoin de prévaloir sur les autres, de me distinguer de l’ordinaire jusqu’au au péril de ma vie » [de l’Autobiographie : Comment je devins brigand].

Carmine Crocco se positionne dans l’incipit, en signalant la date et l’endroit où il commence à écrire son autobiographie. Regard rétrospectif et captivité sont dans l’énonciation les deux circonstances du cadre de départ.

Il dit aussi au début : « La population [de Rionero in Vulture] est de 12.000 habitants parmi lesquels on trouve le véritable type du Lucanien dont fait mention Télémaque ». On comprend déjà comment Crocco, brigand, auteur de nombreux homicides, veut dès le départ anoblir ses origines ethniques (il mentionne Télémaque), et tout au long de son autobiographie soutient la description de sa vie à travers différentes formes d’autolégitimation jusqu’à l’explicite : « je n’ai jamais pu comprendre comment est fait le consortium social ; je sais que personne ne peut voir le malhonnête, tout le monde le fuit, la loi ne le comprend pas… et après on appelle scélérat celui qui le tue… et on ne veut pas comprendre comment tous les hommes ne sont pas dignes de vivre ».

Carmine Crocco, pendant les années de son incarcération qui a duré jusqu’à sa mort, a été l’objet des études d’une psychiatrie positiviste à la recherche des canons d’anormalités.

C’est un exemple, choisi parmi d’autres, d’une autobiographie de brigand qui entend expliquer le développement d’une existence en dehors de la loi, dans un récit qui se soucie de légitimer et d’expliquer son exceptionnalité.

Les livres d’Eric Hobsbawm sont importants pour comprendre les figures de marginaux, au sens large, qui revendiquent le droit de se raconter. Dans ces récits-entretiens d’Hobsbawm, s’avèrent évidents les traits d’une marginalité choisie, voulue.

Dans Autobiografie della leggera, de Danilo Montandi (1961), les prolétaires et sous-prolétaires se présentent comme des opposants – à travers même leurs travaux illégaux – contre l’avancée d’un monde industriel en train de détruire la civilisation paysanne de la Bassa Padana.

Souvent ce genre d’autobiographie présente des excusatio non petita en montrant par transparence la société, ses modus vivendi et ses apparats, auxquels on s’oppose.

Le sémiologue Lotman a écrit :

Le droit à la biographie naît de l’antithèse typologique entre un comportement habituel, imposé par une norme valide pour tous et un comportement inhabituel qui brise cette règle grâce à une autre librement choisie (« Il diritto alla biografia », in La semiosfera, Venezia, 1985).

Pour avoir droit à une biographie et à une autobiographie dit Lotman, se référant à la période du Romantisme, « Il n’était pas suffisant d’être célèbre – selon les mots de Pouchkine –

…un Melmoth

Patriote ? Citoyen du monde

Childe Harold, bigot Quaker ?

Ou sous un autre portrait ?

Ou ‘avoir dans l’âme au moins trois scélératesses’ » ( Ivi, p. 192).

Avoir droit à une biographie ou à une autobiographie « implique avant tout la reconnaissance publique de la parole comme acte » (Ivi, p. 194).

Le choix de la langue aussi peut être interprété comme un instrument pour rendre véridique le récit de soi. Écrire par exemple dans la langue ecclésiastique signifiait déjà – rappelle Lotman – participer de la sainteté. On pourrait faire une longue liste de l’usage d’un langage initiatique pour avoir le droit de parole.

Les arts figuratifs aussi contribuent à construire le portrait de ceux qui, à différents titres, sont en dehors de la loi.

Les aspects que le colloque veut mettre en évidence concernent surtout :

-les formes narratives pour se présenter comme un rebelle ;

-le regard extérieur sur soi ;

-la description explicite et implicite du contexte auquel on s’oppose.

Le colloque porte sur les 18ème et 19ème siècles, et sur l’actualité, et s’intéresse surtout aux stratégies d’argumentation qui construisent l’image du rebelle, en se référant en particulier à la littérature et aux témoignages venant d’en bas.

Quelques renvois bibliographiques :

Eric, Hobsbawm, Franc-tireur, Autobiographie, Paris, Ramsey, 2005 (éd. originale : Interesting Times, 2002) ; et Rébellions – La résistance des gens ordinaires : jazz, paysans et prolétaires, trad. Stéphane Ginsburgh et Hélène Hiessler, Éditions Aden, Bruxelles, 2010 (éd. originale : Uncommon People : Resistance, Rebellion and Jazz, 1998)

-Juri Lotman, La semiosfera (chap. “Le droit à la biographie”), Marsilio, Venezia, 1985.

-Danilo Montaldi, Autobiografie della leggera, Torino, Einaudi, 1961.

Une autobiographie, parmi d’autres, d’un brigand:

Carmine Crocco, Come divenni brigante, a cura di Mario Proto,

http://www.eleaml.org/sud/crocco/autob_cdc_proto.html

Le colloque ayant un caractère interdisciplinaire, seront dès lors pris en compte des éléments touchant tant à la culture du bas qu’à la culture savante, tant à l’iconographique qu’au filmique.

Les interventions pourront (après lecture des referees) être publiées dans la revue annuelle, thématique : Mnemosyne o la costruzione del senso, Presses Universitaires de Louvain.

Les langues acceptées pour les interventions sont   l’italien, le français, l’anglais et l’espagnol.

Les propositions de max. 250 mots, et un bref c.v. doivent être envoyées à : mailto:beatrice_barbalato@yahoo.it

beatrice_barbalato@yahoo.it ; beatrice.barbalato@gmail.com , pour le 28 février 2010.

Une reponse  sur l’acceptation sera donnée pour le 31 mars 2011

Inscription au colloque 80,00 euros.

Comitaté scientifique:

Beatrice Barbalato, Directeur de la revue Mnemosyne, o la costruzione del senso, PUL,

Presses Universitaires de Louvain

Fabio Caffarena, Università di Genova-ALSP

Antonio Castillo-Gòmez, Universidad d’Alcalà de Henares

Albert Mingelgrün, Université Libre de Bruxelles

Edgar Radtke, Universität Heidelberg

Organisation:

Irene Meliciani, secrétaire de l’organisation de Mediapolis.Europa

Michele Lenoci, Comune di Bovino

Giulia Pelillo, Universität Heidelberg

SIPARIO, Società cooperativa Bovino

http://mediapoliseuropa.freehostia.com/

Responsable : Beatrice Barbalato

Url de référence :
http://mediapoliseuropa.freehostia.com/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« Why Comics are and are not picture books ? »

La Modern langage Association lance, pour sa conférence annuelle qui aura lieu en janvier 2012, un appel à communication intitulé : « Why Comics are and are not picture books ? » Cette proposition entend donc interroger la spécificité du « système de la bande dessinée », pour reprendre le titre de célèbre ouvrage de Thierry Groensteen, en invitant des chercheurs à examiner ses proximités avec la littérature de jeunesse, et plus spécifiquement ce que nous nommons en France des « albums ». Ce terme, commun aux deux secteurs éditoriaux, montre bien qu’il y a à là matière à réflexion. Outre les nombreux exemples (anglophones) que donne l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, nous nous contenterons de citer le travail de Claude Ponti qui utilise dans nombre d’œuvres (comme par exemple Blaise et le château et le château d’Anne Hiversère) un découpage et une technique de narration dont le neuvième art est coutumier et pose ce faisant une question : la bande dessinée n’est-elle pas tout autant un langage susceptible d’être mis au service de toutes sortes de littérature qu’un secteur éditorial bien défini ?

“Why Comics Are and Are Not Picture Books”

Modern Language Association (MLA) Annual Convention,

5-8 Jan. 2012, Seattle, Washington

A proposed panel jointly sponsored by the MLA Children’s Literature Division and the MLA Comics and Graphic Narratives Discussion Group

This panel will explore the possible relationships between comics and picture books, two imagetext genres implicated in children’s literacy learning which, despite overlapping formally and aesthetically, nonetheless stand apart socially and culturally. The potential application of picture book theory to comics, and, conversely, comics theory to picture books, promises to challenge this apartness—that is, to call into question the generic distinctiveness of the two forms. In that spirit, this panel invites participation from multiple perspectives, including but not limited to genre theory, education, history, formalism, aesthetics, semiotics, and ideological criticism.

Discussion:

Scholars of the picture book (e.g., Nodelman, Nikolajeva and Scott, and op de Beeck) have gestured toward, in some cases briefly addressed, the aesthetics and reading demands of comics. By the same token, comics theorists (see e.g. McCloud’s Understanding Comics and Varnum and Gibbons’ anthology The Language of Comics: Word and Image) have in effect suggested, if not yet pursued, formal likenesses between the genres. Yet the critical dialogue between the genres remains muted. This panel will seek to enliven that dialogue by posing questions such as:

·  What formal resources and aesthetic strategies do comics and picture books share? Do they tend to deploy those resources and use those strategies differently?

·  What similar or different demands do the two genres make of readers?

·  How does the typical experience—if indeed we may posit a typical experience—of reading one genre differ from that of reading the other? For instance, how conducive are comics to what Ellen Spitz calls conversational reading, that is, reading shared by adult and child?

·  How do both comics and picture books participate in discourses and projects related to literacy learning and cultural literacy? For example, the possible role of comics in reading instruction has garnered much interest in recent studies (see e.g. Cary 2004; Carter 2007; Frey and Fisher 2008; Thompson 2008)—how might this development be regarded culturally and critically? How might comics differ from or resemble picture books in their classroom use?

The creative dialogue between the two genres has intensified: consider for example comics-oriented picture books by David Wiesner, Art Spiegelman, Eleanor Davis, Posy Simmonds, Peter Sís, Mo Willems, or Marcia Williams; continued interest in classics such as Maurice Sendak’s In the Night Kitchen or Raymond Briggs’ The Snowman; and recent genre-blurring texts such as Shaun Tan’s The Arrival or Brian Selznick’s The Invention of Hugo Cabret. This proposed session would encourage a critical conversation to match: diverse, energetic, and timely.

Several factors make this an opportune and even urgent topic for MLA 2012, including the many artists who have worked in both genres; the genres’ shared aesthetic and narrative resources, and the relevance of image/text theories to both; the new prominence of comics in both children’s book publishing and reading instruction; and the current struggle of the picture book market to respond to social, educational, economic, and technological change. In addition, this topic well suits MLA 2012’s location in Seattle (a bastion of comics and graphic novels) and its Presidential theme, Language, Literature, Learning, which emphasizes the role of reading in cognitive growth, educational attainment, and critical thinking. These issues are of great concern in the emerging discourse on children’s comics reading, and have always been central to picture book scholarship.

Send abstracts of roughly 500 words in Word or PDF form to Charles Hatfield at charles.hatfield@gmail.com. The deadline for submissions is 5 March 2011. Submitters will receive notification of results by April 1.

Please note that this CFP is for a proposed, not a guaranteed, session at MLA 2012, meaning that it is contingent on approval by the MLA Program Committee (which will make its decisions after April 1). All prospective presenters must be current MLA members by no later than 7 April 2011.

This CFP can also be viewed at http://graphicnarratives.org/2011/02/02/cfp-why-comics-are-and-are-not-picture-books-mla-2012/ .

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts